de #LR au #Medef… Le danger Marion Maréchal (nous voilà) (Le Pen) se précise

source

Le rapprochement des droites jusqu’en leur extrême n’a jamais été aussi proche, tant leurs idées sont devenues similaires sur certains sujets comme l’immigration. Aussi, ce prolongement n’est pas vraiment étonnant, mais les risques sont bien réels. Car la nièce m’apparait beaucoup plus dangereuse que la tante. Et  Marion Maréchal (nous voilà) le Pen par ci, Marion Maréchal Pétain Le Pen par là…  La fine fleur de la fachosphère est dorénavant devenue carrément fréquentable, sans honte aucune, tant auprès de LR, qui a déjà annoncé que les députés de leur parti qui ont rencontré la madone brune de l’Issep ¹ ne seront pas exclus de LR, qu’auprès du Medef, qui la recevra également en ses salons cossus fin Aout. Tant de banalisation du mal me laisse sans voix. J’ai de plus en plus honte de ce pays qui me sort par les trous de nez à ainsi fricoter avec la frange politique la plus détestable de ce pays, à l’exacte conjonction des catholiques intégristes au positionnement préhistorique et de l’extrême-droite fasciste.  Car je connais bien mon sujet, et je sais bien de quoi cette petite peste brune est réellement le nom. Et ce n’est certainement pas celui du progressisme ni d’une évolution sociétale favorable à tous, et notamment aux minorités, comme aux plus démunis. Ce pays sent la merde de plus en plus fort.

Post-scriptum : sous la pression médiatique et l’indignation générale, à mon sens si légitime (l’argument selon lequel le Medef invitait les représentants de toutes les sensibilités politiques ne tenait pas, Marion Maréchal le Pen n’étant la représentante légitime d’aucune), le Medef a renoncé à inviter l’impétrante fasciste en ces termes :

 

‘L’interprétation politique qui en est faite ?  » Comme vous y aller, Monsieur… Ces gens là ne se remettent ils donc jamais en question ? Avec eux, la vie est simple : c’est toujours la faute des autres. Pourtant, de ce que j’en sais, même en interne, cela ruait dans les brancards… Même l’ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot, s’en est émue, c’est dire…

¹ Issep dont il n’est pas inutile de rappeler que l’une des « promotions » n’a pas hésité à hisser le drapeau brun de l’antisémitisme

#Medef : le patronat français malade de la #PesteBrune (le cas breton).

Comme la théorie libérale carnassière s’affranchit de toute règle quand les réfugiés eux voyagent à pied, le Medef s’accommode fort bien des idées les plus pestilentielles de notre pays, qui ne contrarient pas trop son petit business, notamment celui de la peur :

capture
source

Aussi, je tiens à porter votre attention sur cet article d’un antifasciste breton portant sur les collusions du patronat local avec une figure extrêmement droitière du paysage politique français, Aymeric Chauprade, qui s’est notamment distingué (outre ses mensonges sur ses diplômes) pour avoir adhéré publiquement aux  théories complotistes et islamophobes du « grand remplacement » et de la « remigration ».

capture

Le fait que ce facho en costard cravate bon teint ait migré (sic) vers l’aréopage tellement teinté de brun d’un candidat qu’on nous présente frauduleusement comme républicain n’y change rien. La peste brune est toujours là. Et elle pénètre visiblement tous les milieux. Urgent, agir.

.

Mon ennemi a un nom, et un visage : @LanxadeT #Medef

A l’heure qu’il est, nombre de journalistes, de politiques et d’analystes se sont vus sommés de se poser la question, au lendemain d’un vote inattendu provoquant une bonne gueule de bois, tant le programme est à la fois ultra-réac sur le plan sociétal et si libéral (ne pas confondre please avec liberté¹) sur le plan économique…  De quoi Fillon est-il le nom ? Pas seulement comme cela est présenté dans les médias depuis quelque temps du milieu catho-réac tradi, mais également de ça :

capture

J’ai lu attentivement l’article de ces autres échos dont il s’agit, pas vraiment gauchistes. (« les écôts » aurait été plus conforme au contenu, tant ils versent avec servilité leur quote-part au libéralisme prédateur…). On est dans la pensée libérale convenue emplie de clichés jamais interrogés qui ne résistent pourtant pas longtemps à l’investigation sérieuse et objective. Beaucoup ont d’ailleurs déjà relevé sur les réseaux sociaux l’incongruité,   l’absurdité qui consistent à prétendre contester le monopole syndical en étant soi-même porteur d’un syndicat d’entreprises si peu représentatif de leur réalité, n’étant pas toutes aussi libérales prédatrices que celles figurant sous ce sigle pompeux… et ruineux pour leurs propres finances. #jdçjdr  (si : de l’argent souvent mieux investi ailleurs…). J’ajouterais autre chose, en toute humilité : voilà bien un tour de force de rhétorique subtile dont ces gens sont friands, que de prétendre mieux protéger les salariés par une absence de syndicats. Le Monsieur  ose prétendre sans rire en effet  les contourner pour donner plus de pouvoir aux VRAIS représentants des salariés dans chacune des entreprises, prises isolément. Qui ne voit pas qu’arrivant à ce genre de fins tragiques pour la lutte sociale (l’individu bombardé représentant des salariés se retrouverait isolé, privé de toute force, de toute structure éventuellement combattive et avec plus de moyens et de ressources que lui seul face à la meute et à sa direction)  est un idiot. Le rapport de force nous serait alors évidemment défavorable, ou favorable au contraire à la seule classe défendue par ce médéfien là.   Mais inutile d’argumenter, de présenter des démentis, même factuels et bien sourcés sur les pré-jugés contestables servant de sous-structure aux propos de ces  nantis trop sûrs d’eux.  Il s’agit là de pensée magique, catégorielle, sur le registre de l’émotionnel, assortie d’une certaine rouerie et de beaucoup de mauvaise foi, sur lesquels la raison n’a que peu de prise. Il convient avant toute chose pour les intéressés de faire fi de l’intérêt collectif, et de défendre LEURS intérêts, qui ne sont pas les nôtres, et qui les moquent, les contrarient. Des intérêts égoïstes d’une classe qui ne manque de rien, et dénie pourtant à toute autre d’en obtenir la moindre miette, si ce n’est à peiner pour manger, et à réduire encore et encore son train de vie, rognant sur tout quand les mêmes ne se privent de rien, au vu et au su de tous, attisant la colère sociale. Ils ne la voient pas venir. Elle est immense. Et je n’ai nul doute qu’elle se traduira politiquement, dans le meilleur comme dans le pire. Et cette rupture là ne sera pas celle de ce vieux monde représenté par un Fillon. Ceux qui soutiennent ce genre de positionnements attardés  là ne sont pas seulement en retard d’une guerre ( Schröder et Thatcher datent un peu, je crois ;),  qu’ils croient avoir gagnée. Ils sont également totalement inconscients de ce qu’ils sont en train d ‘allumer : une bombe sociétale. Ils veulent donc rallumer la guerre des classes, eux qui prétendent qu’elles n’existent pas ? Donnons -en leur pour leur argent… 😉 et exauçons leurs souhaits.

¹ Cette « liberté » là ne serait alors que celle pour le renard d’entrer dans tous les poulaillers et de manger toutes les poules, sans le moindre garde-fous.

Eric Verhaeghe, proto-faf injustement méconnu, s’attaque au logement social #antifa

hqdefaultJe suis ce type à la trace depuis des années. Plus exactement, depuis qu’il fut (entre autres mandats pléthoriques) Président de l’Apec, l’Association pour l’emploi des Cadres. [Entre parenthèses, elle n’était alors pas encore ce qu’elle est devenue aujourd’hui, avec son pathétique manque de moyens et de personnel qui en ont fait un parent pauvre des « partenaires de l’emploi »… Preuve patente de ce que le Medef et autres organismes patronaux consacrent financièrement à leurs propres troupes quand elles sont en difficulté…]. Je lui ai déjà consacré un billet ici, à propos de son positionnement extrêmement droitier malgré son apparence libérale ¹ bon teint, parce qu’il attaquait avec beaucoup de virulence les gauchistes qui, Ô honte suprême, soutenaient les migrants, qu’il ne semble pas, comme toute cette engeance là, porter véritablement dans son cœur. C’est pourtant lui aussi, bel et bien, un migrant… belge. Passons. Cette fois, après avoir déversé sa haine sur les contestataires, les gauchistes, les étrangers et sur Atlantico (il est partout, voir note de bas de page ²), le voilà qui sévit de nouveau au point que je me sente le devoir militant de le reprendre vertement sur son « propre » (heurk) blog dont je ne vous donnerai pas le lien de peur de nourrir son compteur de visites qui ne le mérite nullement. Ce pur réac de souche;) s’attaque cette fois à un autre sujet qui me tient à cœur, et pour cause : j’y habite et j’y ai habité à de nombreuses reprises dans ma vie, ce qui m’a bien sauvé la mise quand j’étais dans des périodes désargentées, comme à beaucoup d’autres de mes concitoyens, ils en témoigneront. De plus, c’est ballot, je connais bien le sujet pour être accessoirement militant du DAL et pour avoir pondu dernièrement quelques pages synthétiques sur les rapports entre le droit au logement et l’extrême-droite. On connaît en effet mes engagements contre cette peste brune. Et donc, que nous dit l’infâme ? Rien que le titre, déjà, est une pute à clics. Voudrait-il nourrir son blog famélique qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

capture

ça sent bon le discours d’avant-guerre puis sous l’occupation, bien daté, idéologiquement et historiquement mêlé à des effluves Trumpiennes de Maccarthysme dégénéré… ça schlingue quoi. Ça charrie aussi des scories de complotisme, entremêlés à de l’anti-gauchisme très primaire, le tout arrosé de libéralisme radical, tout en se posant sérieusement en expert auto-proclamé et certifié par la faculté. Pur guignol. A démasquer impérativement d’urgence. D’autant plus que, je le répète, il est partout. Et peut donc diffuser son venin libéral en toute tranquillité… Vous me voyiez de ce pas alerte gaillardement faire appel à son intelligence en m’apprêtant à démonter point par point la stupidité et l’incohérence de son « article »  ? A quoi bon quand on assiste, abasourdi, à ça ?

capture

Cette attaque en règle à la fois du gouvernement si peu socialiste (mais l’étiquette suffit à ces gens là pour voir rouge… rires) et des logements sociaux  est idéologiquement marquée : il s’agit exactement, très précisément,  de la position du FN pour qui le logement social est à bannir. c’est une cible privilégiée par l’extrême-droite non seulement parce qu’il s’agit de dangereux repaires et concentrations d’arabes, de gauchistes et d’islamistes le tout enrobé dans un concept qu’il serait intéressant de définir (re-rires), celui d’islamo-gauchistes,  mais aussi parce que la position du FN à propos du logement social est très claire et n’a jamais, elle, variée d’un iota : établir la préférence nationale bien sûr, mais aussi et surtout (tenez vous bien) privilégier l’accession à la propriété des plus modestes. (Exactement l’inverse du fameux modèle allemand que les mêmes portent aux nues, puisque le logement y est bien moins couteux, au point qu’on n’y voit beaucoup moins qu’en France l’utilité de s’endetter pour 50 ans en achetant à tout prix… au risque de ne plus pouvoir payer ses traites). De qui se moque-t-on ? C’est pourtant exactement ce que dit Verhaeghe, une bien étrange proximité politique..   Mais quand on le voit dans l’un de ses billets suivants se faire généreusement relayer par TV Libertés, un site d’extrême droite  (voir ici) , je crois que ça suffira à l’édification des masses laborieuses auxquelles je m’adresse.

capture

Le situer ? Pas besoin, c’est déjà fait. J’ai vu et lu ses derniers billets, tout comme l’avorton de fiche wikipédia que l’un de ses obligés tente actuellement de rédiger en catimini pour le passer à la postérité, de manière quelque peu orientée… à son seul bénéfice. J’espère d’ailleurs que les modérateurs ne s’y tromperont pas.

capture

Pour l’instant, tout cela  me suffira. Cependant, un petit détail a attiré mon attention : dans sa bio, un passage sur l’un de ses centres d’intérêt particuliers…

capture

« Notamment les affaires religieuses« … Voilà qui me rappelle que j’ai lu de lui exactement ceci :

capture

Il y a de la suite dans les idées, et pour qui chasse le faf, voilà qui est signé… Je vais voir où me conduit cette piste. Serait-il possible qu’il fasse partie de ce cénacle multiforme éminemment lobbyiste que je dénonçais ici, propageant outrageusement un obscurantisme détestable  ? A creuser… (chouette, une idée de prochain billet ! Si vous avez des billes, bien grosses et bien rondes, vous savez où me trouver).

Faites passer, informez, relayez généreusement. Ce genre de types font énormément de mal à notre pays.  Or, c’est injuste , il se trouve qu’il n’est hélas pas assez connu, préférant agir dans l’ombre des réseaux d’influence… Et comme chacun(e) sait que les vampires n’aiment pas la lumière, je compte sur vous pour m’aider à le démasquer. Moi, il me semble que j’ai fait ma part du job. Au(x) suivant(es) !

Nota-bene : je vous laisse retrouver ce succulent passage dans sa bio où ce type, dont on se demande comment on a pu le mettre au vu de la pourriture avancée de ses idées, à un poste quelconque dans un  Bureau d’Aide Sociale de la Ville de Paris (« En 1995, je prends en charge la gestion des carrières du Bureau d’Aide Sociale, devenu Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris »), puis  cet autre où il se vante en bon crétin libéral de souche  des hauts faits d’arme suivant : « Au ministère, je mets en place l’évaluation annuelle des fonctionnaires, je développe la rémunération au mérite, et je supprime un tiers des postes au sein du bureau que je dirige (ils étaient 54 à mon arrivée! »). A observer dans son jus. ça vaut le détour. Un autre monde… (n’oubliez pas de mettre votre masque à gaz 😉

.

¹ ceux qui font aussitôt un parallèle osé entre libéralisme et liberté me permettent instantanément de les classer dans le registre des crétins incultes qui n’ont pas approfondi leur sujet. Rien à voir, vraiment. On parle de libéralisme essentiellement sur le registre économique, c’est à dire de la possibilité de laisser à tout un chacun la formidable liberté de piller l’autre, sans aucune autre considération morale. CQFD.

² Membre du Medef. 2011, fondation du (sic) « cabinet d’innovation sociale » (ah, c’est comme cela qu’on appelle ça ?) Parménide, spécialisé dans l’élaboration de réseaux sociaux. (le vois tu venir, l’oeil de Moscou ? 😉 . 2012 Président de l’association Réavie. (ré-assurance vie). 2014, start-up Tripalio, société de presse… Il tient également le blog dont je parle ici, et il est contributeur régulier pour Atlantico, Contrepoints, FigaroVox et Décider & Entreprendre, la Gazette de l’Assurance, Courtage Network, et Expert Network... et je suis sûr que j’en passe, puisque j’en découvre quasiment tous les jours, bien que ce sale type ne soit pas mon obsession. Ainsi, dans la vignette qui débute ce billet, il est relayé par la CFE-CGC, syndicat de cadres. S’ils savaient ce que je sais. Les cons…  Donner une tribune à ce pur réac, proche de l’extrême droite, vraiment ? Même sur You Tube ? Ne pas rire…

Enregistrer

#medef : le gars Taz se ridiculise (encore)

CisBccRpks8f1rFZoPR5pATGmRQ

Alors qu’il n’a pas été foutu de respecter sa dernière promesse (si, si, inutile de nier, on a la preuve ! :

images

… Gattaz vient de récidiver en ne promettant plus la création d’un seul mais de deux millions d’emplois !

source
source

La prochaine fois, c’est 5 ? Ce type est grotesque. je doute fortement que même de son point de vue ultra-libéral, cette surenchère suffise à calmer les tensions qui s’opèrent dans son petit  syndicat non représentatif de grands patrons ultra-friqués…

Enregistrer

la loi, c’est la loi. Sauf pour le #Medef (salarié, ferme ta gueule cf. #LoiTravail)

CaptureAprès le gouvernement, le Medef utilise donc à son tour son propre 49.3… Et c’est ainsi qu’Hollande est grand (ou pas). On parle ici de l’autorité de l’Etat ? 

Le compte pénibilité  a été instauré en 2015, afin de faire passer la pilule d’une énième réforme des retraites, cette fois dite « de gauche ».  ça reste à prouver. J’avais déjà évoqué alors la grande hypocrisie qu’il y avait à prétendre ne pas allonger l’âge de départ à la retraite, mais à en augmenter la durée de cotisation. En outre, les critères de pénibilité étaient si restrictifs qu’on se demandait vraiment qui allait pouvoir en bénéficier…

Voilà pourtant, malgré cette légèreté du dispositif de dérogation au régime général, que l’ultra-libéral radical patron du Medef Pierre Gattaz, qui se présente comme un pragmatique alors que ses positions sont si évidemment idéologiques, a  décidé au nom de son syndicat si peu représentatif  de ne pas appliquer les dispositions du compte pénibilité. Ceci écrit, je le comprends, vu la position de force qui est la sienne, il aurait tort de se priver et de ne pas pousser son avantage… Ce gouvernement est si évidemment soumis à ses intérêts plutôt qu’à ceux des salariés, comme le prouve avec tant de constance l’opposition à la loi El Khomri, si rejetée de la plupart des français.. .

Quand on sait et voit le discours particulièrement violent du premier ministre envers les syndicats de salariés et les manifestants contre la loi travail, on attend donc qu’il fasse preuve de la même autorité envers les entreprises qui se rendront coupables de ce délit. Mais vu l’ inféodation  visible de ce si petit premier ministre à des intérêts qui ne sont pas les nôtres, je crois qu’on peut attendre longtemps… Les entreprises hors la loi peuvent dormir sur leurs deux oreilles… contrairement aux opposants à la loi travail, qui risquent quant à eux l’assignation à résidence ou la convocation à des tribunaux d’exception pour les raisons les plus fallacieuses. Quand ce n’est pas à des tabassages en règle…

Assurance chômage : le #Medef se radicalise


ClE9S_wWYAQzCDJ
source

Il est à la mode de brocarder l’attitude jusqu’au-boutiste des syndicats de salariés dans les milieux libéraux, et nos politiques comme nos médias s’en donnent actuellement à cœur joie, au mépris de toute mesure, et de toute raison. Mais il y a fort à parier que les mêmes s’appesantiront beaucoup moins sur l’attitude intransigeante et irresponsable d’un grand patronat qui s’est obstiné dans sa radicalité. Ce n’est pas moi qui le dit, mais le représentant d’un syndicat bien peu suspect de gauchisme…

Capture

  « Ce qu’on paie cet après-midi c’est l’irresponsabilité du patronat. Aujourd’hui, le Medef a délibérément choisi de planter la négociation assurance chômage« , a réagi le secrétaire général de la CFDT. Le principal point de blocage est purement idéologique : celui du relèvement des cotisations sur les contrats à durée déterminée (CDD). Actant cet échec des négociations, la ministre du travail a déclaré par communiqué ci-après que les conditions d’indemnisation du régime général d’assurance chômage seraient maintenues au delà du 30 juin, date de la fin de l’actuel accord paritaire. De plus, l’accord du 28 avril 2016 sur l’assurance chômage dans les métiers du spectacle sera entériné par décret et prendra effet dès la mi-juillet. Il conviendra en tous cas de se montrer très vigilant sur les modalités d’assurance chômage du régime général que ce gouvernement si libéral prendra… Il y a en effet de quoi être inquiet quand on connait sa propension à rogner sur les droits des plus fragiles, comme le projet de loi travail le montre si visiblement.

ClEzlGrWMAAn9Kt

Enregistrer

#Gattaz, tais toi. Tu Pues.

Capture
source

Et donc, ce type qui dirige une centrale syndicale de grandes entreprises aussi peu représentatives qu’étonnement virulentes envers les droits des salariés, accusés de tous les maux et notamment d’appauvrir les actionnaires et les grands patrons par des salaires excessifs et des protections abusives, se plaint de quelques taches de peinture et d’une brève occupation par des intermittents et des précaires…  « Le climat est nauséabond ». C’est vrai : il pue le profit à court à terme, la désignation de boucs émissaires que seraient les salariés français qui seraient des privilégiés (en regard des travailleurs polonais ou chinois?) et la destruction progressive et systématique des protections sociales.  Qui a déterré la hache de guerre en s’attaquant au code du travail avec la complicité du gouvernement, en demandant toujours plus aux plus modestes et toujours moins aux grands patrons qui pourtant s’enrichissent comme jamais ? Où est le terrorisme intellectuel, idéologique, économique, et les tentatives régulières d’intimidation ? Qui licencie à tour de bras et pratique le chantage à l’emploi ? Qui se sert cyniquement du précariat généralisé ? De quel côté est la force ? Soyons sérieux un instant. Gattaz, ferme là, ça nous fera des vacances.

#LoiTravail : Débusquons les grotesques cornichons ! #ElKhomri ? #onvautmieuxqueça

La campagne de débusquage des tartuffes fauxcialistes continue. Après Le Foll et Le Drian dérangés chez eux par des agriculteurs mécontents en février dernier, Macron accueilli par des jets d’œufs à Montreuil alors qu’il venait y commémorer les 80 ans du front populaire (une provocation idéologique soutenue avec une haine anti-gauchiste primaire sans pareille par l’inénarrable BRP), et enfin l’occupation du siège de leurs amis du Medef hier,  voilà que la marionnette libérale interchangeable du projet de loi qui porte son nom vient d’être confrontée au petit matin à la colère populaire des précaires du spectacle :

Capture
source

Les mêmes qui imposent sans concertation ni respect de l’immense mobilisation populaire contre la loi El Khomri leur projet libéral régressif s’offusqueront de cette prétendue intrusion dans la vie privée de ladite, quand bien même il ne me semble pas que ces « sauvageons » (sourires) se seraient introduits dans son appartement. D’autres critiqueront la méthode qui selon eux serait improductive. Pourtant, comme l’écrivent ceux de la Coordination des Intermittents et précaires d’île de France (CIP-IDF), notre adversaire politique et ses soutiens, qui se permettent de nous imposer le contenu de nos vies et de nos conditions de travail sans les connaître ni les partager ni les interroger ne répugnent pourtant pas quant à eux à entrer dans notre intimité en pratiquant des assignations à résidence excessives, en surveillant toutes nos correspondances électroniques, en interdisant à certains au nom de leur engagement politique telle ou telle manifestation. Ils  pratiquent une répression systématique envers les opposants à la loi travail, criminalisent l’action syndicale, et multiplient les violences policières, en mutilant nos corps et en méprisant notre lutte dans les termes les plus orduriers et excessifs, dans un total déni de réalité proprement hallucinant. Mais ce seraient nous qui serions condamnables ? L’avenir jugera de leur obstination coupable à imposer une loi dont personne ne veut, et qui fait d’ores et déjà, avant même d’être appliquée, tant de dégâts. Qu’ils ne s’en prennent qu’à eux.

#Gattaz est un grand malade #Medef #CGT

je tombe des nues… Quelle ne fut pas ma stupéfaction d’apprendre qu’après s’être vautré dans la fange nauséabonde de l’anti-gauchisme le plus extrêmiste, le plus grossier et le plus violent ¹, le Medef a appelé aujourd’hui les entreprises touchées par les blocages légitimes des grévistes contre la loi travail à porter plainte pour « délit d’entrave à la liberté du travail ». On se demande franchement qui est le plus extrémiste, de la CGT ou du Medef… Belle surenchère ridicule que voilà.  C’est en effet indubitablement faire preuve d’une grande maturité et du sens des responsabilités… qui n’engagent que les autres. La paille et la poutre. Gattaz voudrait mettre le feu à notre pays qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Son attitude est totalement suicidaire en regard de l’intérêt collectif En outre, alors que la plainte de Martinez en diffamation est quant à elle fondée, il est fort peu probable compte-tenu de certains précédents que  celle du Medef le soit. Mais l’idéologie ultra-libérale de ces terroristes là ne souffre aucune contrariété.

.

¹ ce qui lui vaut d’être l’objet d’une plainte de la part de la CGT.