Les adeptes du Dr Morton jetés aux oubliettes de l’Histoire #racisme #altright

Capture.PNG

On a beau déjà le savoir, ça va mieux en le disant, en  l’écrivant, afin d’en informer jusqu’à plus soif les derniers incultes qui s’obstinent à nier la réalité scientifique. Tenter, encore et encore, une antépénultième fois,  de toucher les indécrottables parmi ceux qui sont toujours – obstinément – retranchés dans leur obscurantisme, qu’il soit religieux, politique ou idéologique, de quelque manière et dans quelque lieu que ce soit…

index.jpg

En revenant de vacances (j’y ai découvert une Bourgogne étonnamment boisée, à ravir…), j’ai mis la main dans les toilettes (un cabinet de curiosités comme un autre, n’est-il pas ? 😉  ) sur un ancien numéro du National Géographic d’avril 2018, attiré par le titre : « L’origine de la vie sur terre. Les nouvelles découvertes de la science ». En ouvrant la première page, j’ai découvert l’éditorial de son rédacteur en chef, un certain Gabriel Joseph Dezaize. Il y raconte le cas du Docteur Morton qui avait classifié l’espèce humaine en 5 races de manière pyramidale avec à sa tête, je vous le donne en mille, les blancs de type « caucasien » (rires).  » A son décès, en 1851, le Charleston medical Journal le remercia d’avoir « mis le nègre au rang qui est le sien, celui d’une race inférieure. » Sauf que…. Voilà, voilà : grâce aux techniques ADN, on sait à présent que tous les humains ont des origines communes, et que l’Homo Sapiens naquit en Afrique, de quelques milliers d’individus l’ayant quitté il y a environ 60 000 ans… et que la couleur de la peau n’est qu’une forme d’adaptation localisée aux conditions climatiques des régions du monde dans lesquelles il a essaimé…

Le Dr Morton pourrait bien se retourner dans sa tombe s’il savait qu’au plus profond de son être se cachait une part de « négritude », écrit Monsieur Joseph-Dezaize.

Le racisme n’est donc pas seulement une faute morale ou éthique, mais également une limitation de l’esprit, un rétrécissement des possibilités de la pensée, dans la mesure où il provient d’une incapacité intellectuelle et mentale, parfois chronique et pathologique chez certains individus, d’appréhender la réalité dans sa pleine mesure de manière purement rationnelle.

L’article que j’évoque là est d’autant plus truculent qu’il provient d’un magazine qui a dû reconnaitre lui-même qu’il avait adopté un fonctionnement raciste dans le passé, comme par exemple montrer un peu trop systématiquement des femmes noires aux seins nus pour attirer le lectorat masculin ¹…

«Pendant des décennies, nos reportages étaient racistes. Pour surmonter ce passé, nous devons le reconnaître», écrit Goldberg.

Pourtant, près de deux siècles ou quasiment après le grotesque Docteur Morton, que l’histoire scientifique a rangé sur une étagère aux côtés de ses crânes, il se trouve toujours des arriérés pour partager ses vues, jusque dans les actualités récentes…

CaptureEt bien que le cas de Daisy Osakue ait été absout de motivations racistes, l’immonde Salvini aurait tort de jubiler. Le phénomène, inquiétant, n’en demeure pas moins en Italie, avec la bénédiction des hordes obscurantistes de la Ligue du Nord. Rappelons que son pays s’est distingué par des cris de singe dans l’un de ses hémicycles envers l’une de ses ministres, Cécile Kyenge, qualifiée par les mêmes de « ministre bonga-bonga ». Et les bonnes âmes de ce côté ci des alpes auraient tort de penser que ce sont là des coutumes d’un autre temps et d’un autre lieu… Rappelons ici utilement que le nôtre s’est lui-aussi distingué en faisant de même avec sa ministre de la justice. Et venant du même camp politique que les bas du front italiens : le FN devenu RN. Si les imbéciles qui procèdent à ce genre d’actes minables avaient enfin conscience qu’ils s’insultent eux mêmes…

¹ «Dans les années 1950 et 1960, les adolescents pouvaient toujours compter sur National Geographic pour leur montrer des femmes aux seins nus, du moment que ces femmes avaient la peau foncée. Je pense que la direction avait bien compris que cela encourageait les hommes à lire le magazine.» (source)

 

#Trump n’est pas raciste mais… ( il n’aime pas les noirs)

Après sa déclaration brutale sur les pays de merde qui ont déclenché une vague de protestations sans précédents à travers le monde,  et la condamnation de l’ONU, Trump aurait pu se faire tout petit, regretter,  reconnaitre qu’il avait commis une erreur que sa langue avait fourché ou je ne sais quelle autre excuse bidon, usuelle en pareille circonstance chez tout autre être doué de raison.  Mais ça,  c’est bien mal le connaitre, lui qui se montre imperturbablement ivre de sa toute puissance, qui l’exonère de tout faux pas, jusqu’à le rendre fier de sa propre imbécillité légendaire qui le remplit comme une outre vide. Un être proche de la perfection dont le pays est lui-même le meilleur,  à  l’écart de tout soupçon… Sauf que. Ya pourtant comme un défaut, , et, ou encore … La parole et les actes racistes n’ont jamais été aussi libérés, voire encouragés –  en tous cas rarement condamnés – depuis que Trump est au pouvoir. Un hasard, sans doute… Mais qu’importe, le voilà maintenant en train de claironner à tue-tête pour clore le débat :

Capture.PNG
source

Sauf que : c’est factuellement faux. Toute une série de déclarations, d’enquêtes et de condamnations judiciaires viennent démentir ce que je considère comme l’une des fake news les plus grotesques de tous les temps. Car la vérité alternative de cet abruti  international ne résiste pas longtemps à l’épreuve des faits, et des traces qu’il laisse dans l’histoire comme une traînée de merde derrière lui :

Capture.PNG

… Ce personnage pue, fort, et définitivement. Sa marque dans l’histoire de tous les temps risque fort de le rapprocher d’autres personnages historiques tout aussi peu ragoûtants, dont il partage la mégalomanie, la toxicité et l’action plus destructrice que constructive. Mais qui l’arrêtera enfin dans cette course insensée à la bêtise la plus crasse qui soit et à l’exaltation perpétuelle du pire de l’âme humaine ?

 

#jeffaceleracisme… mais pas les bas du front.

Nous avions relayé cette utile initiative ici, et , chacun à notre manière. J’aurais aimé être un badaud pour voir les réactions au passage de cet homme (une performance, je le précise pour les bas de plafond dont on va gérer le cas psychiatrique plus bas, imperméable à toute argumentation, réflexion critique…). On avait beau s’y attendre un peu, ça fait toujours un choc… L’électeur du FN, raciste ? Que vous êtes mauvaises langues…

Capture
Voilà ce qu’on a pu lire, sur twitter, sous la publication de l’AFP. Un tel déluge, un tel étalage de bêtise crasse, de grossièreté, de racisme primaire, ça donne une idée de l’ampleur de la tâche…  Énième épisode des comportements de haters habituels sur les réseaux sociaux… ça écœure, et ça salit. Le FN n’a jamasi autant baanlisé la parole raciste. Et ce n’est pas finit… #pesteBrune

 » c’est avec les yeux que je dévore le noir du monde.  Mes cernes n’ont pas dini de s’agrandir… » (Annie Lebrun, Ombre pour ombre).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enregistrer

Post-scriptum ; quelques minutes seulement après avoir écrit ce billet, voilà ce que je reçois. Des gens charmants, vous dis-je. La dé-diabolisaiton du FN continue à grands pas… 😉

Capture.PNG

Quand les insultes laissent des traces #jeffaceleracisme

Tout a commencé comme ça :

Capture0

 

j’ai réagi spontanément, m’imaginant que le collègue blogueur pourrait lui aussi avancer en parallèle de mes propres pas,  en composant un billet, selon sa sauce tout aussi personnelle que la mienne, et que nous le publierions ensemble, ce qui aurait plus de gueule.

0

Son lien renvoyait vers cet article de Jeune Afrique. Il s’agit d’une campagne du Cran intitulée  #jeffaceleracisme. je suis allé à la source. J’ai tout d’abord visionné la vidéo :

J’en ai extrait des images, celles de ces insultes gravées dans la chair de cet homme,  » The Human Billboard » (« humain panneau publicitaire », qu’on pourrait traduire par homme sandwich).

Capture.PNG

(au fond de moi, je me suis dis comme ça, en procédant aux captures d’écran :  « tiens voilà des images qui pourront servir à  l’ami pour illustrer son billet, ça lui fera gagner du temps« )

Ensuite, sur le site dédié, j’ai vu ça :

1.PNG

Alors, je l’ai aussitôt partagé sur mon facebook personnel, afin de sensibiliser mon entourage. Puis je suis revenu ici poursuivre mon travail de blogueur, ajoutant des images par ici, et du texte par là. Mais je ne voulais surtout pas marcher sur les pieds de mon ami blogueur, ne me permettant surtout pas de parler à la place ou au nom de celui que je ne suis pas. Hélas, en effet, oui, j’avoue, je ne suis que blanc de peau. Mes excuses. J’ai donc envoyé un message à Bembelly :

Capture.PNG

Comme il ne pourra s’exécuter que ce soir, j’ai donc publié le tout dans la foulée, après quelques ajustements de détail. Vous en voyez là, sous vos yeux,  le résultat. Il nous faudra donc attendre ce 23 avril pour assister à l’intégrité  de cette opération. N’habitant pas la région parisienne, je ne pourrai pas voir les pérégrinations de ce Monsieur et les réactions que ne manqueront pas de provoquer son passage. Mais j’essaierai de les suivre, à distance, comme à mon ordinaire habitude. Avec, dans un coin de la tête, la pensée de ces ordures racistes qui ne se cachent même plus pour afficher leur haine des non-blancs. Comme des envies de cocktails molotov dans une fenêtre de leur Citadelle…

Et après,  on s’étonne.

Puis une autre pensée me traverse,  plus proche de l’ami : cette No Go Zone fasciste lyonnaise,  comme une tache sur notre pays qui pourrait être pourtant beaucoup  plus accueillant pour tous si des êtres toxiques et nuisibles à la communauté humaine ne s’échinaient à le pourrir.

No pasaran.

Enregistrer

#racisme : « vous valez mieux que ça ! » (une histoire belge)

captureLancée par nos voisins belges, une campagne lancée aujourd’hui et intitulée  « Le racisme, vous valez mieux que ça ! » a retenu toute mon attention. Il s’agit d’ une initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la RTBF ainsi que de  Plateforme de lutte contre le racisme de Belgique.  Elle se déclinera en  quatre spots publicitaires de 20 secondes diffusés sur les chaînes radio et télé de la RTBF et des campagnes d’affichage. Un site dédié est accessible ici pour expliciter la démarche. Un exemple de vidéo :

Faites passer, partagez, diffusez, hop, hop, hop !

#PesteBrune dans la police : justice pour #Théo (et tous les autres)

Dans un contexte particulièrement tendu suite au viol de Théo à Aulnay, qu’une soi-disant police des polices (l’IGPN) a tenté si maladroitement de requalifier en accident sous les railleries unanimes (moins un : le FN) des réseaux sociaux, ce syndicaliste policier a bien mal choisi son heure pour se livrer à son racisme si personnel…

capture
source (voir la vidéo)

Interrogé sur les insultes (“négro”, “bamboula”, “salope”) adressées à Théo par les policiers lors de son interpellation, Luc Poignant – dont le compte Facebook (public) vaut le détour à condition d’avoir le coeur bien accroché- estime tout simplement que “bamboula, ça ne doit pas se dire mais ça reste à peu près convenable”. La présentatrice de l’émission Caroline Roux l’interrompt immédiatement par un “non” ferme. Poignant rétorque alors: “Enculé de flic ça n’est pas convenable non plus“. Réponse de Caroline Roux: “Dans les deux sens ça n’est pas convenable“.(source)

Les Inrocks m’ayant ainsi mis la puce à l’oreille sur d’éventuels dérapages sur le compte facebook de ce Monsieur apparemment si propre sur lui avant qu’il n’ouvre la bouche et qu’en sorte cette pestilence, j’ai voulu aller voir…

capture

Compte supprimé, visiblement…

capture

(rappel utile d’Olivier Cyran sur twitter :

capture

Quelques minutes après, sur le même registre de cette belle police irréprochable que l’on tente de nous vendre en dépit de certaines réalités

capture

Ah ? La Police Nationale aurait donc… des valeurs ?  Ce qui suit  ne me le démontre pas très clairement…

capture
source (voir la vidéo)

(Voilà qui me rappelle quelque chose….)

Capture.PNG
source

Quand on sait ce que l’on sait et que l’on voit ce que l’on voit, on a bien raison de penser ce qu’on pense… 😉

Notre ancêtre est une Black Panther… (coucou #NS2017 !)

220px-black_panther_dc_rally_revolutionary_peoples_constitutional_convention_1970
source et explications ici

Voilà qui s’appelle « la réponse de la bergère au berger » ou je ne m’y connais pas…  As-tu vu cette légère esquisse de sourire qui se dessine à la commissure de mes lèvres ? 😉

capture

 Je ne savais pas que les gaulois étaient des Blacks Panthers… (Je dis ceci car je suis encore sous le coup des émotions suscitées par le film que j’ai regardé hier soir. Bouleversant ET éclairant. Il est d’ailleurs assez stupéfiant de constater qu’hélas, pas grand chose n’a changé aux States, où il est si facile de tuer un noir parce qu’il est noir. L’histoire de ce pays pèse lourd sur ses affres actuelles… Mais je m’égare… #oupas).

fiche pratique de protection contre les discriminateurs agressifs

don-quichotte-avec-rocinante » Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue. » (attribué à Einstein)

La bêtise crasse de mes congénères revêt bien des formes, et il semblerait que toutes nos caractéristiques personnelles, et surtout celles auxquelles on ne peut pas grand chose, soient pour certain(e)s des sujets de moquerie, de raillerie, de diffamation.  Elles sont prétextes à tous les coups tordus, à la méfiance généralisée et irraisonnée,  à du mépris ou de l’inimitié allant, pourquoi pas tant qu’on y est, jusqu’à la haine de l’autre et la violence, jusqu’au passage à l’acte dans les cas les plus graves. Les discriminateurs, des plus bénins aux plus violents et déterminés,  prennent en effet des prétextes et des chemins plus ou moins sournois  d’une variété infinie pour exprimer leur aversion de tel ou tel trait bien précis correspondant à leurs obsessions personnelles, à propos desquelles il leur serait d’ailleurs bénéfique de consulter, dans l’intérêt collectif comme dans le leur.  Liberté d’expression, avez-vous dit ? C’est ce que revendiquent, paradoxalement, haut et fort, ceux qui seraient les premiers à la supprimer s’ils arrivaient au pouvoir, en fonction de leurs obsessions pathologiques respectives : pas de gros ( à propos desquel(le)s j’ai appris cette ignoble pratique du « fat shaming« ), de noirs, de roux, d’arabes, de juifs, de musulmans, de  « non-blancs », d’homosexuel(le)s, de transsexuels, de femmes, d’handicapés, ou je ne sais quoi d ‘autre (et pourquoi pas ce slut shaming, dont je viens de prendre connaissance, totalement ébahi….?) dans leurs organes de décision, et si possible, dans leur vue et leur vie. J’ai oublié les pires : les gauchistes. Car ceux là, cette engeance maudite, porteurs d’une tare indélébile dans l’esprit trépané de ces gens là, soutiennent plus ou moins activement (et efficacement…), lesdites catégories sociales honnies par eux, ceux qu’on appellera ensuite les discriminateurs. Les gauchistes, c’est bien connu, ce sont des collabos, des traîtres à la cause, des gauchiasses pour reprendre le vocabulaire habituel d’un certain camp politique au discours particulièrement raffiné, au vocabulaire souvent si indéniablement diversifié, et à l’orthographe toujours irréprochable…  Le discours est connu, et convenu. Face à ce camp de la haine de l’Autre et de la moindre différence, nous sommes nombreux à nous engager, de manière plus ou moins spontanée et /ou durable, que ce soit sur les réseaux sociaux, dans une association ou un comité (invisible ou pas), ou de manière autonome. Aussi, comme je vois de nombreuses personnes, tant sur les réseaux sociaux que dans leur vie quotidienne, subir les conséquences de leur engagement contre le racisme, le sexisme, l’homophobie et la  transphobie, et autres discriminations corporelles (ces gens qui insultent les autres sous prétexte qu’ils sont gros, moches (selon quels critères ?), handicapés (physiques, mentaux), ou qu’ils ont une vie sexuelle qui ne leur convient pas, j’ai décidé de m’adresser à eux (donc à nous) pour leur éviter mes propres errements. Tout d’abord, un bon conseil, et je sais de quoi je parle : si vous aimez les autres, et que vous voulez les défendre, les soutenir, commencez par vous mêmes, ne vous négligez pas. Sans quoi, vous risquez fort de vous en mordre les doigts. Certains des individus porteurs des idées lamentables que vous combattez et des préjugés contre lesquels vous luttez peuvent en effet se révéler particulièrement malveillants, et potentiellement violents, et il convient donc de vous prémunir contre leurs agissements. Aussi, commencez par anonymiser vos actions si vous le pouvez.  La plupart des antifascistes, par exemple, qui combattent des gens particulièrement violents, racistes, sexistes, xénophobes, homophobes, et potentiellement dangereux, agissent sous pseudo, et ce n’est certainement pas un hasard. Alors, faites pareil. N’allez pas comme certains que je connais vous lancer dans une publication ou une pétition contre des nazis pour de vrai de manière isolée et irréfléchie. Choisissez l’anonymat, et faites la porter par une structure, une organisation qui a l’habitude de se confronter à ce genre d’individus. Sur les réseaux sociaux, ne donnez jamais votre véritable identité, ce qui permettra à ceux et celles que vous aurez le malheur aujourd’hui ou demain, de contrarier, risquent de vous retrouver d’autant plus facilement que les moyens proposés par Internet le permettent assez  facilement. Et les individus en question ne sont pas toujours tendres, gentils, bienveillants, et animés de la seule intention de débattre avec vous sur le perron de votre domicile personnel, du motif de leurs différends avec vous, et de l’étendue de leurs contrariétés…  Certain(e)s se montrent discriminants de manière affirmée voire agressive surtout  parce que ce sont des esprits faibles à qui Internet permet une (illusoire et toute relative) sensation d’impunité, qui les conduit inconsciemment à se lâcher, sans qu’ils prennent pour la plupart conscience (il faut avoir un cerveau,  pour ça… et surtout l’utiliser) du fait que même internet et les réseaux sociaux sont des espaces publics, où la loi peut s’appliquer également, et que ce que l’on ne se permet pas dans la rue n’est pas davantage autorisé sur le net.  Heureusement, la plupart de ces discriminateurs plus ou moins agressifs se cantonnent pour la grande majorité à vider leur sac à vomi sur les réseaux sociaux, car ils se sentent protégés par leur écran. Dans leur canapé, on ne peut pas leur mettre une gifle ou un bourre-pif… Sans quoi la plupart n’en dirait pas le dixième de ce qu’ils osent.  Mais d’autres peuvent passer à l’acte, d’autant plus volontiers qu’il ne m’est jamais apparu que chacune de ces tares prises isolément (le racisme, le sexisme, la xénophobie, l’homophobie/transphobie, et les adeptes de théories dangereuses comme le  complotisme ou le néo-nazisme), soient le fait d’individus particulièrement équilibrés… Qui résistent donc assez mal aux frustrations et aux contrariétés, en général. Et qui pour les plus extrémistes d’entre eux, comme ceux auxquels je suis en train de m’intéresser en ce moment, ne répugnent aucunement au coup de poing, à l’agression en bandes organisées, et que  la sanction judiciaire de leurs actes, et même la prison pour les plus aguerris (logique qui les mènent au même niveau que les crapules de droit commun, qui tiennent exactement le même discours),  loin de les dissuader, les stimule davantage. Leur bestialité et leur  instinct grégaire les conduit en effet à adopter les codes et le comportement du règne animal dans ce qu’il a de plus agressif et dangereux, d’autant plus qu’il  peut être de surcroit couplé à une sournoiserie dont seul est capable l’esprit humain. Et quand celui-ci se trouve  décuplé  par le recours aux outils électroniques et à internet, leur pouvoir de nuisance peut-être très étendu…. Il s’agit en effet pour les gens dont je veux parler, les Ayoub, les Benedetti, les Gabriac, les Le Lay (non, pas lui, c’est un guignol, qui ne se risquerait pas à un affrontement de proximité…. On appelle ça chez moi des « grandes gueules pisse pas loin », juste capables de coups tordus en douce, sans se mouiller par lui-même… et appelant ses suiveurs, des moutons, à débusquer leur proie, à les harceler, et sans le dire, à l’ agresser… et quand ils ne le peuvent pas, à faire fermer son twitter ou son facebook, méprisable et médiocre vengeance…), et autres moins connus, comme dans toutes les meutes, de montrer leur force, leur capacité de nuisance, pour inspirer la peur par l’intimidation, voire d’inspirer de la terreur. Ce ne sont donc pour moi que des terroristes à traiter comme tels. Et il convient quand on combat ce genre d’individus, même sur Internet, même s’il ne s’agit que d’un combat contre leurs idées répugnantes dont on s’étonne qu’elles aient encore cours aujourd’hui, de prendre un minimum de précautions.  Car même en les prenant, on n’est pas à l’abri de certaines actions d’abrutis finis à la pisse qui ne se préoccupent nullement de faire des victimes collatérales… Et cela d’autant plus que certains de ceux que vous combattez, même si ce ne sont que leurs idées et pas eux personnellement, peuvent avoir dans leurs réseaux personnels des personnalités de premier plan auxquelles ils peuvent  éventuellement avoir recours. Des gens qui peuvent avoir une force de frappe encore plus importante et disposer, même dans les rangs des forces de l’ordre, d’appuis non négligeables. C’est le cas des personnalités que je viens de citer, ce peut donc être le cas des personnalités plus ou moins médiatiques (officiellement ou dans l’Underground politique, à visage masqué) de ceux que vous combattez, et cela quand bien même votre combat est juste et vos idées sont nobles.  Alors, protégez vous. Il suffit de simples précautions. On donne ce genre de conseils à des enfants, la preuve m’est faite très concrètement, au vu d’exemples bien précis et récents, qu’il est éminemment nécessaire de le faire,  élément moteur qui m’a inspiré ce billet. Ne donnez jamais vos coordonnées à quelqu’un(e) dont vous n’êtes pas sûr. Apprenez à compartimenter votre vie, ne mélangez pas tout, vos rôles personnels, militants, et professionnels. Ne permettez pas à ceux qui essaieront d’en savoir plus sur vous un jour de vous retrouver. Ne laissez pas de traces visibles sur le net qui permettraient à vos adversaires, si ce n’est vos ennemis politiques,  de vous identifier. Pseudo bien sûr, mais également comptes sur les réseaux sociaux couplés à des adresses mail spécifiques (et non la vôtre avec votre vrai nom lisible dans l’adresse…), une adresse mail et un compte sur un réseau social pour chaque activité : personnel, politique ou militant, professionnel. Et, dans les cas les plus graves, si vous avez des soupçons de la réelle dangerosité de tel ou telle, au vu d’éléments concrets (il ne s’agit pas de psychoter) qui se rapprocherait un peu trop de vous à votre goût, des précautions élémentaires : évitez d’habiter dans un lieu trop isolé ou sécurisez le (sinon, déménagez si vous le pouvez), restez le moins souvent possible  seul(e), évitez de vous déplacer dans la mesure du possible dans des endroits trop isolés sans être accompagné(e) par quelqu’un qui tient la route, évitez les foules denses, ou restez à leur marge pour pouvoir déguerpir en cas de danger imminent, portez toujours sur vous en cas de besoin une bombe lacrymo, et n’ayez qu’une seule touche sur laquelle appuyer sur votre téléphone portable pour avertir un(e) ami(e) assez costaud(e) ou les forces de l’ordre si nécessaire, portez des chaussures qui courent vite, prévenez quelques membres de votre entourage personnel proche (famille, amis, militants sûrs) des dangers réellement encourus, qu’il convient d’ identifier précisément. Il ne s’agit bien sûr pas de tomber dans une paranoïa excessive comme j’en observe trop souvent certain(e)s, mais de bien analyser le degré de dangerosité des événements dans lesquels vous êtes engagés, de manière à vous préparer et à informer efficacement  à la fois vos proches et les forces de l’ordre (si vous le souhaitez, certains antifas par exemple refusent de s’adresser à elles…) et/ou votre entourage.

Voilà qui est écrit. Ceci est un premier jet. Ce billet est à l’état de projet pour l’instant, et donne à mon sens déjà de bonnes précautions à prendre à ceux et celles qui veulent s’engager dans des actions militantes qui comportent un tant soit peu de dangerosité. Si vous avez des idées, des observations, des commentaires, et surtout des précautions complémentaires à proposer pour alerter nos ami(e)s militant(e)s de quelque cause (défendable…) que ce soit, n’hésitez pas. je les intégrerai bien volontiers. Et surtout, faites connaître l’existence de cet article à touts celles et ceux à qui vous pensez qu’il pourrait être utile. Question de sécurité… voire de survie. Nos amie(e)s militant(e)s sont parfois si inconscient(e)s… Je suis sûr que vous en connaissez autour de vous. Andiamo !

de la tuerie de Charleston à la Taverne de Thor, dans la Meuse, une même logique criminelle. Et ces pouvoirs publics qui ne font rien…

Capture

Quel rapport, me direz vous ? Vous allez vite comprendre, si vous n’êtes pas totalement idiot(e)s…

Dylann Roof,  l’auteur de la  fusillade qui a fait 9 morts ce mercredi soir à 21h locale (3h du matin à Paris) dans une église particulièrement symbolique des luttes contre les discriminations raciales ¹ de  la communauté noire de Charleston (Caroline du sud), adhérait selon toute vraisemblance aux idées suprémacistes. C’est ce que laissent à penser non seulement les témoignages des proches de sa famille, qui le décrivent comme un raciste invétéré, mais aussi  les détails à présent connus de son profil personnel, par le biais de ses publications sur facebook notamment, comme en témoigne la  photo issue de son compte personnel qui illustre ce billet.  On y voit en effet sur les autocollants qui ornent son blouson le symbole de l’apartheid en Afrique du sud. L’intention raciste de son crime ignoble, motivé par la haine,  ne fait donc plus aucun doute. Surtout quand on sait qu’il a participé à l’office religieux pendant près d’une heure avant de commette son odieux forfait. Crime prémédité donc. On pourrait être  éventuellement tenté, pour les moins sensibilisés d’entre nous sur le sujet,  de penser que ce genre d’actes racistes violents ne risquent pas de nous arriver ici, en France, près de chez nous. Obama laisse d’ailleurs à croire dans son intervention publique du jour que ce serait une spécificité américaine, compte tenu de l’ histoire de ce pays, et préfère orienter le débat vers l’usage des armes à feu, pour des raisons éminemment politiques. Bien que je partage cette inquiétude primordiale en matière de thèmes sociétaux inquiétants si spécifiquement américains, je souhaite cependant me diriger vers une autre préoccupation, prioritaire chez moi : la lutte contre les idées racistes, et les idéologies qui s’y rattachent.  Ce souci  me semble en effet universel : « Penser global, agir local »…. Car j’ai été amené à prendre connaissance personnellement et très concrètement de la situation choquante qui suit, non loin de chez moi. je veux parler de la Taverne de Thor, installée dans la petite commune meusienne de Combres sous les côtes, qui abrite depuis peu les activités d’un groupe partageant les mêmes idées discriminantes et haineuses que ce jeune criminel américain, les Hammerskins. Voilà ce qu’en dit notre ami Wikipédia : Ils se définissent comme aryens, et étaient affiliés à l’origine au Ku Klux Klan et à l’American Nazi Party (ANP). Ils prennent systématiquement part aux rassemblements anti-étrangers et manifestations racistes, mais également à des manifestations comme la Gay Pride ou les manifestations égalitaires. Aux USA, les hammerskins de Chicago sont allés jusqu’à préparer plusieurs opérations pour tenter d’assassiner Barack Obama avant qu’il ne devienne président, ne supportant pas qu’un noir parvienne à une si prestigieuse fonction. La Hammerskin Nation prône une idéologie néonazie et raciste. Elle est présente non seulement aux États-Unis, mais également dans plusieurs pays d’Europe, dont la France. Le lieu d’implantation actuel de la Taverne de Thor n’est probablement pas dû au hasard. Il y a en effet dans le toulois et en Meuse plusieurs adeptes de ce mouvement raciste violent, dont certaines figures représentatives de ce mouvement. Certains sont bien connus de la population locale, et probablement des forces de l’ordre, pour leur violence et leurs exactions diverses. On se souvient également ici dans la communauté antifa du crû que leur dernier local, rebaptisé Rock’n’Roll Circus,   avait accueilli plusieurs conférences et surtout des concerts néonazis, souvent organisés en collaboration avec les Hammerskins allemands, qui rencontrent plus de difficultés à organiser des concerts nazis sur leur propre sol. Ce lieu de rassemblement néo-nazi avait clôt ses portes à l’occasion de la St-Patrick 2013  suite à des pressions administratives. Quelques mois auparavant, 2000 militants de la race blanche venus de toute l’Europe avaient en effet participé à un concert RAC (Rock Again Communism), organisé initialement par une des sections allemandes du mouvement.

Il se trouve que les forces de l’ordre comme les maires des communes avoisinantes sont à présent informés de l’implantation de ce local et des individus dangereux qui s’y livrent à leurs occupations communautaires qui vont à l’encontre de nos valeurs républicaines et humanistes. Après l’Est Républicain, environ une semaine auparavant, Guy Birenbaum, dans une chronique quotidienne sur France Info intitulée l’Autre info, a évoqué lui aussi ce sujet préoccupant  de sécurité publique, bien davantage à mon sens dans notre région que des actes qualifiés parfois si abusivement d’apologie du terrorisme,  forcément islamiques, qui conduisent des enfants de 8 ans dans des commissariats où ils n’ont rien à faire. Car ces gens d’extrême droite, faut-il encore le démontrer, sont particulièrement dangereux. Et je tiens ici à marquer mon étonnement face à l’inaction publique patente, et assez lamentable en la matière, des élus du secteur qui brillent par leur impuissance et leur inefficacité à combattre ce qui doit l’être.  Face à une communauté à l’idéologie si dangereuse, comme ils l’ont clairement démontré en poignardant un noir en plein centre de Metz pour la seule raison de sa couleur de peau, l’absence de réactions publiques me semble totalement incompréhensible. C’est pourquoi je vous invite à l’événement qui suit, dont cette implantation nazie est l’une des motivations prioritaires :

Capture

Si vous êtes lorrains, soyez y. Si vous êtes attachés à la défense de l’esprit démocratique, soyez y. Si vous êtes républicains, soyez y. Mais si vous êtes de cette minorité criminelle qui pense qu’une race n’en vaut pas une autre, et que la couleur de peau des autres vaut le mépris et pourquoi pas la mort, allez tous vous faire foutre. Je vous maudis.

.

¹ l’Emanuel African Methodist Episcopal Church, l’une des plus vieilles églises noires de la ville et de la côte est des Etats-Unis, fondée en 1816 et située dans le centre-ville de Charleston.

Post-scriptum : il semblerait que depuis l’écriture de ce billet, les choses commencent à bouger timidement… Voir notamment ici.

les blancs américains ont encore (et toujours) peur du noir…

7670252

source

Même dans son pays, Obama n’a manifestement pas aboli la peur du noir… 

j’avoue d’emblée ma méconnaissance du problème, et j’appelle donc votre indulgence et vos propositions d’information plus détaillée.  De cette histoire de la ségrégation aux états unis, je ne connais en effet  que certains aspects consécutifs à la guerre de sécession, dont l’abolition de l’esclavage, le mouvement des droits civiques dans les années 60 avec les combats de Martin Luther King et les actions des Blacks Panthers.

En ce moment, j’effleure donc à peine ce sujet qui semble bien constituer aux USA une sorte de bombe à retardement qui ne demande qu’à exploser à chaque fait divers qui implique un noir… Il me semble qu’Obama est l’arbre qui cache la forêt, et certains (je m’y inclus) ont eu tort de penser que son élection était le signe de la fin de la ségrégation envers les noirs dans son pays. De nombreux incidents et manifestations consécutives viennent régulièrement rappeler que l’équilibre est toujours fragile, et le feu prêt à reprendre…

Il y a deux ans, c’était, souvenez-vous, l l’histoire de Trayvon Martin,  jeune Noir tué en 2012 par un voisin en Floride. Depuis dimanche dernier, à Ferrguson (Missouri), c’est la mort d’un jeune Afro-Américain de 18 ans, non armé, Mikael Brown,  tué par la police. je ne me prononcerai pas ici sur les circonstances de ce drame qui donne lieu à des versions controversées.  Il ne s’agit pas pour moi de prendre parti, mais de m’élever au delà de la situation particulière vers une perception générale, plus politique, un ressenti nourri du peu d’informations dont je dispose qui me donne envie de creuser davantage. Et la gestion de ce genre de problèmes me pose question en l’espèce. Car pour gérer les émeutes et manifestations qui ont découlé de la mort de ce jeune homme, qui ne faiblissent pas depuis, la réponse a été pour le moins… surprenante :

« le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, s’était, pour la première fois depuis le début des manifestations, rendu à Ferguson, ville de 21 000 habitants majoritairement afro-américaine mais dont la police est surtout blanche. « 

« … une police locale dont les interventions avaient été très critiquées, déployant des moyens que l’on associe plus à une zone de guerre qu’à une opération de maintien de l’ordre dans une bourgade américaine. Les policiers du comté étaient pour partie vêtus de treillis militaires camouflés, casques lourds sur la tête, engoncés dans de lourds gilets pare balles et armés de fusil d’assaut. »

« L’image d’un tireur d’élite en treillis militaire qui vise la foule avec son fusil à lunette, juché sur un véhicule blindé, a fait le tour des réseaux sociaux, très mobilisés en faveur des manifestants, pour dénoncer cette démonstration de force. » (source)

Qu’un mouvement de protestation sociale puisse être géré de la sorte, la police locale se militarisant au point de voir en chacun des habitants un potentiel terroriste est tout simplement hallucinant et disproportionné à mes yeux de français (très) moyen. En outre, je retiens cette anecdote selon laquelle deux journalistes  dont un correspondant du Washington Post ont été interpellés simplement parce qu’ils s’attardaient à une table de Mac Do. (voir ici). Voilà qui en dit long…

En m’informant peu à peu sur tout ceci, je me dis que les États-Unis, qui veulent pourtant se comporter un peu trop souvent à mon goût en gendarmes (voir en maîtres…) du monde feraient bien de balayer un peu plus souvent devant leur porte… Ils ne sont manifestement pas un modèle de démocratie, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais je continue mes investigations sur le sujet. Si quelqun à des pistes de lecture intelligente et détaillée….

Nota-bene : je tiens à préciser que depuis hier, la situation à Ferguson s’est pacifiée,  notamment depuis la nomination du chef de la police de la route Ron Johnson. venu prendre la relève de la police locale décriée. Ce dernier, un Noir, originaire de la ville, s’est aussitôt joint personnellement aux manifestants…  Acte symbolique, certes, mais de quoi calmer le jeu, assurément.

 

Post-scriptum : j’apprends après rédaction de ce billet qu’un autre jeune noir, handicapé mental, a été tué par la police à Los Angelès…. Il s’appelait Ezell Ford, il avait 25 ans et n’était pas armé. dans ce cas comme dans le précédent, la police prétend qu’il aurait tenté de désarmer un policier… On leur conseille ce genre d’argument fatal, à l’école de Police américaine ?