@gerardfiloche est irrécupérable

Résumons. Voilà donc un type qui relaie une caricature antisémite mais ne voit pas où est le problème. Qui donne des interviews à une chaîne d’extrême-droite qui a reçu le nazi Ayoub, mais ne voit pas où est le problème. Qui propage un multi-récidiviste de la haine raciste, l’antisémite et suprémaciste blanc Boris Le Lay et son site bien ordurier si mal nommé Démocratie Participative,  lui aussi antisémite, mais ne voit toujours pas où est le problème. Qui devise volontiers avec Gaccio, dieudonniste invétéré, de dossiers aussi peu chargés et périlleux en la matière que celui de la Palestine, mais ne voit encore et toujours aucun point commun ni aucune raison de s’émouvoir…  Sans parler de Russia Today, dont on sait ce que j’en pense ici

Mais Gérard Filoche est un (soi-disant) gauchiste qui, lorsque quelqu’un ose pointer ces étranges coïncidences qui ont un peu trop tendance à  tourner autour d’un même point névralgique, y voit pour le coup un vrai problème nécessitant de prendre la plume en bonne et due forme pour un simple tweet,  et à mordre le doigt plutôt que de regarder la lune… bien noire en vérité.

Capture.PNG
source

Après tout ça, Gégé, ça va être franchement difficile de passer pour un antifasciste, hein… je dis ça, je dis tout.

la carte des sites qui puent grave

Dans le petit livre rouge guide de survie mentale des antifas, à ranger précieusement à côté de la célèbre cartographie de l’extrême droite de nos amis de La Horde :

DZpI2rsWAAAWVop.jpg

 

(merci à )

« çavapétiste » toi-même !

imagesSelon Le Point, c’est un concept qui proviendrait de l’un de leurs chroniqueurs, Eric Le Boucher. Pourtant, nous en connaissons quelques uns parmi nos rangs, à gauche vraiment, qui sont sur le même registre. Moi-même, parfois, je n’en suis pas loin… Alors si vous adhérerez à l’un de ses scénarios :

1. La rue : une « coagulation » des exaspérations est toujours possible.

2. Les jeunes : en 1968, tout était parti d’un feu de broussailles de jeunes étudiants de la fac de Nanterre manifestant parce qu’on leur interdisait l’accès au dortoir des filles.

3. La surprise : les Bonnets rouges ou les « zadistes » écolos qui veulent « bloquer toute atteinte aux grenouilles des marais »… L’étincelle peut venir de partout.

4. Les marchés financiers : « La France joue avec un autre feu : celui des taux d’intérêt […]. Regardez en Russie, tout se passe très vite […], la crédibilité de la France peut aller au tapis en quelques jours et le gouvernement avec. »

5. Dernier scénario : une victoire de Marine Le Pen, scénario catastrophe s’il en est. Elle mettrait le pays à genoux en quelques mois avec ses dévaluations massives et ses nationalisations forcées. Les vrais réformistes de gauche et de droite pourraient alors se réunir autour d’un projet commun, et du « chaos » pourrait « renaître une France redevenue normale ».

Vous êtes un « çavapétiste »…

Slate propose d’autres scénarios catastrophe tout aussi stimulants pour les adeptes du grand soir. Les voici. Et vous, quel est votre scénario favori ?