le fichage biométrique des gens honnêtes, une idée de gauche ? #fauxcialisme ! #NONauTES !

« la France n’a créé qu’une seule fois un fichier général de la population, c’était en 1940. Il fut d’ailleurs détruit à la Libération » s’était souvenu le député Serge Blisko (PS).

« Nous considérons donc que l’existence de ce fichier sera une atteinte excessive au droit au respect de la vie privée », ajoutait Jean-Jacques Urvoas.
Quatre ans plus tard,  les mêmes, en catimini… :
« L’administration continue de se moderniser en accélérant et en simplifiant les démarches des usagers. Il s’agit également de fiabiliser » les demandes « de pièces d’identité en les sécurisant », a défendu, hier, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet. (source)
capture
source

Big Brother d’Orwell en rêvait. Des gens qui se prétendent si abusivement de gauche l’ont fait, sans la moindre consultation démocratique… Félicitations, les #GogoFH2017… A 4 %, enfermer tout un peuple dans un fichier, fallait oser. Beau bilan, en effet… Après tant d’autres lois décriées, jusqu’à tenter d’imposer une mesure d’extrême-droite comme la déchéance de nationalité, le tableau est complet. Aussi, bien que je ne sois pas du bord politique de cette personne…

capture

J’approuve ce tweet !

L’article cité évoque la position de Gaëtan Gorce, sénateur pourtant PS, qu’on ne peut guère suspecter, contrairement à votre humble serviteur, d’être un dangereux gauchiste révolutionnaire qui se complairait dans la protestation permanente. On y apprend que cette prétendue gauche de bazar ne fait que reprendre une idée sarkozyste (misère…) en l’amendant, le «fichier des gens honnêtes» que la droite avait voulu créer en 2012. Et voici les points de « préoccupation » dudit sénateur, qui semble savoir lui de quoi il parle :

Ce qui m’inquiète particulièrement, c’est qu’on est dans un contexte spécial, lié à la menace terroriste et aux attentats. Il pourra être assez facile pour un gouvernement de modifier la nature du fichier et de rendre exploitables les données, puisqu’il existe. En ayant accès aux empreintes digitales, à l’adresse, à la couleur des yeux, vous vous rendez compte de quel outil pourrait disposer la police ?

Il y a un autre problème. En 2012, la droite au pouvoir était passée par un projet de loi, censuré ensuite par le Conseil constitutionnel. Cette fois-ci, c’est un décret. Du point de vue du droit, le gouvernement peut parfaitement créer un tel fichier par décret. Mais c’est un problème politique et démocratique. Un tel fichier, par son ampleur, ne devrait pas pouvoir être créé sans qu’il y ait un grand débat public

Selon lui, face à une telle OPA hostile sur nos valeurs démocratiques, seul un recours devant le conseil d’Etat serait envisageable. On l’attend et on l’espère. Inadmissible. Je comprends et j’adhère d’autant mieux, face à de telles dérives étatiques attentatoires aux droits humains les plus fondamentaux, au refus de militants de plus en plus nombreux de se plier aux tests biométriques, ADN et autres… Question de précautions élémentaires et de simple survie personnelle. Paranoïa, dites vous, quand on a rien à se reprocher  ? On voit bien ce qu’une certaine affaire dite de Tarnac, et plus récemment de l’assignation à résidence de simples militants écologistes, sans parler du cas  de Gaspard Glanz a donné, en matière de respect de libertés de gens honnêtes…  Résistance !

..

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ils sont comme des truies qui ne doutent jamais

Capture

Source

Puisque même des têtes d’affiches qu’on ne peut guère accuser de gauchisme au vu de leur pedigree le disent,  loin de ces gens qui remettent en cause la doctrine officielle du gouvernement, et quand bien même ils posent une très bonne question…. qui vaudrait certainement un vrai débat démocratique que l’on préfère planquer sous le tapis…

Le PS est un vieux vase fêlé de toutes parts, et seuls les blogueurs de gouvernement l’ignorent encore. Laissons les dormir en paix, pour leur tranquillité d’esprit : les confronter trop brutalement à la réalité risquerait de perturber leur équilibre mental.

 

 

 

Dichotomie à gauche*

* Dichotomie : voir définition ci-après.


ben se méfier des mots

Ainsi, le mot « socialisme ».

Pour Wikipédia, « Le socialisme désigne un type d’organisation sociale basé sur la propriété collective (ou propriété sociale) des moyens de production[1],[2],[3], par opposition au capitalisme. »

Pour l’EPAI de Fribourg, il s’agit d’une doctrine d’organisation sociale qui entend faire prévaloir l’intérêt, le bien général, sur les intérêts particuliers (opposé au libéralisme). (j’aime !).

Dans le lexique du collège Ahuntsic (Québec), c’est une philosophie politique qui se développe au XIXe siècle en réaction aux méfaits de la révolution industrielle. Elle se diffuse à travers le mouvement ouvrier et les divers mouvements d’opinion qui se constituent dans les grandes villes industrielles d’Occident. Le socialisme européen connaît diverses tendances, des plus modérées aux plus radicales, voire révolutionnaires. Il recherche la prise en compte des intérêts du plus grand nombre et prône une meilleure répartition de la richesse collective.

On est là bien loin de Manuel Valls, Ségolène Royal, Aurélie Fillipetti, Julien Dray, Bertrand Delanoë, Gérard Collomb, Malek Boutih, Jean-Louis Bianco, Claude Bartolone, Gaëtan Gorce, Michel Rocard, Dominique Strauss-Khan, Jean-Noël Guérini, François Hollande, Pierre Moscovici, Vincent Peillon, François Rebsamen, Georges Frêche (bien qu’il ne soit plus au PS, il y exerce encore une influence aussi importante qu’inexplicable), et des blogueurs qui sont dans leur mouvance, tels que Marc Vasseur, Romain Blachier, Désirs d’avenir 44, Gaël, Monsieur Poireau, Donatien et tutti quanti… à moins qu’ils ne me prouvent le contraire. Ou pas.

Ceci dit, pour qu’on ne m’accuse pas de n’être point très constructif, heureusement, il reste encore Benoît Hamon, Paul Quilès, Henri Emmanuelli, Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche, Pierre Larrouturou, et tant d’autres (comme les blogueurs de ma liste d’amis ci-dessus) qui ne se sont pas compromis dans une pseudo-modernité (cf. : ma gauche à moi) sur laquelle je me suis déjà exprimé.


Et bien sûr, tous les amis du Parti de Gauche, et plus largement du Front de Gauche

Pour une (vraie) gauche de combat !