#StopHateMoney, la suite : @Thierry_Meyssan privé de cagnotte @Lepotcommun

« Et ils n’avaient d’autre dieu que Mammon… »

Hier, j’évoquais avec vous le projet Stop Hate Money, dont l’objectif affiché est de s’attaquer au financement des sites et acteurs pivots de la haine en ligne (mais pas que). Je vous informais à l’occasion de la dernière tentative d’escroquerie de l’un d’entre eux, parmi les plus connus, l’antisémite Dieudonné, pour tenter d’appâter le gogo et de plumer les pigeons, le Zynecoin. En fin de billet, je vous promettais de vous parler de l’un de ses comparses, unis par un même lien de haine complotiste, avec qui il s’était rendu en Syrie, en 2006. Et comme par hasard, Soral faisait également partie du voyage… Il s’agit de Thierry Meyssan, qui s’est rendu célèbre de bien ignoble et grotesque façon, en niant l’origine terroriste djihadiste des attentats du 11 septembre, préférant les attribuer, en grand maître en la matière, à de mystérieux acteurs d’un grand complot… Pour mieux le connaître (au centre de cette photo, aux côtés de Dieudonné et de Michel Collon, autre antisémite), c’est par ici :

source

Mais ce qui nous amène à évoquer ce triste sire, éminent manipulateur international dont il ne faudrait pas sous estimer la dangerosité, et la capillarité des idées toxiques, c’est encore et toujours le nerf de leur guerre : l’argent. Car le réseau de cette vermine raciste en manque visiblement ( je n’en suis pas vraiment peiné, comme vous l’aurez deviné) . Et c’est encore Stop Hate Money qui nous instruit de ses lumières… sans lesquelles je n’aurais pas eu connaissance des déboires dudit Meyssan :

source

Stop Hate Money nous fait savoir que grâce à cet appel à dons sur le Pot commun, Meyssan avait réussi à récolter dans sa petite cagnotte près de 47.000€ en 2 semaines. Un bon début…

Sauf que pour des raisons qui me sont inconnues (et que je ne demande qu’à connaitre), cette cagnotte a été retirée de la plateforme… C’est ballot. Pour connaitre la suite de l’histoire, le compte twitter de Stop Hate Money nous renvoie donc à son partenaire, Conspiracy Watch (lequel a nourri nombre de mes billets ici), qui nous apprend que Meyssan a demandé à l’un de ses représentants en France [un autre partisan du monstre qu’est Assad, ce criminel contre l’humanité) (encore un hasard…;)], l’immonde Benajam (un cas traité ici), de récolter des fonds…

source

Décidément, en ce moment, la complo/fachosphère est aux abois… Vous m’en voyez fort ravi. je suis l’affaire…

En attendant, les satellites de cet ignoble complotiste assadiste sont déjà à pied d’œuvre pour défendre la veuve et l’orphelin…

(Règle n°1 en matière de recherche d’informations : toujours se montrer critique, et tout particulièrement envers les sites dits « alternatifs »… (J’en sais quelque chose, pour m’être déjà fait piéger dans le passé…).

Benajam, lumière des croyants lobotomisés de la fachosphère

On peut ne pas connaître Benajam. (D’ailleurs, c’est  presque mieux  :  ça contribue à rester sain d’esprit) . Dans ce cas, on tape son nom dans un moteur de recherche quelconque, et on apprend rapidement qu’à côté de lui, Hue et son Mup tellement soluble dans le libéralisme macronien (comme on est loin du communisme de conviction !) n’est qu’un petit joueur.  Benajam, lui, n’a pas hésité à franchir tout le spectre politique pour atterrir à l’extrême droite, en vertu d’une ligne complotiste Meyssanique qui lui appartient.

[|j’écris cela parce qu’il a fait partie des  fondateurs du réseau Voltaire,  ( à ne pas confondre avec le boulevard du même nom) lequel possède entre autres titres de gloire de soutenir des régimes particulièrement démocratiques et humanistes comme l’Iran  et le gouvernement syrien de Bachar el-Assad.]

Je n’ai pas pour habitude de me mettre dans la tête des fous. Visiblement le discours halluciné qui est le sien me le fait apparaitre pour tel, au sens le plus pathologique du terme. D’ailleurs, ce qui frappe le plus dans une recherche rapide sur internet, c’est de constater à quel point il capte,  comme une merde les mouches,  tous les satellites fascistes, racistes et complotistes de la fachosphère française  : Agoravox, le journal de Personne, Egalité&Réconciliation et Soral, les sites et blogs Dieudonnistes, le Cercle des volontaires, MetaTV, etc etc etc. Voilà qui en dit déjà bien long en soi…

La dernière fois que Benajam a croisé la route de mes billets ici, c’est à l’occasion d’une soirée Nuit Debout à Nancy particulièrement agitée qui en avait dérangé plus d’un, au point que le mouvement s’était ensuite aussitôt éteint, miné par un soralo-dieudonnisme détestable dont j’ai rendu compte ici. je vous en conseille d’ailleurs vivement la lecture, histoire entre autre de constater par vous-même à quel point Benajam est totalement délirant, et surtout comment cette complosphère là mine les mouvements sociaux.

Benajam, quand on connait un peu son parcours, me semble symptomatique de ces gens qui, pour lutter contre l’impérialisme américain, se sont jetés  sans grand  discernement dans un autre impérialisme, celui du fascisme poutinien. Le dossier ukrainien a constitué un bon relais de cette peste brune là. On retrouve d’ailleurs le réseau Voltaire et Benajam sur ce front, aux côtés d’autre néo-fascistes, enlisés dans le conflit ukrainien, au Donbass, terrain de jeux de nos petits fachos bien franchouillards :

Invité à une réunion, Benajam raconte avoir été subjugué par ces militants néo-fascistes :

« Il y avait des gens de Troisième Voie, des potes de Serge Ayoub, qui venaient tout le temps pour la Libye. […] J’ai connu Guillaume. Et puis on avait sympathisé. Et un jour il m’appelle et il me dit : « ben tiens, tu pourrais venir, on fait une réunion, voilà, on voudrait partir dans le Donbass. » […] Alors bon, on a fait une réunion dans un café, dans un bar, et puis ils m’expliquent leur truc. Et eux ils viennent de ce qu’on peut appeler l’extrême droite classique. […] Maintenant, ça ne veut plus rien dire (Lenta se marre), mais dans le temps on appelait ça l’extrême droite. Des nationalistes. Et alors c’est curieux qu’ils font (sic) appel à un mec qui vient de la gauche pour ça. Et moi je les écoutés, il y avait cinq-six mecs […]. Et donc ils m’expliquent leur truc : « voilà, on veut faire ça. » Et moi j’ai des idées un peu stéréotypées, normalement, sur les nationalistes, c’est des mecs d’extrême droite, bon, des « fachos » (Benajam fait une grimace ironique). Et puis ils m’expliquent, surtout lui qui est très politique, Victor, hein, il m’explique le truc mais avec une vision politique extrêmement claire et bien construite, tu vois. J’ai pensé : « Tiens, ce mec-là, il y a trente ans, je le faisais adhérer au Parti communiste. » (éclats de rire) Hé oui ! Moi j’ai 29 ans de Parti communiste, si tu veux, avec une explication de ce qu’est l’impérialisme, de la raison de leur engagement, un truc carré, nickel chrome, ben moi je suis resté comme deux ronds de flanc. J’ai été stupéfait ! […] Et puis à la fin j’ai dit : « Chapeau les mecs, vraiment je vous tire mon chapeau parce que c’est un engagement extraordinaire » et moi j’étais stupéfait. Stupéfait et impressionné et également par la motivation politique qui était extrêmement bien construite. C’était pas un truc romantique, sur un coup de tête comme ça… »  Alain Benajam, ou la déchéance d’un vieux militant communiste qui aujourd’hui ne sait plus distinguer son extrême gauche de son extrême droite… (source)

Benajam est également cité dans l’excellent livre, bien documenté et sourcé : « la galaxie Dieudonné  » (voir ici) où on le prend de nouveau en flagrant délire complotiste ridicule. Hé oui, on nage en pleine confusion mentale, assurément. Mais je ne vais pas détailler ici sous peine de lasser ses nombreux errements idéologiques grotesques, qui n’ont de cohérence que pour un cerveau malade comme le sien. Si j’ai ressenti l’impulsion d’écrire ce billet pour évoquer ce guignol, c’est que je viens de lire une réaction le concernant de la part de mes amis vigilants de l’observatoire des réseaux, qui  nous font part de ceci  :

Capture1Capture2

..

La boucle est bouclée. On ne peut être plus clair, et aller plus loin que ce pire là. Vous doutiez de mes propos sur l’UPR et Asselineau, cet ultra-nationaliste qui cache si bien son jeu et se fait inviter actuellement si généreusement sans grande circonspection par de si peu journalistes comme un phénomène médiatique tellement exotique  ? (ce qui m’agace tout particulièrement quand on sait ce qu’il y a derrière).  Vous avez ici la démonstration du genre d’individus qu’il attire : des complotistes et des fascistes, point barre. De la merde, juste.  Une galaxie de perdus, sans repères, sans morale, sans cohérence intellectuelle, dont les compromissions avec l’extrême-droite m’ insupportent au plus haut point. Lire de Benajam que le FN  serait un parti antifasciste  (fallait oser) relève de l’intolérable quand on sait tout que ce parti draine comme idées fascistes, et d’éléments nazis au sens le plus stricts du terme : haine de l’autre,  autoritarisme, antisémitisme et autres joyeusetés caractéristiques. Il suffit de me lire au quotidien pour en avoir bien des exemples. Mais comme on l’a vu si on a eu le courage de lire en détail tout ce long billet, (ce qui devient un effort de plus en plus inaccoutumé il est vrai),  voilà un cas bien désespéré, et pour tout dire irrécupérable, que ce Benajam qui trouve tellement amusant de côtoyer cette ordure d’Ayoub, dont on a pu voir il y a peu ce qu’il inspire comme insupportables monstruosités.

#Bricmont, un scientifique injustement suspecté ? Ou pas ! #antisémitisme #confusionnisme

Il y a des scientifiques qui, sortant de leur domaine d’excellence, font œuvre utile de contribution à la paix sociale,  à la  sagesse populaire, et à la nécessaire stimulation collective, utile socialement. Et puis d’autres qui feraient mieux de se cantonner à leurs chères études, à leur domaine de recherche privilégié… C »est  le cas de Jean Bricmont,  « défenseur de la rationalité scientifique », nous dit sa page wikipedia,  dont on aimerait qu’elle s’étende également – et peut-être davantage – aux autres domaines dans lesquels il ose s’aventurer si imprudemment.  Surtout quand on connait l’ensemble de son œuvre (au noir, oserais-je dire, si je ne craignais le mauvais jeu de mots..), et qu’ils ‘aventure si imprudemment hors des sentiers battus de sa science favorite, que mon insuffisante intelligence mathématique ne saurait maîtriser. Je lui demande la pareille, dans le sens inverse. Moi, c’est la sociologie, la psychologie sociale, et la politique, bien que de manière plus modeste.

Une deuxième recherche me renverra cette fois sur le site du réseau Voltaire, sinon d’extrême droite, du moins extrêmement réac, et visiblement complotiste, qui voit l’illustre chercheur défendre le cas Balme, quand bien même celui-ci a été pris la main dans le sac en flagrant délit d’antisémitisme. C’est pas de bol.

Capture

Une troisième recherche me conduit cette fois sur Mariane. Là, je peux enfin mettre un lien puisque ce n’est pas un site complotiste ou de fachos notoires dont je ne voudrais pas renforcer la viralité … et la propagande.  La citation en exergue de cet article d’ Aude Lancelin est de premier ordre pour illustrer la pensée de ce genre d’individus, dont un article récent (particulièrement orienté) tente de nous faire croire qu’ils n’existent pas et que le fait de les combattre serait absolument ridicule. Jugez vous mêmes :

C’est l’antifascisme qui crée le fascisme, l’antiracisme qui crée le racisme, et «la gauche morale qui est devenue l’extrême droite»bricmont antisémitisme, ne craint pas d’écrire Bricmont. Un tour de bonneteau idéal.

Un tour de passe-passe que partagent pourtant plusieurs illusionnés, adeptes de la confusion ou un peu trop proches de leurs thèses nébuleuses, que cela arrange bien. Je connais en effet pour l’avoir maintes fois expérimenté à mon propre détriment l’argument selon lequel quand on est contre on est pour  (le racisme, le fascisme). J’appelle cela dans mon jargon personnel de la contre-rhétorique inversée, caractéristique spécifique de l’extrême droite. Ainsi, pour eux, les défenseurs des droits de l’homme (quoi de plus noble pourtant) sont des droits-de-l’hommistes, et ceux qui réfutent la thèse fumeuse du grand remplacement des collabos…   Cela leur permet en effet de ne pas bousculer leur petit confort idéologique personnel et leurs petites certitudes discriminantes. Des gens qui, dans ma propre famille politique hélas, ne maîtrisent guère le sujet, et s’en font donc inconsciemment les complices.. Pourtant, l’antisémitisme de Bricmont est clair, net, sans ambiguïté, et ceux qui prétendent qu’il en est injustement accusé ne sauraient persister en lisant ceci :

Une fois encore attaché à pourrir le débat français, le scientiste belge s’en prend cette fois-ci à la façon dont l’Hexagone entoure de trop de respect à ses yeux le souvenir de la Shoah et persécute ceux qui le bafouent. Ainsi, Bricmont considère-t-il que c’est la censure qui crée la pulsion, le devoir de mémoire qui enfante les haines du passé, la loi Gayssot qui crée Faurisson : «Ceux qui n’ont voulu écouter ni Noam Chomsky ni l’abbé Pierre ont maintenant face à eux Dieudonné.» Où l’on observe d’ailleurs une fascinante radicalisation perverse du principe sartrien selon lequel «c’est l’antisémite qui fait le juif» : pour M. Prudhomme physicien, en effet, c’est la lutte contre l’antisémitisme qui fait l’antisémite.

Vient ensuite dans mes recherches plusieurs articles d’@si, dont  l’un d’entre eux me laisse pantois. On y voit en effet Bricmont prétendre que ses propos auraient été décontextualisés, et qu’il n’y avait pas matière à polémique sauf à être de mauvaise foi (comme je le suis probablement aux yeux de ces gens là), que de considérer que l’on pouvait objectivement s’interroger sur la légitimité d’ « un magistrat d’origine juive », à traiter de l’affaire Dieudonné… Oui, vous avez bien lu. On pourrait ici céder à la facilité en sous-titrant dans un médicore esprit faussement inspiré de Magritte :

« ceci n’est pas de l’antisémitisme« ..

Pour résumer, quand vous entendez ou lisez ce patronyme, Bricmont, un conseil : à moins d’avoir envie d’étudier la physique théorique, si vous êtes attachés à la rationalité des sciences humaines,  au principe d’égalité des droits, et que vous êtes contre le racisme, alors… Restez loin.

.