Ruffin confirme : #Chouard, passerelle vers l’extrême-droite

Mieux vaut tard que jamais. Après l’avoir porté aux nues, Ruffin fait enfin machine arrière. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…

Capture.PNG
source

«  Le souci, c’est qu’au-delà de Chouard, de ses propos, de sa confusion, dans ses débats grouillent des groupuscules d’extrême droite, qui en font un point d’appui, un lieu de recrutement. (…) Je n’avais pas vu combien il pouvait servir de passerelle.  »

En effet, je confirme… Encore un exemple récent :

Capture.PNG

De plus, voilà qui est troublant, on dirait que Ruffin reprend ma propre expression : « Chouard, passerelle vers l’extrême-droite ». En effet…. C’est le moins qu’on puisse dire et écrire. Les collusions sont un peu trop évidentes. On ne peut pas dire que depuis l’affaire Soral, il se soit véritablement assagi, ni vraiment compris ce qu’on lui reproche. Il était encore sur TVL en fin d’année dernière… CQFD.

 

 

#Souverainisme : une couronne pour les bas du front… patriotard #LFI #LesPatriotes #UPR

Capture.PNG
source

Quand ce faux derche à la gueule de gendre idéal – ce sale hypocrite – cette turbine à fakenews – ce petit facho aux dents longues à rayer les parquets des chiottes qu’il n’aurait jamais du quitter (rayer la mention inutile)  s’intéresse aux zinzininsoumis, qui croyez vous qu’il lorgna ?….  (il l’a tancé ici).

DwtdpmtX4AAMj5G.jpg

Voilà. Vous y êtes. En plein dedans. Trop tard…. ça colle aux basques, hein…. Et regardez vos pieds : sont tous crottés, maintenant.

ça vous apprendra à faire attention avant de marcher dedans….

 Le patriotisme est une idiocratie, la suite… (au prochain épisode).

Plus j’observe Mélenchon et #LFI, plus j’aime l’ #anarchisme

51QPBObYikL._SX355_

Le pouvoir tend à corrompre, et le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes mauvais. (John Emerich Edward Dalberg-Acton)

Plus le temps passe, et plus je me dirige vers un positionnement anarchiste, pur et dur. Ni Dieu, ni Maître, ni gourou.  Aucune domination d’aucune sorte : raciste, sexiste, économique, institutionnelle ou religieuse. J’ai d’ailleurs découvert depuis peu  que Corcuff, dont j’apprécie (en partie, sur certains points) le travail,  avait fait pareil il y a cinq ans, après un parcours aussi sinueux que le mien. Malgré des étapes différentes, mon antifascisme et la déconstruction qu’il présuppose m’ont donc amené au même endroit… ). Ce qui est en train de se passer en ce moment de si grave à mon sens chez les soi-disant insoumis, qui se révèlent pour une part non négligeable tellement évidemment et visiblement soumis au comportement si tyrannique de leur maître à tous, ne fait que me conforter dans mon orientation politique récente (mais dont des fondements étaient déjà bien présents depuis longtemps en moi, bien qu’à l’état de germes). Je ne discuterai pas des fondements juridiques de l’affaire, qui m’échappent, mais dont je connais les origines, comme je l’expliquais déjà ici, et dont je m’étonne que les militants du mouvement de Mélenchon foncent à tête baissée dedans sans réfléchir, emportés par leur seule émotion… Je veux plutôt parler de l’image désastreuse que cela peut donner pour toute la gauche, à laquelle je me sens encore appartenir, à l’extérieur, pour le quidam.

Un tel déchaînement de violence est-il acceptable, alors qu’on est de surcroit soi-même dans son tort, par la confusion des sphères publiques et privées, des donneurs d’ordre et des prestataires des dépenses de communication visées par cette enquête  ? Menacer des journalistes, y compris nominativement. Inciter à les harceler, à « les pourrir« . Les insulter. Les agresser verbalement, violemment. Crier au complot. Dénoncer chez les autres ce que l’on fait soi-même, et reprendre les mêmes accusations pour couvrir des faits qu’on vilipendait quand ils en concernaient  d’autres, voilà qui n’est ni cohérent, ni utile, ni souhaitable.

Et quand j’observe au quotidien l’action de ses séides sur les réseaux sociaux, je suis à la fois stupéfait et conforté dans mon idée. Leur comportement devient odieux, méchant, agressif, violent, injuste, rejetant tout et n’importe quoi dans un délire de persécution tel qu’il est devenu impossible de discuter avec elles/eux sans se retrouver sommé de choisir son camp, qui est forcément celui de l’ennemi. Nous ferions le jeu de Macron ou de l’extrême-droite, pour sûr. Ben tiens…

Sauf que. Ya comme un défaut dans la boite à fusibles : je suis hors jeu électoral, et je me fous de vos stratégies politiques de supermarché idéologique. Et quand je vois comment cela vous rend, c’est comme pour l’effet des religions : je préfère choisir de ne croire en aucune de vos idoles.  Elles vous rendent vraiment -très) con/ne/s. Votre comportement devient vraiment grotesque. J’ai un peu honte pour vous, en fait.

Et ôtez vous de mon soleil.

 

Avec la (f)Rance dite « insoumise », toujours plus loin dans le #nationalisme et le #confusionnisme politique #LFI

On va encore me dire que je crache sur la gauche, et que je ne perds jamais une occasion pour taper sur mes anciens « camarades » politiques du Front de gauche. Faux :

1. je n’ai pas de « camarades », c’est un mot daté, signé, et périmé à mes yeux. Je ne suis pas ni n’ai jamais été leur « camarade », et d’ailleurs je déteste ce mot.

2. Il suffit de regarder le contenu de mes billets, ça fait bien des mois que je n’en ai pas parlé tant ils ne m’intéressent que de plus en plus moyennement. Et tant leurs rangs sont emplis de scories confusionnistes et politiques, comme les invitations de leur si révolutionnaire média (la dernière fois que j’en ai parlé, je crois, de ce camp là, c’était à cette occasion) peuvent en témoigner.

Mais l’actualité m’oblige à y revenir, vu qu’ils tendent sans cesse le bâton pour se faire battre… Déjà, cette déclaration de Mélenchon, sur ce point précis, met le doigt où ça fait mal à mon internationalisme et mon côté no border :

Capture.PNG

Qu’on me dise franchement en deux mots, loin des arguties habituelles dont je n’ai cure, en quoi ce genre de choses diffèrent si grandement des propos du FN, même travesti en RN… Ils ne disent rien d’autre. Ton côté cocardier dont tu es si fier, Méluche, je le vomis, par toutes les pores de ma peau. Le patriotisme, cousin par alliance du nationalisme,  est à mon sens un crétinisme, et j’ai déjà expliqué ici maintes fois pourquoi. Le doigt sur la couture du pantalon en fonction de l’intérêt supérieur de la nation, cette soumission aveugle à un espace géographique, politique et social dont je réfute les autorités et dont m’oppose aux orientations si néfastes, c’est pour les bas de plafond au sens critique atrophié que je combats, pas pour moi.

Et puis, comme si cela ne suffisait pas, dans la même journée, je tombe sur ça, signalé par Laurence de Cock :

Capture.PNG

Avec la fRance « insoumise », allons toujours plus loin dans le confusionnisme politique, et le rouge qui vire au brun. Ma claque, de ces gens… Dont les trolls vont encore venir me négocier le bout de gras, trouver de très bonnes raisons à tout cela, m’expliquer encore une fois (c’est vrai, je suis très con, tout le monde le sait), que je n’ai rien compris…

Pourtant, je vois de plus en plus clair dans leur jeu, incompatible avec l’antifascisme que je défends : ratisser toujours plus large en se bouchant les narines s’il le faut… Qu’ils dégagent, eux aussi. ça pue. Grave. Et ce ne sont là que des exemples, je vois tous les jours des exemples factuels de leur errance politique… Gagner des élections à tout prix ne justifie pas tout.

 

Insoumission

FCA_Conscrits

En entendant parler de la confirmation par Macron d’un service national obligatoire, mon sang de gauchiste n’a fait qu’un tour, et je m’apprêtais à lancer un appel à l’insoumission (la vraie) et à la désertion. Je refuse en effet de servir une cause militariste et nationaliste qui n’est pas la mienne, et qui a démontré ses patents échecs et ses horreurs tout au long de l’histoire. ¹  Cependant, mon âge m’en dispensera de toute façon, je ne suis pas concerné, et il y aurait donc là une grande hypocrisie à tenir une posture de pure forme. De quel droit dicterais-je en outre la conduite à tenir aux plus jeunes ?

Et puis je suis allé voir ce dont il s’agissait.

Capture.PNG
source

Plaçons nous tout de même dans la condition d’avoir à se plier à ce dispositif, ou d’avoir des enfants qui le seraient, et dont on devrait garantir les droits, et faire respecter les convictions, quand ils en ont sur ce sujet.   On commencera par passer en revue l’argument idéologique absolu qui consiste à dire que puisqu’antifa, et libertaire, je refuse de servir tout état que ce soit, d’autant plus que ce dernier ne cesse de fouler aux pieds les règles humanitaires et humanistes les plus basiques, et qu’accepter de le servir serait donc en être complice. Cela exposerait à des sanctions judiciaires, n’en doutons pas. On peut être en droit de tout à fait les assumer. Mais au vu du contenu du dispositif, je crois que si j’étais concerné, je ne me dirigerais pas forcément dans cette voie, mais vers l’engagement dans une association à vocation humanitaire, sociale, afin de servir une cause plus en accord avec mes convictions. A mon époque, il existait autrefois le service civil, en substitution du service militaire obligatoire, lorsqu’on adoptait le beau statut d’objecteur de conscience. L’injustice résidait alors en ce qu’il durait deux ans, contre un seul pour les militaires. Je concevais alors l’insoumission tout à fait légitime, elle répondait à une injustice flagrante, puisque l’on voulait punir celui qui ne se soumettait pas à leur logique militariste coercitive en le privant d’une année de liberté personnelle de plus. Aujourd’hui, le dispositif prévu est différent. Reste à savoir quel en sera le contenu exact, et quelles seront les associations réellement habilitées à recevoir ces nouveaux « conscrits », pour quelles « missions »…    Toujours est-il qu’envisager de rendre obligatoire ce dispositif, sans la moindre consultation de tous les principaux concernés, en dit encore une fois bien long sur le mode de gouvernement actuel… Mais puisque lesdits faussement insoumis sont d’accord avec ce projet, puisqu’ils l’ont inscrit dans leur propre programme au moment de la présidentielle, nul doute qu’ils voteront pour le moment venu, n’est-ce pas ?

A suivre donc.

Post-scriptum : qu’est-ce que je disais… Honte de rien : Continuer à se qualifier d’insoumis, dans ces conditions, relève de l’escroquerie politique.

Capture

Comme je le lui ai fais directement remarquer, ya tromperie sur la marchandise….

De plus, quand on voit quel camp politique soutient cette mesure, ya franchement pas de quoi être fier…

Capture.PNG
source

 

¹ Tout au plus accepterai-je de prendre les armes pour lutter contre un ennemi fasciste, coupable de crimes contres l’humanité, selon le contexte, mais selon mes choix, et des modalités préalablement déterminées, en homme libre, pas en soumis, mais en acteur conscientisé.