Quand je vois #Rebsamen frimer, la moutarde me monte au nez.

rebsamen

Quand on voit ce titre là, et qu’ on est chômeur, on ne peut qu’être amer, dépassée la révolte. Ce propos d’imbécile satisfait donne franchement « envie de donner des coups de mandale dans la tronche à tout ce qui remue », pour reprendre une célèbre tirade de sketch que les jeunes de 20 ans ne peuvent pas connaître (ou pas beaucoup). Comme je l’ai déjà écrit ici, j’ai derrière moi une carrière professionnelle qui me donne les moyens d’analyser en détails les politiques de l’emploi, comme je les ai traversées depuis maintenant 30 ans. Et je peux vous dire en toute franchise que je n’ai jamais connu, de gauche comme de droite, de ministre de l’emploi aussi médiocre. J’ai vu dans les articles consacrés à cette si peu glorieuse sortie un endroit que je ne retrouve plus où il disait qu’il s’honorait de n’avoir pas abaissé la condition des travailleurs, ce qui est insupportablement faux, pour les travailleurs comme pour les chômeurs. Les seules mesures contenues dans l’indigne loi Macron suffiraient à le démentir. je ne supporte pas le mensonge, sinon je n’aurais pas pris la peine d’écrire sur ce personnage si peu important qu’il peut partir sans aucun dommage pour quelque gouvernement que ce soit. Hollande et Valls ne s’y trompent d’ailleurs pas, qui ont du saisir comme une aubaine son retrait vers Dijon, si tant est que ce ne soit pas eux qui l’ont organisée, devant l’immense désastre de son ministère. Car moi, contrairement à nos médias amnésiques et si peu constants et investigateurs, je n’oublie rien. C’est lui qui n’a eu de cesse depuis le début de sa fonction de considérer les chômeurs comme des profiteurs du système qu’il s’agit de traquer. Un message que même les plus droitiers à gauche et parmi les syndicats les plus acquis aux idées libérales/patronales ont jugé stigmatisant… C’est dire ! C’est lui encore qui a commis l’exploit médiatique inégalé de faire dépublier une interview pour un magazine bourguignon dans laquelle il affirmait « se battre depuis longtemps pour une vision libérale de l’économie ». Lui aussi qui, alors qu’il fait toujours aussi froid pour nous autres, sans emploi et précaires, a tenté de casser le thermomètre en accusant ses propres services de donner de fausses statistiques qui l’ont contrarié au point d’aller jusqu’à commander une enquête à l’Igas, plutôt que d’avouer qu’il n’avait pas réussi à nous donner un peu de chaleur.  Lui toujours qui anone inlassablement, à l’égal de ses semblables, le couplet de sa secte sur le retour de la croâssance,  que tout va bien dans le meilleur des mondes possibles, et qu’il a réussi à inverser la courbe du chômage. Lui, encore lui, toujours lui et personne d’autre, qui a tenté subrepticement (heureusement que les associations féministes nous ont alertés ! Sans quoi…)  de supprimer purement et simplement tous les outils de l’égalité professionnelle du Code du travail. » C’est ce même François Rebsamen qui a fait arrêter trois chômeurs et précaires qui ont eu la mauvaise idée de tenter de l’interpeller lors d’un salon pour l’emploi.  Et enfin, cerise sur le gâteau moisi d’un gouvernement sans la moindre âme socialiste d’aucune sorte, c’est toujours lui qui a tenté de braver la morale et la décence en prétendant dans un premier temps qu’il ne démissionnerait pas du gouvernement s’il redevenait maire de Dijon. Quoi de plus naturel, en somme,  pour ce champion des cumulards Une intention qui ne pouvait pas passer en l’état, au vu du contexte et de la pression économique et sociale. Hollande et Valls ne pouvaient en effet mieux rêver de pareille occasion de se débarrasser d’un tel boulet. Car je le répète, persiste et signe ; c’est le ministre de l’emploi le plus inefficace, le plus injuste, le plus médiocre et le plus maladroit qu’on n’ait jamais connu. Content qu’il parte. Du vent ! Espérons que le prochain sera plus efficient. Ce ne sera pas trop difficile.

#lapelledu26mai… dans la gueule du gouvernement fauxcialiste

CaptureNon content de fliquer à tout va, du potentiel terroriste qui sommeille en chacun de nous jusqu’à celui qui bénéficie de la CMU, voilà que j’apprends, pas plus tard qu’aujourd’hui, que le gouvernement entend également aller fouiller dans le compte en banque des chômeurs. Et je le prouve :

Capture1 Capture2Cela m’est proprement insupportable. On avoue donc ici, après avoir réussi à entrer dans le compte en banque des bénéficiaires de la CMU, ce qui était déjà inique en soi (et ce contre quoi j’ai également protesté ici), qu’on aimerait bien faire la même chose avec les chômeurs… Honteux. Et d’autant plus inqualifiable que ce gouvernement prétend être de gauche, et socialiste… En quoi, au vu de ce genre d’actions anti-sociales ? Que n’aurait-on dit si Sarkozy avait fait de même !   Après celle sur le renseignement, déjà proprement détestable et dangereuse pour les libertés fondamentales, cet amendement au projet de loi sur un prétendu dialogue social  (drôle de conception du dialogue…) ne sert qu’à humilier encore davantage les plus démunis tout en offrant toujours plus de facilités aux employeurs pour licencier, grâce à la loi Macron.  Le PS réinvente donc le contrôle social permanent… Et après, ils ‘étonne d’être tant mal aimé, crie à l’injustice, alors qu’il se montre dans les faits encore plus réac que ce que l’on pouvait redouter des pires réacs de France, genre Ripoublicains… j’en suis non seulement intellectuellement, mais  personnellement meurtri. En quoi ais-je démérité pour mériter ainsi qu’on viole mon intimité ? Vivement que ce gouvernement dégage. A chaque jour, un nouveau forfait contre le peuple !  Il ne mérite qu’un bon coup de pelle, en effet.

PS. J’apprends à l’instant, après écriture de ce billet, que le gouvernement a renoncé à cette mesure. Qu’importe. Son simple projet fait honte,e t m’apparait symptomatique d’une totale dérive droitière.

chiffres du chômage : Valls et les médias communiquent ce qu’ils veulent. Et moi aussi..

Capture

La Dares ( Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques) est le service qui publie tous les mois les chiffres officiels du chômage en France. Il dépend du Ministère du travail. C’est donc l’un des services que dirige Monsieur Rebsamen, me semble-t-il… Ses publications sont accessibles à tous. Pourtant, une grande partie de nos chers médias (ainsi, quand j’ouvre la télévision sur France 2…) comme notre bon premier Ministre ont communiqué de la manière suivante, se contentant manifestement comme d’ordinaire de reprendre une dépêche AFP, ce qui est une drôle de conception du journalisme :

Chômage: une légère éclaircie pour débuter l’année 2015

Ces chiffres sont « un encouragement à poursuivre », un « premier signe positif », a réagi le Premier ministre Manuel Valls devant la presse, après avoir présenté aux partenaires sociaux les grandes lignes d’un projet de loi sur le dialogue social dans les entreprises.

On glose donc sur une prétendue baisse du chômage de … 0,5 %. Merveilleux. Tous les chômeurs de France s’en tapent les cuisses de joie. Comme cela m’a semblé plutôt mesquin, et bien peu conforme à à une toute autre réalité, j’ai souhaité réagir à mon humble façon. Tout d’abord, toujours selon la Dares, on apprend qu’il n’y a pas forcément lieu de se réjouir, même de manière prudente et mesurée comme il se doit en langage politiquement correct. En effet, par rapport à janvier 2014, le chômage croît de 6,2 % pour les catégories A,B et C.  C’est beaucoup moins glorieux. Et si l’on y ajoute les catégories D et E,  on augmente le nombre de demandeurs d’emploi de 660 400  personnes, en France métropolitaine, fin janvier 2015. C’est beaucoup moins bien. Ensuite, une autre catégorie critique, le chômage de longue durée: 2,27 millions de demandeurs d’emploi, petite activité comprise, sont inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an, une statistique en hausse de 0,7% sur le mois et de 9,3% sur un an. Voilà voilà… De plus, la proportion des plus de 50 ans augmente par rapport à janvier 2014  de +9,6%. La part de  demandeurs d’emploi dans l’ensemble des catégories ayant un droit payable au RSA augmente également d’1 %. La part d’offres d’emploi diminue sur l’ensemble de la France ( – 1 %).  Et enfin, si j’en juge par mon cas particulier (on a tenté de me sucrer mes allocs pour un motif fallacieux, et suite à un recours gracieux, Pôle emploi a du y renoncer… Preuve s’il en est qu’on radie à tour de bras pour un rien.. ) et certains chiffres qui m’ont été donnés, la part des radiations aurait considérablement augmenté (certains parlent de + de 40 %, pour les motifs les plus futiles…), conformément aux consignes de notre cher ministre du travailJe n’ai trouvé de confirmation de ces chiffres de radiations nulle part. Seules le pourcentage de radiations constituant un motif de sortie des inscriptions à pôle emploi est mentionné dans les statistiques de la Dares (47700 personnes, ce qui est… énorme).  Pour une société cynique, qui pratique un double langage assez assommant, qui se montre incapable de fournir un emploi à chacun, mais qui préfère stigmatiser et faute de solution efficace appuyer son action sur  les contrôles, trop explosifs, ces chiffres, peut-être ?  Je pose la question…

Et pendant ce temps là, sur le front…

 

 

Source : Ministère de l’emploi, Dares

« Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits fin octobre, attendu aujourd’hui (les chiffres plus haut sont ceux déja connus, de septembre 2012) , s’annonce en hausse pour le 18ème mois consécutif »… nous dit le Parisien.  Hollande va-t-il créer 3 millions et 58 000 emplois d’avenir, ou autre mesure à la poudre de Perlimpimpin qui ne résoudra rien  pour répondre à ce que je considère personnellement comme l’une des pires plaies de notre société occidentale  ? On le saura dans quelques années… Mais il me semble bien, compte tenu de mon expérience de 20 ans en la matière (j’en ai vu passer, de ces « mesures pour l’emploi » , ou de  » lutte contre le chômage » !) que la situation exige une véritable transformation sociétale plutôt qu’une simple réforme conjoncturelle comme on en a trop connues, inefficace et porteuse de bien des désillusions… qui ne font que nourrir l’aigreur, les regrets, et surtout… la colère. Qui engrosse à son tour les risques d’explosion sociale. Et si l’on y met en parallèle la nécessité que le gouvernement s’est créée lui-même d’obéïr aux diktats de la technocratie européenne ultra-libérale en adhérant au TSCG,  c’est à dire de réduire nos déficits à 3 % en 2013 (0.5 % en 2015 !) , je crains que le nombre de focntionnaires continue de baisser sans qu’il ne soit compensé par le nombre de créations d’emplois dans le secteur privé, qui lui-même ne fait que débaucher… Comme tout le monde peut le constater autour de lui.

Alors, Messieurs les blogueurs de gouvernement, rendez-vous dans 4 ans. Et demi. Aujourd’hui, je ne suis que sceptique, et seulement critique. Demain, je serai beaucoup plus cruel. Pas de quartiers pour les exploiteurs de la misère du peuple.

.