la véritable histoire de l’expulsion de #pajol lorsqu’elle n’est pas racontée par #BFMTV…

CaptureDepuis leur expulsion du campement du boulevard de la Chapelle (10ème/18ème, Paris), mardi 2 juin, dont la version officielle consiste à prétendre si cyniquement que ce fut pour des raisons humanitaires, j’ai assisté jour après jour à l’incroyable incurie des pouvoirs publics face à la situation de migrants qui pour nombre d’entre eux sont érythréens, un pays dont on nous dit qu’il est « suspecté » (sic) de crimes contre l’humanité par l’ONU. Ils ont donc je pense, à priori,  d’excellentes raisons de ne pas retourner dans leur pays. Qui de sensé le ferait ? Et donc, depuis une semaine, ces êtres humains (rappelons que s’en sont pour ces abrutis qui m’ont assailli de messages à haute valeur intellectuelle et morale ajoutée sur twitter à l’instant,  genre « sale bobo gauchiste, tu n’as qu’à les prendre chez toi ! ») sont pourchassés à travers les rues de Paris comme de vulgaires animaux. Pourchassés lorsqu’ils tentent de revenir au même endroit, n’ayant pas d’autres solutions. Pourchassés lorsqu’ils tentent de s’installer devant l’église Saint-Bernard, et que les forces de l’ordre s’y opposent et les font « entrer de force dans des wagons de métro au milieu d’usagers choqués par la violence de la scène » (source). Cachez cette misère que je ne saurais voir, en effet… L’objectif des pouvoirs publics semble d’avoir tout fait pour les disperser plutôt que de leur trouver un hébergement de moyen terme. En effet, si une partie a été hébergée pendant quelques jours dans des hôtels, compte-tenu de la nécessité légale d ‘hébergement d’urgence, nombreux sont ceux qui ont été renvoyés en grande banlieue, sans argent, sans lien avec les associations, et qui ont donc préféré retourner à Paris où des réseaux d’entraide pouvaient les soutenir. Et point culminant de cette affaire, qui démontre clairement le grotesque manque de stratégie et de morale de nos institutions, c’est ce qui vient de se passer cet après midi rue Pajol, dans le 18ème.

CaptureAlerté par ce tweet , j’ai participé au « live Tweet » (LT) sous le hashtag #pajol« , où vous pourrez retrouver les commentaires, photos et vidéos (dont certaines illustrent ce billet) des participants et des observateurs internautes qui suivaient en direct cette manifestation. De ce que j’ai compris, mobilisés par les réseaux sociaux, des militants ont formé une chaîne humaine pour protéger les migrants face aux charges des CRS, ce qu’a confirmé Erwan Manach, de Politis :

Capture

Cette manifestation a été émaillée de nombreuses violences de la part de  la police : journaliste jetée à terre, réfugiés et militants interpellés…

Capture

Hugo Touzet, élu du 18ème arrondissement, et collaborateur du sénateur Front de Gauche de l’Oise Jean-Pierre Bosino (voir ici l’article que lui a consacré rue89), s’est fait frapper par un CRS :

Capture

Capture

Plusieurs élus du Parti de Gauche, dont Eric Coquerel, ont bien tenté de négocier avec les forces de l’ordre, mais en vain…

Capture

Message du cabinet du préfet de police : « nous ne faisons qu’appliquer la loi »… Plus tard : « des élus s’opposent à un simple contrôle d’identité« … (rires dans la salle). Devant le soutien inattendu à la foi des militants, mais aussi des passants et des habitants du quartier, des renforts de gendarmerie ont été obtenus :

Capture

Le périmètre est bloqué, et Olivier Besancenot tente d’accéder à la manifestation…

Capture

Sur place, les manifestants scandent « liberté, égalité, fraternité »… Mouais. ça reste encore et toujours à prouver… Ironie du sort, quelqu’un rappelle qui était Pajol : l’un des participants historiques de la prise de la Bastille en 1789… Voilà voilà… Les forces de l’ordre procèdent par charges successives afin d’arracher un par les migrants au cordon de solidarité formé autour d’eux et les emmener vers un car de police.

Capture

Capture

Autour du bus où les migrants sont bouclés, les gens commencent à se rassembler massivement, et des accrochages avec les forces de l’ordre commencent à avoir lieu, car ils l’empêchent de partir…  :

Capture

Les CRS sont donc obligés de charger…

Capture

… et le bus peut partir. Destination : le centre de rétention du 18eme,  rue de l’évangile… ça ne s’invente pas. Au passage, on notera les curieuses façons de faire de certains « journalistes » (vraiment ?) de BFMTV, qui giflent les manifestants lorsqu’ils s’interposent face à une prise d’image, mécontent des mensonges de la chaîne…

Capture

Pour précision, une grande partie de ces migrants a réussi à échapper à ce que certains n’ont pas hésité à qualifier de rafle… Voilà voilà.  Ils vont donc dormir dans la rue ce soir, sans que grand monde ne s’en émeuve… J’espère que ce billet vous aura au moins donné la tonalité générale de cette manifestation vue de l’intérieur, avant que les journaux du soir et les infos en boucle vous bassinent avec une toute autre version : celle de méchants gauchistes qui violentent les forces de l’ordre qui ne font  rien que leur devoir… avec la bénédiction de l’extrême droite, pour qui ce genre d’événements est toujours du pain béni…  Comme ils doivent être satisfaits de la fermeté des… socialistes ?  ! Pour ma part, je suis très fier de l’action de ses militants avec qui j’ai vibré par procuration, à distance. Eux (et elles !) qui sauvent ce qui peut encore l’être de l’esprit français, des valeurs authentiquement de gauche, faites de défense des droits humains, d’humanité et de générosité… Loin de l’esprit de l’époque donc, faite au recroquevillement, au repli sur soi, au rejet de l’Autre. Bravo à tous. Et toutes. Que se vayan todos !

Lire aussi : Metronews, dont David Perrotin a  diffusé cette photo de l’élu GDG du 18ème à terre (merci à lui)  :

Capture

et également Politis, bien sûr.

P.S. … et en fin de soirée, une trentaine de migrants revenaient sur place. Démonstration par l’absurde de l’impuissance du gouvernement à gérer correctement cette situation, et de l’inutilité de ce genre d’opérations.

le pin’s que tout bon gauchiste doit porter à #nddl est ici

Capture

source

Explications ici

et

Même le jour de Noêl, la lutte continue…

source : blog drapeau rouge (cliquez sur l'image)

« Petit Noël des sans-abri » devant le ministère du Logement

Une centaine de personnes ont organisé dimanche un « petit Noël des sans-abri » devant le ministère du Logement à Paris pour exhorter l’Etat à respecter la loi Dalo et à lancer un « plan d’urgence » de réquisition des immeubles vacants.

« Comment se fait-il que le gouvernement ne respecte pas la loi qui protège les plus faibles? », s’est interrogé le porte-parole du DAL (Droit au logement), Jean-Baptiste Eyrault, à l’origine de ce rassemblement qui comptait de nombreuses mères de familles.

Au milieu d’un sapin de Noël orné de clés en carton et de pancartes fustigeant un Etat « hors-la-loi », les manifestants ont revisité le célèbre air du « Petit papa Noël » en appelant « le petit papa Nicolas » (Sarkozy, ndlr) à « descendre du ciel avec des logements par milliers ».

Selon M. Eyrault, 30.000 familles sont reconnues prioritaires pour bénéficier de la loi sur le droit au logement opposable (Dalo), votée en 2007. « Mais l’Etat ne les reloge pas alors qu’il en a l’obligation« , a-t-il affirmé.

Fin novembre, le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu avait estimé qu’il faudrait des « années » pour rendre ce droit effectif mais avait récusé que l’Etat était « hors-la-loi ».

Le porte-parole du DAL a également accusé dimanche le gouvernement de mener une « politique meurtrière » en laissant un nombre croissant de familles à la rue.

« C’est une véritable crise du logement qui résulte des politiques inégalitaires menées par le gouvernement« , a tonné M. Eyrault, appelant à un « plan d’urgence » de réquisition des logements appartenant à l’Etat ou à l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

« C’est notre manière à nous de lancer la campagne présidentielle », a souligné M. Eyrault, ajoutant qu’une délégation devait être reçue dans l’après-midi par M. Apparu.

Présent dans l’assistance, l’ex-leader du NPA, Olivier Besancenot, a assuré qu’une alternance à la prochaine présidentielle ne « suffirait pas » à régler la question du mal-logement. « Il faudra toujours continuer les mouvements sociaux », a-t-il estimé.

Fin juin, 27.500 décisions de relogement et d’hébergement de ménages prioritaires prononcées par la justice n’étaient pas mises en oeuvre, selon le rapport du comité de suivi de la loi Dalo publié en novembre.

source

La fine fleur d’un débat (sur les retraites)

 

 (Moi  qui voulais une suite au mouvement d’hier, comme j’aimerais y être, si je ne travaillais pas, pour écouter l’analyse des uns et des autres, certainement fort intéressante et complémentaire…

 Mais je sais que de nombreux blogueurs et leurs lecteurs(trices) vivent en Région Parisienne ou peuvent s’y rendre plus facilement que moi, aussi, je voulais vous faire profiter de ce rendez-vous) :

Communiqué de la fondation Copernic

 www.fondation-copernic.org

   Le projet de réforme Woerth-Sarkozy entre en discussion à l’Assemblée Nationale. Il va creuser les inégalités, au détriment des femmes notamment. Il détruit en réalité la solidarité entre les générations qui fonde la Sécurité sociale. Il renforce l’insécurité économique pour tous. Son financement épargne soigneusement les stock-options, les dividendes, les revenus du capital qui n’ont cessé de croïtre ces dernières années.

 Nous le refusons et, tous ensemble réunis, demandons depuis deux mois son retrait. Après les grandes manifestations du 7 septembre, organisations syndicales, partis et associations signataires de l’appel « Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites » se retrouvent pour amplifier la mobilisation. Nous avons le plaisir de vous inviter au grand meeting unitaire, qui précède ceux de Chartres, Toulouse, Dijon, Rennes, Quimper, Clermont-Ferrand, etc..

 Meeting Unitaire : MERCREDI 8 SEPTEMBRE 2010

  Pour la retraite à 60 ans à taux plein, Pas un an de plus, pas un euro de moins

 Salle Paris Est Montreuil, 128 rue de Paris, 93100 Montreuil (Métro Robespierre)

à partir de 19h

  Participants : J.M. Harribey (ATTAC), W. Pelletier (Fondation Copernic), C. Marty (féministe), J.B. Prévost (UNEF), A. Azaria (Femmes Egalité), J. Bourgeais (Confédération Paysanne), A. Coupé (Solidaires), J. Fraysse (FASE), J.C. Chailley (Résistance Sociale), C. Duflot (Les Verts), R. Hammadi (PS), C.Picquet (GU), D. Horus (FSU), M. Dessenne (MPEP), C. DeHaas (OLF), F. Laïdoudi, (Associations chômeur(se)s), C. Pierrel (PCOF), J. J. Boislaroussie (Les Alternatifs), Jean-Luc Mélenchon (PG), P. Laurent (PCF), O. Besancenot (NPA), G. Filoche (Inspecteur du travail).

 Modérateur : E. Plenel (président de Mediapart).

Bookmark and Share