bravo à tous les twittos de la 1ère manif en ligne du #M6R : moi aussi #JeSuisRepublicain !

CaptureA midi pile, le M6R (Mouvement 6ème République) dont je suis membre organisait une manif en ligne sur twitter qui a connu un franc succès. La preuve :

CapturerepLe but était de protester contre la récupération par la droite sarkozyste de la mention Les Républicains. Pour certains, cela peut paraître dérisoire de se battre pour une étiquette, mais pour nous, compte-tenu de nos convictions politiques personnelles, c’est une véritable captation d’un héritage commun à tous les français.  C’est hélas le genre de manœuvres purement politicienne dont Sarkozy a le secret… Souvenez vous de ces ministres « d’ouverture », pseudo-socialistes à la sauce vallsienne : Besson, Kouchner, Jouyet, Bockel, Amara… Pour beaucoup d’entre nous donc, l’intention de Sarkozy de renommer son parti Les républicains sonne comme une véritable provocation, et nous ne supportons pas que la majorité des français qui ne sont pas de droite mais pourtant bien républicains se voient spoliés par la volonté d’un seul. Surtout quand son comportement l’est si peu, républicain… J’ai donc sélectionné pour vous un certain nombre de tweets significatifs de ce que nous avons voulu exprimer par cette manifestation en ligne.

Capture Capture1Capture2 Capture3 Capture4 Capture5 Capture6 Capture7 Capture8 Capture9 Capture10 Capture11 Capture12 Capture13 Capture14 Capture16 Capture17 Capture18 Capture19 Capture21 Capture22 Capture23 Capture24 Capture25 Capture26Capture27Capture28 Alors, si vous aussi vous en avez marre de cette prétendue république que veulent vous imposer ce genre d’oligarques corrompus, que vous ne voulez pas voir la droite s’emparer de nos institutions au seul profit d’une élite qui ne soigne que ses intérêts de caste, venez nous rejoindre en signant notre manifeste en cliquant sur l’image ci dessous :

Capture30Car, en effet, nous ne faisons pas que manifester et protester, nous agissons et nous construisons, par et pour le peuple. Allez donc voir la plate-forme de débat citoyen par ici, et vous jugerez sur pièce de nos questionnements et de notre réflexion démocratique et populaire.

… et la manif continue pendant que j’écris ce billet :

Capture31Capture32

Capture34Capture33… Et même que France Info parle de nous ! c’est ici. Libé aussi. C’est là.

Post-scriptum : quelques twittos de droite égarés ont cru bon de nous attaquer en croyant parler à des membres du PS…. Les cons ! Il faudrait peut-être qu’ils arrêtent de croire tout ce que leur dit la presse; pour qui la gauche, c’est le PS. Pour  la plupart, nous n’en sommes pas ! D’autres, encore plus idiots, ont cru qu’on parlaient d’eux… mais keskisontcons !

Capture

PS2. zut, je me suis oublié…  Pourtant, moi aussi, j’y étais :

Capture

le droit de révocation des élus, de quoi rendre du pouvoir au peuple ? Votre avis m’intéresse…

habillageurnehd1Voilà un sujet qu’il  est intéressant de lancer, juste histoire de débattre entre gens sérieux, afin de faire avancer les idées, qui semblent restées figées en la matière depuis au moins un siècle … Tout a commencé (comme souvent lorsque l’actualité ne me donne pas l’inspiration nécessaire à mon activité favorite ici), par un échange sur twitter, avec Bembelly en l’occurrence :

Capture

Capture2

Capture3

Capture5

Justement, Monsieur Bembelly, c’est dans le projet de beaucoup, au front de gauche, et pas seulement, de modifier une constitution manifestement à bout de souffle, minée par les affaires, et qui ne correspond plus guère aux attentes des citoyens, si l’on en juge par un taux record d’abstention… Normal ! Des citoyens qui se voient ainsi confisquer leur vote pendant 5 ans par des élus qui en font tout et n’importe quoi, à rebours de leurs promesses électorales…. N’est-ce pas choquant ? C’est pourquoi nous militons pour une 6ème république, un projet plus que jamais d’actualité… ce qui ne fait pas de nous de dangereux « dictateurs » en herbe ! Mais juste des citoyens soucieux de participer à la vie publique et aux orientations politiques importantes qui régissent notre vie quotidienne. Démocratie participative versus démocratie confiscatoire. Jugez par vous mêmes :

Déclaration pour la 6e République

Chère amie, cher ami,

Il est temps d’agir. Car à présent, nous voici rendus au point où le président de la République offre sans contrepartie des milliards d’argent public au MEDEF. Où un Premier ministre est désigné dans la fraction la plus minoritaire de la majorité parlementaire, lequel affiche sans vergogne une allégeance stupéfiante au président du patronat français. Pendant ce temps le pays agonise dans le chômage ; la pauvreté et la mal-vie s’étendent ; les défis écologiques et les impératifs de l’intérêt général humain sont ou bien niés ou bien absurdement sous évalués. Pour le reste, la France est aussi engagée dans des guerres et des soutiens au plan international dont le Parlement n’est jamais saisi. Quoi qu’il arrive, quelle que soit la forme de la protestation du pays, électorale, sociale, parlementaire, le pouvoir n’en tient aucun compte. Il en résulte une abstention massive parmi nos compatriotes qui sont pourtant les plus affectés par les politiques injustes du gouvernement. Le discrédit des institutions politiques est si élevé et le domaine de la participation civique si étroit que seule l’extrême droite prospère dans la situation. Ses progrès sont un symptôme. Mais c’est la cause qu’il faut traiter.

Comment un pouvoir peut-il avoir recours au coup de force permanent aussi impunément ? Un candidat peut-il promettre blanc et faire noir une fois élu ? L’impunité entérine la tromperie. Elle dégoûte le peuple de la politique. C’est la forme oligarchique du régime qui est en cause, c’est la Constitution de la cinquième République qui rend tout cela possible. A mille lieues de la souveraineté effective des citoyens, la République se meurt. C’est cela qu’il faut changer de fond en comble. Et c’est le peuple lui-même qui doit le faire par une assemblée constituante et non par un comité d’experts.

Nous prenons donc l’initiative de cet appel. Nous nous croyons capables de renouer avec l’esprit et l’objectif qui nous ont déjà tous rassemblés, si divers que nous soyons. Au demeurant c’est notre devoir de trouver une issue positive à la crise que notre pays traverse du fait de son régime hors de contrôle. La transformation des institutions sera celle de la société elle-même.

Nous proposons donc de constituer un comité d’initiative, aussi large que possible, rassemblant aussi bien des personnalités du monde intellectuel ou culturel que des militants politiques, syndicaux ou associatifs. Ce comité lancerait un appel à constituer un mouvement national pour la 6e République. Il déciderait collectivement de la façon de l’animer et de l’ouvrir à toutes celles et ceux qui voudraient y participer. Nous ne l’imaginons pas comme un cartel d’organisations mais comme un mouvement où chaque personne compte pour elle-même. Ce projet doit donc être entièrement impulsé et animé par l’ensemble de ceux qui se seront rassemblés pour le faire naître. C’est pourquoi nous proposerons de réunir au plus vite ceux qui auront répondu favorablement pour qu’ils décident eux-mêmes librement et sans conditions de tout ce qui devra être fait ensuite, dans la forme qui leur semblera la plus adaptée.

Dans l’espoir de votre réponse nous résumons la question qui vient en conclusion : pour la 6e République, en êtes-vous ?

Capture6

Capture7

… Et si vous adhérez, signez. Sinon, dites moi pourquoi en commentaires. J’aime que le débat s’engage, et que les arguments s’échangent, dans la convivialité et le respect de la parole de l’autre, sans agressivité, avec bienveillance et mu par le seul souci de changer le cours des choses, qui manifestement ne va pas si bien que cela avec une constitution si vieillotte qu’elle est devenue un obstacle à l’expression naturelle d’une démocratie moderne. Une constitution dans laquelle les citoyens aient leur part. Qu’ils puissent enfin retourner dans l’agora qu’ils n’auraient jamais du quitter, en laissant quelques privilégiés seulement s’arroger le pouvoir, sans limites, sans garde-fous, sans possibilité pour le peuple qui les a élus de les révoquer en cas de non-respect de la parole donnée… Voilà. C’est à vous :

un texte fondamental qui invite au débat : ne vous privez pas #M6R

Capture

« Dans ce régime, on peut trahir son mandat sans que rien ne se passe. On peut renier le résultat des référendums impunément. On peut faire semblant de s’affronter le temps d’une élection et mener la même politique sans protestations. On peut brimer la majorité sociale et rester sur le trône. Dans ce régime le pouvoir est en apesanteur, il n’est tenu à rien. Et nous sommes ses fantômes. »

 

 

 

Clément Sénéchal vient de publier sur le site du Mouvement pour la 6ème République (M6R pour les non initiés) un texte d’excellente facture, qui  concrétise l’exploit (comme je suis admiratif de cela) d’allier à la fois la forme et le fond, la poésie et la pensée, sur un registre de langage qui ne nous prend pas pour des crétins, et parle à notre intelligence comme à notre sensibilité. Cela méritait d’être signalé. Ce texte a pour titre :

La République du temps retrouvé

Par Clément Sénéchal, essayiste

Retrouver le temps de se retrouver. Voilà le mot révolutionnaire.

La délégation accordée, la belle tension du suffrage, s’est changée en dépossession à mesure que les institutions se sont éloignées de nous, et nous avons perdu la joie des batailles dans la bouillie des rancœurs. Les divers trucages de la société du spectacle ont changé les discours en mauvais tours, et nous avons perdu l’esprit des mots dans la fange des insultes. Les percées répétées du capitalisme ont disloqué la société, et nous avons perdu l’envie des autres dans le fer des identités. La jungle économique infiltrée partout a réduit l’horizon de nos vies, et nous avons perdu le goût du futur dans la quotidienneté poussiéreuse. Le règne étendu de la propriété privée a détruit les solidarités matérielles, et nous avons perdu le sens du travail collectif dans l’angoisse du tous contre tous. Le productivisme échevelé déplace le niveau des mers, mais nous avons perdu la faculté d’agir dans l’attente du déluge.

Nous ne savons plus où nous rencontrer. Ni pour quoi faire. Égarés dans un monde dérobé, nous nous dérobons à notre tour par le repli sur la sphère privée. Les imaginaires et l’espoir qui les stimule se sont défaits dans l’impuissance. À petit feu on crève de solitude devant nos télés. Le venin du cynisme et l’analgésique de la frivolité ont trop profondément contaminé les entrailles du dispositif politico-médiatique, le critique et le poétique ont perdu la partie. « Il n’y a pas d’alternative », clame le Leviathan jusque dans nos reins.

La Vème République est coupable.

Le présidentialisme a généré l’infantilisme et la superstition, laissant croire à la supériorité d’une vie singulière sur celles des autres. (la suite ici)

je vous invite non seulement à le lire, mais également à le commente, tout comme moi,  chacun(e) selon votre temps et votre rythme, vos forces et vos faiblesses, vos particularités et votre langage. Ne laissez pas les oligarchies vous le voler aussi, et réappropriez vous  le débat nécessaire, dont ce texte formidable me semble l’opportun support. La suite vous appartient…