bandeau

et si l’on taclait les candidats sur l’emploi des jeunes ? Génération précaire 2012 recrute !

Quand vous aurez lu le contenu de ce qui suit, vu ici, vous comprendrez mieux pourquoi je me suis senti obligé de soutenir cette initiative peu banale… Place au peuple ! Même (surtout) jeune :

 

 Bonjour à tous,

Vous avez cru au titre ? Mais non, on plaisante ! On a compris, vous êtes jeunes, en bonne santé, accros à Facebook, pourquoi vous payer,  hein ? On recrute des bénévoles.

Nous vous proposons de rejoindre Génération Précaire sur la période des présidentielles 2012 !

Nous avons actuellement un projet –machiavélique- qui permettrait aux différents candidats de monter en compétence sur cette campagne. Et que le meilleur élève gagne !

Après 6 ans d’existence, on estime qu’on a fait la plus grosse partie de notre travail de lobbyiste, et qu’il faut faire travailler les gens payés pour ça (les élus, et ceux qui veulent l’être, j’entends), et on a quasiment tous l’âge du premier emploi durable (qui s’obtient, ne l’oublions pas, en moyenne à 28 ans) donc on est pressés, très occupés, il faut se partager le travail.

Pour cela, nous avons besoin de monde, et donc, Génération Précaire recrute :

Sur le projet 2012 :

 Nous avons besoin de veilleurs sur les partis français,

 Nous avons besoin de rédacteurs, et de communicants

De manière générale :

 Nous avons besoin de juristes prêts à aider les précaires en détresse

 Nous avons besoin de gens motivés, prêts à témoigner pour sensibiliser à la « cause »

 Nous avons besoin de gens pour relayer les infos et animer le site web

 Nous avons besoin d’un réseau dense cette année, partout en France : on nous demande souvent des contacts sur Lyon, Aix, Rennes, etc.

Au fil de ses 6 années d’existence le collectif a participé au vote de 3 lois : en mars 2006, novembre 2009 et juillet 2011, autant de lois améliorant le statut des jeunes en entreprises, et a évolué vers une réflexion plus globale sur l’insertion proposée aux jeunes : stages à rallonge, auto-entrepreneuriat, services civiques, CDD et intérims sans fin, menant au déclassement et à une vision pas toujours appréciée du monde de l’entreprise, cette dernière considérant sans indulgence cette génération Y un peu trop ambitieuse, dispersée et mercenaire, qui surfe sur Twitter et veut bien respecter son chef mais uniquement s’il est respectable.

  • A l’heure où pour obtenir un logement il faut être en CDI, et où un jeune sur 4 est au chômage, Génération Précaire a rappelé constamment auprès des partenaires sociaux et représentants politiques la nécessité de considérer les jeunes comme un atout.
  • On a également participé au projet européen de charte, rencontré nos homologues en Italie, Espagne, Grèce, Royaume-Uni.
  • On a fait des bals masqué, des procès, des ateliers de CV, des badges, on a épuisé plusieurs ministres de l’Enseignement Supérieur. Tout ça pour dire que l’on a bien travaillé et que quand on le veut, il suffit d’être une poignée pour changer les choses !

DONC Si vous avez du temps libre, que vous êtes en recherche d’emploi, à temps partiel, ou que vous êtes un peu énervé, rejoignez-nous cette année ! Nous sommes toujours bénévoles, sans structure juridique, indépendants politiquement, toujours aussi motivés à l’idée de faire changer les politiques d‘insertion de la jeunesse, et nous avons plein d’idées ! Nous avons également besoin des vôtres, de votre motivation, de votre énergie ! Nous contacter pour plus d’infos sur :

contact@generation-precaire.org

  • Sinon, vous nous suivez sur Twitter ?
  • @GenerationPreca Ca va bouger pas mal de ce côté sur la campagne… et aussi sur @Young_&_Poor

A bientôt donc !

.

melenchon-4188046oghxp_1902

Mélenchon invité du grand jury : prise de notes sonores…

Jean-Michel Aphatie | 05/02/2012 – 19h10 écouter Comment le candidat du Front de gauche compte t-il augmenter le SMIC ? Selon quelles modalités ? Les réponses de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Michel Aphatie | 05/02/2012 – 19h11 écouter Claude Guéant a t-il raison de hiérarchiser les civilisations ? Les réponses de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Michel Aphatie | 05/02/2012 – 19h32 écouter Jean-Luc Mélenchon invité du Grand Jury

Marie-Bénédicte Allaire | 05/02/2012 – 09h23 écouter Le portrait de Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury

Mélenchon : « il faut augmenter les salaires ! »

Le candidat du Front de Gauche était au Grand Jury, sur RTL, Figaro et LCI. Face, à Etienne Mougeotte, Eric Revel et Jean-Michel Apathie, autrement dit en territoire hostile, Jean-Luc Mélenchon a insisté sur l’importance d’augmenter le SMIC et a explicité sa position sur l’Europe.

Le débat s’est ouvert sur une question d’actualité : les propos du ministre de l’Intérieur : « Monsieur Guéant confond un principe politique, le respect des droits de l’homme, et ce qu’est une civilisation ». C’est pour le candidat du Front de Gauche une nouvelle dérive, une provocation de Claude Guéant.

Pour Jean-Luc Mélenchon, il reste des différences entre l’UMP et le FN, mais « nous sommes inquiets. Lorsqu’on regarde ce qui s’est passé depuis ces deux dernières années, on voit qu’il y a de plus en plus de convergences. L’UMP a abattu les digues qui le séparait du Front National.»

Il a ensuite était questionné sur une proposition commune à L’UMP et au Front National, qui sont tous les deux pour l’apprentissage à 14 ans. « Nous nous sommes contre, mais pas parce que les deux autres sont pour. On pense qu’on a besoin d’élever le niveau, d’amener toujours plus de jeunes au BAC, y compris professionnel. Dans de nombreux cas, les jeunes on pousse les jeunes en apprentissage pour les sortir de l’école. Et 25 % des contrats d’apprentissages sont brisés dans les 3 premiers mois, après les jeunes sont dans la nature. Il faut les maintenir sous statuts scolaire. »

Interrogé sur la faisabilité d’élever le SMIC à 1700 euros, Jean-Luc Mélenchon a expliqué que « le but est d’élever toute l’échelle des salaires en faisant levier avec le SMIC. La CGT, les partenaires sociaux le disent bien, il faut augmenter les salaires. » Pour le candidat, la mesure est avant tout humaine : « le SMIC c’est à peine au dessus du seuil de pauvreté, on ne peut pas vivre dignement avec 1000 euros par mois». Mais c’est aussi une mesure économique : « c’est de la relance par la consommation. C’est un transfert. 10 % de PIB à récupérer du capital pour le réinjecter dans le travail. »

Les journalistes ont ensuite longuement insisté pour savoir si le Front de Gauche ne demandait pas au fond, à sortir de l’Euro. Non, pour Jean-Luc Mélenchon, mais « il faudrait que l’euro soit beaucoup plus faible, c’est le principal poids qui pèse sur la compétitivité. Ce n’est pas le travail, les Français battent des records de productivité. Nous devons faire bouger le curseur en Europe pour faire baisser l’euro. »

Et quant au prochain traité, « il faut le refuser, par référendum ». Jean-Luc Mélenchon insiste bien : « on ne veut pas sortir de l’Union Européenne, on veut un autre traité, avec des exigences sociales, pour éviter le dumping […] Et surtout avec une refondation de la banque centrale européenne. »

Enfin le candidat a rappelé qu’il était disponible pour discuter avec Hollande, mais pas pour négocier avant le premier tour des élections, s’inscrivant dans la stratégie qui a toujours était celle du PCF. Sa priorité reste de se battre contre les idées du front national, « sur le terrain, argument contre argument. »

source

.

Le bordel à droite, c’est (toujours) réjouissant

(si vous voulez vous cultiver sur l’art du ricochet sans laisser la place à Valérie, c’est ici)

.

C’est la fête à neuneu… (et en plus, elle est de par ici, alors c’est encore plus jouissif !) 

 UMP: Rosso-Debord critique Bussereau qui critique Copé

  Valérie Rosso-Debord, délégué adjointe de l’UMP, n’a pas apprécié la sortie de Dominique Bussereau sur le chef du parti majoritaire, Jean-François Copé. Dans un communiqué, la députée de Meurthe-et-Moselle «s’interroge sur les motivations» de l’ex-ministre, qui dans une interview au Figaro, juge «le langage de Jean-François Copé trop libéral et trop conflictuel».

«C’est regrettable, inutile et contreproductif», estime Valérie Rosso-Debord qui souligne que Dominique Bussereau «avait beaucoup de lieux et d’instances» autres que la presse «pour évoquer ses états d’âme». La députée évoque également la volonté de son collègue de «vouloir sombrer dans l’attaque de personne qui ne mène à rien».

Alors que Dominique Bussereau appelait le chef de l’UMP à «davantage songer à 2012 et un peu moins à 2017», Valérie Rosso-Debord assure au contraire que Jean-François Copé œuvre pour «le rassemblement pour la réélection de Nicolas Sarkozy en 2012». (source)

 Pour une fois qu’un membre de l’UMP osait dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas, même (surtout ?) dans ce mouvement si populaire, c’est quand même pas de bol, hein ! 😉

 En tous les cas, moi, quand c’est le bordel à droite, ça me réjouit ! Et ça change de celui de gauche… Là, c’est pas pareil : c’est pas chez nous ! Alors on peut jouir sans entraves… d’une pièce à tiroirs. C’est commode (cheese !). .

.

L’erreur Guérini va coûter cher au PS

QUI C’EST QUI AVAIT RAISON ? Montebourg, ou Aubry ? Voilà une histoire qui va peser sur la crédibilité du PS, aux présidentielles…

Jean-Noël Guérini soupçonné d’association de malfaiteurs

Et dire que l’un des seuls qui a osé porter le débat (qui n’a pas eu lieu) et les affaires sur la place publique se voit aujourd’hui conspuer par les bien-pensants du PS… et fait figure d’Outsider parmi les candidats aux primaires… piégés par la Règle d’or.

Y a pas de justice.

On en arrive à penser,  même quand on est un indécrottable optimiste (mais néanmoins réaliste), qu’avec ça et l’affaire Lagarde (qui connait aujourd’hui de nouveaux développements peu prévisibles alors…), il y en a qui auront du souci à se faire pour restaurer la crédibilité et la foi en leur candidat…

Déjà qu’un certain nombre d’entre nous pensaient qu’ils étaient tous pourris, les politiques… Le temps de la justice n’a beau pas être celui du PS, j’en connais notamment une qui ne va pas s’en sortir sans encombre…

Pour info, Guérini est convoqué devant le juge Charles Duchaine  le 8 septembre prochain (source)

.

Wauquiez, la morve tranquille

Qu’est-ce que ce doit être, quand la droite n’est pas sociale !

Ce soir, nous avons eu droit, sur BFM-TV, veinards que nous sommes, à un condensé de la pensée profonde de la France d’en haut, version droitiste complexé parfaitement coiffé et gélifié, qui ne sait rien de ce que vivent les français d’en bas.

 Et dire que Monsieur Wauquiez se revendique de la droite sociale ¹ ! C’est très crédible et cohérent. Jugez plutôt (respirez bien fort, et asseyez vous) :

  • revenus des bénéficiaires de minima sociaux plafonnés à 75 % du Smic

  • Obligation de travail d’intérêt général (je croyais le STO d’un autre temps ?) pour ceux-ci

  •  obligation pour les étrangers de travailler un temps minimal en France pour prétendre à la protection sociale. (sinon, z’ont qu’à crever ! Z’ont qu’à pas être pauvres ! Et surtout, étrangers…). Et le principe de non-discrimination dans tout ça ? D’égalité ? De fraternité ? L’a raison le Vladimir

  • Il assimile l’assistanat » au «  cancer de la société française »

  • Monsieur le maire du Puy-en-Velay a enfin jugé anormal que le système de protection sociale, « le plus généreux d’Europe », permette aux étrangers, « très facilement, de bénéficier de nos différents outils de solidarité ». (ce qui est faux, si l’on en juge par les éléments d’information donnés ici et , et relève donc de la propagande Lepéniste). Ainsi, le RSA n’est accordé que sous certaines conditions et sous réserve de justifier d’un travail salarié pendant au moins 5 ans pour les personnes, hors Espace économique européen et confédération suisse… Cherchez l’erreur.

 Le Monsieur social de l’UMP, accessoirement (très mauvais) ministre des affaires européennes,  souhaite que ces trois propositions soient expérimentées avant l’élection présidentielle de 2012. Ainsi, il a la ferme intention de déposer un projet de loi en ce sens dans les 10 jours à l’assemblée nationale…

 Autant dire que nous avons intérêt à nous magner le cul à gauche pour que tel ne soit pas le cas, sous peine de nous enfoncer davantage dans la catastrophe sociale, l’ignominie nationale… et la mise en œuvre du programme du FN avant l’heure.

 Déjà, les slogans de l’UMP sont du même niveau. Jugez plutôt de la profondeur de la pensée : «  DSK, c’est la Porsche tranquille ». Bien que je n’aime pas DSK, cela nous suffira à nous faire une idée du personnage. Et pourtant… Dire qu’il arborait une cravate rouge, sur BFM !

 Misère…

Ce que pensent mes potes des blogs de cet intrigant  :

Intox 2007

slovar

.

¹ la droite sociale est un machin créé fin avril seulement, dont le seul et unique but semble être de tacler Copé et Bertrand, sans pour autant se démarquer de la ligne sarkozyste, comme nous pouvons le remarquer à travers ses propositions éminemment sociales. Chacun ne jugera selon son âme et conscience.

Marianne visite le Parc de Montretout

Jeux de (F) haine… en milieu ordinaire de (non)travail :

aujourd’hui, la banque… et les milieux financiers

  Au moment même où le gouvernement préfère quant à lui – sublime priorité – taper encore et toujours sur les moins favorisés,  en profitant de sa dernière ligne droite avant les présidentielles pour faire un petit cadeau de quelques millions à ses amis riches, Monsieur Debré lui-même en personne, tout président du Conseil constitutionnel et membre de l’UMP qu’il est,  s’indignait ce matin sur I-Télé (à moins que ce ne soit BFM ?) de l’absence de principes moraux des patrons et des banquiers.

 Monsieur le Président trouve donc indécent, et je ne peux qu’approuver, que les mêmes qui ont provoqué la crise par leur cupidité sans scrupules soient toujours en place sans qu’aucune sanction ne soit prise, même quand ils ont notoirement démérité. Jean-Louis Debré cite ainsi l’exemple de l’étonnante désinvolture de Carlos Ghosn   face au scandale de ces cadres injustement dénoncés pour une soi-disant affaire d’espionnage. Quant à moi, je ne m’inquiète pas pour eux, ils seront certainement grassement dédommagés, avec des sommes à plusieurs zéros que le commun des mortels n’a point le bonheur de connaître.

 Mais revenons au centre du débat : l’injustice criante qu’il peut y avoir à constater que certains se gavent pendant que d’autres crèvent, que la crise n’y a rien changé, et que notre société manque d’humanisme… Monsieur Debré est-il  le mieux placé pour faire ce constat ? Lui qui s’est rendu célèbre par des mesures, des lois et des actions qui ne brillent pas particulièrement par leur humanité ? Rappelons pour mémoire l’expulsion, le 23 août 1996, de 300 étrangers en situation irrégulière occupant l’Eglise Saint-Bernard à Paris. Ou mentionnons encore, lorsqu’il était Ministre de l’Intérieur, le projet de loi portant « diverses dispositions relatives à l’immigration », qui a eu pour petit effet secondaire quelques manifestations   critiquant la politique du gouvernement Juppé, durant lesquelles on scande des slogans réclamant l’« abrogation des lois Pasqua-Debré ».

Mais peut-être est-ce parce qu’il est de notoriété publique que cet homme soit d’une grande fidélité à Jacques Chirac et qu’il s’est opposé à maintes reprises à ce titre  à Nicolas Sarkozy que cet ancien président de l’Assemblée nationale se permette ainsi de remettre en cause les orientations politiques de son parti qui favorise si ostensiblement les intérêts des plus aisés ? A moins que ce ne soit parce qu’il est tout simplement en train de faire la promotion de son dernier livre , dont l’intrigue cousue de fil blanc utilise justement la figure des  « rivaux de la haute finance internationale » ?

S’il continue ainsi, sa sonnerie de téléphone pourrait bien sonner pour lui de la même façon qu’il appréhende certains de ses amis politiques…

Il se trouve en tous les cas que l’actualité économique du jour donne tristement raison à ce nouveau gauchiste (bienvenue parmi nous, camarade !) puisque nous apprenons grâce aux échos que les modestes émoluments des patrons du CAC 40 ont augmenté en moyenne de 24 % à l’heure où l’on préfère geler le salaire des fonctionnaires pendant 3 ans.

Pour toucher le tiercé des patrons les mieux payés en France, il fallait jouer en deux Franck Riboud (Danone) et en 3 Bernard Arnault (LVMH), alors que la première place est ravie par un outsider, Michel Rollier, inconnu du grand public (Michelin).

Dominique Seux,  sur son blog des échos, relativise cependant la hauteur astronomique de ces salaires par temps de crise en arguant du fait que Benzema touche bien plus qu’un patron du CAC40 (en moyenne 2.5 Millions d’euros, contre 9 millions pour le footeux) alors qu’il serait moins utile à la société… Mouais. Le lecteur jugera de la profondeur de l’analyse.

Moi, je me contenterai juste d’indiquer pour en terminer (provisoirement) que malgré les sondages en cours (qui ne font pas, comme 2002 l’a prouvé, une présidentielle), et notamment celui que porte à notre attention l’ami Bruno ici, la meilleure amie des ouvriers, et la plus grande pourfendeuse d’injustice sociale,  n’est certainement pas celle qui se fait nommer Marine (pour faire moins bourge… ou plus peuple ?).

 Marion Anne Perrine Le Pen (Marine est donc son nom de scène) ne sort en effet peut être pas de la cuisse de Jupiter mais très certainement de celle de son papa, riche héritier des ciments Lafarge Lambert. J’indiquerai en outre qu’elle n’est pas née à Villiers le Bel mais à (ô curieux hasard !) Neuilly-sur-Seine. Et que quelqu’un qui a passé son enfance dans un manoir à Saint Cloud au cœur du parc de Montretout me semble bien mal placée pour donner des leçons de sécurité, ou de connaissance des problèmes d’immigration au quotidien.  

Marion Anne Perrine Le Pen, défenseur de la veuve et de l’opprimé ?

Marion Anne Perrine Le Pen, proche du peuple et de ses préoccupations ?

Laissez-moi rire. Et me foutre de la gueule de tous ces gueux qu’elle mène en bateau…  sans pour autant les prendre pour des cons, mais avouez :  ya vraiment de quoi !

.

Oui, changeons de cap. Mais pas avec lui.

 

(merci à Catherine Créhange à qui j’ai eu l’audace de piquer ce dessin, et qui nous a fourni le tweet sous ce billet)

.

Le tartuffe a parlé. Son discours s’intitule Changeons de cap. Je vous laisse seuls juges de la sincérité de celui-ci. Moi, je vais m’occuper ailleurs. J’ai d’ailleurs déjà tout dit concernant l’écologiste de salon, comme le nomme précisément Stéphane Lhomme, moins connu mais certainement plus crédible, de par son parcours assez impressionnant, que tous ces bonimenteurs qui se vautrent dans la sauce du green-washing sans rien changer de leur façon de faire, de voir, et de s’adonner impunément à leur cupidité sans bornes…

Depuis que je sais à quel point Hulot s’enrichit (enfin, lorsque ses ressources étaient encore transparentes…), et quels sont ses soutiens – qui ne l’ont d’ailleurs pas déserté depuis qu’il a annoncé sa candidature¹, j’ai du mal à considérer qu’il puisse être d’une quelconque utilité au débat démocratique qui nécessite certainement selon moi une rupture radicale avec ce fonctionnement capitalistique tant honni à juste titre, dont on voit aujourd’hui les désastres évidents. Il peut toujours se revendiquer soudain de cet anti-capitalisme là, sur ce registre aussi, il n’est pas très crédible :

« Le modèle économique dominant n’est plus la solution, mais bien le problème, estimait-il. Le capitalisme sauvage réduit tout à l’état de marchandise. Je m’insurge contre cet objectif de croissance qui n’a d’objet que lui-même. J’envisage le principe d’une croissance et d’une décroissance sélectives. Je crois à la sobriété heureuse. »

Oui, moi-aussi, j’y crois : lorsqu’on fonctionne selon les critères mêmes que l’on dénonce, on devrait peut-être faire preuve de davantage de pudeur. Effectivement, changeons de cap : une autre économie est possible, et souhaitable. Mais pas avec ce genre de gugusse qui tiennent des double-discours…

Mes précédents billets vous en donneront quelques exemples plus circonstanciés :

Le masque vert de Nicolas

Message à EELV : débarrassez-vous d’Hulot !

un candidat hélicologiste aux présidentielles de 2012

Paquet de news

.

Et si le coeur vous en dit… (moi, vous savez, les journalistes de RTL, pas trop mon truc… mais bon, faut bien bouffer, hein !) :

pierresalviac
#Présidentielles Viens de créer le comité contre candidature inutile de #Hulot (CCCIN). Abonnez vous à mon compte #tweeter et comptons nous!
.

 

.

¹ Normal, il ne les bousculera pas vraiment, même élu (ce qui a mes yeux est très improbable) : on ne peut pas dire que les écolos comme lui remettent bien fortement en cause le système économique qui les a vu naître, et se gaver…