Et ben voilà, c’est malin : je suis en rogne (c’est la faute à Nicolas)

Nicolas m’a demandé, ainsi qu’à Stef, Des Pas Perdus, FalconHill, Captain Haka. quelles étaient les « Dix raisons de me foutre en rogne »… j’aurais voulu répondre dans la foulée, mais, pour de vrai, j’avais piscine… je lui avais donc promis de répondre le soir, mais il se trouve que de charmants amis nous ont invité à dîner… Vous imaginez la suite : j’aime la vie, les bons vins, la bonne chair…

 Aussi, bien que cela me coûte ce matin de répondre à sa question (j’ai pas envie, mal la tête, bon sang!), comme je suis un homme de devoir, je m’exécute :

  1. être derrière un gros con genre BMW ou 4X4,  chaîne en or autour du cou,  garé en double file dans une rue étroite, qui n’en a rien à foutre de faire chier plusieurs dizaines de personnes… L’égoïste absolu (existe aussi en version je me gare sur les places pour handicapés et je ne vois pas où est le problème, et également genre je gare ma camionnette sur le trottoir et je m’en fous si les mamans  – ou les papas… – avec une poussette sont obligés de passer sur la route)
  2. je déteste quand les gamins assis en face de moi essuient leurs pieds si possible plein de boue (ça doit être plus amusant) sur mon pantalon tout neuf
  3. sortir un beau dimanche et constater que j’ai une tache de café ou un trou dans mon pantalon… j’aime pas non plus la version un trou dans ma chaussette quand je vais essayer des chaussures… La honte !
  4. Les gens de mauvaise foi qui vous font tourner en bourrique et qui répondent noir un jour et blanc le lendemain
  5. ceux qui vous pourrissent la vie en faisant un caca nerveux pour un détail qui va vous faire perdre des heures de travail alors que vous avez déjà un boulot monstre dont vous n’êtes pas sûr de vous tirer avant le soir… Je sens que ce n’est pas clair, alors un exemple : « expliquez moi, Mr X pourquoi vous avez dépensé deux euros23 pour l’achat d’une petite cuiller qui aurait pu en coûter 1 euro de moins »… Et oui, c’est tous les jours comme ça, par chez moi… ça me fout en rogne, ça, oui alors ! Ces gens qui profitent de leur (petite, si petite) autorité pour vous faire sentir que c’est bien eux, le chef, et pas vous…
  6. l’injustice, de toute nature, de toute origine, d’où qu’elle vienne
  7. les gens qui profitent de leur statut social (même quand ils n’en ont pas, ou si peu) pour mépriser, ridiculiser, insulter, humilier les plus démunis qu’eux et les plus faibles… Ainsi, j’ai vraiment envie de cogner alors que je suis non-violent quand je vois des gens s’en prendre à un ou des handicapés, en s’en moquant outrageusement…
  8. les gens qui rigolent quand quelqu’un se casse la gueule, ou se cogne contre un lampadaire : ça ne me fait pas rire. Trop d’empathie, je suppose, j’ai mal pour eux.
  9.  le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme (quand bien même il se réfugierait derrière l’étiquette plus présentable d’anti-sionnisme), l’homophobie, et toutes ces peurs de l’autre qui se réfugient derrière une idéologie soi-disant pragmatique hélas tristement à la mode actuellement…

Bon, je n’en ai que 9  là, mais tu vas pas nous en chier une pendule, hein, déjà que je suis de mauvais poil, maintenant que je me suis creusé la cervelle à penser à des trucs qui m’énervent un dimanche matin, alors faut pas pousser le GdeC dans les chaînes à la con, bordel de…. (censuré). Et puis d’abord, je tiens à marquer ma différence, et mon esprit de subversion en ne répondant pas aux sommations. Je déteste les ordres, moi, etpicétout, na.

 Non, sérieusement, en fait, je ne me met pas en rogne très facilement, donc, déjà 9 raisons, c’est beaucoup, j’ai du me forcer, c’est pour ça. Désolé de ne pouvoir mieux faire pour propulser ton troisième blog vers le haut du palmarès, si tu crois que je ne t’ai pas vu venir, vieux filou !;)

je refile le bébé à ceux qui suivent, et toc :

365 mots

Bembelly

Cpolitic

Ménilmontant

le journal de personne

bibi

CSP (mais est-ce bien raisonnable, vu qu’il semble toujours en rogne !)

 

moi, je file chez la belle doche…

le con du jour

Le beauf blogueur expert qui se dit volontiers gauchiste fait donc de nouveau dans le billet à forte valeur laïque ajoutée. Ainsi, ses habituels suiveurs qui eux le sont moins (de gauche) (laïcs) de DGoux à Suzanne,  peuvent ainsi s’en donner à cœur joie dans leurs habituels délires islamophobes, ce que le tenancier d’un blog à l’intitulé aussi exclusif ne pouvait ignorer, dans sa haute science internetique et son intelligence hors du commun, que je ne saurais bien entendu atteindre, vermiceau que je suis.

 Voilà un sujet qui ravira la clique wikiesque et ses démocrates con-vaincus. Surtout en tête de peloton.  On a   le droit de ne pas aimer. Quitte à passer pour un con. J’assume volontiers : c’est un grand honneur pour moi de participer à ma modeste façon à la chasse aux cons.  Et comme on est toujours celui de quelqu’un, le plaisir n’a pas de limites et tourne sans fin.

 Tournez, manèges !

.

Puisque la chasse aux cons est ouverte…

Ya pas de raison que ce soit toujours mon tour… Marre du ball-trap à cons.

Je profite du seul neurone que j’ai réussi à protéger de la cupidité de Mister J qui ne m’en accorde généralement aucun, se les accaparant tous, pour m’interroger sur ce que je dois penser de ceci, n’étant pas très sûr de bien comprendre… et me garderai donc des interprétations abusives. Le sujet est trop grave.

 je le tiens de Pullo ¹, à qui je dois ce morceau d’anthologie, dans un commentaire, en citant un autre, dans son jus, à l’état brut, en se gardant d’en corriger les fautes :

 « C’est vrai si l’on considère que « s’occuper » des minorités c’est mettre en place tout un arsenal de politique d’aide sociale etc… »

Ce n’est pas vraiment à ça que je pensais, mais la chasse éternelle aux phobies divers : homophobie, islamophobie, … et bien sur le racisme. Tu rajoutes une couche de défense des chômeur, une vague couche de défense des retraités, une autre couche de défense de l’Education Nationale, et tu te rends compte que la gauche ne s’adresse plus aux salariés et aux ouvriers… Et cela explique le départ de beaucoup de gens de gauche, au milieu des années 80 (la grande époque tu Téléthon, de SOS Racisme, des restos du coeur, …) sont partis vers le FN.

 Si l’on y rajoute son goût immodéré pour la démocratie, qui est lui est si con-substantielle, son compte est bon. Heureusement qu’il y a, pour nous disculper d’un mauvais choix et nous garder de notre éventuel vote insuffisamment éclairé (c’est à dire le seul qui vaille, le sien) le vote blanc.

 Mister J, je ne voterai pas pour toi. T’es bien trop con, et tes analyses à deux balles ne parviennent à n’intéresser qu’un public suffisant, qui ne tient pas spécialement à réfléchir : tu le fais pour eux. Hélas, si mal… Je préfère avoir moins d’amis, mais qui utilisent quant à eux leur cerveau, et à qui je ne mâche pas forcément le boulot, préférant miser sur leur intelligence et leur esprit critique, plutôt que de leur indiquer ce qu’ils doivent penser, comme tous les blogs qui me plaisent s ‘en gardent bien… C’est pourquoi des gens si dissemblables sont sur ma blog roll, mais pas toi. Jamais. Les adeptes du Partageons mon (exclusif) avis ne sont pas ma tasse de thé, et ne m’intéressent que très modérément.  Mon ambition est de  parler aux esprits libres plutôt qu’aux suiveurs (le féminin existe aussi).

Tu vois, effectivement, on est toujours le con d ‘un autre... Fallait pas m’emmerder. Pourtant, quand on me connait pour de vrai, je suis plutôt d’un naturel gentil… Mais puisque toi et les tiens, vous insistez pour me faire passer pour ce que je ne suis pas, c’est à ton tour… A charge de revanche, hein ? La prochaine fois, pour le dîner, tu pourras m’inviter : je ne cafterai pas…

Ceci écrit, quand je vois ce commentaire de ta part chez Guy Alain BEMBELLY, je ne peux m’empêcher de penser, pensant si mal, qu’on comprend mieux à présent vos affinités avec l’odieux  Goux, qui m’est aussi insupprotable, c’est pour dire, que Zemmour, et qui  ne peut s’empêcher de projeter sur les autres ce qu’il n’est que lui-même…

 ¹ viré du blog de Mister J pour cause de non- intelligence estampillée par la faculté jegounienne, à la suite de Bibi, CSP… aujourd’hui Marc Vasseur chez son pote... et tant d’autres que la liste deviendrait longue et fastidieuse.

.

Fidèle à ma réputation…

 Mister J., je tiens absolument à te  souhaiter de très mauvaises fêtes, une  année calamiteuse et un Noël pourri.

 Je suis désolé, mais c’est de ta faute. Tu n’avais qu’à pas me tendre la perche…

 (Au moins, chez moi, tu sais que c’est sincère !).

..

ça fait du bien d’être méchant ! (Marre des Jegouneries…)

* zut, je vais lui donner un peu plus de popularité, ma voisine ne le connaissait pas… Je l’ai rassurée : elle ne perd rien. La preuve en image. Et en texte.

 

..

Comme je m’ennuyais ferme, ces jours ci, ayant malencontreusement décidé de prendre le pont, j’ai décidé de m’atteler dans ce billet à ce que je sais faire de mieux : taper sur un con. Mais là, attention, pas de demi-mesure, c’est du chef d’escadrille…

 

(Je ne vois pas pourquoi je me gênerais, vu que l’olibrius ne perd pas une occasion d’en faire autant, même quand je demeure silencieux et respectueux à son endroit, résolu à ne pas répondre à ses absurdes provocations… Quand ce ne sont pas de pures et simples calomnies que je me réserve éventuellement le droit de garder pour les besoins de la justice, quand j’aurais de l’argent à perdre…et davantage de connerie à dépenser).

 

Caporal chef d’une blogosphère consensuelle qui se prend pour le nombril du web au point de décider en meute la disgrâce de tel ou tel, le mentor disgracieux et atrabilaire de la coterie wikiesque qui a pour délicieux prénom homonyme celui de notre cher tyran ne cesse de m’épater par tant de rage à salir, insulter, à détruire, à se moquer méchamment, à lécher les plus démunis parmi nos amis blogueurs  ou simples commentateurs de son fiel hautement cynique qui se voudrait être de l’humour. Et comme le pensent communément tous les cons mégalos, seul le sien est drôle, car lorsque d’ autres en font preuve, c’est forcément moins bien. Voire de la merde à ses yeux… de vache épanouie par temps de fleurs de houblon consommées en pure perte… Enfin, il est utile de préciser que je ne parle pas là de son poids. C’est interdit. Et si mesquin…

 

Quand on a pour répugnant ami (ou cruel affidé, à vous de choisir) quelqu’un qui en manque tant comme ce grossier Monsieur Goux (et je ne parle pas là de son langage) tout en se vantant d’être de gauche, voir gauchiste, (fieffé usurpateur ! Enlèves ton masque, Raffarin, on t’a reconnu !), on ne se mêle pas de nos affaires en passant sa vie certainement bien vide à dégueuler sur les uns et les autres à longueur de temps. Et le temps, pour toi, c’est sûrement de l’argent… puisque tu n’en perds jamais à débattre, préférant certainement ton seul avis à celui des autres.

 

Ta hauteur de vue et ton sens de l’analyse m’ont toujours fortement impressionné… Ainsi, déjà, en 2008, tu nous livrais la vacuité de ta pensée quant à ton obsession favorite, dont tu as récemment pollué l’univers bloguistique français. Comme si le monde n’en était déjà pas suffisamment affecté comme cela…

 

Tout le temps que tu prends à écrire de si longues missives sur les pauvres cons de gauche qui se prennent pour l’incarnation de Jésus Christ – euh pardon, de la vraie gauche – là où d’aucuns quant à eux préfèrent se consacrer à des tâches plus soucieuses de l’intérêt commun, ne t’en déplaise… Je ne suis rien de ce que tu crois. La faiblesse de tes neurones est manifestement plus habile à recenser des liens ou à sonder les viscères de la bête techniquement parlant mais hélas pour toi bien plus malhabile à saisir la complexité d’un être humain, qui ne se lit pas que dans ses outrances, ou ses erreurs.

 

Ceci écrit, je comprends que tu préfères t’y attacher : c’est beaucoup plus facile de se vautrer en meute dans la connerie et la suffisance que d’agir et de tenter de construire ensemble, à gauche. Même si pour toi, c’est un peu maladroit. Tout le monde ne peut pas être un génie de l’informatique.

 

J’aimerais avoir la force de t’ignorer, mais devant une telle propension à faire du mal, surtout à ceux et celles que j’apprécie (moi, je m’en fous, tes attaques me renforcent, j’étais avant toi si susceptible…), tout en dénigrant d’un revers de la main dont l’œil est volontiers méprisant les valeurs les plus essentielles à mon regard, je ne pouvais pas rester sans voix, ce serait un délit de non assistance à personne ne danger.

 

A vous la suite… j’en appelle à tous ceux qui font les frais assez régulièrement de ce malotru mal embouché à l’haleine fétide empuantie par de la mauvaise bière dont il lèche ses mots jusque dans les traces composées par les flux putrides que laissent ses blogs dans l’espace autrefois plus propre d’internet avant lui.. :

 

Ainsi, Bibi, déjà cité (mais ça c’est facile, il est plutôt proche…), mais également Dominique, plus lointain cousin, et tous ceux et celles qui se reconnaissent dans ce thème si fécond.

 

 

Post-scriptum : oh zut alors ! J’ai totalement oublié de tenir compte de tes conseils de blogage, mon cher Maître… Pauvre de moi. Je ne serai jamais sur le haut du podium, à force de tant de négligences coupables.

 

PS 2 : je pèse 95 kgs et mesure un mètre 87…. mon gamin. (3 ans de moins, tu me dois le respect).

 

PS 3 : ne vois surtout aucune allusion à l’illustration de billet. Rien à voir avec toi, n’est-ce pas ? Ne te dispense pas cependant d’interprétation sauvage : tu y excelles… (j’ai pas dit tableur, obsédé !).

 


 

 

journal du dimanche n°4 (By GdeC)

22109_55729

(source de l’image ici)

.

Aujourd’hui, Dimanche 11 Octobre 2009, je voudrais paradoxalement commencer à vous entretenir de ce dont je ne parlerai pas, vous comprendrez aisément pourquoi. Il me suffira de quelques noms : Mitterand, Nobel (à propos duquel ma divergence d’opinion avec un certain Nicolas J m’a valu tant de mépris ¹ ), Ben Barka, Clearstream,


Je préfère vous informer que ce week-end, c’est le début de la semaine de la tétée, événement majeur s’il en est, puisque bien plus allaitant que tous les événements précédents qui laissent un goût de cloaque dans la bouche… et de la boue dans la tête.


Restons positifs, malgré la crise. Avec ou sans H1N1. Malgré le nain. La vie est belle : je suis amoureux et le reste m’importe peu…


¹ « Mais, silencieusement et sûrement, l’indifférence heureuse répond au mépris facile et grimaçant. » (Jacques Prévert)

.


Partageons mon (exclusif) avis

blogueurs

Partageons mon (exclusif) avis

Rendez-vous compte : j’ai commis à plusieurs reprises le sacrilège de toucher à l’idole du wikio. Cela ne se fait pas, dans le monde (hypocrite) des blogs, où il est d’usage de caresser les (si relatives) stars dans le sens du poil, histoire de glaner quelques liens qui vous feraient remonter dans le classement… Moi j’m’en fous. Comme disait ma grand-mère vénérée, « caresse de singe donne des puces » …

Mais Monsieur Jegoun ne supporte pas qu’on le contrarie et me le fait savoir, ce qui est son plus strict droit, comme le mien de ne pas être d’accord avec ses avis parfois (souvent ?) si futiles que tout un chacun peut effectivement les comprendre sans trop d’efforts, ce qui contribue probablement à assurer une assise populaire à son succès…

Cependant, ce n’est pas parce qu’il se pose en icône intouchable de la blogosphère que je me dois de lui laisser dire (et pire, écrire) n’importe quelle connerie.

Et quand il évoque un (je cite selon son langage si agréablement fleuri) « prix nobel foireux » à propos d’Obama en se demandant « ce qu’il a fait pour la paix », je me sens moi, misérable insecte insignifiant qui veut probablement un peu trop signifier à son goût en devoir de réagir et de nuancer son propos duquel des centaines de visiteurs pourraient se saisir pour ne surtout pas penser…

Oui, n’en déplaise à cet auguste j’ m’en-foutiste qui se plait tant dans le registre du n’importe-quoi-pourvu-que-ça-mousse, j’ai la faiblesse de penser que nous avons une fonction citoyenne, pédagogique, éducative, et qu’on ne doit pas user de sa potentielle influence pour en user abusivement…

Mais Monsieur Partageons mon avis et lui seul préfère me tourner en ridicule en me prêtant avec l’élégance qui le caractérise des pratiques sexuelles autonomes qui ne sont que les propres projections de ses fantasmes inassouvis plutôt que de répondre plus intelligemment sur le fond du sujet, comme il a tenté pour être honnête de le faire ensuite à l’aide d’un article du Courrier International, d’une manière qui prouve bien combien son premier élan se confirme… Libre à lui de penser ce qu’il veut et de le faire savoir.

Et à moi de ne pas être d’accord, quitte à me prendre des coups dans les dents d’interlocuteurs que, de toute façon, je ne risque guère de fréquenter dans la vraie vie… Les gens qui, à droite comme à gauche ou au milieu, n’aiment pas être contrariés ne m’incitent pas vraiment au débat !

Laissons donc les là où ils sont… : dans le cloaque de leur égo un peu trop surdimensionné à mon goût.

Mon combat à moi est peut être con à tes yeux, Jegoun, mais sincère. Et je ne le mène pas que sur les blogs, contrairement à ce que tu penses. Ce dont je me fiche éperdument : tu n’es pas de mon camp, mais d’une contrée boueuse/brumeuse dans laquelle se saouler est la seule excuse à la paresse intellectuelle… Et je te merde.

.

Nicolas J, je ne partage pas ton avis.

incestecp

Cher Nicolas J., administrateur du blog Partageons mon avis,

je crois que malgré tout le respect que je te dois et que je t’ai par ailleurs prouvé à l’occasion de l’affaire du réseau LHC (chapeau bas…),  tu commets une légère erreur… qui a quelque peu heurté ma sensibilité sur le sujet, surtout quand il s’agit de défendre les droits de ceux qui n’en ont pas, parmi les plus fragiles… et qui n’ont pas notre parole facile, orale ou écrite.


Il me semble que c’est le cas des enfants, et qu’entrer dans le corpus juridique cette notion d’inceste n’est pas si anodin que tu l’as laissé entendre dans l’un de tes billets , certainement par fatigue (tu travailles beaucoup trop, cela ne te ressemble pas, des erreurs pareilles !).


je m’empresse donc de tenter de la réparer à ma façon. J’aurais pu me contenter de faire un commentaire à la suite de ton article, mais je préfère rendre ma réponse publique, non pas pour te stigmatiser, mais pour faire œuvre utile auprès de tous ceux et celles qui te font confiance, dont je souhaiterais parfaire l’information. Ainsi qu’aux autres, qui ne lisent pas forcément les blogs, n’ont guère d’informations sur le sujet, ni le temps de la chercher, et pourraient être tentés de faire la même erreur que toi, en traitant ce sujet par dessus la jambe…


Sans le moindre préjugé partisan, je me suis donc informé en allant chercher le texte de loi incriminé. Je ne suis pas juriste, aussi je me suis demandé qui pourrait apporter un éclairage plus commode au néophyte que je suis, et j’ai trouvé ce qui suit, qui va à l’encontre de tes propos.  Ce texte démontre à quel point les conséquences de cette loi auraient été salutaires, et pourraient aller dans le sens de davantage de prise en compte de ce problème si souvent tabou, aux conséquences si funestes, que bien des êtres ne parviennent jamais à dépasser, en l’absence d’outils adéquats, suffisants, et nécessaires, comme l’explique très bien l’AIVI (Association Internationale des Victimes de l’Inceste). Il convenait donc de reconnaitre leur douleur et la spécificité de leur prise en charge au travers de cette loi.



Que la loi Hadopi, à laquelle comme tant d’autres (même des gens de l’UMP !) je suis opposé (je l’ai d’ailleurs affiché dans un billet ) vienne remplacer le débat nécessaire qui aurait pu entourer ce projet de loi sur l’inceste, voila qui me laisse pantois.


Jamais je n’aurais pu imaginer que l’on privilégie à un tel point l’amour propre (qui, comme l’a si bien écrit et dessiné Marc Veyron  » ne le reste jamais très longtemps ») et la défense d ‘intérêts financiers au respect de l’être humain. Surtout quand il s ‘agit d’un (ou d’une) enfant… Mais là, c’est à un autre Nicolas que je m’adresse, beaucoup moins recommandable…qui  a fait le choix de l’orgueil plutôt que de la raison….


Voici donc  la lettre de l’AIVI à Monsieur le Président de la république, que je reproduis intégralement, et qui me semble pour le moins éclairante…  :


Auteur : Association Internationale des Victimes de l’Inceste

MDA 20, rue E. Pailleron 75019 Paris

Association de défense des droits des victimes d’inceste et de leurs proches.

A l’attention de : Mr Nicolas Sarkozy, Président de la République Française


Avant de combattre un tabou, il faut commencer par le nommer !Insérons l’inceste dans le code pénal

Aujourd’hui, l’inceste n’existe pas dans notre code pénal. Il est jugé comme viol, agression ou atteinte sexuelle avec circonstance aggravante si il est commis par ascendant ou personne ayant autorité. Sont donc exclus, les auteurs frères, sœurs, oncles, tantes, cousins, cousines qui représentent pourtant 40% des agresseurs (sondage AIVI auprès de 480 membres).

Le viol n’est pas l’inceste

Le viol se qualifie par la pénétration avec menace, contrainte, violence et surprise. Le fait qu’il soit commis par ascendant est une circonstance aggravante. Or, en cas d’inceste, il n’est pas nécessaire pour un agresseur de la famille d’user de menace, contrainte, violence ou surprise du fait même de la relation intrafamiliale. Qu’il soit commis par un frère, un père, un oncle, une grand-mère… l’enfant éduqué dans un milieu incestueux n’est pas apte jusqu’à un âge avancé à détecter le bien ou le mal de ce qu’il subit. Pour lui c’est normal. Ces qualificatifs ne sont donc pas appropriés à l’inceste.

Il n’y a pas d’inceste soft

Selon notre expérience et notre vécu de victimes, nous avons longuement analysé au travers des centaines de témoignages déposés sur notre site ce que provoque l’inceste sur l’enfant, ce qui bloque son développement normal, ce qui constitue un véritable meurtre psychique comme de nombreux scientifiques l’ont également révélé : il s’agit non moins de l’acte en lui-même que de le rôle insupportable dans lequel la victime est plongée : le rôle d’objet sexuel, nié en tant qu’être humain, le renversement des rôles, l’anéantissement de tous les repères permettant à l’enfant de se construire.

Ceci est d’autant plus grave que le passage à l’acte est commis par ceux qui ont le même sang et qui par définition, sont censé défendre l’enfant. La cellule familiale étant généralement considérée comme une union de personnes proches qui ont des droits et des devoirs envers les enfants appartenant à cette cellule. De plus en matière d’inceste, nous constatons une prévalence réactionnelle à l’union des adultes contre l’enfant victime qui se trouve par là même exclu et considéré comme responsable de l’éclatement familial.

Beaucoup de victimes se taisent pour protéger la cohésion familiale au prix parfois de leur propre vie. Si l’agresseur est extérieur à la famille, l’enfant pourra espérer être défendu et non rejeté par sa famille. De coupable en cas d’inceste, il est reconnu victime et soutenu en cas de viol par une personne extérieure.

Nous avons nettement pu étudier que les conséquences et symptômes à long terme des victimes d’attouchements (atteintes ou agressions sexuelles) ou de viol peuvent être aussi importants. En conséquence, la hiérarchisation des délits et crimes en fonction des actes perpétrés ne correspond pas la dangerosité réelle et au préjudice subit. Ceci devrait nous amener à penser autrement notre système pénal pour le crime d’inceste à l’instar des canadiens.

Inscrire dans notre loi qu’un enfant ne peut consentir à un acte sexuel avec un adulte

Notre système juridique actuel impose des investigations concernant le consentement de l’enfant ne serait-ce que par les qualifications du viol : menace, violence, contrainte et surprise. Si ces conditions ne sont pas réunies, et il est bien rare de trouver des éléments pour les prouver, les viols sont correctionnalisés, les peines moindres.

De plus ce système est en lui-même pervers car il sous entend qu’un enfant pourrait être consentant à un acte sexuel avec un adulte alors qu’il n’a pas la notion de ce qu’il subit. Parfois même lorsqu’il finit par en avoir conscience, il est pris au piège familial jusqu’à sa majorité. Il est sous emprise. Cette emprise peut durer jusqu’à un âge avancé. Notre avis est qu’il ne faut pas se limiter à la majorité sexuelle de la victime pour sanctionner plus gravement l’inceste mais l’allonger jusqu’à la majorité effective.

Nous considérons également qu’il est temps que notre loi inscrive en positif et fermement sans condition le non consentement de l’enfant à tout acte sexuel avec un adulte.

Lien vers le texte : http://aivi.org


A présent, Nicolas J, tu sais ce qu’il te reste à faire… ou pas : lien vers la pétition (en ligne depuis… le 26.08.2008 !) :

http://www.mesopinions.com/Pour-l-insertion-de-l-inceste-dans-le-code-penal-petition-petitions-17d0e4498e5ece47be5e6f0f3ac2132c.html


Cordiales salutations de GdeC