Adama Traoré : pas de justice, pas de paix. Gazeneuve complice #BLMFrance

ob_eea20b_igp1611Quand le parti raciste identitaire PIR martelait il y a quelques années l’idée d’un racisme d’état, j’étais alors très circonspect, voire carrément hostile à cette généralisation excessive qui m’indisposait fort. Pourtant, à la faveur de plusieurs événements, je suis en train de réviser peu à peu mon positionnement sur le sujet, ce gouvernement si peu soucieux des droits humains m’y obligeant littéralement. Il y a eu tout d’abord le curieux positionnement de l’Etat sur les contrôles au faciès. Plus que la promesse non respectée (il y en a tant d’autres) de l’alors candidat Hollande, c’est le fait que l’Etat se permette de faire appel d’une décision judiciaire le condamnant pour ce genre de pratiques détestables, qu’il persiste à justifier. Une honte absolue à mes yeux. Il y a maintenant l’affaire d’Adama Traoré, qui vient s’ajouter au décompte macabre des morts par violences policières, celles-là mêmes que Monsieur Cazeneuve prétend ne pas voir au point que selon lui, elles n’existeraient pas : Hocine Bouras, Djamal (mort dans un commissariat à Marseille le 11 juillet), Ali Ziri, Lamine Dieng, Amadou Koumé, Amine Bentounsi, Wissam El Yamni, Mourad Touat, Abdoulaye Camara, Lahoucine AIT Omghar, Nabil Matboul, Youcef Mahdi, Bertrand Nzabonayo… Combien en faudra—t-il encore pour que les pouvoirs publics prennent la pleine mesure de cette grave atteinte aux droits humains, et à l’assourdissant silence judiciaire qui entourent ces disparitions tragiques, qu’il absout de son blanc sein, étant juge et partie ? Je ne reviendrai pas sur les circonstances de le mort tragique, toujours pas élucidées, d’Adama Traoré, mais sur le projet de marche en son honneur. Samedi après-midi, un millier de personnes se sont retrouvées devant la Gare du Nord, à Paris, pour demander justice. Elles ont aussitôt été interdites de défilé et bloquées de part et d’autres dans une souricière soigneusement préméditée, alors que l’autorisation avait été demandée en bonne et due forme. Le préfet de Police de Paris a prétexté des raisons de sécurité, dont j’aimerais savoir pourquoi elles ne concernent pas d’autres types de défilés… Deux poids, deux mesures. En outre, c’est ajouter de l’injustice à l’injustice, et à interdire à la colère populaire légitime de s’exprimer, on ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu… Voilà qui ne fait que renforcer dans le fonds le ressentiment de la population, et des communautés systématiquement discriminées. Nous sommes à présent montrés du doigt y compris à l’étranger, sur la scène internationale, et le prestigieux New York Times a beau jeu de pointer du doigt la fausseté comme la dangerosité des arguments du ministre de l’Intérieur, tartuffe en chef qui fait le jeu des terroristes en dressant des communautés les unes contres les autres… En outre, les différentes autopsies n’ayant pas permis de révéler la vérité sur les raisons exactes de la mort d’Adama Traoré, l’argument avancé sur Cazeneuve selon lequel il s’agit de ne pas jeter la suspicion sur les policiers ne tient pas la route une seconde ; trop tard, c’est déjà fait, une fois de plus. Et pour cause : pas de justice, pas de paix.

Capture

et si on prolongeait l’appel d’Anja Reschke ? #NoPegida #NoLegida #NoFN #NoNazis

Capture
copie d’écran de la page facebook de l’émission Panorama – Anja Reschke

« Et puisqu’Anja Reschke a fait la part belle « aux blogs », lanceurs d’alerte selon elle, contre l’immonde société qui se dessine, donnons-lui raison en rétablissant le contexte de son intervention, sur ce blog. » (Marcel SEL)

Marcel a raison. Ne comptons pas seulement sur les institutions journalistiques traditionnelles pour nous présenter la vérité des événements dans leur profondeur, quels qu’ils soient. Les blogs peuvent plus facilement, en chaîne, propager les détails factuels d’une situation, dégagés qu’ils sont de certaines contraintes qui étouffent nos journalistes et qui en font si souvent de simples organes auto- normés et donc auto-censurés de la diffusion d’informations, quand ce n’est pas de simples agents de propagande de la logique des intérêts dominants. (« non Monsieur Gédécé, pas de noms ! On en connait tous… »). Enfin, je veux parler des blogs sérieux, tenus par des gens compétents, et qui ont une déontologie, ou à défaut une ligne de conduite claire. Car dans la blogosphère comme ailleurs, il y a de tout. Surtout quand il s ‘agit de traiter de politique et de société. Cela va, à l’instar de notre société dont elle est une image particulière, de l’extrêmement pourri et indigne des bouches de dégoût en passant par le grotesque jusqu’aux nuées de la pensée philosophique. C’est pourquoi j’ai beaucoup aimé le dernier article de Marcel. Il  a permis de questionner mes positionnements utilement, en prolongeant mes réflexions sur des thèmes récurrents ici : le traitement de l’information, l’extrême-droite, le racisme, les projets de société des uns et des autres…  Le sujet qu’il évoque dans son dernier billet, que je ne saurais bien sûr que trop vous conseiller de lire, est celui de cette présentatrice allemande qui s ‘est spontanément levée contre le climat raciste qui est en train de monter dans son pays. Retenez bien son nom, c’est l’une de ces héroïnes du quotidien que j’apprécie : Anja Reschke. Vous en avez probablement entendu parler, ou avez lu un article dans votre fil d’actus privilégié. Mais qu’en avez-vous retenu précisément, alors que la question est d’importance, puisqu’elle traverse si fortement les frontières, le phénomène dénoncé par Anja Reschke, celui de la montée des préjugés, des idées, des publications et des actions racistes, étant européen ? Après avoir dénoncé la manière honteuse et inappropriée, qui faillit à leur devoir social, des médias de part et d’autre de la frontière (Marcel est belge), voilà l’évidence qu’il nous rappelle à tous, et je tiens expressément à m’y associer :

Anja Reschke a simplement rappelé des principes fondamentaux : les appels à la haine sont illégaux, leur prolifération se concrétise dans des faits graves — on a recensé des dizaines d’incendies criminels contre des centres de réfugiés en Allemagne —, il n’est pas possible de les tolérer ; la justice seule n’est pas suffisamment efficace contre la haine sur les réseaux : la population doit s’en mêler.

Cela tombe bien, fort à propos. Ceux qui me lisent régulièrement savent bien à quel point ce combat là est aussi le mien. Et à quel point j’invite, comme Anja et Marcel, à ce qu’il soit celui de tous.  Je ne cesse de me battre dans la vraie vie comme sur les réseaux sociaux et sur ce blog contre la banalisation et l’expression si répandue du racisme et leurs corollaires, ces monstrueux appels à la haine, ce qui en effet est un délit, en France, comme en Allemagne (en Belgique aussi, Marcel ?). Je fais partie de plusieurs groupes de vigilance et de combat militant contre cette lèpre. Cela m’a valu de me faire supprimer tous les comptes que j’ai voulu créer sur Facebook pour seul exemple, les auteurs de ce genre de saloperies étant manifestement plus puissants que nous… qui sommes si terriblement isolés, quelques dizaines tout au plus quand ils ‘agit d’agir pour de vrai, c’est à dire ailleurs que sur les seuls réseaux sociaux. Mais même là, quand nous agissons en masse, la politique de modération de ce réseau social là y est aussi pour quelque chose, qui laisse fortement à désirer, puisqu’elle tolère plus volontiers des groupes nazis et identitaires qui répandent leur haine plutôt que des défenseurs de notre humanisme commun qui luttent contre ces ordures et entendent faire tout simplement respecter les conditions d’utilisation du réseau (voir ici pour plus de détails).  C’est pourquoi, à l’invitation de Anja et de Marcel, je souhaite prolonger cet appel à davantage de solidarité, de respect et d’humanisme, en vous livrant cette traduction de Marcel SEL (merci à lui) :

Verbatim : ce qu’Anja Reschke a dit (ma traduction libre de l’allemand, le texte intégral est disponible sur la page Facebook de Panorama).


« Supposons que je dise publiquement : “Je trouve que l’Allemagne devrait aussi accueillir des réfugiés économiques”, que se passerait-il selon vous ? Ce n’est qu’une opinion. On peut l’exprimer. Il serait aussi bien qu’on puisse en discuter sur base d’arguments objectifs.

Mais ce n’est pas ce qui se passerait si je le faisais. Je me prendrais un flux de commentaires haineux. “Kanaques de merde, que va-t-on encore leur céder, trop c’est trop, on devrait les brûler.” Ce genre de choses. Comme d’habitude.

Jusqu’il y a peu, les auteurs de ce genre de commentaires se cachaient encore derrière un pseudonyme. Mais désormais, cela se fait de plus en plus ouvertement, sans cacher son identité. Apparemment, ce n’est pas plus gênant. Au contraire. Des phrases comme “les ordures, on doit les noyer en mer.” obtiennent des encouragements enthousiastes et des paquets de j’aime. Celui qui n’était qu’un petit quidam raciste jusque-là trouvera ça tout à coup terriblement agréable.

Bien sûr, on peut dire “oui, bon, il y aura toujours des idiots, au mieux, ignorons-les” mais ce ne sont pas que des mots. Au contraire, il y a déjà des incendies criminels contre des centres de réfugiés. Les tirades de haine sur Internet ont depuis longtemps enclenché les processus de dynamique de groupe. Le nombre d’actes de violence d’extrême droite a grimpé.

Ça ne peut pas durer. Bien sûr, il y a la possibilité de poursuivre les auteurs de ces messages haineux. Cela se fait de plus en plus. Un de ces semeurs de haine sur Facebook, un Bavarois, a été condamné à une amende pour incitation à la haine. Ça peut déjà faire effet.

Mais ce n’est pas suffisant. Les rédacteurs de messages haineux doivent comprendre que cette société ne tolère pas leurs écrits. Du moins, si nous ne pensons pas que tous les réfugiés sont des parasites qui doivent être chassés, brûlés ou gazés. Dans ce cas, nous devons le leur faire savoir clairement.

S’y opposer, dire les choses tout haut, résister, clouer ouvertement la haine au pilori, quelques blogs méritoires le font déjà. Mais il y en a trop peu. La dernière contestation des gens honnête date d’il y déjà 15 ans. Je pense qu’il est temps de remettre ça. Et je me réjouis d’avance des commentaires qu’on postera à propos de… mon commentaire. »

NO PEGIDA - BerlinIl me semble évident que le message développé ici n’est pas propre à l’Allemagne (certaines têtes d’affiches politiques prétendûment républicaines nous l’ont encore récemment tristement démontré) et que ce qui est dénoncé est également valable en France et dans les pays limitrophes, même si cela ne prend pas encore de telles proportions. Cependant, devons nous attendre que cela arrive, en laissant par exemple des repaires de nazis s’installer tranquillement dans notre campagne française, à la croisée des chemins entre la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la France  ? C’est pourquoi j’invite l’ensemble des blogueurs de mon réseau et bien au delà qui estiment ce problème suffisamment grave à partager le texte de cet appel d’Anja Reschke traduit par Marcel SEL, en n’omettant pas de citer la source par un lien dédié. Merci pour lui. Tout travail mérite respect et considération…

Un appel déjà partagé par :

Bembelly

Lemaire #UMP, l’Attila ultra-libéral bushiste qui veut détruire le modèle français

-Certains à gauche qui le connaissent mal pourraient être  tentés de « lui donner le bon dieu sans confession », non seulement pour sa gueule d’ange et sa générale affabilité, mais également parce qu’il se positionne en adversaire crédible et acharné d’un (très) petit homme qui ne doute de rien et dont on taira le nom pour ne pas lui faire davantage de publicité qu’il n’en recherche déjà. Le sbire de droite (dure) dont on va parler ici s’est illustré dernièrement par son insistance (ressemblant fortement à un crime de lèse-majesté pour les droitistes primaires) à  pointer la responsabilité du Qatar dans le financement du terrorisme djihadiste. Et donc à jeter le discrédit sur son adversaire de droite en vue de la présidentielle de 2017, lui qui se déclare si volontiers ami de ce pays. (Et dont on murmure ici et là que son mariage aurait été payé par le même…).  Voilà en tous cas un homme habile à retourner l’actualité à son avantage, et conformément à son ambition. Mais l’histoire ne vaudrait pas la peine d’être contée, tant elle relèverait de la basse besogne politicienne médiocre si le Monsieur n’allait encore plus loin dans l’instrumentalisation des attentats de la semaine dernière. Sur la demande d’un Patriot Act, il n’est pas le seul, à l’instar de la sortie malheureuse de sa collègue, Valérie Pécresse, qui a appelé sur RTL le gouvernement à déroger aux droits de l’homme, ce qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Pourtant, hélas, la possibilité juridique existe. Lemaire, lui, va encore plus loin dans cette logique ultra-sécuritaire qui semble donc être la doctrine officielle de l’UMP, qui rejoint étrangement le positionnement du FN sur ce sujet. Ainsi, dans une dépêche AFP reprise par Le Point, voilà les propos qu’il tient sans sourciller :

« Quand je dis renforcer les moyens de la police, de la gendarmerie, des armées, je dis qu’il va falloir réduire l’État social, réduire le nombre de fonctionnaires, parce qu’il va falloir financer tout cela », a lancé l’élu de l’Eure. « Je réclame un État régalien fort », a-t-il poursuivi. Pour « donner 500 millions d’euros supplémentaires » aux armées, « avoir plus d’effectifs, construire des places de prison qui coûtent très cher » la classe politique doit « être capable de dire qu’il faudra dépenser mieux dans les hôpitaux, dérembourser un certain nombre de médicaments, supprimer tous les régimes sociaux de retraite, modifier le statut de la fonction publique », a insisté Bruno Le Maire.

« Peut-on continuer à accorder la gratuité des urgences à l’hôpital pour des gens qui […] ne veulent pas aller chez leur médecin de ville ? Peut-on continuer à avoir une aide médicale d’État pour des étrangers en situation irrégulière, qui se font soigner sans avoir donné un euro à la sécurité sociale ? » a-t-il demandé. « Nous payons notre incapacité à faire émerger un nouveau modèle économique et social à la hauteur des attentes des Français, qu’ils ont manifesté avec tant de dignité et de force le 11 janvier »

Alors, vous trouvez toujours que mon titre était exagéré ? Inutilement provocateur ? Mensonger ? A vous de juger. Pour ma part, je suis consterné par de telles propositions, si  extrêmement droitières, qui vont à l’encontre de notre tradition humaniste, et qui surfent si visiblement sur la vague de l’émotion causée par les récents attentats… Sous couvert d’efficacité face à la menace terroriste, ils rendent tout comme le FN l’ensemble d’une population responsable des récents attentats, comme si tous les immigrés en étaient à l’origine… Et allant même jusqu’à faire payer à tous les français le prix pourtant déjà trop fort de ces attentats.  Les terroristes peuvent être  contents d’eux… La droite anti-sociale de ce pays n’avait besoin que de cette occasion inespérée pour faire passer toutes les réformes les plus ultra-libérales dont ils n’osaient rêver auparavant. Maintenant, ils ne redoutent même plus d’avoir le même discours que Les Le Pen…. C’est triste. Avec des gens pareils, l’avenir n’est pas à l’amélioration de nos conditions sociales, ni à l’évolution sociétale tant souhaitée par beaucoup. Si rien ne change d’ici là, lune coalition UMP/FN est à craindre de plus en plus fortement. Laisserons nous notre pays entre de telles mains si profondément porteuses d’inégalités ? Il devient vraiment urgent de faire naître une véritable force humaniste de transformation sociale et de changement économique, sinon… Pauvre France.

le #fn a les penseurs qu’il mérite #zemmour

indexLes adeptes du Grand Remplacement, auquel même Marine Le Pen ne croit pas (c’est dire….) aimeraient en faire leur tête pensante. Rien qu’à considérer objectivement le fait que ce brave petit gnome aigri considère que l’inepte série « Hélène et les garçons » serait à l’origine de la décadence  de la civilisation française et de la dévirilisation de notre société suffira à remettre cette prétention intellectuelle à sa juste proportion : la vacuité de sa « pensée » prétendûment subversive. Prétendûment, car elle correspond un peu trop à une certaine position dominante volontiers discriminante qui ne correspond plus en rien à un tabou,  mais bien plus surement à une vulgaire discussion de café du commerce. Et quand on apprend de surcroît qu’un cadre du FN a imposé son imprimatur à son infect tas de vomi, tout semble être dit, et écrit. Rien de nouveau sous le soleil, petite pustule médiatique. L’histoire te remettra à ton exacte position : celle d’un étron dans une fosse septique.

 

En France, bientôt l’électricité la plus chère du monde ?

edf-electricite-reglemente-particuliers

A la lecture de cette nouvelle selon laquelle EDF allait (encore) augmenter les tarifs de  2.5 %, mon sang n’a fait qu’un tour et je me suis précipité sur mon clavier. Comment ? Cela ne révolte donc personne ? Les français sont-ils des moutons que l’on peut tondre indéfiniment ? Tous les ans, la note augmente au point que de nombreux français ne peuvent plus faire face à leur facture énergétique, et cela n’émeut personne ? Personne ne se révolte ? Voilà en tous cas l’un des principaux arguments du lobby Areva qui tombe de lui-même. Non, l’électricité française n’est pas la moins chère du monde grâce au nucléaire, lequel serait bien entendu le plus sûr du monde…. ben tiens. Il n’y a d’ailleurs qu’à regarder les infos fournies par EDF himself pour s’en convaincre. Ce graphique vu ici ne nous démontre-t-il pas que les tarifs de l’électricité dans notre pays augmentent plus vite que ceux de l’inflation ?

Capture

Voilà qui pourrait donc constituer une belle leçon de communication de crise… Vous voulez augmenter le prix d’un produit de 20 % en deux ans ? Plutôt que de l’annoncer officiellement de manière abrupte, au risque de provoquer du mécontentement allant jusqu’à la jacquerie, utilisez donc plutôt la méthode EDF, facile et sans inconvénients majeurs : augmentez de 2 % plusieurs fois par an  jusqu’à atteindre votre objectif, et tout passera comme une lettre à la poste…

#remifraisse, crime d’Etat #cazeneuvedemission : signez la pétition.

Les désobéissants lancent une campagne sur internet pour appeler à la démission du Ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, suite à la mort tragique de Rémi Fraisse, un jeune militant écologiste pacifiste sur le site du projet de barrage du Testet. A l’heure où j’écris ce billet, l’avocat lui-même de la famille, Maître Allié Alimi, sur iTélé, vient de parler de crime,  et rétablit les faits en s’indignant de certaines controverses qui ont cours dans certains milieux réacs ou extrêmement droitiers… :

Il a raison de procéder à cette remise à plat très factuelle puisque certaines affabulations et autres remises en cause plus ou moins farfelues, y compris dans les milieux des gendarmes incriminés, relèvent davantage de la diffamation,  quand ce n’est pas encore plus grossièrement de la manipulation dans l’intention de salir l’image du jeune homme. La propagande sur les réseaux sociaux, de la part de nos ennemis idéologiques, qui sont aussi ceux de la démocratie,  va  en effet bon train (voir ici un exemple...). Aussi, c’est avec grand plaisir et ferme conviction, en mon âme et conscience que je relaie cette campagne de nos cousins désobéissants :

Capture

Source, suite et explications complémentaires ici.

Ami(e)s blogueurs, je vous invite à relayer en masse et sans modération cette pétition, en mémoire de ce jeune homme, pour que ce crime d’état ne demeure pas impuni. Un copié-collé, ce n’est franchement pas grand chose face à l’importance de l’enjeu. Alors, bougez vous le cul, et que ça saute hop hop hop !

des solutions pour lutter contre les injustices sociales ? Une seule : le courage politique

4965875-les-banques-europeennes-ont-recu-1-600-milliards-d-aides

Qu’on soit de droite, de centre ou de gauche, c’est un fait, avec lequel il faut composer, ou pas :  les disparités de ressources dans le monde, malgré la crise (qui n’en est plus une puisque structurellement elle dure depuis 30 ans) n’ont jamais connu de tels niveaux d’indécence. Le dernier rapport d’Oxfam France est là pour nous le rappeler encore, et encore, jusqu’à ce que le besoin et la nécessité nous fassent ressentir le besoin d ‘agir, plutôt que de seulement réagir.. Quelques chiffres frappants :

– Les 1% les plus riches possèdent autant que les 70% les moins aisés de la population
– les 85 plus grosses fortunes mondiales détiennent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.
– 70% de la population de la Terre vit ainsi dans un pays où l’écart entre les riches et les pauvres est plus important qu’il y a trente ans.

-Pour ce qui concerne la France,  les fortunes cumulées de Bettencourt et Arnault représentent autant que ce que possèdent les 20 millions de Français les plus pauvres.

-La famille Bettencourt (L’Oréal) est tellement riche qu’il lui faudrait 102 ans pour dépenser sa fortune, à raison d’un million $ par jour.

– les 7% les plus riches sont responsables de 50% des émissions de CO2, tandis que les 50 % les plus pauvres ne sont à l’origine que de 7 % des émissions dans le monde.

source

Il ne suffit pas de le dire, de l’écrire et de le faire savoir en s’en alarmant. On reproche beaucoup à ceux de ma famille politique de n’avoir pas de solutions à proposer, de n’être que dans la critique infructueuse, non constructive. Pourtant, nous avons des propositions. Elles tournent toutes, c’est l’un des moteurs de nos convictions qui motivent nos luttes contre les injustices sociales, autour du concept de redistribution des richesses, qui sans aller jusqu’à une éventuelle logique de Robin des bois des temps modernes, peut parfaitement s’insérer dans notre contexte moderne. Ainsi, Oxfam a calculé que taxer la fortune de tous les milliardaires à hauteur de seulement 1,5% permettrait de dégager 58 milliards d’euros. Suffisant à la fois pour combler les déficits de financement nécessaires à la scolarisation de tous les enfants et pour fournir une couverture santé universelle dans les 49 pays les plus pauvres. Contrairement aux cris d’orfraie des dominants libéraux qui actuellement crient au scandale de l’émigration des plus fortunés (et donc les plus méritants, plus créatifs, plus créateurs d’emplois, plus…. tout ça quoi) de notre France spoliatrice, je n’ai pas l’impression que ces malheureux 1.5 % les priveraient outre mesure…