Non, Paul #Ariès n’est pas seul. Un autre monde, une autre #gauche est possible. Mais pas avec le #PS.

Tout le monde le sait, le voit, et pour la plupart, parmi ceux qui ont une vision globale et détachée, nous en avons conscience : le temps de la clarification politique est arrivé. L’esprit clanique, partisan, et inconditionnel du seul parti unique autorisé à gauche est terminé, quel que soit celui-ci. L’autoritarisme ne saurait donner aussi systématiquement le La,  surtout depuis l’avènement d’un premier ministre à son piédestal immérité alors qu’il représente si peu la gauche. Seuls les aveugles idéologiques qui refusent tout remise en question peuvent rester droits dans leurs bottes, comme les vallsiens, rebsamiens, et autres collombins, une minorité, bien qu’extrêmement agissante. Pourtant, le PS est sous leur coupe depuis bien trop longtemps déjà. La peur peut elle seule servir de boussole politique ? Personne ne doit s’y résigner. C’est pourquoi, en lisant ce billet de Juan, je ne pouvais pas être satisfait de la belle unanimité qui s’y étale. Elle est de façade, hypocrite, et déconnectée des milieux militants, quel qu’en soit le parti, le mouvement, le courant d’idées, je le sais. Aussi ai-je fait savoir à mon collègue blogueur ce que je pensais de son gentil petit positionnement qui surtout ne veut rien changer au paysage politique comme il va. Mal.

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience » (R. Char)

Mais son billet aura cependant eu le mérite de m’ alerter sur l’existence d’un article de Paul Ariès qui semble-t-il en irrite beaucoup, aussi ma curiosité a-t-elle été piquée au vif. J’y suis allé voir, n’y ait trouvé rien à redire, sinon que le cas de la région Lorraine aurait pu tout autant représenter  un cas d’école que celui de l’autre région évoquée qui justifie l’intervention de Corinne Morel-Darleux, du PG, avec qui j’ai quelques accointances quant à son engagement politique écologique, que je respecte. Elle s’est expliquée pour ce qui concerne cette région dont je ne connais pas le contexte, les contours, les acteurs, les enjeux. Sa démarche  me semble claire et sincère, et l’organisation respectueuse d’un cheminement démocratique à construire. je n’ai donc pas à en juger. Par contre, concernant ma région, et l’Ile de France, j’ai davantage d’éléments, et les états-major de la gauche au sens le plus laxiste du terme feraient bien de nettoyer leur lunettes après ce deuxième tour car ils pourraient bien se prendre dans la figure un taux d’abstention et une hémorragie de militants encore plus explosifs que ce n’est déjà le cas actuellement. Les gens sont dégoûtés de cette façon de faire de la politique, quels que soient les partis examinés. Aucun parti ne peut plus sciemment prendre ses sympathisants pour des crétins absolus en leur demandant d’accepter aujourd’hui ce qu’ils méprisaient, vilipendaient et démontaient hier, ce pour quoi ils n’avaient ps de mots assez forts, quand ils étaient plus libres…  Ce type de fonctionnement partisan qui était jusqu’à présent celui du seul PCF, particulièrement schizophrène, depuis des dizaines d’années, se propage à présent dans tous les partis de gauche sous prétexte de lutte contre le FN. Cette pratique illisible et assez écœurante contribue de manière particulièrement efficace au vu des statistiques électorales au dégoût de la politique, à l’abstention et au rejet de tous les discours qui s’y apparentent, au point de convaincre de moins en moins de gens. Ce phénomène est en train de détruire la gauche, en effet, comme le fait son impuissance à changer le quotidien, en répondant de manière plus ciblée aux vrais problèmes rencontrés par les plus démunis comme par les français dits « moyens » par facilité de langage : chômage, santé, logement… Comme je l’écris à Juan dans mon commentaire, faut arrêter de se voiler la face, et de faire comme si de rien n’était, comme s’il n’y avait pas eu les attentats, l’état d’urgence, l’insupportable stigmatisation de nos amis musulmans y compris dans les rangs du PS, ce que l’état major parisien veut étouffer. Accepter ces « fusions techniques » qui font l’objet des commentaires acerbes et des railleries comme des quolibets sur tous les réseaux sociaux entre militants et sympathisants PS/PCF/PG/Ensemble ou non encartés, globalement, c’est pactiser avec le diable. Les idées du FN ne sont plus seulement au FN, et si on veut le combattre, commençons par le faire partout où se trouvent ses idées. Y compris à gauche. j’ai quitté le FDG pour cette raison centrale essentiellement, et je ne suis guère pressé d’y retourner quand je vois le triste panier de crabes que cela devient actuellement. Tous les partis semblent devenus de simples supplétifs du PS, et en ce sens, malgré la réponse de Corine, dont je respecte le travail qui force l’admiration, Paul Ariès a raison :

Capture

Réinventons la gauche. Rendons là plus lisible, et visible, c’est urgent. Malgré les discours, les partis, les personnalités sensées nous représenter, (et pourtant de plus en plus mal, et de plus en plus inaudibles).

Réinventons une autre manière de faire de la politique, loin de ces logiques d’appareils parisiens qui nous nient en imposant leurs diktats grotesques.

Un autre monde monde est possible. Mais certainement pas avec des dinosaures, professionnels de la politique qui n’ont jamais connu rien d’autre. Ce que nous vivons n’est pas l’histoire du FN comme les médias nous le claironnent comme pour nous euthanasier. C’est une crise de la représentation. Apportons à cela une réponse à construire ensemble. J’en suis.  Inventons notre Arc en ciel.

Devinez pour qui je ne voterai pas ce dimanche 6 décembre ? #reg2015

Quand on est démocrate, il est de bon ton de dire que voter est un devoir citoyen. j’accomplirai donc mon devoir, en respectant la démocratie. Je vous demanderai donc de respecter pareillement ma voix, bien que je sois éminemment conscient que celle-ci se diluera comme une goutte de rosée qui tombe dans un océan…

Campons le paysage qui se dessine devant moi comme peuvent également le regarder tous les lorrains, alsaciens, champenois, ardennais. Voici quelles sont les Listes qui se présentent au  1er tour des élections   Régionales 2015 dans ma région  ACAL (Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine) ce dimanche 6 décembre 2015 :

L’intitulé des listes (dans l’ordre du tirage au sort, le même que sur les panneaux d’affichage) :

Je ne voterai pas pour cette liste qui inclut le MEI, parti écologiste dit indépendant mais de droite (tendance nouvelle droite d’Alain de Benoist, c’est à dire plutôt extrême), qui a été créé par Waechter, lequel s’est récemment rapproché de l’extrême droite. Cette liste inclut également  le PRG dont je pense beaucoup de mal également dans la mesure où ce parti groupusculaire partage les idées libérales de la droite, et le même affairisme notoire quand on observe le comportement de son président, Baylet, dit Michmich la pieuvre.

je ne voterai pas pour cette liste car malgré son étiquette de gauche, elle inclut un parti nationaliste, le MRC de Chevènement, qui pour raison de  souverainisme s’est rapproché de Debout la France (N.Dupont-Aignan), parti nationaliste proche de l’extrême droite.

je ne voterai pas pour cette liste nationaliste, souverainiste, proche de l’extrême droite, dont de nombreux transfuges se sont dirigés tout naturellement vers le FN et d’autres mouvements identitaires nationalistes. Dupont Aignan a d’ailleurs déjà déclaré qu’il ne verrait aucun inconvénient s’il était président de la république à nommer Marine Le Pen Premier ministre… De plus, DLF est un parti raciste et xénophobe. Ajoutons pour clore le sinistre tableau que cette liste comprend un nom que les lorrains connaissent bien :  celui de JL Malnoury, ancien candidat du FN, et homophobe notoire.

Que dire d’une liste qui ne comporte que des libéraux pur jus hollandais en son sein, et partage les idées particulièrement gauchistes (sic) du gouvernement Vallsien, comme on a pu le constater ces derniers temps, avec des lois qui détricotent au fur et à mesure le code du travail ? Un gouvernement qui se montre plus indulgent envers les grands patrons qu’envers les salariés, et songe à instaurer l’état d’urgence ad vitam æternam ? Un gouvernement qui va jusqu’à criminaliser les mouvements sociaux, et se sert de l’état d’urgence pour museler ses opposants politiques ? Bien sûr, on me rétorquera qu’il ne faut pas confondre le régional et le national, et que les compétences du Conseil n’ont rien à voir… Bien sûr bien sûr. Sauf que. A 51 ans, on ne me prendra plus pour un con : je ne voterai plus jamais socialiste, puisqu’ anti-capitaliste, anti-libéral, contre le tout sécuritaire et le racisme (dont a fait preuve le premier ministre à plusieurs reprises, notamment envers les roms), et pour la défense des intérêts populaires dont ce prétendu socialisme là s’est bien éloigné…

Bien sûr, cela va de soi, quand on connait mes combats tels qu’exprimés quotidiennement ici, sur ce blog, je ne voterai surement pas pour cette liste d’essence fasciste. J’ose d’ailleurs  espérer que les lorrains, qui ont déjà rejeté une première fois Philippot, lors des dernières élections, feront preuve de constance et le rejetteront de nouveau, à juste titre. Qu’ils  renvoient donc  cet énarque parachuté aussi ambitieux que rusé et sournois à ses pénates nauséabondes qui fleurent bon la merde brune du rejet de l’Autre : musulman(e), étranger, migrant, gauchiste, libertaire, anti-capitaliste… (liste non exhaustive, à compléter). En outre, dans son parti, il y a des classiques qu’il faut connaître : ainsi, on prétend par devant défendre les français les plus modestes, alors que par derrière, en coulisse, dans les villes gérées par le FN, on ne cesse de faire la guerre aux pauvres… Il faut dire qu’au FN,  on a un rapport très particulier avec l’argent, et le capitalisme. Il semblerait que dans le système clanique et népotique de la confrérie Le Pen, biens mal acquis profitent toujours… Philippot est derrière lui-même à l’abri du besoin..

Que dire de ce parti qui ressemble davantage dans son action quotidienne et le comportement de ses militants à une secte qu’à un mouvement politique ? J’en sais hélas quelque chose pour avoir souvent été pris à parti par leur (petite) armée de trolls qui ne cessent de me harceler dès que je m’exprime sur ce sujet. Pourtant, quand on connait leurs adeptes, on ne peut que confirmer ce que je pense : leur santé psychique laisse manifestement à désirer… Comme tous les complotistes et autres confusionnistes qui partagent ce genre de positionnement aussi ambigu qu’aléatoire où la raison des lumières a si peu de place…. Aussi, comme je suis en pleine possession de mes moyens intellectuels, psychiques et personnels, je ne voterai pas pour ce qui m’apparait comme un rassemblement de gens vulnérables et fragiles dont on profite de la crédulité.

Je ne voterai pas pour cette liste là. Ne me demandez pas pourquoi. Ce srait beaucoup trop long et complexe à expliquer. No Comment. (sans quoi, je vais encore avoir des ennuis…).

Cette liste n’a pas lieu d’être, elle est totalement archaïque, ne représente qu’elle même, a une position identitaire notoire, proche de l’extrême droite. Comment peut-on militer avec pour seul moteur la haine de l’autre et la volonté de détruire une construction territoriale que l’on refuse aussi manifestement de toutes ses tripes ? C’est très contradictoire. Mais pas plus, finalement, que l’attitude du FN qui se présente aux élections européennes, envoie des conseillers à Bruxelles, alors qu’il ne cesse d’en critiquer avec virulence, violence et agressivité les institutions… C’est grotesque, incohérent, totalement sans crédibilité d’aucune sorte si ce n’est pour une poignée d’identitaires régionalistes cramponnés comme des moules sur leur petit clocher local. Ils ne me représentent nullement et je ne voterai pas pour cette liste.

  • Liste « Unissons Nos Energies» liste d’Union de la Droite et du Centre en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, conduite par Philippe Richert (LR-UDI-MoDem)

Gardons le meilleur pour la fin. Ce qui nous sert à présent de pauvres boussoles dans une société en perdition, alors qu’ils n’ont jamais été aussi sujets à caution, j’ai nommé les sondages, qui devraient être interdits en période électorale, nous disent que ce Monsieur que je ne connais pas serait le futur président d’une région en train d ‘éclore… à peine. Il est de droite. Donc sarkozyste. Partage-t-il les idées du Président Directeur général de de son parti ? Dans ce cas, il est bien proche du front National, de sa xénophobie, de sa haine de la gauche, des musulmans, des socialistes, tout aussi peu féministe, et affairiste. Mais ce n’est peut-être pas le cas, au vu des autres partis qui l’accompagnent, plus démocrates, mdoérés et centristes. Accordons lui le bénéfice du doute. Il n’en demeure pas mois qu’il ne saurait me représenter, dans mes idées, mes valeurs, mon humanisme, ma sincérité, mon souci des plus démunis quand l’argent à droite est un moteur plus que l’humain. je ne voterai donc pas pour lui.

En résumé : je ne voterai pour aucune de ses listes, qui dans leur globalité ne feront rien ni pour moi ni pour les personnes pour lesquelles je mène un combat de toujours… Celui d’un monde meilleur, plus respectueux de l’autre, des catégories les plus fragiles, des personnes les plus démunies, que ce soit socialement, financièrement, en raison de leur handicap, de leur âge, de leurs orientations sexuelles, de leur origine, de leurs différences, de la couleur de leur peau, ou de leur religion. L’offre politique locale m’apparait particulièrement indigente, sans substance ni saveur, comme j’ai encore pu le constater hier soir sur France 3, à une heure si tardive que cela ne stimule pas franchement l’électeur à voter, et si possible en conscience, en prenant connaissance de l’offre politique locale. Celle-ci ne me représente en aucun cas, aussi me résoudrai-je à voter blanc. En regrettant toutefois qu’aucun gouvernement de quelque couleur politique que ce soit ne se soucie réellement et concrètement du phénomène de l’abstention. Celui-ci constitue pourtant, quand on est réellement soucieux de  démocratie, c’est à dire de donner la parole au peuple (à TOUT le peuple !), la négation de la représentativité démocratique. Il est d’ailleurs à craindre que cette élection là soit encore plus soumise qu’une autre à cette démonstration de désintérêt, ou de refus de donner sa voix à qui que ce soit, quand on voit ce que les personnalités politiques en font… De plus, le chômage de masse, les attentats, l’incertitude totale quant à l’avenir, l’absence de perspective d’évolution sociétale et pire, le sentiment d’une régression globale, tout cela apparait bien plus important que cette misérable échéance électorale si peu préparée, présentée, argumentée, et déclinée dans les détails par les différentes parties en présence. je sais déjà pour ma part qu’aucun de ses partis ne contribuera à ce que je retrouve un emploi. Aucun n’est en capacité non seulement d’en créer, mais d’éviter d’en détruire. Le cas d’Arcelor-Mittal est plus que significatif de l’impuissance totale des collectivités territoriales, et mêmes des états. Dans ces conditions, je le répète, je voterai blanc. Il est cependant fort préjudiciable à l’intérêt démocratique que ce vote blanc, qui est depuis peu comptabilisé comme tel, ne soit pas davantage pris en compte. Le jour où, lorsqu’il atteindra une certaine proportion rendant l’élection trop peu représentative, celle-ci sera invalidée, alors j’aurai meilleure conscience en alimentant par ce vote là l’esprit même de la démocratie. Le vote blanc n’est-il pas en effet l’expression même de l’inadaptation de l’offre politique aux attente des électeurs ? Ce devrait donc être à la classe politique elle-même de se remettre plus fortement en question, tant elle est gravement défaillante, et non l’inverse : en culpabilisant par exemple par médias interposés ceux qui ne votent pas, ou plus…  et en les rendant ainsi responsables de la montée de l’extrême-droite xénophobe et régressive pour les droits humains et l’évolution de notre société dans ses différentes dimensions.