ces 39 députés qui fricotent avec le diable… #antifa

•-modèle-slide-antifa

39 députés proposent une loi pour « dissoudre les groupes antifas »

« Avec 38 autres députés de droite, Yanick Moreau (ancien du MPF aujourd’hui à l’UMP dans le courant de la « Droite forte ») a déposé mercredi dernier une proposition de loi pour « élargir les conditions de dissolution des associations ou groupements de fait tels que les groupes antifas « 

« Pour eux, les antifas, c’est pareil que l’ultragauche, les autonomes, les anarchistes ou les blacks blocs… ils comprennent pas » (source)

loi antifas

Au début, j’ai cru à une supercherie ou à un malentendu du genre » certains antifas sont complètement paranos,  ils ont dû mal comprendre tel ou tel amendement de la loi Cazeneuve« . Mais non, mes plus plates excuses, la capture d’écran ci-dessus du projet de loi incriminée est là pour en témoigner. Ils sont donc 39, notez bien leurs noms et regardez si votre député y est. Cela semble tellement invraisemblable, relève d’une telle inversion de valeurs ! Que l’on puisse considérer les antifas comme des ennemis et pourquoi pas des terroristes que l’on devrait éradiquer m’apparait proprement hallucinant.  S’attaquer ainsi à ceux qui tentent de défendre notre démocratie,  qui ont si souvent un rôle de veilleurs et qui se montrent si vigilants quant aux dérapages violents, racistes et sexistes de nos élus comme des citoyens lambda… ! Eux qui font si volontiers profiter de leurs investigations utiles et de leurs recherches d’information nécessaires contre le démon (au visage parfois si affable…) qu’est l’extrême droite et son ombre, le national socialisme (les véritables ennemis de la République, ceux qui ont engendré Hitler et Mussolini), voilà qui est un peu fort de café. Ces gens là sont-ils encore dignes de représenter notre  République  ? Alors que visiblement ils considèrent les antifas  bien plus dangereux que les néo-nazis qui commencent un peu trop à infester nos rues en salissant l’image de la France à l’étranger, en  s’en prenant aux plus vulnérables ? Ceci dit, quand on voit des noms comme ceux de Lionel Luca, de Mariani, de Jacques Myard, (tiens ? ya pas Estrosi ni Ciotti ni Guaino ?) ou, moins connu, le directeur de campagne porte-voix de Sarkozy, Gérald Darmanin, on comprend mieux… La droite dure, vous savez, celle qui apparait dans ses déclarations – si extrémistes –  soluble dans le FN…

« si le député Guy Teissier, cosignataire de la proposition de loi, est un ancien para membre des mouvements d’extrême droite, d’autres cosignataires ont aussi appartenu à des groupes qui maniaient le manche de pioche… mais de l’autre côté. »

Car avant d’atterrir à l’Assemblée, le mouvement pour la dissolution des groupes antifas est apparu dans l’extrême droite dure, et notamment dans les rangs des catholiques intégristes de l’Agrif à l’automne dernier (source)

Alors, les gens, quand est-ce que nous déposons nous aussi un projet de loi pour demander la dissolution de la droite forte et du FN ? Et la suppression des comptes twitter qui sous couvert de patriotisme font ouvertement l’apologie du racisme, de la xénophobie, de l’islamophobie, du sexisme et de la violence raciale ? Nous tenons une longue liste à votre disposition….

Ils en parlent  :

la horde

nico

street press

les pétitions truquées de l’opposition au mariage homo

 

 

     Mais qui sont ces élus qui se rebellent  ? Contre le mariage homosexuel…

Il parait que les élus se lèvent en nombre pour protester contre l’intention du gouvernement de légaliser le mariage homosexuel (et même (Ô sainte horreur !) d’aller beaucoup plus loin encore dans la fin des discriminations. Même Rioufol – c’est très étonnant – en cause dans son bouzin, employant le terme de fronde¹, légèrement connoté historiquement, tout comme ses propos dont l’idéologie date un peu,  soit dit en passant.. Pourtant, quand je cherche à connaître le nom des zeureux zélus, voir une liste précise en nombre et nominative… Mystère. Personne ne sait.

 Pire, l’un de ces appels à la résistance homophobique,  la pétition dite « Bompard », derrière laquelle de prétendus élus non identifiés se dissimulent, logée sur le site de la Ligue du Sud (ce qui est particulièrement significatif de l’origine extrêmement républicaine de ladite fronde), qui revendique pour l’instant 1476 signatures,  est accessible à n’importe quel clampin même s’il n’est pas confirmé qu’il soit effectivement élu. La preuve :

 La signature de cette pétition (dont on aura compris que je l’ai faite pour les besoins de ma démonstration, n’étant absolument pas opposé à cette loi, bien au contraire) n’est en outre assortie d’aucune précaution méthodologique.  Ne figure même pas dans le corps du mail un lien de confirmation, comme c’est d’ordinaire le cas si l’on veut vérifier que je suis bien l’auteur de cette demande, et non un simple robot ou un petit réseau de sympathisants d’extrême droite déterminés, employant des dizaines de pseudos provenant d’une seule adresse IP… Méthodes auxquelles  les sites frontistes nous ont si souvent habitués, nous autres blogueurs politiques … ainsi que je l’ai démontré ici, et Nicolas aussi, chacun selon ses (moi petits) moyens. Les extrémistes de droite sont en effet très présents sur les réseaux sociaux et semblent adopter des stratégies bien rôdées pour donner l’impression qu’ils sont nombreux, alors qu’avec des moyens techniques pas forcément très sophistiqués, on peut donner cette illusion très… virtuelle.

 Quant à une autre initiative, celle d’un mystérieux « collectif des maires pour l’enfance », il sera utile de savoir… qu’on ne sait rien des 12 585 élus qui le composeraient invariablement depuis 2005, et dont les initiateurs du collectif  prétendent qu’il regroupe 1/3 des Maires de France sans jamais en apporter la preuve. Seuls ses porte-parole sont connus :  Franck Meyer, Philippe Gosselin, Joëlle Devineau-Juillet, Jean-Jacques Delvaux et Jean-Michel Kennel (dont je n’ai trouvé la fiche nulle part, pas le temps, désolé) qui ont créé et continuent d’animer actuellement ce curieux machin (vu ici).

 Aussi, je m’interroge franchement² sur la réalité des nuées d’homophobes velus et de surcroît élus qui s’enfuiraient de leur mairie en courrant pour ne pas avoir à prononcer des unions que leur morale réprouve ou qui viendraient envahir la place du Trocadéro pour protester contre cette loi que je soutiens, même si le timing n’est pas forcément le meilleur ceci dit.

 

¹ Il aurait mieux fait d’intituler son billet « Le Front se lève contre le mariage homo »…

² Mais je ne voudrais pas tenter le diable… 😉

.