@gerardcollomb, condamnez moi : j’appelle à l’Insurrection.

« Que les mots n’appellent pas à l’insurrection ». « Toutes celles et ceux qui appellent à l’insurrection doivent être à un moment donné poursuivis, et ils le seront » (G.Collomb)

Depuis des années, j’appelle à l’insurrection. J’ai même appelé en renfort le Général Ludd, c’est dire…   Alors, j’attends avec impatience ma condamnation, Monsieur le Sinistre Collomb, si conciliant avec les petits nazis…  Car je ne serai jamais aussi fier de la porter qu’aujourd’hui, où l’insurrection n’a jamais été un si beau mot, qui attend l’action, utile et nécessaire. Car ce serait l’honneur de ce désespoir populaire que ce gouvernement méprisable sème aujourd’hui comme jamais.

Jamais un pouvoir depuis longtemps n’a en effet été aussi dur envers le « petit peuple », qu’il ne cesse d’oppresser, mépriser, et rançonner. Jamais un pouvoir depuis longtemps n’a autant employé la force publique pour faire taire toute opposition, de NDDL aux universités en passant par les actions syndicales, de façon si excessive, outrancière, exclusivement sécuritaire, sans la moindre marge de dialogue possible. Jamais un gouvernement depuis longtemps n’a été aussi violent envers les plus fragiles d’entre nous, en fliquant par exemple si brutalement les chômeurs, tout en se montrant si généreux avec les déjà si bien nantis, comme aujourd’hui Macron encore avec l’abandon de l’exit tax. Révoltant, profondément. Alors, vos petites menaces de petit réac aigri dont la seule petite œuvre utile sera de nous débarrasser de sa présence si hautement toxique pour la collectivité, vous savez où on se les met ? Elles ne nous font ni chaud ni froid, et ne sacrent que votre ridicule grandiloquence. Car nous savons pour qui vous roulez, vous et vos semblables. Et ce ne sont certainement pas pour les intérêts populaires, que vous foulez au pied chaque jour un peu plus. Jamais un gouvernement depuis longtemps n’aura jamais aussi peu eu le sens de l’intérêt commun, et autant celui de l’intérêt particulier des plus aisés. Alors, je le dis, je l’écris, persiste et signe : l’appel à l’insurrection est un devoir moral éminemment nécessaire, face à un pouvoir aussi injuste.

le front du peuple aux couleurs de Grigny

.

« Si vous faites les moutons, vous serez tondus ! »

Hier après-midi, le candidat du Front de Gauche était à Grigny, une commune du sud-est parisien (ici), dans le quartier de la Grande Borne, qui ressemble à ça :

Il est probable que les journalistes n’y soient pas forcément bien aimés car ils ont plus l’habitude d’en parler à l’occasion de ce genre d’événements plutôt que d’autres plus positifs comme il y en a toujours,  et partout – le verre à moitié vide ou plein ! – ou lors de la venue d’un responsable politique d’un tel acabit, plutôt rare en ces lieux. L’une des rares fois où l’on a vu un politique de ce niveau (ou pas…) dans une cité de banlieue, n’était-ce pas pour y mépriser, insulter et amalgamer  les jeunes à une minorité de délinquants qui ne représentent aucunement la population réelle  ?

Cadeau de l'ami Nathanael du blog Le Cri du Peuple

A Grigny comme ailleurs, Jean-Luc a détaillé son programme, de la même manière tout aussi convaincante, motivée, riche de ses fortes convictions, pour lesquelles nous nous sentons si bien représentés, d’où son succès grandissant, qui n’étonne que ceux qui ne sont pas inscrits aussi fortement que nous dans le terreau populaire.

Il a commencé son discours en lançant une boutade à ceux qui tentent de le caricaturer en laissant croire qu’il venait y faire son show, plutôt que d’y partager, avec les gens des cités aussi, des idées. Le candidat a rappelé que Grigny était située à la lisière de la zone industrielle la plus importante et la plus riche d’Europe (la commune est intégrée par l’Insee à la zone d’emploi d’Orly), ce dont les habitants de l’une des villes la plus peuplée, la plus jeune et la plus pauvre du bassin parisien ne profitent pourtant guère…

« ah, vous allez en voir des gens qui ont la solution toute faite, petits groupes ou grands partis, qui prétendront savoir mieux que ceux qui s’y trouvent ce qu’il convient de faire. Des listes de mesures, il y en a, mais en vérité on en trouvera toujours davantage parmi les gens eux-mêmes qui s’organisent. Nous sommes toujours plus forts de notre intelligence collective…« 

Immigration, sécurité, économie, emploi, éducation, les thèmes les plus essentiels ont été abordés pendant ce discours de 39 minutes pendant lesquelles il a voulu s’adresser de manière plus personnelle aux gens rassemblés là : « les parents d’ici valent les parents de partout. Tous aiment leurs enfants et ont envie qu’ils réussissent. »… Chaud au coeur pour ceux que ça fait sûrement plaisir de se l’entendre dire, et qui en ont marre des clichés, des préjugés, et des stigmatisations habituelles…

Il s’en est pris à juste titre, par delà sa seule petite personne et pour tous les gens qu’il représente, à ceux qui en ce moment le désignent à la vindicte populaire sous les prétextes les plus fallacieux et hypocrites, et pour certains, tellement excessifs qu’on aimerait qu’ils soient plus clairement condamnés. Ainsi, la présidente du MEDEF, un syndicat patronal qui a le droit quant à lui de défendre des idées et des intérêts propres à sa caste quand les syndicats de salariés n’auraient pas le droit de le faire, et se voient gravement calomniés par le Président de la République en personne, du jamais vu. « Oui, Madame Parisot, c’est un mouvement révolutionnaire. Cette femme a dit que je représentait la terreur. Pour son portefeuille, j’en conviens. Mais peut-être que son cerveau est réduit comme son cœur a son portefeuille. » … je ne croyais pas si bien dire, ou plutôt écrire, avant que je voie cette vidéo ou lise les commentaires de ce discours, en écrivant ce billet là, hier…

Au moment où les sympathisants du Front de Gauche sont en train de construire ce qui n’est déjà plus le Front de Gauche mais le front du peuple, pour reprendre les mots du candidat, et que nous sommes en train de porter ce mouvement au dessus de Madame Le Pen, au dessus du FN, il est dommage d’assister à « un tir de barrage incroyable »… Qu’est-ce que cela veut dire ? Pourquoi ne s’en prennent-ils pas plutôt au FN et à Sarkozy ? « Fichez nous la paix » ! « Nous avons sorti le chien de garde (du capitalisme : le FN), et nous sommes en train de libérer la parole politique en France grâce à notre travail ! » Vraiment content de le voir dit, et écrit, au moins ici…

Aussi, il est d’autant plus incompréhensible que des journalistes américains de droite, peu inventifs manifestement, comparent Jean-Luc Mélenchon à un singe après avoir fait de même avec Morales, Chavez ou Obama. « je suis fier de faire partie ce club là » ! Il est incompréhensible, honteux et d’autant plus indigne de quelqu’un qui se prétend socialiste comme Monsieur Collomb compare le candidat du front de gauche à Pol Pot, le dictateur sanglant d’un régime qui a engendré un plan d’extermination de deux millions de personnes, ce régime des khmers rouges que Jean Luc a explicité aux habitants de Grigny. Et après, les mêmes vont dire que nous serions nous facteurs de division ? Pourtant, qui porte le plus fièrement la parole de la gauche ?

« Le moment où nous sommes tous des rois, c ‘est celui où se ferme le rideau de l’isoloir« , dira encore Jean-Luc, nous rendant notre dignité perdue…

« Ce pays est à nous. D’où que viennent vos parents, quelle que soit la couleur de votre peau, quelle que soit votre religion, garçons ou filles, la France est grande si vous y êtes ».

Message reçu.

La vidéo est ici :

L’ami Nathanaël, qui lui y était, en fait un billet plus circonstancié et personnel là.

je vous invite également à lire l’intéressante analyse inspirée du concept « agir local pensez global » du P’tit grignois,  organe du Parti de Gauche des Lacs de l’Essonne,  dont j’ai pris connaissance par l’intermédiaire du même Nathanaël. Une brochure de très grande qualité.

Bon, les diées, c’est pas tout, mais moi, il faudrait bien que je pense à manger… Mon corps me rappelle à l’ordre.  Bien le bonjour par chez vous.

.

.

Le nombre de la Bête

 The Number of the Beast is 666 par William Blake, musée Rosenbach, Philadelphie (source)

 

Étymologiquement, le mot « apocalypse » est la transcription d’un terme grec (ἀποκάλυψις / apokalupsis) signifiant mise à nu, enlèvement du voile ou révélation. (Wikipédia). Je n’aurais pas dit mieux…

  Il m’apparaît confusément probable que nous soyons éventuellement nombreux à nous poser la question… Le monde ne semble-t-il pas avoir atteint son point de fusion sociétale ?  Genre Sodome et Gomorrhe ? Noé et son déluge ?  Les invasions de sauterelles et les pluies de crapauds morts ?  Et tutti quanti ?

 Entre les suicides publics qui remettent l’usage de l’immolation au goût du jour,  les révoltes arabes (ou pas), les mouvements sociaux, ceux des indignés ou d’autres,  les émeutes anglaises, les conflits armés, la peste brune qui se propage (et pas seulement chez les Desouches), la crise boursière et ses effets collatéraux (comme je suis triste pour lui… le pauvre !), et cette guerre mondiale des monnaies qui s’annonce, on n’est pas dans le caca !

 Surtout avec des gouvernements aussi corrompus

 Et si l’on rajoute à cette fresque apocalyptique les attaques d’Anonymous, la disparition annoncée de… Facebook (oh non, pas ça !), les invasions d’algues vertes, brunes, et de méduses bleues à Lacanau, c’est la totale !

 Du coup, ce qui constituait il n’y a pas si longtemps le centre des préoccupations médiatiques françaises nous apparaît aujourd’hui bien dérisoire…

 Le monde est fou.

 Cela n’est pas irrémédiable : la folie étant à mes yeux – d’après le peu que j’en sais – la pathologie de la perte de sens commun, si notre monde souffre de l’absence de projet collectif, il suffira d’en reconstruire un. Qui ne soit pas exclusivement basé sur la richesse financière, mais humaine, tant qu’à faire…

Heureusement, un autre monde est possible.

.

« L’argent ne fait pas le bonheur… des pauvres. »

Voilà qui ravira le smicard, au moment même où son patron a profité de ses vacances pour lui envoyer une petite lettre de remerciement pour services rendus licenciement économique,

 Voilà qui mettra de la joie dans le coeur de ce pseudo-assisté qui tente de vivre péniblement avec ses 466,99€ par mois (le montant exact du RSA pour une personne seule) et de plus sous l’opprobre générale,

Voilà qui ravira ces travailleurs saisonniers qui dorment dans leur bagnole ou dehors parce que leurs patrons ne veulent (ou ne peuvent) pas les loger,

 Et qui rendra l’espoir à tous ces gens qui vivent dans des conditions si précaires alors qu’ils ont un emploi, dans les grandes villes, faute de logement :

 Un homme, parmi d’autres, va toucher un petit chèque de seulement… 975 000  euros… Le pauvre. Et tout cela pour ne pas avoir fait son boulot…  Mieux être footeux que travailleur social, manifestement.

 La justice n’est pas de ce monde. Vivement la redistribution des richesses, moi j’vous l’dit !

.

Et toi, smicard, pourquoi te fais-tu chier ?

Il n’y a jamais eu autant de millionnaires

Le monde comptait, en 2010, 10,9 millions de millionnaires en dollars, un record qui surpasse même le niveau atteint juste avant la crise financière, selon une étude publiée mercredi par Merrill Lynch Wealth Management et le groupe français de conseil Capgemini. La population concernée est celle des individus disposant d’un patrimoine financier de plus d’un million de dollars hors résidence principale, biens durables et collections.Après un très fort rebond en 2009, la progression enregistrée en 2010 a été moindre mais elle a permis de dépasser le chiffre de 10,1 millions observé en 2007, avant la crise financière. En 2009, le nombre de millionnaires dans la région Asie et Pacifique avait égalé celui de l’Europe. Un an plus tard, l’Asie-Pacifique compte 3,3 millions de millionnaires, contre 3,1 millions seulement en Europe. La région Amérique du Nord conserve néanmoins la tête des principales zones du monde, avec 3,4 millions.

.

Quand un procureur sakozyste viole la loi, où va-t-on ?

Le procureur sarkozyste Courroye remercié ?

 Il est à présent admis par plusieurs sources que le procureur Courroye, proche de Nicolas Sarkozy, a violé la procédure ( ce qui est plutôt dérangeant pour un magistrat du parquet…), et s’est donc vu désavoué par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux, juridiction dans laquelle le dossier avait été transféré l’année dernière.

 Celui qui instruisait l’explosive affaire Bettancourt  au parquet de Nanterre  avant d’en être dessaisi, (comme l’avait d’ailleurs déjà proposé auparavant Eva Joly), au motif qu’il y avait une trop grande proximité médiatique qui nuisait au bon fonctionnement de la justice, vient donc de se prendre une grande baffe dans la tronche. (Puisque certaines manchettes journalistiques parlent de camouflet, il  fallait bien innover…).

 Voilà comment Le Monde, aujourd’hui, relate l’événement :

 Le désaveu, pour Philippe Courroye, le procureur de Nanterre, est cinglant. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux a considéré, dans un arrêt rendu le 5 mai – dont Le Monde a eu connaissance –, que la procédure lancée en septembre 2010 à l’encontre de la juge Isabelle Prévost-Desprez, pour « violation du secret professionnel » était entachée d’illégalité.

En conséquence, les magistrats ont annulé l’essentiel de l’enquête. Ils ont fondé leurs arguments sur le fait que M. Courroye avait demandé aux services de police de se procurer les « fadets » – facturations téléphoniques détaillées – de deux journalistes du Monde, censés être en relation avec Mme Prévost-Desprez.

La chambre de l’instruction a estimé que cette initiative procédurale était totalement illégale.

Dans ses attendus, l’arrêt rappelle qu’à aucun moment, « l’accord des intéressés, qui n’ont d’ailleurs pas été entendus au cours de l’enquête, n’a été recueilli », ce qu’exige pourtant l’article 77-1-1 du code de procédure pénale. Il y a, selon les magistrats, une « violation manifeste » de l’article 10 dela Convention européenne des droits de l’homme et de l’article 2 de la loi du 29 juillet 1881.

Si un procureur lui-même viole la loi, où va-t-on ? On comprend mieux pourquoi la france a été rétrogradée à la 31 ème place du classement mondial des démocraties par le journal libéral The Economist !

Le Monde, toujours dans ce dossier, a déposé au tribunal de grande instance de Paris une plainte avec constitution de partie civile, pour« violation du secret des sources ».

 Il est intéressant de constater que l’affaire prend un tournant si délicat pour le Président de la république française et l’oligarchie environnante que la chaîne TF1, l’amie des sarkozystes,  préfère titrer quand à elle sur son site :

 Affaire Bettencourt : les sources du Monde non utilisables en justice

 La justice appréciera. Et l’affaire Bettancourt suit son cours… Comptez sur moi pour suivre également le sien , ce dossier me revenant encore hier en tête quand un membre du gouvernement se faisait l’écho d’une  nouvelle chasse  de plus aux assistés… Quand on sait que Mme Bettancourt paie moins de 2.5 % % d’impôts là où nous en payons, pour la plupart d’entre nous, 25 %…. Cherchez l’erreur. Sans parler du fait que cette justiciable (comme les autres ?) a remporté l’année dernière la palme de la passoire fiscale avant que le bouclier ne soit aboli dans les conditions que l’on sait.

Et c’est aux pauvres qu’on fait la chasse ? Quelle injustice !

Cette affaire est donc pour beaucoup d’entre nous le symbole d’une justice de classe… Même si d’excellents théoriciens tentent de nous convaincre que ce concept est dépassé,  nous ne sommes pas prêts de l’oublier.

.