Les #giletsjaunes pourrissent par la tête. L’exemple des Vosges #antisémitisme #UPR #RN #confusionnisme

Énième épisode des taches de brun sur les gilets… jaunes. Est-ce la couleur seulement qui justifierait des rapprochements aussi hasardeux que celui-ci, plus que choquant ?

C’est Christian Leblanc sur twitter qui m’a envoyé cette publication qu’il est allé rechercher lui-même avec ses petites mains sur la page facebook des gilets jaunes des Vosges (où ladite Patricia fait en effet Führer… Quelle putréfaction !) , alors que je lui faisais part de mon intérêt pour un article de Mathilde Goanec pour Médiapart, visible ici.

L’article qu’il a eu la gentillesse de m’envoyer décrit fort bien l’ambiance qu’il peut y avoir dans les groupes de gilets jaunes, très variable selon les lieux, comme c’est le cas ici, y compris dans les limites mêmes de ce département des Vosges, qui n’a vraiment rien d’uniforme, en bien des dimensions (politique, culturelle, géographique, sociologique, historique, économique, et même dans son relief paysager).

Il détaille aussi très bien la dimension très hétérogène de ce mouvement, dans lequel on peut trouver à la fois des partisans de la France Insoumise, de DLF, de l’UPR, du RN, mais aussi d’EELV, du PCF, du NPA, ce qui rend quelque peu problématique leur accès à la politique officielle, et à la constitution de listes électorales communes, comme ils ont l’intention de le faire en cet endroit à l’occasion des prochaines échéances, les municipales. Leurs intérêts comme leurs valeurs sont en effet plus que divergentes : antagonistes.

Mais l’article se déroule également sur fond de misère sociale, insistant sur le fait qu’il y a aussi parmi eux beaucoup d’éclopés de la vie… Serait-ce une raison pour établir des parallèles plus que douteux, immondes, qui banalisent les horreurs de la Shoah, ou pour se ranger derrière une extrême-droite complotiste qui tente d’instrumentaliser et de rentabiliser leur colère ? Je ne le crois pas et, bien que pauvre et tout aussi révolté qu’eux par les injustices économiques et sociales dans ce pays, ce n’est pas la voie que j’ai choisi. Aussi, luttant de toutes mes forces contre cette peste brune là et ses idées racistes, je ne peux que relever dans ce mouvement des gilets jaunes ce qui l’entache de manière si insupportable à mes yeux.

Ainsi, on pourra sans trop d’investigations relever que la page facebook des gilets jaunes des Vosges, et celle de sa secrétaire, Patricia Führer, recèle bien des informations problématiques pour un antifasciste…

(sur Jean Lasalle, lire…)

Mais s’il n’y avait que cela, de si problématique, chez les gilets jaunes du 88… Car pour un mouvement apolitique, certains éléments d’information posent sérieusement question. Il suffit de se rendre dans leur journal, ici, pour prendre connaissance de ceci :

source

Quel bel exemple de transformation sociale et d’évolution positive que voilà, cet humaniste qu’est Ménard… et son obsession de bouter les arabes hors de fRance, jusqu’à s’en prendre, entre autres saloperies, aux gamins dans les écoles. Comme je ne peux qu’excuser certains gestes malencontreux à son endroit, tant il pourrit notre pays de ses idées exécrables. Qui conduisent inéluctablement… au pire.

Là encore, on notera que l’extrême-droite est toujours prête à instrumentaliser la colère et la misère sociale à son médiocre petit profit électoral, comme dab…

Ailleurs, sur twitter, on retrouve le même type de confusionnisme politique visant à minimiser les horreurs de la Shoah que ceux véhiculés par une Patricia au patronyme qui s’y prête tant, au début de cet article :

Un visuel que l’on retrouve également sur la page facebook des gilets jaunes vosgiens :

Ce confusionnisme culturel, politique et historique est proprement terrifiant. Il suffit d’ailleurs d’aller sous ce tweet de la Licra pour voir à quel point la banalisation du racisme et de l’antisémitisme que provoque cette image est proprement terrifiante, en lisant les commentaires… Non, la bête immonde n’est pas morte, et je lui marcherai sur la gueule, écrasant son sale museau à coups de savates jusqu’à mon dernier souffle.

source

Vous pouvez être fiers de vous, les bas de plafond. Vous voilà gravés pour la postérité sur les zinternets grâce à vos vulgaires immondices, véritables déchets idéologiques purulents.

On terminera cette séquence assez pénible pour moi je l’avoue sur cette information selon laquelle, suite à ce qui a été porté à la connaissance du grand public par l’article de Médiapart, le président de ladite association des gilets jaunes des Vosges, Grégory Brice, a démissionné.

antépénultième condamnation de Dieudonné pour #antisémitisme

Il va être de plus en plus difficile de tenter de nous faire croire que c’est encore un humoriste. Et dire qu’il s’en trouve encore pour minimiser son antisémitisme intolèrable…

@amazon vend des décorations de Noël à l’image d’ #Auschwitz #antisémitisme

Après  » Amazon finance la haine en ligne avec FDesouche » et « Amazon vend des tee shirts arborant l’assassinat d’une victime juive pendant l’Holocauste« , voici leur dernière dégueulasserie antisémite :

Décidément, comme le disait Prévert, « l’argent n’a pas d’odeur mais pas d’odeur vous monte au nez »…

#Amazon vend de tout, jusqu’à l’horreur #antisemitisme

Faut avoir le cœur vraiment bien accroché pour visualiser même brièvement ces produits qu’Amazon a été contraint de retirer de la vente, suite au signalement d’un correspondant européen de Channel 12 news, Elad Simchayoff. Si la plateforme de blogging que j’utilise proposait la fonction « masquer un contenu sensible« , comme le fait Mastodon, je l’aurais utilisée bien volontiers pour ménager votre sensibilité personnelle, qui le mérite bien…

Même la simple description de cette production si vomitive est difficilement supportable. Il s’agit d’ une ligne de vêtements arborant une reproduction de la célèbre photo d’une victime juive assassinée pendant l’Holocauste, «Le dernier Juif de Vinnitsa», imprimée sur des pulls à capuche, des t-shirts et des chemises, vendus de 9 £ à 20 £.

Et pour ajouter de l’ignoble à l’horrible, la société qui commercialise ces vêtements, Harma Art, n’a rien trouvé de mieux que d’écrire …

Cette société n’en n’est pourtant pas à son coup d’essai, et il ne s’agit pas d’une simple « erreur », puisqu’elle n’hésite nullement à vendre aussi ceci :

L’article par lequel j’ai eu connaissance de cette information , que j’ai creusée un peu, nous signale que ce n’est pas la première fois qu’Amazon propose à la vente des produits plus que discutables :

Retirer de la vente au dernier moment, quand il est souvent trop tard, et sous la pression de lanceurs d’alerte, des articles incitant à la haine, faisant l’apologie du nazisme, de l’antisémitisme, du racisme, voilà une politique commerciale bien médiocre en vérité. L’année dernière encore, Amazon basait sa politique de communication sur le même procédé, arguant du fait qu’on ne pouvait rien lui reprocher puisqu’elle avait retiré dès qu’elle en avait eu connaissance les produits incriminés, comportant des symboles nazis ainsi que des références au Ku Klux Klan.

Pourtant, dans une société hyper-technologique où tout est numérisé, il n’est pourtant pas très difficile techniquement de supprimer de tels produits en amont, avant même leur commercialisation, avec un logiciel performant de détection de mots clés et d’images prohibées. Mais il faut croire que l’appât du gain est trop fort, pour ces gens là, qui ne répugnent à rien…

Une raison de plus pour se passer des services, bien cher payés en termes de coûts humains, d’un tel site.

@MoadabJ, t’es grillé. Poke @RTenfrancais (cautionnez vous l’ #antisémitisme ?)

Quand je vous disais de vous méfier de Moadab, qui infiltre nos luttes à la manière de la taupe fasciste Lapierre, comme de Russia Today, pour laquelle il travaille…

 

Maintenant, vous savez (en référence à ceci). Continuons à cultiver l’antisémitisme et le révisionnisme dans la joie et l’allégresse… Ou luttons contre. Où qu’il se trouve, sans jamais négliger, banaliser, pardonner, excuser. ça suffit. yen a marre. #PesteBrune

Post-scriptum : le bas du front en question  a cru berner la twittosphère en changeant l’identité de son compte twitter… Pour ne pas avoir d’ennuis avec son employeur, peut-être ?  C’est ballot, mais l’un.e de mes followers m’a aussitôt averti… me signalant au passage un contenu de publication particulièrement délirant. Je ne suis pas très étonné…  Voilà qui m’ a donc obligé à changé le nom de son compte dans le titre… Faut s »adapter ! 😉

#Chouard, cette bouse qui fait le buzz. Sur Le Média. Avec la bénédiction de #Soral #antisémitisme

🤮😷

On vous avait pourtant prévenus, à propos de la toxicité mentale de Chouard... Mais cela n’a visiblement pas suffit. En tous cas, il faut croire que YY a eu le nez fin, et que cette histoire lui donne amplement raison, à propos du non intérêt de discuter avec les nazis et leurs petits passeurs de plat favoris… auxquels Le Média, après Sud radio, a déroulé le tapis rouge brun, avec le succès que l’on sait. Beau résultat que voilà :

source

Et pour qu’on ne m’accuse pas d’avoir tronqué la citation, ou de l’avoir extraite de son contexte, le voici, in extenso :

« On est régi par la loi Gayssot, donc un raciste ou un négationniste ne peut pas expliquer pourquoi il l’est », pointe Denis Robert. « On peut discuter de cette loi, dire qu’on n’est pas d’accord, mais… Je te pose la question autrement, est-ce que tu as un doute personnel sur l’existence des chambres à gaz ? »

« Mais qu’est-ce que c’est que cette question-là…, s’agace Etienne Chouard. « Ce n’est pas mon sujet, j’y connais rien, moi. »

« Tu ne peux pas répondre “J’y connais rien” ! »

« Bien sûr que si ! Alors je vais te dire “Je n’ai aucun doute’’. Juste, je n’y connais rien. Je dis que je n’ai aucun doute, sinon je suis un criminel de la pensée. Il y a un truc déconnant, là. On demande aux gens d’être sûrs, d’avoir une certitude, sur un sujet qu’ils ne connaissent pas. »

Mais Denis Robert n’est pas satisfait de la réponse apportée par son interlocuteur : « Ce n’est pas que tu es un criminel, c’est qu’à ton niveau de popularité, avec ce que tu fais, les procès en sorcellerie qu’on te fait, je trouve dingue que tu dises que tu ne sais pas et que tu n’as pas pris le temps de te renseigner depuis sur le sujet. »

« Sur les chambres à gaz ? Ce n’est absolument pas mon sujet, je n’ai pas pris le temps du tout », répète Etienne Chouard.

« Le confusionnisme c’est ça, c’est ce qu’on te reproche. A un moment donné, sur ces questions-là, il faut que tu sois d’une grande intransigeance et d’une grande clarté », souligne Denis Robert.

« Que je dise quoi ? Que je dise ’’les chambres à gaz ont existé’’, de manière tranchée, non ambiguë ? » répond Chouard. « Je peux le dire si vous voulez, mais rendez-vous compte du truc. Je n’ai jamais rien lu là-dessus. »

« Je n’ai pas besoin d’avoir lu des ouvrages scientifiques pour dire que la Terre est ronde », rétorque Mathias Enthoven, le rédacteur en chef numérique du Média qui participe également à l’interview. « Je n’ai pas besoin d’avoir lu cinquante ouvrages pour affirmer que les chambres à gaz existaient. Là-dessus, je trouve que vous n’êtes pas clair. »

« Bon bah, les chambres à gaz existaient. Mais bon, enfin… »

Denis Robert est embarrassé : « J’ai l’impression d’être un procureur, alors que ce n’est pas le but, le but est de dialoguer… »

« Oui, un petit peu, sans vous en rendre compte ! », confirme Chouard. « Je pense à “1984’’ et au crime de la pensée. Ça me fait penser à ça. Dans la description que fait Orwell du monde totalitaire soviétique, qui s’adapte magnifiquement bien à de nombreux aspects du monde actuel, il décrivait la nécessité pour Big Brother, pour quelqu’un qui veut dominer la société, de n’avoir que des oppositions contrôlées, et de définir des crimes de la pensée : il y a des choses qu’on n’a pas le droit de dire, et c’est Big Brother qui décide. […] Tu vois bien que c’est une manœuvre pour me discréditer, pour que je ne puisse pas parler de mon sujet. Comment ça se fait que ça arrive dans la conversation ? Ce n’est pas mon sujet du tout ! »

« Ce qui m’avait donné envie de faire cette émission, c’était de voir la violence des attaques dont tu étais l’objet », insiste Denis Robert, justifiant son interrogation : « Ce qu’on te reproche c’est le négationnisme, de donner la parole aux négationnismes – il y a cette vidéo où [Paul-Eric] Blanrue te parle de [Robert] Faurisson – donc la question des chambres à gaz se pose. »

« Tu es tellement attaqué là-dessus que je me dis qu’à un moment donné, Etienne Chouard va prendre un bouquin, lire “la Destruction des juifs d’Europe’’ de Raul Hilberg par exemple. Cette violence qu’il y a contre toi naît de ce type de réponses que tu nous fais. »

« Je vois probablement cela d’un autre point de vue que vous », élude l’essayiste. « Sur cette histoire de chambres à gaz, s’il est si grave d’en douter, ne suffirait-il pas d’en produire la démonstration contre ceux qui nient, comme pour le racisme ? Pourquoi faut-il discréditer sans avoir à produire la démonstration ? »

« Va falloir bosser ça… », finit par admettre Chouard, à court d’arguments, en notant les références des ouvrages conseillés par ses interviewers. (source)

« Bosser ça » ? …  Fais donc comme si personne ne l’avait fait avant toi, méchant virus… Et de plus qualifiés, encore ! Fais nous donc ton Faurisson, tiens, toi aussi... (t’es prof,  vraiment ? ).

En tous cas, il peut être content, Denis Robert… Voilà une bouse qui fera le buzz. Mais n’était-ce pas là le seul résultat escompté, loin de toute préoccupation déontologique, éducative et pédagogique, ou politique ? Avec Chouard, le pire est toujours assuré, pourtant. Ce n’est pas comme si on ne savait pas !

Et devinez qui vient à la rescousse du pape d’un confusionnisme qui ressemble de plus en plus à un révisionnisme ?

#Soral en prison, son avocat condamné : Shèh !

La répugnance profonde que m’inspirent les ordures soraliennes n’a d’égale que mon désappointement de constater à quel point elles font sa bonne fortune, moi qui suis pauvre, mais honnête, ce qui ne paie pas. La haine de l’Autre, surtout quand il est juif, est en effet chez Soral un commerce fort lucratif.

Capture
Voir l’article

 

Aussi, je suis ravi d’apprendre que non seulement on va l’empêcher de nuire pendant la durée de sa condamnation (si tant est qu’elle soit effective et accomplie dans sa totalité), mais également que cela va mettre un coup d’arrêt à ses immondes petites affaires si fortement toxiques.

Et comme un bonheur ne va jamais seul, je suis également particulièrement ravi d’apprendre que son ignoble avocat a lui aussi été condamné, en raison d’une plaidoirie particulièrement immonde, et insupportable, tout à fait raccord avec les idées négationnistes de Soral  :

En novembre 2017, Alain Soral avait publié sur son site les conclusions de son avocat, Damien Viguier, dans cette affaire, qui évoquaient notamment une chaussure et une perruque représentées sur le dessin condamné, « Chutzpah Hebdo ».

« Chaussure et cheveux font référence aux lieux de mémoire organisés comme des lieux de pèlerinage. On y met en scène des amoncellements de ces objets, afin de frapper les imaginations », avait notamment écrit l’avocat. « La coupe des cheveux se pratique dans tous les lieux de concentration et s’explique par l’hygiène », écrivait-il encore, citant ensuite le négationniste Robert Faurisson. S’agissant de deux autres détails du dessin, « savon et abat-jour », l’avocat a prétendu que les savons faits à partir de graisse humaine par les nazis ou les abat-jour en peau humaine n’étaient que « propagande de guerre ». (source)

Continuez donc à prendre l’un de ceux qui partagent vos idées pestilentielles comme avocat, les nazillons, juste histoire de le voir accumuler lui aussi les condamnations. Vu son niveau d’incompétence, le voir sanctionné lui aussi pour complicité, ce qui est peu banal, ne peut que me réjouir davantage…

Pourquoi je ne pleurerai pas non plus la mort de Karl Lagerfeld #racisme #grossophobie

Capture.PNGje sais bien qu’il doit exister quelque part une loi de la gravité sociale qui implique que l’on soit forcément toujours plus grand mort que vivant, mais quand même, faut pas charrier. Loin des éloges funèbres flagorneurs à souhait, qui me donnent furieusement envie de coller des mandales dans la tronche à tout ce qui remue malgré ma non-violence légendaire, Karl Lagerfeld restera à tout jamais dans ma mémoire, n’en déplaise au gotha, cette ordure grossophobe qui osa s’élever contre l’idée d’un poids minimum sur les podiums, comme je l’évoquais déjà ici, dans un article sur l’extrême maigreur dans la mode, ce qui demeure encore et toujours à mes yeux un scandale d’inhumanisme absolu. Mettre volontairement et sciemment, en toute connaissance de cause,  la vie d’ êtres humains en danger est un crime à mes yeux. Surtout quand il s’agit de personnes dans une situation de particulière vulnérabilité, notamment en raison de leur jeune âge. D’où ma colère quand cette autre violence faite aux femmes avait été enfin appréhendée comme il se doit avec la reconnaissance législative d’un « délit d’incitation à la maigreur excessive« … dont l’espoir fut aussitôt douché, hélas.  Quel manque de courage politique !

Mais ce n’est pas là le seul exemple d’horreur qui m’incite à rejeter si publiquement celui que d’aucuns qualifient « d’immense créateur et artiste »… Lagerfeld  fut en effet toujours constant dans son  immonde grossophobie :

Capture.PNG
source

Betty Aubriere, Présidente de L’association Belle Ronde Sexy et Je M’assume, a porté plainte contre Lagerfeld pour « propos diffamatoires et discriminants » suite à la déclaration ci-dessus ainsi que pour ces autres, bien dégueulasses également :

« Le trou de la sécurité sociale, c’est aussi toutes les maladies attrapées par les gens trop gros », avait déclaré début octobre Karl Lagerfeld dans l’émission « Le Grand 8 ».

« ce sont les grosses bonnes femmes assises avec leur paquet de chips devant la télévision qui disent que les mannequins minces sont hideux. La mode, c’est le rêve et l’illusion ». Il avait ajouté que son « unique ambition dans la vie (était) de porter des jeans taille 30 ».

Lagerfeld, c’est enfin celui qui  a dit qu’ « On ne peut pas, même s’il y a des décennies [entre les deux événements] […] tuer des millions de Juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis après » (source), à propos de la politique d’immigration de Merkel, à laquelle il était violemment opposé, au point de vouloir renoncer à sa deuxième nationalité allemande. Mais il a fait encore pire ensuite, dans l’émission d’un Ardisson terriblement évanescent, contrairement à ses habitudes, en réitérant non seulement ces propos ci-dessus sans la moindre honte, mais en les prolongeant comme ceci :

Capture.PNG
source

… Des propos immondes qui ont justifié qu’avec d’autres, nous saisissions alors le CSA (voir ici)

capture107.png

Et vous voudriez que je me joigne au concert d’hypocrites qui trouvent cet être si charmant tellement admirable ? …

Sans moi.

le chien de Pétain a encore bu trop de Bourbon. Je répète… #Rivarol #antisemitisme

Pétain, à moins que ce ne soit Hitler ou Mussolini, a oublié l’un de ses chiens ¹… (pleutre, le chien. Celleux qui savent comprendront).

Capture.PNG

 

Pourtant, il parait que ce gouvernement se pique de lutte contre l’antisémitisme… Ah bon ? Vraiment ? Dans ce cas, que fait-on de cet antisémitisme ordurier là, de ce révisionnisme tranquille, de cette négation permanente de crimes contre l’humanité qu’est ce torchon bien vomitif, dont le petit commerce de la haine, comme celui d ‘un autre, a si durablement pignon sur rue ? Pendant qu’on musèle si gentiment nos libertés, emprisonnant le moindre manifestant qui aurait le malheur de porter à juste titre préventif du sérum phy. dans ses poches de pantalon… Cette haine là peut tranquillement se déverser, en toute impunité, malgré pharos. Qui ne sert décidément à rien.

.

¹ En référence à un certain slogan antifa : « Pétain, reviens, t’as oublié tes chiens ». (voir ici, un répertoire… pour exemples).