De la responsabilité de Valeurs actuelles (et de l’ensemble de la fachosphère) dans les risques de passages à l’acte #terrorismeXdroite #SciencesPoLille

Voilà une histoire qui à mon sens illustre parfaitement les limites de la liberté d’expression brandie cyniquement par ceux là mêmes qui la supprimeraient sans état d’âme s’ils arrivaient au pouvoir (1) : doit-elle aller jusqu’à accepter l’idée qu’en fonction de cette liberté de parole absolue, on aille jusqu’à faire savoir à quelqu’un qu’on a envie de le tuer ? C’est pourtant la mésaventure inadmissible et insupportable qu’a vécue le directeur de Sciences Po Lille. Son seul tort ? Avoir annulé une conférence en raison de la présence programmée de Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, dont le magazine a été – il est utile de le rappeler – plusieurs fois condamné pour incitation à la haine raciale et religieuse, et qui s’est rendu en outre, compte-tenu de son absence totale de déontologie journalistique comme cela est de notoriété publique dans la profession, coupable de nombreuses malversations, comme le simple fait d’avoir mis en danger un informateur dans le cadre d’une affaire de terrorisme, ce qui m’apparait particulièrement grave, d’où ma volonté de le rappeler obstinément en soulignant ostensiblement leur négligence coupable. Sans parler en outre de leur papier antisémite à propos de Benjamin Stora…. Voilà ce me semble des motifs suffisants pour annuler une conférence dans un lieu dédié à l’édification de la jeunesse, pour qui on peut franchement rêver d’autres modèles plus humanistes et plus porteurs de transformation sociale que la simple reproduction et illustration d’un rejet xénophobe, et d’un discours raciste et anti-migrants comme celui véhiculé régulièrement par ce magazine méprisable, qui s’est également illustré dernièrement par un combat frontal envers les Sleeping Giants dont je suis qui l’a amené sans honte à inscrire ni plus ni moins que le Mémorial de la Shoah sur leur mur des cons tout personnel. Une honte absolue à mes yeux.

Et donc, dans le cadre d’une stratégie du chaos dont les lignes directrices m’échappent, le directeur de Valeurs et l’ensemble de ses soutiens dans la fachosphère (l’industrie des petits producteurs de haine, comme je les appelle, dont les figures en sont tristement connues, et reliés par des intérêts idéologiques et financiers, ou personnels), sont donc partis en croisade contre tous ceux qui ne leur ressemblent pas (et comme il y en a fort heureusement…).Sauf que cette guerre, qui pour l’instant se cantonnait aux espaces médiatiques, est en train de déborder dangereusement dans la réalité… En voici la démonstation :

Je ne vois vraiment pas ce qui peut justifier cela. Rien. Absolument rien. Quand on en arrive à ce niveau de menaces et d’extrémités, on ne peut vraiment pas dire qu’on se pose en rempart contre le terrorisme, alors qu’on est en train de le provoquer sciemment soi-même, en manipulant cyniquement des masses dont certains individus peuvent s’avérer psychiquement vulnérables, comme cela m’est une préoccupation constante, une responsabilité collective dont nul ne peut se défaire. Mais cela n’a pas l’air de faire reculer certains ténors de la fachosphère, visiblement toujours prompts à jeter de manière totalement irresponsable sur un plan collectif et sociétal de l’huile sur le feu, comme ce n’est pas la première fois pour cet avocat des fachos :

Jusqu’où cette guerre là ira-t-elle, qui se cache derrière de bien doux euphémismes en apparence épris de valeurs universelles, pour justifier dans les coulisses l’ignoble et le monstrueux : le racisme, le sexisme, les LGBTQphobies, la xénophobie, la haine des musulmans, des migrants, l’ antisémitisme, les théories complotistes délirantes, et totues ces fakenews imbéciles qui ne servent qu’à assoir leur détestable idéologie ? Doit-on attendre tranquillement installé dans son canapé de voir se produire l’irréparable ?

(1) Une revendication de la liberté d’expression aussi cynique qu’hypocrite au vu de la vraie nature de ces gens là, comme le démontre assez cette menace inacceptable d’un parti soi-disant démocratique proférée par la candidate du RN à Brest (source) :

On vous attend, Renée, et de pied ferme encore. L’antifascisme, ce n’est pas rien qu’un mot, une posture, dépourvue d’action… Vous feriez bien de vous méfiez, toi et les tiens. On ne nous menace pas impunément.

@Epelboin soutient le droit absolu de @KTHopkins d’ appeler au meurtre des migrants ! 🤮

Voir cet ersatz de libertaré confus (avec qui mon contentieux est assez ancien puisqu’il date de l’époque des Geonpis) soutenir cette immonde peste brune (ou blonde, c’est selon), en s’en prenant aux amis des Sleeping Giants qui administrent notre compte, voilà qui m’apparait suffisamment dégueulasse pour mériter d’être souligné ici, et archivé :

… et se tromper de surcroit à ce point, dans sa volonté médiocre et méprisable de doxxing, alors que nous sommes tous des Sleeping Giants (Tristan Mendès France, pour qui j’ai le plus grand respect, ni plus ni moins qu’un autre), voilà qui souligne suffisamment comme cela le ridicule du personnage, en plus de l’absence de toute morale comme d’éthique personnelle, lui si consumé par ses certitudes grotesques qui l’ont toujours égaré, tout comme son arrogance notoire…

Et enfin, à propos de l’immonde turbine à lisier qu’est Hopkins, à laquelle je viens justement de consacrer un billet aujourd’hui, s’il veut la comparer à Charlie Hebdo, je le laisse à la responsabilité de ses propos. On voit bien que cet ignare bouffi d’orgueil ne sait pas de quel être immonde il s’agit…

Certains membres fondateurs de Charlie Hebdo doivent se retourner dans leur tombe…

Post-scriptum : il n’y a visiblement pas qu’Epelboin, qui se soit mis le doigt dans l’œil jusqu’au coude… Mais pour celui-là, au moins, on n’est pas franchement surpris…

Qui a bloqué la turbine à lisier de @KTHopkins sur Twitter ? #NOHaters

Il était une fois un mouvement nommé Sleeping Giants dont certains osaient dire qu’ils ne servaient à rien (vraiment ?), et que même ils portaient atteinte à la liberté d’expression, qu’il s’agissait de dangereux censeurs, voire même de fascistes tant qu’on y est. Juste des intolérants mus par une logique autoritaire qui leur commanderait de faire taire tous leurs opposants en vertu d’une doxa du politiquement correct, du refus de la parole alternative.

J’exagérerais ? C’est pourtant exactement le discours que certains réacs et fachos tiennent à notre propos. Dis moi donc qui est la cible de tes ennemis, je te dirais qui tu es…

Alors, histoire de leur montrer qu’ils ont tout à fait raison, les fachos, et que nous sommes encore pires qu’ils ne le pensent, puisque nous sommes de surcroît de monstrueux délateurs (;) , voilà l’histoire que je voulais vous raconter aujourd’hui et qui fait mes délices, à moi (notamment mais pas seulement) qui privilégie l’efficacité.

Katie Olivia Hopkins est une personnalité des médias anglais, chroniqueuse et ancienne femme d’affaires. Selon sa fiche wiki, traduite en français, elle a commencé à écrire pour The Sun en 2013 et le site Web du Daily Mail, MailOnline, de 2015 à 2017. Elle a animé sa propre émission de discussion télévisée If Katie Hopkins Ruled the World en 2015, et l’année suivante, elle est devenue présentatrice pour la station de radio talk. LBC .

Tout au long de sa carrière, la présence et les opinions franches de Hopkins sur les réseaux sociaux , en particulier en ce qui concerne la politique britannique , la classe sociale , l’ obésité , les migrants et la race , ont suscité la controverse, les critiques, l’examen des médias, les protestations et les pétitions.

Elle est fréquemment présentée par les médias comme une commentatrice politique d’extrême-droite.

source

On peut en effet s’en convaincre aisément et valider ce positionnement, sans trop de risques de se tromper, en lisant simplement cet extrait de sa fiche wiki, aux références sourcées :

Pourtant, comme l’évoque un tweet officiel du compte de Sleeping Giants France, qui m’a mis au courant de l’histoire, malgré  » Des milliers de signalements de tweets racistes de l’abjecte Hopkins (celle qui veut tirer à balles réelles sur les réfugiés qu’elle appelle « cafards ») sont demeurés sans résultat. (source)

Aussi, quelqu’un a décidé un beau jour, enfin, de prendre le taureau par les cornes…

Une personne très connue (média UK) est allée avec Imran Ahmed du « The Centre for Countering Digital Hate » voir les responsables Twitter pour discuter de l’incitation à la haine raciale et religieuse pratiquée par Hopkins jour après jour. (source)

Et voilà le résultat :

De la censure, vraiment ? Non. La simple conséquence de l’application un peu plus stricte des CGU de twitter, qu’il ne met pas toujours de la bonne volonté – ou les moyens humains ? – à appliquer consciencieusement, c’est le moins qu’on puisse écrire.

Toute société, sur internet ou ailleurs, ne survit-elle pas que par les règles communes qu’elle s’impose, auxquelles nulle (c’est le cas de l’écrire 😉 ) ne saurait se soustraire sans en subir la sanction ? Pour en revenir à l’accusation liminaire de nos détracteurs de la fachosphère, j’aimerais simplement répondre qu’il y aurait un curieux paradoxe, quand on se veut défenseur de la démocratie (ou plutôt, à mon avis, de ce qu’il en reste) que de laisser nos principaux ennemis, que sont les fascistes, les racistes, les antisémites, les xénophobes, les LGBTQphobes, détruire de l’intérieur notre société. C’est pourtant ce que sont en train de faire les haineux sur internet et dans nos rues, de plus en plus visiblement, et parfois en totale impunité. Il convient donc que cela cesse, pour le bien-être de tous.

J’en profite pour faire un point sur un autre protagoniste de cette histoire, qui vaut certainement bien plus sûrement qu’on s’y attarde, en tous cas bien davantage que cette immonde Katie Hopkins là. Il s’agit de Imran Ahmed. C’est lui, ici :

Il se présente sur sa bio twitter comme administrateur du Center for Countering Digital Hate , basé à Londres :

Enfin quelqu’un d’apparemment qualifié pour s’attaquer à ce phénomène qui relève à mon sens ( 1) non seulement de la politique ou des médias, y compris sur internet, mais aussi et surtout de la santé publique : la haine en ligne est en effet à mon sens un poison démocratique et mental un peu trop puissant actuellement, auquel certaines personnalités vulnérables sont trop surexposées. Et j’aimerais beaucoup collaborer à ma façon au traitement de son éradication. Je vais donc de ce pas creuser ce que propose Imran Ahmed en termes de modalités comme de philosophie. Ce sera l’occasion d’un billet pour plus tard, quand j’aurai recueilli suffisamment de matière. En tous cas, d’ici là, merci à lui pour ce premier résultat. La turbine à lisier raciste doit impérativement être bloquée d’urgence, les dégâts collatéraux sont déjà immenses, les risques de passages à l’acte jamais à exclure, et les petites mains qui tentent de colmater les brèches, trop peu nombreuses, et sur-sollicitées. Merci pour votre attention.

Lire une autre réaction que la mienne au sujet de cette affaire, sur ce blog… In english

(1) … pour l’avoir maintenant observé, analysé et tenté de le contrecarrer, maintenant depuis plusieurs années, d’où ma collaboration active avec les Sleeping Giants France depuis le début.

où le mur de la honte de @valeurs se retourne contre eux #antisemitisme

Faut vraiment avoir honte de rien… Aller jusqu’à oser inscrire le Mémorial de la Shoah sur leur  » mur de la honte » (ici, on ne se demande même pas de quel côté elle se trouve…), sur lequel ce torchon d’extrême droite, si suspect d’antisémitisme, a décidé d’épingler toutes les sociétés qui refusaient publiquement de se rendre complices par leurs publicités de leur contenu haineux, raciste et discriminatoire (qualifié comme tel par la justice qui les a maintes fois condamné), en réaction à notre action, celle des sleeping giants dont je suis, fallait oser… Ils l’ont fait. Leur marque :

source :

réponse personnelle d’un Sleeping Giant à @LeSEPM et @Valeurs : Informer n’est pas censurer. STOP au business de la haine !

Un petit rappel utile pour répondre à la propagandastaffel du SCEPM tout comme de Valeurs (in)Actuelles et de leurs satellites gravitant dans la fachosphère nous concernant #jesuisunSleepingGiant :

Informer les annonceurs serait de la censure ? Pourquoi nous dénier un droit, celui d’informer, qu’on accorde si volontiers à d’autres ? En se montrant de surcroit bien peu regardants sur la qualité comme sur la crédibilité des contenus idéologiquement si terriblement orientés du susdit magazine… qui relèvent à notre sens bien davantage de la désinformation que notre propre projet, de nature éthique, lui.

Ndlr

Suite à une campagne des Sleeping Giants visant en particulier Valeurs Actuelles, qui semble visiblement devenu le cœur même de la fachosphère française si l’on en juge par la virulence des attaques qui sont allées crescendo à notre endroit, le Syndicat des Éditeurs de la Presse Magazine a cru bon de se fendre d’un communiqué de soutien à l’hebdomadaire qui accorde si volontiers ses pages au Rassemblement National… Cet hebdo est pourtant de notoriété publique un multi-récidiviste de la haine raciste, complotiste et xénophobe, islamophobe, et dans un certain cas au moins, si symbolique et symptomatique, antisémite. L’ancien directeur de rédaction de cet hebdo est même allé jusqu’à soutenir sans honte aucune le Cardinal Barbarin... Ces accusations à l’encontre du magazine de Geoffroy Lejeune n’ont rien de diffamatoires. Elles peuvent en effet être étayées chacune par des exemples très concrets, en chacun des points, comme les liens que j’inclus ici sous les mots dédiés y renvoient. Chacun.e pourra ainsi se faire son opinion, car ici, on ne prend pas les lecteurs/trice pour des billes… je vous demande juste d’examiner les faits, et les propos exacts, point barre…

source

Voilà un soutien qui démontre bien à quel point la haine, dans notre pays, est un business auquel il est dangereux de s’attaquer, et qui s’embarrasse fort peu de la recherche de vérité, qui devrait pourtant être la vocation de tout journaliste digne de ce nom. L’argent, pour certains, visiblement, n’a pas d’odeur… Le golem économico-politico-médiatique n’a en effet pas hésité en bien des points et lieux à répandre les pires fakenews qui soient afin de nuire tant à notre image qu’à notre action.

Nous avons pourtant l’intime conviction qu’elle fait pourtant œuvre de salubrité publique. Les discours de haine ne doivent plus avoir une place aussi prépondérante dans notre pays, ou du moins être aussi terriblement banalisés, au risque de constituer un terreau propice au passage à l’acte. Le racisme, le sexisme, l’homo et la transphobie, la xénophobie, l’islamophobie comme l’antisémitisme devraient être bannis définitivement de l’expression publique. C’est un idéal à attendre qui nous animent tous, Sleeping giants, par delà nos considérations politiques personnelles.

Je l’ai déjà écrit ici, de ce que j’en vois, je ne dois très franchement pas être vraiment très représentatif de l’ensemble des Sleeping Giants, au point que lorsque je vois certains commentaires ici et là à notre endroit parler de nous comme de militants d’extrême-gauche, cela me fait sincèrement sourire. je n’ai jamais pris mon cas personnel pour une généralité, contrairement à ces gens pour qui l’amalgame est un mode de pensée habituel, sur lequel repose d’ailleurs leur fond de commerce. Aussi est-il assez piquant de voir le SEPM pratiquer des arguments relevant de ce que je nomme de la rhétorique inversée : car enfin, qui est le plus discriminant, dans l’histoire ?

Voilà qui justifierait une investigation plus poussée pour savoir qui tient les manettes de ce syndicat là… En attendant, pour rester purement factuelle, voici la réponse technique concrète de notre collectif à ce genre d’accusations de la fachosphère, qui ne tient pas la route une seconde quand on examine les faits, et rien qu’eux :

Il est des nôôôôôtres ! Bravo ! #JesuisunSleepingGiant #valeursactuelles #NOHaters #racisme

Déontologie ou pas, je ne ferai certainement pas à ce site de fachos qu’est infos Bordeaux, qui ne répugne même pas à monter en épingle les glorieux faits d’armes d’un groupe de nazis dans cette ville, le moindre retour de lien hypertexte pour indiquer la source de cet article particulièrement vomitif, grossier, et incitant purement et simplement au cyber-harcèlement. Faut pas charrier.

Ce n’est que l’un parmi tant d’autres de la constellation de ces sites d’infaux locaux que j’ai commencé à lister dans les pages de ce blog, qui ne font que propager la propagande officielle du FN remaquillé en RN, ou/et de ses ersatz identitaires, gavée de fakenews et de propos racistes et xénophobes, exaltant la haine des musulmans. Aussi, comme je comprends les dispositions prises par ce journaliste ainsi ciblé, moi qui ai du faire de même à maintes reprises pour ne pas être importuné par ce genre de haters… auxquels je fais de gros bisous. Comme ils doivent tant manquer d’amour…. 😉

Sur les Sleeping Giants, que j’ai soutenus depuis le début de leur implantation en France, et dont je suis si heureux de faire partie, lire le dossier ici.

Et pour savoir comment en faire partie, c’est là, en fin d’article.

ENSEMBLE, nous serons plus forts que leur haine !

Post-scriptum : on lira avec plaisir l’article de ce journaliste sur les conditions d’accueil des réfugiés à Bordeaux, baigné d’une chaleur humaine comme on les aime… Merci Monsieur. Ravi pour ma part d’avoir dépassé votre patronyme. Comme quoi, les préjugés…

l’ombre du PIR pour légitimer la toxicité des républicanistes, réactionnaires et malfaisants, ça suffit ! #CNSMD

Je suis moi aussi de ceux qui pensent qu’il n’est pas inutile, et même qu’il s’agit d’un devoir de mémoire et de fidélité envers mes convictions antiracistes et antifascistes, de déconstruire notre culture de ses héritages racistes, sexistes et coloniaux. L’enjeu sociétal étant à mon sens de prendre conscience des aspects de cette histoire pour ne pas justifier certaines de ses conséquences négatives, bien actuelles, qui pèsent bien sûr essentiellement sur certaines minorités de ce pays, mais qui de par les tensions et le ressentiment qu’ils entretiennent, rejaillit également sur nous tous. (j’en sais quelque chose, de par mon histoire personnelle.).

Pour autant, je ne tomberai jamais dans les excès d’un PIR pour qui, notamment, existerait un « philosémitisme d’état », ce que je récuse comme un énoncé antisémite (ce qui a d’ailleurs encore été martelé ici), et ses excès plus que discutables de la part de certains de ses fanatiques. L’histoire de l’agression de Mille Babords m’est en outre restée en travers de la gorge, et je ne comprendrai jamais les imbéciles qui prétendent justifier cela.

Ma position pourtant équilibrée, réfléchie et aussi éclairée qu’il soit possible dans le chaos idéologique ambiant n’est visiblement pas partagée par les adeptes du Printemps Républicain, pour qui tout ce qui relève de cette déconstruction de l’histoire afin d’en démontrer les ressorts de domination en faveur de groupes ethniques et économiques, (pourtant toujours les mêmes, aux caractéristiques tout aussi identitaires et communautaristes, en Occident, que ceux qu’ils prétendent dénoncer comme « islamistes »), est un.e ennemi.e de la République. Dans la bouche de ces gens, ou sur leur clavier (ils se montrent en effet volontiers cyber-harceleurs), l’insulte suprême est bien prompte à surgir, qui n’a aucune consistance intellectuelle d’aucune sorte : celle qui nous est si souvent appliquée d’ « islamo-gauchiste« , ce qui renvoie aux heures les plus sombres de notre histoire et à l’invective visant à décrédibiliser l’adversaire sans autre forme de procès, comme l’était autrefois le terme de  » judéo-bolchévique« , d’un autre temps.

Comme si je (nous ?) allions détruire leurs Parthénons hexagonaux, leurs Élysées impériaux, et leurs Académies tristement franchouillardes où la pensée comme la littérature ronflent bien au chaud, pendant que nous écrivons sous une couverture, parce que le chauffage, ça coûte trop cher pour une part de plus en plus importante d’entre nous… Je veux parler ici, sciemment, de cette paupérisation générale qui devrait nous faire honte à tous, indépendamment de ma situation personnelle, qui m’est d’autant plus insupportable que ces mêmes adeptes là, ces républicanistes que je combats, préfèrent ne pas la voir en s’endormant la tête pleine de symboles d’une histoire fantasmée, celle de LEUR roman national, sous les ors de LEUR république agonisante à laquelle ils s’accrochent comme des moules à un rocher, leurs privilèges et leurs médiocres petits intérêts personnels en dépendant si viscéralement… Sans quoi l’on aurait du mal à comprendre une telle hargne, une telle violence, une telle persistance à défendre des symboles, plutôt que des êtres humains, qu’ils ne cessent d’agresser, vilipender, traquer jusque dans les chiottes, comme une certaine élue du RN, ici : quelle idéologie justifie cela ?

Je vise ici ces gens pour qui « indigéniste » est une insulte, ce qui en dit assez long à mes yeux sur leur supposé antiracisme, dont certains osent se prévaloir sans gêne d’aucune sorte, armés de l’arrogance insupportable que leur confère leur statut social, en vertu de valeurs « universalistes » qui combattraient un antiracisme dévoyé, « racialiste ». Des gens frétillant dans un sillage idéologique improbable, qui leur fait donc considérer les Sleeping Giants comme des ennemis, en connivence avec la fachosphère, parce que nous avons osé nous attaquer à un symbole (pourtant bien immonde en vérité) de la presse française, et à qui je pensais en particulier en écrivant l’épigraphe de ce blog :  » Les successeurs des fascistes d’hier arriveront à vous convaincre que les antifascistes d’aujourd’hui sont vos ennemis « …

source

Provoquer le dégoût ( le mot est fort, pour un « humaniste… Vraiment ? ) de ce genre d’individu à l’esprit, forcément, statut oblige – éminemment supérieur au mien, cela m’est significatif. Et qu’une certaine adepte de la secte républicaniste au vu de notre échange sur twitter ce soit aussitôt sentie obligée d’approuver le propos, voilà qui pour moi fait sens.

Pourtant, sur le cœur du sujet qui m’ oppose à ces républicanistes de bas étage (mais de haut standing social, ce doit être pour cela qu’ils sont plus et mieux écoutés que votre humble serviteur..) que serait le racialisme, je me suis déjà exprimé sans ambiguïté également, comme à propos du PIR. Et il me semble évident que je n’ai pas grand chose à dire à ces deux racismes là, qu’il provienne des blancs, des noir.e.s, ou d’autres origines ethniques. Je m’en contrefous. Le racialisme est en effet une saloperie à mes yeux, qui vise pour certains à relégitimer un concept en vertu d’un droit à critiquer les agissements d’une autre « race » ou couleur de peau pour démontrer sa domination, alors que je nous pensais enfin sauvés de ce parasite idéologique là avec la suppression de cette notion éminemment discutable, et scientifiquement indémontrable (N ‘en déplaise à Monsieur Bouvet, le pape de la laïcité à la française, c’est à dire racistes et obsessionnellement islamophobe, qui sont allés jusqu’à instrumentaliser les événements de Cologne à leur immonde profit, tout comme l’extrême-droite, et particulièrement complaisante avec l’intégrisme catholique, curieusement…). Ces gens qui se paient des Unes dans Marianne,

A leur monde en noir et blanc, je choisirai toujours les couleurs de mon arc-en-ciel si personnel. Et je m’en retrouve d’autant plus convaincu à la lecture de leur dernière chasse aux sorcières, à leur dernière polémique raciste, digne héritière politique d’un Maccarthysme plus que daté, et éminemment critiquable, sur la forme comme sur le fond. Et je suis ravi de constater que je ne suis pas le seul à percevoir comme particulièrement ignominieux et insupportable l’article du Point qui a tenté misérablement de sonner l’Hallali à l’encontre d’ une pauvre femme qui n’en demandait pas tant, en ces termes :

Pourtant, il y a plus d’une semaine Libé avait déjà annoncé cette nomination sans que cela ne crée de polémique particulière, et sous un jour un peu plus conforme à la réalité, c’est à dire non idéologisée outrancièrement par certains, qui y avaient grand intérêt en raison de l’actualité de leur mouvement groupusculaire, mais néanmoins particulièrement agissant… Ces mêmes adeptes du groupuscule de Bouvet que ne cesserai de talonner ici, tant ils m’apparaissent toxiques et malfaisants :

Il y avait eu également cette publication sur le site de Radio classique, ne prêtant pas non plus à polémique, et c’est heureux.

source

Alors, qu’a-t-il bien pu se passer après ces deux communiqués paisibles et conformes aux règles de l’Art pour que l’on en arrive à l’article incendiaire et alarmiste du Point, où l’on jette une femme en pâture à la vindicte publique ? J’ai bien ma petite idée…

Un autre que moi vous démontera dans le détail la procédure habituelle par laquelle certains petits censeurs réactionnaires qui se retranchent derrière une logique soi-disant républicaine pour faire taire tous ceux qui les dérangent, qu’ils amalgament si volontiers au rang des terroristes islamistes… Et si ce n’est eux, c’est donc leur frères ou leurs sœurs, comme ici, en l’espèce. Aussi, je suis ravi de cette conclusion là de mon billet, laissée à un autre plus autorisé que moi en ce domaine musical, face à cette horde de harceleurs réactionnaires qu’est le Printemps Républicain, qui m’oblige à revenir à l’ouvrage si peu de temps après leur grand raout au gout de moisi… Une coïncidence ? je ne crois pas…

source

Merci, Monsieur. Chapeau bas. je m’éclipse. Vous avez fait le job. Next.

GrandFacho, un clone de Le Lay ? Ou le cousin génétiquement modifié de Soral ? #NONazis #NOHaters #antisemitism

source

je me suis souvent demandé ce que des gens comme Le Lay, ou son succédané tout aussi médiocre, le si petit suisse qu’est Alexandre Bender (1) pouvaient bien avoir dans le ciboulot pour passer l’essentiel de leur médiocre petite vie à balancer des horreurs par leur lucarne numérique. Le fait qu’ils soient si soigneusement planqués derrière leur écran, dans leur petit canapé, sans jamais prendre le risque d’être confrontés à la réalité de leurs ignominies et à leurs potentielles victimes habituelles, les juifs ou ceux et celles réputés tels par lesdits nazis, y est certainement pour quelque chose. Sans quoi ils se seraient bien vite pris un coup de poing dans la gueule amplement mérité. (Pour ma part, ce serait plutôt le manche de pioche, avec ou sans. Et encore, qu’ils s’estiment heureux, je suis non-violent (mais faut pas me chercher, j’ai les moyens de répondre).

Mais j’ai une autre petite idée sur leurs motivations plus ou moins conscientes. Je pense qu’il faut bien qu’ils compensent par leurs outrances (insupportables pour le commun des mortels dont je suis) leur infériorité intellectuelle bien réelle. Sans quoi, ils se livreraient plutôt (avec la même assiduité à laquelle ils s’astreignent pour produire des contenus si négatifs) à la recherche sociologique, politique ou philosophique, ou à d’autres travaux intellectuels un peu plus plus approfondis que ces grossièretés scatologiques habituelles qu’ils ont pour habitude de livrer à notre (non) réflexion. Mais sur ce terrain là, la recherche conceptuelle, ils se savent si cruellement impuissants, les pauvres… d’où leur hargne, et la violence de leurs propos, si ce n’est de leurs actes. Tragiquement dépourvus d’arguments, ils le sont de toute évidence, quand bien même leur mélasse ordurière tenterait de le dissimuler par une projection de brume raciste si désespérément ordinaire chez eux. C’est peine perdue : leur imbécillité évidente donne le vertige, et ne peut que provoquer des vomissements chez tout être doué de raison, de rationalité et de stabilité affective et émotionnelle. Tout ce dont ces deux individus, le bien nommé Le Lay et cet Alexandre Bender (que j’avais le bonheur de ne pas connaître avant cette affaire), comme bon nombre de fachos de la même espèce d’ailleurs, sont généralement dépourvus. Sans quoi, ils arrêteraient d’emmerder le monde, et de tenter obstinément de répandre leur toxicité mentale pour en accabler leurs cibles obsessionnelles : les juif (ve)s.

J’en veux pour preuve, à l’appui de mon propos, la manière tellement idiote et méprisable avec laquelle ledit bas de plafond qui tient Grand Facho – un summum dans la dégueulasserie humaine qui nous fait terriblement douter de notre commune humanité – a tenté d’attirer l’attention d’un plus grand nombre de spectateurs (que cette minorité groupusculaire de nazillons qui le suivent si docilement d’ordinaire) sur sa bêtise d’une crasse immonde.

Pour cela, il a cru bon de cibler un certain nombre de personnalités publiques spécialistes de l’extrême-droite en seule raison de leur judéité supposée, avec des termes bien dégueulasses, aveuglément empli qu’il est d’un plaisir d’autant plus jubilatoire qu’il sait jouir d’une totale impunité. On m’a dit en effet la justice suisse particulièrement laxiste et permissive sur le sujet. Et ça se voit, sans quoi l’affaire serait vite réglée, vu le peu d’ambiguïté que ses propos recèlent. (Pour le même genre de propos orduriers, sur le même registre, Le Lay n’a-t-il pas du quitter la France et se réfugier à l’étranger (un comble pour un « patriote », qui plus est régionaliste breton) pour échapper tant à ses responsabilités qu’à la justice ?)

Mais qu’est-ce qui a bien pu provoquer l’éruption vomitive de ce petit aigri dévoré par ses obsessions haineuses ? Ceci :

(l’enquête en question est visible ici. On comprend bien qu’elle puisse gêner la galaxie antisémite… : elle s’attaque au financement de leur petit commerce répugnant)

Encore un complot juif, forcément, pour ce producteur d’insultes nazifiées… Un complot auquel, bien qu’athée (encore une preuve de leur bêtise hallucinante), je participe de toute évidence, puisque non seulement je combats frontalement Soral atteint par la même maladie – la peste brune – que ledit furoncle nommé Bender, mais je soutiens également activement et visiblement l’initiative de Stop Hate Money tout comme celle des Sleeping Giants, ainsi que de toutes celles et ceux qui tentent de mettre un terme à l’impunité totale dont jouit la haine en ligne à travers ce genre d’individus à forte valeur toxique ajoutée, véritables poisons de l’humanité. Et cela, tenez vous bien (je me dois de devancer les habituels arguments antisémites de ces gens là) sans le moindre intérêt personnel ou financier, d’aucune sorte. Mais parce que mes seules convictions humanistes et viscéralement antifascistes m’y ont conduit, inexorablement. On ne se réveille pas du jour au lendemain chasseur de nazis, en effet… (Que ce soit sur internet ou dans la rue, d’ailleurs. Des engagements personnels qu’il est à mon sens particulièrement idiot d’opposer).

Il n’est en outre pas anodin que ce genre d’individus immondes se voient pousser des éruptions cutanées ou se sentent remonter quelques embarras gastriques chaque fois qu’on s’attaque au nerf de leur guerre : l’argent. Surtout quand il est généré par l’industrie de la haine en ligne, ce petit trafic sur lequel ils vivent, parfois si bien, comme leur maître à dépenser à tous, Soral, l’a amplement illustré. Toute volonté de modération des propos tenus en ligne est donc forcément perçue par eux comme un danger, puisqu’il risquerait de ruiner leur petit commerce, devenu si rentable ces derniers temps, mais sur lequel pèse un danger de mort imminente. ( Méfiez-vous, le recours tellement facile à la censure et à la liberté d’expression n’est jamais loin… qui cache pourtant tout autre chose. Avis aux gogos porteurs de valises de ces gens là…).

Par exemple, déjà, lorsqu’il avait vu poindre le danger d’une loi en France qui contrarierait ses activités méprisables, la loi Avia, le même mono-neuronal était déjà sorti de ses gonds en la qualifiant si sobrement de… (je vais vomir) :

Voilà, voilà. A la suite de quoi, après l’article qui suit de Times of Israël (dont la vue seule doit suffire à le mettre en rage…), il avait dû faire émigrer son blog vers le paradis des bas de plafond (je veux dire, après la Russie… 🙂 ) : le pays de son ami Trump, tout aussi indulgent que Poutine envers ce genre d’ idées suffocantes et vomitives…

Sauf que. Depuis le discours de Sacha Baron Cohen pour l’ADL, le vent est en train de tourner sur un plan véritablement international pour ce genre de provocateurs racistes sans la moindre valeur intellectuelle ajoutée. L’acteur a littéralement tapé dans le mille, et les Gafam vont devoir dans les prochaines années démontrer un plus efficacement qu’aujourd’hui leur volonté de lutter réellement contre ce fléau moderne qu’est la haine en ligne. Ils y sont d’ailleurs déjà fortement incités et de plus en plus par les lois nationales d’une cohorte de pays toujours de plus en plus nombreux. Et même certains fonds de pension, et non des moindres, s’inquiètent de voir leurs investissements dans Twitter ou Facebook fragilisés par les discours de haine et les fake news qui s’y propagent et dont ils se font le si puissant relais, comme je l’évoquais ici. Voilà qui n’est pas inintéressant, même pour un anticapitaliste, et même davantage pour moi qu’un autre ; cela veut dire en effet que même ce système économique que je condamne est obligé d’inventer des contre-pouvoirs et des contre-poisons pour lutter contre ce fléau, sur la base de sa propre logique, et de ses propres contraintes, et non selon mon seul avis politiquement centré, que si peu partagent. Et comme la société alternative dont je rêve, ce n’est pas pour demain, observer que même dans ce monde là, les nazis, on en veut pas, voilà qui m’est encourageant.

Mais déjà, certaines plateformes sont obligées de mentir pour dissimuler l’impensable, et l’inanité de leur modération quasi inexistante, ce qui serait éminemment choquant pour la plupart des internautes : la généreuse hospitalité offerte aux groupes haineux, comme les groupes ouvertement nazis, par twitter, facebook ou You Tube, ce que nous avons été plusieurs à révéler ici. . Pour ces entrepreneurs numériques, les propos haineux ne sont pas un simple inconvénient qu’il s’agirait d’éradiquer. La directrice de You Tube elle-même nous a déjà avoué à demi-mot, grâce au fait qu’elle s’empêtre dans son discours particulièrement hésitant, que leurs algorithmes pouvaient conduire à soutenir ce genre de propos haineux, qui leur génèrent du trafic par leur côté aussi tabou que spectaculaire, source d’adrénaline et garantie de fight pour certains imbéciles que ces haineux là, les Le Lay, les Binder, manipulent.

source

Un jour, que j’espère le plus proche possible – tant le déluge de merde des haters si tristement ordinaire m’insupporte au plus haut point et offense ma vue – les Gafam seront obligés de modérer plus sérieusement (en y mettant les moyens matériels – et humains, surtout) les propos contrevenant si évidemment à leurs CGU. Non pas pour des raisons morales ou éthiques, non pas par philanthropie ou en fonction de considérations militantes anti-discriminatoires, mais parce que ces entrepreneurs numériques y auront un intérêt financier qui s’imposera, plus important et plus générateur de profit que celui qui consiste à laisser faire des algorithmes qui, par association, vous enverront vers des contenus de plus en plus hardcore. Tout cela pour satisfaire l’appétit de nouveauté et de contenus sous tension maximale d’une minorité ? Visiblement, nous sommes de plus en plus nombreux à penser, quels que soient nos clivages partisans et nos intérêts politiques, économiques et sociaux, que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Surtout quand ce n’est plus un jeu, et que ce genre de contenus, qui ne sont pas que des mots, mais des déclencheurs d’actes, conduisent au pire.

Lorsque les internautes se détourneront des plate-formes numériques de services, qu’elles soient d’information ou de réseaux (a) sociaux et autres, parce qu’ils/elles ne supporteront plus ce qu’ils/elles y voient, entendent et lisent, alors les entrepreneurs numériques réagiront, c’est certain. Les premiers signaux sont déjà là. Et encore là. Lorsque les usagers des réseaux sociaux en auront ras le bol de manger de la merde raciste, sexiste, machiste, homo, bi, transphobe, grossophobe, pauvrophobe et tutti quanti, entre la poire et le fromage, en grignotant des cacahuètes, ou au petit déjeuner, alors, Grand Facho, toi et tous les petits producteurs de la grande industrie de la haine, vous partirez tout docilement, de vous mêmes, la queue entre les jambes, et tout le monde pourra rire de votre inconsistance, que vos sempiternelles grossièretés, si évidemment attentatoires à la dignité humaine, ne parviendront plus à cacher. Et alors, ce sera chacun son tour… Chacun.e pourra dire :

P’tite bite.

Nota bene : ce billet en particulier m’a demandé un effort particulier. je l’avais abandonné en soirée, hier, lassé et écœuré, saturé mentalement par tant de haine, de merde raciste, de médiocrité intellectuelle de ces gens auxquels je ne cesserai de m’attaquer ici. Et puis, j’ai vu ça, et je suis reparti pour un tour. Tout mon soutien, Tristan. Ma façon à moi de te dire , à toi tout particulièrement, mais aussi à toutes les cibles habituelles de ces gens là, contre lesquels nous luttons tous, chacun avec nos outils et moyens favoris, que nous sommes, ensemble, plus forts qu’eux, isolés. Tout mon soutien, courage à toi et à tes proches.

… Le combat continue. Next.

(1) Bender tient un autre site du même acabit que celui de Le Lay, Démocratie Participative, intitulé modestement Grand Facho, à qui je ne ferai pas le plaisir du moindre lien qui m’enchaînerait à cette petite vermine nazie.

#jesuisunsleepinggiant Poursuivez moi si vous osez… #canal+ #CNews #ParisPremiere #GroupeM6

Ai-je de nouveau à repréciser la fonction d’alerte et surtout de lutte contre le financement de la haine dans les médias représenté par le mouvement des Sleeping Giants, que j’ai soutenu dès le départ ?

Il semblerait que oui, au vu de leur actualité plus que chaude actuellement, qui nécessite votre attention et votre intervention. Voilà ce dont il s’agit :

source

Leur action vise donc prioritairement à assécher les sources de financement de la fachosphère par le biais de ce que l’on nomme la publicité programmatique. Quoi céti ? ça :

 

En France, les Sleeping Giants.fr ont bien sûr ciblé les acteurs principaux de la fachosphère franchouillarde et ses apéros saucisson pinard, comme Boulevard Voltaire, Riposte Laïque, FDesouche pour les plus importants.  J’ai eu grand plaisir je l’avoue à les voir couiner, suite aux premiers résultats visibles de notre action collective sur les réseaux sociaux, là où tant d’autres initiatives,  consistant essentiellement en de simples indignations publiques, nécessaires mais insuffisantes et inefficaces, n’ont pas franchement entamé la détermination des racistes de ce pays à pourrir le net de leurs publications toxiques…

source

Dernièrement, les sleeping giants s’en sont pris avec d’autres (Stop Hate Money, Le Mouvement),  à CNews pour avoir déroulé un peu trop ostensiblement le tapis rouge à Zemmour, le principal dealer de mauvaise came raciste et faisant ostensiblement et régulièrement, depuis de nombreuses années, l’apologie de la haine (raciste, sexiste, homophobe) dans ce pays, avec des sanctions financières bien peu dissuasives en regard de la fortune personnelle sur laquelle il doit être à présent assis, je pense, grâce à son commerce de la haine.

Or, dans le prolongement de ce combat collectif de toute première importance à mes yeux (et pas seulement les miens… rapport à ça),  je viens d’appendre ceci sur twitter :

source (regarder la vidéo)

 

Ozap relaie également l’information…

Les fachos se réjouissent déjà… Nous, on n’est pas franchement très inquiets. Il y a quelque temps déjà, le site de @gabriellecluzel avait tenté de nous intimider également…

On attend toujours. Que des promesses ! Car oui  je l’avoue, j’adorerais personnellement assister à ce procès éminemment politique là… Quel bonheur ce serait !

Pourtant, je suis très étonné d’apprendre que Canal +, CNews et Paris Première envisageraient de porter plainte contre nous. Les mêmes n’ont ils pas déclarés récemment que notre action n’avait aucun impact sur leurs ressources publicitaires, car ils avaient simplement déplacés leurs spots de pub ? Faudrait savoir, les hypocrites…

source

Ils veulent porter plainte pour boycott, et non pour diffamation. Dans ce cas,  l’affaire se jugerait donc en fonction du préjudice financier estimé. Mais s’il n’y a pas de préjudice, comme ils l’affirment à tous les journalistes qui les ont interrogés, pourquoi déposer plainte ?

Aussi, comme moi je ne le suis pas, je vais vous l’avouer : moi aussi, je suis un géant endormi, comme des milliers d’autres.  J’ai appelé de mes vœux ce mouvement en France,  et je l’aide par tous les moyens  à ma disposition chaque fois que je le peux, en raison de leur efficacité à lutter contre la haine en ligne et dans les médias. Alors, j’attends avec impatience mon assignation à comparaître.

Et comme je ne suis pas qu’un fanfaron, je tiens bien sûr ma véritable identité à la disposition de vos avocats, Messieurs dames les petits entrepreneurs de haine raciste, sexiste et homophobe, et toutes celles et ceux qui en soutiennent ses acteurs. je serais franchement ravi d’y assister comme témoin, archives à l’appui…

 

Quant aux autres, la majorité de celleux qui me lisent… Vous savez ce qu’ils vous reste à faire. Et si vous avez un twitter, c’est hashtag #jesuisunsleepinggiant

Pour les soutenir :

Leur compte twitter

Leur site dédié

Leur compte facebook

… et également présents sur YouTube

Après les @slpng_giants_fr et @stophatemoney, @_lemouvement s’en prend à l’industrie de la haine #Zemmour #CNews

Quand je disais ici que l’argent est le nerf de LEUR guerre, il convient donc de s’ attaquer à la fachosphère par ce biais là aussi, comme l’ont bien compris les Sleeping Giants, que les fafs détestent tant. Normal : ils sont terriblement efficaces…

Et bien, voyez-vous, je suis ravi qu’ils fassent des émules… Car les leçons de morale et d’éthique ne suffisent plus, visiblement, pas plus que les approches rhétoriques à l’endroit de ceux qui ne s’y montrent guère sensibles : leurs propos et leur positionnement plus ou moins ouvertement raciste et xénophobe ne reposent pas sur un raisonnement mais sur des fantasmes, des obsessions, des peurs, sur lesquels le discours rationnel n’a pas/plus de prise. Et quand ce n’est pas le cas, et qu’ils sont un peu plus cyniques, ces haineux, c’est aussi et surtout pour se faire du pognon… #IndustrieDesPetitsProducteursDeHaine

Aussi, après les Sleeping Giants, et Stop Hate Money, dont j’ai également parlé ici, voici qu’un certain mouvement plus astucieux que d’autres, qui me semble plutôt apparenté au même type d’action (cela ne fait-il pas double/triple emploi ? La question vaut d’être posée entre vous, les gens… Vivement la convergence des luttes, là aussi !…) a cherché à savoir qui finançait CNews, qui s’apprête honteusement à donner (encore) une (autre) tribune à l’apologiste en chef de la haine raciste, sexiste et homophobe, qu’on nous prétend (à tort) censuré, j’ai nommé Zemmour.

Et voilà que les petits malins derrière ce nouveau « mouvement.ong » ont observé qu’un « assureur militant » faisait partie des publicitaires de la chaîne… Et donc… ta tam… Voilà, après leur missive en lien ici :

Alors, vous me connaissez, j’ai voulu en savoir plus sur ce nouveau machin là, le mouvement.ong, qui a un site ici. Et quand on l’ouvre… Ô magie, quel message conforme à mes aspirations les plus secrètes… Merci la vie !

Ils ont également un facebook ici

.. sur lequel j’ai trouvé ça :

… Je comprends mieux. Il y a aussi ça :

Ils font référence à cette pétition.

[URGENT] Éric Zemmour est sur le point de signer un contrat avec Cnews pour une émission quotidienne à 19h. Nous ne voulons pas d’un raciste multirécidiviste en prime time. 🔴 Signez la pétition ! https://lemouvement.ong/zemmour/

ok, moi ça me va, je signe. Et vous ?

Ceci écrit, il va falloir faire la même chose pour toutes les autres vitrines de ce petit producteur de haine si tristement banalisé… #jdçjdr

Je découvre en fouillant dans leur site qu’ils ne sont pourtant pas nés de la dernière pluie… Ce truc n’est pas si nouveau que ça. Pourquoi n’en ai-je encore jamais entendu parler ? Il aura donc fallu le scandale Zemmour…

Ceux qui sont derrière ce mouvement là ont visiblement une certaine habitude du cyber-activisme. Voilà ce qu’ils annoncent pour convaincre leurs donateurs :

Bon, ben désolés, les gens du mouvement, hein, mais moi, j’ai pas un flèche… #TeamInsolvable. Alors, je donne de mon temps, depuis maintenant plus de 11 années, et de mes modestes compétences, par le biais de ma vigilance sur les réseaux, pour lutter contre les mêmes fléaux que vous.

ça vaut aussi ou bien ? 😉 Bien le bonjour par chez vous…

NB. J’aimerais tout de même bien savoir qui est derrière ce truc… On me souffle dans l’oreillette qu’il/elle ne me serait pas inconnu... Comme il a fait du chemin depuis le numéro anti-relous… Merci pour l’initiative, que je suis heureux de partager ici.