Quand l’ #OLRA soutient une tribune soi- disant « universaliste » et… féministe, vraiment ? #fachosphere

Le petit bas du front dont il s’agit ici  à présent  réagissait probablement à l’antépénultième tribune de ces  républicanistes pur sucre pour qui « indigéniste » est une  insulte.

Capture.PNG
source

Vous savez,  j’en ai déjà parlé à maintes reprises ici, ces anti-racistes en peau de lapin (pas trop noir, quand même, le lapin, faut pas pousser) qui tiennent visiblement fort à maintenir les vertus du passé colonial de notre beau pays des droits de l’homme… (mais pas trop de la femme, hein, faut pas pousser.  Et pas trop musulmane non plus, hein, pas de ça chez nous…).  Les cousin.e.s du genre de celui dont j’ai déjà parlé ici,  quoi, pour faire bref.

Or, il se trouve que cet autre Laurent, pas celui de la fable républicaine, non, mais un certain de Béchade, antiraciste surtout connu pour avoir importé le concept grotesque de racisme anti-blanc au sein d’un soi-disant observatoire sans réalité tangible autre que celle de son seul petit nombril blanc (et dont les idées sont tellement raccord avec celles de l’extrême-droite qu’il ne cesse de pointer toujours les mêmes, devinez qui), se prévaut ici lui-aussi du noble titre d’universaliste, tout comme nos braves féministes universalistes de ladite tribune,  avec qui il entre visiblement et publiquement ici en communion spirituelle et/ou idéologique  :

Capture.PNG

Capture.PNG
source

Sachant le sale type dont il s’agit, j’ai failli m’étrangler en recrachant le contenu de ma tasse de café, trop vite avalée en revenant du boulot avant d’attaquer ce billet, billes en tête. Car voir un type d’extrême-droite qui se bat contre le racisme anti-blanc, partager les idées « républicaines » (ce qui ne veut plus strictement rien dire) des gens qui ont signé cette tribune, voilà qui en dit long à la fois sur leur degré de gauchitude comme sur celui de leur anti-racisme présupposé que devrait inclure leur universalisme puisqu’ il en est inhérent.

Mais déjà, auparavant, se prévaloir du féminisme quant il prive une partie non négligeable des femmes de leurs droits les plus fondamentaux en  leur interdisant l’accès de tant d’activités que c’en devient aussi kafkaïen que ridicule,  en seule raison de la présence ou non d’un bout de tissu sur les cheveux, dans le sillage des tarés du Hijab de Décathlon, voilà qui prête à bien des railleries de la part d’autres antiracistes un peu plus cohérents , en effet.

j’ai déjà écrit ici à quel point ce pays puait. tant il déborde de haine raciste envers les musulman.e.s. j’ai oublié de dire qu’une partie de ces gens là, si prompts à désigner l’ennemi en vertu de leurs seules peurs et de leurs fantasmes, comme pris par un stress post traumatique lié aux attentats djihadistes, ce qui leur fait prendre tous les musulman.e.s pour des terroristes en puissance, ces républicanistes si proches de tomber dans la nuisance du concept toxique de Renaud Camus, en plus de se prétendre si frauduleusement féministes, se disent également de gauche. A la sauce Macron ?  C’est à dire au sens d’un mouvement qui sans honte ose convoquer séance tenante devant un tribunal aussi stalinien (rires, sachant leur anti-gauchisme si primaire)  un député de LREM pour la seule raison qu’il a tenté de dédramatiser pareille vilenie, ce qui lui vaut des menaces de bannissement ? Nous sommes la risée du monde entier quant à l’hystérie anti-musulmane de ce pays (comme quoi, les terroristes ont gagné, finalement…) et l’on voudrait nous faire croire au modernisme de Macron ? Un réac comme un autre, la jeunesse et l’arrogance du pouvoir  l’aggravant. Car on ne m’ôtera pas l’idée que derrière cette tribune, c’est un vulgaire clan de  macronistes et de vallsistes cathos réacs virilistes, qui est derrière. Et ce Béchade, un abruti qui, je le répète, ne voit pas plus loin que son nombril en ne sachant même pas décoder un positionnement politique qu’il renierait probablement.

Il suffit de taper le nom de la plupart des signataires de cette tribune hypocrite pour avoir un petit aperçu de leur grand humanisme et du caractère irréprochable  de leur engagement à la fois envers les droits des femmes comme en matière d’anti-racisme. Leurs noms sont assez édifiant de ce que je veux inlassablement dénoncer ici : l’hypocrisie d’une certaine intelligentsia en matière de droits humains : anti-racisme, féminisme, lutte contre les discriminations. Plusieurs noms ont en effet déjà été répertoriés, et à mes yeux grillés ici : Laurent Bouvet en premier lieu bien sûr, mais aussi Céine Pina, Fatiah Boudjahlat, Amine el Khatmi, Elisabeth Badinter, Françoise Laborde, Laurence Marchand-Taillade, Frédérique Calandra,  entre autres, mais aussi le mouvement forces Laïques, et Femmes sans voile, auquel appartiennent certaines personnes de la liste des signataires.

Post-scriptum : et dire que j’avais oublié ça… Voilà qui en effet annule pourtant par la seule signature de l’immonde Boudjahlat la simple crédibilité à donner des leçons de féminisme à cet appel… (voir ici les détails).

Capture.PNG

L’un de ces valeureux féministes républicains universalistes a d’ailleurs tenu à répondre à l’instant sur ce sujet, légitimant ce tweet par ces mots. Je tenais donc à graver ses mots pour la postérité en le renvoyant à sa propre dégueulasserie.

Capture.PNG

PS.2 : Ce genre d’ordures voyageant toujours en escadrille, on me signale également dans la liste des signataires une contributrice régulière (et pas qu’un peu, mon n’veu) du site particulièrement pourri (islamophobie, fake news et menaces, appels au harcèlement en tous genres) qu’est Riposte laïque : Annie Sugier. Voilà une tribune qui schlingue de plus en plus…
Capture.PNG

la maire du XXème Arrt de Paris couvre-t-elle son DGS ? #racisme #sexisme

Quand j’ai pris connaissance de cette histoire plutôt sordide, et bien peu compatible avec l’idéal socialiste, j’ai aussitôt fait le lien avec  cette hostilité de la maire du XXème Arrdt de Paris envers Rockaya Diallo dont j’ai parlé ici.  Y a-t-il une relation de cause à effet ? je ne peux pas en être sûr. Je peux cependant émettre l’hypothèse qu’avoir un directeur général des services de sa mairie qui soit raciste et sexiste, cela ne doit pas trop la déranger, visiblement. Car les faits sont suffisants anciens et durables pour ne pas avoir échappé à l’attention de Madame Calandra ¹, dont on connait la vigilance dès qu’il s’agit de vilipender les féministes…  Surtout lorsqu’ils se situent peu ou prou dans la mouvance si abusivement qualifiée par ce gens là, comme une insulte, d' »indigéniste » au point que j’en ai honte pour elleux…

Capture.PNG
source

… Mais quel lien mon cerveau fatigué d’islamo-bobo-gauchiste peut-il bien faire entre cette histoire, la maire du XXème Arrdt et Rockaya Diallo ? Une simple association d’idées, rapport à ceci :

Capture.PNG
… Quand on est élu/e, son directeur général des services, on le choisit. Et quand on se prétend socialiste, on ne désigne certainement pas quelqu’un d’aussi puant pour diriger ses services. Surtout quand c’est sur lui que va reposer tout le travail en amont des dossiers présentés à l’élu/e, qui vont influencer fortement ses décisions. On comprendrait mieux dans ce cas,  vu le contexte si particulier de cette mairie là,  que certaines subventions envers des événements et des associations anti-racistes et féministes aient été retoquées… Ceci expliquerait-il cela par hasard ?

je demande, juste. Simple hypothèse de travail …

.

¹ D’ailleurs, l’article de Street Press le confirme :

En janvier 2010, une lettre que StreetPress a pu consulter, adressée par le syndicat UNSA à l’élue, l’avertit du comportement de son DGS. « L’arrivée d’un nouveau directeur général des services, en juillet 2008, a créé un climat de tension envers le personnel de la mairie du XXe arrondissement », peut-on y lire :

« Un certain nombre d’agents nous ont avertis d’un management particulièrement agressif et autoritaire, qui démarquait par rapport à l’équipe précédente, beaucoup plus respectueuse et à l’écoute des agents. »

Post-scriptum : je viens de prendre connaissance de ce communiqué de la CGT. pièce à verser au dossier…

la réponse de Frédérique Calandra, Maire du XXème, à Rokhaya Diallo

Suite à mon billet du 23 février dernier relatant l’étonnant refus de Frédérique Calendra, Maire du XXème arrondissement de Paris,  de voir   Rokhaya Diallo participer à un cycle de débats sur le droit des femmes début mars, j’ai le devoir de vous informer de la réponse de l’élue parisienne, publiée sur facebook  :

Capture1Capture2Capture3

Je vous laisse seuls juges de cette explication. je vais quant à moi continuer de me faire comme d’ordinaire mon opinion en creusant davantage le sujet… et en pratiquant quelques consultations utiles. Et soyons en sûr, je reviendrai. Devoir de suite oblige.