identitaires lyonnais : à Larajasse ou ailleurs, on ne veut pas de vous ! #BastionSocial #antifa

Saluons ici l’action de cette courageuse municipalité de Larajasse, petite commune au sud ouest de Lyon qui, malgré sa modeste condition, a été bien plus courageuse que celle de sa métropole voisine, Lyon, dont le maire si complaisant envers eux (et pour cause) les a tolérés pendant si longtemps, et où existe encore leur salle- pour l’instant – l’Agogé.

Pourtant, connaissant les individus dont il s’agit, les risques sont beaucoup plus grands que pour une plus grosse municipalité. Ses élus ont en effet refusé par communiqué municipal que les bas du front du Bastion Social (même dissout, il ne trompent personne), à moins que ce ne soit Génération Identitaire (les mêmes, en plus médiatisés, puisque c’en est une spécialité : l’esbrouffe) s’installent dans cette commune au sud ouest de Lyon :

La décision est d’autant plus fondée quand on sait tous les dégâts collatéraux (pour être poli) que ces gens là provoquent… Ainsi, à Lyon, pour seul exemple, où l’on peut factuellement relever qu’ils avaient créé une véritable No Go Zone fasciste dans laquelle bien des gens avaient peur de pénétrer, où les commerçants ont été régulièrement la cible de menaces et de dégradations, où ils ont poignardé des étudiants dans le dos , tenté d’instrumentaliser la cause sociale à des fins racistes et xénophobes, et à cause desquels les pouvoirs publics se sont vus contraints -une décision totalement contraire aux règle démocratique – de refuser le passage d’une manifestation contre l’homophobie pour cause de trop grands risques d’agression, et où ils ont menacé personnellement un journaliste de Rue89 qui avait eu le toupet de consacrer un article à leur haut fait d’armes…… Le tout malgré, pourtant, leur si faible représentativité politique, il est utile de le préciser, vu leur particulière propension à se représenter dans leur mythologie fantasmatique comme des représentants de la cause du peuple dont je suis bien sûrement qu’eux au regard du pedigree de certains de leurs têtes de gondoles qui illustrent régulièrement la rubrique fait divers, aux noms à particules à rallonge, comme ici à Angers…

ENCORE un bar vandalisé par l’extrême-droite à Lyon : leur terrorisme va durer jusqu’à quand ?

Dans ce pays, on peut donc attaquer en pleine soirée un bar lyonnais à coups de barres de fer et de fumigènes à plusieurs dizaines d’individus sans qu’il y ait la moindre réaction de ces mêmes personnalités politiques et publiques qui pleurent à longueur de journée sur les réseaux sociaux pour une simple vitrine cassée ?

Quand cette hypocrisie et ce laxisme de notoriété publique face aux fachos, dont les agressions se multiplient ces derniers temps, vont ils cesser ?

Les premiers éléments de l’affaire :

Voici le communiqué de ces petites ordures au front particulièrement bas, comme on peut en juger : aucun motif politique, juste une médiocre envie de baston sans substance intellectuelle ajoutée. Vulgaires petits virilistes à deux balles… :

Collomb cajole ses petits amis nazis de l’#Agogé #Lyon

La mairie de Lyon a tenté de faire croire un temps qu’elle serait un plus ferme avec sa vermine fasciste locale. On y a cru lorsque l’Agogé a été frappé de fermeture administrative, ce qui nous avait rempli de joie. Mais celle-ci fut de courte durée. L’équipe municipale vient de ré-autoriser l’ouverture de ce site de nazis, sous prétexte que la salle était à présent aux normes…

INFO RUE89LYON / La Ville de Lyon vient de prendre un arrêté municipal autorisant la réouverture de la salle de boxe des identitaires, située dans le Vieux Lyon. C’est la première fois que la municipalité permet à un local d’extrême droite de rouvrir après l’avoir fait fermer. Une illustration de plus des limites de la politique locale contre les groupuscules. (source)

Donc, qu’importe ce qui s’y passe de bien nauséabond, pourvu que les règles technocratiques sont respectées, n’est-ce pas. Du moment qu’il y a des alarmes incendies en nombre suffisant, vous êtes cordialement invités à faire le salut nazi en écoutant du RAC et en vous livrant en toute impunité à l’apologie du nazisme et du terrorisme identitaire

Si après cela nos amis du Gale reviennent à faire parler d’eux parce qu’ils ont, eux, le courage de faire le sale boulot, faudra pas faire les étonnés… Le fait que cette décision inique puisse être prise si peu de temps après le retour de l’infâme Collomb aux manettes de la ville, un hasard ? je ne crois pas.

A #Lyon, le #BastionSocial fête sa dissolution à sa façon…

Il semblerait que les décérébrés du Bastion (a)social aient célébré, à Lyon, leur dissolution à leur ignoble façon…

D3YJKTlXkAEfLkkD3YJKTlXoAISt7oD3YJKTnXoAA2PY1

D3YJKToW0AA58-n
source

Ces ordures racistes ont été découvertes Avenue Berthelot à Lyon : SS, croix gammées, “arabes”, “negro », etc… Or, c’est justement cette même avenue qui accueille le centre d’histoire de la résistance et de la déportation. Un hasard, sans doute, venant de gens qui chient régulièrement sur l’histoire… Les mêmes qui ont fait de Lyon, grâce au laxisme de Collomb,  la capitale du fascisme hexagonal.

Pourtant, on prend les mêmes et on r’commence….

Que se vayan todos.

NB. Sur l’acronyme ASAB, Lire….

 

Éradication des nids de vermine fasciste en cours… #generationidentitaire #Lyon #defendEurope

Capture.PNGEnfin le début de l’éradication de la vermine fasciste à Lyon ?  Quel bonheur ce serait… Le centre névralgique de la fachosphère hexagonale pudiquement rebaptisée identitaire (comprendre : nazis) débarrassée de sa gangrène raciste violente… ? Je n’en crois pas mes yeux… Doit-on y voir une conséquence de Christchurch, et (enfin ?!) une prise de conscience de la dangerosité de ces gens là, dont la filiation idéologique insupportable est la même, exactement, que celui du terroriste d’extrême droite Brenton Tarrent, basé sur les mêmes racines racistes et complotistes à base de grand remplacement et d’islamophobie  ?

Capture.PNG
source

Ma joie serait complète si je pouvais  lire l’article dans son entier, toutefois. Savoir pourquoi l’Agogé serait fermé nous donnerait des idées pour en faire fermer d’autres du même genre, de ces nids de bas du front à forte toxicité… dont voici quelques beaux spécimens, glanés dans leur clip de promo de cette petite fabrique Lyonnaise de haine (tristement) ordinaire…

 

source :  compte You Tube Génération identitaire

Merci pour vos infos complémentaires sur le sujet.

Post-scriptum : Mathieu, sur Mastodon, m’informe de ce que je supposais déjà : l’Agogé aurait été fermé pour raisons de sécurité.

A la fin du mois de février, Le Progrès avait annoncé que ces deux locaux avaient reçu la visite d’un groupe de la commission communale de sécurité en juillet 2018. Cette dernière avait émis un avis défavorable et demandé des travaux de sécurisation incendie. Deux mises en demeure ont été transmises en novembre 2018 et février 2019.

Selon Rue89, ces courriers étaient adressés à Romain Espino, porte-parole de Génération identitaire et présenté dans les deux arrêtés comme « l’exploitant » de « La Traboule » et de « Top sport Rhône » (l’association qui gère « L’Agogé »). Sans réponse, la Ville a donc pris ces deux arrêtés qui « enjoignent » au responsable des deux établissements « d’interdire l’accès de [ses] établissements au public ». Ils ont été signés par l’adjoint à la sécurité de la Ville de Lyon, Jean-Yves Sécheresse le 14 mars dernier. (source)

 

L’ #antisemitisme et la #xénophobie tiennent salon à #Lyon avec #JeuneNation

j’ai trouvé ça dans les poubelles des zinternets… Si quelqu’un peut s’en débarrasser pour moi… ça me salit les méninges…

Capture.PNG

… Dites, Place Beauveau et son chien de garde, Castaner, vous avez pourtant le numéro de téléphone, là, ci-dessus,  pour savoir quel neuneu organise ça… Quoi que ça ne doit pas être trop compliqué à deviner, suffit de savoir lire...

« Jeune Nation », on sait déjà quoi s’en tenir, sur la nature de leurs sentiments démocratiques et hautement humanistes, n’est-ce pas ?  Vous voulez que je vous mâche le travail, ou bien ? Pas que ça à foutre… Je croyais que vous vouliez faire de la lutte contre l’antisémitisme une priorité nationale, faudrait savoir, hein.. Et puis, à l’heure de Christchurch, franchement, ça fait désordre hein… Les mêmes, au front tout aussi bas, vous dis je.

#jdçjdr…

 

Sur Jeune Nation, cet ancien billet du regretté site fafwatch…  avec Gabriac au centre, en bas.

Capture10.PNG

Rubrique « c’est à vomir » : Où @ydekerdrel de @Valeurs et @SudRadio soutient #Barbarin (dans l’intérêt supérieur de l’enfant ?) #pedophilie

 

Ne manquant jamais de suivre quand je le peux l’évolution des affaires  de pédophilie (l’un des crimes les plus monstrueux à mes yeux)  dans l’Eglise, surtout française, j ‘ai été comme beaucoup je pense satisfait de l’annonce de la condamnation du cardinal Barbarin,  dont beaucoup de victimes et d’associations, comme « la Parole Libérée« , dénonçaient depuis longtemps le coupable silence…

Capture.PNG
source

Cette fois, enfin, la justice reconnait la lourde responsabilité du prélat, pourtant incontestable, mais couvert par tant et trop de catholiques, dont des responsables de premier plan, ce qui a fortement contribué à l’impunité si étrangement et trop longuement durable de ce crime  :

Capture.PNG
source

Il semblerait que le (si peu) saint homme aille remettre sa démission à celui que l’on nomme le saint père dans cette fable là. L’acceptera-t-il, comme on sait qu’il l’a si honteusement refusée auparavant ? Qu’importe. En fait, je m’en fous, même s’il m’apparait plutôt souhaitable pour les cathos qu’il le fasse effectivement, et lui propose une place qui l’empêche de continuer à se taire sur des crimes si évidents…. perpétuant ainsi leur faute (je reprends leur terminologie) collective.

Mais ce qui m’amène à m’exprimer ici, en restant fidèle à la vocation et à la ligne éditoriale de ce blog, c’est qu’il se trouve que, malgré l’évidence, et tout ce que l’on sait de cette histoire, j’ai surpris sur twitter un individu médiatique de premier plan (qui n’est pas un inconnu vu son pedigree), soutenir publiquement le prélat coupable :

Capture.PNG

C’est vraiment touchant, cette foi et cette charité chrétienne chevillée au corps, Yves Marie Denis André Audren de Kerdrel. Comme on aimerait qu’elle s’illustre davantage à propos de valeurs un peu plus nobles que le silence de l’Eglise sur les crimes commis sur des enfants et des adolescents… Et comme on respecterait davantage cette religion si elle s’ incarnait un tantinet davantage chez vous par l’amour de son prochain, ce qui ne m’est pas apparu très clairement dans un certain hebdomadaire que vous avez dirigé..

Un hebdomadaire plusieurs fois condamné pour provocation à la haine raciale et religieuse… comme pour seul exemple ici :

Capture.PNG

… et un torchon raciste qui a profondément choqué l’antifasciste que je me revendique d’être par la couverture médiatique qu’il a pu avoir du procès Méric. Une honte absolue.  Mais cela ne nous étonnera pas quand cela vient de quelqu’un qui nous a tant habitués à une ligne de conduite, sinon éditoriale, marquée par un positionnement si extrêmement droitier, qu’on trouve décidément un peu trop souvent chez les catholiques… Mais… Pas d’amalgame, n’est-ce pas ? 😉

 

On informera simplement nos lecteurs.trices sur le fait que la fiche wiki de Valeurs Actuelles, dont il a été jusqu’en 2018 directeur de publication, nous dit que « L’hebdomadaire aux valeurs nauséabondes » (titre de l’Huma)  « suit une ligne éditoriale libérale-conservatrice, qui se radicalise en 2012 avec l’arrivée d’Yves de Kerdrel » (source) Je confirme. Rarement vu un titre de presse si souvent condamné pour ces unes racistes et xénophobes… hormis Minute, peut-être (qui n’existe plus, ou si peu…) ?

Je découvre qu’il  (de Kerdrel) officie également sur Sud radio. (Et dire que moi, je galère pour trouver un job digne, qui me permette de vivre simplement décemment…).  Mais comme je ne suis pas étonné : le même fond de commerce les lie : celui de la haine raciste. Une industrie florissante, aujourd’hui… Ils propagent le même registre de fake news, de propos anti-migrants et xénophobes, et de complotisme, le même anti-gauchisme primaire, avec aussi peu de préoccupations déontologiques. Jusqu’à mettre en danger, pour Valeurs Actuelles,   la vie même d’au moins un informateur dans une affaire de terrorisme, à la manière d’un Jean Poney...  Rien ne les arrête pour satisfaire leur idéologie raciste. Et les intérêts sonnants et trébuchants de leur petite entreprise aux murs repeints en brun.

Et dire que ces gens là se sont prévalu, sur un autre registre, des intérêts supérieurs de l’enfant… Que la honte les étouffe, au jour de leur jugement dernier auquel je ne crois pas, étant fort heureusement athée, quant à moi, ce que je n’ai pas toujours été… Je sais de quoi je parle, pour avoir été confronté aussi dans ma jeunesse à cet univers catholique de l’intérieur… Et je sais fort bien ce qui caractérise en général ce milieu là (il y a des exceptions, bien sûr… Gardons nous du danger de l’essentialisation propre au racisme) : le non-dit et l’hypocrisie. Christianophobie (encore un mot inventé par l’extrême-droite, un marqueur…) chez moi ? NON. Pas plus que d’islamophobie ou d’antisémitisme. Bien qu’athée, je tolère toutes les religions bien qu’elles soient à mes yeux de simples légendes dont les effets m’apparaissent si éminemment toxiques dans les actes…  et si peu respectueuses pour la plupart des droits des femmes, notamment, comme l’est indéniablement l’église catholique. Qui persiste à renier aux femmes le droit de disposer de leur corps alors que sa hiérarchie est exclusivement composée d’hommes… Cherchez l’erreur. Qui, comme les autres religions d’ailleurs,  fait de la sexualité au mieux un tabou, au pire, un terrain de chasse à courre et sa seule propriété sur lequel elle a droit de critique et de cuissage absolu… Comme l’histoire est si clairement et cruellement en train de le démontrer en ce moment… Mais chacun.e croit bien ce qu’il veut. Par contre, la liberté des un.es s’arrêtant où commencent les droits des autres, ce que je ne tolère pas, par contre, c’est la pédophilie, le sexisme, la domination masculine, le racisme, les LGBTQ phobies (belle hypocrisie, quand on sait ce que l’on sait..), la xénophobie, l’islamophobie (si présente dans les tenants de cette religion, comme autrefois l’antisémitisme, d’ailleurs… Normal : une religion concurrentielle, que voulez-vous…), le mépris et/ou la condescendance envers les pauvres, l’anti-gauchisme (très) primaire… etc etc etc. Tout ce que je combats ici, quoi. Qu’il soit présent là ou ailleurs. N’en déplaise à Monsieur de Kerdrel et à ses semblables.

 

le grand gloubi-boulga des #giletsjaunes (avec des morceaux de fachos dedans…) m’a fait vomir mon petit déj.

capture2

Depuis le début, le mouvement des gilets jaunes est un grand rassemblement de tout et de n’importe quoi, une juxtaposition, un empilement, puis une sédimentation des colères et des ressentiments, sur fonds de complotisme et de fake news dont le support d’origine, facebook,  est tellement tristement synonyme. On y trouve de grands gourous confus qui servent de passerelle si volontaire à l’extrême-droite radicale, des royalistes de l’Action Française, des anti-IVG, des antisémites notoires genre Ryssen en passant par les dieudonnistes, des nationalistes, des homophobes et des racistes terriblement ordinaires, des adeptes du Grand remplacement, contre le Pacte de Marrakech et autres fariboles complotistes, des « France Insoumise » prêts à signer tout et n’importe quoi avec n’importe qui, des quidams sur les ronds-points qui font des saluts nazis, des négationnistes, des islamophobes, des cheffes de rond-point cadres du FN/RN, dont la hiérarchie s’est déclarée d’emblée totalement acquise à la cause des gilets jaunes, des catholibans de Civitas,  des syndicats de flics complices, un service d’ordre confié à des néo-nazis notoires, un ami de Jean Lasalle tout aussi nazi que l’autre,  des asselinistes chouardisants mâtinés de Fiorile qui appellent l’armée au secours pour détrôner Jupiter, des cathos réacs de LMPT. qui vont jusqu’à envoyer leur chanteuse à l’opéra de la manif jaune … des gilets jaunes qui s’en prennent aux restos du cœur, des illuminatis et des reptiliens, des raëliens, des bas de plafond du Bastion dit social, et même des antifas !

Les revendications de départ, cette simple opposition à une taxe soi-disant écologique sur les carburants, se sont développées en un immense cahier de doléances dans lesquelles une chatte ne retrouverait pas ses petits. Ce mouvement est un sommet de confusion idéologique totale. Chaque rassemblement y apporte son lot d’hallucinations collectives, ses objets de curiosité, ses motifs d’indignation. Tous les partis sont bousculés, et les positionnements politiques ébranlés. Ma propre « famille » politique n’est pas épargnée. On sait depuis ce point névralgique là les divergences que j’exprime. Pour moi, les choses sont claires, carrées, posées : on ne manifeste pas, on ne défile pas, on ne stationne pas sur un rond-point aux côtés d’individu.e.s dont on aurait combattu ailleurs les idées discriminantes : racistes, xénophobes, antisémites, anti-immigration, islamophobes, sexistes, LGBTQ-phobes et pauvrophobes. De plus, on ne rejoint pas un mouvement dont les mots d’ordre et les objectifs ne sont pas plus clairement définis. Bien que je puisse le souhaiter, renverser Macron ne me suffit pas. Si c’est pour le remplacer par un gouvernement autoritaire, de quelque nature qu’il soit, libre à moi n’est-ce-pas de ne pas vouloir participer à cette aventure collective périlleuse  là.

Mais d’autres ont fait un choix différent du mien. Je le respecte. Et cela d’autant plus qu’il s’agit de connaissances personnelles, de camarades de combat, politique, associatif, et social. Et c’est bien pour cela que leur intrusion dans un mouvement qui n’était au départ pas le leur me navre d’autant plus. Je pense qu’ils font fausse route.  Et parce que je pense cela, je suis de plus en plus souvent confronté à des gens qui me disent que je serais sectaire,  que les gilets jaunes seraient l’avant garde éclairée d’un  nouveau monde, et qu’il conviendrait de ne surtout pas stigmatiser les fachos, qu’il conviendrait plutôt de leur parler, de tenter de les convaincre de revenir dans un droit chemin dont même nous ne savons pas ce dont il est constitué, mais plutôt ce qu’il ne doit surtout pas être : de la merde raciste, complotiste et autoritaire. Bref, le fascisme qui vient... auquel s’opposer sans ambiguïté.

Pour autant, malgré tout cela, j’ai vu hier, partout en fRance, comme en une vague d’attaques coordonnées, dans plusieurs grandes villes du pays,  des militants fascistes identitaires (appelez les comme vous voulez, en mille mots comme en un seul, m’en fous. Pour moi, c’est la même vermine raciste à extirper) agresser nos camarades dans des manifestations de gilets jaunes, la plus symptomatique et spectaculaire étant la violente agression dont a été victime un groupe du NPA à Paris, par une meute de nazis qui se fait appeler les zouaves, et dont j’ai déjà parlé ici. A Lyon et à Caen, les manifestants les ont refoulés, et c’est tant mieux. Cet instinct de survie populaire me met en joie. Se débarrasser de son propre poison inoculé par des malveillants, c’est de la simple riposte populaire éminemment nécessaire. Car nul doute qu’il y a des forces obscures (pas tant que cela, on les connait) qui tentent d’infiltrer ce mouvement depuis le début, et de le pourrir. N’y arrivant pas aussi facilement qu’ils le souhaiteraient, ils se radicalisent, deviennent violents, et règlent leurs comptes avec les forces politiques qui leur sont fermement opposées. Il est donc urgent d’agir contre.

Aussi, malgré mes réserves quant à ce mouvement, ce grand gloubi-boulga indigeste, pour reprendre mon titre puéril (mais amusant, faut bien se détendre un peu, dans ce monde de brutes), je tiens à faire savoir publiquement que bien sûr, j’apporte tout mon soutien, malgré toutes mes réserves de principe et mes observations, moi qui ait tant contribué, sciemment, à scruter les taches de brun parmi les gilets jaunes, aux organisations et à leurs membres qui ont été agressés par ces bandes de vermines fascistes.

capture

Car c’est à ce moment précis de l’histoire,  alors que jusqu’à présent j’ai été plus souvent qu’à mon tour dans la rue, que je me demande soudain pourquoi,  là, précisément, je ne le suis pas, malgré tout ce que j’ai dit et écrit, jusqu’à présent. Et je m’étonne moi-même de cette absence là, que d’aucun.e. (plus déter comme on dit ?), préfèrent qualifier de désertion. Déso pas déso d’avoir des principes qui fondent mon action. Le combat continue.

le drapeau brun de l’ #antisémitisme flotte sur l’ #ISSEP (l’école des bas du front de Marion Le Pen)

Quand le drapeau brun et moisi de l’antisémitisme flotte sur l’école des bas du front de Marion Maréchal nous voilà Le Pen… Ce que l’armée elle-même n’a pas voulu pour St Cyr, la petite fasciste le revendique donc pour son « école », dont on sait quels gosses de riches aux idées moisies elle entend couver… CQFD.

Capture.PNG

Honte de rien, les neuneus… Tout est bon pour faire du buzz, même en version brune.

Pour Macron et son chien de garde @CCastaner, plutôt que les nazis, les antifas, voilà l’ennemi

Capture.PNG

En termes de logique sécuritaire, l’Etat fRançais a donc choisi ses priorités. Son ennemi est à présent clairement désigné. Non, il ne s’agit pas tout à fait, contrairement à ce que l’on pourrait penser, des islamistes djihadistes radicaux, ou de leurs cousins tout aussi bas du front que sont les nazidentitaires, et autres terroristes d’extrême-droite qui leur répondent en rebond, mais bien des  opposants politiques naturels de tous les gouvernements autoritaires au monde que sont les antifas. Sinon, comment expliquer autrement cette action policière totalement démesurée en regard de ce qui l’a provoqué : le simple murage d’un local de nazis, le Bastion Social de Lyon ?  je demande, juste, rapport à ceci :

source.
  Si le simple fait de posséder du matériel militant antifa suffit à subir pareil traitement agressif relevant de la législation d’exception (vous avez noté vous aussi, cette qualification judiciaire, « association de malfaiteurs« , pour tout et nawak ?)  que revêt l’état d’urgence, qui reste à démontrer en pareil cas, alors, arrêtez-moi : j’en ai aussi. Et en quantité. Et qui plus est, j’ai soutenu publiquement l’action de ces militants courageux, qui ont enfin – pour mon plus grand plaisir – marqué un coup d’arrêt à l’expansion des verrues fascistes qui tentent de quadriller ce pays (entraînant systématiquement partout où ils s’implantent  tabassages en règle et coups de poignard dans le dos), et auquel l’État s’attaque si peu. Avec la mention spéciale du jury populaire à Gérard Collomb pour l’ensemble de son œuvre. Lui que l’on sait si coupable de collusion avec l’ennemi... Aussi, je tiens à exprimer publiquement toute ma solidarité,  totale et sans réserve,  avec les militants antifas injustement emprisonnés, que je considère comme des prisonniers politiques, à l’heure où le meurtrier de Clément, quant à lui, jouit toujours de sa liberté. Une honte et un scandale absolu. Et ça se positionne en rempart contre Salvini et Orban, comme ce fut le cas pour Le Pen… Alors qu’il met en œuvre une politique aussi xénophobe et si peu soucieuse des droits des migrants et réfugiés.  Macron, cette escroquerie politique sans précédents. Dans ces conditions, tellement prévisible, qu’il nous désigne comme des ennemis à abattre, sous les prétextes les plus fallacieux, à Lyon comme à Calais, ou à Bure comme à Gap… Capture.PNG