Apologie du nazisme, Nantes, 2019. Appel au meurtre des #Roms

La haine des roms n’est pas morte, les continuateurs d’Hitler sont toujours là…  et se nomment patriotes…

Au lendemain du procès qui se déroulait hier au tribunal de Bobigny, où six jeunes hommes originaires de Chelles (Seine-et-Marne) sont accusés d’avoir voulu participer au lynchage de Roms, après que des rumeurs d’enlèvements d’enfants avaient été partagées sur les réseaux sociaux (ils risquent jusqu’à sept mois de prison ferme), voilà ce que l’on pouvait découvrir près de Nantes :

Les propos sont racistes, haineux. Ils recouvrent les murs de tous les bâtiments de l’aire d’accueil de Saint-Sébastien-sur-Loire, près de Nantes. La communauté de Loire-Atlantique est choquée et résignée. (source)

Résigné ? je ne le suis pas. Ce produit de la bêtise et de l’ignorance crasse, de la haine raciste, tout comme de la parole publique de certains politiques peu scrupuleux, comme l’ignoble Valls ¹ qui a tant contribué, jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, à la banalisation de ce  racisme là, je le vomis, de tous les tréfonds de mon être. #NotInMyName

Ni oubli, ni pardon.

 

¹ Lui qui a osé prétendre que les roms étaient inassimilables, un propos essentialiste caractéristique du racisme.

Monsieur Nils Muižnieks, MERCI pour votre travail.

Capture« Au cours de ces dernières années, les actes antisémites, antimusulmans et homophobes ont connu une forte progression. Pendant la seule première moitié de l’année 2014, les actes antisémites ont quasiment doublé, tandis que le nombre de juifs qui ont quitté la France pour Israël a triplé par rapport à 2012, ce qui est un signe révélateur de leur sentiment d’insécurité. Le nombre croissant d’actes antimusulmans, dont près de 80% sont commis contre des femmes, et d’actes homophobes, lesquels se produisent au rythme d’un tous les deux jours, est également très inquiétant. Il est impératif de stopper ces phénomènes et d’en sanctionner les responsables, y compris sur internet. » (Rapport de Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, suite à sa visite en France, du 22 au 26 septembre 2014, publié ici le 17 février 2015)

Bien que je doute hélas que cela passionne beaucoup de mes lecteurs, la logique consommatoire du web s’attachant d’avantage au sensationnalisme qu’aux articles de fond, je me suis malgré tout astreint à lire attentivement ledit rapport,  qui m’intéresse à plus d’un titre. C’est d’ailleurs  ici l’un de mes sujets de prédilection.  Je suis d’autant plus vigilant actuellement  face aux manquements concernant les droits humains en France qu’elle est dirigée par un parti politique sensé y être plus attentif. Le récent plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme annoncé par le gouvernement m’avait d’ailleurs particulièrement satisfait, malgré une légère différence d’appréciation sur le sujet.  Le rapport de ce commissaire letton  pointe « un inquiétant effritement de la cohésion sociale et du principe d’égalité« . Il préconise au gouvernement de « lutter contre les comportements discriminatoires, y compris des forces de police, notamment en matière de contrôles d’ identité« . (Pour cela, il propose par exemple d’apposer des matricules identifiables par tous sur les uniformes).  Il souhaiterait voir « garantir à tous les demandeurs d’asile l’accès au dispositif national d’accueil« , estimant contraire au droit européen que beaucoup d’entre eux se retrouvent (y compris  des enfants), sans logement.  Il s’étonne de ce que, alors que dans le même temps l’Allemagne ait accueilli 10 000 réfugiés syriens, la France quant à elle ait encore beaucoup de mal à en accueillir… 500. Le commissaire européen a également été choqué (tout comme beaucoup d ‘entre nous ici) par le mode de  » procédure de détermination de l’âge de ces jeunes migrants et notamment par le recours à des tests d’âge osseux » (ce dont je m’étais moi-même déjà indigné ici, en 2011). Il se montre particulièrement préoccupé également par « un fort climat de cette forme spécifique de racisme qu’est l’ antitsiganisme, qui se manifeste par une hostilité profonde, que les Gens du voyage estiment croissante ». Les discriminations envers cette communauté sont particulièrement nombreuses, et je ne cesse personnellement de m’en irriter. Le rapport dénonce le fait que « la loi française continue à imposer au Gens du voyage de détenir un livret de circulation et d’être rattachés à une commune pour pouvoir jouir de leurs droits de vote et d’éligibilité. Autre problème bien connu des défenseurs des droits humains dans notre pays,  « le nombre d’aires d’accueil et de terrains de grand passage demeure insuffisant«  de même que demeurent bien peu traités «  les problèmes d’accès des enfants à l’éducation. » (On préfère probablement en haut lieu pointer leur manque d’efforts d’intégration…). « Les Roms migrants font, en France, l’objet d’une hostilité multiséculaire » assez semblable.  « Actuellement, bien que présents sur le territoire français en nombre limité et stable, les Roms migrants continuent d’être ciblés et stigmatisés par certains discours de haine émanant d’acteurs politiques au niveau local et national et par une attention médiatique démesurée, parfois malveillante et qui ignore ou évite de rapporter les cas d’intégration réussie ». Le rapport s’inquiète d’ailleurs des violences envers les Roms migrants commises par des particuliers et parfois même par des membres des forces de police.[…]  Le commissaire européen « prie instamment les autorités de mettre un terme sans délai aux évacuations forcées de terrains occupés illégalement non assorties de solutions durables de relogement pour tous les occupants de ces terrains ». Ce serait un minimum, en effet…  Enfin, le commissaire européen se déclare  » préoccupé par les milliers de personnes handicapées qui se voient contraintes de quitter la France pour chercher à l’étranger, en particulier en Belgique, des solutions adaptées à leur situation et évoque également la question du droit à l’éducation et à l’inclusion scolaire des enfants handicapés, notamment ceux souffrant de troubles autistiques. Une observation confirmée par cet article qui fait état de 20 000 enfants handicapés non scolarisés dans notre pays.

Devant la palette de préoccupations humanistes diversifiées que propose ce rapport en termes de points d’évolution, je tiens à déplorer la lecture étriquée et médiocrement zemourrienne de Causeur, par le biais des yeux mouillés emplis de condescendance et de compassion judéo-chrétienne ((ou pas)  de Monsieur Guéguen.  Cet auteur bien droitier qui se complait à écrire dans Valeurs actuelles (c’est dire…) et Le Point (pas toujours mieux…) m’a proprement sidéré par sa vision régressive. Peut-être aurait-il du prendre le temps de lire la totalité de ce document dont on ne peut que partager les lignes d’attention… si l’on est profondément démocrate.  Une préoccupation que ne semble pas partager ce personnage qui  préfère en effet se recroqueviller dans le registre de la raillerie, de la dérision, du cynisme et du mépris pour ce que ce genre d »individus à la pensée extrêmement droitière range en général assez volontiers  dans le même sac d’opprobre obligée de « droits-de-l’hommistes ».. Tant de haine pour l’autre, et de suspicion à priori pour le colonisateur potentiel, en référence exacte à la théorie puante et fumeuse du Grand Remplacement, ça se soigne.  Mon monde à moi, ne vous en déplaise est en effet un peu plus généreux et ouvert, et je n’en suis pas pour autant, selon l’argument ultime de ces gens là, un bobo éloigné des réalités. Si vous saviez… Je suis tout simplement de ceux qui pensent qu’un autre monde est possible. Et je ne me résignerai jamais à ce que les valeurs humanistes qui ont irrigué notre pays soient ainsi en train de tomber dans le caniveau de l’extrême droite.

France, patrie du vomi ? Au secours, la peste est de retour !

tradition-chasse-romsje suis fatigué, las et meurtri dans mon humanité profonde. J’ai honte de mon pays, de plus en plus. Je pensais naïvement qu’avec la fin du règne sarkozyste tant honni, les choses allaient s’arranger un peu, sur le terrain des libertés fondamentales et du respect des droits humains.  Tel n’est manifestement pas le cas, avec un  ministre qu’on nous présente comme un éventuel et potentiel premier, alors qu’on en connait les relents xénophobes, et qui s’ingénie à faire mieux que son prédécesseur en déshumanité, Brice Hortefeux, c’est dire… Un ministre qui multiplie les évacuations forcées de camps de roms sans aucune perspective de relogement, au mépris de toutes les conventions.  Ainsi, au cours du seul premier trimestre de cette année,  plus de 4000 hommes, femmes et enfants, sans distinction, ont été expulsés, sans solution.  Cette situation et ce cynisme public me sont devenus insupportables. Je suis profondément écœuré par ce qui est en train de se passer dans mon pays, dans une indifférence collective coupable et un manque de réactions en plus haut lieu totalement hallucinant,  de ces discours ouvertement xénophobes qui se développent, parfois au plus haut sommet de la classe politique,  au plus grand mépris de nos valeurs républicaines, et de la loi. Celle-ci ne s’appliquerait-elle donc que pour les plus modestes d’entre nous, et pas à ceux qui devraient de par leur fonction montrer l’exemple  ? Dans ce cas, notre prétendue démocratie est bien malade… je trouve totalement ahurissant qu’ on puisse tenir de tels propos, et surtout de commettre de tels actes, comme celui que ce conseiller général UMP  propose – horreur, enfer et damnation, honte à lui – c’est à dire, ni plus ni moins, tenez vous bien,  que de jeter des coktails molotov sur les camps de roms,  donc envers nos frères et nos sœurs en humanité, qu’ils soient « gens du voyage » ou « roms », quels que soient leurs torts. Dire ou écrire autre chose, prétendre justifier quelque discrimination que ce soit, surtout quant la législation sur les aires d’accueil pour les gens du voyage (puisqu’on est là dans l’amalgame de plusieurs communautés bien distinctes…) est si peu appliquée,  relève d’une intolérable discrimination, quand ce n’est pas du crime contre l’humanité. je pense que le terme de « pogroms » employé par Eduardo Rihan Cypel, ce jeune député de Seine-et-Marne, n’est ni excessif, ni usurpé, bien qu’il appliquait plus volontiers autrefois aux juifs (mais également, ce que peu savent, historiquement, aux tziganes… et la boucle est bouclée).   je pense que les propos d’Estrosi, qui ne mérite même pas le qualificatif de Monsieur,  sont une honte pour la France, et qu’il déshonore notre communauté toute entière. je pense que faute de pouvoir régler la situation des roms à l’échelon européen, ce qui le nécessiterait, et parce que les institutions communautaires européennes sont clairement dépassées et se montrent bien plus déterminées à résoudre à leur ignoble façon  les questions économiques que celles un plus sociales, certains élus et certains français préfèrent avoir recours à la violence, que ce soit dans les propos ou dans les actes,  ce qui est l’arme des faibles et des gens à court d’arguments et d’idées. Et surtout, d’éducation…

La mienne me recommande de ne pas cracher par terre malgré toute l’envie que j’en ai aujourd’hui. Mais qu’on ne me demande pas de respecter de tels individus, si peu respectables, et qu’on devrait plus efficacement empêcher de nuire. La liberté d’expression ne saurait tout justifier. Ce genre de propos sont totalement inadmissibles et les élus qui les profèrent impitoyablement sanctionnés. C’est une question de salubrité publique. Point barre. Sans quoi on laisse se développer une situation malsaine qui conduira aux pries désastres démocratiques. Et personne ne pourra dire qu’il ne savait pas.

Ps. Sale temps pour les droits de l’homme, ces temps-ci

.

Nota bene : accessoirement, et faute de mieux, si vous ne savez pas quoi faire d’autre, signez cette  pétition de Médiapart,  « Roms: la commune humanité bafouée« . Elle date de septembre 2012, mais comme rien n’a changé…

.

Lutte contre les discriminations : Sage décision

Le Conseil constitutionnel a supprimé le «carnet de circulation», que les nomades français devaient renouveler tous les trois mois. Les associations attendent d’autres avancées.

Source

A l’heure où l’on peut en toute objectivité s’inquiéter du traitement réservé aux Roms, et d’ une certaine politique Valsienne qui n’a rien à envier à celle du sarkozysme de la grande époque, qu’il est bon de voir enfin surgir des avancées plus positives dans le domaine des discriminations ! Même si, comme nous l’explique Fernand Delage, Président de l’association France Liberté Voyage, cela ne suffit pas, et que de nombreuses communes ne respectent toujours pas la loi en refusant de créer des aires de stationnement pour eux,  ne boudons pas notre plaisir…. Enfin une bonne nouvelle !

Autre avancée : l’abrogation des trois ans d’attente avant de pouvoir s’inscrire sur les listes électorales de sa commune de rattachement, au lieu de six mois pour tout autre citoyen français. «Beaucoup de gens du voyage n’allaient pas voter à cause de ça», précise Fernand Delage.

Plus de détails ici. Et là : Le statut des gens du voyage évolue (un peu)

Retour du fichage ethnique (version française 2010 sur CD-roms)

Après le fichage ADN pour tout et n’importe quoi, le développement à vitesse grand V de la vidéosurveillance hypocritement rebaptisée vidéo-protection pour ne surtout froisser personne, le fichage HADOPI, EDVIGE,  CRISTINA,  Oscar, le STIC,  et tous ceux que l’on ne connaît pas encore¹ (s’il y a un fichier pour délit d’opinion politique, j’en suis ! Faites moi le savoir…), voici le fichage ethnique version française 2010 . Nom de code : MENS… health ? A quoi sert-il ? A recenser les minorités ethniques non sédentarisées… Tout un programme, en version CD-Roms, évidemment…

 Bien entendu illégal et clandestin, ce fichier informatique a selon plusieurs journaux été constitué au fort de Montrouge, à Arcueil, dans le Val-de-Marne, par la gendarmerie.

  Françoise Cotta et William Bourdon, avocats des quatre principales associations de Roms et de gens du voyage, ont porté plainte mercredi dernier, auprès du procureur de Paris, pour constitution de fichier non déclaré et conservation « de données à caractère personnel qui font apparaître les origines raciales et ethniques« , délits punis de cinq ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende.

  Les avocats entendent saisir également la CNIL (Commission nationale informatique et libertés), à qui ce fichier n’a pas été déclaré, et la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) que certains voudraient bien voir opportunément disparaître…

 Bien entendu, en haut lieu, ce fichier n’existe pas…

 Je ne résiste pas longtemps à la tentation de vous livrer brut de pomme une citation du monde de ce jour qui me réjouit et colle à mon propos :

 « Ces fichiers ont des relents qui ne peuvent que rappeler de très mauvais souvenirs », indique Me Bourdon. Pour Me Cotta, « nous ne sommes pas en 1940, nous attendons une réaction publique pour que ça s’arrête très vite. C’est au sein de ce gouvernement que se trouve le principal danger pour la paix sociale« .

 Rappelons que, toujours selon cette même source, un autre fichier, le STIC (voir détails ci-après), dénoncé en 2009 dans le rapport parlementaire des députés Delphine Batho (PS) et Jacques-Alain Bénisti (UMP), comporte lui aussi des critères ethno-raciaux.

 Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles… Nous ne sommes pas (encore) en 1984, mais bien déjà en 2010… Et big brother est tout petit… Mais très méchant.

 Ne quittez surtout pas l’antenne de radio languedepute en direct des échos de la gauchosphère… Tout ceci n’a jamais existé et Mr Sarkozy est injustement haï alors que c’est un grand bienfaiteur de l’humanité. Qui sera probablement très équitablement décoré de la légion d’honneur pour les services inestimables qu’il a rendu à la France. Et tous ceux qui disent le contraire  ne sont que de fieffés affabulateurs, sarkophobes primaires et antisarkozystes bas de gamme qui seront sévèrement châtiés lors du rétablissement des tribunaux militaires d’exception qui ne manqueront pas de se réunir dès que possible. Et surtout n’oubliez pas, gauchistes cosmopolites de tous poils, et quelle que soit votre filiation, même de troisième génération, et nès avant 1860, de porter votre ruban brun, qu’on puisse vous identifier…

¹   Voir aussi sur le sujet (du fichage en général) :

 –         Cette société dont nous ne voulons pas

–         Refus d’ADN : cracher c’est pas poli

–         J’ai la liberté dans la peau

–         « Contrôle social total » : c’est ça, votre projet de société ?

–         Le cauchemar sécuritaire

–         Attention subversif : Edvige, bis répétita

–         Cristina, demi-sœur cachée d’Edvige

–         Pourquoi @gir? 1 raison de + (sur le STIC)

–         Gauchedecombat fuck l’Hadopi

 

..

pilleurs de foules


En réponse à Hortefeux, Besson, Sarkozy et con(s)sorts : remember Clearstream.

… Et en écho, par pur remerciement,  à des pas perdus dans mon billet précédent,
parce qu’une bonne vidéo/chanson (rayer la mention inutile) vaut parfois mieux que bien de longs discours…

..

Les chiens de l’UMP aboient, la caravane passe…

 

La guerre aux Roms est déclarée…  Et si nous répondions à la persécution par la solidarité ?

    « Plus de 40O.000 gens du voyage sont recensés en France, selon un rapport de 1990. 95% d’entre eux sont français et un tiers seulement nomades. Les Roms, qui sont des Tziganes de nationalité roumaine, bulgare et d’Europe centrale, sédentaires dans leur pays d’origine, forment une minorité dans l’hexagone. » (France Info).

  Pourtant, qu’à décidé de si révolutionnaire ce gouvernement en réponse purement émotionnelle et non pragmatique suite au week-end de violences des 17 et 18 juillet¹, et cela sans convier les principaux intéressés ?

 –         d’accélérer la destruction d’ici trois mois de la moitié des 600 camps (dont 200 pour les seuls « roms »)

 –         de procéder à la reconduite à la frontière des roms qui auraient commis des actes délictueux (décidément, Besson, tu ne sais faire que ça ! Sais tu qu’il existe d’autres solutions ? )

 –         de leur envoyer des agents du fisc sur la base d’amalgames fallacieux (« beaucoup de nos compatriotes sont à juste titre surpris en observant la cylindrée de certains véhicules qui traînent les caravanes« .(Cf. Brice Hortefeux, dont ont peut être surpris, suite à sa condamnation pour injure raciale, qu’il puisse continuer sur la même voie en colportant des clichés aussi éhontés, indignes d’un haut personnage de l’Etat. Comme nous sommes bien mal représentés !)

  Sur ce dernier point, on pourrait répondre comme Martine Billard, qui s’est fréquemment coltiné un certain personnage haut en couleur digne de figurer dans les rangs militants du front national (dont nous avons parlé dans notre billet d’hier….) :

  «  Que leur proposez-vous ? De faire tirer leurs caravanes par des chevaux ou par des boeufs ? » 

  Ceci écrit, comme on aimerait que le fisc mette autant d’entrain à examiner les comptes des plus puissants de ce monde…

  Plus sérieusement, face à une telle violence institutionnelle, je propose donc à tous ceux et celles qui se reconnaissent dans nos valeurs françaises de liberté (y compris de circuler), d’égalité et de fraternité, de se rassembler pacifiquement autour des camps de nos concitoyens du voyage pour organiser des cercles de silence de nature à les protéger des coups de buttoir d’une force publique qui n’a plus de légitimité morale, par pure solidarité avec des gens suffisamment marqués comme cela par les persécutions, l’opprobre publique sous forme de rumeurs malveillantes à leur endroit et le rejet quasi permanent dont ils sont victimes… Sans parler des conditions de précarité indignes dans laquelle l’état français les maintient, au plus grand mépris des lois qu’il s’est lui-même fixé (cf. Loi Besson)

  ..

   Consulter Les 5 mesures en détail…

  Ou le site de Romeurope ainsi que celui de la FNASAT (Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage), histoire de savoir de quoi on parle… enfin.

 A lire aussi : antenne-relais, ne serait-ce que pour cette tranche d’humanité :

  « Réaction d’un Gitan
bonsoir a tous
par la présente je tiens a réagir au propos de Mr Hortefeux
je suis de la communauté des gens du voyage je suis sédentarisé je suis entrepreneur je paye mes impôts je ne roule pas en grosse cylindrée
la majorité des gens du voyage que je connais ne roule pas non plus en grosse cylindrée pourtant il y en a car plutot de se payer une maison a plusieurs centaines de milliers d’euros ils achètent une caravane et une grosse cylindrée c est leur choix il travail il paye aussi leur impôts direct ou indirect
c est vrai qu’il y a des brebis galeuses mais c est comme partout.
je tient a dire que j’aime mon pays
( a mon arrière grand pére MORT POUR LA FRANCE ) »
(gitandu77 – Mercredi 28 juillet à 20h53).

 ..  

Post-scriptum : lire également l’indispensable dictionnaire des idées reçues sur les roms, sur Rue 89

¹ Violences commises par des membres de la communauté gitane,  après la mort de l’un d’entre eux, lors d’une course-poursuite à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), et à propos desquelles un député de l’UMP, Monsieur Hérisson, redoutait que  « « l’accident de Saint-Aignan » ne suscite « des amalgames ». Pour lui, « ce qui s’est passé à Saint-Aignan relève du droit commun. Ce n’est pas un problème lié aux gens du voyage ».   CQFD.

NB. : Source de l’illustration ici.

 

Bookmark and Share

l’histoire de la poule qui a trouvé une clef à molettes… (sur CD-roms)

Monsieur le Président, inutile de vous livrer ce soir (enfin, à 17H00, quand même) à une longue, inutile et fastidieuse réunion, alors qu’en plein été vous seriez tellement bien dans votre villa du cap Nègre…

 Monsieur Myard, lui, a LA solution (finale ?)  : la Sédentarisation… Il fallait l’inventer¹ !

Pendant que Nicolas J. nous apprend  tout un tas de choses intéressantes sur ceux que l’on nomme si pudiquement « les gens du voyage » (et oui, tout arrive ! Pour une fois, j’ai aimé son billet… ) et notamment que « la loi française oblige quelques minorités ethniques à disposer d’un livret de circulation (auparavant, un carnet anthropométrique institué par la loi de 1912 »), je me suis mis quant à moi à enquêter sur ce truculent personnage et la moisson ma foi n’est pas dénuée d’intérêt !

 Il faut dire que Mr Myard est toujours empli de belles et bonnes idées. On lui doit ainsi, entre autres perles :

 – la mise sous tutelle d’Haïti

– la nationalisation d’Internet (« les chinois l’ont bien fait ! » ce qui a vallu la réponse suivante de Martine Billard, du Parti de Gauche : « Certes, l’UMP est le seul parti au monde à avoir passé une convention avec le parti communiste chinois, mais j’espère que celle-ci ne prévoit pas d’appliquer les méthodes de contrôles chinoises d’Internet en France ! »)

– un discours offensif (et offensant) contre le Pacs. Pour seul exemple édifiant :  «  C’est un sous-mariage fait pour légaliser les couples homos et, par démagogie, vous l’avez ouvert aux hétéros. »

– la sortie de la Grèce de la zone euro

– concernant le Rwanda, ce superbe communiqué  (« La France n’a pas à s’excuser, non à la repentance »).

On précisera ici également que ce beau démocrate est opposé à la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains qui impose un quota de 20 % de logements sociaux dans toutes les communes et qu’il est partisan du rétablissement de la peine de mort, entre autres…

   

Voir la fiche officielle de Monsieur Myard

… ou plus utilement, sur le sujet, lire le rapport au premier ministre de Pierre Hérisson, Sénateur UMP, sur le stationnement des gens du voyage, qui propose par exemple de considérer l’effort de construction et d’entretien d’aires d’accueil pour « gens du voyage » comme relevant des logements sociaux, ce qui est déjà plus convaincant… Mais peuvent mieux faire.

 et aussi :

rezo citoyen

 

 

 

¹merci à Bastien Hugues, du Figaro, sur Twitter

Bookmark and Share

Nicolas, tu déménages ! (A saint-Aignan ?)

(source de la photo ici)

..

« Oui! C’est quand même le comble: les municipalités ne respectent pas leurs obligations, et c’est à nous qu’on reproche d’être dans l’illégalité » (Milo Delage, vice-Président de l’Union française des associations tsiganes).

..

Sur l’affaire de Saint-Aignan, le chef de l’état français, qui devrait pourtant nous montrer un exemple quelque peu plus  irréprochable,  cède comme à son ordinaire à la pression de l’émotion…  N’aurait-il pas dû en effet s’entourer de l’avis « d’experts » sur le sujet qu’il veut revisiter, avant de s’en prendre à ces boucs émissaires faciles, que d’autres ont choisi de cibler avant lui ?

A moins que certaines langues de vipère n’aient tristement raison, et qu’il soit animé par des arrières pensées nauséabondes, visant un certain électorat, en droite ligne de celle suivie à l’occaison de la Burqa et du débat sur une prétendue « identité nationale ».

Ce qui me fait écrire cela ? La décision de l’irresponsable qui nous gouverne de faire tenir, Mercredi prochain,  une petite réunion dont le thème officiel est (pincez-moi !) :

Les « problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms ».

Même un sénateur de l’UMP, «  Pierre Hérisson,  Président de la commission nationale consultative des gens du voyage et auteur en 2008 d’un rapport sur leur stationnement, « redoute que « l’accident de Saint-Aignan » ne suscite « des amalgames ». Pour lui, « ce qui s’est passé à Saint-Aignan relève du droit commun. Ce n’est pas un problème lié aux gens du voyage » » (source : Le Monde).

C’est pourquoi je m’associe pleinement et tiens à rediffuser pour qu’il soit repris au maximum le communiqué de la LDH qui suit, que je signe des deux mains, et des pieds s’il le faut :

Auteur de l’article : LDH, ici.

Roms/Gens du voyage : boucs émissaires des carences de l’Etat

Communiqué LDH

Suite aux violences intervenues à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), et au lieu de réaffirmer la nécessaire primauté de la justice pour instruire ce dramatique fait divers et les inexcusables dégradations qui s’en sont suivies, le président de la République a choisi la stigmatisation raciste des populations Roms et Gens du voyage par des amalgames inacceptables, en annonçant l’expulsion, ciblée ethniquement, de tous les campements en situation irrégulière.

De telles annonces, si elles étaient suivies d’effet, ne feraient qu’envenimer les choses en renforçant des préjugés séculaires.

Plus de dix ans après l’adoption d’une loi imposant aux communes la réalisation d’aires d’accueil et de stationnement pour les Gens du voyage, à peine la moitié des places prévues sur toute la France sont aujourd’hui ouvertes. Les personnes vivant en caravane sont contraintes de s’installer là où elles le peuvent, faute de possibilités régulières. Les premiers responsables de cette situation tendue sont ceux des maires qui ne respectent pas leurs obligations légales, sans que les préfets ne les y contraignent, comme la loi le prévoit. L’injustice serait patente de sanctionner aveuglement les victimes de ces carences de l’Etat et des collectivités territoriales, sans offrir de perspectives d’accueil.

A la différence de tous les autres français, une loi discriminatoire de 1969 impose toujours aux personnes vivant en caravane un contrôle policier régulier, avec l’obligation de carnets de circulation à faire viser tous les trois mois au commissariat ou en gendarmerie. Ainsi sous surveillance constante, avec une liberté de circulation en France sous contrainte, incapables de s’arrêter là où ils le souhaitent, exclus en pratique du droit de vote du fait d’un délai dérogatoire de trois ans pour s’inscrire, ces « Gens du voyage » peuvent légitimement être défiants envers des pouvoirs publics qui les traitent en citoyens de seconde classe.

L’amalgame avec les Roms présents en France qui sont essentiellement venus de Roumanie et de Bulgarie, confirme l’ethnicisation de l’action publique du gouvernement. Ces ressortissants européens, libres de circuler au sein de tous les pays de l’Union, sont frappés, du fait de la décision du gouvernement français, de mesures transitoires qui les excluent en pratique du marché de l’emploi. Faute de pouvoir travailler légalement et d’avoir des ressources régulières, ils ne peuvent louer un appartement. Des bidonvilles sont ainsi réapparus aux périphéries des grandes villes, témoignant du manque criant de logements en France particulièrement ceux accessibles aux plus faibles revenus. Expulser ces personnes des terrains qu’elles occupent sans solution alternative ne fait que déplacer le problème et accroître la précarité. Là encore, les Roms ne sauraient être les victimes de l’incurie de l’Etat, qui refuse d’imposer aux communes leur obligation légale de réaliser 20 % de logements sociaux et les hébergements d’urgence nécessaires sur leur territoire.

Les rapports officiels se succèdent pour dénoncer la situation des Roms et des Gens du voyage en France (CNCDH 2008, Halde 2009, Ecri /Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe 2010…). Plutôt que d’en faire des boucs émissaires et d’exacerber les passions, le gouvernement se devrait de suivre enfin les recommandations qui lui sont faites pour affirmer l’égalité des droits.

Paris, le 21 juillet 2010.

Quelques (autres) sources, pour l’édification des masses laborieuses :

L’express

Le Monde.

AFP

France Info

Et un billet que je rejoins plus particulièrement quant à son analyse : « La république du mépris » chez Aporismes.

Enfin,  comme cela ne s’invente pas…. la loi Besson de 1990, dont l’inapplication est encore et toujours un scandale national.

Bookmark and Share

ces gens qui voyagent… mal.

Gens du Voyage
Auteur de l’article : LDH

Non-assistance à personnes en danger à la porte d’Aix à Marseille
Communiqué de la fédération Paca de la LDH

Depuis plusieurs jours des femmes, des enfants, vivent dans des conditions d’hygiène, de santé, d’insécurité insoutenable au coeur de la ville de Marseille, sous les fenêtres du conseil régional dans l’indifférence totale des autorités parce que ce sont des Rroms. Il faut faire connaître cette situation intolérable au pays dit des droits de l’Homme.

Depuis le 1er juillet, près d’une quarantaine de Rroms des pays de l’Est, pour beaucoup de Roumanie, femmes, hommes et enfants, vivent et dorment sur la pelouse de la Porte d’Aix, et ce, dans l’indifférence générale.

Il a fallu intervenir auprès de la mairie, après 7 jours, pour que le Samu social se rende sur place leur porter assistance. La police nationale s’est manifestée le 8 juillet avec toujours les mêmes consignes d’expulsion et ils ont jusqu’au 10 juillet pour « lever le camp ».

Partir ? Mais pour où ? De squat en squat, après chaque évacuation, les familles Rroms sont condamnées à une vie d’errance, car aucune solution adaptée et pérenne n’a été trouvée pour leur permettre de vivre en sécurité dans le respect de leur dignité. Ces expulsions répétées, sans solution de logement entraînent un épuisement, des absences à l’école, des ruptures de soins et de suivi médical, notamment pour les femmes et les jeunes enfants.

La situation est très préoccupante, nous avons rencontré des femmes enceintes, de nombreux enfants, une jeune femme récemment opérée de l’appendicite ; l’ensemble du groupe, fait l’objet d’agressions répétées (vols, attouchements…).

Il y a URGENCE !!! L’Etat, les collectivités locales et territoriales qui se renvoient en permanence la balle, doivent prendre leurs responsabilités, sous peine de devoir rendre compte pour non assistance à personnes en danger.

Les associations signataires ont appelés aujourd’hui, le vendredi 10 juillet 2009 à 14 h 30 sur la pelouse de la Porte d’Aix, à une conférence de presse.

Pour que cesse cette ignominie et que des solutions d’hébergement leur soient proposées.

Premiers signataires : Médecins du Monde – Fondation Abbé Pierre – Rencontres Tsiganes – Ligue des droits de l’Homme – CIMADE – Artriballes.
Soutenus par : Les Verts, la sénatrice PC Isabelle Pasquet.

Marseille, le 9 juillet 2009