Réalité du racisme envers les musulman.e.s, ravages de l’amalgame terroriste… (l’#Islamophobie n’existe pas, suite mais pas fin)

Alors que certain.e.s préfèrent, leur raison anesthésiée par leur ressentiment dû à l’impact des attentats djihadistes radicaux, se cacher derrière leur petit doigt ou se perdre en querelles sémantiques pourries d’arguties fallacieuses sur le sens qu’il convient de donner ou non au terme d’ islamophobie (et son inusable pendant – risible même pour l’athée que je suis – sur le droit de critiquer une seule et unique religion), plusieurs études viennent pourtant tristement confirmer son existence, et l’étendue de ce fléau national.

Tout d’abord, ce sondage de l’IFOP pour la Dilcrah et la Fondation Jean-Jaurès publié aujourd’hui, qui nous dit que 40 % des sondés (1) déclarent avoir subi des comportements racistes et que 60% des femmes portant souvent le voile ont été discriminées au moins une fois au cours de leur vie.

source (on notera utilement au passage la mention « commentaires suspendus », assez rare dans la presse mainstream en général. C’est le signe probable qu’un flot de haters a pointé le bout de son sale museau, comme souvent en pareil cas, sur ce genre de thématiques. Il est d’ailleurs factuellement démontré que la fachosphère s’organise pour pourrir littéralement les articles relatifs à certains thèmes obsessionnels chez les bas du front… national. Une stratégie préméditée qui sert à donner l’illusion, par une opération concertées de groupes de trolls, que les racistes, xénophobes et islamophobes sont la majorité, et que tout le monde pensent comme eux. Une manipulation mentale visant à fabriquer du consentement populaire. A leur racisme dégueulasse ? JAMAIS ! Ne pas être dupes de ce stratagème grossier en parcourant les réseaux sociaux, et internet en général…

Ensuite, l’avis de ce spécialiste du testing, très investi contre les discriminations, qui connait bien la manière dont s’illustrent les comportements discriminatoires, que ce soit à travers la recherche d’emploi (y compris public), de logement, ou même l’accès aux loisirs…

Va-t-on encore longtemps laisser le poison de l’amalgame permanent se répandre aussi dangereusement dans toute la population : celui qui consiste à nourrir autant de préjugés envers une certaine communauté, et à assimiler tout musulman à un terroriste potentiel ? Cette mauvaise habitude, cette pratique outrancière porte un nom : l’essentialisation, essence même du racisme. Et si l’on veut aller par là, dans ce cas, on peut pratiquer le même amalgame entre appartenance religieuse et terrorisme pour la plupart des religions. Toutes les religions peuvent en effet abriter également en leur sein des extrémistes violents, qu’ils soient juifs, catholiques ou protestants, et même bouddhistes… Jusqu’à présent, la réponse inévitable, tant attendue à cet argument historique et factuel là était « oui, mais ce ne sont pas des catholiques, qui tuent, en France, aujourd’hui ». Sauf que depuis quelque temps, le terrorisme d’extrême-droite (outre qu’il explose dans les pays occidentaux, comme à Utoya, Birstall, Oslo, Charlottesville, Christchurch, Macerata, El Paso, La Halle…), devient un danger tout aussi réel, surtout depuis l’attentat de la mosquée de Bayonne… dont il est utile de rappeler, à rebours d’une certaine presse paresseuse que ce n’est pas le premier...

Pourtant, dans notre pays, une certaine communauté et une seule fait l’objet de toutes les attentions, en ce moment, des pouvoirs publics, politiques, et médiatiques, de manière excessive et outrancière, jusqu’à exposer sur des plateaux de télé à une heure de grande écoute des propos particulièrement abjects et discriminants, d’une violence et d’un mépris (y compris pour l’histoire, la raison, la morale et l’éthique) sans nom…

Alors, je veux bien moi aussi, bien sûr, c’est une évidence à mes yeux, ne pas être dupe des stratégies de certains musulmans intégristes qui font le jeu des djihadistes radicaux que je conchie et auxquels je m’oppose comme à toute autre forme de fascisme, d’essence religieuse ou pas, je ne serai pour autant jamais du côté des oppresseurs et des racistes, qui sont bien plus certainement blancs, catholiques et de droite, voire extrême, que musulmans et/ou islamo-gauchistes… On ne peut pas franchement dire, à la faveur du triste spectacle qui se joue aujourd’hui dans ce pays, que l’on soit franchement majoritaires, médiatiquement visibles, et sur des postes et fonctions de nature à exercer quelque domination que ce soit… La bêtise crasse de l’argument du racisme anti-blancs, ça va vient 5 minutes. Nul(le) ne devrait être dupe de ce qui ne sert que la soupe immonde et immangeable pour tout esprit rationnel de l’extrême-droite et de ses suiveurs...

(1)

(source)

la mue de l’ex #BastionSocial en Vent d’Est et Audace, une reconstitution de ligue dissoute qui ne dit pas son nom

Dans la série « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme« …

Je ne connaissais pas ce compte là avant qu’il ne nous gratifie d’un petit thread sur twitter ma foi fort instructif et bienvenu, qui vient confirmer ce que nous redoutions déjà : à savoir, que la dissolution du Bastion dit « social » (qui n’est lui-même qu’une résurgence du Gud de triste mémoire, dépositaire et immonde continuateur de ses violences légendaires, de ces tabassages racistes tristement habituels...) n’allait pas effacer comme par enchantement les militants de cette engeance là sous le coup de la baguette magique du si peu enchanteur Castaner.

La publication de Sébastien sur twitter nous rappelle, pour mémoire, que le Bastion Social (qui n’avait vraiment de social que le nom, ) avait pour origine le squat à visée soi-disant humanitaire (belle escroquerie morale en vérité, au vu de ce qui a été découvert lorsqu’ils en sont partis) d’un bâtiment de la ville de Lyon, dont ils avaient été délogés 3 semaines plus tard par les forces de l’ordre, comme j’en avais rendu compte ici à l’époque, en 2017.

Par la suite, ils avaient tenté de mailler tout le territoire français avec leurs verrues fascistes en une incroyable prolifération à Lyon (dans un autre local), Angers, Marseille (où là encore, le Bastion faisait du « social » à coups de savates...), Aix en Provence, Chambéry, Clermont-Ferrand, Strasbourg, où leur prétendue  » action sociale » s’est révélée constituer là encore une véritable escroquerie) et la tentative avortée d’Entzeim.

implantation et appellation locale des principaux « bastion social ».

Mais en effet, comme le stipule Sébastien sur twitter, cet article de médiapart à l’appui, il semblerait que la dissolution du Bastion Social ait plus à voir avec leur infiltration des Gilets Jaunes, ce qui rendait ce mouvement encore plus dangereux, qu’en raison de leurs exactions habituelles, violences et racisme à gogo, partout où ils étaient implantés… avec une étonnante indulgence des pouvoirs publics. Leur chef, Steven Bissuel, a pourtant été condamné pour antisémitisme

Tout ce lourd pedigree, de même que les multiples condamnations judiciaires de la plupart de leurs membres, généralement pour des affaires de droit commun, en plus de leurs habituelles violences et propos publics racistes, n’avait pourtant pas dissuadé des cadres du FN/RN de les soutenir publiquement, comme cela peut être démontré ici.

Aussi, vous n’imaginez pas ma joie de découvrir grâce aux informations de Sébastien qu’on peut assister en direct, sans grande attention visiblement des pouvoirs publics, de la presse ou des « autorités compétentes », à ce qui pourrait bien constituer un délit de reconstitution de ligue dissoute, sanctions judiciaires à la clé. Alors, bingo, si j’peux aider à quelque chose, faisant mon devoir civique… (;) moi le dangereux collabo islamo-gauchisse délateur… Vous me connaissez !

On apprend donc que les mêmes tentent de relooker leur ligue dissoute sous de nouveaux habits de lumière… qui n’abusent guère. (Pour le collectif dénommé Audace, grâce à La Horde, on savait déjà…

Sébastien nous apprend que les pages Instagram qu’utilisent les deux organisations ci-dessus sont en fait exactement les mêmes que celles des anciennes sections locales du Bastion Social.

 » Moins de 24h après sa première et unique publication, le groupe Vent d’Est comptabilise ainsi 805 abonnés sur Instagram ».

source

On pourrait suspecter un gonflage de compte à l’hélium, comme cela est habituel sur les réseaux sociaux, où il est possible de s’acheter des abonnés, quand on connait les méthodes pour cela. Mais non, il s’agit de véritables comptes, puisque notre twittos a vérifié : Les références d’extrême-droite sont nombreuses: croix celtiques, fleurs de lys, 88 (pour « Heil Hitler ») etc.

Toujours sur la base de l’observation de son compte Instagram, Sébastien découvre que le compte utilisé par Vent d’Est n’est pas nouveau et qu’il existait auparavant sous le nom d’utilisateur « pksy_33 », comptabilisant alors 799 abonnés de la même veine sans la moindre publication.

Puisqu’il s’agit donc bel et bien du même compte, on peut supposer que suite à la dissolution du BS (cf. Bastion Social), toutes les publications du groupe ont été supprimées et le nom d’utilisateur modifié. Mis en sommeil sous le pseudo « pksy_33 », le compte n’a pas pour autant été supprimé.Sa réactivation sous le nom de Vent d’Est laisse peu de doutes quant à l’identité des militant de ce groupe.

En utilisant la même technique, Sébastien s’est rendu compte que le groupuscule fasciste dénommé Audace avait employé exactement le même subterfuge, rendu possible par le fait qu’Instagram permet de changer le nom d’un compte instantanément…

Le fait que la même personne (et si ce n’est lui, c’est donc son frère…. ,) puisse se prêter à la réactivation de comptes sur des réseaux sociaux du Bastion Social même – et donc de moyens de communication d’une structure officiellement dissoute – pose en effet ce me semble la question de la reconstitution de ligue dissoute. Mais la présence sur les réseaux sociaux suffira-t-elle pour déjà qualifier ledit délit ? Allo, un.e juriste dans la pièce ?

En attendant, voilà qui démontre que la vigilance sur les réseaux sociaux est tout à fait complémentaire de l’action de terrain, en parallèle. Car si cela commence sur le net, il y a fort à parier que l’action desdits bas du front racistes et violents ne s’y cantonne pas bien longtemps.

A suivre donc. En attendant, merci à toi, Sébastien, pour ton excellent travail. Et…. oui ! No pasaran !

Post-scriptum : la stratégie de créer une multitude de petits groupuscules locaux autonomes pour contourner la loi et donc les condamnations pour reconstitution de ligue dissoute se retrouve donc parfaitement assumée par les fascistes en question. l’occasion d’ajouter une énième figure à ma photothèque de bas du front...

Pour Pierre Serne, et tous les autres, victimes du #Cyberharcèlement de la #fachosphère

Source

 

Plusieurs journaux et sites d’infos s’emparent enfin de l’affaire de cyber-harcèlement – particulièrement grave puisqu’elle va, outre des attaques homophobes, jusqu’à des menaces de mort répétées – qui visent Pierre Serne, conseiller régional écologiste d’Ile-de-France et porte-parole national du mouvement Génération.S, J’ai déjà évoqué ici ce sujet, en renouvelant régulièrement ma solidarité avec lui. j’ai fait connaissance de ce site immonde et violent à partir de cette affaire, où une autre élue avait également été visée.

je me sens d’autant plus concerné également que j’ai été moi-même l’objet de menaces de mort à plusieurs reprises de la part de ce même site médiocre (et d’autres encore) cumulant les tares discriminatoires éruptives, comme je l’ai déjà explicité ici. Mais je crois nécessaire de m’abstraire de ma propre petite personne pour situer ce genre d’attaques dans un phénomène plus inquiétant et général qui est celui du terrorisme d’extrême-droite et de ses loups solitaires. L’intimidation à distance ( dans un premier temps en tous cas) qu’est le cyber-harcèlement constitue l’une des étapes du mode opératoire de ce genre de sites toxiques dont les administrateurs se gardent bien de faire le sale boulot eux-mêmes, préférant chauffer à blanc leurs fidèles lobotomisés, dont le passage à l’acte n’est jamais à exclure.   Ces sites constituent un terreau toxique particulièrement nuisible qui favorise la possibilité de survenue d’ attentats terroristes d’extrême-droite, dont les derniers surtout, ceux de Christchurch et de Poway,  illustrent parfaitement ce que je veux expliciter et dénoncer ici quand on connait l’environnement idéo-complotiste-raciste dans lequel baignaient ces tueurs. Sachant cela, ces cyber-ciblages de militants opposés à leurs idées pourries n’en est donc à mes yeux que d’autant plus criminel.

Aussi, je suis heureux que la notoriété de Pierre Serne lui permette de développer une attention médiatique sur le sujet, que je ne saurais provoquer par ce modeste blog. Car nous pouvons tous être concernés, du jour au lendemain, par ce genre de campagne haineuse sous les motifs les plus futiles. Mais aussi et surtout parce que nous nous opposons fermement et durablement contre la haine xénophobe qui envahit et pourrit tous les réseaux sociaux. Alors que c’est un moyen de propagande réelle et si commode pour la fachosphère. Elle y jouit d’une impunité quasi totale en créant des comptes pour l’occasion d’une opération commando, qui même s’ils sont suspendus par la modération desdits réseaux sociaux (particulièrement aléatoire et sujette à caution comme on le sait) peuvent aussitôt être recréés sous une autre identité.

Un autre exemple  (si tant est que cela soit encore nécessaire quand on sait comme moi le déluge de merde raciste et xénophobe qui se développe sur les réseaux),  nous est donné par ce You Tuber qui a eu à subir une vague de cyber-harcèlement importante pour avoir osé tenter de démonter la fable du grand remplacement.

Il explique très bien, en recherchant son origine exacte, comment certains réseaux d’extrême-droite se concertent pour pourrir littéralement ses contenus, en tentant de lui faire perdre toute audience, et donc, de l’argent, son moyen de subsistance. Et comme je l’ai déjà expliqué ici à propos du phénomène des haters, comment certains activistes de la fachosphère appellent à la rescousse leurs homologues tout aussi bas de plafond, notamment les alt-right des states et leurs memes grotesques, aisément reconnaissables. L’internationale fasciste sévit sur les réseaux et peu de gens ont une appréhension réelle et exacte du phénomène, qui me semble pourtant particulièrement préoccupant, dans la mesure où ce genre de cyber-terrorisme peut impacter jusqu’à vos proches, pénétrant jusque dans votre intimité, si vous n’y prenez garde.

Je suis donc particulièrement consterné par la manière dont s’y prennent les pouvoirs publics pour contrer ces phénomènes de cyber-harcèlement haineux, et le simple exemple de Le Lay et de son site ignominieux suffira à décrire l’ampleur du désastre en termes d’impuissance publique dont il s’agit.

Mais je vais arrêter là pour ce soir, car il se fait tard, et même si je peux me montrer intarissable sur le sujet, il convient de ne pas trop alourdir la forme d’un billet de blog, conçue pour être lue en seulement une quinzaine de minutes tout au plus, sans quoi le lecteur se lasse.  Aussi me semble-t-il nécessaire de revenir sur le sujet pour tisser mon ouvrage au fur et à mesure,  afin de mieux faire comprendre tout en informant de ce que je veux préciser ici, en termes de danger civilisationnel.

Alors, il est temps pour moi d’aller me reposer… Ma journée sera longue… Le bonsoir (ou le bonjour, c’est selon) par chez vous…

Par qui sont financés les fachos ? Robert Mercer et Renaissance Technologies #racisme #Islamophobie #antifa

Aux bas du front (comme par exemple l’inénarrable Damien Rieu) qui prétendent à s’en péter la panse de rire que Soros finance les antifas, un sujet de plaisanterie entre nous, nous allons pouvoir rétorquer qu’après tout, Robert Mercer finance bien les fachos. Ce n’est pas moi qui le dit, mais cet article là, du Monde.

Capture.PNG

Contrairement aux agents de l’Internet Research Agency – l’organisation russe de propagande en ligne –, ces hommes d’affaires ne disposent pas d’équipes nombreuses, ni d’armées de faux comptes sur Twitter ou Facebook. Mais leur argent leur permet de financer de petits groupes d’activistes et des entreprises de communication politique spécialisées, dont l’action est ensuite démultipliée en ligne par l’achat de publicités sur les réseaux sociaux pour diffuser leur message.

Au cœur du dispositif se trouve notamment Robert Mercer, le codirigeant du puissant fonds d’investissement Renaissance Technologies, et sa fille Rebekah, qui ont financé le lancement de Breitbart News, le site conspirationniste fer de lance de l’« alt-right » (« droite alternative », mouvance d’extrême droite) et de la campagne de Donald Trump. Steve Bannon, l’ancien conseiller du président, en était le rédacteur en chef. « Ce sont les Mercer qui ont posé les bases de la révolution Trump, expliquait M. Bannon en 2018 dans un entretien au Washington Post.

Sur  Breitbart,  l’alt-right,   et Bannon,  on a aussi nos petits dossiers…. Alors, les fafs, venez pas nous chercher. Nous au moins, on sait de quoi on cause. Parce que moi, l’argent de Soros, je ne l’ai jamais vu. Et toc. Voilà, voilà…

Capture.PNG
source

Dîner de cons dans la fachosphère… Et le gagnant est… ( Merci, @PeabodyJoshua ! ;) #LGBT #antifa

Le bas de plafond au QI d’huitre (je sais, c’est insultant pour les huîtres) et au sens de l’humour particulièrement atrophié de Médias-Presse Infos et de les Observateurs.ch (le même neuneu, visiblement) a pris pour argent comptant cette proposition de Peabody Josuah,  telle que formulée ici :

3.PNG

Voilà qui donne un petit aperçu de la lumière qui manque à certains étages de la fachosphère…. ça donne ça :

 

Voyez la prose….

Un individu sévit sur internet sous le nom de Mérôme Jardin. Il se présente sur la plateforme de blogs de Médiapart comme un “ancien militant à Act Up-Paris (1998-2013), adhérent au CCIF (ndlr : Collectif contre l’islamophobie en France), au Cercle des Enseignant-es laïques et aux Irrécupérables (ndlr : un collectif LGBTQI+ de plus)”. Il signe aussi des articles sur des sites antifas comme “gauche de combatet sur une multitude de sites et blogs d’extrême gauche. C’est également un contributeur de la soi-disant encyclopédie Wikipédia.

Et, à la date du 9 janvier 2019, sur la plateforme de blogs de Médiapart, cet individu a publié une tribune intitulée tout simplement “interdire l’hétérosexualité, véritable litanie de propos insensés qui pourraient être résumés par un seul et même reproche : tous les maux viendraient des Blancs hétérosexuels…

Il n’y a que moi qui suis hilare ou bien ? Faites passer… Et n’hésitez surtout pas à le tourner en ridicule : parce qu’il le vaut bien.

(En voilà un qui n’a pas volé son appellation de bas de plafond, pour sûr. )

Nota bene : et surtout ne ratez pas les commentaires… So priceless ! Bien sûr, il y a les inévitables plaisanteries homophobes (donc  constitutifs d’un délit) bien ignobles dont l’auteur se croit spirituel et drôle, dont on se serait bien passé… Mais aussi  les commentaires des cons de la fable qui  croient toujours que le con, c’est l’autre. Démonstration :

Capture.PNG

… On ne rit pas. ça les énerve, ces petites bestioles là…

L’antifascisme pour les nul.le.s

Je vous préviens d’emblée, j’ai rarement vu un tel ramassis de conneries nous concernant. C’est pourquoi je tenais absolument à vous voir partager le document qui suit, qui m’a laissé sur le cul, tant c’est absurde, et tellement déconnecté de nos réalités sociologiques, politiques, et de nos valeurs antifascistes les plus communes. J’ai fait partie d’une section antifasciste avant de devenir autonome par choix personnel, et j’en connais donc bien les composantes.  Nos appartenances politiques se situent généralement dans le champ de la gauche anticapitaliste.   Et bien que je ne puisse extrapoler à partir de cette expérience locale sur la composition d ‘autres sections, qui ont chacune leur identité propre, j’ai trouvé ce texte proprement délirant. Il circule actuellement dans les milieux libéraux purs et durs, qui placent le culte de l’argent et la réussite économique et sociale au dessus de toute autre considération. Et comme nous sommes fondamentalement non seulement antiracistes, angle de perception par lequel nous sommes en général le plus connu par le commun des mortels, mais aussi anticapitalistes, nous sommes donc forcément destinés à nous affronter, au moins sur le terrain des idées, particulièrement antagonistes,  et pour cause… Le fait que des libéraux aussi radicaux s’emploient à désigner comme adversaires aussi caricaturaux les antifas plutôt que les nazillons en dit long sur une proximité d’intérêts que j’ai déjà autrefois dénoncée. Ainsi, Macron est tellement compatible avec l’extrême droite…

Je me suis déjà affronté via les réseaux sociaux, avec le genre d’individus totalement amoraux dont il s’agit, nourri d’un mépris social hallucinant, et ne dédaignant aucune occasion de cracher sur les gauchistes, les assistés, les Rsaïstes dont ils parlent volontiers comme s’ils avaient le Sida (c’est dire le niveau de conscience morale…), les chômeurs qui le veulent bien, les syndicalistes forcément archaïques, et autres empêcheurs de gagner le maximum de pognon sans entraves… Ces gens dont un certain pilote d’avion personnel,  Vice-Président de Danone Waters, François-Xavier Lacroix, fut l’une des têtes de proue sur twitter… Je les ai nommés les #ZE, parce qu’ils avaient prix l’habitude d’ajouter ze machin chose à leur pseudo sur ce réseau aussi asocial là (voir ici pour les détails de l’histoire, autour de Denis Robert). Leur libéralisme carnassier est leur marque de fabrique, tout comme leur grossièreté, leur cynisme, et leur pauvrophobie. Ils ne répugnent jamais pour une large partie qui ne s’en cache même pas ni au racisme, ni à l’homophobie, et leur culte de la loi du plus fort les incline volontiers au virilisme à deux balles, ce qui permet de les confondre en cela avec une autre catégorie de bas du front que je combats, les suprémacistes autour de Merkado. Même imbécilité caricaturale. Et donc, pour en venir au fait, voilà ce que ces gens produisent… Et si je ne sais pas dans le détail ce que les antifas sont, je sais toutefois ce qu’ils ne sont pas : ça :

Capture

La totalité du texte, ci-dessous en annexe, serait selon cet individu, d’un certain Drieu Godefridi, que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam. Qu’importe. Il est d’autant plus instructif qu’il se veut catégorique. Il est pourtant tellement déconnecté de nos réalités au quotidien que je n’ai pas résisté à l’envie de le proposer à la lecture attentives d’autres camarades antifas. Histoire de les faire mourir de rire…. Des clichés, des approximations, des lieux communs ridicules qui nous décrivent comme des ogres mangeurs d’enfants et tabasseurs de colleurs d’affiches du FN, ou hordes de black bloqueurs fondant sur des vieilles dames pour leur piquer leur sac, j’en ai déjà vus des tonnes. Mais ça, jamais. Merci les libéraux pur sucre. J’ai jamais autant ri de ma vie devant pareille déconnexion des réalités sociales, et sociétales…

DnJLDYWW0AUi3iA.jpg large.jpg

 

 

Si le ridicule tuait @JRochedy, il serait mort depuis longtemps… ‏

Sur la fable grotesque de ce mâl(e) qui se voudrait alpha… mais n’est en fait qu’un gros bêta.

je l’avais déjà épinglé sur ce blog, un peu pour les mêmes raisons aggravant son racisme crasse et son homophobie idiote : son masculinisme ridicule. Il replonge, en persistant et signant ici.

Capture.PNG

[Encore une école pour les bas du front ? Même une seule, c’était encore et déjà une de trop, pourtant… A moins que ce ne soit une de plus pour les moins intellectuels d’entre eux ? (Rires…) ]

Sur le registre de « tout ce qui ne nous détruit pas nous rend plus fort », passée l’époque où je considérais ma sensibilité toute personnelle comme une charge redoutable, un peu trop difficile à porter, j’ai vite considéré qu’il y avait sur ce point là, précisément, une forme de force à l’accepter, à mieux la connaitre, et à la gérer. Tel est le cas aujourd’hui. je regarde à présent ceux qui nient leurs zones de fragilité avec un amusement teinté d’ironie. C’est précisément le défaut de leur cuirasse soi-disant indestructible. Le talon d’Achille n’était rien d’autre. Ce type est ridicule. Son virilisme à deux balles, d’un autre âge, devrait le rendre impropre à la consommation pour toute femme (ou homme, d’ailleurs…) qui se respecte, et ne se souhaite pas rabaissé.e au simple rang d’objet sexuel ou de gravure de mode. Et l’homme comme un simple prédateur qui n’aurait que pour seul instrument de partage un corps de rêve digne des athlètes olympiens que le petit bas du front un peu trop propre sur lui vénère comme un gamin de quinze ans. Va falloir qu’il grandisse un peu dans sa tête, et pas que sur le seul plan de la morale, et de l’humanisme nécessaire, n’est-ce pas… 😉

 

la carte des sites qui puent grave

Dans le petit livre rouge guide de survie mentale des antifas, à ranger précieusement à côté de la célèbre cartographie de l’extrême droite de nos amis de La Horde :

DZpI2rsWAAAWVop.jpg

 

(merci à )

Rodolphe Crevelle sévit encore (dans la vallée de la Roya) #antifa

screenshot_123

.. Voilà le genre de publication gratuite ordurière qui a été distribuée à 5000 exemplaires dans cette vallée de l’arrière-pays niçois, « La Voix de la Roya », dans son édition  datée du 24 juillet.  Méprisable racisme des pires moments de notre histoire coloniale (« bwana des migrants »), désignation de boucs émissaires faciles (pour leur seule et juste action humanitaire…) à la violence de militants d’extrême droite que l’on sait particulièrement bas de plafond, diffamation et incitation à la haine raciale, injures publiques…  Tous les ingrédients habituels de ce genre de torchons fascistes qui salit les mains de celui/celle qui les touche… (Même pas bon à se torchon le cul avec : le nôtre mérite mieux).

Dans un second exemplaire, diffusé le 16 août,  on traitait  entre autres, bien sûr, c’était assez inévitable,  de « l’affaire Herrou » comme  d’une « passionaria de la gauche hippie ». Une autre livraison du même tonneau de merde raciste est prévu prochainement, selon l’agent immobilier Nicolas Zahar, l’un des quatre commerçants visés par plusieurs poursuites judiciaires, en même temps que l’auteur de la publication.

Celui-ci n’est pas un inconnu ici. Il s’agit de  Rodolphe Crevelle, militant fasciste autrefois proche du mouvement Troisième voie du nazi Ayoub.  Cette plume grossière, d’une médiocrité telle qu’elle le réduit à ce genre de publications gratuites (et à l’abus de vulnérabilité de personnes âgées, comme par exemple l’histoire de Hugues Aufray), s’est  donc spécialisée dans ce genre de prose pestilentielle à travers la fRance, vendant sa haine à qui en veut. Ici, un clan de commerçants racistes. Crevelle a déjà été condamné à plusieurs reprises pour provocation à la discrimination raciale. Déjà,  en 2013, il promettait la mort aux gauchistes dans mon genre (j’ai peur 😉

Ce lundi 4 septembre, le procureur de la République,  Jean-Michel Prêtre (le hasard veut qu’il s’agit du même magistrat qui avait agit en justice contre Cédric Herrou… ),  a annoncé avoir ouvert « une enquête confiée à la brigade de recherches de Menton car ce journal est un brûlot qui est fait dans un style excessivement polémique, avec des attaques ad hominem et des qualificatifs injurieux ». « Cela se traduira vraisemblablement par des poursuites non seulement à l’égard de l’éventuel directeur de la publication mais aussi des agents de distribution, qui sont des commerces situés entre Tende et Libre », a-t-il précisé.

Deux procédures sont déjà lancées. La première doit être examinée ce vendredi 8 septembre devant le juge des référés du TGI de Nice. « Elle vise à faire interdire la distribution de ce journal ». Une  deuxième procédure, cette fois devant le tribunal correctionnel de Nice, pour des délits allant de la diffamation publique, à l’injure en raison de l’appartenance à une race ou une religion, en passant par l’atteinte à la vie privée ou encore la diffusion de fausses nouvelles, verra sa première audience se tenir le 16 octobre. (source)

On notera au passage que, n’en déplaise aux porte-drapeaux de la bête immonde, la justice a récemment donné raison à l’action de Cédric Herrou et de tous ceux –  plus anonymes  mais pas moins méritants – qui viennent en aide aux migrants dans ce secteur.  Le préfet des Alpes-Maritimes a en effet été de nouveau condamné pour atteinte au droit d’asile de migrants. CQFD.

vote des étrangers : 200 lieux à Paris pour dire OUi (ou non).

Du 16 au 22 mai : 200 lieux de vote à Paris !

Dans les rues, au cœur des marchés, au pied des métros, dans les bibliothèques et les centres sociaux, dans les foyers, les cafés associatifs, et même pendant les fêtes de quartiers… donner son avis pour ou contre le droit de vote des étrangers sera possible pendant une semaine à Paris, du 16 au 22 mai.

Découvrez la liste des lieux de vote et horaires d’ouverture, et trouvez le plus proche de chez vous !

Pour rappel, toute personne inscrite ou non sur les listes électorales, peut prendre part au vote.

Exprimez vous ! Rendez-vous dans les urnes !

Vous pouvez également intervenir en ligne sur la plateforme de débats www.votationcitoyenne-debat.org

Pour la première fois en 2011, cette Votation a lieu aussi sur internet selon des modalités proches que les initiatives menées sur le terrain. « La Suite Dans les Idées », ensemblier du débat public, et « L’agence web La Netscouade », mettent gracieusement cette plateforme à disposition du débat. Objectif : vous permettre d’exprimer votre avis et de le présenter fermement, qu’il soit pour le OUI au droit de vote des étrangers ou pour le NON.

source

Amis blogueurs, faites passer !