Et si l’on parlait de la compétitivité des grands patrons et des politiques ?

Que les salariés de PSA ou de Ford profitent du salon de l’automobile pour exprimer leur désarroi et leur colère est on ne peut plus légitime. Ils ont en effet de sérieuses raisons d’être mécontents, et de (se) défier (de) la parole politique. Souvenez-vous avec quel aplomb le ministre improductif d’alors, Eric Besson, répondait aux rumeurs de fermeture en soutenant qu’il avait obtenu l’assurance de la part de la direction de Peugeot qu’Aulnay sous bois et Sevelnord ne seraient pas fermés… pour qu’il en soit malgré tout question dès le lendemain du second tour des présidentielles ! Qui se souvient que Sarkozy s’était même engagé personnellement à sauver le site d’Aulnay ? Misérable miracle, comme dirait Michaux. Comment voulez-vous dans ces conditions que les français croient encore en de belles paroles qui s’envolent dès le temps des élections (provisoirement) terminé ? Un défaut de crédibilité politique majeur, quel que soient les partis en présence, assurément. Car nous sommes là en face d’une responsabilité collective. Tout le monde savait, à propos de Peugeot, y compris les dirigeants socialistes. Cochon qui s’en dédit.

Entendre parler de surcroît de défaut de compétitivité et d’alléger le coût du travail de la part de certains grands patrons relève d’un cynisme mondialisé absolu. Certaines contre-vérités ont de quoi mettre le feu aux poudres, surtout lorsque n’importe quel syndicaliste de France (voire même n’importe quel employé correctement informé) sait que la productivité d’un salarié français est l’une des plus fortes au monde, malgré un temps de travail annuel moindre. Quant au coût du travail français, l’un des critères utilisés, celui du coût horaire moyen du travail classe la France, avec 34,20 euros de l’heure,  derrière le Danemark (38,60 €), la Suède (39,10 €) et la Belgique (39,30 €) (source). Alors, qu’est-ce qu’ils voudraient, ces grands patrons qui n’en ont jamais assez, mus par la seule cupidité de leurs actionnaires, comme le cas(se) de PSA l’a si clairement démontré ? Que l’on paie les salariés français au même tarif que les travailleurs chinois ou marocains ? Qu’ils fassent gaffe, ces grands patrons, car même en Chine, on se révolte pour de meilleures conditions de travail. Et quand on sait que la France s’honore d’un taux de suicides particulièrement élevé vis à vis d’autres pays, et qu’ils vont jusqu’à s’opérer jusque sur leur propre lieu de travail,   on pourrait peut être cesser de ne considérer que la dimension financière de chaque sujet que l’on traite, et tenir compte un peu plus d’autres facteurs qui intéressent me semblent-ils tout autant  l’ensemble de notre collectivité. Ceci d’autant plus que ces grands patrons n’ont pas davantage été foutus de faire régresser significativement le chômage, malgré leurs belles théories, et leurs jérémiades récurrentes sur la charge insupportable des cotisations sociales. Par contre, leur revenu lui… On n’en parle guère. Et pourtant… CQFD. Les salariés de France et de Navarre seront-ils toujours condamnés à se retrouver dans le rôle des dindons de la farce économique qui se joue devant nous en ce moment ? Sauront-ils se défendre efficacement ? La suite au prochain épisode. Et rendez-vous demain pour un premier avant-goût.

.

Tuer le silence

Travailler tue en toute impunité : pour combien de temps encore ?

00731452401120

Chaque jour, depuis des dizaines d’années, des salariés meurent deux fois. Leurs familles souffrent deux fois. Ce sont des mots. C’était la vie de Jérôme Bianco. Qui meurt en lavant des vitres. Qui tombe d’une nacelle. Parce que L’Oréal fait des « économies » sur les rambardes de sécurité et utilise un sous-traitant. Lequel, à son tour, fait des économies sur la formation et les équipements de protection. Et puis, là, au Technocentre Renault-Guyancourt, c’est un salarié qui saute du 5ème étage devant ses collègues, victime d’impératifs de productivité intenables, et des harcèlements qui vont avec. (…)

La suite sur Copernic.org


Signer la pétition


Campagne de la Fondation Copernic relayée par       Mouvements,        Là-bas dans le Tarn,        Europe Solidaire,       Où va la CGT, Licenciements, ruptures et coups de sang,         CNR Midi-Pyrénées,         Résistance inventerre,        Regards, fédération des Bouches du rhône du PCF, Médiapart,     Solidaires,     Michel Royer (conseiller municipal de Sallaumines),    Henri Moulinier,    Sud téléperformances,       Désirs d’avenir Orange,      Fédération Seine maritime du PS, SUD étudiant Nanterre,       le blog de Sudcam AV,         L’hyppocampe associé,         la gauche verte,         site web de Didier Desprez,    Caroline.mecary

Vous aussi, relayez !