Ne pas confondre : « journalisme » de complaisance et journalisme politique

Compte-rendu d’une séquence de déradicalisation de GdC dans un camp de rééducation bolloresque

Il semblerait que se développe actuellement une forte tendance d’un certain « journalisme » (vraiment ?) (supprime !)  de connivence d’un professionnalisme de haut niveau et d’entre-soi et d’une éthique indiscutable à mettre en lumière des ordures personnalités d’une grande valeur morale dans des postures de proximités incompatibles avec la déontologie de la profession installations médiatiques adéquates.

Références : ce podium (non exhaustif)

… Et les nominés sont :

  1. iTélé – Morandini (et d’autres…)
  2. M6 – Une ambition intime – Karine Lemarchand (une « émission politique » ? Pardon ?!)
  3. France Inter : Léa Salamé (voir ci-dessous)
  4. France 2 : Léa Salamé (encore ?) pour son rôle dans Stupéfiant ! (en effet…).

capture

Placer dans une position d’expertise sur le dossier du conflit social de la Police un type qui a été condamné je le rappelle (Madame Salamé ne le savait pas, pour sûr…;) à 5 ans d’interdiction d’exercer une fonction publique, et cela précisément pour avoir détourné de l’argent en plongeant ses sales pattes dans la caisse desdits policiers,  fallait oser. Elle l’a fait. Misère du journalisme.  L’indigence intellectuelle et morale, sinon éthique, c’est maintenant. Faut que ça change. « Les français ont le droit de savoir ! » (mais pas tout, hein, faut pas pousser, n’est-ce pas Monsieur Bourdin ?)

(on vous regarde, on vous entend, on vous écoute, et nous aussi, nous nous radicalisons sur internet 🙂

( « Pour la déradicalisation, ya encore du boulot, Monsieur Gédécé, hein…

-Monsieur le juge, je vais quand même pas m’amputer du cerveau et m’en arracher tout sens critique, hein…

– Le juge : « sortez de ma télé ! » 

😉

Enregistrer

#Morandini, simple verrue de la bollorisation du #PAF #iTélé

« dites, les journaleux, à quand une norme NF sur vos produits de hard discount à la qualité plus que médiocre, hum ? #jdçjdr « 

Me voilà obligé de revenir vers vous à propos de ce médiocre personnage avilissant, et de ce dont il est l’un des symboles et des symptômes, plus ou moins malgré lui (il a quand même beaucoup œuvré pour.  Il y en a d’autres, comme l’imbitable Jean Poney … à un autre niveau 😉 :  l’abaissement du journalisme, et la propension du PAF à se crétiniser (lui ou Hanouna, ou Cauet, ou Arthur, ou   Michael Youn pour moi, c’est kif kif). Sous prétexte de rentabilité immédiate, d’intérêts sonnants et trébuchants, les dirigeants de ce qui sont devenus des conglomérats industriels médiatiques se retranchent souvent assez cyniquement derrière la nécessité  de s’adapter aux attentes du public. Il a bon dos.  Je suis, nous sommes aussi le public dont il s’agit, et nous n’avons pas forcément envie de voir et d’entendre de la merde, même si nous n’avons pas les moyens de nous payer des chaînes ou sites d’infos payants. Peut-être pourrait-on envisager en outre d’élever le niveau, là comme ailleurs. Notre pays en a terriblement besoin.  Attaché comme je le suis à la qualité de l’information qui nous est servie, qui a un peu à voir je crois avec l’élévation du débat politique et de la préservation de ce qu’il nous reste encore de démocratie, je ne pouvais donc que réagir à ce communiqué que vient de faire , le Président de la  SDJ d’iTélé,  à propos de la crise de cette chaîne,  dont Morandini est un déclencheur.

capture

La crise, contrairement à ce qui est communément répandu, va bien au delà de cette si médiocre nomination d’un si peu journaliste.  Elle est liée à une certaine manière de concevoir l’information, la vraie, et à la préservation de sa qualité,  que tous les journalistes, un par un, devraient garantir s’ils avaient un tant soi peu d’estime d’eux mêmes, de conscience professionnelle et qu’ils n’étaient pas soumis si sommairement à des enjeux souvent brutaux qui n’ont rien à voir avec une  profession que j’estime personnellement d’essence si noble : la recherche de la vérité. Aussi, Monsieur le grand président d’ iTélé, mon bon Serge, puisque tu n’as pas hésité je cite «  à affirmer que tu ne savais ce qu’est une charte d’éthique »  je veux bien remédier à cette étrange défaillance de la part d’un si grand professionnel, moi, humble blogueur politique provincial aux si maigres ressources…

capture

Elle est ,  et encore , et partout sur le net.  Mais peut-être, comme nous sommes beaucoup à le percevoir entre les lignes, et ce qui justement nous afflige, que vous vous en foutez éperdument, et que votre donneur d’ordres, Monsieur Bolloré a tout bonnement pour méprisable dessin de devenir le Berlusconi français, à l’instar de son mentor, Sarkozy,  auquel on le compare si volontiers, et à juste titre ? Et donc, de bolloriser l’information pour qu’elle ne devienne plus qu’un bien triste spectacle d’entertainment ? Pourquoi pas, après tout, c’est votre jouet, que vous avez payé avec vos petits sousous, comme l’a fait remarquer très récemment encore votre gourou et/ou obligé, n’est-ce pas ? Mais alors, il conviendrait que le projet soit clair, et qu’on respecte tout(e) un(e)  chacun(e) : les téléspectateurs, les professionnels des médias, les journalistes, et tous les français. Et donc, qu’on débaptise ce qui était à l’origine une chaîne d’information en continu pour devenir une chaîne de divertissement parmi d ‘autres, comme une sorte de grand C8…

Pour y voir plus clair, il m’apparait de plus en plus évident qu’il conviendrait, comme pour nos baguettes de pain, de certifier plus précisément ce qui est de l’information pour le différencier de ce qui n’en est pas, comme pour le bon pain dont Bolloré tente si cyniquement et idéologiquement de nous priver…. A quand une norme NF sur nos chaînes dites, parfois abusivement, d’information ?

Mais apprenant qui est ce Monsieur Nedjar, comme je sais qui est Monsieur Morandini, et Monsieur Bolloré, on ne peut guère compter sur eux pour faire avancer cette noble cause là…

capture
source

Grâce à Télé Bolloré, la certitude d’avoir de la merde tous les jours #Morandini #iTélé #desinformation

.. et comme dab, je le prouve, sur le terrain qui est le mien ici :

capture
source

La déontologie de l’information, c’est maintenant.  Mais venant de quelqun qui n’en est pas à son coup d’essai, et que le milieu a laissé tranquillou répandre sa merde depuis tant et tant d’années sans être véritablement inquiété, quand je vois l’indignation de certains,  comment dire… Non, rien. Juste des guignols de l’info,  what else… Et Bolloré, leur maître à tous. Cochon qui s’en dédit…  (sauf eux).

(A part ça, je ne suis bien sûr pas dupe des intentions et intérêts particuliers de LCI dans l’histoire…).

NB. Et encore, vous n’avez pas tout vu...  (ils vont parler de gastronomie ? De chirurgie esthétique ? je sors…)

capture

Enregistrer

OUI, #ZE #Bolloré, la peur doit changer de camp… #JournalistesPasCouchés

Face au libéralisme carnassier délirant de « Monsieur » Bolloré, dont on voit bien et chaque jour un peu plus ce qu’il a d’idéologique et non de pragmatique (sinon, m’expliquer le beau bordel foutu par ce grand manager de ressources humaines (rires)  à Canal+ et iTélé), je suis très heureux de vous annoncer ceci :

capture

Ils ont bien fait de le faire maintenant, juste avant le gong… je dis ça, je dis tout :

capture
source

Sans parler de ceci, qui risque fort de faire de la dure fonction de bloguer un métier à hauts risques, réservés à quelques exceptions solidement dotées… :

capture
source

Enregistrer