Rocard, 82 ans, has been ma non tropo

lagauchenaplusdroitalerreurQuand j’étais jeune et pas encore en âge de me faire une idée précise  des positionnements politiques des uns et des autres, je pensais que Rocard, par rapport à Mitterand,  était un dangereux  gauchiste… Il attirait donc ma sympathie, d’autant plus qu’il s’y opposait clairement, idéologiquement parlant. Toutefois, son langage était moins clair, on ne comprenait effectivement (comme certaines marionnettes  l’ont assez raillé… ) pas tout ce qu’il disait, tant y régnait une certaine confusion.

Aujourd’hui, je viens de lire ses propositions et ses « solutions pour l’économie » m’apparaissent plus clairement pour ce qu’elles sont : un positionnement libéral de centre gauche…

– Retraite à 65 ans, et pourquoi pas au delà puisqu’il estime que l’âge ne doit pas être un repère indétrônable du départ à la retraite

-« ralentissement » dans la réduction des déficits pour prendre en compte la leçon des erreurs des économistes du FMI qui, faute d’avoir entendu à temps le discours que nous avions d’emblée à ce sujet au Front de Gauche, nous entraînent dans la récession, par le poids de plus en plus lourd du chômage et de la baisse des salaires qui génèrent une dangereuse diminution de la consommation, pour se conformer provisoirement à la doxa  keynesienne… Un point de vue qui montre selon moi l’intelligence (il faut lui reconnaître cela) économique de Monsieur Rocard.

– diminution du temps de travail, sous l’influence manifeste de Larrouturou , dont c’est le Leitmotiv assumé  (j’en profite d’ailleurs pour le remercier au passage de l’envoi de son livre…). Une contrepartie à leurs yeux acceptables de l’allongement de l’âge de départ à la retraite, assortie pour les entreprises  bien sûr d’une baisse des cotisations….

J’ai bien aimé le clou de cet article qui est que « L’amputation du pouvoir d’achat est imbécile, alors que le pays a besoin de davantage de consommation. » Nous ne cessions de le marteler, et voilà que Mr Rocard deviendrait de ce point de vue Mélenchonniste ? Je souris…. Jaune. Car je ne suis à présent plus vraiment dupe du positionnement politique  de ces gens là…

Tout cela pour souligner une lapalissade, qu’il me semble cependant important de souligner, face à l’assurance si volontiers insultante de certains jeunes libérés de tous tabous, y compris ceux des canons usuels de la politesse : la culture politique, ça s’entretient, s’améliore, se nuance, se précise et se détaille avec le temps… Et si j’étais resté avec ma vision de jeune trouduc (je parle là volontairement, par ironie, en vieux con), je pourrais éventuellement faire un billet au ton exagéré, en termes d’analyse politique, d’une manière ou d’une autre… Rocard serait alors trop de droite ou pas assez de gauche. Alors qu’il a toujours été finalement un peu la même chose : au centre, mesuré, réfléchi, nuancé, et plus complexe que l’époque ne voudrait nous y obliger… Tous. Car effectivement, l’époque et les outils nous obligent parfois (voire souvent) pour nous montrer plus visibles, à adopter un positionnement volontiers caricatural…

La vérité est toujours plus nuancée. Et je l’écris d’autant plus aisément que je viens ici tous les jours jouer mon rôle… De gauche. Vraiment. Ce qui n’empêche nullement la distance. Comme Magritte pouvait écrire « ceci n’est pas une pomme’, je suis et ne suis pas Gauchedecombat. Mais moi, un être infiniment plus complexe que ma maîtrise de l’écrit, ou plutôt les limites inhérentes au langage ne me le permettent. Les contradictions inhérentes à l’âme humaine ne sont effectivement pas toujours traduisibles par le discours… Ce qui compte le plus n’est-il pas finalement, pour le bavard à l’oral comme à l’écrit, ce qui est en filigrane sous le texte ?

J’ai nommé : l’intraduisible. L’humain. D’abord. Là aussi. Je peux ainsi par exemple  ne pas être d’accord avec les propositions de Mr Rocard, mais néanmoins en souligner l’apport utile pour le débat démocratique, sans me ressentir forcément comme un social traître… Car lui, au moins, me semble un peu plus innovant malgré son âge avancé, avec l’aide il est vrai  de Larrouturou, qu’un certain gouvernement excessivement  prudent et à mon sens inefficace, alors que l’époque nécessite de toute urgence de la créativité dans les propositions politiques liées à l’emploi… Un point central, fondamental, sur lequel ce que j’ai vu n’agit qu’à la marge. Quand cela n’entérine pas purement et simplement les orientations du Medef… Rocard serait-il donc en l’espèce plus de gauche que Hollande ? C’est à croire… Principe de réalité nuancée.

.