#Irlande #IVG : YES ! (Dehors les bigot.e.s ! )

d8dbf34a027626fb12032635f941d85cef1cd422_field_image_principale_1

Quand l’obscurantisme des intégristes irlandais,  cousins de nos propres cathos réacs de LMPT, perd une guerre dans la lutte pour plus de droits des femmes, antifasciste toujours faire ça :

200w

Et là, la victoire est écrasante, sans la moindre ambiguïté. Jugez plutôt :

Capture.PNG
source

Et toc. Dehors, les grenouilles de bénitiers. Hors de nos vies, hors de nos corps, et hors de culottes… Vous n’avez rien à y faire. Ils nous appartiennent, point barre.

Capture
source

#Brexit : l’Europe punie par là où elle a pêché…

Capture.PNG

Impossible d’y échapper. Le « brexit », ils ne parlent que de ça, comme le prouve cette capture d’écran de mon fil d’ actus.

Capture2

Contrairement à d’autres certainement bien plus catégoriques que moi, surtout parmi les souverainistes et l’extrême droite qui s’en réjouiront probablement, je suis beaucoup plus prudent  sur le sens de ce vote anglais. Je ne sais qu’en penser. Des proches me disent que c’est une chance pour l’Europe sociale, que cet événement pourrait fortement y contribuer. Je n’en suis pas si sûr… D’abord parce que l’Europe s’est fondée, et c’est son tort essentiel, cela même qui à mon sens conduit à son échec aujourd’hui, sur des bases plus (et trop exclusivement ¹) économiques que sociales, environnementales, et humaines. Le moins que l’on puisse écrire est que son fonctionnement n’est pas très démocratique, point qui a certainement pesé lourd aussi dans le choix de certains électeurs anglais… Ensuite, parce qu’on n’a jamais vu le libéralisme se remettre en question, accepter son inefficience, lui qui se présente comme un pragmatisme plus que comme une doctrine, alors que c’est une croyance, et à mon sens celle d’une secte que ses adeptes ne contestent guère, comme ils le feraient d’une foi en un dieu immanent. Ce dieu, c’est l’argent, et c’est pour ce dieu là que les anglais ont quitté l’Europe. Ont-ils eu tort, ont-ils eu raison ? Difficile de leur expliquer en effet sur ce seul point strict là que le brexit est un tort, quand on sait que l‘Angleterre verse 15,2 milliards d’euros par an en moyenne aux institutions européennes quand elle reçoit en «retour» 6,7 milliards, soit une contribution nette de 8,5 milliards (0,3 % de son PIB, source). Une somme qu’un quidam estime probablement en tout bon sens populaire voir revenir dans sa poche de contribuable. Comment l’en détromper ? Les pro-maintien dans l’euro n’y sont manifestement pas parvenus, n’ayant pas grand chose à proposer sur le registre social, et pour cause…  Et ce n’est pas l’argumentation proprement apocalyptique du « Project Fear » (« projet de la peur) qui risquait de leur faire adhérer à un projet européen si défaillant et déséquilibré.

Et maintenant, une foule de questions se posent quand à cette décision du peuple anglais, qui entraîne une multitude de conséquences. Déjà, les places boursières s’affolent, la livre sterling a perdu plus de 10 %. L’Écosse et l’Irlande du Nord, qui se sont prononcées majoritairement pour le maintien dans l’Euro, risquent fort de demander des dispositions pour rester dans l’euro, favorisant indirectement le camp des indépendantistes, et provoquant l’éclatement de la Grande-Bretagne. Ailleurs en Europe, cela pourrait faire tache d’huile et des pays comme la Hollande pourraient s’engager sur la même voie.  Les conséquences de ce vote seront-elles globalement positives, ou négatives ? Comme dans toute réalité quand elle est finement analysée, probablement un peu des deux, nous verrons… Bien malin et bien trop sûr de lui ou d’elle qui prétendrait le prévoir. Mais comme ce monde est peuplé de charlatans qui s’auto-désignent experts, estampillés qui plus est par les chaînes d’infos en continu, alors… je leur laisse volontiers la place. Moi, je vais déjeuner. Bien le bonjour par chez vous.

¹ un point essentiel qui fonde le sens de mon NON pourtant majoritaire mais pas respecté au traité constitutionnel européen.

nos homophobes nationaux dans le miroir du référendum irlandais

10501744_10153377648676520_2482367511703669809_nCaptureDans un pays (le nôtre hélas) qui revendique si volontiers – et davantage d’ailleurs à sa droite, voire extrême – son héritage chrétien, comme il m’est réjouissant  de constater l’amertume et l’aigreur de ces ancien(ne)s de la manif pour tous sur les réseaux sociaux, au regard de la large victoire des partisans du OUI au référendum irlandais sur le mariage pour tous, qu’ils/elles soient homosexuel(le)s ou pas… S’agissant d’un pays majoritairement catholique, le message n’en est que plus fort. Nos catholiques traditionalistes franchouillards seraient-ils plus bêtes que d’autres ? C’est à le croire…

Capture

je conçois que ce renvoi d’image ne leur soit pas très agréable. Il n’est pas franchement en leur faveur, eux qui ont si méchamment défilé contre par ici… Et regardant ce référendum irlandais, on se demande finalement pourquoi notre gouvernement n’a pas fait la même chose, ce qui aurait peut-être évité bien des outrances, bien des provocations, bien des manifestations si rétrogrades, ponctuées de violences et de propos si homophobes. Dommage que l’on ne nous ait pas épargné ici cette pitoyable et regrettable démonstration régressive de la France Rance. Elle a en effet laissé des traces, dans les cœurs blessés de celles et ceux qui se sont vus tellement ostracisés et rabaissés du seul fait de leur sexualité. Ce n’était franchement pas très favorable à l’image et à l’honneur de notre pays. Et dire que les mêmes voudraient nous le faire aimer de force….

11054816_10153377650351520_6617441498111159745_n

Aujourd’hui, balade irlandaise

 

source : cliquez sur l’image

Les irlandais sont appelés aujourd’hui à se prononcer par référendum sur le pacte budgétaire européen. Une consultation dont on semble éviter de parler trop fort médiatiquement parlant en Europe, des fois que ce la donne des idées à d’autres. Et puis, de toute façon, l’expression démocratique des peuples, vous savez, il est d plus en plus visible que les technocrates de Bruxelles et d’ailleurs s’assoient dessus, de toute façon…  #Remember2005…

 j’espère toutefois que le non l’emportera malgré les pronostics de ceux qui savent… L’irlande n’a-t-elle pas une longue tradition en matière de rébellion populaire ? Gens de gauche irlandais, montrez-nous que vous avez plus de courage que les socialistes français… Réponse après 22H00 GMT…

Et si nous faisions comme les irlandais ?

Quand j’ai lu cet article qui relate la situation en Irlande, où plus de la moitié des irlandais refusent de payer leurs impôts, j’ai été saisi, je l’avoue, par un sentiment de défaitisme coupable. En effet, je m’imaginais dans quelques mois, quand Hollande sera pressé, comme d’autres chefs d’État en Europe (c’est devenu un schéma terriblement classique), d’appliquer des mesures toujours plus contraignantes pour résorber une dette dont une grande partie n’est pas la nôtre. Et les bras m’en tombaient car je me disais au fond de moi que, compte-tenu de l’attitude généralement si résignée de mes concitoyens, qui ne semblent plus avoir la force de lutter pour sauvegarder leurs droits les plus élémentaires, il était bien probable que trop peu de gens aient le courage de ces irlandais là.

Vous le croyez ou pas, m’en fous : moi si. Car j’ai toujours pensé qu’il devrait exister par exemple pour le paiement des impôts une clause de conscience. Ainsi, il m’est pénible de payer quoi que ce soit pour une énergie nucléaire dont je réprouve l’utilisation. Autre exemple,  je suis antimilitariste, et je ne comprends donc pas pourquoi une partie de mes impôts (qu’entre parenthèse j’aimerais bien connaitre !) devrait servir à financer une action que je réprouve. Contribuer à la mort d’innocents ou de nos soldats en Afghanistan ou ailleurs m’est très désagréable. Par contre, payer pour que mes voisins mangent à leur faim, aient un toit décent, même s’ils sont étrangers, et pourquoi pas en situation irrégulière (je m’en fous, mais d’une force !), juste histoire d’attirer les trolls habituels, cela ne me gêne nullement, car je ne suis pas de droite, mais avant tout démocrate.

Aussi, je pose la question : jusqu’où êtes vous prêts à vous laisser tondre, aller trop loin, subir des plans d’austérité dont le seul intérêt est manifestement d’enrichir ceux qui le sont déjà ,  et de renflouer des banques pourtant fautives, sans aucune contrepartie sociale ?

.

Qui recueillera les fruits juteux des faillites nationales ?

Sursaut des peuples d’Europe

« Ne rougissez pas de vouloir la lune : il nous la faut »

La crise de la dette qui balaie certains pays européens prend une tournure inédite : née du choix des Etats d’emprunter pour sauver les banques, elle place des pouvoirs publics exsangues sous la tutelle d’institutions soustraites au suffrage universel. Le destin des peuples de la Grèce, du Portugal et de l’Irlande ne se forge plus dans les Parlements, mais dans les bureaux de la Banque centrale, de la Commission européenne et du Fonds monétaire international. En attendant une convergence des mouvements sociaux ?

Par Serge Halimi

Economique mais aussi démocratique, la crise européenne soulève quatre questions principales. Pourquoi des politiques dont la banqueroute est assurée sont-elles ([…] La suite de cet excellent article ici.

La main d’Henry dans la culotte d’un zouave : la FIFA.


Socialement très incorrect, je n’aime pas le foot, et le claironne haut et fort. Voilà qui est dit. Ce que je n’y aime pas, ce n’est pas le sport en lui-même, mais tout ce qui l’entoure : la mâlitude dans ce qu’elle a de plus vulgaire, les supporters éructant de la mauvaise bière et utilisant parfois ce prétexte facile pour tout casser sur leur passage, obligeant des hordes de policiers à encadrer leurs débordements aux frais du contribuable, alors que dans le même temps d’autres à ce jeu là s’en mettent plein les fouilles au passage du divin grand ballon… et de la sacrée coupe camouflée en Graal moderne. Chaque époque a les idoles qu’elle mérite… Mais qu’on ne me demande pas de l’adorer : je suis athée.

J’ai entendu à propos de cette fameuse affaire de la main d’Henry à laquelle je ne comprenais rien au départ pour ne pas m’y intéresser une réflexion qui m’a semblé intéressante de la part de je ne sais plus quel commentateur sur France Info. Il installait un parallèle entre les tricheries en politique, dans les affaires et dans le sport en faisant de ce procédé immoral une figure de style caractérisant notre époque. Il est vrai que j’ai pu constater, dans mes études notamment, même au plus haut niveau, à quel point ne pas tricher, être honnête tout simplement, sans ostentation mais parce que l’on a été éduqué comme cela malgré la modestie de ma classe sociale, est peu courant, voir un sujet de raillerie dans certains milieux prétendument supérieurs…

Sans m’intéresser au foot, je ne suis donc pas loin de rejoindre cet avis radiophonique. Il me semble en effet surprenant, voire défier les plus élémentaires lois du bon sens, qu’un but marqué avec l’aide de la main par une personne qui reconnaît sa faute, constatée par tous, qui fasse l’objet d’une demande légitime de la part de l’équipe d’un pays qui entre parenthèses a déjà connu l’affront d’un référendum bafoué, et alors que ce joueur dise lui-même qu’il serait plus équitable que ce match soit rejoué, finisse par une fin de non-recevoir de la FIFA. En prenant cette décision, elle cautionne, persiste et signe une évidente erreur d’arbitrage, s’enfonçant dans le mensonge d’une décision inéquitable.

Et l’injustice entraîne toujours la violence de par la pression indicible qu’elle exerce. Mais il est vrai que moi, le foot, je n’y connais rien…


Votez pour ce billet en cliquant ici :

et moi qui aimais tant l’Europe…

Dublin_122

(une image issue de la Photothèque du mouvement social)

.

Comme en Roumanie lorsque Ceausescu envoyait ses chars pour détruire les villages en 1989 afin de faire du passé table rase pour un monde meilleur car à son image, pleine d’une sûre modernité, voilà que l’Europe est en marche à grands coups de directives vers un modèle économique et social unique, à l’image des Barroso, Bolkenstein et consorts…


Un modèle qui ne s’embarrasse manifestement pas de considérations d’ordre éthique, historique, social ou sociétal : foutaises que tout cela. La parole est au seul marché, « libre et non faussé ». Pourtant, peu en sont conscients parmi ceux qui ont voté (ou pas…) en juin dernier… Si persuadés que ce grand machin ne sert à rien… Vraiment ?


Les services publics sont une entrave ? Réduisons les à leur plus simple expression ! Les français ont voté Non ? On se passera de leur consentement… (avec Sarkozy, tout est possible !). Les irlandais aussi ?  Qu’à cela ne tienne, on les fera revoter… jusqu’à ce qu’ils s’expriment dans le bon sens : celui que nous attendons. Quitte à leur promettre monts et merveilles. Les promesses n’engagent que les imbéciles qui y croient, selon l’expression con-sacrée. Déni de démocratie ? Cela n’est pas si simple, mon bon Monsieur, le monde est bien plus complexe que vous ne le croyez, arrêtez de voir le mal partout !


En attendant, le citoyen n’est pas aveugle, voit et vote. Ou ne vote plus, écœuré qu’il est si légitimement par une telle mascarade… L’abstention est peut être idiote, mais si compréhensible.


Arrêtons de prendre les gens pour des cons. Agissons. Il s’agit de leur redonner leur parole perdue, à l’instar de cette votation citoyenne sur l’avenir de la poste, qui s ‘est terminée samedi, et que nos adversaires politiques traitent avec tant de mépris (leur ferait-elle si peur ?) comme Estrosi qui évoque à son endroit une manipulation stalinienne… Pauvre crétin inculte.


Moi, je préfère repenser à ce vieil homme courbé, devant la Poste de mon trou du cul du monde à moi, manifestement immigré, avec un enfant au teint sombre et aux cheveux crépus qui s’agrippait à son bras, si ému de voter, nous demandant s’il pouvait quand même, qui m’a rappelé fort douloureusement les promesses non tenues d’une certaine gauche… Et qui montre à lui seul à quel point nous n’en avons pas encore fait assez.


Rien que pour lui : que vive la résistance !

.