Quand le Canard montre la lune, Eckert et Sapin regardent le doigt

.

Capture

.

Le Canard enchainé du jour vient de publier une liste des 50 contribuables français les plus fortunés qui, en 2015, ont payé peu ou pas d’ISF, grâce à la règle édictant qu’au-delà de 75 % des revenus l’impôt devient « confiscatoire ».

Capture
source

Comme le dit Marianne (que je n’apprécie pas particulièrement (mais nécessité fait loi), cette démonstration du canard enchaîné met très clairement le Président Hollande devant ses responsabilités, et ses « effets de manche » pas vraiment suivis d’effets, qui en font indubitablement le roi des tartuffes, lui qui voulait alors singer Mélenchon…   :

« Mon ennemi c’est la finance ». Si on doutait encore que cette sortie de François Hollande n’était qu’un effet de manche, le Canard enchainé, document à l’appui, vient définitivement en faire la démonstration ce 8 juin.

Et au lieu de battre sa coulpe et de faire réétudier sérieusement notre modèle fiscal si manifestement défaillant, devinez quelle fut la seule urgence de ce  gouvernement face la révélation de ce scandale ?

CkarNa9XAAAhfLl.jpg large

Plutôt que d’agir en profondeur contre un tel scandale, punir le messager. On voit donc bien là quels intérêts ce gouvernement défend.. « Couvrez cet affreux corps du délit que je ne saurais voir… « . Mais c’est trop tard, tout le monde le voit : le roi est nu. CQFD

post-scriptum : et pendant ce temps là, l’un des leurs, Cahuzac, tente de limiter les poursuites... Honte de rien.

Sauvons les riches ! Toujours les mêmes qui trinquent…

Une décision inadmissible ! Après avoir appris que les enfants de familles assujetties à l’Impôt sur La Fortune (ISF) seraient exclus du bénéfice des aides au logement,  ces dernières se sont alors  inspirées des campagnes BDS pour faire revenir le gouvernement sur sa décision.  Elles ont donc décidé  de boycotter le Vosne-Romanée Grand Cru  et les macarons Ladurée. La menace est prise très au sérieux par Bercy qui craint que cela ne remette en cause l’évolution positive de la  croâssance prévue par Monsieur Macron, sans a. Le ministre de l’économie songe donc à porter l’affaire devant les tribunaux compétents pour atteinte à la sûreté de l’Etat.

Aujourd’hui, la sauce hollandaise est plutôt bonne (je l’ai goûtée)

  Acceptons de nous montrer naïfs un instant, et laissons à ce gouvernement le bénéfice du doute. Si l’on en croit les mesures annoncées ce matin par Jérôme Cahuzac, les hausses d’impôts  prévues (7,2 milliards d’euros cette année et 6,1 milliards supplémentaires en 2013) pèseront à 53% sur les ménages et 47% sur les entreprises. Voilà qui nous apparaît plutôt (presque)  équilibré. Pour ce qui nous concerne,  nous autres particuliers, les nouvelles charges « viseront à 73% des patrimoines et des revenus «les plus élevés». Un ISF exceptionnel verra le jour qui ponctionnera 2.3 milliards d’euros sur les personnes dont le patrimoine net imposable est supérieur à 1.3 millions d’euros. « La TVA sociale adoptée par l’ancienne majorité qui devait entrer en vigueur en octobre sera supprimée ». La taxe sur les banques sera doublée, de nouvelles taxes sur les sociétés apparaîtront et les dividendes et stocks options seront taxés à 3 %… De plus, les non-résidents seront également visés par ces nouvelles taxes. Voilà qui va donc dans le bon sens, celui que nous demandions, même si elles s’avèrent en deçà, ne boudons pas notre plaisir.  Des esprits chagrins pourront néanmoins se concentrer sur la partie du verre la plus vide, et retourneront l’argument en se lamentant de ce que 27 % de ces impôts concerneront des classes sociales plus modestes et moins argentées. Mais nous commenterons cela le jour venu, lorsque nous en saurons plus sur la nature de ces prélèvements supplémentaires, et sur la forme précise qu’ils prendront.

 Sur ce, retournons à notre jardin…

.

A fraudeur, fraudeur et demi (via MediaBeNews)

.

Un rapport parlementaire qui pointe 20 milliards de fraudes sociales (à la sécurité sociale et aux caisses de retraites), un ministre du Budget qui rajoute 2,4 milliards de fraude fiscale, et une ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale qui, sans doute pour figurer sur la photo, y va de son estimation des 13 114 fraudeurs – pas un de plus pas un de moins – aux allocations familiales. N’en jetez plus…… Read More

via MediaBeNews

Laissons les riches spéculer tranquillement sur le marché de l’art

  Source

.

Taxer ceux qui font de l’argent sans travailler, est-ce une si mauvaise idée ?  Encore un signal malheureux pour ceux qui attendent davantage de justice, y compris fiscale.

 Serait-ce une illustration de la tactique des contre-feux ? Pour faire oublier l’injustice de la disparition progressive de l’ISF et ses conséquences néfastes sur le budget de l’état, l’UMP fait-elle exprès de lancer son offensive anti-RSA ?

 Peut-être est-ce mon esprit totalement contaminé par un gauchisme malvenu, mais je ne cesse de voir un contraste de plus en plus saisissant entre l’accumulation des gages  favorables offerts par le gouvernement sarkozyste aux plus riches, et cette chasse de plus en plus agressive envers les plus pauvres.

 Toujours est-il que l’assemblée nationale a rejeté hier l’amendement Le Fur, repris par l’opposition (et certains centristes…), qui proposait d’intégrer les œuvres d’art dans le champ du calcul de l’ISF. C’est fortement regrettable. J’entendais d’ailleurs hier Serge Portelli dans l’émission Ce soir ou jamais (≠csoj pour les twittos)  dire tout  le ridicule qu’il y avait de la part de l’UMP à prétexter l’évasion des artistes et des œuvres d’art pour justifier ce refus. Il rappelait en effet à bon escient, et c’est utile en période de totale démagogie de la part d’un gouvernement hystérique, qu’il ne fallait pas confondre l’art spéculatif et un autre mode artistique qui voyait ses créateurs, pour beaucoup,  percevoir le RSA, justement,  puisqu’ils n’en vivaient pas…. Décidément, on voit bien à travers ce sujet la préoccupation obsédante des plus hautes instances de l’état, et quelle catégorie de personnes hante ses orientations… au mépris de la réalité. Prétendre défendre l’art en ne défendant là aussi que les plus riches, voilà qui est choquant. Si cet argument était sincère, pourquoi ne pas créer un statut de l’artiste, qui le mette à l’abri du besoin, dans la mesure où les artistes en galère représentent bien plus sûrement l’art vivant que cette poignée d’artistes internationaux dont on se sert pour profiter de niches fiscales ?

 Pourtant, j’avais trouvé intéressante la proposition d’un député ( socialiste ?) de suspendre la taxation lorsque l’œuvre était exposée dans un musée, ce qui aurait permis de rendre bien davantage d’œuvres d’art  accessibles au grand public. Il sera donc dit que l’art pourra être confisqué par les grandes fortunes de ce monde là.

 Un autre est possible.

.

A l’UMP, on rase gratis… jusqu’en 2012

 

 Vous m’excuserez de la teneur du titre, mais je tiens à préciser que n’ai plus guère envie ni ne ressens l’utilité de pratiquer une distinction à mon avis factice entre le gouvernement et l’UMP, notre leader minimo s’étant particulièrement distingué par son incapacité à distinguer les affaires de l’état de celles de son parti, sur lequel il a une telle main mise qu’on se demande à quoi sert Copé.  

 Mais là n’est pas le sujet du jour. Ce dont je voulais m’entretenir avec vous à présent, c’est d’un certain  nombre de mesures annoncées ces derniers jours qui donnent la fâcheuse impression qu’on fait, au gouvernement et à l’UMP,  dans le clientélisme à la petite semaine. En premier lieu,  la suppression de la première tranche de l’ISF, qui conduit cette pauvre Liliane à payer – vous rendez-vous compte ?  –  une masse exorbitante de ses si petites économies (putain, 4 % !!!). Me revient en association d’idées, je ne sais trop pourquoi¹,  le fait que Total ne paie pas ou si peu d’impôts en France, ce qui ne l’empêche pourtant pas d’annoncer une hausse du prix des carburants à 2 euros, à l’instant même où l’on assiste à une levée de boucliers légitime face à l’extraction du gaz de schiste, ce qui déplait forcément à l’industrie pétrolière… Mais je dois certainement  avoir l’esprit mal placé.

 Vient ensuite la mesure clientéliste par excellence, cette prime de 1000 euros pour les salariés des entreprises qui ont distribué des dividendes… Combien au juste cela concerne-t-il de personnes, effectivement  ? Et n’est-ce pas là encore et toujours les plus favorisés que l’on gratifie ? C’est de surcroît se donner bonne conscience à peu de prix, sans rien faire pour lutter efficacement contre un effondrement du pouvoir d’achat qui touche  jusqu’aux classes moyennes, et qui voit notamment le prix de l’essence atteindre des tarifs vertigineux en ne pouvant que subir : une part grandissante de la population est en effet totalement tributaire de l’usage de son véhicule, puisque les transports en commun ont été de plus en plus délaissés dans les zones rurales, les lignes SNCF non rentables supprimées, et les horaires de travail tellement éclatés, hors normes, voire étendus au travail du dimanche… qui contribue à aggraver la situation. Essayez donc de vous rendre à 20 ou 30 kilomètres de chez vous quand vous habitez comme moi à Trifouilly les oies, un dimanche, pour aller travailler avec des horaires atypiques, et vous verrez que je ne suis pas là en plein fantasme gauchisant…

 Et pour couronner le tout de ce train de mesures destinées à appâter le chaland, de manière à lui donner davantage envie que ce n’est le cas aujourd’hui de voter UMP, l’annonce du jour de Besson : promis, juré, craché, si nous sommes réélus, le prix de l’électricité restera stable, je vous l’jure ! (parole de traître). Mais uniquement si l’UMp passe en 2012, bien sûr… Lamentable. Petit,  mesquin et ridicule. Qui cela peut-il convaincre ?

 Vous voilà rassurés, braves de gens de droite…  Continuez à vous faire tondre et à vous nourrir de promesses qui n’engagent que ceux qui y croient. L’UMP rase gratis.

 

¹ En fait si : cette pénible impression qu’on favorise toujours ceux qui n’en ont guère besoin…

Injuste Solidarité Fiscale… des plus riches.


Au moment où nous sommes de plus en plus nombreux à faire des sacrifices et à subir le joug d’un capitalisme carnassier qui se rit de surcroît des considérations écologiques qui conditionnent pourtant la survie de l’espèce humaine, qu’il est maladroit et injuste de consentir ainsi des cadeaux fiscaux à ceux qui, en France, en avaient le moins besoin !

Le gouvernement français vient en effet de prendre la décision courageuse de supprimer la première tranche de l’ISF, celle concernant les ménages ayant entre 800.000 et 1,3 million d’euros de patrimoine… Des pauvres comme vous et moi, somme toute, dont les protecteurs de ces nantis qui paradoxalement se multiplient par temps de crise pourront me rétorquer que c’était pour éviter une injustice : celle de ces pauvres paysans de l’ile de Ré quasiment sous le seuil de pauvreté en termes de revenus liquides qui avaient le malheur d’y posséder une maison… Comme si l’exception pouvait valider une règle !

On pourra m’opposer toutes les considérations techniques du monde (encore que les mieux placés pour en parler ne soient eux-mêmes pas dupes), jamais je ne verrai cela autrement que comme une infamie, dans le contexte qui est le nôtre. Et je doute que mes compatriotes l’apprécient autrement.

.

.

les pauvres peuvent se brosser (et les riches exulter)

Voilà donc que l’on libère 300 000 personnes du joug du bouclier fiscal, parmi les moins riches des plus riches… L’UMP fait donc dans le social. Mais ce cadeau n’est que pour les siens, comme à son ordinaire. Jamais un geste pour les pauvres. Ils peuvent crever, crucifiés qu’ils sont par l’augmentation vertigineuse du prix de l’essence, des matières premières, du gaz au 1er avril, des difficultés à se loger, du prix des voitures neuves de plus en plus inaccessible, des assurances, etc etc etc… (exemple de liste plus exhaustive ici).

Et d’ici qu’on supprime le RSA parce qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses alors que cette mesure de libération fiscale va coûter au contribuable moins fortuné la bagatelle de 2 milliards d’euros supplémentaires ¹ , il n’y a qu’un pas qu’à mon humble avis l’UMP aurait déjà franchi, avec la bénédiction du Medef , s’il n’avait si peur des réactions populaires que cela ne manquerait pas d’engendrer…

oh, je sais bien ce que pourrait bien me rétorquer mes contradicteurs face à cet argument : « faire payer les riches, vous n’avez donc que cela comme argument » ? Les libéraux de tous bords quant à eux semblent bien avoir trouvé une autre solution :

Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres. Bon d’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres.   [Alphonse Allais]

C’est à Neuilly qu’on doit jubiler….

 

.

¹ Supprimer le bouclier représenterait une « économie de 679 millions d’euros » tandis que supprimer l’ISF reviendrait à « se priver de 3,4 milliards d’euros ». Et « le rendement budgétaire d’une tranche à 46 % serait compris entre 700 millions d’euros et 1 milliard d’euros ». « Il manquerait entre 1,7 et 2 milliards d’euros pour le bouclage budgétaire de cette réforme », relève le syndicat. (Union SNUI-SUD Trésor Solidaires ) (source Le Monde)

Quand les grandes fortunes grimpent aux arbres

.

j’en connais qui vont avoir du mal à justifier la suppression de l’Impôt sur la Fortune, quelles que soient leurs arguties à 100 balles.

source : les échos

Cela nous fait donc, si les calculs du journal dont c’est la spécialité sont justes (ce qui semble probable, voir pire compte-tenu du silence embarrassé de Bercy),  400 millions de plus qu’attendu au budget 2011… De quoi payer une partie de nos retraites ? L’AME ? Le déremboursement de certains médicaments pourtant essentiels ? La suppression de postes dans les hôpitaux ? Ou quoi encore ? A vous de choisir… ou pas.

Et je ne parle même pas de ce que cette évolution de recettes ISF a de symboliquement fort aux yeux de ceux qui crèvent la dalle, brisés par la crise, et qui doivent, eux, se saigner jusqu’à l’os…

.