Escalade de #racisme(s) en fRance en 2019

Voilà une comptabilité que je trouve pour ma part intéressante bien qu’affligeante, et de nature à répondre rationnellement aux obsessions des bas du front qui tentent invariablement d’instrumentaliser un racisme pour en justifier un autre… Il suffit en effet d’entendre ou de voir un individu quel qu’il soit brandir l’excuse du « racisme anti-blanc » ou de la soi-disant montée en flèche d’actes anti-chrétiens (jusqu’à sombrer dans le complotisme le plus grossier à l’occasion de l’incendie de Notre Dame) pour avoir aussitôt une idée du champ d’appartenance idéologique de celui ou de celle qui brandit ce genre de billevesées identitaires…

Or, qu’apprend-on en prenant connaissance de ce bilan du ministère de l’intérieur , qui a pour avantage de prendre en compte également les actes « anti-chrétiens » brandis comme un totem pour justifier le pire par l’extrême-droite ?

Les faits antisémites ont été une nouvelle fois en hausse (+ 27 %), après le bond de + 74 % enregistré en 2018, par rapport en 2017. Pas moins de 687 faits ont été comptabilisés par les services de police. Parmi eux, les actions sont en recul, à 151, par rapport aux menaces (536).

source

Voilà donc de quoi répondre à la propagande de nos ennemis d’extrême-droite et à leur racisme héliotropique. Je continue cependant à penser que les actions racistes envers certaines communautés sont largement sous-estimées. (En outre, pourquoi la communauté asiatique, elle aussi concernée par le phénomène, n’est elle pas citée ?). Il existe en effet une méfiance (compréhensible, au vu de l’appartenance politique discutable d’une part non négligeable de policiers) vis à vis des forces de l’ordre de certaines communautés qui peuvent répugner à faire connaitre les agressions dont ielles ont été victimes. Surtout quand on a connaissance de ce genre d’affaires de racisme et d’homophobie dans la police, même entre eux ! Voilà qui n’encourage pas franchement à l’enregistrement d’une plainte, vous avouerez…

Quand s’inquiètera-t-on enfin des actes terroristes envers nos ami(e)s musulman(e)s ? #Bayonne

je suis de plus en plus stupéfait et remonté devant l’incroyable bienveillance dont semble jouir les militants d’extrême-droite, jusque dans leurs comportements visant à inspirer la terreur,  de la part des autorités de ce pays. Développement de zones de non-droit comme la No Go Zone du vieux Lyon, bar suprémaciste blanc de la Citadelle à Lille, action des racistes anti-migrants du C-Star en Méditerranée, impunité des propos haineux sur les réseaux « sociaux » allant jusqu’à l’appel au meurtre des migrants ou/et des musulmans et apologie du terrorisme envers nos amis étrangers ou musulmans, affaire des « noyés de la Deûle« , du WWK (ce clan nazi picard qui a semé la terreur pendant des années avant que la justice ne daigne y mettre un terme) … Les exemples ne cessent de se multiplier. J’aimerais pourtant que le ministère de l’intérieur se montre aussi ferme et vindicatif envers ces crapules terroristes d’extrême-droite là qu’il l’est envers les terroristes islamistes radicaux. Mais bon, quand on voit le ministre de l’Intérieur que l’on a, rien d’étonnant à ce laxisme là, lui qui se montre bien plus virulent envers l’extrême-gauche… et si peu soucieux des droits humains les plus fondamentaux, comme l’a relevé si justement le Conseil d’Etat à propos de Calais. je ne cesserai pourtant de marteler ce deux poids deux mesures insupportable.  Cette semaine encore, la violence venant à n’en point douter de  ce camp là vient de franchir une nouvelle ligne rouge avec l’attaque d’une mosquée à Bayonne à coups de cocktails Molotov, sans que quiconque ne s’en indigne outre mesure.

Capture.PNG

 

Loin de moi l’idée de défendre cette religion là, pas plus qu’une autre, étant athée. Mais  la symbolique de cette attaque revêt une dimension qui m’est proprement insupportable. L’attaque d’une église aurait déclenché une véritable vague d’indignation dans notre pays et aurait connu une visibilité médiatique certaine. Pourquoi pas là ? Je m’interroge. Ou pas.

Capture.PNG

Car quand je vois sur la page facebook de mes propres amis (je lui ai déjà dit ce que j’en pensais…) qu’ils partagent des publications comme celle ci-dessus, peut-être que ceci explique cela…

(j’ai d’ailleurs vu, entre parenthèses cette même personnalité  – autrefois proche de Valls, il est utile de le signaler –  Zohra Bitan,  partager une publication de Boris Le Lay, ce militant fasciste, suprémaciste multi-récidiviste plusieurs fois condamné, bien connu. Honte de rien !).

 Incroyable banalisation du mal, insupportable banalité de cette haine là,  à laquelle chacun(e) d’entre nous peut-être confronté quotidiennement…  s’il ne ferme pas les yeux. Aussi,  j’en veux terriblement à ces personnalités médiatiques et politiques,  dont la conduite en raison de leur si grande médiatisation devrait se montrer plus exemplaire,  alors qu’ils soufflent sur les braises, attisant la violence et la haine envers nos propres voisin(e)s. Ce n’est vraiment pas faire preuve là d’un grand sens des responsabilités…

le #FN n’est pas très catholique, c’en est une qui l’écrit. Bien qu’athée, Je converge.

CaptureA chaque événement paroxystique, généralement un acte de  terrorisme (cela va de soi en ce moment), il y a toujours un idiot pour demander outrancièrement aux musulmans de se positionner « sans ambiguïté » en déclarant officiellement, le plus visiblement  possible, leur refus de cette barbarie. Pourtant, on ne demande guère par nécessaire et bienveillante réciprocité l’inverse, en appelant  les cadres de l’église catholique à faire de même, où nos concitoyens juifs ou protestants à prendre position par exemple sur les actes de plus en plus nombreux de racisme envers les musulmans, lorsque l’une de leurs salles de prière est saccagée, une mosquée incendiée¹, vandalisée, taguée, un (e) musulman(e) agressé(e). Mais ces derniers, pas rancuniers,  ont répondu intelligemment par l’opération portes ouvertes de ce week-end, partout en France. Même à Ajaccio. De quoi lever le voile sur des lieux et des êtres humains en chair et en os, les seuls potentiellement en capacité d’opposer leur  réalité, en toute simplicité, à l’ignorance et l’incompréhension, aux fantasmes, aux clichés, et aux imaginaires conditionnés à découvrir d’affreux repaires insalubres grouillant de salafistes sournois prêts à prendre les armes pour envahir la France. (Ne pas oublier d’y ajouter des harems de fatmas en burkas, enfermées dans leurs caves, à fabriquer des ceintures d’explosifs…). Bien que je ne sois pas vraiment certains, malgré l’intelligence de cette initiative, dont on espère qu’elle se reproduira régulièrement,  que les identitaires d’extrême droite soient prêts à franchir le seuil de ces lieux, préférant probablement l’exclusive et seule réalité de leur mauvaise foi et de leurs haines recuites. Dont acte.

Capture

Aussi, malgré mon athéisme, vous me voyez fort ravi d’assister à cet incroyable événement que constitue cet article à mes yeux sur lequel je voudrais attirer aujourd’hui votre attention. Son auteure est une ancienne rédactrice en chef de ce journal, Christine Pedotti, dont je salue ici l’initiative hautement salutaire. Elle dénonce à la fois le silence coupable des évêques de France, et le peu de culture historique de nombreux catholiques qui ont – c’est le titre de l’article – la mémoire courte, en ces termes :

« Les réseaux sociaux cathos sont envahis de – souvent jeunes – catholiques qui font mine de s’étonner que le vote Front national puisse ne pas être catholique. »

Je confirme. Infatigable combattant qui pourchasse les discours racistes, sexistes et homophobes sur lesdits réseaux sociaux, de même que toute expression de discriminations qui me sont  intolérables, je suis bien placé pour constater à quel point les tenants des racines chrétiennes de la France, généralement au FN ou son ersatz, la droite dure derrière Sarkozy, tout comme le bloc identitaires et autres avatars groupusculaires plus ou moins fascisants (quand ils ne sont pas carrément et ouvertement nazis) au sens strict du terme, se fourvoient dans des propos haineux, discriminants, stigmatisants envers une certaine communauté, qui vont à l’encontre du message de paix et d’amour que cette religion est sensée porter, selon les mots mêmes de cette catholique là :

Capture

Plus loin, elle rappelle utilement à quel point, pour prendre appui sur l’histoire et ne pas la répéter, il convient pour tous les catholiques de méditer sur ceci :

Souvenons-nous que c’est dans cette France si catholique qu’il y a soixante quinze ans, tant de gens, y compris la quasi-totalité des évêques et archevêques, exceptions faites de Messeigneurs Salièges (Toulouse) et Théas (Montauban), puis Gerlier (Lyon) et Delay (Marseille), ne virent aucun obstacle à ce que les juifs soient d’abord interdits de nombreuses professions, puis pourchassés, emprisonnés et finalement déportés. 

Que reste-t-il de cet engagement de quelques uns aujourd’hui ?

L’Église de France a voulu oublier, elle n’a jamais fait d’examen de conscience, à l’exception de la déclaration de repentance de Mgr Olivier de Berranger en 1997, à Drancy, laquelle lui a valu, d’ailleurs, de belles expressions de haine.

Et cette Christine là (qu’on ne risque pas de confondre avec une autre, hystérique, homophobe, et d’extrême droite) de s’interroger sur l’assourdissant silence des autorités religieuses, qu’il s’agit de mettre en vis à vis  avec l’obstination des mêmes  à demander aux musulmans de se désolidariser de la barbarie, ce qui est pourtant évident pour la plupart :

Pourquoi ? Pourquoi ce terrible et coupable silence ? Nous savons que les évêques de France sont divisés et que certains espèrent la venue au pouvoir du Front national, quatre ou cinq peut-être, mais ils parlent haut et pèsent de tout leur poids. Au nom d’une unité factice, d’une unanimité de façade, les autres se taisent. Pourtant, les chrétiens, hommes et femmes, ont le devoir de dire haut et fort que non, le programme du Front national n’est pas compatible avec l’Évangile.

Et d’appeler les évêques de France, ainsi que tous les chrétiens à prendre parti contre un autre, le FN, d’extrême droite, dont les positions sont contraires à nos valeurs communes. L’intention politique est forte, dans le sens noble du terme, que j’affectionne. Quand on parle chrétien de cette manière là, par delà l’habituelle mousse inévitable de la terminologie religieuse, et les scories d’un vocabulaire marqué qui n’est pas le mien, mais que je  veux bien dépasser pour les besoins de la cause, cette religion m’apparait  respectable. Ce n’est pas toujours le cas. Aussi, pour une fois, ne boudons pas notre plaisir. Le message est clair, l’appel urgent et nécessaire, et le partager ne fait que renforcer le rassemblement des forces démocrates dans notre pays, particulièrement indispensable, car seul de nature à réduire la part d’ombre qu’est cette peste brune de l’extrême droite tragiquement identitaire,  à sa portion congrue. Un coin d’égout  qu’elle n’aurait jamais du quitter. Qu’elle retourne à son obscurité, son obscurantisme, son cachot idéologique vicié, sa fermeture d’esprit toxique, et à sa vacuité intellectuelle, morale, et à son insondable manque de positivité  historique et de sens constructif durable pour notre société.

¹ J’attends d’ailleurs toujours les conclusions de l’enquête….

la droite française sent vraiment (très) mauvais : après le maire de #Roanne, le cas #Dezempte

CaptureQuand la parole droitière se libère, ça dégrade l’image de toute la France. Ces gens là se prétendent pourtant très attachés à leur pays. Faut voir… je ne suis pas certains que la logorrhée verbale inhumaniste de toutes ces personnalités politiques qui se sont exprimées sur la question des réfugiés améliore en effet notre image à l’étranger, où nous passons de plus en plus pour des gros ploucs franchouillards, racistes, égoïstes, repliés sur notre petit nombril personnel, et en proie à tous les démons d’un passé qu’on pensait révolu. Tout cela pour une minorité d’abrutis qui ne sauraient nous représenter tous.  On passera sur les habituelles sorties médiatiques à la Morano ou Estrosi. Ils sont aussi  irrécupérables que trop bien connus pour leur pourtant bien piètres qualités personnelles, et leurs compétences intellectuelles.  L’attitude si peu républicaine et la médiocrité de quelques autres méritent également d’être mises en lumière, car beaucoup moins connus. Si j’avais le temps, je ferai d’ailleurs un fichier de tous ces élus qui ont refusé d’accueillir des réfugiés, et ils seraient tondus à la libération, le jour du grand soir. 😉  Commençons par celui qui a défrayé la chronique en n’acceptant sur sa commune, Roanne, que des réfugiés chrétiens… Un bijou de bêtise crasse.  Voilà ce que Monsieur (sic) le député-maire Les Républicains de Roanne (Loire), Yves Nicolin, a affirmé, dimanche 6 septembre, sur France Bleu Saint-Etienne Loire : qu’il était prêt à accueillir des réfugiés dans sa ville, « à la condition qu’il soit bien question de réfugiés chrétiens, qui sont persécutés parce que chrétiens en Syrie par Daesh.

Il pousse le vice, cet hypocrite,  jusqu’à prétendre qu’il ne s’agit pas de discrimination,  mais d’une simple précaution, par égard envers la sécurité de ses concitoyens. Quelqu’un(e) pourrait-il rappeler à ce Monsieur les devises de notre (autrefois) république ? Ou lui souffler à l’oreille que si des chrétiens sont victimes de cette secte d’assassins sans scrupules ni morale ni religion, c’est aussi le cas d’autres minorités comme les yézzidis en Irak (d’ailleurs pourchassés à la fois par les djihadistes et les chrétiens…), et en plus forte majorité, de tant de musulmans dont la foi est toute aussi noble et respectable que la foi chrétienne ? Laquelle a d’ailleurs inspiré également quelques terroristes notoires, il est utile de le préciser…

Capture

Bien des catholiques devraient d’ailleurs se désolidariser de tels propos qui vont à l’encontre des préceptes et des principes de leur religion. Rappelons en outre que ce genre de discriminations est un délit caractérisé, passible de sanctions pénales. Je serais en outre curieux  de savoir ce que les roannais en pensent, histoire de mesurer s’ils sont  aussi peu instruits et ouverts que leur maire, auquel cas j’éviterais d’y passer même pour une pause pipi sur le trajet des vacances. Mais il y a pire encore : le maire de Charvieu-Chavagneux, qui sévit dans sa commune depuis plus  de 30 ans. Un modèle de vertu républicaine… Outre qu’il vient de déclarer sans rire qu’il « ne veut accueillir que des chrétiens car ils ne « décapitent pas leur patron », et autres joyeusetés (« les chrétiens ne mettent pas en danger la sécurité d’autrui; ils n’attaquent pas les trains armés de kalachnikov, ils n’abattent pas des journalistes réunis au sein de leur rédaction ») qui en disent long sur l’état déplorable de son cerveau grillé, petite revue de presse de ses casseroles notoires :

Capture

En fait, tout l’article de Libé, qui date pourtant de 2000, serait à citer pour illustrer les exactions de cet homme extrêmement droitier, plusieurs fois condamné, dont on s’ étonne qu’il puisse encore être maire malgré tout cela.

Capture

j’ai découvert à cette occasion l’existence d’un classement des maires de France. Bien qu’il date un peu, on apprend que cet illustre édile qui manifestement brille surtout par ses non-qualités  n’a même pas la moyenne…  On se demande bien pourquoi.

Capture

Tout cela pour dire qu’on focalise beaucoup sur le FN, mais à droite aussi, les idées racistes, xénophobes et autoritaires de ce parti sont manifestement également bien présentes… Lutter contre. Encore et toujours. Jusqu’à mon  dernier souffle.

profanation du cimetière de Labry : deux cadres du #FN et du #FNJ pris la main dans le pot de m…

Une fois de plus, notre société gangrénée par l’intolérance, le racisme et les pratiques d’extrême-droite a  fait fort. Je veux parler de la stupidité accablante dont on fait preuve  certains réacs notoires et représentants d’extrême-droite officiels à l’occasion  de la dégradation d’une quarantaine de tombes dans le cimetière de Labry en Meurthe-et-Moselle. Pris pas un accès de réactivité, lié lui-même à une information trop rapide, donc incomplète (sans que ceux qui la délivrent ne se préoccupent le moins du monde de la qualité de leur travail), on pouvait lire hier des cadres du FN, comme Dominique Bilde, députée européenne depuis 2014, hier sur tweeter, écrire ceci :

Bild1

bild2

Une position manifestement dans la ligne du parti, puisque bien loin de là,  le Secrétaire Départemental du FNJ du Val d’Oise. Responsable de la 9ème circonscription (95), écrivait ceci :

Véret

Le même m’avouait d’ailleurs, quand je me suis étonné de ces propos lamentables, qu’il se foutait totalement de la morale…  Ce qui explique probablement que lorsque la vérité a été connue, et quand bien même elle ne correspondait guère à la teneur de ce genre de propos, on ne les aient plus entendus.... Probablement sont-ils aussitôt passés à autre chose, une autre calomnie, une autre rumeur, un autre fait divers à tordre pour propager leur sinistre vision du monde…

Capture

De la morale, en effet, chez ces gens là, on sen fout. Calomniez, dites du mal, il en restera toujours quelque chose… Ils pourront toujours rétorquer que l’origine ethnique de ces profanateurs n’est pas indiquée, quand bien fussent-ils de type blanc et européen… Voilà qui en tout cas révèle au grand jour leurs pratiques détestables.

.

¹ .. ces pratiques qui consistent à instrumentaliser systématiquement tout et n’importe quoi, jusqu’au fait divers le plus mineur,  au profit de leur médiocre stratégie électoraliste… Ainsi, le cas de ce cadre du FN qui brûlait des voitures dans son secteur pour faire monter le sentiment d’insécurité, dont j’ai parlé sur ce blog, et qui vient d’être libéré aujourd’hui. Et après là, les mêmes accuseront le laxisme de la justice. Les cons, ça ose tout….

fiche pratique de protection contre les discriminateurs agressifs

don-quichotte-avec-rocinante » Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue. » (attribué à Einstein)

La bêtise crasse de mes congénères revêt bien des formes, et il semblerait que toutes nos caractéristiques personnelles, et surtout celles auxquelles on ne peut pas grand chose, soient pour certain(e)s des sujets de moquerie, de raillerie, de diffamation.  Elles sont prétextes à tous les coups tordus, à la méfiance généralisée et irraisonnée,  à du mépris ou de l’inimitié allant, pourquoi pas tant qu’on y est, jusqu’à la haine de l’autre et la violence, jusqu’au passage à l’acte dans les cas les plus graves. Les discriminateurs, des plus bénins aux plus violents et déterminés,  prennent en effet des prétextes et des chemins plus ou moins sournois  d’une variété infinie pour exprimer leur aversion de tel ou tel trait bien précis correspondant à leurs obsessions personnelles, à propos desquelles il leur serait d’ailleurs bénéfique de consulter, dans l’intérêt collectif comme dans le leur.  Liberté d’expression, avez-vous dit ? C’est ce que revendiquent, paradoxalement, haut et fort, ceux qui seraient les premiers à la supprimer s’ils arrivaient au pouvoir, en fonction de leurs obsessions pathologiques respectives : pas de gros ( à propos desquel(le)s j’ai appris cette ignoble pratique du « fat shaming« ), de noirs, de roux, d’arabes, de juifs, de musulmans, de  « non-blancs », d’homosexuel(le)s, de transsexuels, de femmes, d’handicapés, ou je ne sais quoi d ‘autre (et pourquoi pas ce slut shaming, dont je viens de prendre connaissance, totalement ébahi….?) dans leurs organes de décision, et si possible, dans leur vue et leur vie. J’ai oublié les pires : les gauchistes. Car ceux là, cette engeance maudite, porteurs d’une tare indélébile dans l’esprit trépané de ces gens là, soutiennent plus ou moins activement (et efficacement…), lesdites catégories sociales honnies par eux, ceux qu’on appellera ensuite les discriminateurs. Les gauchistes, c’est bien connu, ce sont des collabos, des traîtres à la cause, des gauchiasses pour reprendre le vocabulaire habituel d’un certain camp politique au discours particulièrement raffiné, au vocabulaire souvent si indéniablement diversifié, et à l’orthographe toujours irréprochable…  Le discours est connu, et convenu. Face à ce camp de la haine de l’Autre et de la moindre différence, nous sommes nombreux à nous engager, de manière plus ou moins spontanée et /ou durable, que ce soit sur les réseaux sociaux, dans une association ou un comité (invisible ou pas), ou de manière autonome. Aussi, comme je vois de nombreuses personnes, tant sur les réseaux sociaux que dans leur vie quotidienne, subir les conséquences de leur engagement contre le racisme, le sexisme, l’homophobie et la  transphobie, et autres discriminations corporelles (ces gens qui insultent les autres sous prétexte qu’ils sont gros, moches (selon quels critères ?), handicapés (physiques, mentaux), ou qu’ils ont une vie sexuelle qui ne leur convient pas, j’ai décidé de m’adresser à eux (donc à nous) pour leur éviter mes propres errements. Tout d’abord, un bon conseil, et je sais de quoi je parle : si vous aimez les autres, et que vous voulez les défendre, les soutenir, commencez par vous mêmes, ne vous négligez pas. Sans quoi, vous risquez fort de vous en mordre les doigts. Certains des individus porteurs des idées lamentables que vous combattez et des préjugés contre lesquels vous luttez peuvent en effet se révéler particulièrement malveillants, et potentiellement violents, et il convient donc de vous prémunir contre leurs agissements. Aussi, commencez par anonymiser vos actions si vous le pouvez.  La plupart des antifascistes, par exemple, qui combattent des gens particulièrement violents, racistes, sexistes, xénophobes, homophobes, et potentiellement dangereux, agissent sous pseudo, et ce n’est certainement pas un hasard. Alors, faites pareil. N’allez pas comme certains que je connais vous lancer dans une publication ou une pétition contre des nazis pour de vrai de manière isolée et irréfléchie. Choisissez l’anonymat, et faites la porter par une structure, une organisation qui a l’habitude de se confronter à ce genre d’individus. Sur les réseaux sociaux, ne donnez jamais votre véritable identité, ce qui permettra à ceux et celles que vous aurez le malheur aujourd’hui ou demain, de contrarier, risquent de vous retrouver d’autant plus facilement que les moyens proposés par Internet le permettent assez  facilement. Et les individus en question ne sont pas toujours tendres, gentils, bienveillants, et animés de la seule intention de débattre avec vous sur le perron de votre domicile personnel, du motif de leurs différends avec vous, et de l’étendue de leurs contrariétés…  Certain(e)s se montrent discriminants de manière affirmée voire agressive surtout  parce que ce sont des esprits faibles à qui Internet permet une (illusoire et toute relative) sensation d’impunité, qui les conduit inconsciemment à se lâcher, sans qu’ils prennent pour la plupart conscience (il faut avoir un cerveau,  pour ça… et surtout l’utiliser) du fait que même internet et les réseaux sociaux sont des espaces publics, où la loi peut s’appliquer également, et que ce que l’on ne se permet pas dans la rue n’est pas davantage autorisé sur le net.  Heureusement, la plupart de ces discriminateurs plus ou moins agressifs se cantonnent pour la grande majorité à vider leur sac à vomi sur les réseaux sociaux, car ils se sentent protégés par leur écran. Dans leur canapé, on ne peut pas leur mettre une gifle ou un bourre-pif… Sans quoi la plupart n’en dirait pas le dixième de ce qu’ils osent.  Mais d’autres peuvent passer à l’acte, d’autant plus volontiers qu’il ne m’est jamais apparu que chacune de ces tares prises isolément (le racisme, le sexisme, la xénophobie, l’homophobie/transphobie, et les adeptes de théories dangereuses comme le  complotisme ou le néo-nazisme), soient le fait d’individus particulièrement équilibrés… Qui résistent donc assez mal aux frustrations et aux contrariétés, en général. Et qui pour les plus extrémistes d’entre eux, comme ceux auxquels je suis en train de m’intéresser en ce moment, ne répugnent aucunement au coup de poing, à l’agression en bandes organisées, et que  la sanction judiciaire de leurs actes, et même la prison pour les plus aguerris (logique qui les mènent au même niveau que les crapules de droit commun, qui tiennent exactement le même discours),  loin de les dissuader, les stimule davantage. Leur bestialité et leur  instinct grégaire les conduit en effet à adopter les codes et le comportement du règne animal dans ce qu’il a de plus agressif et dangereux, d’autant plus qu’il  peut être de surcroit couplé à une sournoiserie dont seul est capable l’esprit humain. Et quand celui-ci se trouve  décuplé  par le recours aux outils électroniques et à internet, leur pouvoir de nuisance peut-être très étendu…. Il s’agit en effet pour les gens dont je veux parler, les Ayoub, les Benedetti, les Gabriac, les Le Lay (non, pas lui, c’est un guignol, qui ne se risquerait pas à un affrontement de proximité…. On appelle ça chez moi des « grandes gueules pisse pas loin », juste capables de coups tordus en douce, sans se mouiller par lui-même… et appelant ses suiveurs, des moutons, à débusquer leur proie, à les harceler, et sans le dire, à l’ agresser… et quand ils ne le peuvent pas, à faire fermer son twitter ou son facebook, méprisable et médiocre vengeance…), et autres moins connus, comme dans toutes les meutes, de montrer leur force, leur capacité de nuisance, pour inspirer la peur par l’intimidation, voire d’inspirer de la terreur. Ce ne sont donc pour moi que des terroristes à traiter comme tels. Et il convient quand on combat ce genre d’individus, même sur Internet, même s’il ne s’agit que d’un combat contre leurs idées répugnantes dont on s’étonne qu’elles aient encore cours aujourd’hui, de prendre un minimum de précautions.  Car même en les prenant, on n’est pas à l’abri de certaines actions d’abrutis finis à la pisse qui ne se préoccupent nullement de faire des victimes collatérales… Et cela d’autant plus que certains de ceux que vous combattez, même si ce ne sont que leurs idées et pas eux personnellement, peuvent avoir dans leurs réseaux personnels des personnalités de premier plan auxquelles ils peuvent  éventuellement avoir recours. Des gens qui peuvent avoir une force de frappe encore plus importante et disposer, même dans les rangs des forces de l’ordre, d’appuis non négligeables. C’est le cas des personnalités que je viens de citer, ce peut donc être le cas des personnalités plus ou moins médiatiques (officiellement ou dans l’Underground politique, à visage masqué) de ceux que vous combattez, et cela quand bien même votre combat est juste et vos idées sont nobles.  Alors, protégez vous. Il suffit de simples précautions. On donne ce genre de conseils à des enfants, la preuve m’est faite très concrètement, au vu d’exemples bien précis et récents, qu’il est éminemment nécessaire de le faire,  élément moteur qui m’a inspiré ce billet. Ne donnez jamais vos coordonnées à quelqu’un(e) dont vous n’êtes pas sûr. Apprenez à compartimenter votre vie, ne mélangez pas tout, vos rôles personnels, militants, et professionnels. Ne permettez pas à ceux qui essaieront d’en savoir plus sur vous un jour de vous retrouver. Ne laissez pas de traces visibles sur le net qui permettraient à vos adversaires, si ce n’est vos ennemis politiques,  de vous identifier. Pseudo bien sûr, mais également comptes sur les réseaux sociaux couplés à des adresses mail spécifiques (et non la vôtre avec votre vrai nom lisible dans l’adresse…), une adresse mail et un compte sur un réseau social pour chaque activité : personnel, politique ou militant, professionnel. Et, dans les cas les plus graves, si vous avez des soupçons de la réelle dangerosité de tel ou telle, au vu d’éléments concrets (il ne s’agit pas de psychoter) qui se rapprocherait un peu trop de vous à votre goût, des précautions élémentaires : évitez d’habiter dans un lieu trop isolé ou sécurisez le (sinon, déménagez si vous le pouvez), restez le moins souvent possible  seul(e), évitez de vous déplacer dans la mesure du possible dans des endroits trop isolés sans être accompagné(e) par quelqu’un qui tient la route, évitez les foules denses, ou restez à leur marge pour pouvoir déguerpir en cas de danger imminent, portez toujours sur vous en cas de besoin une bombe lacrymo, et n’ayez qu’une seule touche sur laquelle appuyer sur votre téléphone portable pour avertir un(e) ami(e) assez costaud(e) ou les forces de l’ordre si nécessaire, portez des chaussures qui courent vite, prévenez quelques membres de votre entourage personnel proche (famille, amis, militants sûrs) des dangers réellement encourus, qu’il convient d’ identifier précisément. Il ne s’agit bien sûr pas de tomber dans une paranoïa excessive comme j’en observe trop souvent certain(e)s, mais de bien analyser le degré de dangerosité des événements dans lesquels vous êtes engagés, de manière à vous préparer et à informer efficacement  à la fois vos proches et les forces de l’ordre (si vous le souhaitez, certains antifas par exemple refusent de s’adresser à elles…) et/ou votre entourage.

Voilà qui est écrit. Ceci est un premier jet. Ce billet est à l’état de projet pour l’instant, et donne à mon sens déjà de bonnes précautions à prendre à ceux et celles qui veulent s’engager dans des actions militantes qui comportent un tant soit peu de dangerosité. Si vous avez des idées, des observations, des commentaires, et surtout des précautions complémentaires à proposer pour alerter nos ami(e)s militant(e)s de quelque cause (défendable…) que ce soit, n’hésitez pas. je les intégrerai bien volontiers. Et surtout, faites connaître l’existence de cet article à touts celles et ceux à qui vous pensez qu’il pourrait être utile. Question de sécurité… voire de survie. Nos amie(e)s militant(e)s sont parfois si inconscient(e)s… Je suis sûr que vous en connaissez autour de vous. Andiamo !

Quand SOS Racisme déconne à plein tube… et qu’une journaliste du Figaro se lâche… #jeportemonmaillotauParcLeo

sos connerieQue les mouvements identitaires et d’extrême droite se jettent aveuglément comme des guêpes dans du sirop de grenadine sur l’événement de Reims sans réfléchir, cela va dans le sens de leur positionnement politique discutable et de leurs pratiques familières détestables. Puisqu’il s’agit pour eux à présent, on l’aura bien compris, tant leurs habitudes convergent, de tordre n’importe quel événement et le moindre fait divers pour l’instrumentaliser contre ce qu’ils considèrent comme leur ennemi commun : l’étranger, volontiers musulman, qui viendrait envahir notre territoire pour y imposer sa loi… Le discours qui pue de la gueule est connu.  Mais qu’une association dont le but est sensé être la lutte contre le racisme se fourvoie dans ce genre d’errements idéologiques où la prise de distance et l’attente des bonnes informations est cruellement absente, voilà qui est plus surprenant. On attend davantage d’un mouvement responsable qui fît l’admiration de notre jeunesse (depuis, on a grandit….). Car contrairement à ce que la prise de position intempestive de celui ou de celle qui se cache derrière l’administration de ce compte tweeter dédié laisse à croire au quidam peu informé, voilà les faits, rien que les faits, et non leur interprétation abusive, et tordue par la droite extrême, sur laquelle a si curieusement rebondit SOS racisme, dont on attendait mieux   :

france info

 « Ni la victime ni les auteures des coups n’ont fait état, lors des auditions, d’un mobile religieux ou d’un mobile moral qui aurait déclenché l’altercation. »

Même le maire de Reims, qu’on ne saurait suspecter de collaboration avec l’ennemi ou d’islamophilie, (pour reprendre la formulation habituelle des  » de droite ») puisqu’il est lui-aussi de droite (Les « républicains ») réfute l’interprêtation répandue par Le Parisien et la première version ( remise à jour depuis) de l’Union, le journal local au sujet de cette altercation.

france info2

Et donc, Monsieur ou Madame de SOS racisme, en quoi s’agit-il, dans cette histoire dont on ne sait encore rien malgré les rumeurs d’une agression à caractère religieux, où est l’oppression, la morale, et le danger de restriction des libertés ? Où est la nécessité et l’obligation du combat féministe, qu’aucun élément ne peut pour l’instant justifier ? Et qu’est-ce que vient faire là dedans le slogan « ni putes ni soumises « , dont nous connaissons fort bien l’origine..  ?  A moins d’adhérer au motif répandu un peu trop précipitamment… J’attends donc tranquillement des explications. On peut tous se tromper, sur les réseaux sociaux, en réagissant un peu trop vite. Suffit de le reconnaitre, plutôt que de s’enfoncer dans son erreur, comme ceci

sos connnerie.2

Etant donné mon engagement personnel et mon comportement au quotidien sur le sujet, le contenu de ce tweet m’a particulièrement blessé, et je demande donc publiquement des excuses. Il n’est pas honteux d’avouer que l’on s’est trompé, et que le terme de violences faites aux femmes, en l’espèce, ne convient pas lorsqu’il s’agit de femmes entre elles. Bien sûr, que je trouve ce genre de violences, comme toutes les agressions physiques, insupportables. Mais là n’est pas la question et vous vous êtes fourvoyé(e) en instrumentalisant ce fait divers qui jusqu’à preuve du contraire n’a rien de religieux ni de politique, et sur lequel vous jetez de l’huile sur le feu, dans un contexte national où les points de tension inter-religieux et sociaux sont déjà suffisamment présents comme cela sans qu’il ne soit nécessaire d’en rajouter.  Point barre

Post-scriptum : heureusement qu’il y a en France de vrais journalistes qui font leur boulot jusqu’au bout… Voir ici (en prime, une vidéo de l’altercation). Parce que au FIgaro, on dirait vraiment qu’ils ont recruté au FN ou chez les identitaires…

bastie

.

Post-scriptum: le coordinateur (bénévole) de SOS racisme sur les réseaux sociaux, Daniel Dhombres, a été éjecté, ses propos ayant été jugés inadmissibles. Ils disaient quoi déjà, ceux qui me prenaient pour un con ?

¹ Extrême-droite dans laquelle j’inclus également, depuis l’acculturation de la droite par le sarkozysme,  la droite dure à la Morano/Estrosi/Ciotti, tant les propos sont similaires et les prises de position automatiques convergentes sur certains sujets…

Pourquoi #MaFranceàMoi, ce n’est pas celle de @ZohraBitan #identitaires

Faut qu'ons'parle

« Ma France à moi, c’est tout autant le couscous et le Kebab que le hachis parmentier et le coq au vin… »

je ne la connaissais pas plus que ça, hormis cette pensée fulgurante qui me soufflait que j’avais déjà dû  voir sa tronche quelque part… Jusqu’à ce que je lise cet article du blog Les Décodeurs dans Le Monde. Intéressant, et ma foi particulièrement illustratif d’une certaine pensée fauxcialiste et accessoirement Vallsienne contaminée par les Identitaires, qui fait mettre dans le même sac sans la moindre conscience de sa contradiction, le Front de Gauche et le FN par le biais du vocable polysémique de « populisme ». Comme si, et  c’est mon cas [et je le revendique haut et fort, et fièrement (moi, je sais d’où je viens…)], aimer le peuple et tenter de défendre politiquement ses intérêts était en soi plus suspicieux que de défendre ceux de l’oligarchie et de ses intérêts financiers et/ou industriels… Et donc, pour en venir au fait, après avoir lu ce que je savais déjà de l’histoire de ce hashtag débile qui avait fait la joie des nationalistes bien franchouillards et souchiens en tous genres, notamment de notre belle extrême droite bien française qui s’en est pourléchée les babines à grands coups de cochonaille accessoirement honnie par les musulmans (c’est un hasard, bien sûr…), j’ai découvert que Madame Zohra Bitan « n’est autre que l’ancienne porte-parole de Manuel Valls pour la primaire socialiste de 2011. Voilà voilà…

En fait, #MaFranceaMoi est surtout le mot-clé d’une campagne de communication destinée à lancer le mouvement de Mme Bitan, Faut qu’on s’parle, dont ni la nature ni le programme n’ont encore été détaillés. »

Tu m’en diras tant ! Belle initiative que voilà…. dans laquelle la grande petite Zohra se complait encore, et encore, sa TL du jour en faisant foi…  Belle opération de com en effet (ahhhh, qu’elle est belle, la France, à la lecture des réactions qui accompagnent ce hashtag !) dont on nous dit qu’elle a été    « soigneusement lancée, mode d’emploi à l’appui, à partir du mois de juin par deux femmes, Zohra Bitan et Bénédicte Jacq. » Laquelle est partie depuis rejoindre Lesdits « républicains »… Belle gauche que voilà, soluble dans le sarkozysme : celle de Valls, forcément… Qu’en attendre d’autre ? Quant à Madame Bitan, Mathilde Damgé, la journaliste des Décodeurs qui a écrit l’article, elle nous apprend ceci : 

Zohra Bitan se distingue désormais par des opinions proches des identitaires (pour les statistiques ethniques, contre l’immigration « économique », le communautarisme, le féminisme…).

A l’occasion de la sortie de son livre, Cette gauche qui nous désintègre (éditions François Bourin, 2014), elle détaillait sa position sur le sujet du « sentiment national », dans une interview au site collaboratif L’Incisif :

« On disait aux Français qu’il fallait vivre avec les immigrés, mais on n’a jamais insisté sur l’inverse. (…) On nous a tellement expliqué qu’il fallait que ce soit le Français qui dise que l’immigration c’est génial, que le Noir est gentil et que le Blanc est méchant, qu’on en a marre. »

Elle témoigne aussi d’un anti-islamisme virulent qui confine à la théorie du complot quand elle dénonce la tenue d’une « nuit du ramadan » à l’Hôtel de Ville de Paris, alors que cette manifestation correspond à un événement culturel et non à une fête religieuse.

Et l’on voudrait que je sois tolérant avec ces gens là, qui déshonorent notre pays et trahissent l’esprit républicain et notre tradition d’hospitalité par leur nationalisme étriqué, leur beaufitude suffisante,  et leur extraordinaire absence d’ouverture d’esprit, de bienveillance envers l’Autre, alors qu’ils se montrent  si indulgents (et manifestement si empressés de récupérer leur voix…) envers cette minorité de xénophobes et de racistes qui empoisonnent notre existence nationale, et dont les idées puantes se répandent comme une traînée de poudre jusque dans un parti qui se veut (en vain pour l’instant) de gauche ? Cela en dit long sur la modernité de Valls, cet homme qui se dit, le cœur sur la main, de gauche…. Comme sa gauche n’est pas la mienne, la France de Madame Bitan ne l’est pas davantage. Elle  est un plus colorée, métissée, et toutes les religions y ont leur place, tant qu’elles ne viennent pas troubler l’ordre public et la joie d’être ensemble, quelle que soit notre confession… ou son absence. Et puis, ce genre d’idées, on sait trop bien où elles mènent…. Sans moi.

vautours identitaires pris en plein vol #isere

CIbAadYWgAEPbJ5Capture0

et pendant ce temps là…

Capture Capture2

Capture3 Capture4 Capture5 Capture6 Capture7 Capture8 Capture9 Capture10 Capture11 Capture12Capture13

Capture14
source : cliquez sur le texte

. Capture15 Capture16 Capture17

Capture