Le « racisme d’état » n’existerait pas ? Et pourtant… #ViolencesPolicieres

Capture
source : wikipédia (cliquez sur le texte)

J’ai souvent été choqué par cette expression, qu’en mon fors intérieur je refusais catégoriquement jusqu’à présent. Car l’Etat, qu’on le veuille ou pas, c’est aussi toi et moi. Et je ne suis pas raciste, en aucun cas. je lutte contre de toutes mes forces et possibilités, en toutes occasions, et pas seulement sur ce blog, ceux qui me connaissent personnellement le savent bien. Comment donc qualifier de raciste une organisation sociale constituée d’une somme d’individus sans pratiquer une généralisation outrancière ? Une série d ‘événements, de lectures, de réflexions et d’expérience personnelle  viennent toutefois peu à peu ébranler mes certitudes en la manière…

Capture

A force de m’informer précisément et quotidiennement depuis l’existence de ce blog – 8 ans déjà  ! –  sur le périmètre des droits humains dans notre pays et les manquements quasi-quotidiens, je pense connaître un peu le sujet. Et si l’on ne peut bien évidemment pas comparer comme l’écrit cette sénatrice EELV que je respecte profondément  le régime de Hollande à celui de Vichy, on ne peut que constater, souvent terriblement impuissant, la manière dont ils sont régulièrement violés, et en tout premier plan par l’Etat français, qui devrait pourtant en être le garant, et un exemple pour tous. Tel n’est pas le cas. L’injustice s’ajoute à l’injustice et les dénis de vérité de l’Etat constituent actuellement une masse purulente qui vient entretenir le malaise collectif. La pathétique réaction de notre ministre de l’intérieur à propos de la décision rendue hier à propos des migrants de Calais, destinée simplement à rétablir les conditions minimales de la dignité humaine, est suffisante pour le démontrer. On tombe des nues face à tant d’irresponsabilité et de négation de nos valeurs communes fondamentales. Un autre exemple nous est également donné à travers la mort tragique de Rémy Fraisse, militant écologiste pourtant pacifiste, dont l’instruction judiciaire est volontairement et honteusement freinée par l’Etat français et notamment le ministère de l’intérieur pour qui c’est manifestement et volontairement, très cyniquement,  un non-sujet, alors que c’est une zone de rancœur et de volonté de vengeance inextinguible (tant que la vérité ne sera pas faite et les responsabilités reconnues) pour bien des militants dont je suis. Alors qu’il s’agirait de crever l’abcès, l’état français l’étouffe, le masque, le maquille, ce qui est pire que tout, source de potentielles violences qu’il s’agirait pourtant bien d’éviter. Attitude irresponsable. Mais quel rapport avec le racisme, me direz-vous ? j’y viens. L’antiracisme vient de connaître récemment une étape importante par le biais de la marche de la dignité, dont je n’ai volontairement pas parlé ici, préférant garder de la distance malgré mes convictions, celle-ci m’apparaissant (à tort ?) d’emblée entachée par la présence du PIR, parti raciste, (épinglé dans mon sac à vomi personnel en tant que tel) qui a dans le débat qui nous occupe ici une influence idéologique non négligeable de par sa radicalité… que je ne rejoins en aucun cas malgré mon intérêt pour le sujet, celle-ci tentant d’opérer comme je l’ai déjà indiqué une tentative de racialisation des enjeux dans un sabir intellectualiste outrancier tentant de brouiller les pistes qui m’insupporte au plus haut point. Mais il parait que j’en exagère l’importance… Passons. L’important est ailleurs. En lisant l’article déjà cité en lien précédemment, je suis tombé sur ceci :

Capture

S’il n’y a pas racisme d’état, il y a tout au moins de toute évidence, jour après jour, année après année, gouvernement après gouvernement, violences, délits, et crimes d’état, dont certains sont en effet le fait de policiers ou de gendarmes réellement racistes (allant même jusqu’à arborer des insignes nazis) ce qu’il s’agirait de reconnaitre et de sanctionner plutôt que d’étouffer, alors que c’est tout à fait impossible dans notre société où l’information circule qu’on le veuille ou non, en temps réel, malgré la surveillance de masse… et quelle est accessible à tous nos concitoyens par le biais d’internet, qu’il est à mon avis assez vain de vouloir museler. Noyer le poisson serait encore possible s’il n’était pas devenu si gros que sa mort deviendrait de plus en plus difficile à cacher… Le roi est nu.

Post-scriptum : la suite logique de ce billet sera celle de la présence de l’extrême droite et du racisme dans la police, ceux-ci pouvant aller jusqu’au nazisme, comme l’histoire l’a déjà démontré… Phénomène marginal ou réel sujet d’inquiétude démocratique ? Ne comptons pas sur nos dirigeants prétendûment responsables pour agir et nous dire la vérité. Nous sommes nos propres médias. Alors si vous avez des pistes de lecture, des observations personnelles sur le sujet, des sources, des photos, des liens à me fournir pour étayer un billet qui a fort intérêt à l’être pour me protéger… merci à vous.