Antoine #Deltour condamné, c’est toute l’Europe qui se déshonore

Ce jour, 29 juin 2016, à 15h, la justice luxembourgeoise a reconnu les deux lanceurs d’alerte de PwC, à l’origine du Luxleakscoupables. Antoine Deltour a été condamné à un an de prison avec suris et 1500 euros d’amende ; Raphaël Halet a lui écopé de 9 mois avec sursis et 1000 euros d’amende. Edouard Perrin, le journaliste de Cash Investigation, a été acquitté.

Le véritable coupable au cœur du scandale du Luxleaks lui, qui a organisé l’exil fiscal de plus de 1000 entreprises,  et qui se trouve incidemment Président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, court toujours… Emmanuel Lévy pour Marianne titre aujourd’hui, face à cette décision, que le Luxembourg se déshonore. Il a raison, mais cela ne suffit pas. Pour moi, c’est toute l’Europe qui se déshonore en gardant à la tête de sa commission pareil individu.

En outre, étonnant hasard du calendrier, devant le fiasco du Brexit, s’il avait une conscience et une morale, il aurait l’intelligence de démissionner.

NB. Antoine Deltour a décidé de faire appel.

Selon que tu seras Jean-Claude Juncker ou Antoine Deltour #Luxleaks

je ne reviendrai pas sur le fond de l’affaire luxleaks, que j’ai déjà évoquée ici en temps et en heure. Un pur scandale, tout ceux qui possèdent encore un minium de sens moral en conviendront. je m’étonnerai simplement au passage de la différence de traitement entre les uns et les autres dans la chaîne de causalité et de responsabilité que je connais. Antoine Deltour, alors employé du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers (PwC), avait fait son devoir en transmettant des documents à un journaliste, à sa demande, révélant des accords fiscaux très avantageux conclus avec le fisc luxembourgeois. Ceux-ci constituaient de toute évidence une escroquerie monumentale envers l’ensemble des contribuables européens. Le responsable du fisc luxembourgeois d’alors était Jean-Claude Juncker, actuel Président de la Commission Européenne. Lui ne sera pas inquiété, comme je l’ai déjà expliqué ici, puisqu’il ne fera l’objet que d’une procédure étonnamment clémente alors qu’il est l’un des principaux instigateurs de ce système méprisable de tax ruling d’une telle ampleur (Plus de 300 sociétés en bénéficiaient). Par contre, Antoine Deltour, lui, comparait en justice depuis aujourd’hui et risque une peine de 10 ans de prison et une amende de plus d’un million d’euros. Cherchez l’erreur. Tout en ayant présent à l’esprit que la directive « secret des affaires », qui va à l’encontre de tout esprit de justice et de liberté d’information, a été adoptée le 14/04/16 par le parlement européen, grâce au vote  des eurodéputés français des partis suivants :

Capture
source

Et donc, qu’attendre encore de ces gens là, complices d’un système aussi corrompu, qui s’auto-protège en permanence et entretient sans cesse ses conflits d’intérêts en toute impunité, au détriment le plus clair des lanceurs d’alerte, si peu protégés ? l y a de quoi s’énerver, en effet.

Quand on perd de vue à ce  point le sens de l’intérêt collectif, on ne mérite plus de siéger. Alors, oui, n’en déplaise aux chiens de garde du système qui dénoncent une prétendue dérive totalitaire dès qu’on ose contester l’ordre établi ,  il devient nécessaire de faire peur, pour qu’elle change enfin de côté. Faut pas pousser. Nul n’est dupe, hormis ceux qui y ont personnellement intérêt. Point barre.

#luxleaks : quand la justice du Luxembourg s’attaque aux lanceurs d’alerte et journalistes plutôt qu’aux coupables

Capture

source

La justice à l’envers, c’est quoi ? C’est de s’ attaquer comme ici aux lanceurs d’alerte et aux journalistes qui ont relayé leurs informations pourtant utiles à l’assainissement de la vie  démocratie européenne, plutôt qu’aux auteurs de faits délictueux bien plus graves…   Des faits qui rappelons le ont consisté  à permettre à de grandes sociétés d’échapper à l’impôt avec la complicité active du premier ministre du Luxembourg qu’était alors Juncker (Qui lui n’est absolument pas inquiété. Belle justice). Autrement dit, une fraude fiscale à grande échelle (elle implique 340 multinationales), que d’autres plus pudiques que moi préférons qualifier d »optimisation fiscale. Une appellation qui n’est pourtant pas permise quant il s ‘agit de particuliers… avec lesquels on se montre bien plus vindicatifs. Et dire que  le chef d’orchestre de cette formidable opération de dissimulation de fortunes aux yeux du fisc est aujourd’hui Président de la commission européenne… De quoi nourrir chaque jour un peu plus qu’il n’est utile la défiance, quand ce n’est pas purement et simplement de la haine,  envers cette institution, dont il va falloir à présent montrer l’utilité en matière de respect des législations publiques des pays qui la composent… Quant à la crédibilité et la probité des instances européennes, je ne voudrais pas passer pour un immonde populiste… Déjà que Hollande se plait à nous comparer au FN… Mais le problème n’en demeure pas moins, qui mine en profondeur les fondations de cette pourtant noble idée que fut  l’Europe. Hélas, quand on voit ce qu’elle devient, pourrie par ces gens là… Que ce scandale demeure impuni participe à plus d’un titre au développement des discours d’extrême droite, et au regrettable tous pourris qui désagrège les démocraties. En outre, le travail des journalistes va être de plus en plus difficile, dans ces conditions, s’ils ne peuvent plus informer librement. Bon, on sait que l’Europe n’a jamais été une institution démocratique, même un peu.  Mais deviendrait-elle, après avoir été une technocratie,  une autocratie autoritaire  ? Je pose la question là.

#Moscovici, de la saucisse de Montbéliard à l’andouille de Bruxelles

j’ai eu l’étonnement de constater que certains, dans ma famille politique, écoutaient avec attention les propos de Pierre Moscovici (dont le départ dans sa circonscription a manifestement laissé un grand vide…) sur FRance Inter. J’ai saisi au vol un tweet assez savoureux :

Capture

Quand on sait comment Juncker se moque avec un cynisme inégalé de toute morale en la matière, et comment  l’institution qu’il dirige s’est montrée exceptionnellement indulgente envers un scandale fiscal européen inégalé, qui aurait dû conduire toute personnalité politique digne de ce nom à la démission, je me dis que ce petit Pierre là est soit un benêt, soit un hypocrite. A moins qu’il ne soit d’une soumission sans égal, sinon son ambition personnelle, qui  le dissuade de tout sens critique, et du respect de toute conviction véritablement de gauche, et socialiste. Quant à l’honnêteté morale, en politique, il semblerait qu’elle n’ait plus cours, hélas.

Honte à toi, Juncker ! Dehors ! #luxleaks

junckerje viens d’apprendre que, dans un total déni de démocratie absolument ahurissant et révoltant, le Parlement européen a choisi un mode d’investigation peu agressif pour ménager Juncker. Le Président de la commission européenne ne sera donc pas inquiété pour la manière dont il a permis dans son pays à de nombreuses multinationales d’échapper à l’impôt, dans le cadre du scandale Luxleaks…  contrairement au citoyen européen qui lui se fait vite rattraper par le fisc en cas d’erreur  ou d’omission, et qui a de surcroît à faire face, par delà l’intolèrable mépris de Juncker à son endroit,  aux politiques d’austérité qui détruisent ses services publics, son système de santé, de retraite, lui coupent le courant, poussent à la réduction de son salaire (français aussi !), et tentent de vendre à vil prix ses biens publics, comme le port du Pirée, en Grèce, lequel vient d’échapper de peu à la privatisation et aux chinois. Il conviendra donc de garder en mémoire dans l’histoire européenne la manière dont ses dirigeants se sont mutuellement cooptés et protégés avec une grande bienveillance mutuelle de toute inquiétude et de toute agression extérieure  pourtant subie quotidiennement par le commun des mortels… Selon que tu seras puissant ou misérable…

Si l’on rajoute à tout cela l’ignoble chantage de la BCE à l’encontre de la Grèce, cautionné par Hollande hier,  il ne faut pas s’étonner ensuite d’un tel rejet des peuples européens pour ce qui était pourtant une belle idée, l’Europe. Et de la montée des mouvements nationalistes et xénophobes, que les médias et politiques main stream préfèrent qualifier de populistes dans une sorte de réflexe prolophobe…alors qu’ils ne sont que le reflet de leurs propres turpitudes et de leur incapacité à proposer un autre projet de société qu’un modèle consumériste outrageusement capitaliste et prédateur qui les broie sans ménagements d »aucune sorte, au mépris de toute morale et de toute préoccupation de justice sociale. Ils ne réclament pourtant rien d ‘autre que cela : de l’équité minimale. Le geste de la commission européenne n’en est donc que plus injuste et impardonnable. Juncker devrait en avoir honte, et démissionner. S’il avait une conscience, ce que l’histoire n’a pas encore démontré.

Quelque chose est pourri dans l’Empire d’Europe #LuxLeaks

On savait déjà que notre système démocratique national était agonisant, et qu’il convenait de trouver d’ autres moyens plus modernes d’associer les citoyens à la marche des affaires et des orientations politiques, au sens noble, de notre beau pays. On savait déjà que le monstre hystérique à l’haleine de souffre de la xénophobie avait atteint plusieurs pays et minait leur démocratie. On savait déjà que l’idéologie pernicieuse du libéralisme associé à la cupidité financière et à l’intrusion des lobbies dans tant de dossiers desquels il s’agissait de défendre les intérêts dominants plutôt que ceux des peuples de ce continent s’infiltraient sournoisement dans nos institutions européennes. Mais voilà que ce poisson indigeste qu’on tente de nous faire manger de force à grand renfort de sauce austéritaire indigeste pourrit à présent par la tête.

Juncker

source

A l’heure où l’on pourfend les conflits d’intérêts et les évasions fiscales qui rongent les économies nationales, et alors même que l’ on demande aux citoyens de faire des efforts, les socialistes français peuvent donc se flatter d’avoir porté à la tête d’une commission très à droite (ce qui constitue déjà un exploit en soi en termes de confusionnisme politique), un escroc? Et pas qu’un peu : grâce au dispositif pudiquement qualifié d’optimisation, fiscale, plus de 300 multinationales ont échappé à l’impôt, ce qui constitue   des milliards d’euros de recettes fiscales perdues pour les États où ces entreprises réalisent des bénéfices. De l’indécence morale et de l’injustice sociale portée à son point exaspération ultime, alors que tout un chacun voit sa feuille d’impôts, pour ceux qui peuvent encore en payer, ne cesser d’augmenter, et les services publics ne cesser de se restreindre, particulièrement dans les zones rurales… Et quand on sait que Jean-Claude Juncker a été jusqu’à promettre de « lutter contre la fraude et l’évasion fiscales », promesse réitérée en séance plénière, voilà qui atteint le comble du cynisme. Et vous pariez combien que le triste sire n’aura même pas la décence de s’éclipser en faisant profil bas, comme la moindre des pudeurs morales le commanderait ?

Alors, on les laisse faire jusqu’à quand, ces gens là, ici et ailleurs, hum ?

Consultez tous les documents des multinationales mis en lignes dans le cadre de l’opération #LuxLeaks