Petit matériel de combat contre les clichés sur l’ #immigration

arton3972.jpg

Voilà. j’ai enfin trouvé une façon éducative et/ou pédagogique de fêter comme il se doit, bien qu’avec un peu de retard, la journée internationale des migrants. C’était hier, comme par exemple par le biais de ce prisme si particulier là, partout en France

Aussi, rien ne pouvait mieux tomber pour illustrer mon propos que cette interview du démographe François Héran (dont j’ai déjà parlé ici), titulaire de la chaire « Migrations et sociétés » au Collège de France, dans le journal du CNRS. Il sait quant à lui de quoi il parle, contrairement à tous ces bouffons de la fachosphère et autres petits producteurs de haine si généreusement médiatisés qui nous agitent obsessionnellement leurs grotesques épouvantails destinés à jeter de l’huile sur le feu du racisme et de la xénophobie pour assoir leur idéologie haineuse et mortifère. Je vous ai balisé son interview en quelques extraits. Ne me dites pas merci : partagez en les visuels, plutôt, afin de lutter efficacement contre la xénophobie ambiante…

Capture
.
Capture2
.
Capture5
.
Capture3
.

La fameuse phrase de Michel Rocard prononcée en 1989 selon laquelle « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » continue de sonner comme un slogan, mais elle ne décrit pas la réalité. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les populations des pays les plus pauvres, ceux où l’on gagne en moyenne moins de 1005 dollars par an et par personne, qui migrent le plus. Car pour migrer, il faut un minimum de moyens.

 

Le niveau de connaissance de la société est très faible sur les questions migratoires. Peu de nos concitoyens et de nos politiques savent par exemple que la France, proportionnellement à sa population, accueille finalement très peu de demandeurs d’asile.

Source

le blues du blogueur #antifa

Je suis allé sur antifa.net. j’aurais pas du. Le blues comme un cri sourd dans la solitude du blogueur antifa,  qui constate inexorablement que les étoiles s’éteignent les unes après les autres. Cela m’attriste.  On a connu des jours meilleurs…

Le chat noir émeutier ? Une annonce de changement d’adresse renvoie vers un article datant de juillet 2017

Les morbacks véners ? (souvenir, souvenir… ;).  Rien depuis juin 2015.

Brasiers et cerisiers ? Éteint depuis mars 2017

Failfaf ? Ils ont tiré le bilan en Janvier 2017

Le libertaire bisontin ? On se perd dans les changements successifs d’adresse… pour  – enfin – arriver là. Des articles épousant les luttes sociales, certes toujours utiles mais plus vraiment antifa.

Bordeaux Bordel ? Plus rien depuis fin 2015

Le serpent à plumes ? Extinction des feux en Janvier 2017

Soyons sauvages ? La page est grise.

Seuls les enragés tiennent encore le crachoir… à leur inimitable façon.

Serions nous devenus les derniers des mohicans ? Pas très envie, moi…

Mais la galaxie des blogs antifa n’est peut-être après tout pas si différente du phénomène que j’ai observé à propos de l’ensemble des blogs politiques. Combien en ai-je connu, autrefois, à la création de celui-ci… qui ont pour la plupart disparu. Nous pouvons nous compter, parmi celleux qui existaient alors, sur les doigts d’une seule main, je pense…

Triste.

Sur la pente nationaliste dangereuse de la #FI, mon devoir d’alerte #antifa

Entendons nous bien, l’avertissement préliminaire m’apparait indispensable, je ne fais pas partie de ces idiots, incultes politiques pour qui le FN et la FI, c’est kif kif bourricot. Faut pas pousser. D’ailleurs, les résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle ont clairement invalidé ce lieu commun de la pensée facile qui caractérise si bien le macronisme. Au point qu’il devienne d’ailleurs synonyme dans l’esprit du temps d’ abêtissement général, d’ abaissement de nos valeurs communes et d’absence de préoccupations de l’intérêt collectif au profit de quelques uns, comme tout et tant de mesures de ce gouvernement honni  le démontrent chaque jour un peu plus, creusant profondément le sillon du sentiment général d’injustice profonde, à l’heure où tant d’entre nous souffrent de la pauvreté.

Je me sens d’autant plus autorisé à écrire ce qui suit que je n’ai aucun intérêt partisan à le faire, étant inscrit dans un positionnement politique qui m’absout si agréablement et confortablement (quoique 😉 ) de toute considération électorale et partisane, condition sine qua non pour permettre une réflexion critique libre de tout aveuglement clanique et partisan, afin de mieux pointer où il se trouve la marque de mon ennemi : le racisme  et ses déclinaisons plus ou moins avouables.

On ne pourra pas m’accuser de faire le jeu du FN, que je combats farouchement et si durablement, intensément.  Ni celui du camp de Macron, auquel je m’oppose tout autant. Souvenez-vous : ni Le Pen, ni Macron… Comme nous avions raison. Ni fascisme ni capitalisme. Ni règne du racisme et de l’autoritarisme, de la discrimination intolérable, ni règne du pognon roi. Voilà. Antifasciste, je suis à la fois antiraciste et anticapitaliste, la logique de conviction est donc bien là. Mais je suis également internationaliste, et tout nationalisme quel qu’il soit me répugne. No Borders No nations. Pour le droit de chacun(e) à s’installer là où il veut. Je ne suis pas le premier à le dire, et l’écrire, mais alors que les capitaux voyagent si librement, et ceux qui en sont si massivement porteurs également, s’installant ou et quand ils veulent en se plaçant en totale impunité au dessus des lois locales, comme il est étonnant que les autres, la majorité, ceux qui sont contraints par la guerre, la misère, la pollution, la persécution quelle qu’en soit la raison (politique, religieuse, ethnique, sociale) trouvent ainsi sur le chemin de leur avenir qu’ils imaginent forcément meilleur tant d’obstacles, dont des frontières, et des résistances nationalistes. Quel égoïsme, quel recroquevillement, dans des régions qui de surcroît ne se caractérisent pas précisément par l’absence de ressources…

Aussi, quand je vois le tournant inquiétant qu’est en train de prendre mon ancienne famille politique, je suis particulièrement inquiet, et c’est mon devoir antifasciste de le faire savoir. je crois savoir que je ne suis pas le seul à pointer cette dérive inquiétante, ponctuée ça et là de remplacements de symboles gauchistes par d’autres aux relents plus nationalistes, entre drapeaux et chants, musiques et paroles… de plus  en plus souvent malheureuses de la part de certains cadres de cette formation politique, la FI, qui dessine une bien étrange orientation pour un parti et un mouvement  » de gauche ».

source

… et maintenant, ça :

Capture
source

… Qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’écris pas, il ne s’agit pas pour moi de prétendre que la critique du fonctionnement des institutions européennes n’est pas nécessaire. Le simple exemple de la manière dont a été traitée la Grèce est une honte absolue à mes yeux. Savoir en outre, cerise confite sur le gâteau à la merde,  que la BCE dégage des bénéfices considérables sur  le dos de l’austérité paupérisante pratiquée dans ce pays,  sous  la pression de la Troïka justement, m’apparait d’une telle amoralité que cela  provoque en moi des envies d’incendie…Mais les signes ne cessent de s’amonceler qui jonchent progressivement la route de la FI d’une bien curieuse couleur… Rouge, vraiment ?

Je pense de plus en plus qu’il y a une réelle tendance (une orientation déjà définie en haut lieu  ?) de la FI, dans une logique de défense des intérêts populaires, de s’adresser de plus en plus à l’électorat frontiste, à tenter de le convaincre, en multipliant les symboles à son intention. Ce que je disais alors de la candidature de celui que l’on tente de nous vendre médiatiquement comme le si brillant Quatennens est très illustratif de ce que je tente de faire mesurer ici.

Capture
source et suite

La ligne rouge à ne pas franchir, à mon sens, est bien là. Quand on choisit comme l’a fait la FI de banaliser ce genre de choses, qui représente à mon sens un danger de confusionnisme politique grave, on passe à autre chose, de particulièrement préoccupant pour toute personne soucieuse de sauvegarde des intérêts démocratiques et de lutte contre le racisme et les discriminations. Un autre travers que je constate trop souvent pour que ce ne soit que des cas isolés, de la FI, c’ est cet intolérable laxisme à mes yeux envers les relais de la peste brune que je dénonce régulièrement ici. Beaucoup parmi elleux ne voient par exemple pas où est le problème, ce qui me pose question, d’utiliser des relais de désinformation et de propagande extrêmement droitière comme RT, Sputnik, Les Crises, et pourquoi pas TVL tant qu’on y est. Pourtant, si les réseaux antifas dénoncent ce genre de sites, ce n’est pas par hasard… Ils véhiculent tous une idéologie d’extrême droite, même si elle se fait parfois sournoise, et pratiquent une désinformation aussi éhontée qu’orientée. Se dire de gauche en véhiculant ce genre de sites, comment dire…

Pour en terminer avec ce billet trop long mais éminemment nécessaire à mon sens, je ne sais que trop bien, personnellement, ce qu’est le souverainisme, et où il mène. Son ingrédient, d’essence nationaliste, en fait pour moi une relais privilégié vers l’extrême droite. Tous les partis, mouvements ou individus qui s’en réclament ou le véhiculent basculent tous un jour où l’autre vers ce que je combats ici. Il me suffira d’y citer des Chevènement, des Dupont-Aignan, des Sapir… Le fait que celui-ci fusse considéré autrefois comme de gauche, alors qu’il a si visiblement basculé aujourd’hui,  corrompu par une complicité et une complaisance avec des partis et leurs idées pourries, ne vous parle-t-il pas ? Voilà ce que je voulais pointer ici, en assurant ce devoir d’alerte. Je ne fais pas encore de la FI un ennemi, mais s’il continue sur cette pente glissante, il pourrait bien le devenir.

Capture

 

JOIE ! > Le #KKK ridiculisé à #Charlottesville, Virginie #antifa

C’est toujours un plaisir incommensurable pour un(e) militant(e) des droits humains, à fortiori antifasciste, de constater la décrépitude dans laquelle tombent les mouvements racistes à travers le monde.  Et quand il s’agit de l’un des plus emblématiques de l’histoire de la bêtise humaine, de la violence raciste et du suprémacisme blanc, le KKK, le plaisir n’en est que plus grand :

Capture.PNG
source

« Les membres du « Klan » comptaient manifester contre le projet de retirer d’un jardin public de Charlottesville une statue équestre du général sudiste Robert Lee (1807-1870), qui a commandé les troupes confédérées durant la Guerre de Sécession. Mais leur démonstration de force – ils avaient prévenu qu’ils viendraient armés – a tourné court dans cette ville universitaire très majoritairement démocrate.

Accueillis par des cris hostiles « Pas de KKK, pas d’Amérique raciste! », les protestataires ont vu leurs prises de parole étouffées, n’étant eux-mêmes que quelques dizaines.

L’information m’a d’autant plus étonné que les paroles et les actes racistes se sont considérablement libérés depuis que les américains ont cru bon d’élire le pire d’entre eux, pour qui ces mêmes bas de plafond déguisés ont appelé à voter, ce qui en dit assez long comme cela.

Les ridiculiser jusqu’à l’extinction, une voie à suivre. Ils ne sont si grands que  parce que nous ne nous manifestons pas. Aux States comme ici.

#Mastodon contre la #PesteBrune #antifa #LGBT #noFn #NoNazis

C85YbfoXYAAad7tDepuis quelques  jours, je fais connaissance et je furète dans un nouveau bouzin social, Mastodon. Je m’évade, loin des soucis quotidiens. ça fait du bien. Je vais de surprises en surprises, et de rencontres en connaissances nouvelles, au gré de mes pérégrinations. J’apprends beaucoup, l’esprit ouvert. Rafraîchissant. ça lave la tête et ça change de cet autre réseau social dont je suis, il est vrai, un peu trop addict… Et puis aussi, et puis surtout, après avoir écrit ici tout le mal que je pensais des politiques de modération consternantes de facebook et twitter sur le sujet dont on cause ici, voir écrit cela, forcément, ça fait du bien :

Capture

Ce n’est pas qu’un discours. L’un des administrateurs nous a fait savoir qu’une instance de gens qui se revendiquaient plus ou moins clairement nazis ont été défédérés (sortis du bazar, si vous préférez) aussi sec, illico presto. Vous m’en voyez ravi. Car pour l’instant, ce que je vois sur le net, c’est que la liberté d’expression sert surtout à certains pour haïr et mépriser, et répandre leur merde insupportable à la plupart d’entre nous. Cette soi-disant liberté « d’expression » doit donc s’arrêter là où commence celle des autres de ne pas en être les victimes.  ça urge. Point barre.

Et en plus, ce qui ne gâte rien, sur mastodon,  il n’y a pas de pubs. Et comme chaque instance défini ses propres règles, voilà qui devrait vous fournir un outil presqu’idéal pour tchatter, échanger dans la joie et l’allégresse, dans un esprit plus solidaire qui me va bien. Echanger une recette de cuisine comme de la manière de mettre un widget sur votre blog. S’enrichir mutuellement, quoi, comme dans toute société digne de ce nom, à l’abri des toxiques.

Un autre truc m’a épaté : voyant débarquer des comptes de personnalités politiques et de partis ou mouvements en marche (sic) pour les prochaines échéances électorales, plusieurs personnes ont exprimé le souhait de ne pas être importunés par les vendeurs de soupe divers et variés qui sévissent actuellement, des prosélytes politiques en tous genres, plus ou moins fréquentables il est vrai. Voilà qui me fait écrire que visiblement, pour le commun des mortels (ou presque) les politiciens, tout le monde s’en méfie, et visiblement ça salit tout… Ce qui ne devrait pourtant pas être le cas si la politique n’était pas le fait de professionnels installés, et qu’elle se concrétisait de manière moins détestable et médiocre que l’on a pu le constater dernièrement. CQFD.

Nul ne peut pour l’instant se prononcer sur l’avenir de ce truc, mais l’engouement est en tous cas bien réel, au point que l’instance principale, Mastodon.social est en rupture de stock. Il vous faudra donc  patienter, tant il est overbooké. Mais ce n’est pas grave : faites comme moi, allez dans une autre instance en attendant, vous y serez tout aussi bien. Je suis là pour vous prendre la main, si vous le souhaitez, suffit de me sonner, on sait où me trouver, en général… 😉

Mister GdeC

Et pour commencer…

La liste des instances

Un article sur framablog très utile, fait par des chatons (ils sont minous, tous doux)

Mastodon, qu’est-ce que c’est ?

Qui se cache derrière mastodon ?

6 choses à savoir sur Mastodon, le Twitter alternatif

le petit dictionnaire du Mastodon

(j’ai failli oublier l’excellent thread sur twitter de Lady Oscar ici. Très pédagogique, expliqué pas à pas, simplement. Vous n’aurez plus d’excuses.)

45c9bc45eed6ab32

#Racisme : #Lyon réinvente la justice selon Saint Louis.

Justice-Saint-Louis-2
source

Sensibilisé à la lutte contre le racisme comme je le suis, je ne pouvais manquer de vous informer de cette initiative qui me semble aller dans le bon sens :

Lyon, 19 février (Reuters, source) – La cour d’appel de Lyon va mettre en place des stage de citoyenneté intitulés « sensibilisation à l’histoire de la Shoah » pour les auteurs d’infractions à caractère raciste, antisémite, ou de discriminations raciales ou religieuses. Ces stages de deux jours, organisés pour des groupes de dix personnes, seront dispensés par la fondation « Mémorial de la Shoah » centre de recherche historique créé en 2009. Ils constituent « une nouvelle réponse pénale » aux actes racistes, antisémites et discriminatoires, et viendront, suivant les cas, se substituer, ou compléter les peines. »Ils concerneront des faits de petite ou moyenne intensité », a expliqué vendredi Sylvie Moisson, procureure générale de la cour d’appel de Lyon, lors de la signature de la convention qui lie la justice à la fondation. Les personnes ayant fait preuve de violence ou les récidivistes ne pourront pas bénéficier de cette formation.

Je regrette simplement que cette formule alternative intéressante ne concerne pas également d’autres types de racismes, en incluant également des propositions du Cran ou d’institutions islamiques. Sans vouloir opposer des racismes à d’autres, je rencontre en effet au quotidien bien plus d’actes islamophobes qu’antisémites… Face à un tel fléau, demeurons pragmatiques et objectifs.

[NB. Et pour ceux à qui aurait échappé l’allusion historique contenue dans le titre, elle fait référence à la légende selon laquelle Louis IX, dit Saint Louis, aurait rendu la justice sous un chêne, sous lequel il rencontrait en personne ses administrés qui le souhaitaient, en faisant preuve d’une grande sagesse. Cela est resté je pense dans la mémoire collective. Mais cet article rétablit la vérité historique.]

Madame Fatou Diome, un grand MERCI !

Je tenais absolument à graver ici dans la mémoire de ce blog  ce bon moment de télévision. Ils sont rares en effet à trancher avec le train train médiatique ambiant, si terriblement convenu, et à briser les tabous d’une autre manière, beaucoup plus positive,  que ne le font les Zemmour, Finkielkrauth et autres « penseurs » identitaires de droite comme d’une certaine gauche… De plus, voir cette femme que je ne connaissais pas faire taire ce jeune réac hollandais,  nationaliste identitaire anti-européen, à qui elle répondait si brillamment, ce fut un pur bonheur. Je ne sais pas pour quelle mystérieuse raison la télévision tente de nous le vendre actuellement, ici et là, ces derniers temps (il est encore apparu sur On n’est pas couché samedi dernier…). Comme s’il n’y en avait pas assez chez nous, de ces gens là… Ce jeune blanc bec un peu trop sûr de lui, aux idées si terriblement banalisées par le FN chez nous a en effet trouvé en face de lui quelqu’un(e) de plus puissant(e) et de plus authentique, de nature à faire taire ce genre de dandy apparemment propre sur lui mais  aux idées si sales. j’en ai déjà trop dit et je m’efface devant cette grande dame, dont les paroles m’ont fait tant de bien. Merci Madame Diome :

la réponse de Frédérique Calandra, Maire du XXème, à Rokhaya Diallo

Suite à mon billet du 23 février dernier relatant l’étonnant refus de Frédérique Calendra, Maire du XXème arrondissement de Paris,  de voir   Rokhaya Diallo participer à un cycle de débats sur le droit des femmes début mars, j’ai le devoir de vous informer de la réponse de l’élue parisienne, publiée sur facebook  :

Capture1Capture2Capture3

Je vous laisse seuls juges de cette explication. je vais quant à moi continuer de me faire comme d’ordinaire mon opinion en creusant davantage le sujet… et en pratiquant quelques consultations utiles. Et soyons en sûr, je reviendrai. Devoir de suite oblige.

Dure. Rude. Liberté de bloguer. Ne s’use que quand on ne s’en sert pas.

cigale_3-pdf-image
Cette illustration est l’œuvre de Pascal Colrat. Votez pour lui > Cliquez sur l’image

Quand on blogue, que c’est politique, et qu’on ne se situe pas exactement au milieu de l’échiquier, ce qui permet une position plus confortable dans l’ordre du politiquement correct et du couramment admis, on s’expose forcément à des coups, surtout quand on s’évertue comme moi à manier l’écriture comme un sport de combat. Coups de boule réels ou figurés, coups de blues quand on a l’impression que ce que l’on écrit, quelle que soit la force des convictions que l’on y met, ne sert à rien ou pas grand chose puisque pour seul exemple  les mêmes idées puantes sont toujours aussi volontiers répandues. Coups de mou, coups de force et coups de cœur font également partie du voyage, varié, mouvementé, animé… Déterminé. Le mien date de 2008… Une éternité. Jamais je n’aurais pensé durer si longtemps, m’astreindre à une telle discipline  qu’est celle, bien réelle, de pondre mon billet quotidien dans une telle durée. Cela vous forge un caractère et une certaine manière de penser, d’articuler les arguments, de répondre du tac au tac sans tergiversations quand les pensées sont claires, et qu’elles doivent l’être chaque jour au moment précis où l’on attaque le clavier, billes en tête, pas forcément toujours très frais. Rassembler inconsciemment toutes les informations lues les jours précédents pour leur donner un impact resserré autour d’un même point qu’est le thème précis que l’on veut aborder. Lui donner un angle de vue correspondant à ce que l’on recherche à provoquer comme émotion, sentiment, réflexion ou plaisir, chez le lecteur. Du moins, ce que l’on s’imagine, car l’effet produit n’est pas toujours celui espéré…. Trier dans l’actualité plus ou moins foisonnante LE sujet qui nous importe, celui qui fait sens et que l’on estime devoir émerger parmi les autres, en lui donnant plus de visibilité, à notre humble niveau, c’est à dire quelques centaines de visiteurs, ce qui est peu, mais pour autant pas négligeable. Leur avis m’importe beaucoup pour ne pas bloguer dans le vide. Car il y a la frustration de ne pas savoir ce que ceux qui lisent mes (nos)  billets pensent, quand les commentaires se font (de plus en plus) rares, alors que je ne les censure jamais, sauf s’ils contreviennent aux lois en vigueur, ce qui est clairement défini dans ma page d’avertissement, je ne prends donc personne en traitre. Je travaille déjà chaque jour pour produire du texte et du sens ici bénévolement, il ne manquerai plus que je me voie traduit en justice simplement parce que j’aurais laissé passer des saloperies par mégarde. Faut pas pousser le militantisme dans les orties…  jusqu’à l’absurde.

Venons y. La liberté de bloguer ne s’use que quand on ne s’en sert pas, donc. Et que l’on ne produit que du consensus. Chacun qui fréquente plus ou moins assidûment ce blog l’aura remarqué, ce n’est ni mon registre ni mon souci. Je veux bousculer, faisant mienne la formule de René Char selon laquelle ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. Notre époque prétendument libérale devient à mes yeux en effet hautement liberticide, de manière sournoise, insidieuse, sans que le danger ne dise jamais sans nom et, pire, que ses responsables prétendent nous protéger. Ce faisant, ils nous asphyxient… Caméras de surveillance partout au point qu’on ne se sente plus tranquille même en pissant simplement contre un mur, parce que l’on est un homme et qu’on a donc la chance de pouvoir se le permettre, ce qui devient vite un délit par nos temps extrêmement frileux où l’on va bientôt taxer l’air que l’on respire… Propos de plus en plus aseptisés qui ne doivent plus comporter la moindre trace de réflexion personnelle sous peine d’être aussitôt taxés de populisme par la police de la pensée. Surveillance totale et permanente dans tous les réseaux de communication, quels qu’en soit le support : mails, internet, téléphone fixe ou mobile, transactions financières de toutes sortes, tout étant numérisé s’expose donc par nature à la captation et à l’intrusion dans la vie privée, ce que personne ne semble voir, savoir, contrôler, encadrer … Intolérable fliquerie de notre intimité, quand on est pourtant si fort de n’avoir rien à se reprocher. Inadmissible.

Aussi, bloguer devient le dernier luxe que l’on puisse s’offrir, de pouvoir dire haut et fort que l’on est pas d’accord, que l’on pense différemment, que l’on a plus de nuance que ne le permet le buzz ambiant sur tel ou tel sujet, qu’on a des choses différentes à proposer pour construire avec d’autres un monde meilleur, le nôtre n’étant pas franchement satisfaisant sans quoi on ne s’abîmerait pas ainsi dans le militantisme, et dans un blog, parce qu’on ne trouve pas le plus souvent intéressante la manière dont l’info en général est traitée. Ou que la priorité donnée par la presse nationale sur tel ou tel sujet nous paraît parfois insensée et ridicule. Ainsi la prostate du père François, dont le tout le monde se fout mais dont tous les journaux parlent. Lamentable.

A propos de l’art de bloguer, le collègue RVA a émis une intéressante idée, que je voudrais justement vous exposer, celle selon laquelle il trouvait totalement débile  le fait que des blogueurs protestent contre une loi mettant en danger le secret des sources, car ils ne sont pas journalistes, qu’ils ne font aucunement de l’investigation.

Cette population là de blogs politiques est donc exclue de la chose “source secrètes“: elle ne fait et c’est déjà pas mal , que reproduire des informations trouvées ailleurs, les éditorialise, rajoute des fautes, des gros-mots, des avis éclairés ou pas etc.. On doit être sûr d’une chose, celui ou celle  qui est dans la chose “politique” as peut être des indiscrétions qui ne sont pas des enquêtes, et des informations à source secrète : tout ça se retrouve dans les gazettes des entreprises de presse.

Le blogueur n’est pas un journaliste, en effet nous ne produisons pas d’enquête. En publiant des billets,  on ne fait en fait que recopier des “informations” à valeur diverse: twitt d’un politique ou d’un troll aviné,  gros pdf de  l’OCDE,  vidéo découpée d’un média TV. Nous glosons dessus avec plus ou moins de succès et donc de visites.

On l’aura compris j’espère en lisant ce que je viens de pondre au kilomètre sans efforts, ce n’est pas, mais alors pas du tout ma façon de penser mon activité sur ce blog, à moins de ne considérer que l’angle strictement juridique de l’affaire, ce qui n’est pas ici ma préoccupation première, malgré quelques précautions de bon sens. Car dans ma vie quotidienne, si jamais une information importante était portée à ma connaissance et que la divulgation de celle-ci permettait de faire avancer la cause des idées que je défends, je crois que je n’hésiterai pas une seule seconde, sauf à mettre en danger ou en difficulté quelqu’un(e) ce qui est tout de même extrêmement rare. J’ai d’ailleurs déjà  utilisé cette possibilité sans que personne n’en soit inquiété, à part moi, lors de la campagne des présidentielles… et n’en ai pas fait un fromage. J’ai pourtant été menacé de mort, moi aussi, personnellement…. Passons. Mais j’aimerais quand même que les blogueurs aient, comme les journalistes, un statut qui leur permettent de ne pas être inquiétés seulement en raison des idées qu’ils véhiculent ou des informations qu’ils transmettent. L’arme judiciaire est en effet un peu trop souvent utilisée par certains politiques ou notables de mauvaise foi pour faire taire ceux qui auraient des informations trop dérangeantes à produire… Ce fut pourtant le cas à maintes reprises si mes collègues blogueurs bien informés veulent faire l’effort de s’en souvenir, notamment lors de l’affaire de Fansolo, qui eut à subir la pression judiciaire d’un certain maire atrabilaire qui n’appréciait guère son humour. Ou de l’ami Bonnet qui n’eut pas la judicieuse idée d’employer un mot plutôt qu’un autre à propos d’un certain homme en robe… Et aussi des rebondissements permanents de ce blogueur là confronté avec plus ou moins de violence en de multiples épisodes à la manière si particulière de ses édiles municipaux de gérer le patrimoine commun… Et enfin, toi aussi, Maître de Politeeks, à propos d’une autre affaire qui te valut les foudres judiciaires d’une grosse blonde qui tache.

Tu vois, Ronald, factuellement même, nous ne pouvons pas être d’accord, et j’utilise sciemment l’exemple d’un blogueur franchement pas de mon camp politique pour te faire comprendre ton erreur.  C’est un exemple, mais son travail personnel, bien qu’orienté puisqu’il vise clairement et ouvertement des fonctions électives, n’en constitue pas moins un vrai travail d’investigation, et je doute que la moindre gazette de la moindre commune de France accepte de publier de telles informations, qui ne peuvent provenir que d’un média citoyen. Et le fait de prétendre comme tu le fais qu’il suffirait à un blogueur de confier ses infos à un journaliste pour de vrai afin de relayer l’information me semble bien peu conforme tant à la réalité  qu’à la conception que je me fais du travail du blogueur, qui aspire à rejoindre celui de nos homologues qui, dans certains pays, sont inquiétés en raison des informations qu’ils transmettent, ce qui n’est le cas par chez nous que dans une moindre mesure mais quand même. Inquiétons nous de la question de nos droits avant qu’il ne soit trop tard, cela ne me semble pas inutile.

PS  Finalement, c’est toi qui a raison sur le coup de la charte. Je revendique à présent le droit à l’insulte. Pourquoi serais-je le seul à m’en priver ? J’emmerde donc en bloc  les sarkozystes, le front national et son clan lepéniste porcin, les identitaires, les anti-mariage pour tous et autre homophobes, les cathos intégristes et autres vieux réacs, Rioufol, Dieudonné, Soral et consorts, les conspis, l’UPR et les autres gens du même acabit qui participent du confusionnisme politique ambiant pour permettre que se répandent les idées les plus nauséabondes sous prétexte de liberté d’expression et d’action anti-système. N’en soyons pas dupes, à gauche, vraiment.

Ah oui, j’oubliais. Il convient de rajouter à la liste les #fauxcialistes, aussi. Ils font beaucoup de mal à la gauche pour de vrai et participent eux aussi au confusionnisme politique si préjudiciable à l’avancement de nos idées.

PS3: putain, ça fait du bien ! Toute cette bande de cons néo réacs à la mort moi le nœud, qu’ils pourrissent en enfer !

.