la surenchère des racismes dont #Zemmour est le nom

Lutter contre l’antisémitisme, c’est lutter contre TOUS les racismes.

.

je ne peux que partager l’indignation de Yassine Belattar…

Capture2

… rapport à ceci :

Capture

Zemmour dit absolument n’importe quoi, et si possible le plus glauque, le plus révoltant, le plus horripilant possible pour se faire mousser buzzer. C’est son fonds de commerce, à ce petit producteur de haine raciste... On pourra toujours ergoter sur des têtes d’épingles avec les inévitables zététiciens  qui justifient jusqu’à plus soif  l’horrible, le monstrueux et l’atroce, hors même de leur champ de compétence habituel…  Je connais mon sujet, et  rien ne me fera jamais dire qu’un identitaire n’est pas un nazi, sachant ce que je sais d’eux. C’en est même l’exacte représentation franchouillarde.  Culte du chef, fascination pour la force brute, goût de l’ordre et de la discipline, haine de l’étranger, jusqu’à se montrer publiquement prêt à le repousser personnellement hors des frontières ¹… [Ce qui a valu à plusieurs « cadres » (sic) de génération identitaire (dont au moins Galand et Espino)  d’être présentés au tribunal ]…  Rejet des acquis de la révolution française, des droits de l’homme et du féminisme, antisémitisme, rejet des musulmans, des gauchistes, des communistes... Formation de véritables milices privées qui terrorisent les associations humanitaires de sauvetage en mer. Que vous faut-il de plus ? Ne manque plus que le projet d’extermination, que certains ont d’ailleurs bien présent à l’esprit, comme le reportage d’Al jazeera sur les têtes brûlées identitaires de la Citadelle de Lille l’a si clairement et indubitablement démontré. Certains identitaires en sont d’ailleurs une caricature, de nazi, comme ici :

 

Dans le film, on y voit des clients de ce bar associatif, ouvert en 2016, tenir des propos racistes et se vanter d’actes violents à l’encontre de « weshs » et de « sales bougnoules » commis dans la capitale des Flandres. On y voit même un proche d’Aurélien Verhassel, président de « La Citadelle », tabasser une jeune Maghrébine en pleine rue Massena. (ndlr : il s’agit de Rémi Falize)

L’un d’entre eux, paré de gants renforcés, frappe à coups de poing la jeune femme sur le crâne, devant tout le monde, et notamment un agent de sécurité qui n’intervient pas. L’auteur de l’agression, présenté dans le documentaire comme un proche d’Aurélien Verhassel, le patron du bar privé La Citadelle, se vante de ses actes : « Je lui ai mis une de ces droites ! Rien à foutre… meuf ou pas meuf, c’est des reubeus…. Une grosse choumette dans sa gueule. Elle a dû bien le sentir « .

 » Heil Hitler Gros ! Troisième Reich ! « , s’exclame un individu appelé « Le Roux » accoudé à un comptoir d’un bar de la rue Massena. En sortant de l’établissement, ces hommes vêtus de noir ont une altercation avec une jeune Maghrébine :  » Dégage bougnoule va ! « . Puis l’aspergent de gaz lacrymogène.

(source)

 

J’ai vu l’immonde NDA qualifier Zemmour de « grand historien« , ce qui a provoqué une certaine stupéfaction puis une grande hilarité générale, et d’immanquables railleries, bien méritées, sur twitter :

 

Capture.PNG

 

Encore lui faudrait-il en effet davantage de rigueur dans les sujets qu’il traite,  comme celui de ce billet.  Mais qu’attendre d’autre venant de quelqu’un qui est à la fois juge et partie ?  Je veux dire, et écrire ici, en m‘étonnant haut et fort que cela n’ait pas davantage suscité d’indignation générale,  qu’il s’est fait escorter publiquement, à l’occasion de sa visite fortement médiatisée (et on se demande bien pourquoi à l’heure où l’on manifeste publiquement partout en France contre l’antisémitisme), dans la boutique raciste de Bousquet  par des sbires d’Ayoub !!?? Zemmour va-t-il, à eux aussi – la lie de notre société – leur refuser la qualification de nazis, ce qui serait le comble de l’absurde et de la négation de la réalité ? Un vivier de nazis, véritable sacs de nœuds, dans lequel, cela est démontré, va puiser la vitrine officielle de tous les fachos de fRance, le FN/RN. (voir ici les détails).

Capture-20.png

La haine raciste ne s’est jamais portée si bien, et n’a jamais eu autant pignon sur rue, dans notre pays… Et l’on prétend lutter contre le racisme ? Voilà qui ne m’a pas été très clairement démontré… et qui génère bien des ressentiments. Une gangrène, vous dis-je.

 

Capture.PNG

 

¹ Des frontières pourtant devenues tellement absurdes et désuètes à l’heure où les capitaux et les riches qui les possèdent, eux, circulent si librement… On voit bien là le réel sens du combat des bas du front…

 

le bastion social, ce club de bisounours…

Encore un bel exemple d’action sociale et de solidarité des petites frappes du Gud repeint en bastion social… Capture

Rappel des faits. Il y a trois ans, dans la nuit du 5 au 6 juin 2015, vers 3 heures du matin, une dizaine de personnes se présente au Boston Café, un établissement de nuit de la place des Terreaux. Ils se font refuser l’entrée.

Au même moment, trois jeunes gens en sortent. Ils sont noirs. Et manifestement c’est ce qui n’a pas plu à la dizaine d’individus qui vient de se faire refouler. Ils se ruent sur les jeunes, insultes racistes à la bouche. La bagarre est violente.

La principale victime, un jeune de 19 ans, écope de 14 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Les trois victimes, des étudiants en droit, portent plainte.

Le jour même, plusieurs des agresseurs postent sur Facebook des messages sur la « baston », en se vantant de leurs exploits, propos racistes en prime. Un des agresseurs publie notamment une photo de son oreille déchirée, ce qui suscite des commentaires amusés chez ses amis. (source)

Moi aussi, ça m’amuse, les bas du front. Surtout de vous voir en prison. Et encore, la peine me semble bien légère. Le fameux laxisme de Collomb envers ses amis identitaires. Tabasser quelqu’un pour la seule raison de la couleur de sa peau, c’est vrai que c’est beaucoup moins grave que d’être gauchiste… #jdçjdr

 

Témoignage d’un militant #antifa assumé : « je vais arrêter de lire la presse en ligne ».

(… et ce sera à cause de Nicolas de La Casinière. Voilà).

Quand je me livre à ma revue de presse comme tous les matins – blogueur politique oblige –  vous ne pouvez pas savoir à quel point j’y trouve mille sujets d’agacement, voire de colère et d’énervement. Une mine d’immondices indignation permanente. Comme si j’avais besoin de ça, tiens…  Racisme, sexisme (incluant LGBT phobies…), grossophobie, prolophobie, pauvrophobie, discours capitaliste dominant, si méprisant pour les classes populaires et leurs contraintes quotidiennes… Le tout sur fond d’abêtissement général et de perte des valeurs morales et de la culture politique, caractéristiques du Macronisme… Exemple :

Capture

… Affligeant. Le sujet mérite (beaucoup) mieux.

Aussi ai-je été prodigieusement agacé par le titre qui suit, concernant une affaire sur laquelle je ne reviendrai pas pour l’avoir déjà relayée ici (dans laquelle, je dis ça en passant, est impliqué le fils d’un notable local du FN, dont l’avocat a lui-même été candidat aux municipales à Paris en 2014 sur une liste FN menée par Wallerand de Saint-Just ) #jdçjdr

Capture

Mais qu’est-ce qui peut donc m’agacer, dans cet article qui fait l’ordinaire de ce blog, me direz-vous ? Regardez donc le titre : « ultradroite » (en un seul mot…). Tout ça pour se reprendre quelques lignes plus bas en parlant de « jeunes d’extrême-droite ». Faudrait savoir. J’en ai marre, ras le bol, plein le cul. J’avais déjà exprimé mon agacement face à ce genre de facilité langagière et de paresse intellectuelle, significative selon moi d’un manque de culture politique évident, provenant de gens qui ne maîtrisent pas leur sujet. Arrêtez donc de courir si loin, les journaleux paresseux, la terre n’est pas si plate 😉

Capture

Non, Monsieur Nicolas de La Casinière , faut arrêter avec les superlatifs superfétatoires. D’ailleurs, plus bas, vous vous reprenez, en parlant de « jeunes d’extrême-droite ». Faudrait savoir. Car depuis Tarnac, par exemple, on sait tous ce qui fait la différence entre extrême-gauche et… ultra-gauche.

… Assez ri. Fin de la parenthèse drôlatique. Quand on sait comme moi, et tous les autres antifas d’ailleurs (sans qui je ne saurais rien), à quel point ce genre d’individus violents, membres ou ex du GUD, de Génération Identitaire ou de l’Action Française,  sont au cœur du système de l’extrême droite qui a un peu trop pignon sur rue actuellement, et combien ils graissent les rouages du FN jusqu’au plus sommet de la pyramide fasciste, comme Chatillon, Lousteau et Vardon pour seuls exemples notoires, on ne peut pas laisser passer ce qui n’est peut-être pour vous qu’un détail de l’histoire politique. Car employer à tour de bras le terme d’ultra-droite, c’est dédouaner à bon compte le FN de ses propres turpitudes et exactions (nombreuses, et graves), en laissant croire qu’il y aurait une extrême droite respectable, avec une belle façade ripolinisée par le passage Philippot,  et un autre univers fasciste, l’ultra droite, qui n’aurait rien à voir, plus violente, plus raciste, plus criminelle, plus…. Stop. ça suffit. j’en ai marre. Arrêtez de vous cacher derrière votre petit doigt et faites correctement votre travail en regardant la vérité en face : ce sont les mêmes. Copains comme cochons (poke à Engelman).

#TousUnisContrelaHaine une campagne qui va dans le bon sens

CdfwqgWXIAASdQK

Depuis ce matin, je savais par Le Parisien  que le Service d’Infos du Gouvernement (SIG) allait lancer « Une campagne choc pour dénoncer la banalisation de la parole raciste« , sous forme de clips télévisés.  Les voici :

 

 

.

Cette campagne, diffusée sur la plupart des chaînes de télévision jusqu’au 10 avril, coïncide avec la Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, du 21 au 28 mars. D’un coût de 3 millions d’euros, elle s’inscrit dans le cadre du « plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » doté de 100 millions d’euros sur trois ans.source

Cette campagne me semble aller dans le bon sens. Elle aurait gagné à s’intéresser également au racisme envers les Rroms, particulièrement présent dans notre pays également. Mais peut-être le SIG avait-il peur de stigmatiser son patron qui s’en est lui-même rendu coupable  ?

En tous cas, preuve de son efficacité, à peine le premier clip diffusé, et le hashtag dédié sur twitter l’évoquant, une nuée de bas du front s’est aussitôt précipitée pour y cracher toute sa bile noire, quitte à tordre la réalité au profit de leurs thèses grotesques. Complotisme, rumeurs et hoax favoris, détournement d’images et de vidéos venant d’ailleurs pour faire croire qu’il s’agissait d’événements qui se passaient près de chez nous, tout leur petit arsenal virtuel habituel y est passé. Il faut dire que l’on s’attaque là frontalement à leur fond de commerce favori, et que l’édification des masses populaires ne sert pas vraiment leur cause, qui se nourrit essentiellement d’ignorance, d’inculture et de peur sur fond d’amalgames faciles…  Je suis pour ma part fort satisfait que mes impôts servent cette cause utile et nécessaire.

Capture2

Capture

Ce pays défiguré par les ravages de la mal-pensance haineuse

ob_99641e_la-haine-rend-conj’ai appris avec satisfaction hier que 7 racailles fascistes, avec  cagoules  et barres de fer  qui, dans la nuit du 10 au 11 février,  étaient venus casser du migrant la nuit sur un parking à Loon-Plage, près de Dunkerque,  ont été arrêtés.

Ces hommes viennent presque tous du Pas-de-Calais voisin, certains sont actifs dans les mouvements «antimigrants», et l’un d’entre eux était présent à la manifestation Pegida du 6 février à Calais.

Le procureur de ce secteur lui-même avoue : Je n’ai jamais vu ça à Dunkerque».  «C’est insupportable, et on ne laissera pas faire.» Pourtant, il doit en voir bien d’autres dans l’exercice de ses fonctions… C’est dire assez le niveau de violence raciste et xénophobe à l’œuvre dans cette histoire.  Pourtant, notre pays est l’un de ceux qui accueille le moins de migrants et de réfugiés, contrairement à d’autres pays voisins. ET pour cause : il a permis les migrants une bien triste réputation, et la manière dont ils sont accueillis par exemple à Calais a fait le tour du monde. L’instrumentalisation de la crise dite « des migrants »par des mouvements et partis malveillants, des identitaires à Pegida en passant par le FN, ainsi que dans une certaine gauche dite Finkielkraut qui passe par l’irresponsable Bouvet,  le tout parcouru par le concept inepte du choc des civilisations quand ce n’est pas de la théorie fumeuse du grand remplacement,  expliquent à mon sens cette tension maximale qui va jusqu’au passage à l’acte par des individus au front bas manipulés par de pseudos intellectuels de bas étage. Ajoutons à cela les attentats djihadistes, et voilà que les musulmans sont eux aussi pris dans une nasse de haine pure et de peur nationale quasi généralisée, qui n’a jamais atteint de tels sommets de bêtise crasse dont je vois tous les jours les effets sur les réseaux sociaux et dans la vraie vie, moult exemples à l’appui. Journaux papier, sites d’information et télé sont là pour assurer le service après vente médiatique de cette focalisation négative outrancière sur une population qui ne représente pourtant qu’un dixième des français. Les dégâts collatéraux de l’état d’urgence  que ce gouvernement moisi tente en vain de minimiser viennent ajouter la cerise sur le gâteau de ce sinistre spectacle informationnel quotidien, duquel aucun acteur politique ou médiatique ne semble pourtant s’émouvoir ni prendre conscience. La stigmatisation de l’Autre apparait permanente. Pourtant, je n’ai pas vu la communauté nationale, si prompte à dénoncer le communautarisme quand il s’agit des musulmans (dont je n’excuse pas plus qu’un autre les délits quand il  y en a), s’émouvoir aussi vertueusement des méfaits du communautarisme catholique.  Et ce n’est pas la manière dont l’affaire du prêtre Bernard Preynat, dont les actes pédophiles n’ont été traités par le cardinal Barbarin qu’à partir du moment où il y a eu plainte, en 2014, alors qu’il était au courant des faits depuis 2007-2008 qui me démentira. Voir l’extrême droite protéger contre vents et marées, jusque dans une telle infamie, une telle horreur absolue, ce prélat qui a pourtant menti, et le voir évoquer pour se disculper le droit canonique qui serait donc pour lui à la fois supérieur à l’intérêt supérieur de l’enfant (que les mêmes ont prétendu défendre à l’occasion du mariage pour tous) et à la justice française, voilà qui est un peu fort de café. C’est exactement ce que l’on reproche à l’islam dans les multiples polémiques sur le thème de la laïcité !  Deux poids, deux mesures ?  J’ai beau représenter aux yeux de cette communauté là un islamo-gauchiste collabo (ce qui me fait sourire tant c’est creux et grotesque), une telle mauvaise foi les condamne à mon sens à une totale décrédibilisation historique. Mais cela ne m’étonne guère. je connais en effet d’expérience la grande perméabilité qui existe à l’exact point de jonction idéologique  entre les idées d’extrême droite et l’intégrisme religieux, dont j’ai évoqué autrefois l’une des péripéties, sous influence de  l’Agrif.  Ses adeptes semblent avoir un grand pouvoir de nuisance sur l’agglomération nancéienne où je réside. J’ai vu comment se propageait ce simple fait divers pourtant particulièrement anodin. J’ai constaté en temps réel la rapidité stupéfiante avec laquelle il a été monté en épingle, amplifié, déformé  et propagé  à travers ses nombreux réseaux d’influence, partout dans le pays, avec la complicité de certains politiques manifestement non départis d’influence religieuse, loin de la prétendue laïcité à géométrie si variable qui prévaut dans des cercles là, comme pour ne pas le citer le Sieur Laurent Hénart, édile local. J’ai eu le loisir d’observer avec stupéfaction, suite à cette histoire, leur grand respect des femmes et leur bonne éducation légendaire, tout comme leur grande préoccupation pour les droits humains... Si la religion doit rendre ainsi beaucoup plus con que lorsqu’on n’en a pas, je suis plutôt fier d’être athée. J’ai en effet beaucoup plus d’amour (ce n’est pas difficile) pour mon prochain que ces gens là… Aussi, voir mon pays atteint si gravement par une telle lèpre qu’est la haine de l’étranger, du musulman, du juif, de l’homosexuel(le), qui va jusqu’au passage à l’acte, par la violence, seul ou en groupe comme dans le cas de la « ratonnade » de Dunkerque, m’horrifie au plus haut point. Si l’Etat, nos institutions, et aussi, et surtout notre comportement collectif n’y mettent pas rapidement un terme, je crains que ce genre de faits divers ne se multiplient, jusqu’à se voir lamentablement banalisés, comme c’est déjà le cas des actes homophobes, islamophobes, antisémites, sexistes. Et encore j’oublie ce phénomène inquiétant de stigmatisation et de haine des pauvres qui s’illustre régulièrement à droite. Et je ne vois pas pour l’instant de discours politique fort et ferme qui viennent contrecarrer cette vague de haine qui est en train de disloquer notre société. Et je n’attends rien d ‘une classe politique qui se fourvoie, comme c’est de notoriété publique le cas du premier ministre à propos des roms, dans ce genre de discours méprisables.