en Macronie, « la précarité détruit nos vies ». Agissons. #pauvreté #anticapitalisme #antifa

Quand j’ai pris connaissance de cette information, un sentiment d’horreur mêlé de révolte m’a saisi. Quelle souffrance et quel désespoir il fallait endurer pour se livrer à pareille extrémité face à laquelle les mots paraissent bien faibles… J’ai aussitôt repoussé mon clavier, fermé mon portable, et suis allé me changer les idées ailleurs, touché par pareille information.

Mais alors qu’en temps ordinaire, je ne l’aurais pas évoqué, les motivations de cet acte m’ont obligé à le relater ici, par solidarité avec ce jeune homme. Voilà de quoi il s’agit :

source

Certains journaux peu scrupuleux ont prétendu qu’on ne connaissait pas les raisons de cet acte désespéré. Elles ne souffrent pourtant guère d’ambiguïté, et je comprends que certains ne se soient pas empressés de les exposer en public. Silence gêné en Macronie, où le seul être digne de survie serait celui qui « s’en donne la peine » et bosse pour se payer un costume, à l’instar de la polémique engendrée par une certaine chroniqueuse de l’Incorrect et la violence de sa vision ultra-libérale, ça ferait tache, ce genre de message en effet éminemment politique :

D’aucuns préféreront balayer l’acte d’un fou, ou plutôt d’un « déséquilibré », comme l’ont dit plus pudiquement aujourd’hui. Pourtant, dans ces mots, je ne vois rien qui ne soit déraisonnable, mais plutôt une analyse à froid de notre monde comme il va (: mal), et de la situation de trop grande précarité financière imposée à nos jeunes étudiant(e)s, ainsi qu’à l’absence de perspectives d’avenir, si ce n’est…

source

C’est pourquoi je ne peux que relayer ce communiqué des Solidaires :

Quand le Canard montre la lune, Eckert et Sapin regardent le doigt

.

Capture

.

Le Canard enchainé du jour vient de publier une liste des 50 contribuables français les plus fortunés qui, en 2015, ont payé peu ou pas d’ISF, grâce à la règle édictant qu’au-delà de 75 % des revenus l’impôt devient « confiscatoire ».

Capture
source

Comme le dit Marianne (que je n’apprécie pas particulièrement (mais nécessité fait loi), cette démonstration du canard enchaîné met très clairement le Président Hollande devant ses responsabilités, et ses « effets de manche » pas vraiment suivis d’effets, qui en font indubitablement le roi des tartuffes, lui qui voulait alors singer Mélenchon…   :

« Mon ennemi c’est la finance ». Si on doutait encore que cette sortie de François Hollande n’était qu’un effet de manche, le Canard enchainé, document à l’appui, vient définitivement en faire la démonstration ce 8 juin.

Et au lieu de battre sa coulpe et de faire réétudier sérieusement notre modèle fiscal si manifestement défaillant, devinez quelle fut la seule urgence de ce  gouvernement face la révélation de ce scandale ?

CkarNa9XAAAhfLl.jpg large

Plutôt que d’agir en profondeur contre un tel scandale, punir le messager. On voit donc bien là quels intérêts ce gouvernement défend.. « Couvrez cet affreux corps du délit que je ne saurais voir… « . Mais c’est trop tard, tout le monde le voit : le roi est nu. CQFD

post-scriptum : et pendant ce temps là, l’un des leurs, Cahuzac, tente de limiter les poursuites... Honte de rien.

Libération a fait caca 40. Il est content.

CizdlX5WYAA0E_XOn ne peut que se perdre en conjectures sur les raisons précises et personnelles pour lesquelles un certain nombre de premiers signataires de »l’Appel des 40 au cac 40″, publié par Libération, journal si peu gauchiste,  l’ont fait. L’auraient-ils signé dans un mouvement de panique face à la peur que leur inspire la formidable mobilisation contre la loi El Khomri, dont les motivations la dépassent ? Seraient-ils soudain pris de scrupules devant l’audace de leurs semblables, libéraux,  qui soutiennent cette loi de nature à précariser les salariés et à niveler les salaires vers le bas ? La colère populaire qui s’exprime en ce moment dans les rues et s’exprimera demain dans les urnes comme dans l’abstention volontaire  ferait-elle changer la peur de camp  ?

Plus sérieusement, mon premier sentiment à la lecture de ce texte est que ces gens se paient de bons sentiments, de bons mots, et de belles paroles qui ne seront jamais suivies d’effets. Surtout quand on connait le positionnement politique de la plupart, si peu alternatif, si peu révolutionnaire, et si peu préoccupé de rompre avec le libéralisme cupide et prédateur qui conduit à l’état de fait qu’ils dénoncent, à juste titre. Surtout quand ils en vivent, et si bien. Le simple fait de proposer sans rire de plafonner les rémunérations des grands patrons à 100 fois le smic  – montant colossal et choquant pour la plupart d’entre nous – quand depuis des années Mélenchon, que je ne suis pas forcément, mais à qui il faut rendre cela, propose quant à lui de plafonner celles-ci à « 20 fois le salaire le plus bas », voilà qui relève d’un étrange trouble occultant de la vision politique… En outre, constater qu’aucune personnalité politique de gauche, du pcf, du PG, du NPA, d’Ensemble n’est associé à ce texte en dit long sur son degré de gauchitude. Je ne mêlerai pas ma voix à ce grotesque et hypocrite pet de mouche sur une toile cirée.

Ces gugusses feraient mieux d’unir leurs forces  pour concourir à la suppression de cette loi dont personne ne veut et qui génère tant de violence et d’incompréhension, renforçant dangereusement le sentiment d’injustice.

Post-scriptum : contacté par Libération, l’Union syndicale Solidaires a donné une fin de non recevoir à cet appel pour des raisons qu’il explicite ici.

il faut que la colère populaire s’exprime enfin.

CZGOeQSW0AAvgPw

« Puisqu’ils nous empêchent de rêver, nous les empêcherons de dormir »

Depuis mon plus jeune âge, enfin celui où la conscience politique commence à frémir, j’ai toujours été adepte de la non-violence et de la désobéissance civile pacifique. Il faut croire que je suis en train de vivre un processus inverse à celui généralement constaté, et que plus je vieillis, plus je me radicalise. Comment pourrait-il en être autrement quand on est d’une génération l’on nous a vendu Mitterand et Hollande pour du socialisme, et Valls ou Macron pour de la gauche ?  Le mépris de la volonté populaire à l’occasion du référendum de 2005, les nombreuses régressions sociales, la baisse du pouvoir d’achat, la généralisation de la précarité et le règne du salarié jetable, agrémentés de l’avènement du tout sécuritaire et du régime Big Brother dans lequel on est fliqués de partout jusqu’en notre plus stricte intimité, voilà tout un tas de phénomènes qui n’arrangent pas les choses. Et c’est là que nos avis divergent profondément. L’ami des Pas Perdus, dans un très bon billet dont je vous conseille la lecture, nous dit à l’occasion de ses pérégrinations « manifestives » de ce week-end que « la violence est illusoire ». Pour lui, quelques excités cagoulés et casqués ne font pas le printemps. Certes, le fait de brûler des poubelles ou casser des vitrines ne fait sûrement pas avancer notre cause, je suis amplement d’accord. Toutefois, je le trouve sur ce coup là bien naïf quand il pense  que ce système capitalisme à bout de souffle s’effondrera de lui-même :

L’ordre social actuel ne tombera pas grâce à une avant-garde qui prône la violence armée. Il s’effondrera sans doute de lui-même. Une sorte d’implosion, un peu à la manière dont sont tombés tous les régimes de l’ex bloc soviétique, tel un fruit pourri parce que plus personne n’y croyait de la tête au sommet.

Des gens d’un large spectre politique, du PS au FN en passant par le modem, l’UDI et tutti quanti, dont les intérêts personnels et matériels ou financiers sont en jeu, qui se partagent les pouvoirs politiques et économiques,  ont tout intérêt à ce que ce système, bien qu’à bout de souffle en effet, perdure. Il n’y a qu’à voir le mépris qu’ils projettent sur les mobilisations sociales comme les manifestations contre la loi El Khomri ou, pire, Nuit Debout. Que n’a-t-on entendu comme insultes, dénigrement, calomnies et autres railleries sur ce mouvement, alors qu’il devrait signifier aux yeux de tous une aspiration positive plutôt salutaire à plus de débats et de démocratie qui dépasse à la fois les partis politiques traditionnels et les syndicats.  La haine sociale et le mépris de classe (et d’âge, parfois) ne cesse de s’étaler au grand jour sans la moindre honte dans bien des médias, sans que davantage de voix que tristement isolées ne songent à s’en offusquer.  Aussi, la plupart des français étant dépossédés de leurs pouvoirs, qu’ils soient politiques, économiques ou sociaux,  et même de leurs libertés les plus fondamentales, je dis que ace à cette violence de l’oligarchie, notre violence populaire est légitime. Et je ne parle pas là de quelques caillassages, mais d’un mouvement de masse, organisé, et puissant. J’ai de plus en plus ancré en moi cette conviction profonde : tant que nous ne leur feront pas peur, rien ne changera. L’heure devrait être au partage, à une répartition plus équitable des richesses, à la résorption du chômage, de la précarité et de la pauvreté, mais tous ces gens n’ont pourtant qu’une idée en tête : accroître davantage leurs profits en rognant toujours et encore plus sur le peu de droits qu’il nous reste. Devons nous attendre d’en arriver à la situation dramatique de la Grèce pour  nous révolter et mettre le hola à cette volonté oligarchique de faire de la recherche du profit à court terme les seuls alpha et oméga de notre projet de société ? Si nous ne les stoppons pas, et si donc nous ne leur faisons pas peur, ils iront encore et toujours plus loin. Aussi, je dis que le moment de la révolte est venu. Et je ne pense pas que les moyens traditionnels de lutte et de protestation soient efficaces et suffisants. Voyez ce qu’ils font de nos grèves, de nos manifestations et de nos pétitions : ils s’assoient dessus, et en profitent de surcroit pour ne nous en mépriser que davantage. Nous n’aurions rien compris. Et bien si, et que trop : c’est la guerre, et ce sont les riches qui sont en train de la gagner. Alors, ne les laissons pas faire. En toute conscience et sans la moindre honte étant donnée la violence qu’ils nous font subir, j’approuve qu’on bloque des succursales de la société générale. J’approuve que des militants aient tenté de se rendre au domicile de Manuel Valls pour lui dire leur fait. j’approuve qu’on tague, voire que l’on tente de murer des permanences du PS, et d’ailleurs pourquoi seulement elles ? Il faudrait le faire pour toutes. Ils sont tous complices de cet accaparement de nos ressources et du fruit de notre travail et de nos luttes comme de nos sacrifices sans retour. Et je ne suis vraiment pas convaincu que nous réussirons à les stopper avec des moyens traditionnels. Qui croit encore qu’une élection va changer sa vie, et le monde ?C’est pourquoi je réfléchis, seul pour l’instant, à des actions symboliques d’ampleur qui soient de nature à leur faire comprendre qu’ils ont franchi la limite, et que trop, c’est trop. Les frapper là où ça fait mal. Répondre à la violence économique et sociale par des actions de violence symbolique efficace. Occulter les caméras de surveillance, détourner les panneaux publicitaires, faire comprendre à tous ces élus corrompus qui se gavent sur notre dos que nous n’en voulons plus, organiser davantage d’actions d’agit prop, et que notre avenir se fera sans eux, réaliser nos propres médias, pour contrer leur propagande inepte. Quelques idées comme ça qui me viennent spontanément. J’en ai d’autres.

infoutu de créer de l’emploi, le gouvernement déclare la guerre aux chômeurs/ses… Faut que ça pète !

Le PS actuel devient tellement la caricature d’une droite qui ne s’assume pas que c’en devient à la fois patent et pathétique. Que n’aurait-on dit en effet, lorsque le PS était encore dans l’opposition, si quelqu’un de droite,  du gouvernement sarkozyste , avait proposé une mesure si injuste ?!

Capture
source

Alors que le marché de l’emploi n’a jamais été aussi difficile, et l’incapacité de quelque gouvernement que ce soit à lutter efficacement contre le chômage devenue évidente, voilà que l’on tente de nouveau de s’en prendre aux chômeurs, comme s’ils étaient responsables de l’impuissance de ce gouvernement si peu socialiste, et d’un patronat inapte à créer de l’emploi plutôt que des profits à court terme, gavé qui plus est de subventions publiques, dont il n’a jamais assez. Continuez comme ça, puisque vous n’avez pas encore compris, et votre candidat va se retrouver à 15 % aux prochaines élections. Plus grave encore, la colère grimpe, à un niveau jamais atteint,  mais vous n’en voyez rien… Le niveau de votes FN n’en est qu’un symptôme, mais puisque vous vous obstinez à n’en pas traiter les causes… Et ce n’est pas en tentant d’étouffer l’action syndicale et en emprisonnant tous ceux qui défendent leur emploi que vous allez vous en tirer. Cela ne fait qu’attiser les flammes. Il flotte actuellement en France comme une lourde odeur de révolution… Un rien suffirait à provoquer l’explosion. Et quand on commence à toucher aux seuls moyens d’existence des plus pauvres… Croyez-vous donc que les français ne voient pas à quel point il  y a une injustice profonde et inacceptable à distribuer plus de 40 milliards aux entreprises d’un côté et à retirer le pain de la bouche aux privés d’emploi de l’autre ? ça va péter…

la prime d’activité, une bonne mesure ? A débattre…

Capture

Voilà qui permettra en tous cas à notre bon président de se déguiser en père Noël lors de sa prochaine allocution télévisée…

Notre ami pourfendeur de fachos et de réacs racistes, sexistes et homophobes sur twitter, que je respecte infiniment pour cela, vient donc sans le vouloir de me lancer un défi, auquel je réponds volontiers. Parlons en, de cette prime d’activité. Le Parisien, un journal à prendre avec des pincettes pour son contenu souvent médiocre et qui nécessite parfois de sérieux recoupements tant les informations ne sont pas toujours fiables, vient cependant de pondre un bon papier très factuel sur le sujet. J’en tire une infographie qui vient parfaitement illustrer le propos sans blabla inutile :

5393501_0

Comme le précise Breaking Thor (à moins que ce ne soit Something Alive…), cette prime n’est pas imposable. La mesure sera opérationnelle à partir du 1er janvier 2016. Un calculateur est d’ores et déjà présent  sur le site de la Caf et de la MSA. Il permet à tous ceux qui sont concernés de mieux connaitre le montant  de cette prime de manière individualisée. Voilà pour le côté pratique.  Passons maintenant au côté politique. L’ ami de twitter estime qu’il s’agit d’une très bonne mesure, qui s’adresse aux plus modestes, qui améliorera leur quotidien, et s’étonne de ce que le gouvernement n’en fasse pas davantage de publicité. Pour une fois que ce gouvernement dit socialiste pond une mesure de gauche, en effet, pourquoi s’en priver… Sauf que. C’est là où nos avis divergent. Car en faisant cela, ledit gouvernement ne fait que corriger une injustice économique qui est le fait du patronat français. Si celui-ci est défaillant dans la mesure où il propose un salaire minimum insuffisant pour que les gens puissent joindre les deux bouts, et entretient de surcroit une précarité telle que de plus en plus de salariés se sentent et sont en insécurité professionnelle quasi-permanente du fait de contrats courts, d’emplois de plus en plus à temps partiel subi, en quoi est-ce au contribuable de financer ce qui relève de la responsabilité des seuls employeurs et de leur incapacité à proposer un modèle économique plus juste ? L’état français a-t-il indéfiniment vocation à se substituer à l’avarice patronale qui préfère rémunérer toujours plus des dirigeants même quand ils ont fauté,  (et qui partent de surcroit avec des niveaux de retraite indécents, ce qui n’est pas vraiment le cas des salariés qui voient celle-ci reculer et régresser), et des actionnaires exclusivement soucieux de profits à court terme plutôt que de rémunérer correctement les salariés ? Si le smic était augmenté de 150 euros environ, les contribuables n’auraient pas à débourser 4 milliards d’euros, grosso modo le coût de cette mesure. Une preuve de plus que le PS est bien généreux avec les entreprises, au point qu’il se sente obligé de verser ce complément de salaire à leur place… avec l’argent des contribuables. Mais pouvait-il faire autrement, en sachant que contrairement aux discours faciles des soi-disant méfaits de l’assistanat provenant du Medef et des droitiers genre Wauquiez, un récent rapport démontrait que 67 % des bénéficiaires du RSA en activité ne percevaient pas ce à quoi ils avaient droit ? Ceci étant dû à la complexité de la mesure pour les personnes en activité, et leur manque d’information.  D’où cette correction utile… Mais qui prête à débat. Ce n’est que mon avis. Mais j’ai au moins le mérite de le donner, comme chaque jour sur les sujets qui m’importent depuis novembre 2008. J’ai dit. Et écrit. Je vous laisse la place….

le communisme, c’est vraiment plus ce que c’était…

Quand cela se passe dans une commune de droite ou de son extrême, on ne se gêne pas pour brocarder ce genre de pratiques détestables. Je ne vois donc pas pourquoi on ne s’indignerait pas, raison de plus même, lorsqu’il s’agit d’une commune communiste. Mais bon, il semble qu’elle n’en ait plus que l’étiquette, car je me souviens de l’attitude de cette municipalité vis à vis des roms à la même époque l’année dernière… Cette fois, ces élus qui ne brillent guère par leurs vertus civiques et leur sens des convenances morales se sont généreusement augmentés pour certains jusqu’à… 128 % !

Ainsi, Florence Haye, 1re adjointe PC, passe de 1957€ à 4 477 € bruts par mois soit une hausse de 128 %, Bally Bagayoko, adjoint PC au sport, augmente son plafond de 1 577 € à 3 183 € bruts par mois, soit une hausse de 102 % et Didier Paillard, le maire PC de la commune, lui, se contente d’une hausse de 16 % passant de 4 574 € à 5 295 € bruts par mois. L’opposition est montée au créneau en évoquant une faute morale. Les intéressés, eux, assurent être dans un cadre parfaitement légal.(source)

Quelle que soit la légalité de la chose, voilà qui apparait comme un très mauvais signal dans toute la France à une époque où l’on demande à tout un chacun de se serrer la ceinture… Quant au concept de redistribution des richesses, je ne suis pas certain que ces communistes là l’aient tout à fait intégré. Voilà qui fait honte à la gauche. Et l’on s’étonne qu’elle se désagrège…

drame de l’analphabétisme en France : Hollande propose une première mesure.

images… à moins que ce ne soit de l’inculture politique ? De l’enfumage médiatique ? Un mantra des adeptes de la Croâssance, qu’il convient de répéter jusqu’à l’auto-conviction ? En tous les cas, le message est clair :

Capture

Préparez vous à voir rogner encore, et encore, vos droits les plus élémentaires. Plus de souplesse pour les employeurs, plus de précarité et de fermage de gueule pour les salariés. La lutte des classes n’est pas finie, le fauxcialisme est en train de la faire gagner… par les patrons du Medef et les financiers prédateurs. Faites passer.