Après #Jeanne, #Sarkozy, dans le panier des fruits pourris de la ripoublique

caidhmjwwaekrjdCapture

source

Moi, j’aime bien quand la justice peut faire librement son travail. Après la joie d’hier, encore une grande satisfaction aujourd’hui. Des bonheurs simples…

(Bon, moi, je connais le fond de l’affaire, mais pour ceux qui n’ont pas suivi le fameux dossier Paul Bismuth, pour rappel, voilà ce dont il s’agit, résumé par le Monde :

Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir, en 2014, sollicité le haut magistrat Gilbert Azibert par l’intermédiaire de son avocat Me Thierry Herzog « pour tenter d’influer sur une décision » de la Cour de cassation le concernant dans l’affaire Bettencourt. En échange, l’ancien président aurait promis d’intervenir pour que le magistrat obtienne un poste de prestige à Monaco. A la fin, ni l’ex-président ni Gilbert Azibert n’ont obtenu ce qu’ils convoitaient.

les #républicains, ce n’est pas eux… Puisque c’est nous. Faisons le savoir !

CaptureBien que perpétuel contestataire et glissant lentement au bénéfice de l’âge, je le sens bien, vers le libertarisme de gauche, je me revendique pour l’instant républicain.  Sans quoi militer pour une 6ème république serait d’une incohérence totale. Les fondements et la devise de notre république me sont chers, et j’aimerais d’ailleurs que notre société française en soit un peu plus respectueuse… dans l’esprit comme dans la lettre. Aujourd’hui, ce n’est manifestement pas/plus le cas, étant donné le contexte actuel. Mais pour en venir à l’objet de ce billet, quand j’ai su que l’UMP voulait changer de nom pour se nommer les républicains, j’ai été pour le moins interloqué, et je ne suis manifestement pas le seul. Tout d’abord, je me suis dit que ces gens avaient un sacré toupet de se revendiquer de cette appellation alors que le sarkozysme a fait tant de mal à nos valeurs républicaines, qu’on soit de gauche ou de droite, la plus élémentaire bonne foi exigerait de l’avouer, au vu du bilant présidentiel précédent.  Cet individu peu recommandable n’a fait que diviser sans cesse et dresser les français les uns contre les autres. Ensuite, j’ai trouvé que cela ressemblait fortement à une volonté de bi-polariser la politique française, ce qui serait un appauvrissement, à la sauce américaine. manquerait plus que le PS lui aussi (ce qui ne serait d’ailleurs pas incohérent, intellectuellement, au vu de leurs orientations actuelles et de leurs actions) se nomme « les démocrates », et la similitude serait totale. Enfin, comme beaucoup d’autres quelle que soit leur étiquette politique, regarder sans rien faire un parti s’accaparer cette appellation, voilà qui est un peu fort de café. Il ne saurait être question que cette droite là soit la seule à se prévaloir de l’appellation de républicain. je le suis aussi, tout autant, et bien différemment….. C’est pourquoi, venant de prendre connaissance de l‘action lancée par l’avocat toulousain Christophe Lèguevaques, j’y souscris volontiers. Il est à l’origine d’une demande judiciaire en nullité contre la marque «Les Républicains», déposée par l’UMP. La procédure judiciaire sera officiellement initiée le mardi 5 mai. je vous suggère à tous, en nombre, de faire échec à cette incroyable OPA sur nos valeurs communes, en signant la pétition dédiée qui, selon  20minutes.fr, a déjà recueilli 1500 signatures… Seulement ? A vous de jouer. Faites péter le compteur pour faire la nique à Sarko, bon sang ! Marre de ce despote aux petits pieds. Vivement que la justice s’en empare…

Pourquoi l’#UMP ne pourra pas s’appeler le #Rassemblement (à moins que…)

19047152je suis mort de rire : Sarkozy est un éternel looser. Il voulait changer le nom de son parti, afin de le renommer « le Rassemblement ». Pas de bol, le nom  est déjà pris, et déposé…. par un parti extrêmement droitier  (à qui je ne ferai pas l’honneur d’un lien), qui pose comme condition à son accord, entre autres, « la réintégration immédiate de tous les membres de l’UMP exclus ou en voie d’exclusion pour s’être prononcés en faveur d’unions locales regroupant l’ensemble de la droite, y compris le FN ».… Voilà, voilà… Au moins, on est fixés. Et comme son président, un certain Alain Bournazel, est un proche de Paul-Marie Coûteaux, l’un des « intellectuels » historiques du FN, la boucle semble à présent bouclée… Le bouclier républicain est en train de voler en éclats. Mais ça, on le savait déjà…. L’UMP franchira-t-il le pas ? Au moins, ce serait plus clair…

militants de l’#UMP et du #FN : dans le même sac de bêtise crasse !

haddock-600x434j’invitais il y a peu tout un chacun, service médiatique compris, à enterrer définitivement Nicolas Sarkozy pour les raisons évoquées ici. Bien qu’une part plus significative que les médias ne se l’étaient imaginé de prime abord n’ait pas voté pour ce triste sire, et que 43 %  des inscrits n’ont même pas daigné s’exprimer (ce qui fait un sacré paquet de gens qui ne le soutiennent pas), n’en demeure pas moins que la part d’abrutis, de pauvres types, de gens qui ne réfléchissent pas plus loin que leur bout de leur pif et de militants qui n’ont aucune notion de stratégie et de mesure du poids des forces en présence,  ainsi que du sens du vent qui tourne, représente donc 64,5 % des suffrages. ça craint. Surtout quand on connait les idées du petit teigneux, ses nouvelles positions si clairement ancrées à (l’extrême) droite et sa rage à retourner où il était pour les raisons que l’on sait (échapper à la justice).  Contrairement à des esprits simplistes et si sûrs d’eux, qui pensent que cela va bénéficier au PS, je pronostique quant à moi qu’il y a beaucoup à redouter de ce retour là, si la partie de la droite  (un peu) plus morale qui s’est prononcée contre ce courant extrêmement droitier là ne se manifeste pas plus fortement, et ne crée pas de scission affirmée, comme certaines personnalités de l’UMP l’avaient anticipé avant cette élection à leur présidence.  Car il y a fort à parier que l’autre courant de droite autour de Sarkozy ne verra aucun inconvénient à s’allier au final avec le FN, dont une partie des idées sont déjà si communes. Et le poids de ces 2 parties en présence  risque fort de l’emporter aux présidentielles de 2017.  Il ne faut pas en outre compter sur l’autre gauche pour voter de nouveau pour le PS. On ne les y reprendra plus, à voter pour un type prétendument de gauche qui nous fait à présent une politique tellement de droite… je le répète : ça craint vraiment. S’il n’y a pas de grands bouleversements politiques d’ici là. Qu’est-ce que vous attendez donc pour vous bouger le cul,  les démocrates de tous bords ?! Qu’il soit trop tard, Mille millions de mille sabords ? Bande de ventres mous ! Bougres de faux jetons à la sauce tartare ! Coloquintes à la graisse de hérisson ! Espèce de mérinos mal peignés !  Cyrano à quatre pattes ! Zouave interplanétaire !  Ectoplasmes à roulettes !  Bougre d’extraits de cornichon !  Jus de poubelle ! Espèce de porcs-épics mal embouchés ! Patagons de zoulous !  Loups-garou à la graisse de renoncule ! Amiraux de bateaux-lavoir !  Bayadères de carnaval !  Bougres d’extraits de crétins des Alpes ! Espèces de chouettes mal empaillées !  Macchabées d’eau de vaisselle ! Astronautes d’eau douce !  Bulldozers à réaction ! Simili-martiens à la graisse de cabestan ! Concentré de moules à gaufres !  Espèces de mitrailleurs à bavette ! Tchouck-tchouck-nougats ! Gardes-côtes à la mie de pain !

#UMP : la droite française va-t-elle imploser ?

source : page facebook "les jeunes avec Bruno".
source : page facebook « les jeunes avec Bruno ».

Non, ce n’est pas une prophétie auto-réalisatrice, ni l’expression d’un rêve de gauchiste (quoi que…). Mais un point de convergence d’analyses logique et cohérent. L’histoire récente de ce parti depuis la chute du Duce du sarkozysme, il y a maintenant plus de 2 ans, est celle d’un lent, interminable, insupportable, indubitable et inéluctable pourrissement allant jusqu’au point d’implosion. j’ose espérer qu’on nous épargnera rapidement le spectacle désolant de cette pitoyable guerre des chefs à laquelle nous assistons depuis 2012, qui va de rebondissements en scandales, et de phrases assassines en tacles plus ou moins grossiers et violents, le tout avec pour acteur principal l’institution judiciaire bien davantage que le débat politique. Le point d’impact de cette tragédie semble atteint avec le ressassement amoral des éléments de langage du FN et de la très réac « manif pour tous » dans la bouche de Sarkozy. Deux personnalités de l’actuelle UMP évoquent la fin de leur parti à leur manière, avec le paradoxe qu’il y a pour l’un d’entre eux à en revendiquer toutefois la présidence  : le tout récent président de l’association des maires de France, François Baroin, lequel a déclaré allégeance à Nicolas Sarkozy,  qui a déclaré que » la disparition de l’UMP était « l’évolution naturelle de la formation gaulliste », et qu’elle allait « dans le sens de l’Histoire », et  Bruno Lemaire, qui tantôt prétend que «Samedi soir, il peut ne plus y avoir d’UMP si Nicolas Sarkozy est élu», «nous aurons un autre parti» et quelques heures plus tard tient à se rattraper aux branches en précisant qu’il « travaillera en bonne intelligence avec Nicolas Sarkozy« . Mais quel est donc cet étrange (deuxième) nain politique qui n’assume même pas ses propres déclarations  ? Bien que pour ma part, c’est évident, j’aimerais bien voir Sarkozy se prendre une bonne raclée, comme il le mérite fortement... Pour en savoir plus, rendez-vous après demain pour connaître le dénouement de la prochaine étape de ce story-telling à la française… Qui de la droite dure ou de la droite molle l’emportera ?

Enterrons rapidement (et définitivement) Nicolas Sarkozy

Captureje n’ai pas envie d’écrire sur ce sale type, cet escroc, ce détestable et minable affairiste, englué dans des scandales politiques et judiciaires, qui abaisse si gravement l’image de notre pays. je ne comprends pas l’importance que lui octroient si généreusement nos médias nationaux, qui contribuent en lui donnant tant d’audience à la dégradation du climat politique et social de la France. Cet intrigant n’est mu que par la ferme intention d’échapper à la justice en retrouvant l’immunité présidentielle qui avait providentiellement permis à tant d’affaires le concernant d’être étouffées, et qui aussitôt après sa destitution par le bon peuple de France, ont ressurgi au grand jour, les unes après les autres… jusqu’à la nausée.

Bx_aVVtIAAAbyYb.jpg largeEt comme cet être pathologiquement histrionique ne supporte pas la disgrâce qui est la sienne, et qu’il voit bien que l’opinion publique ne lui est plus aussi favorable que par le passé, il ne sait plus quoi faire pour qu’on parle de lui, en bien ou  en mal, qu’importe. Toutes les outrances sont bonnes, tous les pseudo « dérapages », et jusqu’aux pillages idéologiques grossiers des éléments de langage de l’extrême droite, ne le révulsent pas… Et comme il n’en est plus à un paradoxe ou à une confusion près, lui qui n’a rien d’un intellectuel et qui ne connait rien de la plus élémentaire cohérence politique (puisqu’il n’obéît qu’à sa seule soif maladive de pouvoir), voilà qui ne l’empêche pourtant pas de se poser en seul rival possible et sérieux (vraiment ?) à Marine Le Pen… On ne rit pas. On s’apitoie. Ce type devient grotesque, et ne fait plus peur à personne. On voit bien qu’il est malade. Ce roi déchu est nu. Aussi, je ne comprends pas qu’on continue d’en parler autant, au point d’avoir longuement hésité à écrire ce billet ¹ qui pourtant s’est imposé à moi. Voir en effet le monde médiatique et politique national dans son ensemble se mettre en branle et s’agiter autour d’une déclaration assez lamentable de ce guignol de pacotille m’attriste énormément. Par delà le ridicule qui consiste à proposer très concrètement de démarier ceux et celles qui sont déjà unis par ce lien, je ne m’abaisserai même pas au niveau si lamentablement bas de ce nain politique. Et je ne parle pas là de sa taille. Ce « grand » malade ne devrait à mon sens plus rien représenter, si ce n’est les erreurs de notre passé, et symboliser à lui seul les raisons cumulées en un seul homme de l’absence de crédibilité et de convictions, l’arrivisme et l’arrogance,  autrement dit tout ce que la politique ne devrait pas (plus) être, à l’instar de son cousin, le berlusconisme. Ce mélange de machisme, de violence verbale, de mépris social, de grossièreté et d’absence de constance idéologique assez caractéristiques du personnage, plus soucieux de communication que de cohérence, n’a-t-il pas suffisamment dégradé comme cela –  à un niveau jamais atteint avant lui – la fonction présidentielle ? N’est-il pas temps de clore enfin définitivement ce chapitre là de notre histoire nationale, qui a déjà bien assez terni notre honneur collectif ? N’est-il pas en grande partie responsable du désastre moral que connait actuellement notre pays, au point de le voir si dangereusement courtiser l’extrémisme ? N’est-il pas celui qui a si grandement contribué lorsqu’il était au pouvoir à la banalisation de la parole raciste ? Au retour de la possibilité de la discrimination négative et assumée dans le débat public ? A la zemmourisation de notre société qui, des valeurs des lumières et à l’esprit de la révolution est passée à celles du racisme, du sexisme, de l’islamophobie, de l’homophobie, et à ce slogan d’un autre temps qu’on pensait révolu : travail, famille, patrie ? Auquel le sarkozysme a rajouté sa valeur suprême : l’argent, le fric, le flouze, le pèze, la monnaie, l’étalon or ? Sans parler des racines forcément chrétiennes de la France. Cette image là d’un pays « riquiquisé » et qui n’est plus, alors, le nôtre. Il convient donc de le reconstruire. Et certainement pas avec ceux qui en ont fait ce qu’il est aujourd’hui : un champ de mines.

¹ … qu’une fausse manip a failli voir partir à la poubelle. J’ai cru un instant, épouvanté, devoir être obligé  d’avoir à le réécrire, ce qui m’aurai été moralement très pénible. N’ayant pas pris la précaution de l’enregistrer en brouillon, j’ai réussi in extrémis à le récupérer dans mon navigateur, fort heureusement !

le service public squatté par le voyou de la République, vous trouvez-ça normal ?

CaptureFaut-il que ce soit un homme de droite, Yves Jego, sur BFMTV qui s’étonne, tout comme moi devant mon poste de télévision,  de ce que l’on  offre une telle tribune sur une chaîne de service public (donc avec mes impôts, que j’ai bien envie de ponctionner en conséquence…) avec tapis rouge et journaliste couché spécialement désigné,  pour conduire une interview complaisante avec un homme qui n’est plus rien que le crédit que les médias veulent bien lui donner ?!

Honte à ce « journalisme » et à ce service public là. Non, désolé, moi, ça ne me fait pas rire.

sondages : outils de fabrication du consentement

images« les sondages, c’est comme les horoscopes : personne n’y croit mais tout le monde les regarde… » !

Comme cela a été largement démontré dans le passé, les sondages ne sont pas des outils scientifiques de mesure de l’opinion particulièrement fiables, sans quoi pour seuls exemples le FN ne se serait jamais retrouvé au deuxième tour des présidentielles en 2002 et Jospin aurait été élu à la place de Chirac. Et le Grand Soir, c’est pour demain ! Mais les boites de sondage ne se sont pourtant jamais aussi bien porté  tant la demande (des politiques eux-mêmes ou des médias) est grande et l’on retrouve en une de nos journaux des sondages sur à peu près tout et n’importe quoi. Le dernier en date qui me fait le plus marrer tant il relève du bidonnage le plus puéril est celui qui donne Sarkozy (et oui, encore…) vainqueur au deuxième tour devant Marine Le Pen à 65 %. Genre « si ce n’est pas moi face à la gauche, ce sera elle qui gagnera…« . Et c’est Valeurs Actuelles, ce journal si sérieux, qui le publie, comme par hasard. Sauf que pas de bol pour la crédibilité de ce journal tant dépourvu de partis pris idéologiques et si soucieux de déontologie journalistique, l’institut de sondage auquel il a été attribué, Ipsos, nie catégoriquement l’avoir réalisé. Ce qui ne dérange pourtant pas outre mesure le rédacteur en chef de valeurs actuelles, pour qui de toute façon tous les journalistes sont d’accord sur ce pronostic qui est pour lui un secret de polichinelle. Et dire que certains gobent encore ce genre de conneries… Cela ne s’appellerait-il pas la fabrique du consentement ? Et dire que tant de médias y participent…

« C’est vraiment trop injuste, ce qui m’arrive… » (Caliméro Sarkozy )

10300426_10204170259206350_8673894389026366949_n

Sarkozy, ses supporters au front bas et quelques ténors (qui chantent faux) de l’UMP ont beau crier au complot et évoquer l’instrumentalisation de la justice, la thèse de l’acharnement politique ne tient pas l’analyse bien longtemps. Quant on sait comment le dossier a évolué dans les arcanes judiciaires, on devrait plutôt se féliciter de ce que l’ancien président soit un justiciable comme les autres, et que l’enquête n’ait pas été étouffée. Pourtant, qu’à cela ne tienne, un grand nombre de médias bien peu scrupuleux communique sur cette affaire à grand renfort de théorie du complot….. sans guère se soucier de la véracité de leurs informations. Aussi ai-je été agréablement surpris par cet article du blog Les Décodeurs du journal Le Monde, qui remet à plat un certain nombre de contre-vérités concernant la présupposée appartenance politique de l’une des juges qui a mis en examen le pauvre petit Nicolas :

1. Non, elle n’est pas ex-patronne du syndicat de la magistrature

Faux

Plusieurs médias ont diffusé cette information, reprise en boucle depuis, notamment par les défenseurs de M. Sarkozy, qui ne manquent jamais de rappeler la fameuse affaire du « mur des cons ». Mais personne n’avait, semble-t-il, vérifié.

Or, c’est totalement faux.

2. Non, elle n’a pas publié de tribune contre Sarkozy

Faux

Seconde accusation, entendue dans la bouche de nombreux sarkozystes : Mme Thépaut aurait publié sur le site Mediapart une tribune « à charge » contre Nicolas Sarkozy. Là encore, c’est tout simplement faux.

Même l’Express, qu’on ne peut guère suspecter de gauchitude ni au premier ni au second degré sauf à vouloir faire dans l’ironie grasse, nous dit que « La fronde anti-juges ne tient pas la route« , c’est pour dire.

Sarkozy est devenu indéfendable, en réalité, et l’angle de défense qui a été choisi par de prétendus experts en communication est tout simplement grotesque.