le niveau 0 de la politique selon @Cabana_Anna revue et corrigée par le #JDD

Anna Cabana est ce que l’on pourrait qualifier une journaliste baroudeuse, passée successivement ou concomitamment par  Le Point,  Marianne, BFMTV, Le Télégramme, ou France Inter. Elle semble s’être fait une spécialité des révélations sur les mœurs de la faune politique, plus particulièrement à droite. Si j’en juge hâtivement par le compte twitter du JDD, il semblerait que son niveau d’analyse politique apparait quelque peu étriqué. Et pourtant, je n’aime guère Valls ni Moscovici, ces libéraux complexés qui se prétendent abusivement de  gauche, tendance fauxcialiste.

Capture

En consultant plus loin l’article dont il s’agit, on peut apprendre que  « Juppé ne s’aime pas à poil » ou que pour Michelle Alliot-Marie  « faire un meeting, c’est comme un orgasme« … ça donne vraiment envie de lire son livre. Le degré zéro de la politique. Madame Cabana, remerciez donc le JDD pour moi. Grâce à eux, j’ai fait des économies… 🙂 Déjà que je n’aimais pas trop la droite, qu’elle soit fauxcialiste ou estampillée abusivement Les républicains…

Mais d’autres collègues blogueurs en tirent de toutes autres interprétations... Sans moi.

Misère du #fauxcialisme

Avant :
Capture

Après :

Capture

Alors, vous vous posiez encore des questions sur la nature de ce prétendu socialisme là ? Et de ce que nos journaux persistent à qualifier de gauche ?  Moi pas. Ni à propos de  l’homme, ni à propos du système.

Pourtant, un autre monde, et une autre politique sont possibles. Les 22 et 29 mars, si vous êtes de gauche, sachez pour qui ne pas voter.

Valls dans le noir ? Tout un symbole… (et puis, ça lui fait les pieds !).

Image exclusive Les échos de la gauchosphère du meeting du PS à Audincourt - 27.01.2015. Au centre, le premier ministre.
Image exclusive Les échos de la gauchosphère du meeting du PS à Audincourt – 27.01.2015. Au centre, le premier ministre.

Ce mardi soir à Audincourt, dans le Doubs,  Manuel Valls était venu soutenir Frédéric Barbier, candidat PS à la législative partielle de la 4ème circonscription de ce département de l’Est dont le premier tour aura lieu ce week-end. Le siège de député a en effet été laissé vacant par Pierre Moscovici, devenu commissaire européen. Le premier ministre ne s’attendait sûrement pas à autant de contrariétés… Le meeting a tout d’abord été perturbé pendant près d’une heure suite à une coupure de courant provoquée par des militants de la CGT mines-énergie qui a plongé l’auguste assemblée dans le noir… Les pauvres. Je compatis. Certains sur les réseaux sociaux se sont émus de ce qu’ils considèrent comme un sabotage et une action qui leur a semblé « d’une bêtise rare ». je revendique quant à moi,  ne leur en déplaise, le droit à cette bêtise là, tenant absolument à aggraver mon cas par le fait que je ne connaisse rien des  motifs exacts qui ont animé les auteurs de cette coupure. J’aurais pu chercher, mais en fait, ce n’est même pas ma flemme qui m’en a empêché : je m’en fous totalement. Cela m’amuse, un point c’est tout. Pour une fois que cet individu qui a tant fait de mal à la gauche et qui va continuer d’en faire par sa politique libérale (et notamment par le biais de la loi Macron discutée en ce moment à l’assemblée nationale) peut se voir inquiété dans sa toute puissance, voilà qui me ravit et pourrait constituer après tout une action à la fois éducative et pédagogique.  Il en avait franchement bien besoin, lui si peu habitué à souffrir la contradiction, pour toucher un peu la réalité de terrain de ses propres yeux…. Sa volonté hégémonique sur l’ensemble de la gauche n’a d’ailleurs pas manqué de s’exprimer aussitôt la lumière retrouvée. Le tartufe s’est même piqué d’une envolée lyrique appelant au rassemblement de la gauche  :

« Soyez fiers de cette gauche que nous incarnons, de cette gauche qui affronte le réel avec la force de son idéal »

Il  ne manque franchement pas de toupet. Je dénie à ce sombre individu qui fait avec Hollande de notoriété publique le malheur de la gauche et qui ne représente que lui-même le droit de représenter quelque gauche que ce soit, sinon cette droite non assumée et complexée, vaguement sociale pour alibi,  que je nomme fauxcialiste, qui commet ses méfaits depuis maintenant près de 3 ans et qui désespère tout un peuple de gauche (vraiment, lui).

De plus, le premier sinistre ne manque pas de culot en se permettant de tenter de récupérer  à son seul profit et à celui de son parti moribond la mobilisation du 11 janvier : « Mobilisez-vous! Soyez fiers de cette France du 11 janvier, qui s’est retrouvée et que nous chérissons. » a-t-il déclaréSans rire.  Il n’a donc aucune dignité ? Je n’ai certainement pas manifesté pour lui donner le moindre quitus que ce soit. Cette tentative de récupération est ignoble et déplacée. Si dimanche le PS se fait laminer, il ne pourra s’en prendre qu’à lui même, et à sa politique désastreuse, et devra en assumer les conséquences. L’exemple de Syriza devrait le faire réfléchir davantage.

Enfin, j’aurais aimé entendre ceux-là même qui s ‘affligent de l’action de la CGT condamner avec autant de fermeté une autre perturbation, celle des notaires qui se sont invités dans cette réunion de manière bien plus bruyante, au point qu’il ait fallu les évacuer… Voilà voila. Deux poids, deux mesures.

drame de la confusion mentale : les médias et le PS confondent Grèce et Grease…

imagesje suis un peu étonné du peu de cas que l’on fait des élections législatives en Grèce, alors que ce pays fît tant l’objet d’attention médiatique, intéressée il est vrai, autrefois, sous l’ère  Hollandréou Papandréou. Seul le fait que Moscovici, qui fait honte jusque dans son propre camp, se permette de rendre visite à ce pays dévasté par l’idéologie technocratique européenne, et cela exclusivement pour soutenir un gouvernement de droite, semble avoir intéressé la presse hexagonale. Mais depuis que la coalition droitière/pseudo socialiste de ce pays, qui a la préférence des élites, s’est pris un revers électoral cinglant, hier, silence radio. On sait à présent où sont les intérêts de ces gens là, et ce n’est certainement pas pour le peuple grec, qui dans son immense majorité à énormément souffert des décisions économiques (et donc idéologiques) européennes. Le seul taux de chômage est déjà un symptôme de la souffrance du peuple grec, d’un niveau inacceptable. Pourtant, selon une étude d’Attac Autriche qui n’a pas été démentie par Bruxelles) 77% de l’argent du plan de sauvetage de la Grèce a bénéficié directement au secteur de la finance.  La priorité que se fixe en effet Bruxelles, c’est exclusivement la réduction de la dette, avec un angle de perception rétréci à la seule vision économique de la situation, comme on pouvait s’en douter au vu des bases étroites sur lesquelles se sont appuées l’Europe à sa construction, ce qui m’a fait voter non à la lecture attentive du traité de Maastricht. Pourtant, ces gens là semblent l’avoir oublié, derrière l’argent, il y a l’humain. « Je ne m’attendais pas à une telle souffrance du peuple grec » ( Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe Verts). Réduction des salaires de 40 à 50%, soupes populaires organisées midi et soir sur les places publiques,  enfants qui s’évanouissent à l’école parce que leurs parents ne peuvent plus leur payer à manger, manque de médicaments et notamment d’antibiotiques, augmentation de la mortalité, explosion du sida, de la toxicomanie et de la prostitution…. « La santé de base n’est plus assurée, plus de 30% de la population n’a plus accès à la sécurité sociale (source). Tout cela ne semble pas émouvoir outre mesure nos dirigeants européens…

Vivement Syriza, bande de cinglés, prêts à mettre à bas touela t un peuple pour rassurer votre seul porte-feuilles… Si cela n’est pas une forme de fascisme dissimulé… A bas la tyrannie des marchés !

Europe : une Commission bien à droite…

2014-02-fabre-concurrence-ou-droits-humains-il-faut-choisir_copyright-aurore-chaillou-revue-projetQuand on étudie la composition de la nouvelle commission européenne en termes de positionnement politique de chacun de ses commissaires, voir le Nouvel Obs présenter Moscovici, fauxcialiste pur-jus, comme celui qui pourrait représenter « l’espoir d’incarner une autre politique » peut faire sourire… jaune, forcément. Car enfin, sur les 27 commissaires, dont le conservateur Junker est le chef de file, la droite et l’extrême droite réunies représentent pas moins des deux tiers de leurs rangs… Et Moscovici, le joker (tout pourri) de Hollande serait celui qui va infléchir la politique libérale qui régit l’Europe depuis – beaucoup trop – longtemps ? Et cela même alors qu’il est d’emblée mis sous tutelle de deux vice-présidents, le Finlandais Jyrki Katainen, et le Letton Valdis Dombrovskis, tous deux… conservateurs ?! Dans ces conditions, la nomination de Moscovici, « une victoire pour la France« , vraiment ?  Le fait est que le changement de barre est notable et flamboyant :

Capturesource

Comme le dit Attac, avec des gens comme ceux-là, la finance est aux manettes !  Les banquiers et autres prédateurs financiers sans scrupules qui ont fait leurs choux gras de la Grèce et de l’Espagne n’ont pas grand chose à craindre… Voilà donc  avec qui s ‘acoquinent les amis de François Hollande. Et il faudrait lui dire merci, et le plaindre ?

 

 

 

 

ALERTE ROUGE : pourquoi la France retourne-t-elle sa veste ? #taxetobin #europe #moscovici

logo_attacC’était l’un des objectifs de ce Hollande là qui prétendait lutter contre la finance.Et The symbole de tous ceux qui s’intéressent à ce noble sujet d’une meilleure répartition des richesses, et tentent chacun à leur niveau de rétablir un minimum d’équilibre quant aux inégalités économiques et sociales… de plus en plus criantes, et choquantes. Comme un certain nombre des promesses solfériniennes, elle aura vécu ce que vivent les roses…

C’est Melclalex qui nous a alertés, et envoyé le lien qui explique la chose >

 » Le même qui déclarait, fin mai, devant les députés, à propos de cette même taxe:  » Nous voulons aller vite, nous voulons aller fort. C’est un objectif politique majeur (qui) est soutenu par toute la majorité « .

Mais le ton a aujourd’hui bien changé. Apparemment sensible aux arguments déployés par le patronat et le lobby bancaire au cours des dernières semaines, le ministre de l’Economie français juge désormais « excessif » le projet dévoilé récemment par Bruxelles et affirme qu’il doit être modifié.

Cette fameuse taxe « européenne » sur les transactions financières est estimée à 35 milliards d’Euros par an, par la Commission européenne alors que les banquiers français eux, l’imaginent à hauteur de 70 milliards, chiffre évidemment grossi par les banquiers pour faire peur.

Quand on parle de taxe, il ne faut pas tout de suite penser que c’est un impôt révolutionnaire insurmontable puisque la Commission européenne, prévoit de taxer à 0,1 % les échanges sur les actions et les obligations et à 0,01 % sur les produits dérivés dans les onze pays européens participants: la France, l’Allemagne, la Belgique, le Portugal, la Slovénie, l’Autriche, la Grèce, l’Italie, l’Espagne, la Slovaquie et l’Estonie.

Ces 2 pourcentages parlent d’eux-même, il est évident que ce ne sont pas les 0,1% sur les actions qui empêcheront les ventes et achats d’actions et la spéculation qui va avec, dire le contraire est mensonge.

Il faut savoir que sans un accord entre les onze États, cette taxe ne sera pas applicable à partir de janvier 2014, conformément à l’échéance fixée par la Commission européenne.

Mais voilà un retournement de veste qui n’a rien de très étonnant quand on connait l’individu et qui l’entoure… Comme Valls, rien de gauche, et tout dans la compromission avec les intérêts financiers qu’il côtoie d’un peu trop près. Il fut en effet, en plus d’avoir été l’un des plus fervents supporters du maintenant honni DSK (déjà bien orienté politiquement dans un sens qui n’est pas le nôtre), vice-président du cercle de l’industrie, club libéral
trans-partis… qui sert des intérêts qui ne sont pas tout à fait ceux du peuple et des ouvriers.

Mais là, le revirement, l’étrange mouvement de bascule qui confine à l’affront, voire à la traîtrise, franchement, de ce ministre de l’économie là, qui a entraîné l’indignation sincère sur twitter du camarade Melclalex, qui comme moi en la matière de la défense des intérêts populaires a été profondément choqué, ce qui a entraîné mon envie irrépressible d’y répondre par ce billet que je souhaite commun, est tout à fait inadmissible.

Il convenait donc, par delà les clivages partisans, d’y répondre clairement. C’est chose faite. Et je le dis haut et fort, au nom de tous ceux et celles qui ne le peuvent pas : ce mec est définitivement un vendu de la pire espèce : celle qui aurait le pouvoir de changer les choses mais a choisi son camp… Celui de ceux qui nous spolient sans le moindre soupçon de conscience et de morale.

Honte à lui.

J’apprends aujourd’hui par Melclalex grâce à ce nouveau lien que l’aile gauche du PS a demandé à Hollande de recadrer Moscovici, mais je doute que cela ait la moindre efficacité compte tenu de la visibilité et de l’audibilité dont elle bénéficie chez les solfériniens, qui n’y répondent en général que parle mépris ou l’indifférence…

Dans Le Monde d’aujourd’hui, à la rubrique économie, un (bon) article de Dominique Plihon (Porte-parole d’Attac France) et Peter Wahl (Président de l’ONG allemande WEED) est intitulé :  Alerte : la France sabote la taxation des transactions financières ! C’est on ne peut plus justifié. mais vu le sort que l’on réserve aux lanceurs d’alerte en France, on peut craindre le pire pour l’avenir de cette taxe pourtant emblématique de la volonté de redistribution des richesses.

Ps. Merci encore à Melclalex pour ses compléments utiles…

.

#PS : à force de tant de lâcheté, les hollandais font le jeu de l’extrême-droite

0651

Nous, front-de-gauchistes,  serions donc des mécréants, des sectaires, des crypto-marxistes faisant le jeu du FN, à mettre dans le même sac à force  de ne rien faire d’autre qu’à taper sur le gouvernement,  qui serait pourtant lui aussi de gauche, et vis à vis duquel nous devrions mieux nous comporter par solidarité gauchiste. Nous n’aurions en outre aucun élément programmatique alternatif sérieux à proposer… Bien sur bien sûr…  Éléments de langage courants ,  archi- rabattus,  qui nous ont un peu trop froissé les oreilles ces derniers temps, et dont se sont fait volontiers complices certains blogueurs dits de gauche sans même vérifier la réalité de ces assertions, au même titre que des journalistes couchés de médias complaisants. Misérable gauchosphère…. Cette thèse hollandaise officielle aurait pu être vraie, plausible, un tantinet crédible,  autrefois. Sauf que. Aujourd’hui, si l’on fait la liste des renoncements hollandais non seulement à la vulgate socialiste, mais également aux propres engagements de l’autrefois canidat, la liste commence à être quelque peu longue au point de  risquer de lasser le lecteur ! Mais je me dois de la marteler pour enfoncer le coin du doute idéologique dans la bûche de la mémoire collective de la gauche non libérale  : TSCG, réforme de la fiscalité, TVA, Nddl, RGPP (à la sauce hollandaise), séparation des activités bancaires,  ANI,  droit de vote des étrangers, sans parler d’une politique de démantèlement des camps de Roms encore plus sévère que celle du sarkozysme, tous ces renoncements un à un évoqués ici commencent franchement à faire tache, et sonner à chaque tocsin comme une marque de mépris de la part de cette ligne sociale libérale un peu trop affirmée et confirmée à chaque décision, qui n’a plus grand chose de démocratique, sauf à considérer que le peuple serait constitué des revenus supérieurs clairement épargnés par ce gouvernement là… Puisque l’on demande de plus en plus de sacrifices à ceux qui ont le moins, sans jamais montrer l’exemple venu d’en-haut. D’où le sentiment général d ‘une fracture générale irréparable, qui fait monter les extrêmes, au risque de la violence sociale. Mais ne la cherche-t-on pas, à force de donner sans cesse des signes de faiblesse envers les forces de l’argent, des messages de compromission avec le Medef, au point de se demander si Laurence Parisot ne serait pas un membre du gouvernement ? C’est à se demander… Derniers exemples en date, le renoncement à lutter plus efficacement et avec davantage de créativité contre le chômage, le renoncement européen quant aux paradis fiscaux et, cerise sur le gâteau que seuls les riches savourent en laissant les miettes aux pauvres, entendre de la bouche même du Président français que Schröder, pourtant de droite, aurait fait de bonnes choses pour le peuple allemand…. oubliant (volontairement ?) quelques petits détails sociaux, ça fait pleurer tout mon hémisphère gauche. Autre avatar des renoncements hollandais, l’exemple du jour à propos de l’abandon de la volonté gouvernementale (malgré plusieurs déclarations d’intentions pourtant bien péremptoires de Moscovici comme de Najat Vallaud-Belkacem)  de limiter les salaires indécents de certains patrons, et alors même que la taxation de ceux ci  a été tellement vidée de sa substance et reportée aux calendes grecques que plus personne n’y croit guère.

Et dire qu’il se trouve même des gens quelque peu dépourvus de sens critique (à moins qu’ils ne soient simplement malveillants)  pour tenter de discréditer le positionnement politique de plusieurs millions de français par l’exemple d’une seule, dont la santé mentale reste à prouver, face à un tel incroyable revirement qui devrait pourtant poser question sur la nature de ses véritables convictions…

Jaurès, reviens ! Ils sont devenus fous… les #socialisses

Privés de boussole, ils sont devenus fous . Ceux qui ont mis tous leurs espoirs dans la gouvernance hollandaise ne savent plus actuellement à quel saint se vouer. En effet, le nombre de ceux qui à la faveur du coup de massue d’hier se sentent trahis par le PS ne cesse de s’étendre et les réactions d’incompréhension et de déception vont en se multipliant. Il est ainsi devenu courant de lire ici et là la critique de plus en plus ouverte selon laquelle le PS, pour la gauche, serait devenu un astre mort. Je pourrais jubiler, sur l’air du « je vous l’avais bien dit », moi qui me suit montré si hostile pendant la campagne présidentielle à celui qui est aujourd’hui malgré moi Président. Et qui ait dénoncé depuis des années la fracture idéologique qui parcourait ce parti. Mais je préfère aujourd’hui déplorer un certain climat délétère qui voit les tenants de la ligne libérale d’une gauche qui n’en a plus que l’étiquette préférer taper sur les gauchistes plutôt que sur les vieux réacs et les militants d’extrême droite aux initiatives ignobles, en les traitant  de tous les noms d’oiseaux, comme ici où nous serions des « intégristes enfarinés », simplement parce que nous ne sommes pas d’accord avec un texte dont nous récusons l’utilité, et qui se révèle d ‘autant plus suspect qu’il est applaudi par le Medef.  Ce genre d’attitude envers nous est d’autant plus étonnant qu’ailleurs, d’autres tiennent absolument à nous faire savoir à quel point ils sont agacés d’être publiquement insultés. Ils ont raison, c’est grave. Mais plutôt que de voir midi à sa porte, constatons simplement que d’un côté comme de l’autre, ça tombe comme à Gravelotte, et qu’il serait temps de cesser le feu.

Ainsi, Moscovici a beau jeu de parler de révolution copernicienne à propos de l’adoption par le gouvernement de la quasi totalité du rapport Gallois, alors que nous sentons si sincèrement trahis d’avoir combattu hier contre la TVA sociale pour la voir aujourd’hui réapparaître . Notre indignation n’est pas feinte, et le mot de trahison, non, n’est pas trop fort. Car il provient d’une ligne de conduite trop courante de ce clan hollandais qui nous méprise, depuis 2005, et plus récemment, le TSCG, et notre refus de voter un budget qui ne nous convient pas. Parce que nous en avons marre que les plus modestes d’entre nous soient indéfiniment les dindons de la farce. Nous avons donc beau jeu de railler la saillie drolatique de ce ministre si peu efficace en nous demandant, comme Martine sur twitter :

Qui pourrait nous en tenir rigueur, puisque même des socialistes, et non des moindres, comme le président du groupe PS à la région Île-de-France, vont jusqu’à publier une tribune intitulée « Compétitivité: ce n’est pas le coût du travail qui est élevé, mais le coût du capital ! », rejoignant ainsi la ligne de front que nous autres, les gauchistes, n’avons jamais quittée.

Aussi, après un tel rapport, si doux pour le Medef, si dur pour les contribuables, qui laissera sûrement des traces, comme en 83, en Mitterandie, vivement un rapport plus Généreux. Car la seule révolution copernicienne que l’on puisse souhaiter, pour l’instant,  elle est ici.

Et place au peuple, bordel, place au peuple !

.

Mélenchon fait (encore) salle comble, à Besac cette fois

Photo de Lilian Alemagna sur twitter

Que le Front de gauche, à travers Jean-Luc Mélenchon, fasse encore salle comble dans le Doubs, département du directeur de campagne du candidat socialiste, Mr Moscovici,  ancien Strauss-kahnien habilement reconverti en hollandais et ancien ministre de Jospin, dont je tiens absolument à écrire ici que j’en pense beaucoup de mal (des deux d’ailleurs…), n’est à mes yeux pas anodin.

Qu’un directeur d’entreprise ferme son site et mette son personnel en chômage technique lors de la venue du candidat du Front de Gauche, est certes un  hasard étonnant ..  et que cet autre dirigeant, celui de l’usine Alstom du coin, qui délocalise une de ses unités en Pologne, veille attentivement  à ce que la visite de Mélenchon soit bien encadrée par la direction, pour que le candidat du Front de Gauche ne puisse parler aux salariés au travail,  fait également sens à mes yeux. Surtout quand un blog du Monde préfère titrer sur l’échec de la rencontre promise avec les ouvriers… Méfions nous des apparences trompeuses, et des manipulations grossières, alors qu’une force évidente et grandissante se projette … de plus en plus nettement :

source : twitter melenchon2012

Que le Front de Gauche puisse réunir tant de personnes dans une ville pourtant moyenne de province comme l’est Besançon, cette ville au grand charme historique et paysager que j’aime beaucoup, est également éblouissant…

Que cette formidable réussite populaire puisse s’opérer avec la seule mobilisation des militants et sympathisants, sans grands soutiens à attendre des médias dominants qui préfèrent encenser les meetings de Hollande qui réunissent pourtant moitié moins de gens, voilà qui ne peut que nous réjouir et porter bien des promesses… et en dire intrinsèquement bien long sur le monde comme il va, sur les duplicités de notre système prétendument démocratique.

Que j’entende et que je lise ce genre de déclarations, qui mêle à la fois en une même phrase une préoccupation sociale et écologique, voila qui me convient également parfaitement :

« Quel coût social et écologique de fabriquer des scooters en Chine pour les ramener en Europe? », demande-t-il, fustigeant le « moins-disant social ».

Que Jean-Luc puisse se réjouir, comme tant d’autres militants de gauche, que les idées du front de gauche se diffusent visiblement bien au delà de notre mouvement, voilà qui est évidemment à faire savoir, qu’il est utile d’appuyer et de souligner…

Mais comme j’aurais aimé regarder la retransmission de l’intégralité du meeting sur une chaîne publique à une heure de grande écoute ! Histoire de pouvoir partager mon plaisir, comme avec l’émission des Paroles et des Actes qui fut un tel succès… et a tant contribué à mieux faire connaitre notre candidat et nos propositions.

Un jour, peut-être, cela viendra… Un jour.

A lire absolument : ce super reportage sur Médiapart (ça fait du bien de voir ça.. merci Rachida !)

.