la mue de l’ex #BastionSocial en Vent d’Est et Audace, une reconstitution de ligue dissoute qui ne dit pas son nom

Dans la série « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme« …

Je ne connaissais pas ce compte là avant qu’il ne nous gratifie d’un petit thread sur twitter ma foi fort instructif et bienvenu, qui vient confirmer ce que nous redoutions déjà : à savoir, que la dissolution du Bastion dit « social » (qui n’est lui-même qu’une résurgence du Gud de triste mémoire, dépositaire et immonde continuateur de ses violences légendaires, de ces tabassages racistes tristement habituels...) n’allait pas effacer comme par enchantement les militants de cette engeance là sous le coup de la baguette magique du si peu enchanteur Castaner.

La publication de Sébastien sur twitter nous rappelle, pour mémoire, que le Bastion Social (qui n’avait vraiment de social que le nom, ) avait pour origine le squat à visée soi-disant humanitaire (belle escroquerie morale en vérité, au vu de ce qui a été découvert lorsqu’ils en sont partis) d’un bâtiment de la ville de Lyon, dont ils avaient été délogés 3 semaines plus tard par les forces de l’ordre, comme j’en avais rendu compte ici à l’époque, en 2017.

Par la suite, ils avaient tenté de mailler tout le territoire français avec leurs verrues fascistes en une incroyable prolifération à Lyon (dans un autre local), Angers, Marseille (où là encore, le Bastion faisait du « social » à coups de savates...), Aix en Provence, Chambéry, Clermont-Ferrand, Strasbourg, où leur prétendue  » action sociale » s’est révélée constituer là encore une véritable escroquerie) et la tentative avortée d’Entzeim.

implantation et appellation locale des principaux « bastion social ».

Mais en effet, comme le stipule Sébastien sur twitter, cet article de médiapart à l’appui, il semblerait que la dissolution du Bastion Social ait plus à voir avec leur infiltration des Gilets Jaunes, ce qui rendait ce mouvement encore plus dangereux, qu’en raison de leurs exactions habituelles, violences et racisme à gogo, partout où ils étaient implantés… avec une étonnante indulgence des pouvoirs publics. Leur chef, Steven Bissuel, a pourtant été condamné pour antisémitisme

Tout ce lourd pedigree, de même que les multiples condamnations judiciaires de la plupart de leurs membres, généralement pour des affaires de droit commun, en plus de leurs habituelles violences et propos publics racistes, n’avait pourtant pas dissuadé des cadres du FN/RN de les soutenir publiquement, comme cela peut être démontré ici.

Aussi, vous n’imaginez pas ma joie de découvrir grâce aux informations de Sébastien qu’on peut assister en direct, sans grande attention visiblement des pouvoirs publics, de la presse ou des « autorités compétentes », à ce qui pourrait bien constituer un délit de reconstitution de ligue dissoute, sanctions judiciaires à la clé. Alors, bingo, si j’peux aider à quelque chose, faisant mon devoir civique… (;) moi le dangereux collabo islamo-gauchisse délateur… Vous me connaissez !

On apprend donc que les mêmes tentent de relooker leur ligue dissoute sous de nouveaux habits de lumière… qui n’abusent guère. (Pour le collectif dénommé Audace, grâce à La Horde, on savait déjà…

Sébastien nous apprend que les pages Instagram qu’utilisent les deux organisations ci-dessus sont en fait exactement les mêmes que celles des anciennes sections locales du Bastion Social.

 » Moins de 24h après sa première et unique publication, le groupe Vent d’Est comptabilise ainsi 805 abonnés sur Instagram ».

source

On pourrait suspecter un gonflage de compte à l’hélium, comme cela est habituel sur les réseaux sociaux, où il est possible de s’acheter des abonnés, quand on connait les méthodes pour cela. Mais non, il s’agit de véritables comptes, puisque notre twittos a vérifié : Les références d’extrême-droite sont nombreuses: croix celtiques, fleurs de lys, 88 (pour « Heil Hitler ») etc.

Toujours sur la base de l’observation de son compte Instagram, Sébastien découvre que le compte utilisé par Vent d’Est n’est pas nouveau et qu’il existait auparavant sous le nom d’utilisateur « pksy_33 », comptabilisant alors 799 abonnés de la même veine sans la moindre publication.

Puisqu’il s’agit donc bel et bien du même compte, on peut supposer que suite à la dissolution du BS (cf. Bastion Social), toutes les publications du groupe ont été supprimées et le nom d’utilisateur modifié. Mis en sommeil sous le pseudo « pksy_33 », le compte n’a pas pour autant été supprimé.Sa réactivation sous le nom de Vent d’Est laisse peu de doutes quant à l’identité des militant de ce groupe.

En utilisant la même technique, Sébastien s’est rendu compte que le groupuscule fasciste dénommé Audace avait employé exactement le même subterfuge, rendu possible par le fait qu’Instagram permet de changer le nom d’un compte instantanément…

Le fait que la même personne (et si ce n’est lui, c’est donc son frère…. ,) puisse se prêter à la réactivation de comptes sur des réseaux sociaux du Bastion Social même – et donc de moyens de communication d’une structure officiellement dissoute – pose en effet ce me semble la question de la reconstitution de ligue dissoute. Mais la présence sur les réseaux sociaux suffira-t-elle pour déjà qualifier ledit délit ? Allo, un.e juriste dans la pièce ?

En attendant, voilà qui démontre que la vigilance sur les réseaux sociaux est tout à fait complémentaire de l’action de terrain, en parallèle. Car si cela commence sur le net, il y a fort à parier que l’action desdits bas du front racistes et violents ne s’y cantonne pas bien longtemps.

A suivre donc. En attendant, merci à toi, Sébastien, pour ton excellent travail. Et…. oui ! No pasaran !

Post-scriptum : la stratégie de créer une multitude de petits groupuscules locaux autonomes pour contourner la loi et donc les condamnations pour reconstitution de ligue dissoute se retrouve donc parfaitement assumée par les fascistes en question. l’occasion d’ajouter une énième figure à ma photothèque de bas du front...

le « social » du Bastion ? A coups de schlague, juste #fachosphere #Chambéry

Ils ne croyaient pas si bien dire, les bas de plafond…;) (source)

J’ai déjà évoqué ici plusieurs histoires d’une actualité chargée sur le front antifasciste de Chambéry et de ses environs. Au cœur de la plupart de celles-ci, encore et toujours l’ex. Bastion « social« , mouvement à présent interdit, mais dont ses membres n’en sont pas moins nuisibles… On apprend ainsi grâce à Street Press que trois militants du  » faux nez du Bastion social à Chambéry » qu’est l’association « Les petits reblochons » ont été condamnés le 21 Aout 2019, à quatre mois de prison avec sursis, ainsi qu’un quatrième à 6 mois de prison ferme (sans mandat de dépôt). En cause, Mathias Jacquet, Florian Danger, Bruce Venner, Maxime Lombard, Romain Lucas et Neil N. , impliqués dans une agression ultra-violente sur fond de coupe du monde de foot. (Les faits précis sont détaillés ici).

On notera au passage que l’ avocat de Mathias Jacquet (multi-récidiviste des agressions violentes pour lequel le sursis d’une précédente affaire tombe donc), n’est autre que Benoît Brogini, légalement avocat de l’ex patron du Bastion « social », Steven Bissuel.

Archivé. Next.

#BastionSocial : violence des actes, violence des idées… #antisémitisme

Après avoir relaté ici la violence des agressions de ces bas de plafond qui vont jusqu’à traquer leurs ennemis dans les bars, se trompant de surcroit d’interlocuteur (les cons !), j’apprends que le neuneu en chef de Lyon, j’ai nommé Steven (sic) Bissuel (comme les balais ? 😉 vient d’être condamné pour antisémitisme.  Le motif est plus exactement, en langage judiciaire, « provocation à la haine raciale et à la violence en raison d’une origine ethnique, en état de récidive légale ».

Capture.PNG
source

Vu le dernier billet que je lui ai consacré, où Rue89 lui taillait un beau costard sur mesure, je ne suis pas très étonné de la teneur de ses « opinions »… On en connaissait déjà la couleur, et l’odeur. Par contre, je suis ravi de constater que cette fois, l’amende est d’un montant un peu plus dissuasif. Faut pas charrier.

le costard brun de Steven Bissuel

Rue89 vient de tailler un beau costard sur mesure ¹  à Steven Bissuel, le petit chefaillon à deux balles et aux neurones plutôt rares du Bastion (a) Social (ex Gud) de Lyon. ça vaut son pesant de cacahuètes à lui jeter aux travers des barreaux de sa prison mentale, et morale… je vous préviens, ça pue, grave !

… âmes sensibles, francs humanistes et vrais antiracistes, passez votre chemin…

Capture.PNG

…. Tant de périphrases pour dire de manière moins floue qu’il n’aime pas les juifs, voilà qui ne brille pas par l’honnêteté intellectuelle. Mais s’il y en avait, chez ces gens là, ils ne seraient pas d’extrême droite, et ne remplaceraient pas les arguments par des coups de poing dans la gueule et des ratonnades, n’est-ce pas ? 😉

je dis ça, je dis tout. Des bas de plafond, vous dis-je.

¹ Oui, un costume brun : normal, il sent la merde. C’est d’ailleurs comme cela qu’on la nomme chez les ch’tis…  🙂

Quand le Bastion (a)Social agresse à #Lyon, c’est un #antifa qu’on arrête !

bastion social.PNGDécidément, sous Macron et son sinistre de l’Intérieur, on marche sur la tête… Alors qu’une véritable meute de petits nazillons au front bas, dont l’immonde le tristement célèbre Steven Bissuel (ici au centre sur la photo), ont agressé les clients d’un bar, le RockNEat (Lyon 9e),  armés de barre de fer, de casques, de bombes lacrymogènes et de tazers (plus de détails ici), qui croyez vous qu’on arrêta ? L’un de nos courageux camarades antifas qui a osé s’interposer  ! ⬇️

En arrivant au commissariat, ce dernier a subi des violences policières ainsi que des insultes (« sale antifa de merde ») de la part de l’OPJ qui l’interrogeait et d’autres policiers présents. Résultats : une fracture du nez ; et une plainte d’un policier pour… « violences » (en effet la police doit justifier les insultes, les humiliations et la fracture du nez). Enfin, la police essaye aussi de lui rajouter les dégradations que le local du Bastion Social le “Pavillon Noir” à subi la même semaine.

Et comme une précédente décision de justice ne convenait pas à ces Messieurs de la police, pris la main dans le sac d’une incroyable connivence idéologique avec les nazillons ¹, que croyez vous qu’il arriva  ensuite ? Et bien voilà :

Au jour d’aujourd’hui, le parquet a fait appel de la décision du juge de la liberté et de la détention qui a finalement relâche le camarade et celui-ci risque une détention préventive en attendant son procès. En effet la police et la justice ne le considèrent pas comme victime d’une attaque mais comme l’agresseur. Il est donc convoqué à la Cour d’appel vendredi 18 mai, en même temps que les 5 fascistes qui l’ont agressé, qui sont en liberté. Aucun témoignage de clients du bar ou de gens ayant vu la scène n’a pour l’instant été pris en compte par la justice (ne parlons pas de la police). (source)

C’est le monde à l’envers….

 Nos camarades de La Horde appellent donc à une manifestation de soutien demain Vendredi 18 mai à partir de 10h : 

rendez-vous tou.te.s devant le palais de justice des 24 colonnes (1 rue du palais de justice Lyon 5e) pour soutenir toute la journée le camarade antifasciste victime d’une agression par une trentaine de fascistes le 11 avril dernier pendant un concert.

Je souscris bien volontiers à cet appel. Qu’on se le dise !

¹ Il est présent couramment admis sauf à faire preuve de mauvaise foi qu’une bonne part des forces de l’ordre est infestée par la peste brune

Marseille dit massivement NON au #BastionSocial

Quelle belle manifestation ! Voilà qui fait chaud au cœur… Les marseillais étaient visiblement bien nombreux et déterminés, cet après-midi,  à ne pas vouloir du trou à rats des gudards racistes et violents, dont on connait à présent les innombrables exactions.…  :

 

… Grâce à cet article, on peut en outre accéder à des informations utiles, à conserver soigneusement dans les archives de ce blog…

Capture.PNG

.. Le Bastion social de Marseille sera situé au 45, rue Fort-Notre-Dame, près du Vieux Port, inauguré aujourd’hui, et s’appellera le Navarin  » double référence à leur ancien local et à la bataille navale de Navarin, en 1827, durant laquelle une flotte franco-russo-britannique avait vaincu les Ottomans ». Il rassemblera les anciens gudards, le Gud étant dissous, et leurs cousins tout aussi bas du front et violents de l’Action Française. Le président du Bastion Social, on le savait déjà, est Steven Bissuel, gudard bien connu. On apprend également, toujours selon le même article de Libération, que le groupe Cor Ignis agrémentera la petite sauterie fasciste de chansons « à la gloire de Brasillach, avec des paroles comme «Marianne est une salope, elle en veut toujours plus». » Derrière le bastion dit social de Marseille, on retrouve deux hommes : Jérémy Palmieri, gérant de la SCI le Cochonet, propriétaire du local de l’Action Française rue Navarin, et Steven Bissuel, membre du GUD à Lyonmais aussi gérant de la SARL London Spirit, société mère d’une boutique de vêtements : Made in England, dans le Vieux-Lyon.

Si certains avaient encore des doutes sur leur dangerosité, il faut savoir en outre que leur local n’avait même pas encore été inauguré que les petites frappes avaient déjà sévi :

Dans un post Facebook, Fadila Dela, membre d’un collectif contre le racisme, raconte avoir été agressée mercredi dernier par une dizaine de militants du Bastion social, lors d’un tractage pour informer les riverains de l’identité de leurs nouveaux voisins. La situation à Aix-en-Provence donne en tout cas un aperçu de ce qui les attend : «Ils sont saouls dès le début d’après-midi, se posent devant l’immeuble, parfois avec des manches à pioche, ils chantent des chants martiaux jusqu’à pas d’heure dans la cour intérieure, c’est intenable», se désole l’un des copropriétaires de l’immeuble où s’est installée la section locale.

Le tout avec la complicité et la bienveillance du FN…

Capture.PNG

Mais ça, après avoir écrit ceci, on le savait déjà.

ces élus du #FN qui soutiennent les nazillons du #BastionSocial

… où l’on apprend que certains cadres du FN et non des moindres soutiennent les petites frappes nazies si peu néo du Bastion dit Social.

Capture.PNG
source

Le FN canal historique cautionne-t-il donc les propos habituels de ces ignobles bas de plafond là ?Je cite (toujours le même article) :

Racisme, antisémitisme, ode au nazisme. C’est ce que l’on trouve sur les profils Facebook des militants et sympathisants de Bastion social. À commencer par Steven Bissuel, qui apparaît, tout sourire, autour d’un gâteau d’anniversaire orné d’une croix gammée. Commentaire : « Putain il était magnifique quand même. »

Sur d’autres profils de ceux qui « likent » la page, l’un demande à ce que l’on « expulse les envahisseurs musulmans hors de nos terres d’Europe ». Un autre souhaite « défendre notre race blanche et notre civilisation » parce que « le multiculturalisme est un génocide ». En dessous d’une photo, un militant explique que, en boîte de nuit, il est « impossible de ne pas taper avec des bicots partout », tandis qu’un sympathisant, surnommé « Matt Lyon » répond aux compliments qu’on lui fait sur son interprétation des chansons « Ein Volk, ein Reich, ein Führer » (« Un peuple, un empire, un chef ») ou « Hitler Jungend » (« Les jeunesses hitlériennes »). Certains se félicitent de boire de « l’absinthe anti-juive », quand d’autres voudraient se rendre en Indonésie, où l’on peut prendre une photographie avec un mannequin d’Hitler devant Auschwitz. Entre deux citations de l’essayiste d’extrême droite Dominique Venner, Kévin J. R., un autre militant, demande à ce qu’il n’y ait « pas d’amalgame, que du napalm ».

La dé-diabolisation, c’est vraiment pas maintenant. Le parti d’extrême-droite et ses satellites peuvent toujours changer de nom. Leur vitrine est toujours aussi brune.

Lire aussi : « Qu’est-ce que le « Bastion Social » ? .

les rats… cistes du #Gud enfin délogés (Ô, JOIE !) #Lyon #antifa

Bien qu’il ait tout de même fallu trois semaines dans une ville qui nous avait habitués à se montrer beaucoup plus sévère et réactive vis à vis de squatteurs pour de vrai, vous me voyez ce soir toute joie. J’ai appris dans l’après-midi que les bas de plafond du Gud ont été expulsés manu militari de leur bastion soi-disant social à la sauce fasciste, suite à la  décision à application immédiate du Tribunal d’Instance de Lyon. Ils étaient 9 à l’intérieur, dont 2 ont été emmenés au commissariat pour vérification de contrôle d’identité, l’un étant sans papier et l’autre… mineur (belle irresponsabilité, au passage). Et parmi eux, selon mes sources, aucune personne sans abri… L’enfumage permanent. Juste une opération médiatique donc, dont ces gens là ont le secret.

Capture.PNG
source

Steven Bissuel, à la tête de ce mouvement depuis sa refondation en 2011, avait prévenu : «Si on se fait expulser, on trouvera un autre bâtiment, on ouvrira un autre bastion social.»

«On s’y attend et on ne les lâchera pas», rétorque le Groupe antifasciste de Lyon et environs (Gale). Ces derniers jours, des mouvements de cette mouvance ont manifesté devant le «bastion social» pour réclamer l’expulsion de ces «fachos». Et leur combat se déroule également sur Internet. Pendant l’occupation, le GUD avait ouvert une cagnotte en ligne pour financer les travaux de rénovation de ce bâtiment. Aguerris, les antifas de Lyon ont envoyé plusieurs requêtes aux modérateurs du site pour bloquer cette collecte. Avec succès. (source)

Merci aux camarades du collectif antifasciste lyonnais et félicitations à eux pour le travail militant accompli. En effet, il conviendra à l’avenir de rester vigilants. Chez les neuneus dont il s’agi, le front est aussi bas que la volonté de nuire est durable, comme tout le monde a pu le constater sur d’autres affaires . (« Si ce n’est eux, c’est donc leurs frères »).

Pourquoi le ministre de l’intérieur laisse-t-il des fascistes s’implanter à ce point dans sa ville ? #Lyon #Gud #antifa

Capture.PNGSympathisant depuis de nombreuses années puis adhérent l’année dernière du DAL, il me semble connaitre un peu les questions d’accès au logement des plus démunis, ma pratique professionnelle auprès des publics « en difficultés » venant assurer le tout. Aussi, je considère cette occupation par le GUD d’un immeuble à Lyon – une véritable déclaration de guerre des fascistes français à mon sens –  d’une manière plus sensible. Déjà, pour préalable important, relever l’hypocrisie fondamentale au cœur de l’affaire.  Elle consiste, après avoir prétendu leur donner à manger dans une démarche particulièrement condescendante,  avec des soupes au cochon, pratique ignoble, à se préoccuper des plus démunis si et uniquement si l’on peut les opposer les uns aux autres : les « de souche » (expression totalement ridicule démentie par toute analyse rationnelle sérieuse) aux étrangers, les blancs aux autres, les « de papiers » aux  « vrais français ». Or, pour nous, plus démocrates et véritablement soucieux de droits humains (et non pas selon un regard aussi torve), lorsque le DAL procède à des réquisitions de logement, c’est afin de protester contre la non application de la loi DALO. Et pour nous,  la misère n’a pas de couleur ni de religion.  (Hélas, nous ne savons que trop bien à quoi nous attendre de la part de l’extrême droite en matière d’aide sociale, leur escroquerie ayant déjà été éventée par le précédent de l’expulsion du Secours Populaire d’Hayange). Ensuite, comme cela a déjà été relevé dans la plupart des papiers que j’ai vu fleurir aujourd’hui (comme par enchantement, alors que l’affaire ne date pas d’hier),  avec plaisir toutefois (je m’attendais à ce que cette affaire ne soit pas ébruitée au delà de notre communauté vigilante et antifasciste habituelle), pointer le fait qu’il s’agit d’une pratique importée  des bas de plafond italiens de Casapound, déjà invités comme on le sait dans les locaux de la No Go Zone fasciste de cette engeance puante là,  dans le vieux Lyon. Une occupation rendue possible par la passivité honteuse de l’hypocrite nouveau ministre de l’Intérieur et (toujours) maire de Lyon, pour qui l’extrême gauche est davantage l’ennemi que l’extrême droite la plus radicale, même meurtrière Aussi, nous sommes nombreux à nous interroger sur cette étonnante passivité de la municipalité de Lyon,  à qui appartiennent les locaux occupés par ces fachos dont l’alibi « social » n’est qu’un prétexte pour assoir encore davantage leur présence idéologique sur cette ville. Une telle inaction à l’égard de ces racistes qu’il s’agirait pourtant bien dé déraciner de toute urgence est d’autant plus inexplicable  que Collomb n’hésite pourtant généralement pas à le faire en matière de squat lorsqu’il s’agit d’autres personnes… comme, au hasard, des migrants.

Le fait que plusieurs journaux et sites d’information prennent le soin d’informer correctement sur ce groupe ultra-violent qu’est le Gud, (contrairement au Progrès,  qui se fait uniquement le relais des positions de ces fascistes)  et sur cette implantation supplémentaire des fascistes à Lyon est un apport précieux en termes de lutte contre la peste brune dont il s’agit. Merci à eux pour leur courage, certains d’entre eux je le sais le payant parfois d’intimidations assez détestables. On connait.

Post-scriptum : Les ami(e)s du Groupe Antifasciste Lyon et Environs viennent de réagir également  en appelant à un rassemblement de protestation, que je partage. Voici leur texte :

Capture.PNG

La suite ici

Enregistrer
Post-scriptum : au 13.06.2017 : j’apprends à l’instant que le tribunal d’Instance de Lyon a demandé l’expulsion immédiate du Gud de cet immeuble. J’attends de voir la suite, et notamment l’attitude de ces fanfarons…

#gud et #identitaires : les grande-gueule-pisse-pas-loin du vieux Lyon

Capture.PNG
source

Visiblement, les bas du front dont il s’agit sont plus visibles et grands braillards sur les réseaux sociaux, grâce à leurs minables opérations médiatiques dont ils ont le secret, que dans la vraie vie, sur le terrain, et sur le champ politique. J’apprends en effet avec un plaisir non dissimulé que malgré leur volonté de préserver et renforcer, y compris par la terreur,  leur No Go Zone du vieux Lyon, leur expression dans les urnes est réduite à néant, quetchi, peau de balle. Et c’est tant mieux.

En dépit de leurs quelques commerces et nombreux autocollants ou affichettes, les mouvements d’extrême droite radicale implantés dans le Vieux-Lyon ont une une influence politique infime dans les urnes. Les résultats du scrutin présidentiel dans les bureaux de vote du quartier le prouvent. Les habitants du Vieux-Lyon sont très loin de suivre cette tendance d’extrême droitisation apparente dans certaines de leurs rues. De plus en plus de voix s’élèvent d’ailleurs contre l’implantation du Gud et des Identitaires.

Les scores de Marine Le Pen, pour qui les Identitaires comme le Gud lyonnais ont largement fait campagne, sur les réseaux sociaux notamment, sont parmi les plus faibles du département dans les bureaux de vote du bas du 5e arrondissement. Dans le n°531 où votent les habitants du quartier Saint-Paul jusqu’à Fourvière, la candidate frontiste était en-dessous de 5% au 1er tour (4,06%). Idem dans le bureau de vote 526 où s’expriment les habitants du quartier Saint-Georges (4,45%). Marine Le Pen fait à peine plus dans les bureaux 528, 529 et 530 qui s’étendent de Saint-Georges à Saint-Paul, tout juste au-dessus de 5% (respectivement 5,05% 5,2% et 5,75%). (source)

On a le droit de se foutre de leur gueule à plein. Tant de bordel et de bruit pour que dalle, c’est la preuve de leur totale inefficacité, en plus de leur connerie crasse habituelle sur laquelle il est inutile de revenir. On apprend en outre grâce à cet article qu’ils vont encore plus loin dans le grotesque qu’on ne le pensait déjà : alors qu’ils font chier tout le quartier, terrorisant les commerçants qui ne sont pas d’accord avec leurs idées détestables, et allant jusqu’à menacer les journalistes chez eux, ils ne font pas franchement vivre le quartier, n’y habitant même pas :

Ils font beaucoup de bruit mais ont un poids électoral proche du néant. D’abord parce que leurs militants ne sont finalement pas très nombreux, en dépit de leur activisme sur les réseaux sociaux. Ensuite parce qu’ils ont parachuté leur présence – récemment cartographiée par Lyon Capitale –  dans un quartier où ils ne vivent pas. 

La supercherie est totale. Les fachos sont à poil. Je suis hilare. Comme ils sont ridicules.