le doyen facho de #Montpellier et Jean-Luc Coronel de Boissezon sanctionnés ? Ma JOIE est immense

Capture.PNG
source

Voilà qui a été pour moi une grande joie en l’apprenant aujorud’hui. Le doyen Pétel et son prof acolyte à gros bras (alors masqué sous une cagoule mais que des étudiants avaient reconnu ), retenez bien son nom : c’est celui entouré sur la photo ci-dessus,

Jean-Luc Coronel de Boissezon

qui s’étaient rendus célèbres en permettant en mars 2018 à une milice privée composée de petites frappes du clan Roudier (Ligue du Midi, extrême-droite) de dégager manu militari – en tabassant violemment certains – des étudiants bloqueurs opposés au plan étudiant de la loi Vidal,  viennent d’être l’objet d’une sanction administrative plutôt lourde et c’est tant mieux.

Capture.PNG
source

Empêcher les nuisibles de nuire, voilà qui  m’apparait fort opportun, quand on connait comme moi de près la situation en question (j’avais des informateurs sur place), avec des méthodes qui, comme je l’écrivais alors,  s’apparentent vraiment à celles du tristement célèbre SAC de l’immonde Pasqua.

Philippe Pétel, 59 ans, est donc interdit d’enseigner pendant cinq ans et Jean-Luc Coronel de Boissezon, 51 ans, a lui carrément été radié. Vous ne pouvez pas savoir comme cela me fait plaisir…

Les deux hommes sont également poursuivis dans le volet pénal de l’affaire. Ils sont mis en examen, avec quatre autres protagonistes. Philippe Pétel pour “complicité d’intrusion”, Jean-Luc Coronel de Boissezon pour “complicité d’intrusion” et “violences en récidive”.

Si j’ai la chance de connaitre l’issue de cette procédure, je ne manquerai pas de vous en tenir informés. Pas de pitié pour les ennemis de nos libertés.

 

 

#Bordeaux : l’Etat brise la contestation pacifique de la #Loividal par la violence

DXri2ZQXcAUC_tt
source

.

Capture.PNG
source

On en est donc là, dans ce beau pays de la Macronie triomphante. Les derniers tabous sont en effet en train de tomber, et la banalisation du mal suit son cours. Tellement désolé de constater que des CRS qui viennent tabasser nos gamins dans les amphis, cela ne choque plus personne…. Et pourtant, les faits sont là :

Capture.PNG

source

(Ce compte twitter là reprend la gradation des événements qui ont conduit à cette situation sur place de manière détaillée. Il démontre très clairement que la présidence de cette université est complcie de cette répression insupportable).

Un pays qui laisse ses jeunes se faire tabasser par les flics sans broncher est condamné à mourir de froid. Ce n’est pas l’idée que nous nous faisons de la démocratie. Le droit à la contestation a toujours été garanti. S’il ne l’est plus, comme c’est le cas visiblement ici, et plus globalement dans maintes autres situations qui par leur accumulation nous alarment fortement, nous le dire.  Nous agirons en conséquence.  Mais faudra pas venir se plaindre ensuite si le recours à la violence va crescendo, comme s’en émeuvent les nobles âmes…

Car face à cette violence d’Etat, ce qui est nouveau pour moi,  je refuse à présent d’en condamner une autre, populaire et légitime,  face à tant d’injustice et de protestations sociales  qui pourtant s’accumulent dans notre pays, sans que le gouvernement ne daigne en prendre acte autrement que par la répression. ça suffit comme ça. Le ton doit monter, et la peur, changer de camp.

Post-scriptum : et ça continue… Toujours cette même logique sécuritaire mortifère…

Capture.PNG
source