Politiques, vous n’aurez pas notre haine

Quand je pense qu’il y a peu, je dénonçais vertement, comme en ma triste habitude quotidienne, depuis plus d’une dizaine d’années maintenant, ce genre de propos ignobles, d’une multi-récidiviste de la haine raciste et homophobe :

Et voilà qu’à présent, il me faut condamner ceux de l’une de ses victimes, parmi la plus obsessionnelle, comme si cette ex-macroniste là ne lui pardonnait pas son origine, jusqu’à lui prêter une religion bien commode actuellement pour asseoir sa haine… Je ne pensais pas voir cette même cible d’attaques racistes, que je condamne sans réserve malgré notre grande divergence idéologique, converger vers ce même genre d’idées xénophobes dès le surlendemain…

Ma réponse est sans appel :

Depuis tout ce temps, plus de 30 ans, que j’observe la vie politique française, et que je braque mes projecteurs si personnels vers l’extrême-droite, mon ennemi politique viscéral, je ne peux que me désoler de ce que leurs idées aient autant infusé tout le spectre politique : immigration et sécurité sont devenus de plus en plus centraux comme jamais dans tous les programmes politiques, et plus aucun camp n’est épargné par cette logique désastreuse.

Il est vrai que depuis, comme je l’écrivais encore hier, les attentats sont passés par là… qui ont créé un effet de sidération dans l’intelligentsia, comme figée par l’émotion. Mais doit-on à ce point donner raison au projet machiavélique de leurs auteurs, en faisant des migrants et de ceux que la fachosphère tentent d’amalgamer, les musulmans, en terroristes, des boucs émissaires un peu trop faciles, qui sous le coup de cet insupportable rejet national (iste), se verront à leur tour remplis de ressentiment, si ce n’est de haine ?

La haine entraîne la haine, c’est un fait majoritaire. L’exemple de Hanau n’en et qu’un triste exemple, sûrement pas le dernier… Notre société en est emplie, sur les réseaux sociaux, dans la vie publique et politique. L’irresponsabilité politique publique en la matière qui nous occupe ici est patente, quand les principaux inspirateurs de cette haine raciste et xénophobe nourrie de complotisme, qui tue, massivement, refusent leurs propres responsabilités en la matière. Cette anecdote médiatique démontre assez le déni dans lequel certains sont enfermés, dans notre pays :

Quand sortiront nous enfin de ce cercle infernal ?

Oui, Guy (ton livre est encore là, près de moi…), c’est même la seule question qui vaille, aujourd’hui. Essentielle : comment mettre un peu plus d’amour et de tendresse dans ce monde de m… (censuré).

Post-scriptum : Tu as choisi un bon chemin (ceux qui savent comprendront).

Journalisme de complaisance ou d’investigation ? Les français veulent du cash !

Captureje me souviens d’une critique de ce glorieux animateur de shows médiatiques (dont on me dit qu’il a repris le service d’information d’Europe 1 à  l’heure du déjeuner (il y de la chance pour les crapules) pour qui Cash Investigation, ce n’était pas du journalisme.  Le même pour qui Médiapart, ce n’en est pas non plus.  Pourtant, et encore plus après l’émission d’hier, on sait tous ici que parmi ces médias là, s’il y a un journaliste, ce n’est pas lui. Car en plus de ses nombreuses erreurs d’analyse sur des événements importants, comme on a pu le voir à l’occasion de l’affaire Cahuzac, où il s’est magistralement planté, et refuse de le reconnaitre malgré l’évidence, une formule le résume : journalisme de complaisance. Ce n’est franchement en effet pas grâce à ce genre d’individus qui sait si bien se vendre au plus offrant (ce n’est pas le seul, il y en a d’autres, et de pires)  qu’on aurait pu apprendre ce que l’émission d’Elise Lucet nous à montré, et démontré hier soir,  dans l’émission intitulée « Mon président est en voyage d’affaires », de Cash investigation. Ce président de la république abaissé qui, en Azerbaïdjan, se montre si soumis aux moindres désirs de son hôte, qui se ridiculise la pelle et l’arrosoir à la main, et qui loin des ses promesses de respectabilité, accueille sans honte, à plusieurs reprises, le dictateur Ilham Aliev. Le site de l’émission nous apprend que 3 autres ont été également accueillis à bras ouverts à l’Élysée. « Les élans éthiques du Bourget sont bien loin. » Cet autre, à Paris (je ne sais plus quel arrondissement), élu si abject (républicain, vraiment ?), qui va jusqu’à justifier les dictatures car selon lui elles seraient préférables au désordre…  Cet ignoble Mariani, qui nie sans le moindre scrupule, pris la main dans le sac, tout conflit d’intérêt, et pour qui seul l’argent compte, bien loin de toute préoccupation des droits humains,  qui ne l’effleure même pas. Et bien sûr, clou du spectacle, ce que tout le monde attendait (effet buzz garanti..), le moment Rachida :

Elise Lucet a cherché à obtenir des réponses sur un éventuel conflit d’intérêts entre Rachida Dati et la société Engie, l’ancien GDF-Suez. La journaliste court après l’élue dans les couloirs du parlement. Agacée, la députée lui répond que ce sont «des accusations à la con», la qualifie de «pauvre fille» et juge sa carrière «pathétique». Aujourd’hui, elle plaide le fameux « choc émotionnel« . On ne rit pas, ça excuse bien évidemment toutes les compromissions, de même que de fermer les yeux sur les nombreuses exactions du Président de ce pays… Ami, vraiment ? Il faut dire à sa décharge que Madame Dati a de gros besoins matériels à satisfaire, elle qui s’est habituée aux ors des palais de la république…

Après l’Azerbaïdjan, on se retrouve dans le dossier, encore plus problématique cette fois pour l’ancien président Sarkozy, du Kazakhgate. Il s’agit  un contrat pour la vente d’une cinquantaine d’hélicoptères, signé en 2009 sous la présidence de Nicolas Sarkozy,  » Certains éléments laissent penser que, afin de conclure la vente, l’Élysée serait intervenu pour aider un proche du président kazakh aux prises avec la justice belge. »

Et donc, Monsieur Aphatie, si Madame Lucet n’avait pas fait le job que vous dédaignez tant, aurions-nous appris tout cela ? Nous serions nous retrouvés confortés (sic)  dans notre idée que nos élus ont un comportement qui déshonore les principes républicains ? Qu’il est urgent de retrouver des pratiques un peu plus conformes à ce que les français attendent de leurs représentants ? Si ça, ce n’est pas du journalisme, qu’est-ce donc ? Les français veulent savoir ! ¹

.

¹ ah zut, c’est pas de lui, mais d’un autre…

Rachida Dati découvre le fil à couper le beur… #UMP

stop-islamophobie-actions

Quelques années après son éviction d’un gouvernement qui fera date dans l’histoire de l’épandage des thèses racistes en France, et de la porosité idéologique entre l’UMP et le FN si caractéristique du sarkozysme, voilà que l’ancienne ministre de la justice que fut, autrefois, Rachida Dati, s’avise enfin que son parti contient un poison mortel pour notre République :  l’islamophobie… Mieux vaut tard que jamais !  je n’ai pas envie de « repartir sur une campagne fondée sur les cantines halal ou la burqa. » a-t-elle déclaré suite à la proposition de Sarkozy d’intégrer l’organisation de l’UMP. Mais bon, l’avenir nous dira s’il s’agit d’une promesse d’ivrogne ou pas. Car je retiens en mémoire l’attitude de l’une de ses consœurs,  NKM,  qui dans un premier temps refusait un poste de secrétaire nationale au prétexte qu’elle n’aime pas les fachos (allusion à la présence de la droite dure et de transfuge(s) du FN  aux côtés de Sarkozy) pour finalement accepter quand même… « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ».

Oh, m… , j’ai (encore) marché dans du journalisme de caniveau

 

 600px-Street_gutter_in_Old_Town_Stockholm

« Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d’entre nous regardent les étoiles ». (Oscar Wilde)

 Le média dont il sera question est connu pour cela, et vous en trouverez de nombreux exemplaires sur la table basse de la salle d’attente de votre dentiste ou de votre médecin s’il vous prend pour un con n’est pas soucieux de la qualité de vos lectures. Pourtant, le racolage actif dont il fait preuve avec la complicité de google m’a amené à mettre les pieds dans la m… le plat par le biais de google news, malgré mes items de recherche préférés pourtant dûment enregistrés. Cette fois, c’est de Rachida Dati dont il s’agira. Ce journalisme là ne vous gratifiera surtout pas d’une analyse (ça fait mal la tête) de ses actions lorsqu’elle était garde des sceaux (dont nous sommes probablement nombreux à garder personnellement des traces plutôt amères), mais plus volontiers des rumeurs les plus folles concernant ses amants, du fait qu’elle est méchante avec les journalistes, qu’ « on a intérêt à avoir un casier judiciaire vierge si on s’affronte à elle, car elle terrorise les gens en leur disant qu’elle a des dossiers, qu’elle va tout balancer! Ou alors qu’elle va leur envoyer ses frères »… et aussi ô joie culminante de l’information de l’étage du dessous si proche de la cave, que « Rachida Dati  balance beaucoup plus sur NKM que l’inverse ». C’est dit. Et écrit !

 Que quelqu’un(e)  ait  pris le temps de faire un livre avec toutes ces ordures me surprendra toujours. Je ne serai en revanche pas surpris de ne pas prendre le temps de le lire. Et ce ne sera pas parceque je ne suis pas de droite, ou que je n’apprécie guère le personnage de cet ancien garde des sceaux… . Je m’intéresse en effet, cela en surprendra peut-être certains, à la politique pour autre chose que de savoir si sa petite culotte est blanche… Désolé Madame Michu.

 Et dire que je (ne) suis (que) blogueur,  non influent. Et que Madame Chavelet a une carte de presse… Misère du journalisme français.

41eUJ7Qpw5L__AA278_PIkin4,BottomRight,-46,22_AA300_SH20_OU08_

les excès de sondages nuisent gravement à la démocratie… et à notre porte-monnaie

faut-l-mieux-encadrer-sondages_3h7vx_480x270_1hl1ut

Si seulement nos dirigeants pouvaient enfin avoir à assumer concrètement les conséquences de leurs actes comme tout citoyen qui se respecte. Ce n’est pas seulement un lieu commun à connotation éventuellement  populiste, genre discussion de comptoir, servant à discréditer la fonction politique, comme ne manqueront pas de le rétorquer de potentiels détracteurs malveillants, ce qui ne serait d’aucune manière mon propos. [Je tiens en effet la politique en haute estime, et j’en ai une idée plus noble, sans quoi je ne m’escrimerais pas à  consacrer à cette passion autant de temps,  à travers ce blog notamment.] C’est aussi et surtout une exigence sociétale de plus en plus forte, par delà les considérations de politique politicienne. L’insatisfaction et l’aigreur populaires  se nourrissent en effet du terreau acide des affaires économico politico judiciaires dont aiment à se servir l’extrême droite en général et le FN en particulier.  Elle n’est pourtant elle même pas franchement  exempte de tous reproches, malgré ses déclarations à l’emporte-pièce qui laisseraient à penser à un public non correctement  informé que le chevalier blanc serait de ce côté-là… Ce qui est faux, et facilement réfutable notamment par la production de la liste des condamnations dont les élus et sympathisants de l’extrême droite eux aussi ont été frappés.  Cela ne suffit manifestement pas à les faire taire pour autant quant aux faux-semblants de leur virginité judiciaire, mais ces gens là ne sont pas vraiment réputés pour leur extraordinaire cohérence intellectuelle…

 Le tabou des responsabilités présidentielles a cependant déjà été levé par la justice grâce à la condamnation d’un ancien président de la république, Jacques Chirac. Ce n’était pourtant semble-t-il qu’un bien petit joueur à côté d’un autre, quelque peu plus malfaisant et confondant encore plus volontiers qu’un autre  intérêts privés et position publique officielle de haut niveau sensée garantir la neutralité des pouvoirs et le caractère désintéressé de la fonction. On pourra cependant en juger au travers du niveau d’enrichissement personnel qui fut le sien en 5 ans… qui ne doit bien sûr rien à son éminente fonction.

 Aussi, vous comprendrez que compte tenu de l’ensemble de ces considérations,  je sois fort satisfait et un rien jubilant intérieurement – et je tenais donc à vous faire partager ma joie comme toujours en pareille circonstance – d’apprendre que l’association Anticor, que je soutiens activement, vient de porter plainte contre le gouvernement Fillon pour détournements de fonds publics. C’est un sujet que je connais bien, depuis quelques années déja. Voilà  qui méritait donc un grand billet. Explications, grâce à Elodie Gueguen, de France Info :

Sans titre

« la menteuse de la République »

source : cpolitic (cliquez sur l’image)

Depuis la chute de la Sarkozie, les masques continuent de tomber à l’UMP, et l’on s’aperçoit au fil du temps que le seul liant était donc, plus que des valeurs, la peur du chef comme vecteur d’unité, comme souvent dans une certaine droite…  Ainsi, la dernière sortie de l’ancien ministre de la défense sarkozyste, Hervé Morin, qui avec une élégance remarquable vient de qualifier l’ancienne garde des sceaux sarkozyste elle-aussi (d’ailleurs bien mal récompensée pour ses bons et loyaux services…) de « menteuse de la République« . Une référence à peine voilée à une autre femme politique, si bien qualifiée par ce même genre d’individus de « putain de la République » ?

J’ai beau avoir envie de me réjouir de cette guerre fratricide en train de se dérouler sous nos yeux à droite, je crains de ne pouvoir véritablement apprécier mon bonheur quand les décisions prises par une femme, et les arguments employés pour les justifier, sont davantage condamnables que lorsqu’il s’agit d’un homme… qui eux auraient donc tous les droits. J’ai beau ne pas apprécier Rachida Dati, force nous est de constater que la parité à droite, c ‘est pas gagné… Pas plus que la grandeur d’âme d’ailleurs : malgré ma basse extraction, on m’a toujours appris que frapper une femme (à terre en plus !),  c’est mal.

Une Ministre de la justice condamnée, une première !

… et en plus elle n’aime pas le Mur pour la Paix (c’est pas bien !).

L’ancienne garde des des sceaux et actuelle Maire UMP du VIIe arrondissement de Paris vient d’être condamnée pour diffamation envers les époux Halter à  à une amende de 2.000 euros avec sursis, ainsi qu’à  4.000 euros de dommages et intérêts et 3.000 euros de frais de justice. Elle devra également faire publier cette condamnation dans la presse. Cette décision revêt un caractère exceptionnel puisque de mémoire de juges on n’ avait jamais vu un Ministre de la justice (elle l’était au moment des faits)  condamné.

Si ça continue comme ça, Sarkozy risque bien de se retrouver dans le Guiness des records pour avoir été le Président dont les membres de gouvernements ont collecté le plus grand nombre de condamnations… #jedisçajedisrien.

.

la droite fait parler la poudre…

Rachida Dati dans le rôle de Calamity Jane…

Voilà qui pourrait éventuellement réjouir les militants de gauche si ce genre d’affaires ne s’empilait déjà sur une série d’autres tout aussi lamentables qui caractérise cette atmosphère de fin de règne qui donne déjà une image si déplorable de notre pays.

 L’orgueil que l’on sait démesuré de Madame Dati a eu manifestement à pâtir de son éviction du gouvernement après un bilan qu’elle juge certainement très positif… Elle n’a fait après tout qu’obéir aux ordres de son mentor d’alors, en démantelant l’organisation judiciaire française, entraînant de manière inédite les magistrats et personnels judiciaires dans la rue, en 2008.

 Mais aujourd’hui, ce n’est pas son ancien rôle de Ministre de la justice, ni même son mandat de députée européenne qui l’amène sur le devant de  la seine scène, mais son combat pour arracher la députation dans la 2ème circonscription de Paris, face à François Fillon, notre bon premier ministre. Probable qu’il anticipe déjà sur un échec de la majorité aux présidentielles et qu’il tienne absolument à ce parachutage pour se recaser après les présidentielles de 2012.

 Aussi, pour le mettre en défaut, Rachida Dati tente d’utiliser à son bénéfice la nomination du fils de Tibéri ( l’ancien maire de Paris condamné comme on le sait pour trafic d’électeurs), au poste de contrôleur général économique et financier, contre l’avis d’ailleurs de la commission d’évaluation… Bienvenue en Sarkozie, puisqu’il vous sera utile de savoir, afin de parfaire votre appétence pour la démocratie, que Monsieur Tibéri a promis cette circonscription à… devinez qui ? Monsieur Fillon. Rien que du beau linge, on vous dit, à l’UMP…  République irréprochable, avez-vous dit ?

http://playertv-radiofrance.pad-playertv.brainsonic.com/playertv-src//sources/20110414200320_player_noir.swf

Un autre monde est certainement possible…

les blogueurs ne sont pas tous des lumières…

Quand je vois le nombre de gens, même dans des journaux prétendument sérieux, qui préfèrent perdre leur temps à commenter les laspus à la con de Rachida Dati, qui n’existe même plus dans le paysage politique, plutôt que de développer de vrais sujets, je me dis que la bêtise humaine n’est pas près de s’éteindre…

Ps. Juan, désolé, mais pour une fois, tu me déçois…

Portrait d’un « philosophe » en couleuvre vipèrine

.
(cliquez sur le lien ci-dessus,  pour voir…)
.
.

Morandini est ravi de lâcher cela sur son blog comme un paparazzi qui aurait volé la petite culotte de Madona pour la vendre à Voici… je me suis donc demandé, en sélectionnant cette information, ce que pourrait être ma plus value en vous la livrant ici, à part m’en démarquer en disant beurk ça pue, et en mimant « l’air pincé de la reine d’Angleterre qui aurait trouvé un caca d’oiseau dans son assiette à dessert ».

J’ai commencé par retirer de leur contexte parasitaire les deux phrases qui fondent la polémique pour les regarder froidement, dans le blanc de la page web. La première concerne Rachida Dati :

« Quand on sait que quelqu’un se fout de l’Europe comme de l’an 40 et qu’il tire la principale liste aux élections européennes, ce n’est pas bon pour la politique. »

Cette assertion détient sans conteste une part de vérité puisque nous avons été nombreux à visionner la fameuse séquence où elle croit le micro fermé (voir ici) au parlement européen, et qu’elle avoue sa lassitude et son désintérêt. Par ailleurs, nous savons aussi qu’elle y a été contrainte et forcée par Sarko le fâcho, qui n’avait pas digéré que Rama Yade, elle, ait le cran de refuser. Que l’attitude et les propos de Madame Dati déshonorent la fonction politique sont donc d’une réalité indubitable. On peut pinailler sur le fait que Monsieur Ferry se serve d’une expression dont ses détracteurs (comme les miens quand je l’utilise aussi dans l’un de mes billets (y a toujours un troll bien niais qui plonge à cet endroit là !) pourraient relever que l’an 40 recèle une importance historique cruciale dont il s’agit de ne pas se moquer. Mais là, vraiment, c’est chercher des poux dans la tête du chauve….

j’avoue donc : de ce côté là, je repars bredouille. Après avoir disséqué la grenouille, je n’ai donc pas « trouvé son âme à la pointe de mon scalpel ».

Passons dans ce cas à la citation suivante :

« Si les critères de sélection des ministres, c’est d’être capable de faire la Une de Gala, je dis non »[…] « Rama Yade qu’on la mette ailleurs« .

Malgré mes diatribes gauchisantes et mon esprit franchement hémiplégique qui me font taper sur la droite assez volontiers, je n’ai jamais pensé que Rama Yade était une idiote, et qu’elle pouvait se résumer à l’image glacée que l’on donnait d’elle, ou qu’elle même devait donner aux médias pour se protéger de la bêtise générale. Qu’elle ne se montre pas aussi intéressée par le sport qu’elle le devrait, peut-être ne suis-je pas très bien placé pour en juger vu que moi non plus je n’aime pas ça.

Reste l’attaque gratuite et non étayée de Luc (ce qui à l’envers fait cul, je tiens à le signaler expressément, puisque c’en est un, et de basse-fosse… pour les pensées !) quant à la plastique ma foi fort plaisante de Rama, je me dis qu’effectivement, si je ne me lasse pas de l’admirer, je me débarrasse plus volontiers visuellement de la trogne de Monsieur Ferry. Surtout quand il éructe et bave… et qu’il nous accable de son mépris et nous vomit toute son aigreur, ce qui vous en conviendrez aisément, ne nous apparait pas particulièrement philosophique.

Sans compter que sa carrière somme toute assez brève de Ministre de l’éducation nationale dans un gouvernement de droite ne nous a pas laissé de souvenir impérissable.

Mais retenons un point : ce Monsieur parle là de la sélection des ministres… Malgré tout le mal qu’il pense de celle que nous venons de citer, n’y aurait-il point là comme une pointe de jalousie ? Elle est très mauvaise conseillère, et ne fait manifestement pas la gloire de celui qui s’y livre.

Conclusion : Luc Ferry est un fat outrecuidant ainsi qu’une outre vide. CQFD. Épicétout !

(L’ais-je bien jouée ?)