quand le Conseil Constitutionnel approuve l’exploitation des détenus (et que l’#IPJ le félicite…).

Encore un exemple récent qui démontre que le conseil constitutionnel ne sert vraiment à rien. Il devait examiner la QPC portant sur « l’Acte d’engagement des personnes détenues participant aux activités professionnelles dans les établissements pénitentiaires. » Son verdict a été rendu aujourd’hui : pour eux, le travail en milieu carcéral – non assujetti au Code du travail – est conforme à la Constitution. Voilà un jugement qui révèle l’esprit bien étriqué de ces gens là qui n’ont jugé que sur la forme et non sur le fond. Certes, si l’on fonde sa décision uniquement sur la dimension purement législative,  le travail carcéral échappe en effet au code du travail par la volonté du législateur. Mais qu’en est-il de la réalité, et de la moralité ? Responsable d’entreprise d’insertion dans le passé, j’ai été confronté à de multiples reprises au cas de figure où, face à une commande de sous-traitance, quelle que soit son importance, plusieurs types de sociétés y répondaient par des devis, chacune selon ses contraintes et coûts spécifiques. Bien sûr, le coût de main d’œuvre constituait la ligne la plus chargée. Une entreprise classique ne pouvait donc que difficilement y répondre, à moins de travailler à perte. Seules des entreprises aidées pouvaient se maintenir sur les rangs. Et systématiquement, si jamais un atelier de travail en milieu carcéral était présent parmi les offreurs (entreprises d’insertion, ateliers protégés, services d’aide par le travail), il emportait le marché. Logique, puisque ce genre de structures n’étant pas tenu par le code du travail, justement, il ne rémunère pas ses travailleurs au smic, ce qui leur permet de casser les prix. j’ai assez pesté contre cela pour savoir de quoi je parle. Et donc, Mesdames et messieurs les députés, chargés de proposer des lois justes et cohérentes, qui respectent les droits humains, vous trouvez cela normal, de créer de la concurrence faussée dans des domaines qui devraient de par leur nature y échapper ? Et je reste sur le registre purement pragmatique, sans même parler de la dimension morale qu’il y a de ne pas rémunérer un travail correctement effectué par un juste salaire…. ça ne vous dérange donc pas, l’exploitation de l’homme (de la femme)  par l’homme (par la femme) ? Que dire en outre, sur le plan strictement éducatif et pédagogique, et social, de l’effet discriminant et dévalorisant de cette pratique qui consiste pour un travail donné à un détenu à le sous-payer ainsi ?  Voilà qui ne favorise vraiment  pas son insertion future, à sa sortie… et son estime personnelle. Voilà un contexte qui me semble à tout niveau bien contre-productif… Il s’agirait vraiment, dans une société moderne, d’y mettre un terme. C’est une simple question de volonté politique.

Post-scriptum : j’apprends que l’Institut pour l’injustice la justice, se félicite de la décision du Conseil Consitutionnel… Normal, il est classé à droite… et pour ces gens là, l’inflation judiciaire et le déni des droits humains, c’est maintenant :

CaptureLa droite dans toute sa splendeur…

Faisons la Lumière en Détention

 

 

Manifestation de solidarité

devant la Maison d’Arrêt de Lyon Corbas

Jeudi 8 décembre 2011- 19h

Le 8 décembre aura lieu un rassemblement devant la Maison d’Arrêt de Lyon Corbas, pour protester contre les décès en détention, et en solidarité avec les prisonnier-e-s, notamment suite aux deux pétitions rendues publiques depuis cet été par des centaines de détenus de Corbas [1], pour leur faire entendre que nous les avons entendus…

C’est l’association « Faites La Lumière en Détention » (FLD) qui est depuis des années à l’initiative de cette manifestation, qui avait auparavant lieu devant la maison d’arrêt de Saint-Paul Saint Joseph, sur les quais du Rhône à Lyon.

Cette prison a été fermée tandis que la nouvelle maison d’arrêt de Corbas, de réputation déjà sinistre, a ouvert en périphérie Lyonnaise. Nous irons donc cette fois-ci à Corbas.

Divers groupes et collectifs s’associent cette année pour aller faire entendre aux détenus notre soutien.

Vous lirez ci-dessous l’appel de FLD, et pour plus d’infos, en pièce jointe, vous pouvez lire le petit journal réalisé à cette occasion, et rassemblant des articles des divers collectifs.

Faites circuler l’info !

Venez nombreux et nombreuses pour gueuler contre l’administration pénitentiaire et en solidarité avec les prisonniers et prisonnières.

Appel de Faites La Lumière en Détention :

Stop à la destruction des détenus et des familles !

Pour dénoncer l’inhumanité qui règne derrière les murs de la pénitentiaire, faire cesser les traitements indignes qu’elle inflige, exiger la vérité et la justice pour tous les disparus en détention,

Nous vous invitons a venir vous rassembler devant la maison d’arrêt de Corbas le jeudi 8 décembre à 19 h


Rendez vous a 18h30 à l’arrêt du tram T2 « esplanade des arts » pour s’y rendre tous ensemble.

[1] plus d’infos dans le journal en pièce jointe

Documents joints

.

MAM est folle

39517_suicideprison

J’aurais voulu vous éviter la polémique traditionnelle des 81 suicides selon la Police, 92 selon le site Ban public et peut-être davantage selon d ‘autres associations. Ce détail macabre ne m’intéresse pas et le sujet est trop sérieux pour le confier à l’humoriste que je ne suis pas.

Ceci dit, je réagis en non-spécialiste de la question carcérale, comme tout autre citoyen pourrait le faire, s’étonnant publiquement de ce phénomène dramatique et des raisons de son expansion récente.

Et lorsque j’ai entendu, hier soir en sortant du boulot sur France Info, MAM exposer sérieusement sa principale mesure, qui serait de veiller à ce qu’il n’y ait aucun objet dans les cellules de nature à permettre le suicide, en évoquant l’usage de textiles indéchirables pour éviter d’utiliser des draps ou des couvertures pour en faire des instruments de pendaison, principale cause de suicide, je ne suis pas resté sans voix : j’étais consterné par tant de bêtise.

Car bien que peu informé de la question, je ne peux m’empêcher de mettre en relation une politique ultra-sécuritaire de Sarkozy, dont beaucoup (y compris dans le milieu judiciaire, qui sait lui de quoi il parle) dénoncent les méfaits et les dérapages tragiques, le problème de la surpopulation dans les prisons françaises, et cette évolution si négative des suicides dans ces institutions…

De plus, qui dira (certainement pas MAM, ni le gouvernement auquel elle appartient…) que l’évolution de la population carcérale a mené de plus en plus de personnes, et notamment des jeunes, souffrant de pathologies psychiques et mentales vers les prisons françaises ? Mettre des personnes qui souffrent déjà en prison, c’est le meilleur moyen de les conduire directement au suicide. Et sur ce sujet là, je sais de quoi je parle…

Est-ce que ceci n’expliquerait pas un peu (beaucoup selon moi) cela ? Ce type d’incarcération est-il vraiment adapté à cette population spécifique ?