en avant-première : les résultats du #referendum pour l’unité de la (vraie) gauche !

… Et là, ce sont des résultats réels et incontestables, crédibles, et non gonflés…

Capture

… pas comme ceux du référendum grotesque, totalement décrédibilisé du PS. La majorité des gens qui y participé, eux, veulent  une VRAIE politique de gauche, et pas une orientation libérale soluble dans la droite, qui aligne les régressions économiques et sociales, tout comme en matière de droits humains.

TOI aussi, participe au (CONTRE !) référendum (VRAIMENT !) de gauche !

CapturePour avoir dit à quel point je trouvais le référendum de Cambadélis totalement déconnant car d’une hypocrisie sans nom, voilà une idée qu’elle est bonne, et que je trouve proprement géniale, au point de regretter amèrement de ne pas faire partie de ceux qui l’ont initiée. Ils sont trois, plus ou moins connus :

  • Julien Bayou, le bouillonnant porte-parole national sans langue de bois d’ EELV, Co-fondateur de Génération-Précaire, de Jeudi-Noir, de Sauvons les riches et Conseiller régional d’ Île de France.
  • Caroline de Haas, militante syndicale et associative, ancienne Secrétaire générale de l’UNEF de 2006 à 2009,  et porte-parole jusqu’en juillet 2011 de l’association Osez le féminisme !
  • et, beaucoup moins connu (en tous cas moi je ne savais pas qui c’était avant cette histoire) Elliot Lepers, que Rue89 présente comme le concepteur de ce coup de poing médiatique.

CaptureLeur idée est simple, et mérite d’être connue,  et propagée autrement que comme une plaisanterie de carabin. Et leurs motivations rejoignent en bien des points mes propres convictions telles que je les martèle maintenant depuis 7 ans ici :

Nous refusons le chantage au Front National de Jean-Christophe Cambadélis. L’extrême-droite progresse quand le discours rance et simpliste qu’elle tient fait écho. Quand la gauche mène une politique de droite. Quand les responsables politiques sont condamnés pour fraude fiscale. Quand les conditions de vie du plus grand nombre se détériorent alors que les profits de quelques uns continuent à grimper en flèche. Quand les responsables politiques parlent plus de fermeté face à l’arrivée des migrants que de solidarité. Quand  on laisse une élue parler de « race blanche » sur la télévision de service public. Quand… La liste est longue.

Le meilleur outil pour faire reculer le Front National reste de mener une politique de progrès, de solidarité, d’égalité.

C’est pour cette raison que nous avons décidé d’organiser ce référendum. Car au fond, la seule question qui compte est celle-là :

« Face à la droite et l’extrême droite, souhaitez-vous que la gauche mène une politique de gauche ?»

Vous connaissez ma réponse. Exprimez donc la vôtre. C’est ici :

Capture

Nouvelle Gauche Socialiste (#NGS) … C’est quoi encore ce nouveau machin ?

11224265_322681797905623_1735504230390864068_n«Il faut malheureusement se rendre à l’évidence, regrette-t-il. Le PS, godillot, soutiendra jusqu’au bout la politique que la cinquième République permet à un seul d’imposer à tous».

Il était déjà à l’origine du club des socialistes affligés (dont voici le manifeste) mais cela ne suffisait plus.  A l’issue du congrès du PS de Poitiers, en juin, constatant l’impuissance de ceux que l’on nomme les frondeurs à opérer un changement de cap à gauche,  Liêm Hoang-Ngoc, économiste, ancien député au Parlement européen et membre du bureau national du PS quitte le PS. Il  lance alors un appel aux déçus du PS qui ne se reconnaissent plus dans la ligne sociale-libérale de ce parti, et le désertent par milliers. Les motivations sont claires :

« Nous partageons en cela de nombreux points communs avec les forces du Front de gauche, du mouvement écologique et du mouvement social. Nous leur proposons de faire émerger, comme en Grèce, une coalition des gauches sociales, écologiques et radicales, alternative au PS ». 

L’ambition est louable :  créer «une coalition des gauches sociales, écologiques et radicales, alternative au PS». Et «comme en Espagne», Hoang-Ngoc rêve de voir les déçus de Hollande «s’approprie[r] la chose publique». «Pour cela, dit-il, il est nécessaire de leur offrir les moyens de participer à l’éclosion et au contrôle de cette nouvelle coalition».

Au moment où je vous écris, Liêm Hoang-Ngoc a inauguré il y a quelques heures l’université de rentrée de Nouvelle Gauche Socialiste (hashtag ) en présentant le programme de deux jours de débats. je ne manquerai pas d’y revenir. j’avoue qu’en ayant appris l’initiative de cet économiste, en juin, je me suis dis : « encore un nouveau machin qui ne va servir à rien« , comme tant de ceux que j’ai connus et qui ont disparu, pendant toutes ces années… Et qui n’ont servi qu’à servir des intérêts personnels de gloire et d’attention médiatique de déçus de leur parti et de contrariés dans leurs ambitions propres. Et comme dans toute l’histoire de la gauche française, encore un truc qui va contribuer à la morceler, à l’éparpiller davantage, comme si besoin en était…   Mais j’ai tout de même attendu de voir ce que cela allait donner, avant de m’y intéresser. Bien m’en a pris, et après tout, ne décourageons pas les initiatives, on va voir ce que cela va donner. Au moins de bons débats, jamais inutiles après tout, avec un rassemblement de membres de plusieurs partis. Seront présents ce week-end à Montreuil : Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire national du PCF Pierre Laurent et les porte-paroles d’EELV Sandrine Rousseau et Julien Bayou participeront aux ateliers, ainsi que Clémentine Autain d’Ensemble, et un représentant de Nouvelle Donne. Le programme est consultable ici. Moi, j’ai fait le job, j’ai faim… A table ! A plus….

Projet alternatif à gauche du #PS : de quoi se mêle Cambadélis ? #fauxcialisme

B8iExNIIcAAFrbJje disais il y a quelques jours, dans le sillage de la victoire de Syriza,  mon souhait de voir émerger une véritable alternative à gauche du PS, histoire de rompre avec le social libéralisme imposé qui fait partout la preuve de son inefficacité et de son échec.   je ne suis manifestement pas le seul, avec Mélenchon, à espérer ce réveil de la gauche de transformation sociale, et la consolidation d’une véritable offre alternative ralliant tous les tenants d’un changement radical de politique économique, sociale et environnementale,  du front de gauche à la gauche du ps en passant par EELV. Julien Bayou, son porte-parole a ainsi publié une tribune sur le Huffington-Post allant dans ce sens, dont il ne devait certainement pas penser qu’elle allait tant en heurter certains… Le jeune homme s’est en effet pris une volée de bois de rose vert de la part du secrétaire national du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

«Julien Bayou propose ni plus ni moins une scission dans le Parti socialiste pour organiser les primaires de la radicalité», a-t-il réagi, lapidaire, dans un communiqué, dénonçant une «attitude […] irresponsable». «Elle offre le spectacle lamentable de politiques obnubilés par l’élection présidentielle, poursuit-il. Ensuite, au moment où le pays est uni pour la sécurité et la République, c’est réintroduire le ferment de la division. Enfin, c’est un accroc inadmissible dans l’union de la gauche dans un moment où l’enjeu n’est pas la division, mais l’union pour faire face au danger frontiste et au retour de la droite.» Et le patron du PS de clouer le porte-parole d’EE-LV : «La gauche divisée, c’est la gauche éliminée.»

j’ai trouvé cette réaction particulièrement choquante, et d’un sacré toupet. Et d’une, je ne vois pas en quoi un tel individu au fauxcialisme confirmé  se mêle de ce qui ne le regarde pas, lui si loin des positions politiques et de l’idéologie dont il s’agit en l’occurrence. Ensuite, parler d’union de la gauche alors que le PS a toujours tout fait pour mettre à l’écart le front de gauche et Mélenchon depuis leur arrivée au pouvoir , voilà qui ressemble fort à un pur mensonge, si ce n’est à de la propagande de bas étage qui ne trompe que les non-initiés et ceux qui sont bien loin de cette tragi-comédie. Enfin, nous refaire encore et encore le chantage du pseudo-cordon républicain alors qu’il prend l’eau de toutes parts, cela ne marche plus. On ne nous y reprendra pas. Un gouvernement et un parti qui, après avoir reçu l’aide de près de 3 millions de français sympathisants du front de gauche, à peine formé s’est aussitôt assis sur leurs votes, et à construit une politique à rebours de celle pour laquelle il avait été élu n’a certainement pas de leçons à nous donner. Qu’il assume donc les conséquences de ses échecs et de son incapacité à résorber le chômage. . Pas la peine de convoquer Ce diable de confort qu’est le FN pour cela.

djack.lang@sfio.fr

C’est un militant des collectifs Jeudi noir et Sauvons les riches, Julien Bayou  (son blog ici), conseiller régional EELV, qui a fait paraître cette annonce aujourd’hui dans Libération. Celle-ci a fait couler beaucoup d ‘encre dans la presse beaucoup jaser sur les réseaux sociaux

S’il dit n’avoir  «absolument rien de personnel contre Jack Lang», il estime cependant  qu’«il est temps» pour  l’ancien ministre, à 72 ans, de «passer la main». Nous sommes d’accord.Un peu d’humour, que diable ! Dans ce monde de brutes…

L'auteur en costume d'époque (source wiki en cliquant sur la photo)

.