Banalisation du discours fasciste par @Europe1 ‏ et @E1Hondelatte : ça suffit

Capture.PNG

.

Hondelatte, qui nous avait déjà habitués à bien des dégueulasseries avec ses émissions voyeuristes genre « Faites entrer l’accusé »,  qui surfe depuis des années entre deux polémiques sordides sur les buzz de la presse à scandales, vient encore de frapper fort.

Dès lundi, sur Europe 1, les auditeurs retrouveront Christophe Hondelatte, de 17 heures à 19 heures, dans une toute nouvelle version d’Hondelatte raconte :

« On va faire appel à des gens allant de Pascale Clark (journaliste, ndlr) à Jean Messiha (membre du Front national, ndlr), en passant par Nassira El-Moaddem ou Bruno Roger-Petit (journalistes, ndlr). J’ai créé une bande de sept personnes qui alterneront et interviendront pour dire leurs convictions » (source)

… Quand on sait qui est Jean Messiha, il y a franchement de quoi s’indigner. Un sale type, qui ne perd jamais une occasion d’exprimer son homophobie, son sexisme, et son positionnement suprémaciste blanc, sans la moindre ambiguïté. Et qui, pourtant fort de la prétendue supériorité intellectuelle que lui confère la responsabilité des «Horaces », un club très confidentiel satellite du FN qui réunirait des hauts fonctionnaires et des intellectuels, croit dur comme fer à des légendes urbaines comme celle du Grand Remplacement. Et à qui un journaliste a dû apprendre que lui aussi était l’un de ces immigrés qu’il prétend pourchasser de sa vindicte partisane. Mention « peut mieux faire« …

Voilà qui devrait suffire, dans n’importe quelle démocratie soucieuse  du respect des droits humains et du respect dû à chacun(e), quelle que soit son origine ou son orientation sexuelle, à lui interdire l’antenne à des heures de grande écoute.  Pourtant, loin des discours macronistes d’il y a pourtant si peu de temps où l’on nous bassinait hypocritement avec le trop fameux barrage républicain qui n’a visiblement duré que ce que durent les roses ;), une radio nationale, dans un créneau grand public, choisit de banaliser l’extrême droite et la parole raciste et complotiste par vulgaire intérêt médiatique et pur esprit  mercantile genre »putaclics style ».

De cette banalisation outrancière là des discours de haine, nous ne voulons pas. Et le faisons savoir (merci Bembelly pour le lien).

Capture.PNG

La liberté d’expression des un(e)s  (qui ne la revendiquent, paradoxalement, que pour proférer les pires horreurs) doit impérativement s’arrêter à celle des autres de ne pas être inquiétés en raison de leurs différences. Sous peine de tensions inter-communautaires graves dont je redoute qu’elles n’aillent jusqu’à un climat de  guerre civile. Les mêmes qui harcèlent avec tant de zèle l’association Lallab pour des raisons soi-disant féministes alors qu’ils ne le sont, bizarrement, qu’avec l’Islam, seraient bien inspirés d’êtres aussi virulents et déterminés avec les porteurs de peste brune que sont les cadres du FN. Cette indignation faussement républicaine qui relève d’un vallsisme de bas étage que je  méprise et rejette  pour de très bonnes raisons, dissimule de plus en plus mal la réalité des intentions de ce clan à la moraline grise là… Il en parvient plus guère à faire illusion quant à leur positionnement réel, coupable d’intelligence avec l’ennemi fasciste.

Post-scriptum : j’apprends à l’instant que la direction d’Europe 1 vient de démentir en ces termes  :

Capture.PNG

Libération a fait caca 40. Il est content.

CizdlX5WYAA0E_XOn ne peut que se perdre en conjectures sur les raisons précises et personnelles pour lesquelles un certain nombre de premiers signataires de »l’Appel des 40 au cac 40″, publié par Libération, journal si peu gauchiste,  l’ont fait. L’auraient-ils signé dans un mouvement de panique face à la peur que leur inspire la formidable mobilisation contre la loi El Khomri, dont les motivations la dépassent ? Seraient-ils soudain pris de scrupules devant l’audace de leurs semblables, libéraux,  qui soutiennent cette loi de nature à précariser les salariés et à niveler les salaires vers le bas ? La colère populaire qui s’exprime en ce moment dans les rues et s’exprimera demain dans les urnes comme dans l’abstention volontaire  ferait-elle changer la peur de camp  ?

Plus sérieusement, mon premier sentiment à la lecture de ce texte est que ces gens se paient de bons sentiments, de bons mots, et de belles paroles qui ne seront jamais suivies d’effets. Surtout quand on connait le positionnement politique de la plupart, si peu alternatif, si peu révolutionnaire, et si peu préoccupé de rompre avec le libéralisme cupide et prédateur qui conduit à l’état de fait qu’ils dénoncent, à juste titre. Surtout quand ils en vivent, et si bien. Le simple fait de proposer sans rire de plafonner les rémunérations des grands patrons à 100 fois le smic  – montant colossal et choquant pour la plupart d’entre nous – quand depuis des années Mélenchon, que je ne suis pas forcément, mais à qui il faut rendre cela, propose quant à lui de plafonner celles-ci à « 20 fois le salaire le plus bas », voilà qui relève d’un étrange trouble occultant de la vision politique… En outre, constater qu’aucune personnalité politique de gauche, du pcf, du PG, du NPA, d’Ensemble n’est associé à ce texte en dit long sur son degré de gauchitude. Je ne mêlerai pas ma voix à ce grotesque et hypocrite pet de mouche sur une toile cirée.

Ces gugusses feraient mieux d’unir leurs forces  pour concourir à la suppression de cette loi dont personne ne veut et qui génère tant de violence et d’incompréhension, renforçant dangereusement le sentiment d’injustice.

Post-scriptum : contacté par Libération, l’Union syndicale Solidaires a donné une fin de non recevoir à cet appel pour des raisons qu’il explicite ici.

l’Initiative (heureuse) citoyenne et européenne étouffée par Barroso…

Comment la démocratie européenne est confisquée par des intérêts économiques supérieurs…

Alors que d’aucuns se retranchent sur leur petit pré carré, utilisant la préférence nationale comme ultime étendard (soi-disant) populaire, alors que tant de nos réformes françaises sont directement ou indirectement inspirées par la technocratie européenne et son libéralisme de bon aloi qui se veut pragmatisme (mais qui n’est qu’une idéologie parmi d’autres comme je le martèle ici volontiers), le silence à droite et dans les médias dominants (et monopolisés…) sur une certaine initiative européenne (enfin) heureuse est particulièrement surprenant.

En effet, le Parlement européen a adopté le 14 décembre un projet de règlement sur l’initiative citoyenne européenne par 628 voix pour, 15 contre et 24 abstention, soit 97,7% des suffrages exprimés  en faveur du texte, comme s’en vante Mr Lamassoure du PPE (démocrates chrétiens) sur son blog. C’est d’autant plus ridicule que lorsqu’un texte reçoit un tel suffrage, nul ne peut en revendiquer le succès, me semble-t-il, avec mon bon sens… populaire. Me trompes-je ?

Des critères très clairs, pourtant … Comment lancer l’initiative ? Un « comité des citoyens », composé d’au moins sept personnes installées dans sept États membres, devra enregistrer l’initiative auprès de la Commission. L’ exécutif européen jugera, dans les deux mois, si la demande est recevable.

Ensuite, les signatures pourront commencer à être collectées, sur papier ou en ligne. L’initiative disposera d’un délai de 12 mois maximum pour récolter le million de signatures nécessaire, qui devra provenir d’au moins un quart des États membres de l’UE.

Greenpeace et le mouvement Avaaz ont donc tenté de lancer une initiative citoyenne en ce sens à propos des cultures OGM, après l’autorisation donnée à l’Amflora, une pomme de terre génétiquement modifiée développée par le groupe allemand BASF, conformément à cette nouvelle avancée démocratique, en vain pour l’instant. Mr Barroso se retranche en effet derrière le fait que ce point du règlement européen n’est pas encore en vigueur… Hypocrite !

Comment ne pas prendre en compte, derrière l’Amflora, du géant allemand de la chimie BASF, le maïs MON810 du « pionnier » américain Monsanto ainsi qu’une quinzaine d’autres plantes transgéniques susceptibles d’être autorisées à la vente sur le Vieux Continent ?

Radio Bruxelles ment !

Quant à moi, éternel adolescent boutonneux empli d’utopies, je me plais à rêver d’une initiative citoyenne européenne qui obligerait les états européens à appliquer la taxe Tobin, à créer un smic et un revenu minimum européens,  une obligation pour tous les états d’éradiquer la pauvreté, le chômage, et pourquoi pas… Une résolution de soutien au peuple tunisien ? Pour un monde meilleur.

Suis-je naïf  !?

 

D’autres blogs ayant évoqué ce sujet :

Résistance in-venterre

terreetmer

HNS-infos

regards citoyens

Mon mulhouse bio