les #violencespolicieres n’existent pas

C’était il y a un an… et deux jours. J’évoquais alors cette incroyable image qu’on aurait pu croire sortie par un reporter de guerre d’un pays dictatorial :

Je me souviens de cette réaction d’une personnalité politique dont Bourdieu disait d’elle qu’on savait instantanément qu’elle n’était pas de gauche (l’une de celles pour lesquelles j’avais inventé le néologisme de fauxcialisme, précisément) et qui avait tenu à nous le démontrer factuellement en estimant que ces jeunes n’avaient eu que ce qu’ils méritaient, et que « ça leur ferait un souvenir« . On appréciera la grande gauchitude comme les profondes valeurs humanistes ou le profond respect des droits humains de cette réaction là, partagée par bien d’autres réacs du même acabit, qui eux, au moins, ne se targuaient pas – quelle escroquerie politique – d’être de gauche. A la sauce Macron ?

Le fait est que la suite de cette histoire d’humiliation collective en public, qui laissera des traces indélébiles et une rancœur inextinguible dans nos mémoires populaires, a donné raison à la pénible prétentieuse si peu gauchiste, et à son cousin politique consanguin.

source

De justice réelle, il n’y a point eu, puisque seule une enquête administrative a été menée, dont on peut aisément supputer qu’elle fut juge et partie, et qu’elle a su défendre ses intérêts et sa crédibilité… Comme le sont pareillement les trop fameuses enquêtes de l’IGPN, devenues un sujet de raillerie tant leur résultat n’est pas attendu, puisqu’il est sans surprise, et qu’il épargne systématiquement les auteurs des délits les plus violents. Ne sont-ils pas condamnés systématiquement ‘à des peines de sursis, au pire, ce qu’il leur permet comme ils le font en ce moment de se lâcher en toute impunité, comme ici ce commissaire de police ?

Pourtant, c’est un élément de langage bien connu de la Macronie, « il n’y a pas de violences policières« , nous affirmait péremptoirement – tant le sujet ne souffre ni la discussion ni le débat public dans ce pays – la voix de son maître avec sa sempiternelle et si caractéristique langue de bois, j’ai nommée Lætitia Avia. Hélas, les faits sont têtus, et nombre d’entre eux sont pourtant archivés ici, pour la postérité de cette faute morale, et éthique indiscutable, que l’Histoire jugera durement comme un déni de réalité et un refus idéologique incompréhensible pour une soi-disant démocratie (il nous en reste si peu, que les décombres…) de faire face à ses propres monstres.

source

L’affaire Chebab dont il est question ici date de… 2012. Ce qui est intéressant en regard du sujet étudié dans cet article, c’est outre la durée interminable de certaines procédures qui font la réputation de la lenteur de la justice de ce pays, que la fRance n’a pas été condamnée pour des violences illégitimes, mais pour… l’absence d’enquête. Voilà qui en dit assez long selon moi, à la foi sur la duplicité et le cynisme de nos autorités. En ce sens, Laetitia Avia est en droit de dire qu’il n’y a pas de violences policières constatées. Pour cela, c’est très simple : il suffit que la justice n’ait pas à se prononcer dessus, et donc à à ne surtout pas les constater. Jamais. On saisira l’IGPN pour ne pas avoir à rendre de compte à la justice des hommes et le tour sera joué. Sauf qu’un avocat un peu plus persévérant (plus militant ?) que d’autres en la matière, et dont c’est le cœur de métier comme la spécialité, Maître Arié Alimi (qui, détail intéressant, fut également l’avocat des lycéens de Mantes la Jolie) a flairé la ficelle, et a conseillé à son client de ne pas répondre à l’IGPN, afin d’obliger la justice à se prononcer sur le fond de l’affaire et la réalité d’une violence policière illégitime. J’attends avec impatience les suites judiciaires de cette chose là afin de clore le bec aux messagers du mensonge et autres escrocs patentés qui encombrent les allées d’un pouvoir que l’on sait si corrompu…

En attendant, hier, à Paris, une centaine de personnes ont marché pour réclamer justice et protester contre lesdites violences policières, à l’appel des mères des lycéens arrêtés à Mantes-la-Jolie en décembre 2018 :

Ici, dans une vidéo de l’AFP :

Je ne pouvais que m’associer à elles à mon humble façon à travers ce billet, tout en tançant de mon plus profond mépris les gens qui osent les juger, et soutenir de tels actes attentatoires à nos droits les plus fondamentaux. Nous saurons nous en souvenir.

En complément, à lire…

Le #PS de Poitou-Charentes va-t-il porter plainte contre S. #Royal ?

Capture

Voilà une affaire plutôt embarrassante pour la madone des sleepings, comme je la surnomme affectueusement… ou pas. En effet, Benoît Tirant, Conseiller Régional, délégué à la politique de la ville de la Région ALPC et  1er Secrétaire fédéral PS de la Vienne, soutenu par Cyril Cibert (voir ci-dessus), un autre conseiller régional ALPC, .a décidé de sortir de l’entre-soi socialiste habituel pour évoquer une affaire de comptes maquillés de l’ancienne région Poitou Charentes, dirigée alors par l’actuelle Ministre dite de l’environnement… (ou pas, bis répétita, voir ici ) :

CesZpqLXIAA-Rrd
Lire l’article

L’affaire est d’autant plus intéressante que ledit patron du PS de la Vienne dit avoir toujours soutenu la politique de l’ancienne présidente de Région. Sa position est cependant on ne peut plus claire :

« Il n’est pas pensable que Jean-François Macaire (ndlr ¹) , qui a tout mon soutien ainsi que celui du conseil fédéral, porte l’ensemble des responsabilités »

 » Il a été le seul à s’exprimer sur ce dossier « 

« Je lui demande des comptes pour éclaircir cette histoire qui rend la situation picto-charentaise difficile » et « fragilise » la fusion des trois régions.

Et donc, devant l’absence d’explications sur la situation financière de leur ancienne région, certains, et non des moindres, au PS local, envisageraient, faute d’explications, de porter plainte… Le PS n’est plus un pédalo, selon la formule célèbre de Mélenchon, mais le Titanic, visiblement… Comme dab. je suis l’affaire. Réactualisation de ce billet en cas de nouveaux éléments.

.

¹ JF Marcaire est le dernier président de l’ancienne région Poitou-Charentes, après S. Royal.

Il n’y a plus de ministre de l’écologie en France

Non. Ya plus. Juste une généreuse mécène du lobby du nucléaire, et rien d ‘autre. Honte à celle qui ne cesse de manger son chapeau, au point de devenir la plus mauvaise ministre de l’environnement qu’on n’aie jamais connue…

Capture
source

Le nouveau secrétaire national d’EELV a aussitôt réagit :

Capture

#Cpolitique ? C’est affligeant !

CaptureLe seul intérêt de l’émission animée par Caroline Roux serait-il donc – si dérisoire – d’avoir l’occasion de s’étonner de la longueur des talons de ses ravissantes bottines ? Quand on s’intéresse un tantinet à l’écologie et que l’invitée n’en est pas moins que celle qui se revendique (ça reste à prouver) ministre de l’environnement, on est en droit de s’attendre à ce que soient au moins évoquées les questions les plus incontournables sur le sujet.  Tel ne fut pas le cas. Les GP2i, dont NDDL, Sivens, le TAV entre Lyon et Turin ? On en parle pas. Fessenheim ? 3 mots. L’incroyable gouffre financier de l’EPR de Flammanville ? Rien. L’abandon de l’éco-taxe et son incalculable cout pour la collectivité ? Que nenni. Nexcis ? Pas davantage. La tartufferie de la Cop21 alors que Royal autorise de nouveaux forages ? Le problème des fermes usines et la condamnation notamment de la ferme dite des 1000 vaches ? Késaco ? La criminalisation de l’agriculture alternative et des défenseurs de l’environnement ? Mais de quoi parlez-vous ?  Par contre, son avis sur un match présidentiel Sarko/Hollande, on ne manquera pas de lui poser la question…  Voilà voilà… Misère du débat politique actuel. Et de l’indigence du journalisme politique d’ aujourd’hui.

Si vous avez envie de perdre votre temps, c’est ici.

le rapport sur les énergies renouvelables que le gouvernement ne souhaite pas voir ébruité… (il est ici)

Ce rapport de l’Ademe que les fauxcialistes, purs libéraux  productivistes,  n’ont aucun intérêt à ébruiter… C’est une fois de plus Médiapart qui l’a rendu visible, en le publiant dans son intégralité ici. Il démontre très clairement, contrairement à ce qu’en disent ceux qui ont tout intérêt à décrédibiliser les considérations environnementales et le combat écologique, que la production d’énergie propre est loin d’être une utopie de vieux gauchistes écologistes impénitents comme votre humble serviteur. Ce rapport nous apprend en effet de manière purement rationnelle que la France est tout à fait en capacité de produire 100% d’énergie renouvelable à l’échéance 2050, comme le démontrent par exemple ces cartes extraites du rapport :

rapport ademe.

rapport ademe 3

.

L’électricité nucléaire, moins chère ? Cette étude vient démentir ce faux semblant. « Le recours aux énergies renouvelables coûterait environ 30% plus cher qu’avec le système actuel, mais quasiment pareil qu’avec une part de 50% pour le nucléaire comme le prévoit la loi sur la transition énergétique d’ici 2025.  » CQFD. Mais hélas, cet ambitieux projet, plus respectueux de l’environnement et des générations futures qui me fait tant  rêver, ne risque pas de se produire avec un tel gouvernement, dont la volonté écologique est une véritable tartufferie. D’ailleurs, La tartuffe en chef, à peine ce rapport connu, s’est empressé d’y émettre des réserves, des fois qu’il fasse des émules… En outre, « L’agence publique a décidé de repousser la publication de l’étude. « Une affaire de quelques mois », selon son directeur général délégué, Fabrice Boissier. « Plutôt que de chercher à en minimiser la diffusion, le gouvernement doit se saisir de ce rapport de l’Ademe pour accentuer les efforts en matière de transition énergétique », regrette le parti Europe-Ecologie-les-Verts, dans un communiqué. « Cela illustre une nouvelle fois le tabou qu’il y a à évoquer le passage du nucléaire aux énergies renouvelables », soutient le député écologiste Denis Baupin. 

Le sujet est sensible alors que la loi sur la transition énergétique est toujours en cours d’examen au Parlement et que l’un des points de frictions pendant les débats a porté sur la trajectoire de réduction de la part du nucléaire (75% aujourd’hui) dans le mix-électrique du pays.

De plus, il reste encore à démontrer que ce gouvernement ait quelque velléité que ce soit de se préoccuper réellement des questions environnementales, quand on connait par exemple la pusillanimité notable et les tergiversations sempiternelles du Président Hollande à respecter ses promesses en matière de réduction du recours au nucléaire. Pourtant, l’échéance de la 21e conférence climat en 2015, pour laquelle la France a eu l’honneur d’être officiellement nommée pays hôte, devrait inciter notre pays a d’avantage d’ambitions dans ce domaine. Mais cela, c’est sans compter sur l’importance du lobbying du nucléaire,  qui a démontré son efficacité au moment de la campagne présidentielle… L’intérêt de quelques uns, plutôt que celui de tous, toujours cette détestable logique à l’œuvre dans ce gouvernement si peu socialiste. Et encore moins écologiste. Et dire que des arrivistes, malgré cette évidence, souhaitent entrer dans ce gouvernement… Misérables « écologistes » de salon, plus soucieux de leur seul intérêt que de celui de leurs concitoyens.

Un autre monde est pourtant possible.

Ségolène Royal est-elle vraiment encore ministre de l’écologie ?

BD_L__engrenage_de_l__imposture_On peut en effet en douter, à la faveur des décisions et prises de positions qui sont les siennes... toutes plus ridicules les unes que les autres, et qui vont à l’encontre de la vocation de son ministère.  Après l’abandon si honteux de l’éco-taxe, que les contribuables n’ont pas fini de payer, voilà qu’elle défend l’augmentation du prix du billet SNCF en 2015… Pourtant, on m’excusera d’être aussi trivial et matérialiste, mais si le train est plus cher, les français les plus modestes, comme j’y suis moi-même contraint, ne prendront-ils pas davantage leur voiture ? Et donc, n’y aura-t-il pas davantage de monde sur les routes, de pollution, de dégradation des voies de circulation, d’argent public gâché, et de zones rurales inaccessibles autrement qu’en voiture  ? Tout cela n’est-il pas nuisible à l’environnement, et contraire aux intérêts collectifs en termes d’aménagement du territoire, en outre ?

violence d’état

-

Alors qu’il me semble pourtant urgent et nécessaire d’apaiser les tensions entre les opposants aux GP2i (dont je suis, plutôt deux fois qu’une, tant ils constituent, malgré les apparences, une insulte à la démocratie réelle) et le gouvernement, qui a déjà provoqué un mort, comme si cela ne lui suffisait pas, voilà que Valls souffle sur les braises…. en relançant fort inopportunément  le dossier de Notre Dame des Landes… Cette attitude est totalement irresponsable et s’il voulait provoquer d’autres incidents, il ne ferait pas autrement. j’ai vu quelqu’un(e) sur twittter (il s’agit de Clumsy je crois, que j’apprécie beaucoup, ) parler à ce propos de stratégie du choc. En effet. Sans sombrer dans une théorie du complot que j’ exècre cordialement, force est de constater que la ligne dure de ce gouvernement est en  train de semer ses graines de révolte, petit à petit, dans la population, sur bien des sujets…  Et l’on finit par se demander à quoi jouent nos dirigeants, qui devraient pourtant se montrer davantage garants de la paix sociale, plutôt que de sauvegarder si ostensiblement certains intérêts dominants, au plus clair détriment du sentiment de justice sociale, qui est en train de prendre un sacré coup dans l’aile, avec ce gouvernement là…. . Mais il ne faut manifestement pas compter sur Valls pour cela. Quant à Madame Royal, sur qui l’on comptait pour désamorcer la bombe, comment dire…. Non rien. Je vais encore m’attirer des heurts avec ses habituels suiveurs, et je ne suis pas d’humeur à ça. En attendant, on ne peut que s’interroger sur son attitude ambigüe, et sur ce qui a bien pu justifier en si peu de temps son étrange revirement sur le dossier de Sivens, alors qu’elle y était si opposée au départ… Action des lobbies, dont on sait depuis Batho à quels points ils sont influents sur ce ministère ? Rappel à la règle libérale autoritaire de la part du si droitier premier ministre qui ne supporte guère les oppositions ? En attendant, voilà qui n’est pas fait pour calmer le jeu social….

la Ministre de l’écologie déclarée catastrophe naturelle

citation Einstein Plus le temps passe, et plus elle m’apparait pathétique. Le jour du lancement de Macholand, n’y voyez surtout aucun sexisme de ma part, comme il fut si facile de le rétorquer à tous ceux qui,  comme moi, n’ont pas soutenu sa candidature en 2007. C’est simplement que ses propositions, positions et décisions politiques sont ou deviennent  d’un grotesque insoutenable pour toute personne possédant un minimum de dignité.  Car enfin, si peu de temps après cette décision incompréhensible et anti-démocratique d’abandonner l’éco-taxe, entraînant une gabegie d’argent public rarement égalée, enchaîner une déclaration pitoyable sur la fermeture de Fessenheim (ou pas !) et une proposition – devant laquelle on croit rêver et j’ai du me pincer  – de rendre gratuites les autoroutes le week-end, on se demande vraiment s’il y a encore une once de  raisonnement durable dans cette ministre là… En une seule proposition, commettre l’exploit  (bien pénible pour l’intelligence en vérité) d’inciter à l’usage de la voiture personnelle plutôt qu’à l’usage des transports en commun, prioriser les transports de loisirs plutôt que ceux entre le domicile et le travail, et ménager les sociétés d’autoroute malgré leurs profits colossaux, voilà qui ne démontre guère des considérations et des convictions environnementales avérées, c’est le moins qu’on puisse écrire. On pourra en tous cas inscrire à son actif ministériel la démission du Président du comité de la fiscalité verte. Bel exploit pour une ministre de l’écologie. Bravo, Ségolène, tu es la meilleure.

abandon de l’éco-taxe : une telle gabegie d’argent public, j’avais rarement vu ça !

indexMadame la Ministre de l’écologie, au nom de tous les contribuables français, ainsi qu’au nom de tous les citoyens soucieux d’écologie et de défense de l’environnement, je tiens personnellement à vous remercier. Votre décision d’abandonner l’éco-taxe est d’une sagesse, d’une intelligence, d’un sens politique exemplaire. Oh, je sais, vous n’êtes pas seule responsable, vous avez des supérieurs plutôt intransigeants qui ne reculent devant aucun sacrifice. Sauf quand il s ‘agit  des intérêts particuliers et corporatistes qui ont les moyens de s’attacher les compétences de lobbyistes hors pairs, comme c’est le cas de celui des transporteurs routiers, qui se sont particulièrement illustrés dans le mouvement des bonnets rouges, et autres reculades devant des intérêts corporatistes dont j’ai oublié le nom, après celui des pigeons, qui en a signé l’appel d’air . Il est vrai qu’une grève des routiers qui bloquerait le pays serait du plus mauvais effet pour votre image de marque, et ferait très mal à notre économie nationale déjà moribonde. Cependant, chacun voyant midi à sa porte, je me permets d’attirer votre attention sur quelques détails, qui bien qu’ils puissent vous paraître sordides et bassement matérialistes, ont une quelconque importance quand au débat dont il s’agit. Car enfin, je vous rappelle que l’abandon de l’éco-taxe comporte quelques faux frais. Pour mémoire :

– 163 portiques écotaxe et 200 bornes accompagnant ce dispositif pour un coût estimé à un million d ‘euros pour chaque installation, soit 163 millions d’euros. (mais que diable fera-t-on de ces immenses tas de ferraille ?)

– dégradations liées aux exactions des bonnets rouges : près de 7 millions d’euros

– indemnités dues par contrat à écomouv: 800 millions d’euros (qui pourraient être réduits aux 600 millions déja engagés par la société

– pertes de recettes fiscales : plus de 900 millions d’euros par an

(sources : les échos)

Une telle gabegie publique pour un dispositif qui aujourd’hui ne servira plus à rien, on avait rarement vu ça. Sans parler de la suppression des 210 emplois de la société écomouv à Metz, et des 10 000 emplois induits que la collecte de l’éco-taxe aurait permis de soutenir en termes de financement d’infrastructures collectives, dans le bâtiment, l’entretien des routes et autres secteurs divers. Moi je vous dis bravo, et vive la responsabilité en politique…. Et après cela, aurez vous le courage de faire savoir aux contribuables que payer des impôts, c’est important pour défendre l’intérêt collectif et les missions de service public ? je vous souhaite bon courage… Et  je vous annonce que les jacqueries, ce n’est pas fini…. Vous venez de leur donner là un bien mauvais signal.

NB. ; vous aurez noté que mon tact légendaire m’a interdit de parler de la solution évoquée par Madame la Ministre de l’écologie, qui propose d’avoir recours pour compenser le manque à gagner pour l’état à une taxe sur les sociétés d’autoroute… Laquelle est techniquement impossible selon son collègue des finances… Qui va donc payer, au final, à votre avis ? Les perdants seront-ils, malgré le vernis « social » du gouvernement, toujours les mêmes ?

En complément : voir ici la carte de tous les projets que l’éco taxe devait financer…