#GiletsNoirs et #violencespoliceres au Panthéon de notre mémoire collective… (en négatif)

D_dOZ9WXsAARHcc.jpgCette photo mérite vraiment de demeurer gravée dans la mémoire de nos luttes, tant antiracistes qu’antifascistes, ou simplement sociales. Voir un lieu aussi symbolique que le Panthéon (« là où nombre de figures qui y reposent, de Victor Hugo à Aimé Césaire, auraient soutenu notre combat d’aujourd’hui » ), occupé par des centaines de sans-papiers, voilà qui fera date, assurément. Pas seulement pour la beauté de cette photo, hélas, mais également pour la violence de la charge policière dont n’a pas franchement à s’enorgueillir notre soi-disant république… qui méprise si visiblement ceux qui ne sont rien :

Deux heures plus tard, les CRS chargeront, frapperont à l’aveugle avec une violence rare sur des gens totalement pacifiques. Une quarantaine de sans-papiers sont alors menottés, embarqués au commissariat. D’autres contrôlés. Une jeune femme en état de choc s’approche. Elle ne peut plus arrêter de pleurer, de trembler. Les CRS viennent de lui foncer dessus.

« Nous, on est des moins que rien. Pourtant, les Européens qui viennent dans mon pays vivent dans de belles maisons, on les appelle les “expats”… Écris ça, hein ! »

Pour sûr, tiens,  que je vais le partager… je ne vais pas m’en priver !

Selon que tu seras puissant ou misérable…

Ici, ils/elles travaillent pour certain.e.s depuis des années, victimes d’une économie française hypocrite, d’un cynisme abyssal, pour des patrons voyous, sur des boulots de merde, dans la peur et La nuit, dehors, porte de la Chapelle. La queue devant la préfecture. Les contrôles au faciès. La peur. Boubou sait qu’il peut être embarqué par la police. Mais il n’a plus peur. En Mauritanie, il a été torturé, emprisonné pour avoir simplement manifesté. Ici, il survit.

Toute ma solidarité avec ces « sans papiers »… mais plus sans voix, grâce au collectif qui les soutient. Bravo, et merci.

19696983
source

un grand MERCI à Carola Rackete, une jeune femme qui en a (des gonades ;) #SeaWatch

A propos de celle par qui le scandale arrive… je veux parler de celui de toutes ses morts que l’Europe a déjà sur la conscience, celles de cette véritable guerre faite aux pauvres venant d’ailleurs, et de la tragique et coupable impuissance des instances européennes, que l’Histoire jugera cruellement, comme il se doit… Aussi, merci à Carola Rackete,, qui sauve (en partie seulement, tant le préjudice est énorme, et indicible) notre honneur perdu… 

je tenais à réagir au titre que j’ai retenu dans ma sélection d’infos du jour à celui du Parisien, qui qualifie si médiocrement (même avec des guillemets) cette courageuse capitaine d’un navire humanitaire … d’emmerdeuse.  Voilà qui me défrise fortement. Non seulement parce que c’est là reprendre les mots mêmes de ce facho auquel je m’oppose si frontalement, qui est de surcroit – une honte internationale absolue pour l’Italie à mon sens – le ministre de l’Intérieur …

«Ceux qui se foutent des règles doivent en répondre, je le dis aussi à cette emmerdeuse de capitaine du Sea-Watch qui fait de la politique sur la peau des immigrés, payée par on ne sait qui» (Mattéo Salvini, ici)

… Mais aussi notamment parce que c’est placer là le débat sur des affaires d’affects et d’émotions, quand la situation est de toute autre nature, et nécessite un peu plus de hauteur de vue, et d’analyse rationnelle, loin de toute idéologie xénophobe et exclusivement punitive. Certes, voilà une femme qui reste fidèle à elle-même comme à ses convictions, qui sont aussi les miennes ¹. Mais c’est aussi et avant tout le capitaine d’un navire qui assume jusqu’au bout ses responsabilités.  Et oui, elle en a (des gonades).  Elle savait très bien ce qu’elle faisait, et ce qu’elle risquait ² face à cette ordure raciste aux références si volontiers fascistes qu’est Salvini. Mais son acte m’apparait d’autant plus intéressant à saluer qu’il pose concrètement, de manière purement opérationnelle,  la question aux autorités européennes de leur totale incompétence commune à gérer ce sujet, en permettant que des règles d’accueil de réfugié.e.s soient si disparates (et donc leurs droits si constamment bafoués, sans la moindre sanction ni mesure réellement dissuasive) entre les différents pays dits « européens ».  Ne permettent-ils pas à certains, comme l’Italie ou la Hongrie, en raison de leur grave incurie maintens fois soulignées en la matière, d’avoir des règles en totale contradiction tant avec les conventions internationales qu’envers le droit maritime applicable à tous, sans distinction .

« We are proud of our captain, she did exactly the right thing. She upheld the law of the sea and brought people to safety. »

«leurs vies sont plus importantes que les jeux politiques».

En outre, il ne faut pas négliger le fait que, loin de toute idéologie d’aucune sorte, Carola Rackete a pris une décision purement pragmatique : en l’absence de réponses, il fallait bien qu’elle trouve un lieu d’accueil pour des personnes en situation de survie ( 40 migrants secourus au large de la Libye, bloqués à bord depuis 17 jours) et ne pouvait indéfiniment faire des ronds dans l’eau. Je ne sais pas ce qu’auraient de pertinent à répondre à cela les habituelles têtes de nœud au front bas que je brocarde régulièrement ici. Si ce n’est leur triste litanie qu’ils ne s’appliqueraient pas à eux mêmes en pareil cas : qu’ils retournent chez eux. Comme j’aimerais qu’ils se voient appliquer – ces résidus de fonds de capote bouchés à l’émeri –  pareille sentence inhumaniste au possible… Quand on n’a plus de chez soi, qu’on provient d’un pays en guerre, miné par la famine et l’impossibilité de répondre à ses besoins fondamentaux, pour soi et encore pire pour sa famille et ses enfants, et que de surcroit selon son origine ethnique on peut purement et simplement être réduit en esclavage, à des traitements inhumains et dégradants (auxquels notre propre pays s’est d’ailleurs déshonoré en les y renvoyant) , et risquer la mort sous la torture, alors, n’est-il pas légitime et hors de toute autre considération que d’aller là où l’on a espoir qu’ils le soient ? Chacun.e, placé dans les mêmes conditions, ferait exactement la même chose.  C’est une décision purement rationnelle, qui n’a rien à voir  avec des considérations idéologiques à deux balles.

Cochon qui s’en dédit.

N’y a-t-il donc pas eu assez de morts en Méditerranée pour faire taire à tout jamais ces voix inhumanistes  si dissonantes ? Ce nationalisme minable, médiocre et totalement dépassé, d’où qu’il soit,  ne connaitra-t-il donc jamais de limites à cette aussi odieuse qu’ infamante, aujourd’hui comme hier,  soif de sang ? Une fois de plus, ce sont toujours les mêmes qui le paient, ce lourd tribu à sa survie,  pendant que d’autres pérorent, confortablement installé.e.s dans leur canapé à cracher des horreurs derrière un écran. Comme j’ai honte pour elleux…

[Et les commentaires que l’on peut lire ici sous l’article (du genre qui seront visés par cette mesure et ne connaitront plus cette inadmissible et honteuse impunité)  n’honorent franchement pas leurs auteurs. (Je m’étonne d’ailleurs qu’ils ne soient pas davantage modérés par le journal dont il s’agit, certains présentant de toute évidence un caractère délictueux… Mais bon, on ne sera pas étonné de savoir qu’il s’agit du Figaro, journal si peu suspect d’humanisme, même basique). ]

¹ «Nous les Européens avons permis à nos gouvernements de construire un mur en mer. Il y a une société civile qui se bat contre cela et j’en fais partie». idem.

² En l’espèce, une amende de 50 000 euros et la saisie du bateau, plus quelques années de prison si elle était reconnue coupable d’avoir favorisé l’immigration clandestine (passible de cinq à quinze ans de prison) et d’avoir résisté à un navire de guerre (dix années de prison) (source AFP)

Terrorisme d’extrême-droite : on a retrouvé l’assassin de Walter Lübcke. « Game over ». #NONazis

On me signale dans l’oreillette qu’on a enfin retrouvé le nazi qui a assassiné  l’élu allemand de la CDU Walter Lübcke, dont je parlais ici.

source

… il avait notamment posté des commentaires sur YouTube, sous le pseudonyme de « Game over ». Selon  Der Spiegel, il aurait demandé à un collègue de lui fournir un alibi pour la nuit du meurtre.

source

#reveillon2019 : attentat terroriste xénophobe à #Bottrop

C’est en Allemagne que cela se passe, la nuit du réveillon du nouvel an, dans la ville de Bottrop, précisément. Autant dire que la tribu des bas de plafond s’en fout, puisque c’est « pas chez nous ». Partout ailleurs, cela aurait été qualifié d’attentat terroriste. Mais pas chez nous, où la presse libre et non faussée l’évoque généralement en ces termes :

Capture.PNG

… Le mobile ne fait pourtant aucun doute dans l’esprit des autorités chargées de l’enquête :

 

«Les autorités estiment qu’il s’agit d’une attaque ciblée, motivée par l’hostilité du conducteur envers les étrangers», ont précisé le Parquet de Essen et la police de Münster, en charge de l’enquête. (source)

Celui qu’une certaine presse continue à présenter comme un simple « chauffard », un peu déséquilibré mentalement, un homme de 50 ans, a été placé en détention provisoire pour tentatives de meurtre. Il était « animé par une hostilité contre les étrangers selon la police« .

Capture.PNG

Doit-on demander à tous les schizophrènes de se désolidariser de cette attaque raciste ignoble ? ? Je demande, juste, rapport aux bas du front qui utilisent les mêmes vieilles ficelles ridicules…

On notera simplement que…

Capture.PNG

Voilà. CQFD.

 

Petit matériel de combat contre les clichés sur l’ #immigration

arton3972.jpg

Voilà. j’ai enfin trouvé une façon éducative et/ou pédagogique de fêter comme il se doit, bien qu’avec un peu de retard, la journée internationale des migrants. C’était hier, comme par exemple par le biais de ce prisme si particulier là, partout en France

Aussi, rien ne pouvait mieux tomber pour illustrer mon propos que cette interview du démographe François Héran (dont j’ai déjà parlé ici), titulaire de la chaire « Migrations et sociétés » au Collège de France, dans le journal du CNRS. Il sait quant à lui de quoi il parle, contrairement à tous ces bouffons de la fachosphère et autres petits producteurs de haine si généreusement médiatisés qui nous agitent obsessionnellement leurs grotesques épouvantails destinés à jeter de l’huile sur le feu du racisme et de la xénophobie pour assoir leur idéologie haineuse et mortifère. Je vous ai balisé son interview en quelques extraits. Ne me dites pas merci : partagez en les visuels, plutôt, afin de lutter efficacement contre la xénophobie ambiante…

Capture
.
Capture2
.
Capture5
.
Capture3
.

La fameuse phrase de Michel Rocard prononcée en 1989 selon laquelle « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » continue de sonner comme un slogan, mais elle ne décrit pas la réalité. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les populations des pays les plus pauvres, ceux où l’on gagne en moyenne moins de 1005 dollars par an et par personne, qui migrent le plus. Car pour migrer, il faut un minimum de moyens.

 

Le niveau de connaissance de la société est très faible sur les questions migratoires. Peu de nos concitoyens et de nos politiques savent par exemple que la France, proportionnellement à sa population, accueille finalement très peu de demandeurs d’asile.

Source

l’Etat de la gauche : mort clinique avancée sur l’#immigration

Capture.PNGFace à la même déclaration, que n’aurait on entendu en d’autres temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre…. Même le PS, si peu de gauche, s’en serait tout de même ému, autrefois, c’est dire. Voilà en effet un symptôme caractéristique (et si terrible en effet, d’où l’indignation justifiée d’Olivier) de ce mal terrible de l’époque, que je déplore…

Ce silence assourdissant…

On peut appeler cela comme on veut : Xénophobie, banalisation des idées d’extrême-droite jusque dans une certaine gauche qui n’en a plus que le nom,  opposition simpliste du social et de l’économique sur fond de pseudo-marxisme raciste/xénophobe et nationaliste opposant les travailleurs de souche et les envahisseurs étrangers…. qui feraient mieux de voler le pain des pauvres (dixit Méluche him self) chez eux directement plutôt qu’ici (suivez mon regard…). Curieuse conception internationaliste de la lutte des classes, n’est-il pas ? Un état de délabrement politique de la gauche sur cette question centrale, l’immigration, dont la cassure visible à l’occasion du fameux appel pour l’accueil des migrants est si caractéristique. Mais il est vrai, comme me le disait tout à l’heure l’un de mes interlocuteurs que l’immigration, ce n’est plus très rentable quand on veut ratisser large, jusqu’à l’électorat d’extrême-droite, quand on n’est pas ou plus très regardant…

Mais pendant ce temps là…

Capture.PNG
source

(c’était l’année dernière. je crains que ce ne soit encore pire cette année… cf. l’Aquarius, et les autres navires de sauvetage à présent disparus, empêchés… ).

fRance : pour une reconnaissance générale de la #xenophobie d’Etat

images« J’ai dit que j’étais mineur, ils ont éclaté de rire (…).   » J’ai présenté mes papiers guinéens et un homme [un policier] (…) a dit que ces papiers étaient des faux, il les a déchirés « . « Arrête-toi, on va tirer ». (etc. etc. etc… Jusqu’à quand ? Jusqu’où trop loin ? )

Jusqu’à quel niveau d’abjection faudra-t-il donc que nos autorités nationales et leur bras armé tombent pour que nos cons de citoyens se bougent enfin le cul, au sujet des migrants et du racisme ? Les propos outranciers se succèdent, les déclarations xénophobes se banalisent, y compris au plus haut sommet de l’Etat, les attaques et les harcèlements en bandes organisées envers ceux qui viennent en aide aux migrants sont de plus en plus courantes, et l’on va jusqu’à entraver les secours et agresser les personnels d’associations humanitaires, mais des personnalités politiques de premier plan peuvent pourtant les soutenir publiquement, en toute impunité, ces ordures de Génération identitaire, et sont en outre, comble de la complaisance, relayés  généreusement par des médias bien peu regardants quant à leur contenu…   Les petits producteurs de haine font leur beurre de ce commerce bien dégueulasse là, et le racisme se banalise outrancièrement grâce à eux à la une de nos journaux, dans nos télés, sur internet, au point que plus personne ne s’en étonne, et cela à un niveau inégalé depuis les années 30 et son antisémitisme ambiant. Aucun mouvement d’ampleur ne va donc enfin s’opposer à cette vague brune là, comme en Allemagne, où nos voisins sont un peu plus entreprenants et bien plus massivement mobilisés, conscients qu’ils sont du danger historique de ce rejet de l’Autre ? 

Pourtant, les faits sont de plus en plus probants, qui s’accumulent jour après jour dans notre pays et démontrent une réelle xénophobie d’Etat, dont les fonctionnaires ne respectent même plus ses propres lois. J’ai déjà évoqué bien des exemples qui nous montrent combien l’histoire bégaie, en ce moment, dans ce pays… Là, on nous interdit de nourrir les migrants, comme ailleurs et autrefois l’entrée des magasins étaient interdite au chiens… et aux juifs. Ici, on confisque leurs couvertures, on détruit leurs tentes, on les harcèle et on les violente… Là, on construit un mur , celui de la honte, pour les empêcher de passer… Là encore, un site s’en prend violemment à des militants de RESF sans que l’Etat ne daigne intervenir alors qu’il fait si facilement fermer des sites islamistes radicaux, ce qui démontre clairement que la solution technique existe. Nous en sommes à un point où c’est la justice elle-même qui doit contraindre l’Etat à faire respecter la dignité des migrants, et à lui rappeler notre devoir de fraternité, et  il faudrait se taire ? Attendre que la Commission Nationale Consultative des Droits Humains elle-même accuse l’état français de xénophobie ? Que la police française falsifie des papiers d’étrangers mineurs pour les renvoyer en Italie ? Que des associations et des avocats constatent régulièrement les violations flagrantes des droits des étrangers à des niveaux insupportables sans que quiconque ne s’en émeuve ? Que même une mission d’enquête parlementaire ne suffise pas à faire bouger les pouvoirs publics, alors qu’elle a si clairement  constaté sur le terrain les nombreuses exactions et manquements en matière de droits, comme ici à Menton auprès de la PAF ?

Aujourd’hui, pourtant, l’action d’un Cédric Herrou  (dont j’ai vu le film admirable qui lui était consacré, ainsi qu’à celles et ceux qui l’entourent), n’est plus un cas isolé.  De plus en plus de français viennent en aide aux migrants dans une discrétion et un dévouement qui les honore. Mais ils sont à bout de souffle, et une mobilisation collective devient indispensable pour perpétuer leur action humanitaire et humaniste. De nombreuses associations et institutions dénoncent donc le silence de l’Etat et du gouvernement sur ce qui est en train de se passer à la frontière italienne, où les autorités de ce pays violent leurs propres lois…. Tout en se posant en rempart contre la peste brune qui s ‘étend sur l’Europe. Quel cynisme, quelle hypocrisie….

Capture.PNG
source

…. Jusqu’à quand tolérerons nous cela sans réagir ? Jusqu’où ce climat délétère et suffocant dans notre pays pourra-t-il se perpétuer sans que nous ne réagissions massivement ? Ceux qui viennent en aide aux migrants dans ce pays, comme ceux qui viennent en aide aux plus démunis, et qui les portent depuis tant et trop d’années à bout de bras,  ont besoin d’être relayés, et leur mouvement amplifié. Pourtant, qui choisissent de relayer plus généreusement les médias, au point qu’ils en deviennent plus visibles, et qu’on puisse avoir l’impression si l’on ne regarde que la télé à des heures de grande écoute que leur opinion si détestable est pourtant majoritaire ?

Voilà, c’est tout. CQFD. Etat, médias et fachos complices de la peste brune qui est là, et tente d’envahir par sa propagande xénophobe notre espace mental.

Mais là aussi, no pasaran. Agissons. Chacun.e selon ce qu’il peut, et doit. Merci. Et Vive la solidarité. N’est-ce pas le meilleur rempart contre la bêtise humaine ?

Bientôt un régime d’Apartheid en Italie ?

La politique de ségrégation raciste de Salvini est de plus en plus inquiétante…

Capture.PNG
source

Restriction drastique des séjours humanitaires et des demandes d’asile, étrangers  désignés comme étant un  » danger public « , cantines et bus scolaires interdits aux enfants d’immigrés à Lodi…  C’est quoi la prochaine étape ? Le port d’un signe distinctif obligatoire cousu sur les vêtements ? Je ne comprends pas que l’Europe, là comme pour la Hongrie, laisse s’accumuler tant de signes caractéristiques de la mise en place progressive d’un régime aussi discriminatoire  et attentatoire aux droits humains les plus élémentaires sans lever le petit doigt.

Post-scriptum : et ça continue… C’est exagéré de parler d’épuration ethnique ou bien ?

Capture.PNG
source

photothèque de la #fachosphère : sachons reconnaître les néo-nazis 1. Génération Identitaire

Et si on les prenait à leur propre piège ? Eux qui n’aiment rien tant que la sur-médiatisation de leurs petites opérations commandos de supermarché grotesques,  visant exclusivement à véhiculer leur petite image et leurs petits égos sur-dimensionnés par une médiocre propagande xénophobe,  exposons  les donc en pleine lumière, puisqu’ils aiment tant ça…

Mais  au fait, qui sont ces gens qui se sentent pousser des ailes en renvoyant des étrangers vers la mort ? Ces racailles qui s’opposent aux secours en mer ? Ces ordures qui agressent les humanitaires comme à Marseille avec SOS Méditerranée ?

IMG_20181008_202151
source : compte twitter Romain Espino.

Qui sont ces inhumanistes là, qui se sentent investis d’une mission sacrée en allant chasser les migrants, les réfugiés,  hommes,  femmes et enfants, à travers les Alpes ?

Capture
source : leur site (opération defend Europe dans les alpes, voir ici plus de détails, et d’autres photos)

On me dit dans l’oreillette que j’exagérerais en les qualifiant de néo-nazis. Pour ma part, pourtant, seul le mot néo est de trop… Car c’est probablement que vous ne les connaissez pas comme moi, que vous ne savez pas quelles racailles agissent en leurs rangs, quels suprémacistes blancs ils ont pour membres, et que vous n’avez pas lu leur… (Hé oui, tout est dit, vous avez bien lu)  :

CaptureCapture2

Bien des termes nous renvoient en effet aux heures les plus sombres de notre histoire, n’en déplaisent à ces bas du front qui se veulent si jeunes et si modernes, mais qui occultent pourtant opportunément cette part de l’histoire qui leur ressemble tant,  (suffit de remplacer Moshe par Kader), comme ce terrible  » Terre, sang et identité »…  Comme un écho du  « Blut und Ehre » des Jeunesses hitlériennes… et cette volonté farouche de ne surtout pas lire de livres d’histoire qui ne seraient pas conformes à leur fable pour enfants du roman national, ce manque de distanciation historiographique manifeste à la gloire de soi-disant « grands personnages », exaltant le nationalisme, le colonialisme,  le patriarcat des mâles blancs dominants… avec la bénédiction d’une église bien peu regardante sur l’amour de son prochain…

Capture.PNG

(sur Présent)

De ce retour de l’épidémie de peste brune là, nous n’en voulons pas.  Aussi, faire connaître ces noms, et ces visages, c’est faire œuvre de salubrité publique. Faites passer.

Pas de fachos dans nos quartiers.

Post-scriptum : et l’on notera qu’une fois de plus, comme je ne cesse de le dénoncer en le démontrant article après article, RT (Russia Today)  est de nouveau pris en flagrant délit d’étrange proximité avec les militants d’extrême-droite… On les voit en effet à cette occasion tendre un micro et une caméra complaisante à Clément Galant, l’un de leurs petits caporaux, aux côtés d’Espino, plus connu…

Capture.PNG

Post-scriptum : et devant le succès que connait ce billet de blog, j’ai décidé à l’unanimité de ma section antifasciste autonome, de compléter cette collection de bas du front, en regroupant ici toutes les photos de militants néo-nazis de génération identitaire que j’ai collectées sur internet, avec leur source. ça leur fera les pieds. Et toc.

Capture.PNG
source
ob_350ec9_gi-calais.jpg
source

/

10291107_526199340822213_7622945822052056112_n
source
generation-identitaire-prend-le-tramway.jpg
source

.

Manifestation-Génération-Identitaire-1.jpg
source

.

1018016-meeting-de-marine-le-pen-a-lille-59-le-26-mars-2017.jpg
source

.

toulouse-qui-sont-les-identitaires.JPG
source

.

0089_jeunese_identitaire.jpg
source :  le Chat qui Fouine – WordPress.com

… et qu’on n’aille pas me faire un mauvais procès en outing.  Ces photos sont publiques, et accessibles à tous, suffit de googliser un peu. Et toc. ça vous apprendra à faire les fanfarons… Vous allez être célèbres, les fafounets.

Capture.PNG

Pour l’accueil des migrants

870x489_img_2747.jpg
source

Les rédactions de Regards, Politis et Mediapart s’associent afin de lancer le Manifeste Pour l’accueil des migrants signé par 150 intellectuels, artistes, militants associatifs, syndicalistes et personnalités de la société civile.

Regards, Politis et Mediapart ont aussi lancé une pétition : signez-la et partagez-la !

Partout en Europe, l’extrême droite progresse. La passion de l’égalité est supplantée par l’obsession de l’identité. La peur de ne plus être chez soi l’emporte sur la possibilité de vivre ensemble. L’ordre et l’autorité écrasent la responsabilité et le partage. Le chacun pour soi prime sur l’esprit public.
Le temps des boucs émissaires est de retour. Oubliées au point d’être invisibles, la frénésie de la financiarisation, la ronde incessante des marchandises, la spirale des inégalités, des discriminations et de la précarité. En dépit des chiffres réels, la cause de nos malheurs serait, nous affirme-t-on, dans la « pression migratoire ». De là à dire que, pour éradiquer le mal-être, il suffit de tarir les flux migratoires, le chemin n’est pas long et beaucoup trop s’y engagent.

Nous ne l’acceptons pas. Les racines des maux contemporains ne sont pas dans le déplacement des êtres humains, mais dans le règne illimité de la concurrence et de la gouvernance, dans le primat de la finance et dans la surdité des technocraties. Ce n’est pas la main-d’œuvre immigrée qui pèse sur la masse salariale, mais la règle de plus en plus universelle de la compétitivité, de la rentabilité, de la précarité.

Nous ne ferons pas à l’extrême droite le cadeau de laisser croire
qu’elle pose de bonnes questions. Nous rejetons ses questions, en même temps que ses réponses.

Il est illusoire de penser que l’on va pouvoir contenir et a fortiori interrompre les flux migratoires. À vouloir le faire, on finit toujours par être contraint au pire. La régulation devient contrôle policier accru, la frontière se fait mur. Or la clôture produit, inéluctablement, de la violence… et l’inflation de clandestins démunis et corvéables à merci. Dans la mondialisation telle qu’elle se fait, les capitaux et les marchandises se déplacent sans contrôle et sans contrainte ; les êtres humains ne le peuvent pas. Le libre mouvement des hommes n’est pas le credo du capital, ancien comme moderne.

Dans les décennies qui viennent, les migrations s’étendront, volontaires ou contraintes. Elles toucheront nos rivages et notre propre pays, comme aujourd’hui, aura ses expatriés. Les réfugiés poussés par les guerres et les catastrophes climatiques seront plus nombreux. Que va-t-on faire ? Continuer de fermer les frontières et laisser les plus pauvres accueillir les très pauvres ? C’est indigne moralement et stupide rationnellement. Politique de l’autruche… Après nous le déluge ? Mais le déluge sera bien pour nous tous !

Il ne faut faire aucune concession à ces idées, que l’extrême droite a imposées, que la droite a trop souvent ralliées et qui tentent même une partie de la gauche. Nous, intellectuels, créateurs, militants associatifs, syndicalistes et citoyens avant tout, affirmons que nous ne courberons pas la tête. Nous ne composerons pas avec le fonds de commerce de l’extrême droite. La migration n’est un mal que dans les sociétés qui tournent le dos au partage. La liberté de circulation et l’égalité des droits sociaux pour les immigrés présents dans les pays d’accueil sont des droits fondamentaux de l’humanité.

Nous ne ferons pas à l’extrême droite le cadeau de laisser croire qu’elle pose de bonnes questions. Nous rejetons ses questions, en même temps que ses réponses.

Christophe AGUITON sociologue, Christophe ALEVEQUE humoriste et auteur, Pouria AMIRSHAHI directeur de Politis, Ariane ASCARIDE comédienne, Jean-Christophe ATTIAS universitaire, Geneviève AZAM économiste, Bertrand BADIE politiste, Sébastien BAILLEUL DG du CRID, Josiane BALASKO comédienne, Étienne BALIBAR philosophe, Ludivine BANTIGNY historienne, Pierre-Emmanuel BARRE auteur, humoriste, Lauren BASTIDE journaliste, féministe, Christian BAUDELOT sociologue, Edmond BAUDOIN auteur, dessinateur de BD, Alex BEAUPAIN auteur, compositeur, interprète, François BEGAUDEAU écrivain, Yassine BELATTAR humoriste, Hourya BENTOUHAMI philosophe, Alain BERTHO anthropologue, Pascal BLANCHARD historien, Romane BOHRINGER comédienne, Benoît BORRITS chercheur militant, Patrick BOUCHAIN architecte, Alima BOUMEDIENE-THIERY avocate, Rony BRAUMAN médecin, cofondateur de MSF, Michel BROUE mathématicien, Valérie CABANES juriste internationale, Hélène CABIOC’H présidente de l’Ipam, Julia CAGE économiste, Robin CAMPILLO réalisateur, Aymeric CARON écrivain, journaliste François CHAIGNAUD chorégraphe, Patrick CHAMOISEAU écrivan, Paul CHEMETOV architecte, Monique CHEMILLIER-GENDREAU juriste, Mouhieddine CHERBIB Respect des libertés, Jean-Louis COHEN historien, Cristel CORNIL enseignante-chercheuse, Marie COSNAY écrivaine, Annick COUPE syndicaliste, Alexis CUKIER philosophe, Jocelyne DAKHLIA historienne, Jean-Michel DAQUIN architecte, Françoise DAVISSE réalisatrice, Philippe DE BOTTON président de Médecins du monde, Laurence DE COCK historienne, Catherine DE WENDEN politologue, Christine DELPHY féministe, Christophe DELTOMBE président de la Cimade, Rokhaya DIALLO journaliste, écrivaine, Georges DIDI-HUBERMAN philosophe, Bernard DREANO président du Cedetim, Michel DRU anesthésiste-réanimateur, Françoise DUMONT présidente d’honneur de la LDH, Annie ERNAUX écrivaine, Éric FASSIN sociologue, anthropologue, Corentin FILA comédien, Geneviève FRAISSE philosophe, Bernard FRIOT économiste et philosophe, Isabelle GARO philosophe, Amandine GAY réalisatrice, Raphaël GLUCKSMANN essayiste, Yann GONZALEZ réalisateur, Robert GUEDIGUIAN réalisateur, Nacira GUENIF sociologue et anthropologue, Janette HABEL politologue, Jean-Marie HARRIBEY économiste, Serge HEFEZ psychanalyste, Cédric HERROU militant associatif, Christophe HONORE réalisateur, Eva HUSSON réalisatrice, Thierry ILLOUZ auteur et avocat pénaliste, Pierre JACQUEMAIN rédacteur en chef de Regards, Geneviève JACQUES militante associative, Chantal JAQUET philosophe, JULIETTE chanteuse parolière et compositrice, Gaël KAMILINDI pensionnaire de la Comédie-Française, Pierre KHALFA syndicaliste et coprésident de la Fondation Copernic, Cloé KORMAN écrivaine, Bernard LAHIRE professeur de sociologie à l’ENS de Lyon, Nicole LAPIERRE anthropologue et sociologue, Mathilde LARRERE historienne, Henri LECLERC président d’honneur de la LDH, Raphaël LIOGIER sociologue et philosophe, Isabelle LORAND chirurgienne, Germain LOUVET danseur étoile de l’Opéra de Paris, Gilles MANCERON historien, Philippe MANGEOT enseignant, Patrice MANIGLIER philosophe, Philippe MARLIERE politologue, Roger MARTELLI historien et directeur de la publication de Regards, Christiane MARTY ingénieure-chercheuse, Corinne MASIERO comédienne, Gustave MASSIAH altermondialiste, Nicolas MAURY comédien, Marion MAZAURIC éditrice, Caroline MECARY avocate, Philippe MEIRIEU pédagogue, Phia MENARD jongleuse performeuse et metteure en scène, Céline MERESSE présidente du CICP, Guillaume MEURICE auteur et humoriste, Pierre MICHELETTI médecin et écrivain, Jean-François MIGNARD secrétaire général de la LDH, Véronique NAHOUM-GRAPPE anthropologue, Stanislas NORDEY directeur du Théâtre national de Strasbourg, Ludmila PAGLIERO danseuse étoile à l’Opéra de Paris, Willy PELLETIER sociologue, Nora PHILIPPE auteure et réalisatrice, Thomas PIKETTY économiste, Edwy PLENEL journaliste et cofondateur de Mediapart, Emmanuel POILANE président du CRID, Thomas PORCHER économiste, Didier PORTE humoriste, Mathieu POTTE-BONNEVILLE philosophe, Olivier PY auteur metteur en scène et directeur du Festival d’Avignon, Bernard RAVENEL historien, Éric REINHARDT écrivain, Prudence RIFF co-présidente du FASTI, Michèle RIOT-SARCEY historienne, Vanina ROCHICCIOLI présidente du Gisti, Paul RODIN directeur délégué du festival d’Avignon, Marguerite ROLLINDE politologue spécialiste du Maghreb, Alexandre ROMANES cofondateur du cirque Romanès, Délia ROMANES confondatrice du cirque Romanès, Paul RONDIN directeur délégué du Festival d’Avignon, Alain RUSCIO historien, Malik SALEMKOUR président de la LDH, Sarah SALESSE avocate, Christian SALMON écrivain, Odile SCHWERTZ-FAVRAT ex-présidente de la Fasti, Denis SIEFFERT président de la SAS Politis, Catherine SINET directrice de la rédaction de Siné Mensuel, Evelyne SIRE-MARIN magistrat, Romain SLITINE enseignant à Sciences Po, Pierre TARTAKOWSKY président d’honneur de la LDH, Lilian THURAM fondation Lilian Thuram-Éducation contre le racisme, Sylvie TISSOT sociologue, Michel TOESCA acteur et réalisateur, Marie TOUSSAINT militante associative et présidente de Notre affaire à tous, Assa TRAORE comité Adama, Enzo TRAVERSO historien, Catherine TRICOT architecte-urbaniste, Aurélie TROUVE altermondialiste et agronome, Fabien TRUONG sociologue, Michel TUBIANA président d’honneur de la LDH, Dominique VIDAL-SEPHIHA journaliste, Jean VIGREUX historien, Thierry VILA écrivain, Arnaud VIVIANT écrivain et critique littéraire, Sophie WAHNICH historienne, Jacques WEBER comédien, Serge WOLIKOW historien.

Associations
Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT), Auberge des migrants, Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants (BAAM), CCFD – Terre solidaire 93, Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM), Centre international de culture populaire (CICP), Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM), Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Coordination 75 des sans-papiers, Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers, CSP92, DIEL, Fédération des associations de solidarité avec tous·te·s les immigré·e·s (Fasti), Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Gisti, Initiatives pour un autre monde (IPAM), La Cimade, Ligue des droits de l’homme, Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie, Roya citoyenne, Syndicat des avocats de France (SAF), Union juive française pour la paix (UJFP), Utopia 56.

Nota bene :

Je doute que ce manifeste soit publié par d’autres journaux que ceux qui se sont d’emblée associés à son écriture, tant il contrarie à la fois l’idéologie et les intérêts  dominants qui dictent la plupart des médias mainstream, unis en un même quasi monopole de l’information, au point que tant de gens s’en détournent, à juste titre. (Dommage que ce soit le plus souvent pour s’égarer dans les limbes du confusionnisme politique et les sites complotistes et/ou de désinformation relayant des fake news grotesques, ce qui n’est guère mieux…). C’est pourquoi je tenais à  partager ce manifeste également ici, puisqu’il correspond à mes propres convictions sur le sujet. Toutefois, j’y souscris en pleine possession de mes moyens et de mon esprit critique, dont je vais vous livrer quelques observations, afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté dans l’esprit de mes camarades antifas, dont je note que les organisations politiques et syndicales auxquelles ils appartiennent en général (quand ils sont inscrits quelque part…) ne l’ ont pas signé. J’y souscris également sous la réserve que je n’ai pas investigué outre mesure sur le comportement de chacun.e des signataires, ni de leurs organisations respectives, et sur leur éventuelle antifa-compatibilité… Je n’apporte ici mon approbation que sur ce seul texte, dont je partage les grandes lignes.

Tout d’abord, je précise que je ne me sens pas vraiment solidaire de Politis, qui a longtemps contenu des articles, et des auteurs complotistes, plus bruns que rouges, dont certains sur lesquels je me suis déjà exprimé ici sont allés jusqu’à soutenir des dictatures, et ont tenu des propos d’une désinformation telle qu’ils ne peuvent être qualifiés autrement et de bonne foi que comme complotistes, et confusionnistes,  ce qui devrait être contraire à tout esprit dit « de gauche ». Cet auteur dont on pourra vérifier la justesse de ma perception au fait qu’il prenne à présent  le parti de Rhabi, cet illusionniste environnemental au positionnement politique, sociétal (ainsi, son positionnement homophobe injustement méconnu),  et aux fréquentations plus que douteuses, contre Mallet, et qui est complaisamment relayé par Le Média, comme tant d’autres personnalités particulièrement problématiques, dont Lacroix-Riz ou Asselineau ou Polony ne sont pas les moindres…

Je n’ai pas goûté non plus la dernière publication de Regards, que je considère personnellement pour avoir été adhérent d’Ensemble (CléPierrick Tillet,Rhabi, Mallet,mentine Autain) autrefois, avant de faire le grand saut vers l’antifascisme résolu, comme l’un de ses organes d’expression, et donc satellite de LFI. Or, quelle ne fut pas ma surprise d’y voir si ouvertement accueilli Berruyer, du blog Les Crises, dont j’ai fait la démonstration ici qu’il se livrait si volontiers à la propagande Assadiste, et soutenait Poutine, lui qui n’hésite jamais à se fourvoyer dans son porte-voix médiatique si discutable, Russia Today, cette usine à fake news sur laquelle  je me suis aussi  exprimé à plusieurs reprises ici, dénonçant sa connivence sur le terrain local avec les militants identitaires, et dont la patronne est raciste.

Capture.PNG

Quant à Médiapart, dont je ne dénie pas l’apport de ses investigations sur l’apurement de notre fonctionnement démocratique par la lumière qu’elles peuvent parfois jeter,  qui contribuent en de nombreux cas à faire apparaitre certains scandales, conflits d’intérêts et corruptions à combattre absolument, je pourrais dire simplement en substance que son patron n’est pas toujours exempt de tout reproche (sic), et qu’il est profondément regrettable à mon sens que son site puisse abriter ce qu’ils nomment  « le club », et sa galaxie de blogs improbables ¹, dont certains  vont même jusqu’à attaquer frontalement les antifas en répandant une médiocre propagande d’extrême-droite, comme ici :

Capture

… source [At]https://blogs.mediapart.fr/pilule-rouge/blog/240318/vincent-lapierre-agresse-par-des-antifas-et-des-policiers

Sur Vincent Lapierre (ancien proche de Soral),  dont il convient de se méfier comme de la peste (brune) dont il est l’un des vecteurs certains, pour son médiocre « travail » au seul et clair profit de l’extrême-droite, un dossier ici.

¹ Des blogs dont Médiapart se défausse de toute responsabilité alors qu’ils abritent des publications qui vont à l’encontre non seulement de toute valeur de gauche, mais simplement de la loi (le racisme, le sexisme et l’homophobie sont un délit). Je ne me départis pas quant à moi  de mes responsabiltiés quant au contenu des commentaires que ce blog abrite, raison pour laquelle je supprime ceux qui y contreviennent par leur expression de propos que je réprouve, et que la loi condamne, à juste titre.