#pendezlesblancs de #NickConrad, cette affaire qui tombe plutôt bien pour l’#OLRA

je lis rarement des articles aussi pertinents sur ce genre de polémiques, de celles que savent si bien construire de toute pièce, comme venant de nulle part – mais surtout pas d’eux trop précisément et visiblement – les bas de plafond de la fachosphère, pour qui tout est bon pour vendre leur mauvaise came idéologique…

Capture.PNG
voir ici

 Mais quoi de plus normal, puisque l’article qui suit, dont je veux parler à présent, est écrit par quelqu’un qui connait tout comme moi si intimement bien son sujet. Il nous montre très précisément comment, alors que l’auteur à l’origine de l’indignation collective et si sélective, Nick Conrad, n’était pas ou si peu connu, les habituels dealers de haine racistes de l’extrême-droite sont allés le repêcher, lui et  sa petite provocation imbécile à deux balles,  du fin fond des abîmes des internets, pour assoir leur idéologie répugnante. Comme cela est commode, et tellement jouissif en effet pour ces gens là,  et comme ça tombe pile poil pour assoir leur concept foireux de racisme anti-blancs, qui n’existe que dans leur tête de racistes sans cervelle. Car enfin, vous pouvez toujours allez vous brosser chez de Lesquen ou d‘Ornellas en buvant un demi au comptoir de la Citadelle,  et en tapant sur l’épaule de Merkado, pour me démontrer qu’il existe dans notre pays un racisme structurel envers les blancs, alors qu’ils sont une majorité évidente, qu’ils sont au contrôle si massivement de tous les organes de décision de ce pays, et qu’ils ne condescendent à laisser les minorités se visibiliser qu’en de très rares cas anecdotiques qui confirment à eux seuls par leur rareté la règle. Je ne me souviens que trop bien comment des Rachid Arab ou des Harry Roselmack pour seuls exemples aisément mobilisables pour ma (si petite) mémoire ont fait les frais de ce racisme endémique dans notre pays. Aussi, que ce soit un noir qui soulève cette polémique là, comme voilà du pain béni pour eux, ces neuneux qui n’en demandaient pas tant…

Capture
source

.

Capture2.PNG

Nick Conrad, lui, se défend en ces termes :

Capture.PNG
source

Il est en effet tragiquement vrai que chacun des faits qu’il met en scène ont une traduction très concrète dans la réalité. Mais pas vraiment dans le sens qu’il met en scène… Des faits divers aussi ignobles retraçant un racisme anti-noirs endémique et structurel aux états unis ? Cela  est de notoriété publique, sauf à être du côté des agresseurs racistes. Il suffit d’inverser chacune des situations décrites dans le clip de Nick Conrad, et de remplacer blanc par noir. Si les visages des nombreuses victimes de ce vrai racisme là sont beaucoup moins connus, les chiffres eux, le sont  :

Capture.PNG
source

Récemment, un policier blanc a été condamné à 15 ans de prison pour avoir tué un jeune noir de 15 ans non armé. Et ça, loin de ce genre de minables polémiques initié par un camp idéologique qui comme on l’a souligné ici y a si médiocrement intérêt,  c’est du vrai racisme. Plus prés de nous encore, il n’y a qu’à voir la manière dont certains faits divers impliquant des non-blancs ont été gérées médiatiquement, et comment certaines personnes, indépendamment des divergences idéologiques que l’on peut avoir avec elles, comme pour seul exemple flagrant, Rockaya Diallo, sont traités :

Capture.PNG
source

 

Alors, les petits dealers de haine si terriblement ordinaires, que nous autres antifas connaissons trop bien, si vous voulez jouer au petit jeu de l’inversion des preuves à charge, on va jouer… Vous savez où nous trouver : toujours sur votre chemin. (Un peu trop brun, le chemin, d’ailleurs…). Je ne vous laisserai pas inverser la situation à votre minable petit profit, de nature profondément et aussi cyniquement raciste.

Et  bien que je ne veuille pas sombrer dans un minable complotisme de bas étage, qui me rangerait irrémédiablement dans le camp de ceux que je conspue ici si volontiers, moi qui suit si friand des démonstrations factuelles, loin des beaux discours qui ne suffisent pas, si une cellule riposte – propagande – vigilance médiatique – du champ de la fachosphère existait (je sais que c’est le cas chez nos adversaires, j’en ai la preuve pour certaines organisations), et qu’elle avait voulu assoir par un exemple faisant office de preuve irréfutable, permettant de l’instrumentaliser à souhait, ce concept idiot de racisme anti-blanc, qui n’existe qu’à l’extrême-droite et chez ces satellites, et façonné par elle à l’origine,  elle ne s’y serait pas prise autrement. Cherchez à qui profite le crime… Certainement pas à la communauté noire de fRance.

Par contre, pour une certaine mystérieuse association si opportunément et OLRA, récemment crée, elle, voilà qui tombe plutôt bien, non ? #jdçjdr

Capture.PNG
source

 

On s’étonnera en outre que cette polémique là fasse davantage de foin, et de manière beaucoup plus virulente et médiatisée,  que lorsqu’il s’agit de ces centaines d’appels au meurtre, à la violence, au harcèlement en meutes, et aux violences sexistes et racistes (voir ici dossier haters) envers des victimes issues des minorités, ce que tout un chacun peut observer sur les réseaux sociaux, sans qu’ils ne soient modérés à priori outre mesure… Dans ces cas là, on voit beaucoup moins les mêmes qui se sont émus de l’affaire Konrad grimper aux rideaux pour crier leur indignation. Mais en réalité, comme je ne suis pas étonné…

Mais la suite nous dira ce qu’il convient d’en penser de cette histoire là…. Le monde est petit. Et comme disait ma grand mère « il n’y a que ce que l’on ne fait pas qui ne se sait pas ».

j’vous tiens au jus en cas de nouveaux développements, comme dab. Merci de votre attention.

#Orelsan : la fRance n’est donc plus du tout #Metoo ? Ni #balancetonporc ?

Capture.PNG
source

J’ai raté un épisode ? Ce type, là, ci-dessus,  qui vient de trouver une consécration soulignée au stabylo par la profession, c’est bien le même qui « chantait » (sic)  ça ?  ⬇️

« J’te quitterai dès qu’j’trouve une chienne avec un meilleur pedigree », « J’respecte les schnecks avec un QI en déficit, celles qui encaissent jusqu’à finir handicapées physiques »…

« les féministes me persécutent (…), comme si c’était d’ma faute si les meufs c’est des putes »

« renseigne-toi sur les pansements et les poussettes, j’peux t’faire un enfant et t’casser le nez sur un coup d’tête »,

« ferme ta gueule ou tu vas t’faire marie-trintigner (…) »

« C’est pas en insultant les meufs dans mes refrains que j’deviendrai quelqu’un mais j’aime bien ». (source)

je crois que je ne comprends vraiment pas tout de ce monde comme il va mal. Mais nul ne m’empêchera de constater l’incroyable différence de traitement qu’il peut y avoir entre cette bien triste victoire là et le sort infligé à celle qui a fait la joie de la fachosphère...

Post-scriptum  j’apprends à l’instant qu’une pétition demandant à la ministre de la culture, Françoise Nyssen, le retrait de ses trophées vient de recueillir plus de 15 000 signatures.

quand un rappeur qui a pignon sur rue soutient un dessinateur raciste… que soutient toute la fachosphère !

CapturePlusieurs sites d’extrême droite et confusionnistes font courir le bruit depuis deux jours sur les réseaux sociaux que le dessinateur Zéon, dont je ne connais pas la réelle identité ( ce qui m’empêche donc de vérifier l’information) aurait été arrêté arbitrairement par  » quatre policiers de la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) »  qui auraient  » débarqué » à son « domicile pour l’amener devant le juge au TGI de Paris pour une plainte du BNVCA datant de 2011 incriminant son dessin de l’enfant palestinien poignardé par la carte d’Israël (réalisé en 2009)« . L’information vient du dessinateur lui-même :

Zéon après l'audience du procès intenté par la LICRA et le BNVCA le vendredi 20 septembre 2013
Zéon après l’audience du procès intenté par la LICRA et le BNVCA le vendredi 20 septembre 2013

Capture

Ces gens là ont beau jeu ensuite de se draper dans leur dignité injustement foulée aux pieds par l’argument imparable de la liberté d’expression, en comparant abusivement de surcroît  ce Zéon là aux dessinateurs de Charlie Hebdo qu’on a voulu faire taire en janvier dernier. Rien que le procédé, en soi, est ignoble.  Quand on s’intéresse comme moi à la lutte contre TOUS les racismes (y compris ceux qui, au passage, me touchent personnellement, au nom de ma couleur de peau, ce qui ne m’était jamais arrivé de toute ma vie, et j’en suis encore sur le cul) et qu’on se bat comme on peut, au quotidien, contre l’extrême-droite et ses idées rances, où qu’elles se trouvent, y compris aussi, et surtout, dans ma propre famille politique, on ne peut qu’avoir vu ici ou là ses dessins très… reconnaissables. Et proprement répugnants. Dignes des pires caricatures   antisémites produites par le nazisme. je ne vous en montrerai donc pas pour ne pas faire davantage de pub à cet individu qu’il n’en mérite. Débrouillez vous avec ce genre de déjections. Croyez moi sur parole,  c’en est… Surtout qu’il a suffisamment été relayé comme cela par des sites ouvertement racistes, comme la trop célèbre arrière-cuisine du FN qu’est Egalité&Reconciliation, site d’extrême droite raciste, complotiste et confusionniste ¹, mais aussi par Quenel+, le site du prétendu humoriste Dieudonné, Soral (qui s’affiche ouvertement néo-nazi), les moutons enragés (qui font encore illusion à gauche, hélas…), et Palestine solidarité… Qu’ont-ils tous en commun ? La particularité de partager un même antisémitisme qui se dissimule comme trop souvent hélas y compris dans ma propre famille politique derrière un prétendu antisionnisme. Il faut dire que la personnalité actuelle du premier ministre israélien n’aide pas franchement à la pacification des discours, de part et d’autre, politiquement comme géographiquement parlant…. J’en profite d’ailleurs pour mettre en garde au passage tous ceux qui soutiennent en France ce genre de conneries lamentables,  comme ce rapeur qui a pignon sur rue, et que j’ai été ma foi fort surpris de trouver sur ce registre là, ne le connaissant pas  :

Capture

source

Mais quand on lit l’ensemble de sa fiche, sur wikipédia, elle est suffisamment explicite pour comprendre… Et dire que ce genre d’individus a de l’influence sur nos jeunes… C’est triste. Il faut dire que le confusionnisme est partout, en cette  période troublée d’acculturation politique… La preuve n’en est-elle pas ici suffisamment démontrée ? Alors, Monsieur Cazeneuve, au nom de l’actuel « effet Charlie », et de la lutte officielle contre l’antisémitisme, Zéon, le groupe « Assassins », Matthias Cassel, on les convoquent quand au tribunal, pour de vrai . Puisque je n’ai toujours pas la preuve que ce ne soit pas une rumeur montée de toute pièce par les réseaux complotistes et d’extrême droite, comme ils savent si bien le faire, ainsi que le site hoaxbusters le démontre tous les jours… Ce serait à mon avis bien plus justifié, si vous voulez mon avis, d’inquiéter ces gens là, que ce pauvre petit  Ahmed

¹ vis à vis duquel je m’interroge encore quant aux raisons pour lesquelles, contrairement aux promesses du gouvernement, il n’ai pas encore été inquiété, puisqu’il viole régulièrement la loi.

.

La Marseillaise » même en reggae, ça m’a toujours fait dégueuler

La France, tu l’aimes ou tu la fermes !

Point de vue | LEMONDE |

par Rokhaya Diallo, auteure de « Racisme : mode d’emploi » (Larousse)

Il y a quelques jours, le député UMP de la Haute-Saône, Michel Raison, a été frappé d’une idée lumineuse : il a proposé, lors d’une question adressée au ministère de la culture, de faire taire les rappeurs. Mais pas n’importe lesquels : attirant l’attention du ministre sur « certains groupes de musique rap issus de l’immigration », qui, par leurs textes trop intolérants à son goût, « bafouent les valeurs fondamentales de respect et de liberté qui fondent notre démocratie », il a demandé de « censurer ces chansons ». Rien que ça.

Cela peut paraître invraisemblable mais, en réalité, M. Raison se place dans la lignée des 200 parlementaires, qui, en 2005, après les révoltes des quartiers populaires, avaient déposé une plainte auprès du ministère de la justice pour sanctionner les groupes de rap dont les textes très critiques envers la République portaient, selon eux, atteinte à « la dignité de la France et de l’Etat ». Rien de moins.

Pourtant, avant ces générations de rappeurs trop énervés, selon les critères de nos élus, d’illustres chansonniers français se sont exprimés dans des vers qui n’étaient pas toujours des plus tendres. N’est-ce pas notre Renaud national qui chantait : «  »La Marseillaise » même en reggae, ça m’a toujours fait dégueuler (…) et votre République, moi, j’la tringle. » ? D’autres, de Brassens à Ferré, n’ont pas mâché leurs mots pour critiquer notre douce France. Mais loin d’être dénoncées par des députés en mal d’activité, leurs chansons sont passées à la postérité.

Pour les rappeurs en revanche, pas question d’indulgence ! Bien au contraire, le député UMP prédit à leurs textes un impact des plus funestes : « Le message de violence de ces rappeurs reçu par des jeunes déracinés, déculturés, peut légitimer chez eux l’incivilité, au pire le terrorisme », affirme-t-il. Ainsi, selon le député, les origines de ces rappeurs occasionneraient des névroses telles qu’elles plongeraient leurs fans dans de dangereuses activités criminelles… On rirait si cette fantasque prédiction n’émanait pas d’un membre de l’Assemblée nationale !

Certes, M. Raison s’est finalement partiellement ravisé sur la formulation mais il s’est justifié en expliquant à Rue89 : « Lorsque des paroles de chansons excessives venaient d’un groupe issu de l’immigration, ça n’avait pas le même impact que lorsqu’il s’agissait de Français très marqués à droite qui proféraient des propos racistes. » On comprendra que les groupes de rap visés ne sont pas des « Français »…

De fait, il semblerait que, depuis quelques années, l’ascendance étrangère interdise toute prise de position politique un peu originale ou contestataire.

Il y a deux ans, c’est l’écrivaine Marie N’Diaye, lauréate du prix Goncourt, qui avait été rappelée à l’ordre, lorsqu’elle avait déclaré aux Inrockuptibles qu’elle trouvait la France de Nicolas Sarkozy et certains membres du gouvernement « monstrueux ». Il n’en fallait pas plus pour qu’Eric Raoult, député et maire UMP du Raincy, saisisse sa plume pour se plaindre auprès du ministre de la culture : « Ces propos, d’une rare violence, sont peu respectueux, voire insultants, à l’égard de ministres de la République », courrier dans lequel il invoquait un mystérieux « devoir de réserve, dû aux lauréats du prix Goncourt », qui, selon lui, devaient « faire preuve d’un certain respect à l’égard de nos institutions ».

On cernait mieux les raisons de la colère de M. Raoult lorsqu’il précisait, plus tard, au Monde que « par comparaison, Yannick Noah et Lilian Thuram n’étaient pas allés aussi loin dans la critique de la France ». Deux sportifs qui partagent, avec Marie N’Diaye, le tort d’avoir… la peau noire ! Et les Noirs à l’instar des rappeurs « issus de l’immigration » ne devraient faire preuve d’une telle ingratitude envers cette France qui leur a tant donné…

Dernièrement, c’est Eva Joly qui a fait les frais de cette doctrine. La candidate à l’élection présidentielle a proposé la suppression du défilé militaire accompagnant la célébration du 14-Juillet et une pluie de critiques s’est alors abattue sur elle. Et ce n’est pas le fond, mais ses origines qui ont été les plus violemment attaquées : le premier ministre François Fillon a mis en cause sa « culture (pas) très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l’histoire française », et Jean-Pierre Chevènement a déclaré : « La nature de la France lui échappe sans doute. Peut-être lui faut-il encore un peu d’accoutumance. »

Bien que vivant depuis plus de cinquante ans en France, et ayant exercé la fonction de magistrate, Eva Joly reste aux yeux de certains une Française « de papiers »… On ne peut s’empêcher d’avoir une pensée émue pour Georges Brassens qui pouvait fredonner sans crainte : « Le jour du Quatorze Juillet, je reste dans mon lit douillet. La musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas. »

Critiquer la France, lorsqu’on a des origines étrangères, une couleur de peau trop sombre ou un accent pas bien d’chez nous devient un exercice de plus en plus périlleux, c’est désormais un privilège octroyé aux seuls « vrais » Français.

Article paru dans l’édition du 06.08.11

Il était une fois… la révolution musicale.

« il fallait au moins un général pour abattre un dictateur – ou plutôt El General, jeune rappeur tunisien admirateur de 2Pac Shakur dont le titre Rais Lebled a quasiment donné le signal de départ de la révolution de Jasmin. » (France Info)

C’est la fête de la musique et je vous propose donc de l’inaugurer sur mon blog par ce morceau de musique militante :

.

Blogs tunisiens : le Général relâché…

.

Et j’emmerde Ben Ali ! Tout autant que Sarkozy (cassez vous, pôv’ cons !)

Un commentateur, sur l’un des blogs (je ne me souviens plus lequel) qui a diffusé l’appel de solidarité envers les blogueurs tunisiens arrêtés auquel j’ai participé s’interrogeait toutefois, à juste titre,bien qu’adhérant à l ‘initiative, sur le manque d’informations à leur sujet…

Aussi, j’ai le plaisir de lui faire savoir que l’un de leurs leaders les plus populaires, à priori, Hamada Ben-Amor alias El General, a été relâché aujourdhui, ainsi que deux autres blogueurs, (probablement l’Imbattable ou MC Bilel, à confirmer, je continue de chercher…).

Il s’agit de blogs musicaux de rappeurs, et non de blogs politiques comme on aurait pu le supposer… Quoique. Dans ce contexte là, « la musique est un cri qui vient de l’intérieur »… et donc un outil d’opposition fondamental.

 

(Pour mémoire : Blogueurs ayant participé à l’appel : le coucou,  à tort ou à raison, éphémérides, sarkostzinele faucon, P. Méoule, Nicolas J.,El Camino, Cui Cui, Le Grumeau, Yann, MHPA, Hern, Elmone, Ju, Ruminances, Une autre vie pour ceux que j’ai pu retrouver…. Que les autres me pardonnent. Où qu’ils réparent l’oubli ou l’offense en fonction de leur degré de susceptibilité (je sais de quoi je parle) en commentaires. Mektoub !

 

 

Aller plus loin : une communauté de blogueurs tunisiens.

Nawaat (merci à Gaël)

d’autres blogs (démerdez vous bon sang bande d’assistés ! j’ai pas le temps faut que j’aille bouffer, bordel !)

.

La France, Itinéraire d’une polémique

(Polémique à laquelle Sarkozy et Morano ne sont pas « étrangers »… pas plus hier qu’aujourd’hui.

Pour ceux qui veulent bien se documenter un peu. Souvenez vous, c’était hier..)

.

Olivier Cachin (le journaliste) :

Madame, Mademoiselle, Monsieur, bonsoir, notre invité
Le rappeur Tunisiano, membre du groupe Sniper

Tunisiano: « Bonsoir »

Avec lui nous allons évoquer le thème du jour, le rap serait-il une menace pour la société?, c’est ce que pensent certains politiques qui ont trouvé,
pour l’occasion, des alliés inattendus,
Revenons sur cette histoire, Tunisiano, merci de nous rappeler la chronologie des faits

Tunisiano :
« Très bien, »

Du rire aux larmes, gravé dans la roche
On a pas sorti les armes, juste parlé à nos proches
Pour les grands et les mioches, les beaux et les moches
On n’a pas quitté le porche, juste un peu rempli nos poches
K hey nos morceaux en rotation sur les ondes
et on graille attention nos concerts sont noirs de monde
Y a de l’ambiance, de la femme et peu d’ennui
On a vu venir nos fans, mais pas vu venir l’ennemi
Cette unité radicale devenue identitaire
En vérité qu’aimerait nous ôter nos cartes d’identité
Ce qu’ils scandent est cendré, on fait la guerre à des ékheb
Derrière un clavier, leur propagande est sur le web
Ils parlent de libérer la France de cette islamisation
Appellent à brûler les mosquées et à la mobilisation
Ils ont repris nos textes mais déformé nos propos
Sorti les phases de leur contexte en nous traitant de fachos
S’acharnent, ils insistent, mais que dire, que faire,
Nous sommes traités de racistes par les gosses à Hitler,
Futurs nazis, allergiques à la couleur
Assis à l’extrême droite, votre discours a fait fureur,
Jeunes crapules, votre leader a des cornes,
Car Jean-Marie vous manipule, vous avez dépassé les borgnes,
Vous portez sa haine et sa foi de damné,
Vous vivez dans la peine cachée derrière une croix gammée.

REFRAIN :
La France est une farce et on s’est fait trahir
Tu sais, ils ont tenté de nous salir,
Oui moi j’ai parlé de garce notamment de la France
Ils m’interdisent de dire en face, mais t’inquiètes je le pense
Accusé d’inciter à prendre les armes,
Mais ce texte n’était qu’un signal d’alarme,
Messieurs, comprenez le sens de notre discours,
Ne pas confondre un appel au meurtre et un appel au secours

Olivier Cachin (le journaliste) :

Très intéressant, dommage qu’on n’ait pas pu entendre votre analyse dans les médias

Tunisiano: « Ouais c’est vrai »

Mais tout de même pour que vos auditeurs comprennent bien la portée de vos mots,
Pouvez-vous nous dire quel est le rapport entre ce groupuscule et le ministre d’État, M. Sarkozy ?
Quelle est la suite de ce sombre dossier ?

Tunisiano :
Puis ils se sont mobilisés, même organisés
Appelant leurs militants à militer et à nous mépriser
Nous traitant de frisés, balançant leurs tracts dans nos concerts
Ils disent que notre rap fout le cancer
Ils parlent d’appel au meurtre mais arrêtez vos conneries
Leur réseau est celui de Maxime Brunerie
Oui moi, j’ai parlé de Ministre,
Mais les mots ne sont pas des actes
Pourtant eux ont voulu fumer Chirac
Mate, sur chacune de nos dates, ils se changent en détraqueurs
S’en prennent aux spectateurs, même aux organisateurs
Ils font signer leur pétitions en série,
Qui serviront à mettre la pression en mairie
Puis les voici débouler ça en devient délicat
Épaulés par la police, enfin un de leur syndicat
Là, les schmitts réagissent, nous voici dans leur lignée
Ils se disent indignés et veulent aussi nous assigner
Là, tout se précipite, quel formidable gâchis,
Eux nous traitent d’anti-flics et s’en plaignent à leur hiérarchie
Menée par le bout du nez, manipulée par des fous,
V’là qu’une député s’en mêle pour faire d’une pierre deux coups,
Tombée dans un piège à loup, tendu par l’extrême droite
Elle aurait pu s’en écarter, mais n’a pas pu se ronger la patte

Leur acte déteint sur les flics, qui sont montés aux créneaux
De leur syndic à Morano, et de Morano à Sarko …

REFRAIN :
La France est une farce et on s’est fait trahir
Tu sais, ils ont tenté de nous salir,
Oui moi j’ai parlé de garce notamment de la France
Ils m’interdisent de dire en face, mais t’inquiètes je le pense
Accusé d’inciter à prendre les armes,
Mais ce texte n’était qu’un signal d’alarme,
Messieurs, comprenez le sens de notre discours,
Ne pas confondre un appel au meurtre et un appel au secours

Olivier Cachin (le journaliste) :
Laissez moi résumer, l’affaire Sniper comme on dit à la télé
Prend donc racine, si j’ai bien compris grâce à des activités d’extrême droite
Qui entraîne un député UMP et ça passe de Morano à Sarko
On pensait ce traitement de choc réservé aux terroristes
Alors que vous êtes des artistes en colère, le monde à l’envers
Mais comment cette lamentable histoire s’est-elle donc terminée?

Tunisiano :
Puis nous sommes traités de racistes, salis dans le JT
Ils parlent même d’antisémitisme, juste histoire d’en rajouter
Là, les médias rentrent en piste, nous attaquent, nous flattent
Ils insistent parfois afin de mieux nous abattre
Nous sommes forcés de nous défendre pour ne pas finir à l’abattoir
De répondre à ces accusations qui sont diffamatoires
Va savoir à quoi cet acharnement est dû
Ça ne serait pas la même histoire sans autant de disques vendus
Tant de tracas, tant de comparutions,
Tant de frais d’avocat, tant de juges d’instruction
Forcés d’annuler la tournée, squatter le banc des accusés
Coupables de penser ou d’être un groupe à succès,
C’est vrai, nos mots sont durs mais en rien illégaux
Vous, vous les qualifiez d’impurs car il ne flattent pas votre égo
C’est juste un cri de colère d’un jeune au bout du rouleau
Qui en veut à la terre entière car il est mal dans sa peau
Au lieu de changer de vocabulaire, il le dit avec ses mots
Au lieu d’aller foutre la de-mer, il préfère prendre un stylo
Il est choquant mais, il n’a d’autre solution
Il emploie des mots violents afin d’attirer l’attention
Monsieur le ministre, oui, nos paroles vous déplaisent,
Mais que dire de celles de la marseillaise
En désaccord avec la jeunesse que vous préférez faire taire
Je peux comprendre que la vôtre est sûrement identaire.

REFRAIN :
La France est une farce et on s’est fait trahir
Tu sais, ils ont tenté de nous salir,
Oui moi j’ai parlé de garce notamment de la France
Ils m’interdisent de dire en face, mais t’inquiètes je le pense
Accusé d’inciter à prendre les armes,
Mais ce texte n’était qu’un signal d’alarme,
Messieurs, comprenez le sens de notre discours,
Ne pas confondre un appel au meurtre et un appel au secours

(Extrait d’un concert des sniper ) :
« On n’est ni antisémites, ni racistes, ou ni anti-blancs et tout, on dénonce juste un système un point c’est tout. Nous dans nos têtes c’est quoi, c’est noir, blanc ou jaune, maintenant y’a des cons partout, l’essentiel c’est qu’on voit que vous êtes là et que vous êtes OP »

REFRAIN :
La France est une farce et on s’est fait trahir
Tu sais, ils ont tenté de nous salir,
Oui moi j’ai parlé de garce notamment de la France
Ils m’interdisent de dire en face, mais t’inquiètes je le pense
Accusé d’inciter à prendre les armes,
Mais ce texte n’était qu’un signal d’alarme,
Messieurs, comprenez le sens de notre discours,
Ne pas confondre un appel au meurtre et un appel au secours

Paroles de « La France, Itinéraire D’une Polémique » du groupe Sniper (album trait pour trait)

.

Voir la vidéo :