des militants #ps honnêtes, ça existe : ils le quittent !

Capture

je comprends d’autant mieux la colère, l’exaspération et l’incompréhension de ce militant que j’ai consacré plusieurs billets à l’affaire qui tourne autour de la création d ‘Anticor Strasbourg, et des agissements inqualifiables de son maire envers Chantal Augé, qui vont à l’encontre de toute règle éthique, et des valeurs de gauche. Elle est particulièrement caractéristique de ce que je nomme les #fauxcialistes. Il existe des socialistes, élus ou militants, honnêtes et mus par de réelles convictions, que je respecte. Mais là, il s(agit d’autre chose… Je ne serais pas du tout étonné par exemple qu’on voie un jour ce maire là rejoindre le parti de Guérini : le palais de justice !

Quand il sont de cet acabit là, il n’est pas populiste mais simplement pragmatique de dire de ces gens là, qui trahissent les valeurs de la gauche :

Qu’ils s’en aillent tous ! 

C’est une question de salubrité publique.

Podium des cumulards…

Capture

A l’heure où le PS semble avoir abandonné toute velléité de s’attaquer aux conflits d’intérêts, et de respecter les promesses de son candidat à propos du cumul des mandats, alors qu’il s’agit d’un dossier fondamental à mon sens,  voilà un palmarès qui tombe à point… Dans lequel on retrouve, Ô  curieux hasard, ses plus fermes opposants, dont  au PS Collomb et Rebsamen…. Ben tiens. Une occasion d’aller voir le nouveau visuel (plutôt réussi) du site de l’association Anticor, que je soutiens. C’est ici.

(Et le gagnant est.. Philippe Duron, un socialiste : 28 titres (4 mandats et 24 fonctions).

le futur Ministre des transports de Hollande intéresse (beaucoup) la justice…

source : fiche wikipédia de Roland Riès

Silence dans les médias. Surtout n’en parlons pas, cela risquerait de déstabiliser le nouveau Président français, déjà choisi par les sondages sans qu’il soit besoin d’aller voter… Pourtant, l’affaire est grave, et risque fort de constituer un autre maillon de la chaîne montebourgeoise à la Guérini, qui donne tant de grain à moudre au FN, sans que le chevalier blanc ne se soit donné la peine cette fois de s’en émouvoir, soutien batave oblige…

je veux parler ici du cas du Maire de Strasbourg, sur lequel planait déjà quelques soupçons lorsqu’il mit fin brutalement aux délégations de sa maire adjointe aux marchés publics, Chantal Augé, qui avait tenté de créer, mal lui en a pris, une association Anticor sur Strasbourg. Elle fut aussitôt traduite en séance plénière devant le tribunal de l’Inquisition strasbourgeoise Rièsienne… Peu de monde à ma connaissance dans une certaine gauche s’en était ému, préférant mettre cela sur le compte d’une simple mésentente politique. Parfois, il vaut mieux se mettre la tête dans le sable plutôt que de regarder la vérité en face, ça brûle moins les yeux…

Sauf que. Les choses commencent à prendre une autre tournure… avec ceci :

« Roland Ries, maire (PS) de Strasbourg et président du Gart, est visé par une information judiciaire pour favoritisme et recel de favoritisme, suite au financement par la ville de trois études de faisabilité du tramway de Bamako. Ces études, d’un montant de 50 000 euros, ont été confiées en 2009 aux bureaux d’ingénierie Serue et Transitec et à l’agence d’architecture Nogha Consulting, sans appels d’offres préalables. « C’est notre expérience et notre savoir-faire en matière de transport, et notamment de tramway, qui ont suscité l’intérêt des autorités maliennes pour cette coopération », explique Roland Ries, qui se dit « serein sur les suites » de l’information judiciaire, menée à Nancy. « Nous aurions pu apporter un fonds de concours à la ville de Bamako au titre de nos actions de coopération : nous avons préféré que la ville de Strasbourg assume la dépense elle-même… D’ailleurs, les choses ont débouché in fine sur la décision de principe de construction d’un tramway. Je m’en réjouis », déclare Roland Ries. L’industriel alsacien Lohr Industries a signé, en août dernier, un accord préliminaire pour l’équipement d’un réseau de tram sur pneus dans la capitale malienne » (source)

Problème : Médiapart nous révèle aujourd’hui que Monsieur Riès et son directeur de cabinet ont saisi directement sans la moindre mise en concurrence trois entreprises locales  (Serue, rémunéré 21.310 euros ; Transitec, 14.850 euros, et Nogha, 13.000 euros) avec à la clé une petite note de frais (de bouche ? Les gourmands !) 7.650 euros de frais de déplacements à eux trois… Et l’on s’étonne que Madame Augé ait été remerciée… Saluons au passage l’attitude du directeur général des services de la ville de Strasbourg qui a refusé par écrit selon Médiapart de cautionner ce genre de pratiques. En homme averti, il ne s’est en en effet pas laisser duper par le stratagème cousu de fil blanc qui a consisté à découper un même marché en trois parts apparemment distinctes pour échapper à la règle d’appel d’offre obligatoire au delà de 4000 euros.

Il est peu probable que les choses en restent là, malgré les déclarations rassurantes du Maire de Strasbourg, qui n’engagent que ceux qui y croient. La suite au prochain épisode. Je ne lâche toujours pas l’affaire. Comme elle a été dépaysée sur Nancy, voilà qui devrait me faciliter le travail…

Complément d’enquête : je vous invite à jeter un œil pour davantage de détails à cet article d’Anticor. Très instructif…

en soutien à Chantal Augé, victime de son combat contre la corruption

Comme mes lecteurs les plus assidus ont pu le constater, je soutiens régulièrement les activités de l’association Anticor. je pense en effet que son action contribue profondément à la préservation de notre démocratie de plus en plus attaquée de toutes parts… et sujète à des phénomènes de corruption et de conflits d’intérêts qui la minent de l’intérieur et font le jeu du Front National.

Aussi, je tenais à diffuser ce communiqué à propos d’une histoire qui commence, médiatiquement, à faire tache d’huile, médiatiquement parlant. Et c’est tant mieux. Et dire que le maire de Strasbourg se dit socialiste…. On attend avec impatience ses explications sur ce sujet !

Anticor condamne la décision abusive du sénateur-maire P.S. de Strasbourg

22 décembre, 2011

Roland Ries, Maire de Strasbourg, a subitement mis officiellement à l’écart hier après-midi sa maire adjointe aux marchés publics, dont le seul tort apparent est d’avoir monté il y a peu un groupe local d’ANTICOR dans le Bas-Rhin afin d’y promouvoir nos valeurs d’intégrité en politique et de transparence dans la gestion des affaires publiques.  Roland Ries, le Sénateur-Maire P.S. de Strasbourg, a retiré en fin d’après-midi ce mercredi 21 décembre la délégation aux marchés publics de sa Maire adjointe Chantal Augé (divers gauche), suite au Conseil municipal du 8 décembre, où elle avait dû subir, avec l’un de ses collègues, un véritable procès public de la part de la majorité des élus et du Maire parce qu’elle venait de créer le groupe local « Anticor Bas-Rhin » (lire les extraits de cet incroyable Conseil municipal dans article DNA du 10/12/11). Quelles que soient les raisons qui pourraient être évoquées a posteriori, il est évident pour ANTICOR qu’il s’agit d’une mise à l’écart de rétorsion, discriminatoire en raison de l’investissement citoyen de Chantal Augé au sein d’Anticor, et dont les motifs n’ont rien à voir avec la bonne marche de l’administration communale. A la demande du Maire, Chantal Augé avait pourtant adressé le matin même le courrier ci-dessous, en ajoutant notamment la mention « dans le cadre des lois de la République ». Cette dernière a déclaré hier soir : « Suite à ce courrier qui ne correspondait finalement pas à toutes ses demandes, le Maire a décidé de me retirer ma délégation ce soir. Il exigeait en effet que je m’engage à ne plus avoir d’expression publique jusqu’à la fin du mandat en 2014 ». Ce dernier ayant également annoncé à Chantal Augé qu’il la fera aussi démettre de ses fonctions d’adjointe, lors du prochain Conseil municipal de Strasbourg, celle-ci a déclaré : « Dans ces conditions, il pourra me remplacer facilement : une plante verte devrait faire l’affaire. ». Anticor s’élève avec indignation contre cette atteinte à la liberté d’association et à la liberté d’expression, et s’interroge sur les raisons qui font que l’adhésion à Anticor de certains des membres du Conseil municipal de Strasbourg inquiète autant son Sénateur-Maire.

Le courrier indiqué dans l’article :

Chantal AUGE Adjointe au Maire

Mairie de Strasbourg Strasbourg,le 21 décembre 2011

Monsieur le Maire, Différents échanges et prises de position ont pu créer des malentendus que je souhaite lever auprès de vous. J’ai été élue sur la liste que vous conduisiez et vous réaffirme, comme en 2008, mon attachement à la réussite du mandat que vous exercez, mandat conforme au projet municipal sur lequel je me suis engagée. Une fois élu, vous avezbien voulu me témoigner votre confiance en me proposant comme adjointe au maire et en me déléguant votre pouvoir dans le domaine des marchés publics et de la politique des achats. J’ai donc conscience que I’exercice de mes pouvoirs délégués se fait en votre nom, et exige la plus grande solidarité. A ce titre, je prends I’engagement ferme : – d’exprimer et de défendre mes positions dans le cadre des rencontres de I’exécutif municipal, rassemblant les adjoints et conseillers délégués, comme je I’ai toujours fait depuis mars 2008 – de me ranger solidairement à la position majoritaire de I’exécutif, quelle que soit cette position, dans le cadre des lois de la République. Je souhaite donc poursuivre mon travail auprès de vous et de votre équipe, dans le respect et la solidarité mutuels. Veuillez agréer, Monsieur le Maire, I’expression de mes sentiments respectueux.