Pauvre petit Manu Militari, énervé et gesticulant de rage…

Pareille instrumentalisation des incivilités d’hier laisse sans voix. Assister à une telle théâtralisation d’un événement somme toute aussi mineur que les dégâts sur la vitrine d’un hôpital confine au grotesque. Dire qu’opérer cette méthode de communication plus que douteuse est le signe d’un gouvernement aux abois est une triste réalité.

Capture
source

Mis en minorité à la fois au parlement et dans la rue, ce gouvernement n’a donc trouvé d’autre stratégie que de tenter de décrédibiliser la CGT, rendue responsable de tous les maux, jusqu’au ridicule.  En ciblant aussi outrageusement ce syndicat,  il oublie que le formidable  mouvement de protestation contre la loi El Khomri, qui ne cesse de mobiliser depuis maintenant plus de 3 mois, n’est pas le fait de ce seul syndicat, mais de bien d’autres, et d’autonomes.  Voilà qui déplait donc au premier ministre, qui ne souffre guère la contradiction. Tant mieux. C’est là le signe que l’opposition de gauche à cette loi comme aux orientations libérales autoritaires de ce gouvernement a marqué des points. On ne se montre pas aussi violent dans ses propos envers ce qui contrarie son positionnement politique, si contraire aux valeurs de gauche, quant l’opposition est aussi faible  et isolée qu’il tente de le faire croire. Le roi est nu.

Enregistrer

le candidat du #PS en 2017 ne peut pas être #Hollande

CYLSR0cWYAIIefu

J’ai déjà exprimé ici ce que je pensais de l’idée de participer à une primaire de toute la gauche. Cela ne ferait que satelliser un peu plus, sur le mode ambigu du PCF ou d’EELV tendance  UDE – et donc affaiblir – l’opposition de gauche. En outre, c’est faire l’impasse sur ses convictions profondes en choisissant d’ignorer qu’il y a deux gauches, dont l’une est incompatible avec mes valeurs et l’autre, à laquelle j’appartiens, lutte contre le libéralisme,  ce courant prédateur inhumaniste qui soutient le système économique et financier actuel. Avec toutes les violences sociales et les atteintes environnementales qui en découlent. Toutefois, j’ai été attentif à la demande de ceux que l’on qualifie de « frondeurs »  (vous savez ce que j’en pense…) hier. J’ai entendu Marie-Noëlle Lienemann sur France info exprimer son désaccord ferme et définitif sur le fait que Hollande soit en capacité de représenter la gauche. En effet, il la représente si peu que cela ne pouvait que me plaire. Extraits :

« Nous refusons que l’on nous court-circuite le débat politique en nous disant : « Il y a un candidat obligatoirement reconduit puisqu’il est le sortant. Si [François Hollande] ne se sent pas en situation de convaincre le peuple de gauche, je ne vois pas comment il arrivera à convaincre le peuple français. Nous ne pouvons pas avoir un président qui se prend pour un monarque républicain, il n’y a pas d’infaillibilité du président, ce serait absurde dans une démocratie ».  « Nous nous sommes engagés unanimement à exiger de notre parti que des primaires y soient organisées, comme c’est prévu dans les statuts, parce que nous pensons qu’il est fondamental que le débat ait lieu sur les grandes orientations d’avenir du pays. Ce débat doit avoir lieu entre la gauche et la droite, mais encore faut-il que la gauche présente un bilan sérieux, un projet, et un candidat qui porte ce projet et qui la ressemble. » Marie-Noëlle Lienemann est également revenue sur les primaires organisées par le Parti socialiste en 2011 : « Il y a eu deux tours, et le premier tour a été éclairant. Je crains que François Hollande n’ait pas tenu compte du premier tour puisqu’il a choisi le plus minoritaire à gauche pour en faire son Premier ministre.« 

Malgré ma position personnelle sur le sujet, je pense en effet que pour le PS, Hollande serait le plus mauvais candidat qui soit, et sa défaite hautement prévisible entrainerait dans sa chute l’ensemble de la gauche.  Ceci écrit, c’est de toute façon déjà un peu le cas, lui qui a choisi avec son entourage politique  de l’affaiblir et de la diviser volontairement, ostracisant outrancièrement une gauche vraiment de gauche qu’il a tout fait pour minorer, ne répugnant à aucun mensonge et stratagème  pour renforcer ses chances de l’emporter en 2017. Nous aurions donc intérêt dans notre camp à ce que ce personnage si droitier disparaisse de l’horizon, quitte à prendre le risque d’un Macron ou d’un Valls. Au moins, les choses seraient plus claires… Et le besoin de gauche s’en trouverait accru. Marre de ce confusionnisme politique ambiant. Tout ne se vaut pas. Et moi, je sais clairement où je me situe. Clivant ? Oui, mais aussi cadrant et posant des limites claires devant lesquelles se situer plus honnêtement. J’ai horreur de l’ambiguïté. Elle est en train de tuer ce qui nous reste de démocratie et de faire le désespoir des classes populaires, pour lesquelles je lutte et j’agis au quotidien.

Couple Valls/Hollande : une guerre qui les arrange bien…

CZVUaHPXEAABGkS.jpg large.jpg
source

Depuis que les attentats ont eu lieu, et plus particulièrement depuis ceux du 13 novembre 2015, l’état de guerre a été déclaré, et son corollaire, l’état d’urgence, ont aussitôt été mis en place pour 3 mois, jusqu’à fin février 2016. Bien des acteurs et associations de terrain, et des pays étrangers,  jusqu’à l’ONU même, ont dénoncé ces mesures d’exception, fortement attentatoires aux libertés fondamentales, les jugeant totalement disproportionnées et inadaptées, voire inutiles, comme le fut le Patriot Act de Bush. Pourtant, le gouvernement s’en moque totalement, et ignore superbement les recommandations de la CEDH. Cela est le fait tout particulièrement d’ un premier ministre au tempérament naturellement empreint de logique autoritariste et sécuritaire, qui semble seul porter la culotte dans le couple et ce, depuis sa nomination, malgré sa si faible représentativité au sein d’un parti dont il partage si peu les valeurs. Il faut dire que cet état d’exception, et cette guerre qui n’en finira probablement pas avant bien longtemps les arrange bien, les fauxcialistes… Elle a déjà présenté de nombreux avantages, dont le fait que la droite converge opportunément vers ses positions sécuritaires, et a permis une totale marginalisation de l’opposition de gauche, devenue inaudible. De plus, à un peu plus d’un an des élections présidentielles, cela permet de museler toute  tentative de subversion et de contestation par le biais d’un état d’urgence fort opportun dont on nous annonce déjà, sans autre forme de consultation démocratique (devenue manifestement inutile et subalterne pour ces gens là, qui n’en ont cure…) ,  qu’il sera reconduit ad vitam æternam…. Cela me met en rage. Car cette stratégie qui instrumentalise la peur des français face au terrorisme ne sert qu’à masquer les insuffisances de ce gouvernement et sa totale incapacité à régler d’autres drames, comme cette injustice massive qu’est le chômage, sur lequel on ne cesse depuis plus de trente ans de poser des cataplasmes sur des jambes de bois. On ne cesse pas non plus depuis plus de trente ans d’engraisser les entreprises avec des subventions publiques de plus en plus énormes, sans le moindre résultat démontrable, la moindre contrepartie, le moindre retour sur investissement vérifiable…. Le tout à nos frais de contribuable. Honteux.  Et tout cela nourrit un désespoir qui fait de certains milieux un terreau particulièrement fertile pour le terrorisme, n’en déplaise au refus imbécile de ce premier ministre pour les explications, qui ne sont nullement des excuses. En agissant ainsi, et en maintenant indéfiniment le couvercle de l’état d’urgence sur la cocotte minute de notre société au bord de l’implosion du fait de tant d’injustices économiques et sociales, de même que d’exclusion géographique et d’indignité de logement et d’environnement, le gouvernement est en train de créer une situation ingérable. A qui profite le crime ? A celui qui se posera ensuite en sauveur, après l’échec prévisible de Hollande en 2017, pour se présenter plus aisément lui-même, en 2022 ?  Cynisme de ce petit personnage médiocre, juste préoccupé de sa seule ambition personnelle, au mépris de toute considération pour l’intérêt collectif, et la paix sociale… (ainsi, sa position à géométrie  – très – variable sur la laïcité, si porteuse de tensions nuisibles…)  Un sale type, tout comme Sarkozy, assurément; je lui souhaite fortement le même sort : le mépris de ses propres troupes sans cervelle ni morale.

NB. A l’heure où j’écris ces lignes, j’apprends cette nouvelle :

 

Capture
Source

Vous doutiez encore de la part d’arbitraire qui pourrait bien vous toucher un jour ou l’autre, vous ou vos proches ? Vous voilà prévenus… Les assignations à résidence, et les perquisitions sauvages et sans fondements sérieux, ça n’arrive pas qu’aux autres… et ne touche pas que les terroristes, comme l’histoire nous l’a démontré. Mais pour Valls, je persiste et signe, une bonne affaire, assurément.

Lire aussi :  Les perquisitions illégales du Préfet de l’Isère

 

les frondeurs sont-ils tous des faux culs ? Réponse le 16 septembre…

ZZ56La date officielle du vote de confiance est à présent connue : ce sera le 16 septembre. Après tous les cris de vierges effarouchées qu’ont poussé ces derniers temps les uns et les autres au PS, certes légitimes et que je partage Ô combien pour nombre d’entre eux, les masques vont enfin tomber et l’on va savoir qui agit conformément à ses convictions… ou devient ipso facto brebis galeuse d’un parti à la dérive. Car pour l’instant, ceux que l’on nomme les frondeurs ne nous ont gratifié que de leurs belles paroles, et on les a d’ailleurs bien peu entendu lors de l’Université d’été du PS. Ils ne représentent plus à mes yeux que la dernière caution morale d’un Parti qui n’a plus de socialiste que le nom, à en juger tout simplement  par les déclarations insupportables et contraires aux valeurs de gauche de certains ministres, imitant en cela le premier d’entre eux… Face à un tel déni de gauchitude, de tels reniements du socialisme réel, les députés qui ne sont pas d’accord avec une politique aussi désastreuse pour les intérêts populaires auront-ils le courage de signifier clairement  leur défiance ? je prends dès à présent les paris. Impair et passe, rien ne va plus, les jeux sont faits…

un trou noir dans les analyses médiatiques

2697_3

je ne me rappelle pas avoir vu un seul exemple d’éditorialiste quel qu’il/elle soit qui ait un seul instant évoqué ni même supposé l’existence d’une opposition de gauche… Pour eux, globalement,  » la gôche », ce serait le ps. Bien bien bien… Finalement, leur monde est très binaire : il y a le parti au pouvoir et l’opposition, qui actuellement serait de droite. Bien bien bien… La nuance et l’appréhension de la complexité sont les mamelles de nos médias.

Misère de l’information française.