Sur les méthodes de la gestapo frontiste #FN d’ #HeninBeaumont #antifa

Quand on n’est pas très regardant sur les moyens, et qu’on ne peut pas réduire au silence un opposant politique par des arguments pragmatiques et posés, rationnels, défendables, on utilise d’autres méthodes. Hé oui, ça existe. A mon âge, forcément,  militant de longue date, on les connait : décrédibilisation par tous les moyens de son ennemi.e politique, colportage de ragots et rumeurs en tous genres, même et surtout les plus basses et ignobles, attaques sous la ceinture, tentatives d’atteinte au porte-feuilles, intimidation judiciaire, dénonciations calomnieuses, allusions douteuses en tous genres… La  liste est longue en matière d’ignominies. L’être humain semble plus apte en effet à exercer sa créativité  dans l’ignoble que pour exercer sa bienveillance, hélas, foi d’antifa (et j’en vois !).

Aussi, ce qui est en train de se passer à Hénin-Beaumont, bien que cela ne me surprenne pas outre-mesure,  me révolte profondément. Je suis le dossier depuis le début, pensez vous, ennemi « héréditaire » du FN que je suis depuis aussi loin que je m’en souvienne… (ah, les premières manifs de Ras l’front !). Or, je viens de prendre connaissance grâce à Marine Tondelier, élue écologiste d’opposition à Hénin-Beaumont,  de la mise en examen par un juge d’instruction du tribunal de Lille d’un adjoint Héninois, conseiller départemental FN et ex tête de liste bleu marine pour les élections sénatoriales :  Christopher Szczurek. Déjà, se faire mousser dans la presse en se présentant comme petit fils d’immigré et soutenir si activement le FN, faut vraiment pas avoir la lumière à tous les étages. Passons. La raison de sa mise en examen est beaucoup plus intéressante car elle met à jour les procédés habituels tellement médiocres et amoraux de son parti dans bien d’autres endroits que j’observe quotidiennement. Il est accusé d’avoir nourri une page facebook, « La Voie d’Hénin », créée en décembre 2015, que Marine Tondelier qualifie de  » machine à insultes et à propos diffamatoires gérée en ligne directe par la mairie frontiste. » J’y suis allé voir. Je me demande d’ailleurs pourquoi elle n’est plus réactualisée depuis fin 2016, si elle était vraiment irréprochable. Mais ces quelques vestiges glanés rapidement confirment les propos de l’élue héninoise et permettent de situer la médiocrité du registre :

 Selon Marine Tondelier, cette page facebook ordurière qui traîne dans la boue la plus immonde tous ceux qui ont le malheur de ne pas adhérer à leurs idées puantes et osent les contredire était gérée par les élus FN de la commune :

Les élus FN avaient toujours nié en être à l’origine et la gérer « en direct » mais sa date de création après des menaces lourdes de sens en Conseil municipal et le fait par exemple que des vidéos de ce même Conseil Municipal y ait été publiées dès le lendemain, dont l’angle de la prise de vue correspondait pile poil à celui de la caméra officielle de la mairie, ne laissaient aucun doute à ce sujet.

la presse révèle en effet aujourd’hui qu’un lien a été établi entre les adresses informatiques (IP) du créateur de la page La Voie d’Hénin et celle de l’ordinateur de Christopher Szczurek, President du groupe frontiste au Conseil municipal d’Hénin-Beaumont et Adjoint à la vie associative et culturelle. Depuis l’élection de Bruno Bilde, alors adjoint à la communication, Crjstopher Szczurek a en outre repris cette délégation. (source : blog de Marine Tondelier ici).

Marine Tondelier propose la signature d’une pétition demandant la démission de cet adjoint municipal indélicat (c’est le moins qu’on puisse dire…). Je vous la soumets bien volontiers :

signer ici

Nous ne sommes pas du même bord politique du tout, Marie et moi, mais je tiens à la soutenir dans ce noble combat. Total respect. Je sais ce qu’il en coute en effet personnellement de s’opposer à cette racaille là, qui ne recule devant aucune vilénie pour détruire ses opposants, comme ce billet vient si clairement de le démontrer factuellement …  No pasaran.

Capture.PNG

 

non, @ludovicpajot ne s’est pas fait agresser par des #antifa #CQFD

CaptureCapture

 

 

 

 

 

C’est ballot, hein…Mais c’est faux.   Pas de bol pour les bas de plafond en chefs,  pour qui c’était véritablement une aubaine médiatique. Je m’en doutais un peu, et j’avais plaisanté à ce sujet sur twitter lorsque j’apprenais cette agression,  disant en gros que si ça vient juste, c’était simplement une agression de bandes rivales internes (genre philippotistes contre Lepenistes). En fait, il s’agissait juste de jeunes individus passablement éméchés qui ont admis avoir fait une grosse connerie :

Capture.PNG
source

je demande donc, au nom de tous (je me permets, hein, les autres 😉 )  des excuses publiques. La prochaine fois, avant d’accuser, les fâcheux de la fachosphère, vous attendrez comme moi de connaitre les faits. Voilà. Et toc. Vous avez encore raté une occasion de ne pas avoir l’air cons. C’est ballot, vous dis-je…

NB.  Quant au Monde, un peu de sérieux enfin. En matière de rigueur journalistique, vous êtes en train de vous faire doubler par Slate, qui dit un peu moins de conneries que vous  à propos d’antifas (et évite en passant de reprendre la terminologie de l’extrême droite à notre  sujet) :

Capture
source

Non, Laurie Moniez (signature de l’article en question, plus que médiocre,  du Monde), nous ne sommes pas « une milice« . Vous devez confondre avec le Gud… (dont je demande toujours la dissolution, compte-tenu de leurs nombreuses exactions et actes terroristes). Voilà voilà… Affaire suivante.

à Hénin-Beaumont, le #FN instrumentalise une fausse victime de #Nice

Le FN ne recule décidément devant rien pour instrumentaliser le terrorisme à ses détestables fins. A Hénin-Beaumont, le maire n’a ainsi pas hésité à utiliser une fausse victime de l’attentat terroriste de Nice pour convaincre son conseil municipal et ses administrés de la nécessité d’armer ses policiers municipaux. Allons toujours plus loin dans l’abaissement moral… La fausse victime semble en outre être une habituée de la victimisation intensive, ayant été tour à tour enfant de la DDASS (selon son livre publié en 2014),  handicapée en fauteuil à cause de mauvais soins, victime des attentats du Batacclan et de celui de Nice (source). Quelle endurance…

Quand le #FN ne déteste tant rien que la vérité, nos libertés sont menacées. (Solidarité avec la #VDN)

arton13974-1ad63NON à la propagandastaffel du FN. NON aux alternative facts et à l’ère de la post-vérité. Les méfaits du trumpisme ne doivent pas venir nous polluer.

Le combat contre le FN se résume bien souvent à celui de la lutte contre son racisme consubstantiel. Certes, cette opposition à la discrimination est importante. Elle m’est personnellement intolérable. Pourtant, d’autres éléments sont également à prendre en compte dans le combat contre un parti comme le FN, dont la nature est d’essence fasciste. Sont constitutifs en effet du fascisme non seulement le racisme et la xénophobie, mais également le rejet des libertés fondamentales, l’autoritarisme et l’ultra-nationalisme. Son pendant est une  violence d’État, menée contre les opposants assimilés à des ennemis intérieurs. Sa variante contemporaine, le néofascisme (comme si un fascisme pouvait réellement être néo… avec de si vieilles idées détestables) a pour caractéristique de tenir un discours violemment anti-communiste et anti-gauchiste et se prévaut d’un fantasme exacerbé, sans commune mesure avec la réalité, d’une glorieuse lutte de ces croisés contre le grand remplacement et un supposé phénomène majeur que serait le racisme envers les blancs.

Quand on revient dans la réalité, la concrétisation de l’action de l’extrême droite en général et du FN en particulier, par delà sa dimension raciste, xénophobe et islamophobe,  consiste à durcir son opposition à la manifestation de toute vérité qui le dérange à son endroit. D’où le recours si massif aux fake news pour créer un écran de fumée de nature à décrédibiliser ses adversaires et à vider tous leurs arguments même sérieux et factuels de leur substance. Les fameux alternative facts ou faits alternatifs, de la post-vérité. Le règne du mensonge nous est advenu. Des progressistes, sans doute. Tout cela est grotesque.  La liberté de la presse est constitutive d’une démocratie réelle et sérieuse. Partout où des pouvoirs autoritaires se mettent en place, ses premières actions consistent à museler les journalistes, à les harceler, à les agresser et à les emprisonner, quand ce n’est pas à les faire assassiner comme on l’a vu en Russie. La manière dont la Turquie traite ses journalistes est également patente. En France, je vois,  en observateur attentif, très informé et durable, avec le recul que me confère mon âge, la manière dont le droit de la presse recule dans notre pays. Je vois comment le journalisme est déconsidéré, méprisé, traité de tous les noms d’oiseau (y compris dans ma propre famille politique), voire carrément agressé, ce qui m’est intolérable. On s’attaque là à notre liberté collective, que l’on tente de museler, par la force s’il le faut, comme on le voit bien à l’occasion de chacun des événements à la gloire du parti fasciste français, son image fut-elle ripolinisée outrancièrement quand on connait son arrière salle comme moi. Après les épisodes d’exclusions musclées de journalistes de Médiapart et du Quotidien (d’autres journaux sont également concernés, dont j’ai perdu la mémoire), j’ai été littéralement sidéré par l’épisode de ce photographe indépendant molesté et emprisonné sans raison valable à Hénin-Beaumont, par le seul bon plaisir du petit Führer local.  Le peu d’intérêt que cela a provoqué dans la profession me dérange. Pourtant, l’étrange collusion d’intérêts que j’ai pu observer entre le DPS, service de « sécurité’ (quand on les voit, on ne se sent nullement en sécurité)  du FN et la police nationale m’a réellement troublé, et inquiété. Cela veut en effet dire que plus personne dorénavant n’est à l’abri des exactions de ces fous, et que la place des violences et de l’arbitraire ne peut plus être contenue par ceux là même, justement, qu’on charge d’ assurer notre propre sécurité personnelle. Ils perdent par là même tout crédit, en se mettant à la disposition d’un ordre privé, et injuste. Qui me dit que cette part importante de l’extrême droite dans notre police ne viendra pas demain me spolier de mes droits à circuler librement à titre professionnel ou personnel simplement en vertu de ma seule opposition bien connue à ces fachos là ? Beaucoup parmi les moins sensibilisés à ce sujet ne comprennent pas et négligent ce qui leur semble être pour eux un détail.  C’est pourtant un détail crucial, nos libertés publiques, à tous, et pas seulement celle des journalistes, est en jeu. Un pays dont l’information n’est pas libre est un pays autoritaire dont je ne veux pas, ni pour moi, ni pour personne.  C’est de cela dont il s’agit quand une trentaine de Sociétés de journalistes (SDJ) publient, ce vendredi 28 avril, un communiqué pour dénoncer les méthodes du Front national pendant la campagne présidentielle.

« Le FN a décidé de choisir les médias qui sont autorisés à suivre Marine Le Pen », écrivent-ils. Plusieurs titres de presse ont vu leurs représentants tenus à l’écart de toute information et de toute possibilité de suivre sur le terrain la candidate. Les SDJ estiment qu’il y a une entrave à la liberté de la presse.

Bien que satisfait de ce communiqué, je ne comprends pas qu’il ne s’assortisse pas de sanctions, sans lesquelles le FN peut continuer à perpétrer ses exactions en souriant ironiquement sur la faiblesse de notre soi-disant démocratie qui laisse de tels partis violer nos lois. Tant que les journaux ne seront pas plus fermes, et ne menaceront pas le FN,  qui comme l’histoire nous l’a si cyniquement démontré instrumentalise si bien nos médias qui ont fait sa fortune, de ne pas couvrir ses événements, se montrant ainsi solidaires des autres journaux, le petit manège détestable pourra continuer son petit bonhomme de chemin, de plus en plus loin. Ne pas réagir quand il sera trop tard, et que tout le monde se sera habitué à certains ignobles et sournois procédés d’intimidation. Apprendre qu’une responsable de com de la Mairie d’Hayange, pour seul exemple notable, se permet de fouiller les conversations sur facebook de certains opposants pour leur demander de retirer tel ou tel mot m’apparait proprement hallucinant. Et personne ne bouge ? Ils sont où, nos si glorieux, intègres et purs castors, dans l’histoire ? Dernier avatar de la chose dont je veux parler ici, cette insupportable sortie d’une petite ordure fasciste, collabo de la première heure de la dictature qui vient.

Capture.PNG
source

Le FN officiel a beau jeu ensuite de nier, botter en touche comme il le fait toujours si bien même dans les affaires les plus attentatoires à nos libertés fondamentales et à la réalité historique. Cela n’en demeure pas moins constitutif d’un certain climat à l’intérieur du FN et de sa curieuse conception de la démocratie. On vient d’ailleurs de m’informer que cette proposition ne doit rien au hasard

Capture.PNG
source

IL faut voir le traitement que subissent au quotidien les journalistes de la Voix du Nord.

Sur franceinfo, vendredi, Jean-Michel Bretonnier, directeur de la rédaction et rédacteur en chef de La Voix du Nord a évoqué les « intimidations » du maire frontiste qui souhaite que les journalistes fassent « la communication » de la ville. Il s’inquiète de ce que serait la « liberté de la presse en France si Marine Le Pen devenait présidente de la République ». (source)

Capture
source

Bien sûr, le FN nie, ridiculise et raille, botte en touche, décrédibilise. Mais les faits sont têtus pour les petits trafiquants de la réalité comme elle va :

Capture.PNG
source

Si rien n’est fait pour lutter un peu plus efficacement que ce n’est le cas actuellement contre les méthodes fascistes de ce parti qui soi-disant pour certains ne le serait pas, qui se cachent derrière leur petit doigt, notre pays court à sa perte  Et je ne compte guère sur l’accession de la marionnette des marchés qu’est Macron pour résoudre cela. On sait bien à quel point l’ultra-libéralisme s’accommode si bien de  la restriction des libertés fondamentales

Enregistrer

fake news de la fachosphère sur la #facecacheeduFN : @FrDesouche est RIDICULE

affiche-ridicule-1995-1-2

L’affaire du reportage de C8 n’en finit pas de créer des remous au sein du FN. Vu le climat chez les bas du front, comme toute la fachosphère est en émois, je pourrais multiplier les articles à la vitesse du son pendant des années avec une équipe de plusieurs personnes que cela n’y suffirait pas. Un vrai cataclysme, en interne, et c’est tant mieux. Et vu le nombre de médias qui s’y mettent, à dégommer les furieux ¹, j’ai (enfin) le sentiment qu’aujourd’hui, tout le monde est antifa. (rires). [Si tant est que celui-ci se résume à être seulement contre le FN, ce qui est loin d’être le cas, d’autres dimensions de nos luttes étant à prendre en compte, comme  l’anticapitalisme, la lutte contre toutes les formes de discrimination ethnique ou religieuse, sexuelle, le refus du sexisme, l’internationalisation des luttes, etc. ] Passons. Et donc, depuis cette émission, ça n’en finit pas de se répandre partout sur les réseaux sociaux du haut en bas de l’échelle fanatique des neuneus. Dernier épisode en date, la rumeur selon laquelle l’un des militants du FN visibles dans ce reportage ne serait autre (tenez vous bien, tant c’est gros) qu’un technicien de Canal+ . Un hoax idiot dont on connait l’origine ( Cyril Martinez, un proche de l’impayable Bryan Masson, le responsable niçois du FNJ pour qui ses co-religionnaires sont « des cas sociaux, des mecs finis à la pisse »). Ce hoax, comme le prouve cette capture d’écran, a été relayé par une grande partie des cadres du FN, qui ont cédé visiblement à un mouvement de panique en cédant un peu trop vite à leur complotisme et à la paranoïa qui semble habiter ce parti au point qu’elle leur fasse perdre toute mesure  :

Capture

… Plus c’est gros, plus ça passe. Un caviardage digne d’un élève de cm 1 (j’en connais de plus intelligents) qui a bien sûr été aussitôt démenti par la chaîne elle-même  : « Canal+ a vérifié : ils ne l’ont jamais employé. On n’a aucun lien avec cette personne, on ne l’avait jamais vu avant le documentaire ».

En fait de «complot médiatique», c’est donc plutôt une grossière intox qui a été relayée jeudi par de nombreux responsables frontistes. De Steeve Briois à David Rachline, de nombreux hiérarques du FN s’en sont pris à C8, sans prendre la peine de vérifier la véracité de leur «information». Se livrant sans vergogne à la «désinformation» qu’ils reprochent régulièrement aux médias. On y verra une tentative désespérée de nier le racisme de certains militants lepénistes. Ou une nouvelle et consternante démonstration de l’amateurisme en vigueur au sein du parti. (source)

Imaginez donc un instant ce même amateurisme pour des affaires encore plus sérieuses, par les mêmes bas du front aux commandes politiques, voilà qui fait peur, non ? Et cerise sur le gâteau, petit cadeau bonus de votre humble serviteur, voir sur twitter le dénommé Sautarel, capitaine de frégate du navire amiral de la fachosphère (comme de certains journalistes qui n’ont pas l’heur de me plaire ont nommé le site FDesouche) se prendre les pieds dans le tapis en tentant si maladroitement de tancer des journalistes à propos de ce grotesque canular :

Capture

… Et plus loin se présenter comme

Sautarel ridicule

Ils osent tout. La neutralité de FDesouche est en effet bien connue…

FDesouche

Heureusement que le ridicule ne tue pas. (Quoique. Je m’imagine déjà me rendre à l’enterrement de Monsieur Pierre. Ou pas ;). Sautarel a raté sa vocation de comique troupier.  A moins que ce ne soit de pétomane. Je n’écris pas ça pour la vue, mais pour l’odeur..  de ses idées.

.

¹ après C8, Envoyé Special sur la 2 hier soir, encore, qui démontait l’entreprise d’escroquerie en bande organisée du FN au parlement européeen, chiffrée à 6 millions d’euros au frais du contribuable européen. Continuez donc à voter pour eux, les fronts bas… Ils pourront continuer à vivre à vos crochets, sans mauvais jeux de mots (ceux qui savent comprendront)

le #feminisme du #FN, c’est donc ça, @SteeveBriois ?

capture

On comprend que le film de Lucas Belvaux puisse en déranger certains, à l’extrême-droite… Les vampires de la tribu (très) primaire des « Onéchénous » n’aiment guère la pleine lumière. Bande annonce :

Voilà ce qu’en dit le Huffington Post :

FRONT NATIONAL – Si le film « Chez Nous » de Lucas Belvaux ne porte pas spécialement sur la vie de Marine Le Pen, difficile de ne pas voir sous les traits du personnage Agnès Dorgelle (incarnée par Catherine Jacob) l’ombre de la présidente du Front national.

Et pour cause, le long métrage, dont le trailer est sorti ce vendredi 30 décembre, est largement inspiré de la progression du parti d’extrême droite. À l’affiche, seront également présents André Dussollier, Guillaume Gouix, Anne Marivin et Emilie Dequenne

Cette dernière incarne Pauline, une infirmière à domicile travaillant dans le Nord, entre Lens et Lille, qui va se faire approcher par le « Bloc Patriotique » (ressemblant étrangement au Front national) afin qu’elle se porte candidate aux municipales, dans ce territoire miné par la crise de la métallurgie. Selon le réalisateur, le film décrit cette « parole qui se libère, disséminant une odeur abjecte qui dérange de moins en moins ».

On comprendra donc aisément que je ne puisse passer à côté du propos  dans cette nouvelle formule de ce blog. Surtout quand je vois la réaction d’un maire FN qui pourrait être éventuellement directement concerné… s’il prenait ce film pour autre chose qu’une fiction…  (mouarfff ! le con ! 😉

capture2

.

capture

(ce à quoi je fais allusion :

capture

Le féminisme selon Saint Neuneu consiste donc à qualifier une femme de « Pot à Tabac », qui se dit d’une  » Personne grosse et courte, petite et obèse, bouffie, contrefaite ».  Voilà voilà… La preuve par l’absurde. Le roi est nu. Et c’est (très) moche.

#FN : Images de la fRance apaisée : Menaces de mort contre le maire de #Sevran. (Merci #DossierTabouse)

capture

.

[devoir de suite].  Dans les traces (brunes, les traces) d’une émission d’un pseudo journaliste manifestement très prisé de la fachosphère (il s’y emploie avec un zèle certain) qu’on sait maintenant bidouillée (voir ici, en fin de billet, les pièces à conviction), j’apprends que le maire de Sevran a décidé de porter plainte contre deux personnalités du FN, David Rachline et Steeve Briois, respectivement maires de Fréjus et d’Hénin-Beaumont, pour menaces et provocation à la haine :

capture
source

…En cause, le fait que les élus en question laissent négligemment traîner sur leurs comptes facebook respectifs (alors qu’ils en sont responsables, et s’en font complices en ne les supprimant pas) des messages auxquels je suis pour ma part, malheureusement, tristement habitué, genre  :

« Une belle ordure à exterminer avec le reste », « démission du maire qui a vendu son âme aux mécréants salafistes. Une petite bombe sur l’école le dimanche quand les responsables sont réunis. Et une bastos pour le maire »…

Je suis de tout cœur, malgré nos profondes divergences politiques, aux côtés de Monsieur Gatignon, et j’ approuve tout à fait cette plainte qui me semble de nature à continuer la lutte éminemment nécessaire contre cette peste brune qui nous envahit et salit tout ce qu’elle touche. No pasaran. Une plainte à mettre en relief, sur le registre de la dédiabolisation et de l’image lisse dont le parti en question se pare, se revendiquant si frauduleusement du peuple (rire…) avec cette autre information qui la contredit si terriblement…

capture
source

Enregistrer
Aux côtés de l’islamophobie consubstantielle au FN, l’antisémitisme, une autre tare consanguine… Il faut que ça se sache. (moi, je n’avais déjà plus aucun doute… (voir ici). On se souvient pour beaucoup des liens qui unissent si fort le FN et un certain Dieudonné….

capture

Enregistrer

#dossiertabou ? Plutôt dossier #tabouse (ou l’instrumentalisation de la haine raciste)

Hier soir, je n’ai surtout pas regardé M6, et son émission racoleuse annoncée à grands renforts de teasing tapageur… La chaîne, l’animateur (ce n’est définitivement plus un journaliste, qui lui recherche la vérité profonde), le sujet, le titre (tu parles d’un tabou, qui s’étale tous les jours de manière incessante, pernicieuse et bien visible, qui s’affiche si volontiers...), tout était fait pour attirer un certain public à la recherche de sensations fortes. Il suffit de s’être préalablement imprégné (j’en pue encore)  de ses émissions genre « enquêtes exclusives » pour être averti de ce qu’on va trouver et des méthodes. De la daube en barres pour acculturés sans références historiques, ni culture politique et encore moins au fait des affaires dont il s’agit. Les détails ont pourtant en effet leur grande importance, en matière de faits divers. Ce « journaliste » là ne s’en encombre guère… pas plus que d’informations pertinentes et riches, nécessitant un minimum de concentration, et insufflant de la matière à penser. Ce n’est pas ça que l’on recherche, dans ses émissions. Il connait son public :  des gens à qui les à peu près, les clichés et les amalgames servent de matière à penser. Ou plutôt, à se vider… On pouvait donc compter sur De la Villardière, pour nous en donner, des sensations fortes, eu égard à sa vie et son œuvre. Et donc, m’abstenant volontairement de regarder ce qui s’annonçait comme une belle merde, j’ai reçu en pleine face les réactions sur twitter… Aller sous le hashtag dédié vous convie à mettre les yeux dans la fange la plus infecte. Vous n’en sortirez pas indemnes… L’animateur du site FDesouche Sautarel ne s’y est d’ailleurs pas trompé :

capture

La manière dont l’émission a été montée et conçue (pour faire du buzz, et rien d’autre, une manière de rattraper leurs précédents avatars tout pourris ?;) m’a fait penser au petit scénario qu’un journaliste plus talentueux que d’autres, Samuel Laurent, a modélisé, en l’occurrence à propos de la polémique sur le burkini, mais qui s’applique également parfaitement ici :

capture

Le processus de fabrication de la polémique étant enclenché, il suffisait que la meute raciste de la #TeamRDN aux multiples noms, visages, comptes et fakes se lance à la curée, et le tour était joué. Et ce qui devait arriver avec pareil simulacre d’enquête, qui n’est qu’un appareillage journalistique grossier fait de provocation dans l’intention de faire du buzz,  arriva. Devinez quoi ?

Et le tiercé gagnant est… (quelle surprise ! 😉

capture

CQFD. Pour pourrir les esprits, on peut compter sur des réseaux de plus en plus asociaux, qui démultiplient l’impact de nuisance…  Je commence à connaître toutes leurs combines de manipulation des masses laborieuses.  Et ce n’est pas joli joli… Entendons nous bien, je n’ai jamais dit – je les vois venir, les neuneux – qu’il n’y a pas de dealers (si, dans la cage d’escalier de mes enfants, à côté…), ni d’islamistes radicaux (personnellement, je les évite. Et eux aussi). Je dis que procéder comme cela à des amalgames aussi évidents que je laisse à d’autres plus spécialisés et concernés le soin de démonter est tout simplement ridicule, et ne résiste pas à l’analyse ni à la recherche d’informations crédibles et fiables qui ne relèvent pas du hoax une seule seconde.

Post-scriptum :

Pièce à conviction n°1 : L’humoriste Samia Orosemane raconte comment elle a été flouée par Bernard de La Villardière dans son « reportage ».

Pièce à conviction n°2 : Apportée par Delphine Legouté, Rédactrice en chef du site de Marianne le Mag, ce bidouillage :

capture

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pièce à conviction n°3 : apportée par David Perrotin, pour Buzzfeed France. Dans une vidéo tournée par les jeunes eux-mêmes, mis en cause dans le reportage, on peut constater l’incroyable inversion de situation… Des salafistes et des dealers, vraiment ?

le maire d’Hénin-Beaumont est vraiment très très……. (Non, rien).

A vous de juger :

B89AjQ9IIAACrTD

explications ici

(et davantage là)

(merci sur twitter)

(et s’il appliquait la charia, plutôt, tant qu’à faire, hum ? Ok, je sors…)

Post-scriptum : gare aux habitants de la 4ème circonscription du Doubs qui vont voter dimanche prochain ! S’ils se retrouvent, avec, en plus de la profonde humanité de leur candidate,  de tels murs de Berlin un peu partout chez eux… ça craint !

le journalisme politique français malade du #FN

trombinoscope

source : BFNTV

.

#trombinoscope (re) : les journalistes punis par là où ils ont pêché…

je vous ai déjà évoqué l’affaire mardi, et le scandale qu’il y avait pour notre république à distinguer un élu FN, aux convictions anti-républicaines. Mais si j’y reviens, c’est tout d’abord pour réparer un oubli. Ce que je ne vous ai pas dit alors, c’est comment Steeve Briois a été désigné « élu local de l’année ». Et comme certains de mes lecteurs m’ont questionné sur le sujet, je leur devais cette réponse.  Le palmarès annuel du Trombinoscope est établi par un jury de sept « journalistes politiques expérimentés » présidé par Arlette Chabot. A la faveur de ce que j’ai pu lire ici et là, je n’en connais que quelques uns (en plus de la présidente bien sûr)  :  Bruno Dive, éditorialiste à Sud-Ouest,  Gilles Leclerc, de Public Sénat, qui a été chargé de remettre ce prix (ce qu’il a fait du bout des lèvres..), et Laurent Joffrin, qui dit avoir été absent lors de la réunion du jury… Voilà qui tombe bien.  Ce sont donc ces journalistes là qui ont décidé d’honorer un élu du FN. On comprend mieux dès lors comment l’entreprise de banalisation des médias envers ce parti (ce que nous dénonçons depuis des années) s’opère peu à peu, renoncement après renoncement, banalisation après banalisation.. Une belle reconnaissance qui a d’ailleurs surpris jusqu’au FN, qui n’en demandait pas tant… Cependant, depuis, la présidente dudit  jury a un peu de mal à assumer ses responsabilités dans l’histoire. Et donc, comme cet élu, David Noël, membre du PCF de la cité minière, je m’interroge :  « Le jury du Trombinoscope était-il en état d’ébriété ? ».

Mais ce qui est encore plus intéressant dans l’histoire (beaucoup n’auraient jamais entendu parler de ce trombinoscope sans  cela, il convient d’en relativiser l’importance. Surtout quand on sait qu’ils ont eu e nez fin d’honorer en 2011…. Jérôme Cahuzac !), c’est l’attitude du FN lors de la cérémonie à l’Hôtel de Lassay, que nous décrit Daniel Schneidermann, le fondateur d’@rrêt sur images, dans cet article :

Fendant la petite foule qui se presse sous les lambris, Marion Maréchal-Le Pen se précipite vers Gilles Leclerc. « Vous avez été vraiment minable. On va vous avoir. Et quand ça va arriver, ça va vraiment vous faire mal. Des fois on a un petit coup de mou, mais quand on a ça, on est vraiment motivés. Vraiment », lance la députée FN au président de Public Sénat. Et Gilbert Collard, au même Leclerc : « Fallait mettre un préservatif pour venir. »

 Une députée d’une (autrefois ?) république se permet donc de menacer directement, devant des caméras, un journaliste de télévision officielle, et personne n’y trouverait rien à redire ? On devrait trouver ce parti normal ? Ses agissements conformes à l’idée que nous nous faisons des valeurs républicaines ? Le président (UMP) du Sénat,  Gérard Larcher, a ensuite beau jeu de dénoncer  le boycott par Claude Bartolone, de cette remise de prix (pour cause de « non-pactisation » avec l’ennemi, rappelons-le, ce que non seulement j’approuve, mais applaudis), alors qu’il en est lui-même l’un des récipiendaires… comme meilleur sénateur de l’année. Et après, ce bon Monsieur va s’émouvoir d’une émission qui, diffusée hier soir, pourrait fort bien, selon lui, nourrir l’anti-parlementarismeIl le fait très bien tout seul, avec de tels comportements pas vraiment vierges de tout reproche. On eu aimé qu’il s’indigne davantage de l’attitude et des menaces du FN, sur lesquels on ne l’a pas beaucoup entendu… On a les indignations qu’on mérite. La 6ème république se fera sans vous.