L’agression raciste et xénophobe faite à #NousToutes (par les fachos de #Nemesis)

Quand l’extrême-droite tente de s’immiscer dans une manifestation (celle de #NousToutes, samedi, à Paris) luttant contre les violences faites aux femmes, et qu’elle essaie de récupérer la cause féministe au profit de ses immondes obsessions identitaires, tentant d’instrumentaliser assez minablement la pourtant si précieuse cause des femmes, ça donne ça : un étalage de vomi

Ici, on sait quoi penser de ce genre de  ce « féminisme » là... Bien sûr, elles ont été évacuées illico-presto, leur quart d’heure de célébrité s’étant réduit à…. trente secondes, qu’elles tentent outrancièrement de faire mousser sur le net, dans leur réseau de bas du front, aidées en cela par l’industrie des petits producteurs de haine habituels, tout en se faisant artificiellement victimiser. (Il est pourtant utile de se souvenir que, dans une situation inversée, leurs petits amis politiques ont été beaucoup moins tendres avec d’autres vraies féministes … de la première heure, elles… ).

Si l’on n’avait, par le plus grand des hasards,  aucune idée sur la nature et l’origine de ce groupuscule raciste et xénophobe là, il suffirait d’aller voir dans les publications de celle (celui ?) qui publie cela sur twitter. Il n’y a pas besoin d’une longue investigation trop poussée pour trouver assez rapidement ça  :

Comme je ne suis pas étonné… Je connais mon sujet. Tout comme sa famille, et leurs tronches. Moi aussi, j’ai une mémoire, Némésis.

Le compte Némésis relaie aussi du Adoxa infos, qui soutient leur initiative visiblement sans réserve, capture d’écran à l’appui :

On sait depuis cet article qu’il s’agit d’un site de la fachosphère récemment créé par Grégory Roose, un cadre du FN/RN ex délégué départemental du parti d’extrême-droite, très actif sur twitter… et bien connu pour les raisons que l’on sait…

ET bien sûr,  dans les publications de Némesis, l’inévitable « navire amiral de la fachosphère« , comme dit l’autre… : FDesouche

 

Et enfin (on va s’arrêter là, pour le festival de têtes de gondoles moisies, je crois que ça suffira pour illustrer l’apolitisme de ce groupe là), la cerise sur le gâteau à la merde, j’ai nommé…

… Martial Bild, sur lequel on a bien sûr un dossier ici. 

On le connait notamment pour se présenter comme journaliste,  alors que c’est surtout un militant d’extrême-droite qui ne fait que propager des fake news favorisant son idéologie suffocante sur sa web télé de la fachosphère, TVL, qui ne répugne même pas à recevoir en grande pompe, et cela à plusieurs reprises… un nazi.

source

J’espère que ces quelques éléments glanés sur le net vous suffiront pour vous faire une petite idée du féminisme de ces impétrantes,  nommées si sobrement… Némésis. Pas de bol : nous aussi, les antifas, nous avons une mémoire… et saurons nous en ressouvenir.

Il ne faudra pas longtemps je pense pour découvrir qui se planquait derrière les visages floutés de leur vidéo… là où celles des autres manifestantes,  elles, ne le sont pas. Une autre idée du féminisme, vraiment ? En tous cas, pas une idée très nouvelle de l’activisme fascisant.

Post-scriptum  : ‘excellent Pierre Plottu sur twitter me rappelle que…

Capture

J’avais en effet pondu un truc sur ce mouvement tout aussi dégueulasse en terme de récupération par l’extrême-droite du féminisme, 120db…

Capture.PNG
source et suite

 

procès #Baupin : #MeToo l’emporte par KO. Je suis JOIE.

D4g6DSSWsAA62gA.jpg
(Comment disait Claire, déjà ? Ah oui : Shèh ! Sale hypocrite… La fin de l’impunité pour les harceleurs sexistes ? )

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le clarifier ici, notamment pour faire front face à d’autres moins scrupuleux, ma conception à moi (à moi seul ?) de l’antifascisme comporte en égales proportions de l’antiracisme, de l’anti-sexisme et de l’anti-capitalisme. Avec une dose de préoccupations environnementales par dessus le marché. Aussi ne puis-je qu’être satisfait à plus d’un titre d’apprendre que la manœuvre dilatoire de Denis Baupin,  vulgaire green-washer plus célèbre pour sa petite entreprise de harcèlement sexiste en série que pour son efficience en matière de lutte (réellement) écologiste, a échoué :

Capture.PNG

Sa minable tentative d’intimidation judiciaire pour faire taire à la fois les victimes de ses violences sexistes et la presse qui osait parler de son comportement abusif et oppressif (cf. #Balancetonporc et #MeToo)  s’est conclue par une fin de non-recevoir, claque magistrale dans la tronche de l’agresseur. Et pan dans les dents. Retour à l’envoyeur. L’arroseur arrosé. La justice n’a donc pas été dupe… Et c’est tant mieux !

 

Capture.PNG
source

agressions sexistes et sexuelles en milieu militant : tous concerné.e.s #PCF #MJCF #UEC etc. (suivez mon regard… #Metoo #Balancetonporc)

Capture.PNG

 

Par respect pour les victimes et leurs proches,  je  ne pouvais pas passer sous silence cette situation problématique là, qui touche un (autrefois plus) grand parti de gauche pour de vrai, compte-tenu de mes combats personnels et politiques ici…  et de ma conception de l’ antifascisme.

Capture.PNG
source

Le sujet est d’autant plus grave que le problème des agressions sexistes et sexuelles en milieu militant est gravement minoré, voire purement et simplement étouffé la plupart du temps ¹ par la quasi totalité des structures concernées, qui nient souvent jusqu’à l’évidence ². Les moyens et méthodes avec lesquelles ils font souvent pression sur les victimes, plus ou moins directes, frontales, ou plus sournoises, culpabilisantes,  font froid dans le dos, et sont souvent à gerber. J’en sais quelque chose. J’ai fait partie d’un mouvement politique qui quant à lui peut toutefois s’honorer d’avoir géré, à ma connaissance, une situation d’agression sexuelle de manière totalement transparente et juste, mettant sur la table les éléments factuels de la situation pour décider ou non de l’exclusion d’un militant agresseur, ce qui ne préjugeait en rien d’une procédure judiciaire en parallèle, à la libre volonté de la victime. Le rapport à la police et à la justice en milieu gauchiste est en effet toujours très compliqué, surtout lorsque l’on veut être raccord avec ses idées. Pour mettre les points sur les i comme j’aime à le faire, on ne peut pas en effet crier « tout le monde déteste la police » (même si c’est pour de bonnes raisons, l’extrême-droite y étant très présente)   dans les manifs,  écrire acab sur les murs,  puis se  rendre tranquillou au plus proche commissariat en cas d’agression,  quelques jours ou semaines après, c’est certain… Mais j’encouragerai toujours une victime à le faire, par delà toute autre considération. La suite lui appartient.

Capture.PNG
source

C’est pourquoi je tenais à m’exprimer sur la situation de ces jeunes militantes du MJCF… Une honte absolue, devant laquelle aucun atermoiement ou circonstance atténuante ne saurait l’emporter à mes yeux, tant la blessure est immense, les séquelles certains, et l’oppression autour, si évidente…

Capture.PNG
source

Les faits relatés ici confirment ce que j’ai déjà observé dans le passé face à des situations similaires…et notamment le poids des silences complices, au point qu’il devienne obligatoire de crever la bulle  :

Capture.PNG
source

.

Capture.PNG
source

On me dit ici que l’un des agresseurs serait quelqu’un de vulnérable psychologiquement,  toussa toussa…. En attendant, comme le dit Léa, les faits sont là, incontournables, que l’on ne peut balayer d’un revers de la main comme certain(e)s ont un peu trop tendance à s’y employer depuis… trop longtemps :

Capture.PNG
source et suite de ce témoignage indispensable...

Son thread dit tout. Il faut se donner le temps, la disponibilité d’esprit, le silence et le calme pour le lire attentivement et mieux comprendre l’ensemble des dimensions factuelles qui sont à l’œuvre dans ce genre de situations horribles…

Capture.PNG

Par delà son cas personnel – qui bien sûr me touche infiniment, au point que  lire certains passages me soit insoutenable –  l’ensemble des éléments de la problématique des violences sexistes et sexuelles m’y semble éminemment présents. J’admire le courage et la force intérieure qu’il a fallu à cette jeune femme pour s’exposer ainsi, et aussi rigoureusement, en public, sachant  et redoutant depuis si longtemps déjà les conséquences de tout cela. J’y ai d’ailleurs trouvé bien des points similaires avec une autre situation sur laquelle j’ai été amené à me prononcer et à laquelle je faisais référence plus haut dans ce billet.

Le Monsieur qu’elle accuse a fait l’objet depuis  d’une suspension (ce qui n’est pas une exclusion, hélas… Même problème que pour la ligue du lol…) et on lui a demandé de démissionner de son (ses ?) mandats électifs. C’est là la moindre des choses…

Capture.PNG
source

… sauf que j’apprends, peu de temps après avoir suivi de près cette affaire, que le Monsieur, comme le dit l’une des militantes, se la jouerait Denis Baupin, et voudrait attaquer en justice ses victimes…  je suis sur le cul, devant tant d’arrogance et de sentiment de toute puissance… Si cela se confirme, je vous tiendrai au jus des développements de cette affaire, comme dab. En attendant, va falloir que ça cesse. Pour y contribuer, j’apporte ma (petite) pierre et un peu de mon temps… en signalant tout d’abord l’existence de cette cagnotte …

Capture.PNG

… et en signalant également que Léa, comme toutes les femmes qui pourraient avoir besoin d’aide ( peuvent s’adresser à la fondation des femmes, ici, grâce aux conseils de Clara Gonzales, dont j’ai évoqué autrefois l’ignoble cyber-harcèlement ici.

Capture.PNG
leur twitter ici

.

En complément, lire aussi…

Capture.PNG
source

Post-scriptum (au 10 avril 2019)  :

Capture.PNG
source

¹ … les victimes s’y attendent en général, raison pour laquelle elles ne se déclarent pas toujours, ou pas tout de suite, et répugnent à le faire, et comment… souvent reçues par des flics bourrins, quand ce n’est pire, avec leurs observations bien dégueulasses…

² Il y a d’ailleurs fort à parier que les structures politiques les moins démocratiques qui soient (et d’ailleurs les moins féministes dans leurs propositions, comme dans leurs votes, et dans les faits…) feront leurs choux gras de ce genre d’histoire quand elle touche l’un de leurs ennemis politiques viscéral, le PCF… s’absolvant bien volontiers et si généreusement de leurs propres turpitudes en la matière. Alors que TOUS les partis et mouvements politiques et syndicaux (voire plus largement toutes les activités humaines , après tout, comme toutes les affaires révélées par #Metoo puis par l’histoire de la ligue du lol démontrent factuellement)   peuvent être touchées par ce problème, c’est un fait. Cochon qui s’en dédit.

aujourd’hui, je ferme ma gueule. Place à #Noustoutes

DsiyJT_XgAA24-f
source

.

(existe aussi dans notre région Grand Est ici :

Capture.PNG
source

 

 

#Orelsan : la fRance n’est donc plus du tout #Metoo ? Ni #balancetonporc ?

Capture.PNG
source

J’ai raté un épisode ? Ce type, là, ci-dessus,  qui vient de trouver une consécration soulignée au stabylo par la profession, c’est bien le même qui « chantait » (sic)  ça ?  ⬇️

« J’te quitterai dès qu’j’trouve une chienne avec un meilleur pedigree », « J’respecte les schnecks avec un QI en déficit, celles qui encaissent jusqu’à finir handicapées physiques »…

« les féministes me persécutent (…), comme si c’était d’ma faute si les meufs c’est des putes »

« renseigne-toi sur les pansements et les poussettes, j’peux t’faire un enfant et t’casser le nez sur un coup d’tête »,

« ferme ta gueule ou tu vas t’faire marie-trintigner (…) »

« C’est pas en insultant les meufs dans mes refrains que j’deviendrai quelqu’un mais j’aime bien ». (source)

je crois que je ne comprends vraiment pas tout de ce monde comme il va mal. Mais nul ne m’empêchera de constater l’incroyable différence de traitement qu’il peut y avoir entre cette bien triste victoire là et le sort infligé à celle qui a fait la joie de la fachosphère...

Post-scriptum  j’apprends à l’instant qu’une pétition demandant à la ministre de la culture, Françoise Nyssen, le retrait de ses trophées vient de recueillir plus de 15 000 signatures.

#balancetonporc : #menard #beziers #FN #sexisme

On connait bien le Sieur bas du front sournois qu’est le maire de Béziers pour sa capacité à manipuler les médias dominants afin de faire parler de lui au taquet, de manière tout à fait artificielle, histoire de brasser sa soupe bien dégueulasse… et que ça se voie bien partout, surtout, malgré l’indigence du message originel, ainsi qu’on l’a déjà remarqué à maintes reprises. La dernière fois, cela lui a pourtant valu une condamnation pour incitation à la haine raciale (et religieuse). Il semblerait que la leçon ne lui ait cependant pas suffi : il en redemande. Mais cette fois, sur un autre registre. Car Ménard n’est pas seulement raciste, mais également sexiste, et ne voit pas où est le mal en faisant placarder ça dans sa ville (dans laquelle je n’aimerais pas vivre même si on me payait pour) :

DQwFnHwV4AAAY1B

.. La période est un peu mal choisie je crois, entre l’affaire Weinstein et ses suites partout à travers le monde (Toi aussi, #balancetonporc : #Menard aussi, donc) et le nombre d’affaires de violences envers les femmes allant jusqu’au meurtre ( « féminicides« ). Le lien entre cette affiche et ce fait divers révoltant datant de juin 2017, où un homme avait tué sa compagne âgée de 34 ans, mère de quatre enfants, en l’attachant sur les voies à l’approche d’un train à grande vitesse, avant de se suicider, ne peut que faire réfléchir… sauf ce genre d’individus peux scrupuleux, visiblement. Car comme le Monsieur est un peu bas de plafond, et ne voit que son petit nombril, bien sale au demeurant (comme le contenu de sa cervelle toute moisie), il ne voit pas où est le mâle. Moi si. Et s’il savait le sort que nombre d’entre nous aimeraient bien lui réserver, femmes ou hommes, il préférerait probablement être là :

Capture.2 PNG

DQwbAoxUIAAk5Cb

Oh oui, c’est beaucoup mieux, merci.

Mais trêve de plaisanterie, le sujet est trop sérieux pour le confier seulement à powerpoint… Plusieurs initiatives conjointes consécutives à cette saloperie là (sans parler de son contenu environnemental plus que discutable, mais ceci est un autre sujet) ont été mises en oeuvre, notamment de cette ancienne ministre des droits des femmes :

Capture.PNG

..

Une autre initiative venant de je ne sais plus quel.le.s internautes consiste à adresser nous mêmes une plainte en ligne auprès du Jury de déontologie publicitaire. C’est ici :

Capture.PNG

Pour moi, c’est fait. Aux suivant.e.s…

Capture.PNG

 

> Réactualisation (au 13.12.2017) On peut apprendre ce qui suit par le collectif national des droits des femmes :

Capture
suite et source

un duel improbable : Le Figaro et le « jeune de banlieue »

Me voilà contraint de revenir à nouveau sur l’ouvrage, déjà entamé il y a peu, sur la superposition des dégueulasseries. A cause de ceci :

Capture.PNG

… On avait donc déjà assisté dans les épisodes précédents à la saloperie qui consistait à attaquer l’antiracisme sous prétexte de sexisme, à moins que ce ne soit l’inverse. Et voilà que nous assistons à présent, tous ébahis, à la superposition d’une troisième couche de dégueulasserie : la haine du jeune, et de la banlieue. Car enfin, de mon point de vue antifasciste, l’essentialisation, voilà l’ennemi. A moins de considérer que le jeune de banlieue est exclusivement musulman, que même dans ce cas, il est nécessairement admirateur de ce dealer de mauvaise came idéologique là, et que de surcroit il a une fascination pour les machistes violeurs, franchement, je ne vois pas ce que ce titre vient faire là, qui choque tant des nuées d’internautes. Car oui, Le Figaro, ne vous en déplaise, (faudrait vous réveiller, à l’heure du numérique !) même les jeunes (je ne le suis plus, mais j’ai des enfants, des ami.e.s), et même en banlieue (j’y suis, en province, redoublant mon forfait à vos yeux : dans un hlm 😉 nous lisons, et même votre torchon nous parvient sous les yeux, qui nous salit.

Capture
.

Capture

(mais bon, chez ces gens là, hein, on voit trop bien ce qu’il y a dans leur imaginaire fantasmatique déconnecté, leurs préjugés de classe  : le jeune de banlieue est forcément noir (ou blanc mais pas tout à fait), il fréquente forcément les mosquées, regarde avec gourmandise des sites djihadistes, et cache des kalaches dans sa cave où il procède volontiers à des tournantes. Bien sûr, cela fait partie de sa vie quotidienne (je l’ai vu !), il vole des scooters qu’il y démonte pour les revendre au black, et crache sur les flics (normal, il a toujours quelque chose à se reprocher).

Capture.PNG

Ah, oui, comment ais-je pu oublier cette caractéristique sociologique essentielle ( et moi qui croyais que c’était du raï…). Et puis, il drogue et deale, aussi. Bref… Mauvaise came, Le Figaro, vous dis-je. Pur bullshit.
.
.

Pour une + juste modération des réseaux (a) sociaux (en soutien à @ElliotLepers et @Claranote) #antirelous

images.jpgEncore des raisons de plus si besoin en était d’avoir honte de mon genre…Déjà, quand j’ai appris que le numéro « anti-relous » mis en place pour se protéger des dragueurs un peu trop insistants avait été (je cite)  « victime de son succès« , je me suis dis que cela situait déjà assez bien l’ampleur du phénomène. Quelle honte. Quel déshonneur. Quelle avalanche de merde sexiste qui soudain s’abat sur nous. Au moment même où « la honte devrait changer de camp », et l’onde de choc Weinstein et les actions qui en découlent nous donner l’espoir d’un monde meilleur pour tous, et aussi, et surtout les femmes….

Et puis voilà qu’Elliot Lepers et Clara Gonzales, créateurs du fameux numéro anti relous, ont fait l’objet d’une campagne de dénigrement et de cyber-harcèlement d’une ampleur et d’une violence inouïe, qui ne s’est pas contentée du net pour se livrer à des exactions répréhensibles à juste titre. Voici le commentaire qu’ils ont publié sur facebook pour plus d’informations :

Capture

Lancée vendredi 27 octobre dans après-midi, notre initiative de « numéro anti-relous » a été largement relayée dans la presse tout au long du weekend.

Lundi soir, nous avons été victimes d’une attaque coordonnée contre le service et d’une campagne de harcèlement contre nos personnes. Plusieurs dizaines de messages de haine, et notamment des menaces de mort, ont également été publiés sur Twitter et d’autres plateformes à notre encontre.

À partir de 16h, plus de 20 000 messages d’insultes ont été envoyés en masse au service, dans l’objectif affiché de nous causer un préjudice financier pour que le service soit interrompu. Nous avons été contraints de désactiver la ligne téléphonique à 20h pour contenir le pic de charge. Le préjudice financier est minime, les mesures de sécurité mises en places pour pallier ces comportements, hélas prévisibles, ayant fonctionné comme prévu.

À 23h, un homme s’est présenté au domicile de l’un d’entre nous et a sonné plusieurs fois avant de repartir. Plusieurs dizaines de commandes de nourriture ont également été passées à notre nom dans le but d’être livrées chez nous.

Tout au long de la soirée, nous avons pu rassembler des éléments de preuve accablants dans le but de confondre les auteurs. Nous mettons actuellement en oeuvre les démarches juridiques pour que les responsables soient poursuivis.

Nous tenterons de réactiver un service similaire dès que possible, et poursuivons notre collecte à cette fin sur le site 3615relous.fr. Nous saluons à cette fin l’élan massif de solidarité qui a accompagné ces attaques depuis hier soir.

À ce jour, ni Twitter, interpellé à propos de menaces de mort, ni Webedia, société éditrice du site jeuxvideo.com sur lequel les délinquants se sont coordonnés, n’ont réagi. Leur silence a trop duré, alors que nombre de militantes ont subi des attaques similaires ces dernières années, en France et dans le monde.

Au-delà de notre cas particulier, nous voulons que cet épisode, qui n’est qu’un symptôme de plus, contribue à mettre fin à l’impunité du cyber-harcèlement. Il ne s’agit de rien d’autre qu’une police politique de la pensée qui utilise l’intimidation, l’incitation à la haine, et la violence pour réduire les féministes au silence.

Nous tenons à leur dire qu’ils n’y parviendront pas et que cela ne fait que renforcer notre détermination à créer une société égalitaire et respectueuses des opinions de toutes et tous.

Surtout, nous voulons que le gouvernement réagisse à la hauteur de l’attente exprimée ces dernières semaines par la société toute entière concernant la lutte contre les violences faites aux femmes. L’État doit également se tenir aux côtés de celles et ceux qui luttent pour l’égalité, et soutenir les associations présentes sur le terrain.

Elliot Lepers et Clara Gonzales

… Mis en cause, et donc  contacté pour cela par france info, Cédric Page, directeur de la division « gaming » de WebmWebedia et du site incriminé, se défend en des termes visibles ici. J’ai honte pour lui. Voilà qui s’appelle s’en laver les mains à bon compte… Ce n’est pourtant pas la première fois que JeuxVidéo.com est mis en cause dans des affaires de cyber harcèlement. Mais Monsieur n’y est pour rien. C’est la faute aux autres. Ben tiens, facile…  trop. Toutefois, c’est un fait, d’autres plates-formes, comme facebook et twitter entre autres,  laissent également passer aisément des contenus de haters bien dégueulasses en cette matière, le sexisme, comme en  d’autres (racisme, xénophobie, haine des  migrants, homo et transphobie, grossophobie, etc.) sans que leurs équipes de modération n’y trouvent à redire, malgré de nombreux signalement dûment motivés. j’ai déjà également posé l’alerte sur le sujet, faits à l’appui. Je suis même allé jusqu’à envoyer un courrier aux autorités de tutelle susceptibles d’agir. En vain. Le sujet de la modération de réseaux de plus en plus asociaux est pourtant selon moi une question de salubrité publique, de santé mentale. La fin de l’impunité des propos haineux sur internet est entamée dans d’autres pays européens. Pourquoi pas en France ? Là est la question politique du jour. Car les ennemis de la démocratie se nourrissent de ce phénomène de haters, comme d’autres épisodes, aux USA, l’ont clairement démontré, à l’occasion de la campagne présidentielle, qui a vu élire le pire d’entre eux. Internet en est le support. Il est urgent d’agir. On peut. Il y a des outils, à la fois juridiques et techniques. Juste une question de volonté politique. J’ai dit. (et écrit).

Post-scriptum (au 01.22.2017) : Nadia Daam, sur Europe 1. parle ici des bas du front dejeux vidéo.com. et devinez ce qui lui arriva ? Voilà voilà…

 

#balancetonporc : j’ai parfois honte d’être un homme #NotInMyName

0.PNG

En lisant cet article du Monde qui concerne directement cette femme qui a eu le courage, quelles que soient ses opinions et positionnements politiques, religieux et idéologiques par ailleurs (ça ne change rien), de témoigner des violences sexuelles qu’elle a subies, j’ai découvert qu’il y avait donc des gens – des hommes, majoritairement – qui ajoutaient à l’horreur des faits celle de leurs propos dégueulasses à bien des égards : racisme, sexisme, complotisme… Toute la bêtise humaine rassemblée en un seul endroit, comme qui dirait. Je me suis arrêté à cet extrait, en début d’article :

Une partie de ces messages hostiles reprennent les arguments auxquels se heurtent souvent les femmes qui portent plainte pour viol et qui peuvent se résumer ainsi : elle l’a bien cherché. « En islam, comme on le sait tous, il est interdit de s’isoler avec un homme même s’il est un proche de la famille. Elle a accepté en faisant semblant », écrit Karim Kheloufi sur la page Facebook d’Henda Ayari.

Alors, j’ai voulu me rendre compte sur pièce. A force de lire la presse en ligne, je deviens en effet d’un naturel pragmatique, si ce n’est méfiant. Il y a franchement de quoi... tant certains « journalistes » (vraiment ?) tordent la réalité, sans la moindre préoccupation déontologique). Les subterfuges y sont si nombreux qu’on peut très bien en effet crier au loup quand il n’y avait qu’une simple musaraigne dans le grenier. Je ne remercie pas Le Monde de n’avoir pas mis le lien vers ladite page facebook d’Henda Ayari, mais surtout l’endroit précis  où le crime était commis.  J’ai du ramer  – un peu – pour trouver. C’est ici. Hélas, tout est vrai, et pire encore  :

Capture1Capture2Capture3Capture4

Capture5..

(on notera au passage la référence à Nabe, figure tellement sympathique pour un antifa… quand on sait qu’il était présent à l’inauguration du Local, du nazi Ayoub. Voir ici ).

 Bien que tous soient infâmes, à en vomir, le dernier extrait, d’un certain Redouane Zerrad,  m’a  profondément affecté. La laideur absolue de cette trace de brun sur ma page m’est offense. Sexisme absolu, négation totale de l’être humain, mépris du corps d’une femme, volonté de la salir, remarque ignoble de quelqun dont on voit ici, précisément,  que seul le plaisir sexuel et visuel est le maître, l’Autre n’étant qu’un objet à son service exclusif. Ne répondant pas à son besoin de consommation, il rejette ce qui n’est pour lui qu’un produit. Comme le livre dont il entend pourfendre la valeur comme le gain – visiblement indu au vu de ses propos – apporté à son auteure. J’ai lu la suite. Ce n’est pas une « bavure », un pet de l’esprit si tant est qu’il en ait. Ce sale type récidive, insiste, tente d’argumenter selon son seul point de vue prioritaire et exclusif de tout autre, forcément malvenu, mal-informé, « naïf », et que sais je encore…

Me faire des ennemis pareils m’est un honneur. Car moi, je sais contre quoi je me bats, quelle ordure je combats. Elle est là, précisément, aux côtés du racisme et de ces autres discriminations qui me sont intolérables, dont je parle plus volontiers ici, qui font les jours et les heures de ce blog. Le sexisme y est, il est vrai, moins présent. Mais c’est qu’au fil du temps et des fréquentations, des discussions sur le sujet, j’ai appris à ne pas parler à la place des femmes. J’ai ainsi laissé libre court à cette marée humaine de témoignages sous le hashtag #balancetonporc, et l’ai soutenu en le portant en partage, comme il se doit, m’abstenant du moindre commentaire sur la nature des révélations portées sur les réseaux. Ce n’est que justice. De quel droit – comme cet ignoble insoumis là – mettrai-je en doute ce que j’y vois, connaissant si bien les mécanismes humains qui fondent l’accueil de la parole blessée, des victimes d’agressions sexuelles, comme de celles du harcèlement moral  ?

Mais l’occasion m’était donnée ici de donner mon modeste point de vue, celui d’un homme simplement sensible à la cause des droits des femmes qui fait ce qu’il peut, comme il peut, chaque fois qu’il le peut… Très imparfait.  Mais qui voudrait que ces droits là avancent. Or, visiblement, il y a encore bien du travail, à la lecture de cet obscurantisme répugnant, et le constat de la bêtise crasse qui règne encore, en mâle dominant sûr de son bon droit et ne tolérant pas qu’on y porte atteinte.

Quand je lis ce genre de choses, cela ne me fait pas du bien… #NotInMyName.

(NB : pour le reste de l’article du Monde, sur l’antisémitisme que cette affaire aurait engendrée, je vous laisse le lire… et vous forger votre propre idée. Moi je dois creuser ça, peut être dans un autre billet).

Post-scriptum : je viens de découvrir cet excellent thread (ensemble de publications sur tweeter à dérouler en dessous d’un tweet d’annonce, dit teaser, pour résumer). Je ne saurais trop vous en conseiller la lecture, surtout les mecs,  vous aurez l’air moins cons. Voilà c’est ici (clique avec le mulot, ste plait, sous ce lien. Voilà, tu y es)

Capture.PNG
(la suite ici… Si, si, j’insiste ! 😉

Le #FN refuse de lutter contre les violences faites aux femmes

j’ai déjà relevé ici à maintes reprises, chaque fois que l’occasion s’en est présentée, à quel point la question de la défense des droits des femmes, au FN, relève d’ une incroyable imposture, d’ une fumisterie sans nom qui ne résiste pas une seconde à l’analyse la plus factuelle. Le fait que ce parti extrêmement droitier, raciste, sexiste et anti-féministe soit occasionnellement représenté par des femmes, notamment en la personne de sa Présidente déclinante, n’y change rien. On sait bien à quel point, quand on s’intéresse un tantinet à la question,  certaines femmes intériorisent si bien les codes de la domination masculine et de la négation de leurs droits et de leurs intérêts, victimes qu’elles sont d’un système qui les oppresse sans qu’elles ne s’en interrogent… Aussi, je ne vais pas cracher sur l’occasion qui m’est donnée une fois de plus de démonter l’arnaque pour mous du bulbe (histoire de reprendre la terminologie d’un certain groupe facebook.. Rires…) qu’est le FN dans son action politique envers les femmes. C’est un article du site Les nouvelles/News qui nous révèle l’affaire :

Capture1Capture

J’avais intitulé autrefois un article sur ce même sujet : « être une femme et voter #FN ? Faut vraiment être une quiche ! ». (ce qui m’avait d’ailleurs valu une volée de bois vert, reprochant à mon titre son supposé sexisme). Mais cette fois, si on sait cela et qu’on s’obstine encore à voter FN, alors, ce n’est plus être quiche. Mais franchement tarte. Au flan. Et raté, encore, le flan. Car bien que féministe, une femme, quand elle partage les idées du FN, est mon ennemie. Ce serait faire en effet preuve d’un sacré sexisme que de ne pas considérer qu’elle adhère à  des idées pourries, racistes et anti-féministes, sous le seul prétexte que  c’est une femme et que je suis un homme, alors que je ne me gênerais pas pour dire la même chose si c’était un homme, qui peut lui aussi être une sacrée quiche (ou un navet, rayer la mention inutile). CQFD. No pasaran (les femmes aussi). Et comme ce sont surtout des hommes, au FN, qui votent au parlement européen, alors… voilà. La boucle est bouclée. Le FN n’a définitivement aucune légitimité pour parler de féminisme, alors qu’il refuse de lutter contre les violences faites aux femmes, de peur de se voir également traîné en justice pour d’autres formes de discriminations,  autres que sexuelle, comme son racisme. Les masques n’arrêtent pas de  tomber. Un parti d’hypocrites.