Après les violences d’Etat partout, le retour de la censure ? NON au retour de la fRance moisie ! A bas la calotte !

Quelle colère… Quelle déception ! Quelle incompréhension et quelle stupeur – vous ne pouvez même pas imaginer –  furent les miennes lorsque j’ai découvert à l’instant cette information, si peu de temps après avoir relaté cette manifestation sur Le Mans de bas du front… national et de l’Action Française, demandant l’interdiction d’un spectacle de Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu. J‘apprends à présent que sa pièce vient d’être censurée par décision du préfet de la Sarthe. Pourquoi maintenant, pourquoi si tard, si ce n’est sous la pression des franges les plus fascisantes de l’extrême droite radicale, qui se dissimule derrière les oripeaux de la frange catholique la plus radicalisée de notre société, comme Civitas Il faut dire qu’elle doit se voir pousser des ailes, cette France fasciste, avec le régime macronien, ses violences d’état permanentes qui se banalisent partout dans notre pays, de NDDL aux facs occupées, ce discours sur l’immigration du ministre de l’intérieur qui rejoint celui de l’extrême droite identitaire en reprenant à son compte le concept complotiste et raciste du grand remplacement, et le discours de Macron au couvent des Bernardins, intolérable pour un athée, ou tout autre militant de la laïcité dans notre pays… On voit le beau résultat de cette fRance cléricale là…

En 2011, ce spectacle présenté au Théâtre de la Ville à Paris avait suscité les vives réactions des catholiques traditionalistes de Civitas qui, quelques mois plus tard, devaient s’en prendre à un spectacle de Rodrigo Garcia (lire ici). Plus besoin de Civitas, le préfet s’en charge. L’ordre moral et son cortège de régressions marquent des points. On aurait aimé entendre une prompte réaction républicaine de la ministre de la Culture. On l’attend toujours. D’ici à ce que d’autres préfets s’engouffrent dans la brèche…

Après discussion avec son équipe, Romeo Castellucci a décidé de maintenir son spectacle amputé de la séquence de 12 minutes interdite suite à un avis défavorable de la Direction départementale de la cohésion sociale que le préfet de la Sarthe, sans se renseigner sur l’histoire du spectacle et le travail de Castellucci, a aveuglément et sottement suivi. (source)

Bravo, Monsieur le Préfet de la Sarthe, grâce à vous, la fachosphère est en train de marquer des points, et peut se frotter les mains.  Et dire que l’on nous a seriné la fable du barrage républicain, nous intimant l’ordre de voter Macron pour barrer la route au FN… Tout ça pour en arriver là ? On voudrait livrer ce pays aux fachos qu’on ne ferait pas autrement.

Silence complice du milieu culturel sur Sauton, l’antisémite #antifa

On peut lire la biographie du comédien Olivier Sauton,  qui se présente également comme un humoriste,  ici. On n’y trouvera bien entendu aucun élément de nature à lui porter préjudice, exercice de style voulu et réfléchi. Pourtant, depuis peu, des informations plus que malodorantes émanent de ce drôle de gugusse qui ne font pas vraiment rire… Tout a commencé par une série de tweets provenant de son compte qui ne laissent guère planer de doutes sur ses convictions idéologiques détestables  :
capture
En creusant le filon, certains s’interrogent, à juste titre, sur le silence coupable de la profession qui tait ce que tout le monde peut savoir à propos de ce comédien qui fait si admirablement consensus en ce moment à propos de son spectacle Luchini et moi.
Du coup, c’est toute une partie de sa carrière qu’Olivier Sauton passe aux oubliettes. Son rôle dans « l’Antisémite », où il côtoyait Alain Soral et Robert Faurisson : un « film » en forme de pamphlet négationniste, homophobe et raciste. Il écarte aussi « Métastases »,  autre morceau de bravoure du 7ème art fasciste, où il incarne la victime du complot des médecins qui profitent ignominieusement de son cancer . Olivier Sauton zappe également le temps où Dieudonné l’accueillait pour son one-man show  » Au pays de Sushi », qui fera certaines soirées de la Main d’Or, entre deux meetings d’extrême-droite avec toute la mouvance antisémite et raciste française.
Quelques années plus tard, Olivier Sauton est donc devenu une des étoiles montantes du théâtre français, par le biais d’une pièce  » Luchini et moi », jouée au Théâtre de la Bruyère dont la promotion est assurée jusque sur BFM TV, mais a aussi eu des critiques élogieuses du Monde et de Télérama, et le prix du public du Off à Avignon.
Il est grand temps en effet que les langues se délient, et que la peste brune soit reconnue pour ce qu’elle est : une maladie honteuse, dont notre société doit impérativement guérir, sous peine de sombrer dans les heures les plus sombres de notre histoire commune.
NB. : je note avec satisfaction la belle réactivité  du théâtre de la Bruyère :
capture
Comme quoi, les réseaux sociaux, ça a aussi du bon… A suivre, donc.
Post-scriptum : j’apprends aujourd’hui 1er mars 2017 que la pièce du comédien a été déprogrammée à Paris et Avignon.

l’extrême droite est derrière Civitas et regardait ces pauvres chrétiens…

photo de @Davir Ruano (cliquez sur l'image pour en voir d'autres toutes aussi superbes de la pièce Golgota picnic, histoire de vous instruire aussi le regard ! )

.

« L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.« 

.

Manquait plus que ça : le retour de la calotte de la religion dans les affaires de l’État  ! Qui nous parlait il y a peu de respect de la laïcité ? On les entend moins, cette fois-ci… Et surtout pas au Front National, dans lequel il y a tant d’intégristes… Et pourtant ! Les agissements de ces gens là sont nettement plus déstabilisants pour notre vie démocratique que des prières dans la rue ! La preuve ici… Au plus haut sommet de l’État français ! Mais que fait la Police de la pensée ? Agissons., chacun avec nos petits moyens favoris du quotidien…

.

 Il paraît que Civitas veut peser davantage sur la vie politique française… C’est pas moi qui le dit mais Le Nouvel Obs, pourtant pas forcément ma tasse de thé. Pas plus que ma tranche de pain bio au caviar frelaté du Nord Pas de Calais trempé dans le chocolat aux figues de Montpellier. .. Et pourtant.

 Que nous dit Céline Cabourg, l’auteure de cet article ? Que ces allumés du bocage (on voit d’ailleurs bien ce que ce genre d’éducation a donné avec de Villiers..) sont outrés devant tant de prétendue christianophobie, le nouveau mot à la mode qui éclipse si rapidement un autre tombé aux oubliette de l’idéologie. Une outre contenant autrefois plus spontanément du vin (de messe?) selon le wiktionnaire, on n’en conclura ce qu’on voudra…

 La journaliste nous apprend également, ô surprise et indignation stupéfiante, que «  le sénateur Nouveau Centre, Yves Pozzo di Borgo dont la demande de réduction de la subvention est publiée sur le site et le secrétaire d’Etat Pierre Lelouche qui, interrogé par Le Figaro s’était dit « choqué que la Mairie de Paris finance même indirectement des spectacles tels que « Golgota Picnic«  » font partie d’une liste dont j’ai déjà parlé ici.

 Pourtant, même des catholiques sincères et sans calculs, bien plus posés et respectables que ceux de Civitas, et ceux qu’ils manipulent (en vue de quoi ?), dont je respecte la blessure, sont gênés par de telles manifestations qui effectivement n’honorent pas ceux qui s’y livrent… Ne sont-ils pas les proies inconscientes d’un mouvement plus fort qu’eux dont les buts politiques inavouables devraient inquiéter tout démocrate, qu’il soit chrétien, musulman, protestant, athée ou bouddhiste, tous unis en un même vivre ensemble qui proscrit donc certaines thèses discriminantes qui ont conduit au pire de notre humanité commune ?

 « il ne s’agit véritablement pas d’incriminer ceux qui suivent de bonne foi l’institut Civitas (notamment parce qu’ils n’ont pas trouvé d’autre mode d’action) il est manifeste que ce dernier poursuit un agenda politico-religieux. Cet agenda devrait inquiéter tout chrétien sincère, surtout lorsque l’on a connaissance des complaisances coupables du dirigeant de Civitas, Alain Escada, ancien dirigeant d’une revue dont la justice belge a jugé qu’ »il est avéré [qu’elle] a accueilli des articles pro-nazis » ou « en l’honneur d’antisémites notoires » (texte du jugement). Merci Koz. Je te laisserai volontiers le mot de la fin, malgré nos divergences de vues, car c’est ce qu’il fallait démontrer aujourd’hui… provisoirement.  Car je suis profondément lucide : nous n’en aurons jamais fini avec ces gens là, depuis des temps immémoriaux…

Un autre monde est possible, mais ils ne le savent pas encore. 🙂

Post-Scriptum : ça alors ! L’auteur de Golgota Picnic, Rodrigo García, est né en 1964, comme moi !

.

Ecce Homo (de la vérité crue qui dérange les intégristes de tous bords…)

© Klaus Lefebvre (source)

Le gratin de l’extrême droite réac dans ce qu’elle a de plus vile et inculte vient de se voir impliquée dans un trouble à l’ordre public comportant de multiples agressions de simples spectateurs pacifiques.

Action française, Renouveau français, France Action Jeunesse… Il ne manquait plus que le Front National qui tente si vainement de se donner des airs de respectabilité,  et son pendant encore plus sectaire sans l’excuse la vieillesse, le FNJ, pour complèter le navrant tableau de l’extrême-droite française agissante dans ce qu’elle a de pire.

Les mêmes qui ne manquent pas une occasion de marteler la nécessité de respecter la laïcité de manière si étrangement unilatérale  s’en prennent donc à présent à une pièce qui n’a pour seul  défaut que de déranger leurs certitudes  et leurs croyances d ‘un catholicisme figé, ce qui me semble pourtant l’un des apanages indiscutables de l’art, de tous temps, sous peine de tomber dans le fanatisme, l’intolérance, et le refus de la modernité, de la transgression utile et nécessaire à la transfiguration du réel.  Faire éclore l’émotion dans les coeurs les moins fertiles, provoquer la réflexion dans les cerveaux de tous n’est-il pas la vocation de l’art, le vrai ?

« Sur le concept du visage du fils de Dieu » par Romeo Castellucci   est une pièce qui, de l’aveu de tous, ne laisse pas indifférent. Est-ce une raison suffisante pour asperger ses spectateurs d’huile de vidange ou  arroser la foule de gaz lacrymogène ? On croyait ce genre d’ attaque terroriste relever d’un autre intégrisme religieux, moins catholique… Il n’en est rien. Aux mêmes causes, obscurantistes, les mêmes effets violents.

Même des journaux engagés aux côtés des chrétiens authentiques comme La Croix s’en étonne, c’est pour dire.

L’intégrisme est à la religion ce que le sado-masochisme est à l’amour : un dévoiement. Quels que soient les discours, on ne me fera jamais prendre l’un pour l’autre, moi qui suit pourtant athée… Cela ne mempêche nullement de respecter toutes les formes de réflexion sur des sujets de ce genre. Quand bien même ils me dérangeraient… Mais manifestement, cetains n’aiment guère l’être, dérangés, et préfèrent déranger les autres dans leur propre intimité… Peut-être parcequ’ils le sont : dérangés ?

Un autre monde est possible, là aussi.

.