Les « républicains » ? Une mafia !

Finalement, si je comprends bien, quiconque dorénavant voudra comprendre le fonctionnement du parti frauduleusement auto-proclamé « Les républicains » n’aura qu’à se reporter au programme du Front National pour ce qui concerne son positionnement devant l’immigration ¹, et à la chronique judiciaire pour ce qui s’agit des personnalités de ce parti. En effet, concernant son président, outre ses multiples casseroles judiciaires à présent bien connues, on vient d’apprendre qu’il a passé ses vacances avec sa femme chez un ami en délicatesse avec la justice. Quant aux dirigeants de ce parti, il suffira d’indiquer comme cela en passant  qu’une quarantaine au bas mot ont été inculpés ou/et mis en examen. La droite française ? Une mafia aux mains d’affairistes notoires.

.

¹ Ses cadres ne s’y trompent pas, qui émigrent si volontiers vers l’extrême droite…

Capture

Petite question personnelle à Mrs Myard, Bapt, Vial et Zocchetto #syrie

En Février dernier, une petite délégation composée de 2 députés français, Jacques Myard (UMP) et Gérard Bapt ( PS), ainsi que de deux sénateurs, l’UMP Jean-Pierre Vial et le centriste François Zocchetto, ont entrepris d’aller rendre une petite visite amicale à ce gentil Monsieur qu’est Bachar al-Assad, le Président syrien. Ils  bravaient ainsi la ligne diplomatique française, qui consiste à refuser tout dialogue avec un homme considéré comme un dictateur, ce que bien entendu je partage de tout cœur.  Notre courageux Gérard a fait faux bond à ses camarades au dernier moment, probablement effrayé par la proverbiale fureur vallsienne. Les autres avaient alors salué le bon accueil d’un Président souriant en concluant en ces termes ; « Nous avons rencontré Bachar al-Assad pendant une bonne heure. Ça s’est très bien passé ». Cela avait alors provoqué une belle polémique, à mon sens plus que justifiée. Je serais donc fort curieux et désireux aujourd’hui, après avoir été destinataire de cette information  ce matin, de connaître l’actuelle position des intéressés, après que 82 personnes au moins, en majorité des civils, eusse péri hier à Douma, suite à  des frappes aériennes près de Damas, le jour même où le patron de l’ONU pour les affaires humanitaires s’entretenait avec des responsables dans la capitale syrienne.

« Le régime a frappé six fois sur un marché populaire dans le centre de Douma et quatre fois dans les environs. Il y au moins 82 morts et plus de 250 blessés », a indiqué à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Si ça ce n’est pas du cynisme et de la provocation…   Le dialogue s’avère en effet particulièrement utile. Bravo les gars. La France est fière de vous. Le meurtre délibéré de civils, beau résultat de vos palabres.

Capture

Capture

Colonialisation des pays d’Europe par la finance : qui après la #Grèce ?

Aujourd’hui, notre pays a validé l’accord de Bruxelles sur la Grèce à une écrasante majorité. L’Assemblée nationale l’a approuvé par 412 contre 69 voix et le Sénat par 260 voix contre 23. Le détail des votes des députés est visible ici. Laissez moi vous dire pourquoi ce soir, je suis ulcéré au point de m’être lâché sur twitter en disant haut et fort que j’avais honte d’être français.

Capture

Tout d’abord, je pense que cet accord ne sert à rien, qu’il est mauvais, que je ne suis pas le seul à le penser de par le monde, et que c’est franchement reculer pour mieux sauter. Car son contenu (quand on le connait…) est si insupportable pour le peuple grec et intenable pour les institutions de ce pays qu’on devra fatalement se reposer la question dans un laps de temps plus ou moins court. Tsipras l’a d’ailleurs dit à sa façon, certainement plus informé que moi (que nous)  : « J’assume mes responsabilités pour toute erreur que j’ai pu commettre, j’assume la responsabilité pour un texte auquel je ne crois pas mais je le signe pour éviter tout désastre au pays« . Comment en effet, à moins d’être totalement déconnecté des réalités, pourrait-on à sa place oublier que de sa position dans des négociations (qualifiées par beaucoup de pistolet sur la tempe) dépend le fait que des êtres humains, dans le pays qu’on a l’honneur de diriger, puissent manger à leur faim, et donc pourront le plus rapidement possible retirer librement de l’argent de leur banque ? Bien sûr, ne pas voter pour cet accord aurait été les priver d’une manne de 80 milliards d’euros… Oui, mais pour quoi faire, et à qui ce plan profitera-t-il ? Si vous aviez un doute, il sera levé bien vite ci-dessous.

Rappelons ensuite quels sont les effets des multiples plans qualifiés si cyniquement de sauvetage de la Grèce… Il y en a 8 en tout, avec les résultats que l’on sait : un chômage qui a augmenté de près de 30 %, alors que dans le même temps 77% de l’argent du précédent  plan de sauvetage de la Grèce a bénéficié directement au secteur de la finance, une réduction des salaires de 40 à 50%, des soupes populaires organisées midi et soir sur les places publiques, des enfants qui s’évanouissent à l’école parce que leurs parents ne peuvent plus leur payer à manger, un manque de médicaments et notamment d’antibiotiques, une augmentation de la mortalité, l’explosion du sida, de la toxicomanie et de la prostitution…. « La santé de base n’est plus assurée, plus de 30% de la population n’a plus accès à la sécurité sociale (source). Et une explosion des suicides, dont une étude britannique révèle qu’elle est étroitement corrélée à la logique austéritaire, qui fait honte à notre société européenne dite avancée. Les grecs qui sont les premiers concernés –  il est utile de le rappeler pour les têtes d’œufs qui prétendent mieux savoir qu’eux ce qui est bon pour eux – ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, qui au dernier référendum ont voté clairement contre le dernier plan proposé. Celui-ci est encore pire, et on devrait s’en féliciter? Quiconque prétend soutenir le peuple grec devrait se souvenir de ce référendum, et en respecter le résultat.

Capture X

Même des acteurs de premier plan, dont Krugman (prix nobel d’économie), et des organes de presse pas franchement gauchistes comme le New Yorker qualifient ce plan d’humiliant pour la Grèce. Et l’on voudrait que je sois pour ?  Avant cette histoire, j’étais contre la sortie de la Grèce de l’Europe. Mais quand on assiste comme je l’ai fait au jour le jour à l’évolution de la situation, et surtout à l’incroyable violence et au cynisme des institutions européennes, qui ne font que privilégier la préservation des intérêt économiques dominants, en se satisfaisant de la perspective de la vente à la découpe de la Grèce, j’en arrive, c’est dire,  à souhaiter le fameux grexit tant honni… Beau résultat de cette Europe là sur le moral des européens.  De plus, je ne peux m’expliquer autrement que comme un acharnement politique le sort que l’on entend réserver aux grecs, dont cette accord particulièrement régressif est une illustration. Car enfin, soyons pragmatiques un instant. Comment justifier  un plan si mortifère, si répressif pour le peuple grec (au point de se mêler de sa propre justice  !), quand on sait que, pour rependre les arguments de nos adversaires politiques, le poids de la dette par habitant est de 29000 euros en Grèce, quand il est de… 31000 euros par habitant en France, de 35000 en Italie, de 38 000 en Belgique ?  Ceux qui s ‘intéressent au sujet ne peuvent en outre que convenir de ce que ce pays est l’un de ceux qui a fait ces 5 dernières années l’effort de réduction des dépenses publiques le plus ahurissant, qui en aurait mis à terre plus d’un… Ce plan se révèle donc là, par ce simple argument, d’une orientation politique répressive détestable et incohérente. De plus, même les arguments libéraux, dans ce cas de figure, ne tiennent plus puisque en matière de vitalité économique, chacun sait que plus on étrangle un peuple, moins la croissance et au rendez vous.

Au passage, j’en profite pour dire merci à Tsipras qui a réussi à faire en sorte que le fonds de garantie de 50 milliards prévu dans ce plan soit basé en Grèce et non… au Luxembourg !

« Les actifs grecs de valeur seront transférés à un Fonds indépendant qui les monétisera par des privatisations ou d’autres moyens ».

Ce Fonds devra générer 50 milliards d’euros, dont 50% serviront à recapitaliser les banques grecques au bord de l’asphyxie financière. 12,5 milliards serviront au désendettement et 12,5 milliards pour des investissements.

Ce Fonds sera basé en Grèce et sera géré par les autorités grecques sous la « supervision » des autorités euroépennes.

Aussi, face à la perspective de l’adoption de ce plan d’aide à la Grèce qui fait tant polémique, la seule question qui vaille à mon sens est celle-ci : est-ce que celui-ci va améliorer la condition des grecs ? La réponse est bien évidemment non quand on connait le contenu réel de cet accord, plutôt que la propagande qui en est faite. je le répète, les voix les plus pertinentes et compétentes à travers le monde l’ont déjà dit, cet accord est mauvais, c’est une humiliation pour le peuple grec, et il ne résoudra rien sinon à perpétuer une logique austéritaire qui a déjà asséché ce pays, et appauvri ses habitants. Enfin, pour terminer un billet certainement trop long qui de surcroit ne répond pas à toutes les questions en la matière (mais comment le pourrait-il ?), je terminerai par l’incroyable tartufferie qu’il y a de prétendre lutter contre la finance internationale, de soutenir le peuple grec, en votant pour (au pire), et au mieux… en s’abstenant, ce qui ne m’est jamais apparu comme une preuve de courage politique. Poke à…

Capture

Capture

Malik Oussekine : ni oubli, ni pardon #Pasqua

CaptureBien sûr, on n’est jamais aussi grand que mort. Mais la fin de la présence de ce malfrat dans le paysage politique français ne pouvait me laisser de glace. Son ombre malfaisante a en effet plané sur 50 ans de mon existence… Et depuis l’éveil de ma conscience politique, cet homme était  l’ennemi. Car pour moi, Pasqua, c’est surtout l’homme du SAC, une officine criminelle dont il a été l’un des fondateurs, sorte de police secrète au service du parti gaulliste et du pouvoir de droite, qui regroupait à la fois non seulement des militants gaullistes inconditionnels, mais également d’ anciens policiers, gendarmes ou militaires, mêlés à des truands de la pègre de l’époque, dont des criminels notoires, qui avait pour spécialité de casser de l’arabe et du gauchiste.  Cette sympathique association a commis d’innombrables actions violentes, allant jusqu’au meurtre. La liste de ses exactions est si longue qu’elle alourdirait considérablement ce billet. Pour les plus curieux, allez donc voir la fiche wikipédia. Hallucinant. Cette association (de malfaiteurs) assurait en outre le service d’ordre et la surveillance du parti gaulliste, l’ancêtre de l’UMP (et donc du parti dit « Les républicains »..), le RPR, par le biais « d’individus aux franges du renseignement, du banditisme et de l’extrême droite (voire des trois), utilisés pour des « coups » peu recommandables« .

Pasqua, c’est aussi l’homme aux multiples condamnations : condamné à une année de prison avec sursis dans l’affaire de la Sofremi, et condamné à 18 mois de prison avec sursis dans Affaire du casino d’Annemasse, pour « faux, financement illégal de campagne et abus de confiance ». il a  été impliqué également à divers titres dans l’ Affaire Pétrole contre nourriture (volet français), l’Affaire de la Fondation Hamon, l’ Affaire des ventes d’armes à l’Angola, et enfin, l’ Affaire Robert Boulin.

Dans le cadre de l’affaire de la fondation Hamon, le tribunal correctionnel de Versailles a condamné, le 21 janvier 2013, Charles Pasqua à deux ans de prison avec sursis, à une amende de 150 000 euros et à deux ans d’inéligibilité. Un jugement qui n’a pu être définitif, puisque Charles Pasqua est décédé avant que la décision en appel ne soit rendue…

Pasqua, c’est aussi pour moi, encore et surtout aussi, enfin, ce ministre de l’intérieur responsable de la mort de Malik Oussekine, en 1986, et celui qui a craché sur son cadavre innocent. précisons le contexte. Fin 1986, étudiants et lycéens ¹ manifestent en masse contre le projet Devaquet. Voici les faits, seulement les faits :

En arrivant dans le Quartier latin, les voltigeurs prennent en chasse les jeunes présumés « casseurs » qu’ils croisent. À minuit, Malik Oussekine sort d’un club de jazz. Des voltigeurs le remarquent et se lancent à sa poursuite. Malik Oussekine tente de s’enfuir. Il croise un homme qui rentre chez lui. Celui-ci, fonctionnaire des finances, laisse l’étudiant entrer dans le hall de son immeuble, mais les policiers entrent à leur tour. Selon le fonctionnaire des finances, seul témoin des faits, les voltigeurs « se sont précipités sur le type réfugié au fond et l’ont frappé avec une violence incroyable. Il est tombé, ils ont continué à frapper à coups de matraque et de pieds dans le ventre et dans le dos »5.

Le SAMU, arrivé sur place peu de temps après, apporte les premiers soins à Malik Oussekine et le transporte en réanimation aux urgences chirurgie à l’hôpital Cochin, où il est déclaré officiellement décédé à 3h20. Mais il était déjà bel et bien mort dans le hall de l’immeuble comme le révèle le rapport du médecin régulateur du SAMU, le jeune homme ayant été malgré tout transporté à l’hôpital pour éviter tout incident6. Selon les médecins, l’étudiant souffrait d’insuffisance rénale qui induisait une certaine faiblesse physique7.

Le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua et le ministre délégué chargé de la Sécurité Robert Pandraud suscitent alors une controverse en ne condamnant pas l’action de la police. Dans un entretien au journal Le Monde, Robert Pandraud déclare : « si j’avais un fils sous dialyse je l’empêcherais de faire le con dans la nuit. […] Ce n’était pas le héros des étudiants français qu’on a dit »8. Réaction de l’extrême droite : « Des Français comme les Oussekine, on peut s’en passer […]. On se souvient de la mort du petit casseur gauchiste nommé Malik Oussekine. Malgré son état de santé lamentable, il n’avait pas hésité à attaquer en pleine nuit les forces de police chargées du maintien de l’ordre » (extrait du journal du Front national varois, 20 janvier 1988).

A quelques mois près, Malik avait le même âge que moi. 22 ans au moment des faits… Mais moi, j’ai survécu. Et je ne laisserai jamais personne dire ou écrire que Pasqua était un homme admirable. C’était l’homme de la convergence et de la confusion d’intérêts entre le milieu du grand banditisme, des petites frappes, de la droite traditionnelle, dure, et de l’extrême droite, avec laquelle il a tenté plusieurs rapprochements politiques pendant sa (trop longue) carrière. Et c’est aussi, ne l’oublions pas, celui qui a formé… Sarkozy.  Et la boucle de la filiation malfaisante est bouclée…  CQFD.

¹  » On les taxait de  » bof génération « . On a même écrit d’eux qu’ils étaient atteints de  » sida mental «  (Louis Pauwels, dans le Figaro).   » Ils n’ont pas vingt ans, et on dirait des vieux.  » Oui, mais nous sommes en 1986. Et la bof génération se réveille, au mois de novembre. Dans toute la France, lycéens et étudiants descendent dans la rue. La droite est au pouvoir. C’est l’époque des lois Pasqua et de la loi Devaquet, que la jeunesse va réussir à remiser au placard. » (source)

Capture

balkans6

Cette nuit, la lumière s’est éteinte à Levallois-Perret #Cdenquete #balkany

Un miracle comme en connaissent de temps à autre les réseaux sociaux. Ce soir, pendant l’émission Complément d’enquête, sur France 2, consacré au système Balkany  et à la gestion si particulière de la ville de Levallois-Perret (où j’aurais personnellement honte d’habiter), j’ai assisté à un épisode singulier. Les twittos se sont amusés à tenter de faire croire que le couple maudit aurait coupé l’électricité, histoire d’occulter le scandale dont ils sont à l’origine… De même que  les Ceccaldi ont acheté tous les Canard enchaîné qui les mettait en cause… j’ai ri. Voici quelques salves éclairantes…

CaptureCapture

balkans

balkans1balkans2balkans3balkans4balkans5balkans6balkans7balkans8CaptureCaptureCaptureCapture

anticor

désinfecter la politique par une prime à l’éthique : vive l’abolition des privilèges !

anticorA l’heure où notre société française, et plus particulièrement notre paysage politique apparait à tout citoyen comme terriblement contaminé par la corruption et les affaires, au point que cela affecte gravement notre vie démocratique, il m’a semblé utile de vous faire partager un exemple salutaire. Fan inconditionnel d’Anticor, je ne pouvais en effet passer à côté de cette initiative de l’association de lutte contre la corruption et les conflits d’intérêts à Limoges. Séverine Tessier, cofondatrice d’Anticor, ancienne présidente et actuelle vice-présidente, était présente hier à l’occasion de l’installation officielle de la Commission Ethique et Transparence de la ville de Limoges. Émile-Roger Lombertie (UMP… Vous voyez je ne suis pas sectaire) a en effet été distingué par Anticor pour avoir été le premier maire d’une ville de plus de 100 000 habitants à avoir mis en place une telle commission. Sur l’ensemble du pays, 40 maires (seulement…) ont signé la charte éthique d’Accor pour les municipales de 2014. Un premier bilan est visible ici.  Serait-elle trop contraignante ? Ou nos élus auraient-ils peur, contrairement à d’autres pays où elle est obligatoire, de la transparence de la vie publique ? On voit la difficulté qu’ont déjà eu tant de nos sommités politiques, à « gauche » comme à droite, à s’acquitter de leur déclaration de patrimoine de manière honnête… Alors, la gestion d’une commune, d’une communauté de communes, d’un département ou d’une région en toute transparence, en évitant les cumuls qui génèrent des conflits d’intérêts… Un gros chantier ! y a du boulot ! Et si on exigeait de nos élus cette obligation d’honnêteté, un minimum pour rétablir une relation de confiance avec nos politiques ? Proposez leur donc la charte éthique d’anticor correspondante au type d’élections auxquelles ils se portent candidats, histoire de voir la tête qu’ils feront. 🙂