Le #FN ? Que d’la gueule ! (la preuve ici)

Vous vous en souvenez peut-être, MLP nous la jouait encore sur l’air de la complainte victimaire dans laquelle son parti excelle, en dénonçant en Novembre 2017 les décisions de deux banques, la Société générale et HSBC, de clôturer les comptes bancaires du Front national et le sien à titre personnel.

Capture.PNG
source

Or, il semblerait que leur petite arme blanche favorite, celle de l’intimidation judiciaire, soit quelque peu émoussée…

Capture.PNG
source

C’est encore plus savoureux quand ce sont eux qui le disent… Les banques avaient donc probablement d’excellentes raisons de fermer ces comptes, et la direction du FN ne tenait pas forcément à courir le risque d’un procès, qui aurait pu faire connaitre publiquement les dites raisons… peu avouables ? CQFD. Et je repense alors à la réaction de l’Insoumis en chef…

Capture.PNG
source et suite

Non, rien.

(ou plutôt si : t’as pas l’air con, franchement, maintenant…Désolé, pas pu résister… ).

#FN : mémé Le Pen prise en otage par les 40 voleurs islamo-gauchistes de la #SocieteGenerale… 😂😂😂


1
source

Diantre ? Une Fatwa sur le FN ? La finance islamique se serait-elle déjà emparée des comptes du parti d’extrême-droite ? A moins que la banque historique du parti (purée… 30 ans !) ne soit truffée d’islamo-gauchistes ?  je suis hilare. Car enfin, nul.le n’est dupe. Quand on connait de près comme moi les nombreuses casseroles judiciaires ¹ qui planent sur le FN ainsi que les sommes qui sont en jeu, le tout allié à un état financier catastrophique que les résultats aux législatives n’ont pas dû arranger, avec cerise sur le gâteau tout pourri, un emprunt russe de 9 millions d’euros, voilà une tentative de victimisation qui ne résiste pas longtemps à une analyse plus rationnelle. Les banquiers, on le sait bien, ne sont pas des philanthropes, et ne prennent que des risques calculés. Et là, en l’occurrence, compte tenu des différents éléments d’information à ma portée, plus ceux bien plus étoffés des grands argentiers du parti d’extrême-droite, il est fort probable que ces banques à Mémé Le Pen n’aient pas voulu pousser le boucher plus loin. Et vous m’en voyez fort aise. j’ai toujours pensé que puisque le fn ne pouvait pas être combattu et stoppé par la force de nos idées et par la morale dont il s’absout  si aisément, il serait stoppé par là où le bat blesse généralement : le porte-monnaie. Car j’ai depuis de nombreuses années le sentiment, nourri de morceaux d’actus,  que le parti court vers sa perte dans une sorte de course à l’échalote relevant de la fuite en avant. Plus le parti grandit, et plus les appétits sont voraces, les dépenses de fonctionnement s’accroissent, et les besoins de financement se font pesants, voire menaçants quand ils vont au delà des financements publics, pris qu’ils sont, le fachos aux petits pieds,  par la cupidité qui seule les meut…

Il semblerait en tous les cas que la tentative de victimisation du parti le plus endetté de France, tout comme sa volonté pathétique de placer l’affaire sur le terrain politique ait échoué. 

Quoique.  Sauf auprès d’un seul, visiblement sensible à la détresse des pauvres petits fragilous militants d’extrême-droite… j’ai nommé le ravi de la crèche républicaniste. Les gentils castors, même ceux aux dents les plus longues à rayer les parquets de l’Élysée,  ont en effet, visiblement, les canines quelque peu rognées…

Capture.PNG
source

Etrange bug dans mes actus… Voir le grand vizir du petit gourou de la secte LREM solidaire du FN, comment dire….  (Non, rien, ça vaudra mieux).

.

¹ et plus particulièrement l’affaire Jeanne , dont la conclusion récente de l’enquête ne laisse aucun  doute sur la culpabilité de « cadres » du parti proches de MLP, (ce qui a peut-être précipité la décision des banques de ce parti) et celle des emplois fictifs du parlement européen, sans parler de l’extorsion de fonds sur ses propres élus… (ya d’la matière !).

INSOLITE ET MILITANT : toi aussi, pars de ta banque avec ta chaise !

Bizi_logoLe mouvement Bizi ! a pour cadre d’action principal le Pays Basque nord et s’inscrit dans la mouvance altermondialiste internationale. En février, des membres de Bizi (« Vivre » en langue basque) avaient « saisi » huit chaises dans l’agence HSBC de Bayonne pour dénoncer symboliquement « le rôle joué par cette banque dans l’organisation de l’évasion fiscale en France ».  (voir ici pour plus de détails). « Le patrimoine et les biens d’HSBC qui organise ce hold-up à grande échelle doivent être immédiatement saisis et mis à la disposition de la population », avait affirmé le mouvement. Elle s’était engagée à les restituer dès que HSBC aurait versé à l’Etat les sommes qu’elle lui a dérobées frauduleusement, ce qui se chiffre en milliards. Selon cette source, les forces de l’ordre n’ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver les chaises en question, comme si elles n’avaient rien de plus urgent à faire, allant même jusqu’à tenter de prélever les empreintes ADN des militants de ce mouvement, lesquels ont catégoriquement refusé. Pourtant, il était inutile d’aller si loin puisque Bizi a annoncé publiquement avoir remis peu après quatre chaises à plusieurs associations : ATTAC, Les Amis de la Terre France, Solidaires Finances Publiques et la cinquième, mercredi, à Edgar Morin. Jean Gadrey, sur son blog d’alternatives économiques, fait état de cette amusante proposition pour ridiculiser la banque HSBC qui a eu le toupet de porter plainte pour   « vol en réunion » et recel, un délit dans lequel ils sont pourtant passés maîtres :

« Une chaine de solidarité de grande ampleur va se former où des multiples organisations, personnalités, citoyen(ne)s vont se déclarer coresponsables de ces sièges, coresponsables du combat qu’elles symbolisent pour la justice et contre une forme de grand banditisme financier pour l’instant non réprimée par les pouvoirs publics. »

La justice française va-t-elle continuer à s’abîmer dans cette incroyable démarche défiant tout bon sens ?  Va-t-elle par exemple continuer d’employer tous les moyens à sa disposition jusqu’à la débauche, pour permettre à cette banque de voyous internationaux de récupérer leurs chaises, en accusant par exemple Edgar Morin de recel ? Peut-être pourrions nous proposer à ladite banque de payer ses dettes aux contribuables pour récupérer l’objet du délit, plutôt que de mobiliser ainsi la force publique dans une si risible histoire, une entreprise dans laquelle HSBC se ridiculise…  Rappelons  en effet pour ceux qui n’auraient pas tout compris, et pour les trolls qui persisteraient à défendre le bon droit de la banque, que le larcin (si on peu le qualifier ainsi puisqu’il ne s’agit à mes yeux que d’un emprunt), représente bien peu de chose face aux 8 milliards d’euros soustraits par la banque au regard du fisc français, et du manque à gagner pour le budget de l’état… On ferait mieux de demander aux 9187 riches clients français (dont, on se souvient, l’un des plus modestes d’entre eux, Gad Elmaleh…) d’éteindre les poursuites en payant les chaises en question, ce qui serait de bonne guerre, non ?  !

Post-scriptum : on signe où pour faire partie de ce dangereux gang de receleurs ? J’en suis !

PS2 : je viens d’apprendre à l’instant que HSBC vient de faire l’objet d’une mise en examen en France pour évasion fiscale. Yes ! Un bon début.

Pourquoi frauder petit quand on peut frauder (beaucoup !) plus grand ? #swissleaks

Capture

Le Monde, qui enquête sur l’affaire HSBC depuis son origine, est entré début 2014 en possession de données bancaires mondiales, portant sur la période 2005-2007 et établissant une gigantesque fraude à l’échelle internationale. Nous avons partagé ces données avec une soixantaine de médias internationaux, coordonnés par l’ICIJ, consortium de journalistes d’investigation. Leur révélation est susceptible d’embarrasser de nombreuses personnalités, de l’humoriste français Gad Elmaleh au roi du Maroc Mohamed VI en passant par l’acteur américain John Malkovich, mais surtout d’ébranler les milieux bancaires internationaux.

Selon les enquêteurs, 180,6 milliards d’euros auraient transité, à Genève, par les comptes HSBC de plus de 100 000 clients et de 20 000 sociétés offshore, très précisément entre le 9 novembre 2006 et le 31 mars 2007. Une période correspondant aux archives numérisées dérobées chez HSBC PB par Hervé Falciani, ancien employé de la banque.

La suite est ici (vidéo inside).  Une véritable bombe économique et médiatique d’intensité thermonucléaire…  Lutter contre la finance, qu’ils disaient… j’espère que cela ne suivra pas le même chemin que le scandale Luxleaks… Cela mérite mieux en effet qu’une petite commission (sic). En tous les cas, soyez rassurés, Gad Elmaleh va bien… Et vous ? Vous avez pensé à payer vitre tiers provisionnel ?

Les personnalités et les pays concernés

Capture

Banksters la main dans le sac…

 

Le Financial Times vient de révéler que certaines banques, dont la Barclays qui vient d’être épinglée (et son PDG, le controversé si bien nommé Bob Diamonds, contraint à donner sa démission), se sont entendues pour manipuler le taux d’intérêt inter-bancaire, le Libor. La marge ainsi dégagée permettait à des traders peu scrupuleux participant au cartel de maximiser leurs profits, au détriment très clair des particuliers et de petites banques, puisqu’il s’agit de l’activité banque de dépôt qui est concernée. Parmi les 18 banques qui constituent la commission chargée de définir ce taux interbancaire si sujet à caution morale, deux banques françaises sont également dans le collimateur de la justice : la Société Générale et le Crédit Agricole. Bien entendu, elles nient. Deux autres banques européennes, la Deutsche Bank et le groupe britannique HSBC, sont également concernés par cette malversation. Au cœur de ce « Liborgate »  comme on le surnomme déjà, toujours la même origine, liée aux conflits d’intérêts induits par le fait que les activités de banque de dépôts et de banque d’affaire ne soient pas plus clairement dissociées. En France, le programme de François Hollande, mais également celui du Front de Gauche et du Modem le préconisaient déjà.  On verra dans l’avenir si la promesse sera tenue… Histoire de moraliser le capitalisme, s’il peut encore l’être vraiment. Qu’il me soit ici permis d’en douter devant le manque de courage évident de nos politiques, qui depuis la crise des subprimes ne se sont pas particulièrement distingués par leur véhémence à cet endroit, ni par la témérité de leurs mesures… Les « banksters »  ont encore de beaux jours devant eux.

Et pendant ce temps là, en Espagne

la chasse aux riches est (enfin) ouverte…

Six mille particuliers, sociétés ou autres institutions britanniques détiennent des comptes ou des investissements auprès de HSBC à Genève.

  Pas de pitié pour les exilés fiscaux, fussent-ils des stars dela City. Lesservices fiscaux britanniques ont annoncé jeudi 13 octobre qu’ils allaient écrire à des milliers de titulaires de comptes gérés à Genève par la banque HSBC, pour leur demander de régulariser leur situation.

 Dans un communiqué, ces services ont précisé agir sur la foi de documents obtenus l’an dernier auprès des autorités suisses en vertu d’un accord bilatéral. Ceux-ci « ont montré que 6 000 particuliers, sociétés ou autres institutions détenaient des comptes ou des investissements auprès de HSBC Genève », ajoute le texte. Les agents britanniques ont déjà lancé 500 enquêtes pour fraude ciblant ces comptes. Ils vont « bientôt écrire à ceux qui n’ont pas encore été contactés ou ne se sont pas manifestés », précise le texte. (la suite ici)

Et pendant ce temps là, en France… On tergiverse.

.

HSBC, la banque à qui (mal) parler…

 Le jackpot bancaire continue…

 Après la crise des sub-primes, en pleine période d’austérité imposée aux seuls salariés (et actuels ou futurs chômeurs), les bénéfices des banques remontent de façon vertigineuse. Dernier exemple, HSBC, la plus grande banque d’Europe, vient de voir ses bénéfices nets augmenter de 35 % lors du 1er semestre 2011.

 Ce qui ne l’empêche bien sûr pas de songer à supprimer 30 000 postes d’ici à 2013. L’Europe et les Etats-Unis seraient les plus touchés.

 Salariés de tous les pays, continuez de vous laisser tondre… Le système bancaire veille sur vous. Et sait utiliser votre argent comme il se doit : au seul profit de ses actionnaires les plus cupides, en mettant sur la paille ceux qui pourtant, eux aussi,  créent leur richesse. 

 Jusqu’à quand accepterons nous cela ?

 Un autre monde est possible.

Petite proposition comme ça, en passant, qui ne mange pas de pain : que tous les salariés de cette banque retirent leur argent dès qu’ils le peuvent et aillent le confier à une autre banque plus humaniste et solidaire. Il y en  a Ce sera déja un bon début. Et pour ceux qui ont peur de leur supérieur, une information : quoique vous fassiez, vous serez quand même licenciés. Alors, tant qu’à faire… Autant les faire chier grave.

.